Navigation – Plan du site

Éditorial

François-Olivier Seys
p. 193-194

Texte intégral

1Espace Populations Sociétés publie un quatrième numéro « varia » depuis sa création en 1983, le dernier ayant été publié en 2000. Ainsi, la revue vous permettra de lire différents articles de qualité qui ne pouvaient entrer dans les numéros thématiques de ces deux dernières années.

2Ce numéro vous emmène sur les cinq continents et abordera non seulement des phénomènes démogéographiques très variés comme les migrations et la fécondité, mais encore, la notion d’identité et la question de la signification de la pauvreté dans les villes du Sud.

3Michèle Tribalat nous permet de mieux comprendre l’immigration actuelle en France à l’heure où sa structure est en profondes mutations. La création ou l’activation de liens familiaux est devenue le motif principal pour l’obtention d’un titre de séjour. L’immigration de mineurs étant faible, ces mouvements sont liés au mariage et concernent en grande partie des « mariages mixtes ». Toutefois, les étrangers qui rejoignent des conjoints français, épousent le plus souvent des Français originaires de leur pays, ce qui constitue une homogamie que la lecture directe des statistiques de mariage ne permet pas d’appréhender.

4Nicolas Oppenchaim nous apporte, quant à lui, une approche des mobilités quotidiennes à plus grande échelle : celle des zones urbaines sensibles d’Île-de-France. Il nous montre une réelle ségrégation entre les jeunes issus de ces quartiers et les autres Franciliens. Ils ont bien moins accès à la voiture accompagnés de leurs parents et ont une obligation d’autonomie par l’utilisation des transports collectifs. De même, cette population a des comportements fortement différenciés selon le genre; les garçons étant beaucoup plus mobiles que les filles.

5Les deux articles suivants nous présentent deux aspects des transformations démographiques liées au postcommunisme. Armando Montanari et Barbara Staniscia analysent la situation des femmes originaires d’Europe de l’est dans la région de Chieti-Pescara en Italie. Plutôt éduquées et venues chercher une indépendance financière, elles présentent les caractéristiques classiques des migrants de travail en contribuant à la survie de la famille par les transferts d’argent vers le pays d’origine.

6François-Olivier Seys nous emmène au Kazakhstan où les dynamiques démographiques ont connu de très profonds bouleversements depuis l’indépendance. Comme dans les autres pays de l’ancien bloc soviétique, un nouveau régime de fécondité est apparu, l’espérance de vie stagne et d’importants mouvements migratoires se sont créés, si bien qu’un nouveau paysage démogéographique est apparu avec des disparités régionales parmi les plus fortes au monde.

7Les trois articles suivants envisagent les liens « aux Suds » sous des aspects éclectiques et intéressants : la pauvreté dans les villes, le tourisme et le lien identitaire des populations immigrées au nord. Dominique Couret et Pascale Metzger analysent l’évolution de la pauvreté dans les villes. Elles nous apportent un éclairage nouveau en démontrant qu’elle est une ressource intégrée au développement urbain néolibéral que subissent ces villes. En ce sens la pauvreté ne peut être réduite directement mais doit être comprise comme une vulnérabilité.

8Sur le même espace, Anne-Marie d’Hauteserre envisage le tiers-monde sous l’angle du tourisme. Elle pose la question de l’altérité, moteur du tourisme vers ces espaces. Elle nous montre en particulier que les touristes ne recherchent pas une réelle altérité mais qu’ils veulent seulement l’approcher tout en gardant leur position socialement différente et qu’ils estiment supérieure.

9Dominique Chevalier pose la question de la double identité de Marocains en France. Allant plus loin que la formule consacrée « plus vraiment Marocain et pas encore Français », elle nous présente les pratiques spatiales de ces migrants, en particulier leurs perceptions du voyage et des différents espaces, et montre qu’ils se construisent mentalement un territoire continu et complémentaire.

10Cette question identitaire est également abordée par les deux derniers articles mais sous des aspects différents. Filip de Maesschalk analyse la géographie électorale de l’agglomération bruxelloise. Il montre que, malgré les conflits identitaires et électoraux entre francophones et néerlandophones, Bruxelles a une dynamique comparable à celles de nombreuses métropoles anglo-saxonnes avec une polarisation électorale entre le centre et la périphérie. Marianne Bidon aborde quant à elle le thème de la Gay Pride en France. Après un historique du mouvement et de sa genèse, elle nous expose son développement et sa diffusion spatiale en France. Elle analyse également en détail les motivations de participation ou non à cette manifestation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Olivier Seys, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2009/2 | 2009, 193-194.

Référence électronique

François-Olivier Seys, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 20 avril 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/3656

Haut de page

Auteur

François-Olivier Seys

Université Lille 1
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
Francois-Olivier.Seys@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org