Navigation – Plan du site
Articles

Effets de lieu et processus de disqualification sociale

Le cas de Strasbourg et du Bas-Rhin
Effects of Place and Process of Social Disqualification. Case Studies in Strasbourg and the Bas-Rhin
Catherine Sélimanovski
p. 119-133

Résumés

La problématique des effets de lieu n’est pas exactement synonyme d’un questionnement large sur la part explicative de l’espace. C’est une problématique inscrite aux échelles fines du niveau local qui reflète toute la complexité et toutes les tensions qui produisent les lieux. Elle démontre sa valeur heuristique dans le champ d’une géographie de la pauvreté, dont le projet est de saisir les interactions entre la position dominée des populations et des personnes en situation de pauvreté dans la société française et leur position dans l’espace. Partant de l’hypothèse que les effets de lieu sont un facteur aggravant du poids de cette domination sociale, l’article est structuré en trois parties. La première partie montre en quoi la problématique des effets de lieu se distingue d’une simple contextualisation-situation de la recherche et en quoi la transposition de la problématique des effets de lieu posée par Pierre Bourdieu dans La misère du monde (1993) est féconde pour avancer dans la compréhension du processus de disqualification sociale. La deuxième et la troisième partie précisent en quoi ce cadre conceptuel pertinent peut être nuancé et dépassé par les résultats empiriques tirés du cas d’étude de Strasbourg et du Bas-Rhin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La problématique de l’effet de lieu fait l’objet d’un chapitre entier dans le premier manifeste de la Géographie sociale [Frémont, Chevalier, Hérin, Renard, 1984]. Dans l’introduction du chapitre, les auteurs posent successivement trois questions : « Dans l’organisation des sociétés humaines, existe-t-il un ‘effet de lieu’ ? Ou, si l’on préfère, l’espace intervient-il comme facteur explicatif et isolable de l’organisation sociale ? Et de quelle manière ? » Ils considèrent que la question de l’effet de lieu est équivalente à celle de la part explicative de l’espace dans les faits sociaux et préconisent « d’examiner à toutes les échelles, les rapports géographiques, c’est-à-dire les rapports entre les hommes et les lieux. » Vingt cinq ans plus tard, la prise en compte de la part explicative de l’espace dans les faits sociaux est devenue effective en géographie, mais avec quelques inflexions. On ne tente plus de détacher, d’isoler l’espace de l’organisation sociale, au contraire, on postule la consubstantialité du social et du spatial. On affirme d’emblée que la géographie étudie la dimension spatiale des phénomènes de société [Séchet, Veschambre, 2006] et qu’elle s’intéresse à l’organisation de l’espace et aux pratiques de l’espace des acteurs de la société ainsi qu’à leurs représentations [Lussault, 2007] ; ceci à différents niveaux de l’étendue, du local au mondial.

2Est-ce à dire que la problématique de l’effet de lieu est devenue redondante par rapport au questionnement général de la géographie et qu’elle doit être abandonnée ? On peut penser à l’inverse que dans un questionnement concernant l’homme habitant [Lussault 2007], la problématique des effets de lieu rend parfaitement compte de la complexité des interrogations sociales et spatiales de la géographie, mais qu’elle est plus opérationnelle aux échelles fines des territoires. Pourquoi ? Les définitions du lieu déclinées dans les quatre articles du Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés [Lévy, Lussault, 2003] nous donnent quelques éléments de réflexion pour initier le questionnement au niveau local et adopter une conception non réductrice des effets de lieu. Dans toute son acception, le lieu est un espace de co-présence dans lequel la notion de distance est abolie. Le lieu est construit par les événements qui s’y déroulent. Ces événements, qui assurent son rayonnement mais n’effacent pas sa matérialité, produisent un espace complexe dont les limites sont difficiles à poser. Par conséquent, le lieu ne peut pas être simplement pensé comme un point de l’étendue, repérable de manière absolue par ses coordonnées en latitude et en longitude, ni comme un contenant, dans un espace qui ne serait que surface, cadre ou tableau. Pour ces raisons, les effets de lieu sont le fruit d’une multiplicité de processus et ne doivent être limités ni à une contextualisation des phénomènes sociaux, ni aux processus de diffusion des phénomènes sociaux à partir d’un point. Ceci milite pour l’emploi du pluriel « les effets de lieu » plutôt que pour l’usage du singulier « l’effet de lieu ».

3De plus, les effets de lieux interagissent avec les effets de classe dans la production des inégalités sociales et l’action publique en matière de traitement de la précarité. Les effets de classe ne sont jamais détachés de l’espace, au contraire, ils s’y inscrivent avec force et suscitent des représentations qui en retour peuvent durcir les rapports de classe. Partant de l’hypothèse que les effets de lieu sont un facteur aggravant du poids de la domination sociale des populations en situation de pauvreté [Sélimanovski, 2008], le développement suivant est structuré en trois parties. La première partie expose en quoi la problématique des effets de lieu se distingue d’une simple contextualisation-situation de la recherche et en quoi la transposition de la problématique des effets de lieu posée par Pierre Bourdieu dans La misère du monde (1993) est féconde pour avancer dans la compréhension du processus de disqualification sociale. La deuxième et la troisième parties précisent comment ce cadre conceptuel pertinent peut être nuancé et dépassé par les résultats empiriques tirés de l’étude de la situation résidentielle et de la territorialité des populations en situation de pauvreté à Strasbourg et dans le Bas-Rhin.

1. Effets de lieu et pauvreté : une problématique de l’interaction des positions sociales et spatiales

4L’étude géographique des territoires scolaires des quartiers de relégation dans les grandes agglomérations françaises démontre bien que la problématique des effets de lieu n’est pas réductible aux seuls effets de contexte et de situation. Ces territoires sont à la fois déterminés par les politiques de l’Éducation nationale en matière de gestion (carte scolaire) et de projet (territoires des zones d’éducation prioritaires ZEP) et par les pratiques des différents acteurs du système scolaire (territoires vécus, perçus, construits, aménagés des élèves, des parents, des enseignants…). Ils reflètent les caractéristiques des espaces encadrants et interagissent dans les processus de mutation de ces espaces. Parce que les géographes placent d’emblée l’étude des inégalités scolaires à l’épreuve des lieux, leur approche est renversée par rapport à la présentation des contextes d’intervention telle qu’exposée dans beaucoup de travaux de sociologie de l’éducation. La contextualisation des inégalités scolaires [Duru-Bellat, 2002] ne suffit pas en géographie car à la question « où et quand ? », on ajoute la question « pourquoi là et avec quels effets ? ». Par conséquent, les géographes s’attachent à distinguer soigneusement les effets de pairs, de classe (dans un établissement scolaire), d’établissement, des effets de lieu proprement dits, lesquels interfèrent avec d’autres niveaux de territoires et sont aussi un reflet de l’histoire de la société et un facteur de mutations des territoires. Ainsi, on ne peut pas réduire l’espace à une situation pas plus que le temps à un contexte.

5Dans une critique du discours public concernant les banlieues, l’un des collaborateurs de Pierre Bourdieu, Patrick Champagne, affirme que pour se défaire des représentations du « malaise social » et lever ce qui fait obstacle à une analyse plus rigoureuse, il faut prendre en compte l’inscription spatiale de groupes sociaux. Dans cette perspective, Pierre Bourdieu énonce le postulat que la position dominante ou dominée des groupes dans la société est confortée par des « effets de lieu » subordonnés à la qualité des structures et des dynamiques de l’espace géographique ainsi qu’à ses représentations. De la sorte, les avantages d’une position sociale dominante sont renforcés par des « profits d’espace » et, inversement, les désavantages d’une position sociale dominée sont majorés par l’absence de « profits d’espace ». Pour préciser à quel espace sociétal il se réfère, Pierre Bourdieu utilise trois expressions distinctes sans jamais parler d’espace géographique. Dans son œuvre, l’espace « social » englobe tout le champ des positions sociales, l’espace « physique » est synonyme des structures matérielles de l’espace (géographique) et l’espace « social réifié » désigne l’espace symbolique produit par les représentations collectives associées au champ des positions sociales et à la matérialité des lieux.

« On ne peut rompre avec les fausses évidences, et avec les erreurs inscrites dans la pensée substantialiste des lieux, qu’à condition de procéder à une analyse rigoureuse des rapports entre les structures de l’espace social et les structures de l’espace physique. (…) Du fait que l’espace social se trouve inscrit à la fois dans les structures spatiales et dans les structures mentales qui sont pour une part le produit de ces structures, l’espace est un des lieux où le pouvoir s’affirme et s’exerce et sans doute sous la forme la plus subtile, celle de la violence symbolique comme violence inaperçue (…). L’espace ou, plus précisément, les lieux et places de l’espace social réifié, et les profits qu’ils procurent sont des enjeux de luttes (…). Les profits d’espace peuvent prendre la forme de profits de localisation, (…) [de] profits de position ou de rang (…), [de] profits d’occupation (ou d’encombrement) (…). » (pp. 159-167)

6En se référant au champ bourdieusien de l’espace « social », « physique » et « réifié », on peut faire l’hypothèse de la correspondance entre la position sociale disqualifiée des populations en situation de pauvreté et une situation résidentielle défavorable dans des espaces moins étendus que les espaces de résidence des chômeurs et des actifs (absence de « profit d’occupation ») que l’on peut appeler des espaces rétractés. Or ces espaces rétractés ne sont ni prestigieux, ni attractifs car ils sont mal dotés en équipements, en services rares, plutôt mal desservis par les réseaux de transports publics et ou privés (absence de « profit de localisation »). Le problème de la distance aux services s’y pose de manière aiguë pour les personnes en situation de pauvreté car la modicité de leurs moyens financiers ne leur permet pas d’assumer convenablement le coût de leurs déplacements et encore moins de compenser d’éventuelles carences en matière de transports publics. Par ailleurs, cette concentration résidentielle de populations en situation de pauvreté, dont une partie est issue de l’immigration étrangère, produit de fait une disqualification de l’espace considéré, à plus forte raison si celui-ci correspond à un territoire de projet de la politique de la ville (absence de « profit de position » ou de « rang »). Cela s’exprime notamment par les stigmates d’une mauvaise adresse. Ainsi, la position sociale dominée des populations touchées par la pauvreté correspond à une situation résidentielle défavorable au regard de trois effets de lieu négatifs en termes d’aménités et de représentations. Dans son texte, Pierre Bourdieu pousse plus loin l’analyse des effets de lieu en évoquant « l’expérience de la finitude ». Il signifie là que les rapports à l’espace des populations en situation de pauvreté interagissent aussi avec leur situation résidentielle défavorable.

  • 1 D’autres façons de concevoir l’espace rendent comptent de la complexité de cet objet. Par exemple, (...)

7C’est pourquoi, si l’on se souvient, que l’espace n’est ni un cadre ou un tableau, ni un décalque primitif des faits sociaux mais qu’il intervient dans la production de faits sociaux par la médiation des représentations, on doit admettre que l’espace n’est pas uniquement un feuilleté des différents niveaux scalaires. En s’inspirant d’un texte de Guy Di Méo (2000), on peut décliner la problématique des effets de lieu en tenant compte de la tension entre les deux strates superposées et articulées de l’espace objectif et de l’espace subjectif1. L’espace objectif est produit par l’imbrication des lieux, des rapports sociaux, politiques, économiques, culturels et des représentations qui sont associées à ces lieux et à ces rapports sociétaux. L’espace subjectif est produit par l’imbrication des lieux, des séquences d’espace-temps vécues par les personnes, en tant qu’individus et membres de groupes, et les représentations qu’elles associent à ces lieux et à ces moments de vie. En retenant cette conception de l’espace pour saisir la problématique de des effets des effets de lieu et de la pauvreté, il s’agit d’examiner les multiples conjonctions qui s’établissent entre la disqualification sociale des populations en situation de pauvreté, leur situation résidentielle (espace objectif) et leurs pratiques de l’espace ou territorialité (espace subjectif). La territorialité [Di Méo 2000] se situe constamment entre deux pôles. Le premier, de caractère objectif, renvoie à un territoire désigné par un nom, associé à une forme d’appropriation, de contrôle, de pouvoir qui contribue à lui fixer des limites et à l’institutionnaliser. Le second pôle tire vers l’individu et ramène celui-ci à sa pratique et à son vécu de l’espace géographique. La tension entre ces deux pôles entraîne d’innombrables et imprévisibles déformations d’un territoire constamment remis en cause par la logique des sujets-individus.

8Analysant la territorialité des SDF à Bordeaux se déployant à la croisée des strates de l’espace objectif et subjectif, Djemila Zeneidi-Henry (2002) évoque l’effet de lieu (au singulier) à propos d’un foyer de la ville où passent les SDF. Mais elle ne présente pas le quartier du foyer comme un cadre contextuel. Au contraire, elle démontre qu’autour du foyer se crée un territoire ressource. Ce dernier est le produit des interactions entre la localisation des guichets des dispositifs publics et privés d’assistance aux sans-abri et la territorialité si particulière des SDF, laquelle brouille complètement la frontière entre l’espace public et l’espace intime.

2. Effets de lieu et processus de relégation

  • 2 Le FUS a été un dispositif d'assistance, initié par l’État français, qui a fonctionné de manière un (...)

9La définition sociale de la pauvreté empruntée au philosophe et sociologue Georg Simmel (1907) fonde mon étude de la pauvreté et des effets de lieu à Strasbourg et dans le Bas-Rhin [Sélimanovski 2008]. En exposant que le pauvre n'est pas exclu de la société mais, au contraire, qu’il y est inclus grâce à la relation d'assistance le liant au reste de la société, tout comme l'étranger, matériellement exclu et dont l'exclusion révèle les relations d'interdépendance entre les parties constitutives de la société, Georg Simmel montre que la pauvreté est une « synthèse sociologique unique ». Les personnes en situation de pauvreté n’ont pas de liens entre elles mais, pourtant, sont marquées par un statut social unique, disqualifiant [Paugam 1993], imprégnant profondément leur identité. Elles partagent l’expérience commune de la quête incertaine ou impossible du travail, perçoivent des aides qui les rendent redevables à la société et les installent dans une situation de dépendance, d’hétéronomie sociale, dans laquelle elles sont tenues de répondre aux injonctions des intermédiaires sociaux [Wacquant 1999]. De ce fait, elles passent une frontière sociale qui les protège et les enferme tout à la fois [Arbaret et al., 2004]. En cohérence avec cette définition sociale de la pauvreté, les résultats empiriques présentés ci-dessous sont issus d’une étude synchronique des bénéficiaires des principaux minima sociaux français qui relèvent de la sphère de l’assistance, RMI, API, ASS (revenu minimum d’insertion pour des personnes âgées de plus de 25 ans et sans ressources, allocation de parent isolé pour des chefs de familles monoparentales avec enfants de moins de trois ans, allocation spécifique de solidarité pour des chômeurs de longue durée) et des demandeurs du FUS (fonds d’urgence sociale2) menée à Strasbourg et dans le Bas-Rhin à la fin des années 1990, à l’échelle communale et infra-communale. Le corpus du FUS comprend une exploitation exhaustive des adresses des 6070 personnes ayant déposé une demande de FUS dans le Bas-Rhin, une exploitation au 1/10 des dossiers enregistrés, 31 enquêtes biographiques de bénéficiaires du FUS et une vingtaine d'interviews d'intermédiaires sociaux. À cela s’est ajoutée une enquête menée dans le quartier de la Meinau à Strasbourg auprès d’une trentaine de jeunes habitants du quartier, pour étudier leurs relations au territoire à travers le phénomène des violences urbaines.

10De Paris, le Bas-Rhin présente le visage d'un département peu touché par le chômage et la pauvreté. Pourtant, la présence de foyers importants de précarité infirme cette représentation convenue. À l’échelle du Bas-Rhin, l’agglomération de Strasbourg abrite les plus grandes masses de ménages en situation de précarité, l'intensité la plus extrême de la précarité et les concentrations de ménages précarisés les plus fortes du département. Tous les types de précarité y sont dominants. En juin 1998, 75,6 % des demandeurs du FUS du Bas-Rhin, 77,8 % des bénéficiaires du RMI, 67,1 % des bénéficiaires de l'API, 57,7 % des bénéficiaires de l'ASS, 53,9 % des chômeurs vivent dans l'agglomération (selon la définition de l’INSEE) contre 45,3 % des ménages et 41,2 % de la population active du département. Les écarts sont encore plus marqués pour la ville de Strasbourg : 60 % des demandeurs du FUS du département (3625 personnes), 65,3 % des bénéficiaires du RMI (6693 RMIstes), 39,9 % des chômeurs (13 698 chômeurs) résident dans la commune de Strasbourg alors que le nombre des ménages de la ville représente une part de 30,1 % et la population active une part de 25,9 %. Il n’y a aucun rapport d’échelle entre ce premier foyer et les autres foyers du département : l’agglomération de Haguenau et ses marges, la ville de Sélestat, l’amont de la vallée de la Bruche entre Schirmeck et Saales (cartes 1 et 2).

Carte 1. Les aires urbaines dans le département du Bas-Rhin

Carte 1. Les aires urbaines dans le département du Bas-Rhin

Graphisme : A. C. Bronner

Sources : IGN, INSEE 1997, INSEE 1990.

Carte 2. Chômeurs et bénéficiaires du RMI par canton (Bas-Rhin, 1998)

Carte 2. Chômeurs et bénéficiaires du RMI par canton (Bas-Rhin, 1998)

Auteur : C. Sélimanovski, Graphisme : A.C. Bronner

Sources : Mutualité Sociale Agricole ; Caisse d'Allocations Familiales ; Agence Nationale pour l'Emploi

11La concentration de la majorité des populations touchées par la pauvreté dans des espaces rétractés par rapport aux espaces où se répartissent la majorité des chômeurs confirme l’idée d’absence de « profit d’occupation ». L’on a pu observer sur des cartes à différentes échelles et différents maillages [Sélimanovski, 2008, pp. 107-130] que les distributions spatiales des chômeurs et des ménages en situation de pauvreté sont à la fois liées et décalées, de la même manière que la pauvreté est à la fois liée aux inégalités sociales et qu’en même temps, elle représente une « synthèse sociologique unique ». Ainsi, le foyer de pauvreté de Haguenau englobe trois communes de l’agglomération du même nom : Haguenau, Bischwiller, Kaltenhouse, où l’intensité de la pauvreté est forte. Il est situé au cœur d’une nébuleuse de cantons étalée des confins nord-ouest du département jusqu’au Rhin où le taux de chômage est fort. On observe ce phénomène à l’amont de la vallée de la Bruche où les chômeurs sont répartis dans toutes les communes et où la pauvreté se concentre plus exclusivement dans un petit groupe de communes rurales autour de Saales et à Schirmeck. À Strasbourg, de même, le phénomène peut être observé à l’échelle intra-urbaine : les espaces du chômage sont plus étendus que les foyers de pauvreté (carte 3). Les foyers de pauvreté les plus importants se trouvent dans les faubourgs, au sud et à l'ouest de la ville intra-muros. Quatre quartiers, au sud de la ville (Neuhof, Port du Rhin, Musau, Meinau), forment un ensemble continu où la proportion des ménages bénéficiaires du RMI est comprise entre 15 % et plus de 25 % des ménages résidants (la proportion moyenne pour la commune de Strasbourg est de 6,3 %). Ils totalisent un peu moins du quart des bénéficiaires de la ville et un peu plus du dixième des bénéficiaires du département.

Carte 3. Part de la population couverte par le RMI à Strasbourg

Carte 3. Part de la population couverte par le RMI à Strasbourg

Sources : CAF au 31/12/1997 – INSEE, recensement de la population 1999.

12Presque partout dans l'agglomération, les foyers de pauvreté coïncident avec des ensembles, plus ou moins anciens, plus ou moins étendus, de logements sociaux. Le parc locatif public du département compte 50 430 logements : l'unité urbaine de Strasbourg concentre 83 % de ces logements et la ville de Strasbourg 60 %. Comme ailleurs en France, ce parc ne joue plus le rôle d'espace de passage entre deux situations socio-résidentielles ascendantes. Il s'est métamorphosé en espace fermé que l'on quitte difficilement faute de perspectives et de revenus suffisants. Soumis à des mouvements contradictoires, il souffre d'une image dévalorisée que révèle un taux élevé de vacance des logements et un taux d'emménagement faible. Le parc locatif public est à la fois peu attractif pour les ménages à revenus moyens et, en même temps, très convoité par des ménages paupérisés logés dans le parc privé locatif dégradé dans lequel les loyers sont souvent surévalués. Les onze quartiers sensibles de la politique de la ville de l'agglomération de Strasbourg (carte 4) sont centrés sur les plus grands ensembles d'habitat collectif du parc locatif public. Ils correspondent tous à des foyers de pauvreté notable. Pourtant, malgré leur nombre, ils ne donnent qu'une image gauchie, déformée, de la répartition de la pauvreté dans la ville. L'observation du quartier de la Meinau en témoigne.

Carte 4. Strasbourg – Périmètre de contrat de ville 2000-2006

Carte 4. Strasbourg – Périmètre de contrat de ville 2000-2006

Sources : Délégation Interministérielle à la Ville et au Développement Social et Urbain, 194, avenue du Président Wilson, 92217 Saint-Denis-La-Plaine CEDEX

13Le quartier de la Meinau, situé au sud de la ville, comprend une zone résidentielle de villas et de pavillons qui ont commencé à se construire à partir de 1918 ainsi qu'un grand ensemble d'habitat collectif, « la Canardière », édifié entre 1957 et 1961. Les deux zones morphologiques sont bien distinctes. Le grand ensemble d'habitat collectif est lui-même scindé en deux sous-ensembles gérés par deux bailleurs sociaux : la SIBAR à l'ouest administre des logements majoritairement attribués à l'origine à des fonctionnaires, CUS Habitat à l'est régit un parc de logements plus modestes. La division n'est pas lisible dans le paysage, mais elle est bien inscrite dans l'esprit des habitants du quartier. Deux territoires de projet désignent la Meinau comme un territoire de la politique de la ville : le territoire du réseau d'éducation prioritaire et la zone de redynamisation urbaine (ZRU), dont le périmètre, adopté en décembre 1996, s'étend sur les deux parties du grand ensemble d'habitat collectif. À cette échelle fine, on retrouve le même processus de concentration des ménages paupérisés qu’aux autres niveaux scalaires. En 1998, 206 ménages ont demandé à bénéficier du FUS dans le quartier de la Meinau. L'écrasante majorité de ces ménages (200) habitent dans la ZRU, il y a tout de même quelques ménages demandeurs du FUS dans la zone des villas. Mais, la majorité des demandeurs (171) résident dans la partie est de la ZRU de la Canardière. De plus, on observe des micro-concentrations à l'échelle la plus fine, comptant jusqu'à 25 ou 30 ménages demandeurs du FUS dans une même rue et jusqu'à une vingtaine dans une même tour. Il y a donc une grande différence d'intensité de la pauvreté entre les deux Canardières : le taux de demandeurs du FUS par rapport au nombre de ménages résidants à la Canardière-Est est de 98‰ alors que ce taux est de 10,7‰ à la Canardière-Ouest (le taux est de 17‰ pour l'ensemble du Bas-Rhin et de 34,1‰ dans la ville de Strasbourg). Ce taux tombe à 3,1‰ dans la zone des villas.

14Bien que relatives, les correspondances observées entre les plus fortes concentrations de populations en situation de pauvreté dans des espaces rétractés et la désignation de ces espaces comme territoires de la politique de la ville impriment fortement la trace de la frontière de la pauvreté. À ces interactions entre la disqualification née de la concentration de la pauvreté (absence de « profit d’occupation »), associée au paysage déprécié de l'habitat social, et le renversement de la politique d'intégration qui se traduit par le stigmate d'une « mauvaise » adresse (absence « de profit de rang »), s’ajoute un autre effet de lieu (l’absence de « profit de localisation »). Ce dernier effet de lieu est lié aux disparités de l’encadrement social. La ville fixe les services sociaux car la distribution spatiale des services d’action sociale obéit aux principes d’efficacité de localisation des services publics dans les places centrales d’un réseau urbain. En même temps, la ville abrite et attire d’importants effectifs de personnes en situation de pauvreté. L’importance de la concentration des administrations de proximité ainsi que des services parapublics et sociaux sur les chefs-lieux départementaux est un facteur aggravant de cette polarisation. De manière paradoxale, la richesse de l’offre sociale et les effets positifs de la logique de proximité, observée jusqu’aux quartiers sensibles, par la volonté des collectivités territoriales, d’y inscrire, dans une logique d’équité, un maximum de guichets, sont contrecarrés, à Strasbourg, par l’effet de masse généré par le très grand nombre de personnes en situation difficile résidant dans la ville et ses quartiers sensibles. Autrement dit, les guichets sociaux de Strasbourg offrent une très riche palette de services mais sont engorgés par le grand nombre d’ayant-droits accueillis. Dans la commission locale d’insertion de Strasbourg, chaque instructeur du RMI s’occupe de 54,6 personnes en moyenne en 1998, alors que ce nombre tombe à 6,1 dans la commission locale d’insertion de Wissembourg.

3. effets de lieu et territorialité du repli

15À un autre niveau d’analyse, l'étude des parcours de vie des personnes en situation de pauvreté dans les quartiers sensibles fait apparaître un ancrage résidentiel très prononcé et montre que les changements de situations résidentielles ont toujours été motivés par des nécessités professionnelles ou familiales : migrations intérieures pour suivre des chantiers du bâtiment d'une région à une autre ou pour se marier (pour les femmes), migrations internationales pour travailler dans l'industrie. Ces migrations n'ont jamais été le résultat d'une stratégie sociale ascendante, elles ont toujours été le fruit de la nécessité, et une fois le changement d'espace de vie accompli, elles n'impliquent ni d'incessants voyages, ni de partage de résidence entre les lieux de départ et ceux d'arrivée. D'une manière générale, les migrations résidentielles des personnes en situation de pauvreté sont difficiles, voire impossibles, en raison de l'obstacle que représente la faiblesse de leurs ressources financières et, sans doute partiellement, en raison des contraintes de la territorialisation des dispositifs d'assistance. Ces derniers entravent les changements entre circonscriptions dans la mesure où les déménagements sont synonymes de nouvelles démarches à entreprendre et donc de retards ou d'interruptions de paiement des prestations sociales.

16Les enquêtes auprès des bénéficiaires du FUS nous rappellent que la question du parc locatif public est devenue le nœud gordien du problème du logement des populations en situation de pauvreté. D’une part, le parc public représente un eldorado peu accessible aux personnes et aux familles dont les revenus sont faibles. Monsieur B., par exemple, est né en Turquie en 1952. Il est arrivé en France en 1974 où il a enchaîné des périodes travaillées et des périodes chômées. Il a été maçon, demandeur d’emploi à la suite de problèmes de dos, agent d’entretien, demandeur d’emploi, RMIste-salarié en CES comme chauffeur et tierce-personne d’un professeur aveugle (1995‑1996). En 1998, il est RMIste-demandeur d’emploi. Il a toujours mal au dos. Depuis l’arrivée de sa femme en 1980, avec leurs deux premiers enfants, Monsieur B. loue une petite maison de trois pièces, humide, sans confort, à Reichstett, en lisière nord de l’agglomération de Strasbourg. En 1998, Monsieur et Madame B. ont cinq enfants âgés de 22, 18, 16, 14 et 11 ans, mais ils n’ont pas réussi à quitter leur maison, malgré une demande de logement HLM déposée en 1983, après la naissance de leur troisième enfant. La modicité des revenus mensuels de la famille B. (6260 F au moment de l’enquête, soit 955 euros) l’écarte durablement du parc locatif public. D’autre part, dans cette sphère du locatif public, les logiques financières pour l’attribution des logements jouent de la même façon que dans la sphère du locatif privé, de sorte que l’on observe une correspondance mécanique entre la solvabilité des ménages et l’offre des bailleurs publics. Aux logiques financières restrictives s’ajoutent des logiques gestionnaires rigides. Pour changer de logement social, il faut présenter des garanties financières suffisantes aux yeux du bailleur social et, en même temps, avoir épuré ses dettes de logement, même si ces dernières résultent justement de l’inadéquation entre la taille du logement et la composition du ménage. Ainsi Monsieur T., malade des poumons, ne peut pas quitter son logement inadapté pour lui, du fait de ses revenus trop faibles. De même, Madame S., avec et ses trois enfants en bas âge, échoue dans un appartement sans confort en passant de l’API au RMI.

17Le parcours de Madame S. (figure 1) est presque entièrement vécu derrière la frontière de la pauvreté. Elle est née à Strasbourg dans une famille de sept enfants dont elle est l’aînée et dont la mère vivait seule. Madame S. a passé son enfance dans le quartier de Neuhof, entre l’allée des Déportés et la rue du Marschallof. Elle quitte l’école à 16 ans, travaille pour une société de distribution de prospectus qu’elle est obligée de quitter pendant sa première grossesse. À la naissance de son fils, elle perçoit l’API et obtient un logement HLM à la Meinau. Trois ans après, elle met au monde son deuxième enfant et perçoit une deuxième fois cette allocation. Trois ans après, à la naissance de sa dernière fille, elle perçoit l’API pour la troisième fois. Aujourd’hui, sa cadette est âgée de quatre ans. Madame S. touche le RMI et a commencé à travailler comme femme de ménage dans une crèche sur un poste en CES. Elle ne vit pas avec le père de ses enfants qui est âgé de 36 ans et réside dans le même quartier qu’elle. Ce dernier n’a pas reconnu ses enfants, mais il vient les voir le soir. Il ne travaille pas et touche le RMI. Madame S. a emménagé en 1997 dans le logement HLM du quartier de Neudorf où je la rencontre. C’est un vieil appartement, sans confort. Elle s’est endettée pour le rendre habitable et le chauffer. Elle est en conflit avec CUS Habitat qui a commencé la réhabilitation des appartements dans le pâté de maisons où elle habite. Tenu par ses normes, l’office HLM exige qu’elle casse le coin cuisine et la salle de bain, tout juste installés à grands frais. Or le confort et l’esthétique de ce qui est proposé par CUS Habitat reste très en deçà de ce qui vient d’être refait.

Figure 1. Parcours professionnel, résidentiel, familial d'une femme de 28 ans

Figure 1. Parcours professionnel, résidentiel, familial d'une femme de 28 ans

18L'immobilité n’est pas toujours la règle pour les ménages rentrés dans le parc locatif public. Les enquêtes auprès des bénéficiaires du FUS révèlent des stratégies qui consistent à changer d'immeuble à l'intérieur des quartiers ou à passer d'un quartier d'habitat social à un autre pour gagner un peu plus de place et de confort quand la situation familiale ou matrimoniale évolue.

19Les normes de construction et la qualité de l'entretien du bâti social ayant varié avec le cycle des politiques d'urbanisme, une étude fine de ces stratégies résidentielles révèle une hiérarchie des quartiers ou du moins une identité différente des quartiers à l'échelle de la grande ville et des micro-ségrégations perceptibles à l'échelle interne des quartiers. Dans chaque quartier strasbourgeois, il y a des îlots d’habitation plus ou moins entretenus, plus ou moins stigmatisés. Dans le quartier de la cité Nucléaire à Cronenbourg, les immeubles promis à la démolition sont devenus des lieux particulièrement répulsifs. Dans le quartier de la Meinau, le déménagement à la Canardière-Ouest, dans les logements sociaux gérés par la SIBAR, est le signe d’une amélioration de la situation financière : les logements étant plus spacieux et les immeubles moins stigmatisés que les barres et les tours gérées par CUS Habitat, au sud-est du même quartier. Dans le quartier de Neuhof, le « fond » est moins prisé que le « devant ». Selon les habitants de ce quartier et selon les intermédiaires sociaux qui y travaillent, le parcours résidentiel ascendant commence à la première génération par la cité des Aviateurs : des familles tsiganes y sont sédentarisées dans des baraques dégradées. Il se poursuit à la deuxième génération par une adresse au « fond » de la cité, au Ballersdorf ou au Marchalshof, pour se terminer « devant », à la troisième génération, du côté de la rue Schach, ou de Clairevivre. Le summum est atteint si l’on parvient à traverser la route principale et à obtenir un logement de l’autre côté du Neuhof, rue de Mâcon ou rue de Solignac. L’échec consiste à repartir au « fond », où habitaient les grands-parents.

20Dans le parc locatif public les requérants ne peuvent ni choisir librement leur logement ni exactement leur lieu de résidence, malgré la nécessité d'accomplir des démarches administratives lourdes auprès des bailleurs sociaux. Ce mode de fonctionnement crée un espace urbain particulier et entretient des effets de lieu négatifs. C'est un espace résidentiel discontinu, relativement fermé, à l'intérieur duquel le déménagement n’est pas synonyme d'ascension sociale mais révèle plutôt la volonté de se distinguer de ses pairs. Certains enquêtés ont pu passer la totalité de leur vie dans le même quartier ou bien quitter le quartier d’habitat social de leur enfance pour s’installer dans un quartier d’habitat social voisin et y rester durant toute leur vie d’adulte. Cependant cette relative immobilité résidentielle ne présente pas que des aspects négatifs. Elle donne le temps de consolider des liens de proximité et de sublimer ses difficultés en partageant avec d’autres le sentiment rassurant d’avoir acquis une identité territoriale.

21Par ailleurs, les enquêtes révèlent l’embarras que posent les déplacements courants pour les personnes en situation de pauvreté. On peut y voir les conséquences du chômage qui n'oblige plus à la mobilité pendulaire et / ou qui accroît les difficultés financières des intéressés. Même en ville, les problèmes d'argent limitent directement les déplacements. Ils rendent problématiques les déplacements obligatoires pour rechercher du travail, participer à des stages et interdisent souvent les déplacements de loisir. Si les enquêtes mentionnent des vacances, il s'agit pour les familles immigrées de séjours épisodiques effectués dans leurs pays d'origine (de plus en plus rares quand la précarité s'installe) ou pour les autres enquêtes de séjours de très courte durée qui se sont produits dans une vie antérieure (une semaine de vacances il y a dix ans, par exemple). La fréquence des sorties et les départs en vacances diminue et les distances parcourues se réduisent. De même, les propriétaires de voiture sont peu nombreux. À la longue, l'habitude de se déplacer finit par se perdre et à l’obstacle du manque d'argent s'ajoute l’obstacle psychologique de la crainte du déplacement. Au total, on peut dire qu'il y a territorialité du repli quand les deux processus spatiaux de repli se superposent : des migrations résidentielles bloquées qui ferment l'espace des pratiques sociales et une mobilité habituelle réduite qui rétrécit l'espace des pratiques quotidiennes au seul périmètre du quartier habité.

22Captives du parc social par des migrations résidentielles contraintes, les femmes seules vivant de l’API et du RMI sont les plus exposées à « l'expérience de la finitude ». Sous la protection successive de l’API et du RMI, elles évoluent dans une carrière sociale initiée et rythmée par les maternités. Elles ont passé la frontière de la pauvreté. Elles ont quitté le système scolaire sans diplôme et n'ont pas ou très peu travaillé. La maternité subie ou choisie a été pour elles le moyen d'accéder à un statut social. Mais les effets de cette reconnaissance sont ambivalents. D’un côté, elles disposent de ressources pour élever leurs enfants et accéder assez facilement au parc de logements locatifs publics. De l’autre, elles sont piégées par le dispositif car pour percevoir l’API, elles doivent obligatoirement vivre sans conjoint. Enfin, le mode de vie initié avec l’API ne facilite guère le retour à l’emploi et conduit le plus souvent au RMI (figure 1). Le travail a été repoussé dans un ailleurs très lointain, même par les très jeunes femmes. Les plus jeunes d'entre elles reproduisent souvent la situation vécue par leur propre mère qui habite fréquemment dans le même quartier et qui les aide en s’occupant des petits-enfants. Les figures de père ou de conjoint sont absentes du récit de leur vie. Ces femmes seules se déplacent habituellement peu en dehors des trajets circonscrits à l'espace restreint du quartier, pour aller et venir à l'école où sont scolarisés leurs enfants et pour faire les courses. Et c'est parfois un véritable enfermement qui s'installe, progressivement et durablement. Notons que les politiques publiques d'insertion ne prennent pas suffisamment en compte ces effets de lieu négatifs alors que certaines conséquences perverses de la politique de la ville renforcent précisément l’enfermement dans les territoires de proximité. Or ce phénomène concerne un grand nombre de personnes dont la territorialité se construit en retrait derrière les bornes d'un territoire déjà stigmatisé : de la même manière qu'un mouvement migratoire isolé ne fait pas un flux et que c'est l'addition des mouvements qui construit le flux structurant le champ migratoire.

23Les processus de la ségrégation sont démultipliés quand, dans ces mêmes quartiers, la territorialité du repli ne résulte plus seulement de l'addition de pratiques individuelles mais de l'addition de pratiques individuelles et de pratiques collectives d'appropriation des espaces publics par des actes d'incivilité ou de violence, que l’on désigne souvent par l’expression violences urbaines. Avec cette territorialité du conflit, nous sommes ramenés à une symbolique produite par des images médiatiques antagoniques, dans une ville où il est facile d'opposer la luminosité de la façade de verre du Parlement Européen, l'IPE 4, reflétant le ciel et l'eau, fierté de la capitale européenne, aux guirlandes chatoyantes du marché de Noël, emblèmes de la prospérité rhénane, aux feux de voitures, symptomatiques de la révolte sociale d'une partie de la jeunesse qui ne trouve pas sa place au cœur de la Cité. Cette forme de territorialité concerne de jeunes habitants en mal de reconnaissance qui habitent des quartiers périphériques stigmatisés par leur paysage et leur délimitation comme territoires de la politique de la ville. Dans le quartier sensible de la Canardière à la Meinau, des jeunes garçons et des jeunes hommes surtout vivent une double territorialité du repli. La première est tributaire des parcours socio-résidentiels bloqués et de la mobilité habituelle réduite de leurs parents. La deuxième est conflictuelle et s'exprime par l'appropriation collective de certains espaces publics du quartier et du centre de la ville, par des incivilités ou par des violences commises en bande [Haug, 2002 ; Sélimanovski, 2008, pp. 246-259]. Ces violences ferment davantage le territoire et interdisent la fréquentation de certains lieux du quartier, comme des jardins publics et certaines places, aux jeunes et moins jeunes qui restent à l’écart du monde de la délinquance et des drogues dures. Tout se passe comme si ces différentes traces matérielles et vécues de la frontière disqualifiaient le quartier tout entier, alors qu’elles circonscrivent des territoires moins étendus que l’ensemble du quartier et que des personnes n’ayant ni franchi la frontière de la pauvreté, ni celle de la délinquance, se trouvent néanmoins prisonnières de l’image de ces lieux.

24C'est ainsi que la territorialité du conflit alimente la ségrégation dont on reconnaît les ingrédients dans les quartiers sensibles de Strasbourg, l'identification au territoire, l'immobilité résidentielle, les peurs, le racisme, la stigmatisation, les représentations collectives disqualifiantes, l'existence de frontières vécues plus ou moins étanches que l’on transgresse éventuellement dans les conflits. Ici, la stigmatisation du territoire renforce l'impact spatial de la frontière de la pauvreté. Mais paradoxalement, la lisibilité du phénomène de pauvreté s'efface en raison de l'ethnicisation de la frontière de la pauvreté. La frontière sociale qui se construit dans les quartiers sensibles est une frontière redoublée. Elle est générée par plusieurs phénomènes associés deux à deux qui interagissent les uns avec les autres aux différents niveaux de l'espace sociétal objectif et de l'espace vécu : extranéité et pauvreté, ségrégation résidentielle et territorialité du repli, territorialité individuelle de la « finitude » et territorialité collective du conflit. Néanmoins, cette frontière complexe apparaît dans les représentations communes comme une simple frontière ethnique séparant les Français de souche des populations issues de l'immigration non européenne, lesquelles par glissements successifs finissent par être perçues comme une classe sociale dangereuse. Pourtant, le fond de la question sociale n'est pas l'extranéité mais la pauvreté. Il est donc tout à paradoxal que la disparition de la pauvreté de la scène sociale se fasse justement dans les quartiers sensibles où la trace de la frontière de la pauvreté est la plus marquée.

Conclusion

25L’analyse de la prégnance des effets de lieu négatifs qui impriment fortement la trace de cette frontière dans les quartiers de relégation des grandes villes, ne conduit pas pour autant à une posture enfermant les populations en situation de pauvreté dans un déterminisme social et / ou spatial. Certes, la problématique de la pauvreté et des effets de lieu négatifs est une problématique de l’ancrage et de l’identité ainsi qu’une problématique de l’enfermement et de la reproduction sociale, mais c’est aussi une problématique du dépassement des identités assignées. On sait que dans les lieux de relégation, dans les lieux du confinement, du repli social, l’ancrage au territoire permet la mobilisation de ressources locales et la construction de liens de sociabilité qui peuvent être très riches. Certains chercheurs parlent à ce propos de capital d’autochtonie [Retière, 2003].

26Mais il y a plus. L’ancrage au territoire peut également produire un retournement des stigmates de la disqualification et de la ségrégation au profit de personnes ou de groupes jusque-là victimes de la pauvreté et / ou de discriminations. Le sens des effets de lieu négatifs varie selon l'âge et le sexe des individus, selon leurs biographies et leurs itinéraires. Pour les jeunes les plus en difficulté, la reconnaissance de soi dans le territoire, à travers l'observance des règles de comportement communes est sans doute un des éléments qui permet de survivre quand les promesses de l'intégration sociale s'éloignent. Il faut donc se garder d'une appréciation univoque des effets de lieu. D'un côté, le phénomène peut favoriser le repli et l’enfermement, s'il ne reste plus rien d'autre pour exister dans la société et que tous les autres processus de projection dans l'avenir ont échoué. À l'inverse, l’ancrage aux lieux peut être un phénomène porteur, savoir d'où l'on vient donne la force de se projeter dans la société.

27On peut ainsi penser à tous ceux qui réussissent à retourner à leur profit les stigmates de la pauvreté et de la discrimination : footballeurs, musiciens, danseurs, mannequins, couturiers très connus qui contribuent à créer une image valorisante pour les quartiers dont ils sont issus ; sociologues, travailleurs sociaux, juristes, enseignants, artistes, plasticiens, danseurs, musiciens moins connus, qui contribuent, eux aussi, à diffuser une culture universelle de la débrouille, de l'entraide, de la fête, du métissage, de la créolité. Cette culture ne ressemble en rien à une culture de la pauvreté traditionnelle car elle n'est pas confinée dans une poche étanche de la société. Au contraire, elle percole, de la marge au centre, à travers la frontière redoublée qui révèle ici ses propriétés d'interface et nous interpelle sur la pertinence de la problématique des effets de lieu dans le contexte de la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

ARBARET-SCHULZ C., BEYER A., PIERMAY J.-L., REITEL B., SÉLIMANOVSKI C., SOHN C., ZANDER P. (2004), La frontière, un objet spatial en mutation, EspacesTemps.net, Textuel, http://espacestemps.revues.org/document842.html.

BOURDIEU P. (dir.) (1993), La misère du monde, Paris, Seuil, Libre examen.

CASTEL R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

DI MÉO G., (2000) « Que voulons-nous dire quand nous parlons d'espace ? », in J. Lévy, M. Lussault (dir.), Logiques de l'espace, Paris, Belin, Mappemonde, pp. 37-48.

DURRU-BELLAT M. (2002), Les inégalités sociales à l’école : genèse et mythes, Paris, PUF.

FRÉMONT A, CHEVALIER J., HÉRIN R., RENARD J. (1984), Géographie sociale, Paris, Masson.

HARVEY D. (2006), « Space as a keyword », in N. Castree & D. Gregory (eds.), David Harvey, a critical reader, Oxford, Blackwell, pp. 270-294.

HAUG M. (coord.), IGERSHEIM J., SÉLIMANOVSKI C., WUNENBURGER D., & CAUSER J.-Y., HASSOLD A., TENOUDJI P. (2002), Les rapports à la violence, aux institutions et les difficultés du passage à l’âge adulte des jeunes du quartier de la Meinau, Strasbourg, Institut Pour La Promotion du Lien Social (IPLS) et Faculté des Sciences Sociales de l’Université Marc Bloch.

LÉVY J., LUSSAULT M. (dir.) (2003), Dictionnaire de la géographique et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

LUSSAULT M. (2007), L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, La couleur des idées.

PAUGAM S. (1993), La disqualification sociale : essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF, Sociologies.

RETIÈRE J.-N. (2003), Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, Politix, vol. 16, n° 63, pp. 121-143.

SÉCHET R., VESCHAMBRE V. (dir.) (2006), Penser et faire de la géographie sociale, contribution à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

SÉLIMANOVSKI C. (2008), La frontière de la pauvreté, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

SIMMEL G. (1907), Les pauvres, 1re éd., Paris, PUF, Quadrige, 1998.

WACQUANT L. (1999), Les prisons de la misère, Paris, Éditions Raisons d'Agir.

ZENEIDI‑HENRY D. (2004), Les SDF et la ville, une géographie du savoir survivre, Paris, Éditions Bréal.

Haut de page

Notes

1 D’autres façons de concevoir l’espace rendent comptent de la complexité de cet objet. Par exemple, David Harvey décompose les strates de l’espace par une matrice croisant en lignes, l’espace absolu (euclidien), l’espace relatif, l’espace relationnel et en colonnes, l’espace matériel, les représentations de l’espace, l’espace vécu [Harvey, 2006].

2 Le FUS a été un dispositif d'assistance, initié par l’État français, qui a fonctionné de manière unique de janvier à juin 1998. Il s’agissait pour ses promoteurs de soulager ponctuellement la détresse financière de ménages en difficulté qui avaient déposé une demande d'aide auprès de la structure chargée, à l'échelle du département, de distribuer les fonds. À l’échelle nationale, une enveloppe financière d'un milliard de francs fut répartie entre les départements : 800 000 dossiers de demande d'aide furent déposés, 600 000 ménages reçurent une aide moyenne de 1600 F (244 euros). Dans le Bas-Rhin, 82,2% des demandeurs perçurent une aide dont le montant moyen fut de 1927 F (294 euros).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les aires urbaines dans le département du Bas-Rhin
Crédits Graphisme : A. C. Bronner
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Carte 2. Chômeurs et bénéficiaires du RMI par canton (Bas-Rhin, 1998)
Crédits Auteur : C. Sélimanovski, Graphisme : A.C. Bronner
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carte 3. Part de la population couverte par le RMI à Strasbourg
Crédits Sources : CAF au 31/12/1997 – INSEE, recensement de la population 1999.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Carte 4. Strasbourg – Périmètre de contrat de ville 2000-2006
Crédits Sources : Délégation Interministérielle à la Ville et au Développement Social et Urbain, 194, avenue du Président Wilson, 92217 Saint-Denis-La-Plaine CEDEX
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3609/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 1. Parcours professionnel, résidentiel, familial d'une femme de 28 ans
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3609/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Sélimanovski, « Effets de lieu et processus de disqualification sociale », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 119-133.

Référence électronique

Catherine Sélimanovski, « Effets de lieu et processus de disqualification sociale », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/3609 ; DOI : 10.4000/eps.3609

Haut de page

Auteur

Catherine Sélimanovski

Université de Montpellier 2 / IUFM
2, place Marcel Godechot
BP 4519
34092 Montpellier Cedex 5
catherine.selimanovski@univ-montp2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org