Navigation – Plan du site
Articles

L’émergence du sentiment d’insécurité en quartiers défavorisés

Dépassement du seuil de tolérance… aux étrangers ou à la misère ?
The Emergence of a Sense of Insecurity in Disadvantaged Neighbourhoods
Jean-Louis Pan Ké Shon
p. 105-117

Résumés

En France, les espaces ruraux et périurbains ont connu un regain démographique important depuis les années 1980 alors même que les lois de décentralisation contribuaient à les libérer de la tutelle d’un État longtemps tout puissant dans l’aménagement de « son » territoire. Loin d’alimenter la thèse d’une renaissance rurale et d’un développement local plus autonome, cet article, qui s’appuie sur de nombreuses recherches et terrains, vise à montrer le renforcement des inégalités sociales dans les choix de mobilité et d’ancrage, d’une part, et des inégalités territoriales sur le marché de l’attractivité, d’autre part. Quatre figures de territoires synthétisent, de manière idéale-typique, la manière dont s’articulent localement des dynamiques sociodémographiques et migratoires, des relations sociales et des fonctionnements politico-institutionnels en orientant le développement dans le sens du repli protecteur qui confine à la dévitalisation, de la sélection sociale parée des atours de la durabilité, de la recherche de mixité, ou bien encore de l’ouverture compétitive.

Haut de page

Texte intégral

1Habiter un quartier pauvre contribue à augmenter les risques d’insatisfaction de ses habitants. Ce sont souvent les lieux les moins attractifs qui subissent des nuisances, des déprédations, des vols et souffrent d’insécurité [Smet et van Uilt, 2008 ; Lagrange, 2001 ; Aneshensel et Sucoff, 1996]. La perception de la dangerosité d’un quartier constitue même l’incitation la plus forte à déménager et contribue ainsi à la ségrégation [Quillian and Pager, 2001]. Ces tensions génèrent des pathologies mentales évolutives avec des incidences sur la santé physique [Aneshensel et Sucoff, 1996 ; Hill et al., 2005]. Néanmoins, l’un des résultats surprenants d’une étude précédente provenait de la multiplicité des appréciations des habitants des quartiers pauvres, allant de la relation affective jusqu’au rejet violent du lieu de vie. Les quartiers pauvres étant fortement hétérogènes, en termes de populations et de leur degré de précarité sociale, on pourrait être amené à penser qu’en réalité les opinions positives proviendraient des résidents des quartiers populaires épargnés par les difficultés sociales les plus aigües.

2Comme c’est souvent le cas, notamment en Europe, nombre de quartiers défavorisés concentrent des populations socialement défavorisées dont les populations immigrées. Certains pourraient alors être tentés de lier le sentiment d’insécurité avec une « trop forte » présence d’étrangers, c’est-à-dire un « seuil de tolérance » qui serait dépassé. Cette thématique du « seuil de tolérance » aux étrangers est relativement ancienne puisque Véronique de Rudder repère ses premières apparitions au cours des années 1960 (1991). L’idée contenue dans cette expression est qu’au-delà d’un certain seuil d’étrangers, des externalités négatives comme des tensions et des heurts surgiraient avec la population indigène pouvant notamment générer un sentiment d’insécurité. Le discours sur le seuil de tolérance n’est pas spécifiquement français, on le retrouve dans plusieurs pays européens comme une justification apparemment modérée, en quelque sorte un affichage non raciste des politiques visant pourtant à limiter la proportion d’étrangers dans certains immeubles ou dans certains quartiers belges [Kesteloot, 1986]. Ce seuil de tolérance, dont le dépassement serait matérialisé par un plus fort sentiment d’insécurité, serait alors un mécanisme xénophobe qui ferait percevoir l’environnement comme hostile et expliquerait, au moins en partie, les phénomènes de « Tipping point », de « White flight » ou d’évitement (Avoidance) des quartiers américains ethniquement mélangés [Duncan et Duncan, 1957]. Cette notion de tipping-point d’origine américaine correspond au taux d’Afro-américains au-delà duquel il y a un risque de ségrégation notamment par le départ des Américains « blancs » (white flight). La recherche aux États-Unis a cessé d’espérer mettre à jour un taux hypothétique applicable à toutes les situations rencontrées. De plus, les débats entre effet de la « race » ou effet des caractéristiques sociales plus faibles des Afro-américains expliquant le white flight ne sont toujours pas tranchés [Brama, 2006]. On aborde là, sous une facette spécifique une interrogation récurrente : est-ce la question sociale ou la question raciale à l’origine du sentiment d’insécurité ?

  • 1 Une des raisons majeures revient certainement à la construction sociale et historique des minorités (...)

3Partout en Europe, les problèmes sociaux tendent à être perçus comme des problèmes d’insécurité liés à l’immigration clandestine ou aux jeunes « issus de l’immigration » [Palidda, 1999 ; pour le cas français, voir Mucchielli, 2003]. On sait aussi que le risque de se plaindre de l’insécurité est plus fort chez les habitants des quartiers pauvres [Lagrange, 2001 ; Pan Ké Shon, 2007a] et nombre de ces quartiers en Europe concentrent des populations défavorisées dont les immigrés (sur les populations immigrées en France, voir Blanc, 1991). Quillian et Pager constatent que la composition raciale aux États-Unis influence bien plus fortement le sentiment d’insécurité que les indicateurs objectifs (2001). Mais les États-Unis ne sont pas l’Europe et la composition « ethnique » de leurs quartiers défavorisés comme le degré de leur concentration sont aussi éloignés des cas européens1. De plus, les rapports historiques entre les autochtones ou la majorité blanche et les minorités sont construits sur des bases différentes : esclavage pour les uns et colonialisme pour les autres avec des imaginaires racistes distincts. Une possibilité alternative à ce mécanisme xénophobe, qui engendrerait l’insécurité, serait le lien entre des populations miséreuses concentrées spatialement et les délits habituellement induits générant l’insécurité [Mucchielli, 2003]. Cette fois le mécanisme de l’émergence du sentiment d’insécurité reposerait sur la concentration de la misère et non pas sur un seuil de tolérance aux étrangers. La réponse à cette question est évidemment importante afin de ne pas se tromper dans l’administration des solutions par les pouvoirs publics et les divers acteurs locaux. Faut-il favoriser la mixité sociale (mélange de populations socialement défavorisées) ou développer des politiques de peuplement selon des critères ethniques ? La question à laquelle nous allons donc tenter de répondre est la suivante : d’où vient le risque de se plaindre de l’insécurité lorsqu’on loge en quartier pauvre, de la concentration des immigrés ou de populations socialement défavorisées ?

4L’article se déroule de la façon suivante. D’abord, nous présentons les sources et les méthodes employées. Puis, pour simplification nous regroupons drastiquement les types sociaux de quartiers en quatre catégories : aisé, moyen-aisé, moyen-pauvre et pauvre. Nous vérifions la robustesse de ces résultats en substituant, à la première typologie socio-économique de quartier, une autre définie par le taux de chômage agrégé au niveau du pâté de maisons. Enfin, l’utilisation de modèles logistiques multinomiaux permet de mettre au jour les risques de se plaindre de l’insécurité à mesure de la progression du taux de chômage, cela en contrôlant des variables individuelles, du quartier habité et du taux d’étrangers.

Données, mesures et méthodes

5Afin de répondre aux questions posées, nous utilisons l’enquête Vie de quartier de l’INSEE dont les thèmes principaux d’investigation se focalisaient sur l’habitat et l’environnement. Les informations ont été collectées en 2001 auprès de 12 000 personnes représentatives de la population française. Par appariement avec le recensement de 1999, les variables de contexte au niveau du quartier (IRIS), telles que le taux de chômage et le taux d’étrangers, ont été ajoutées. L’IRIS correspond à un découpage géographique de l’Insee regroupant en moyenne 2000 habitants et correspondant souvent à un pâté de maisons. Quant aux étrangers, ils sont déterminés au sens strict par leur nationalité.

Typologies des quartiers, des habitants, indicateur de précarité d’un quartier et modèles statistiques

1. La typologie socio-économique des quartiers

6La typologie socio-économique des quartiers est un outil d'analyse socio-spatial mis à disposition par Martin-Houssart et Tabard (notée M&T par la suite) (2002). Cette typologie a été établie à partir des données du recensement de 1999 classant 7571 unités géographiques auxquelles s’ajoutent les petites communes. Chaque unité spatiale regroupe environ 6000 habitants. Cette typologie part de la répartition des actifs selon leur quartier et leur position vis-à-vis de l’emploi. La position au regard de l’emploi est déterminée selon le statut d’activité (en activité/au chômage), la profession et le secteur d’activité de l’entreprise. La méthode utilisée pour la construction de la typologie consiste en classifications automatiques successives sur les axes des analyses factorielles (AFC). L’étude des positions d’emploi des habitants permet d’indiquer les inégalités de peuplement des territoires. Pour cette étude, la nomenclature a été réduite en quatre postes différents : 1 – Aisé, 2- Moyen-Aisé, 3- Moyen-Pauvre et 4- Pauvre. Nous avons écarté les quartiers agricoles des analyses à cause de leur singularité.

2. Le chômage comme indicateur du défavoritisme social des quartiers

7Le chômage pris comme indicateur a pour caractéristique d’être une synthèse des fragilités et des risques de fractures individuelles et sociales qu’il peut entraîner. De fait, le chômage précarise les individus par un processus de pertes diverses : de revenus, de relations professionnelles [Blanpain et Pan Ké Shon, 1999], de repères, de l’estime de soi et d’une détérioration du statut social, [Lazarfeld, 1932 ; Castel, 1995 ; Schnapper, 1981 ; Paugam, 2008 ; Pan Ké Shon, 2007b]. Il dévoile les groupes les moins bien armés pour trouver un emploi : les jeunes ou les personnes de plus de 55 ans, les personnes sans diplômes ou faiblement diplômées, les étrangers, les catégories sociales modestes, ouvriers et employés non qualifiés. En ce sens, il représente le mieux la précarité ou le degré de précarité sociale des habitants d’un quartier. L’hypothèse implicite de cette typologie vient du constat que les quartiers concentrent spatialement les inégalités sociales. De plus, la concentration d’individus défavorisés, approchés ici par les chômeurs, se réalise non seulement dans les quartiers les moins désirables, mais elle génère des externalités négatives telles que le sentiment d’insécurité. Quatre modalités sont déterminées par la distribution du chômage des quartiers. Les quartiers sont dits : 1- Aisés du 1er au 8e décile ; 2- Moyen-aisés du 8e au 9e décile ; 3-Moyen-fort du 9e décile au 95e centile ; ou 4-Pauvre au-delà du 95e centile. Cette dernière modalité équivaut également au taux de chômage au dessus du 6e décile des quartiers classés défavorisés par l’administration française et faisant l’objet de mesures d’aide particulières (Zones Urbaines Sensibles). Cette typologie fait donc plus directement appel aux inégalités socio-spatiales que la typologie des quartiers de Martin-Houssart et Tabard, qui repose davantage sur l’aspect en partie symbolique de la hiérarchie sociale des catégories socioprofessionnelles. Par ailleurs, leurs unités géographiques sont constituées de trois IRIS contre un seul pour la classification du chômage des quartiers (environ 6000 habitants contre 2000 en moyenne). Ce qui a pour conséquence de diluer les îlots de difficultés car les unités géographiques plus petites concentrent des populations davantage homogènes socialement et donc augmente le niveau des désavantages sociaux de ces unités.

3. Les types de résidents selon leur rapport avec leur quartier

8L'enquête concluait par une question ouverte : « Pouvez-vous dire, en quelques mots, ce que votre quartier représente pour vous ? ». L’intérêt d’une question ouverte est de faire émerger les ressentis des interviewés, leur rapport au quartier sans influencer leurs réponses et sans émettre d’hypothèse a priori sur celui-ci. De fait, il n’est pas demandé si l’habitant se sent en insécurité dans son quartier, ce qui aurait pour résultat de faire augmenter considérablement le nombre des personnes déclarant posséder ce sentiment. Les réponses à cette question sont traitées de façon à pouvoir les exploiter statistiquement (voir Annexe). À l’issue du processus de traitement du corpus textuel, 102 mots-clés différents ont émergé. Une classification hiérarchique ascendante (CAH) opérée sur les mots-clés de chaque enquêté aboutit à une typologie d’habitants. Le principe de la CAH est de maximiser la variance inter-groupes des mots-clés et de minimiser leur variance intra-groupe. Six types distincts d’habitants ressortent de cette classification hiérarchique : les « Avantagés » (6 % de la population), sensibles aux offres et aux avantages procurés par le quartier ; les « Globalement satisfaits » (44 %), exprimant une satisfaction générale ; les « Enracinés » (12 %) qui révèlent un rapport à l’habitat chargé d’affects. Ensuite viennent les « Repliés » caractérisés par les problèmes relationnels, l’isolement et l’absence de vie dans le quartier (5 %) ; les « Non-investis » détachés de leur lieu d’habitation (29 %) et les « Insécures » qui associent leur habitat à l’insécurité ou aux nuisances (4 %). Cette typologie correspond donc à un regroupement des habitants selon la proximité de leurs jugements spontanés vis-à-vis de leur quartier.

9Le terme « insécurité » est bivalent. Il signifie d’une part le sentiment d’un danger possible, dont l’intensité varie selon les individus, et d’autre part l’insécurité objective perçue au travers des divers délits. Le point de vue que nous avons adopté ici est celui du sentiment d’insécurité abordé par une question ouverte afin d’éviter d’induire les réponses qui biaiseraient les informations recueillies. Faire partie de cette classe particulière de résidents Insécures détermine alors notre indicateur d’insécurité. Par construction, l’indicateur sélectionne les populations dont l’insécurité représente une préoccupation davantage prégnante.

4. Modèles logistiques multinomiaux

10L’idée, sur laquelle repose l’article, est d’évaluer la probabilité de se situer parmi l’un de ces six types de résidents et de révéler ce qui conduit :

  • à se plaindre de l’insécurité ou

  • à montrer une certaine indifférence à son quartier,

  • à se replier ou encore

  • à s’en déclarer globalement satisfait ou

  • de mettre en valeur ses avantages ou

  • d’y être attaché.

11La typologie des habitants correspond donc à une certaine qualité de relation qu’ils ont avec leur lieu de vie. La typologie socio-économique des quartiers (M&T) et celle des inégalités socio-spatiales, saisies par le taux de chômage agrégé au niveau de chaque quartier, permettent d’évaluer le risque d’être un habitant Insécure plutôt qu’un autre selon le type de quartier : riche, moyen-riche, moyen-pauvre ou pauvre. Ces modèles sont contrôlés par les variables suivantes : le type socioéconomique de quartier, le type d’habitat (Immeuble HLM ou non, maison particulière), la localisation centrale ou de banlieue, les aménités locales, les problèmes déclarés préoccupants, la sociabilité locale en distinguant la parenté, les amis et les voisins, la durée de résidence dans le logement, les caractéristiques sociodémographiques du résident (âge, diplôme, type de ménage, statut d’activité). Toutes caractéristiques qui influent habituellement sur les appréciations du résident de son quartier.

12La composition ethnique, plus précisément le taux d’étrangers en continu et élevé au carré, et la composition sociale (le taux de chômage) apparaissent progressivement dans certains modèles. Les modèles A, B et C utilisent le type socio-économique de quartier de Martin-Houssart et Tabard basé sur les catégories socioprofessionnelles. Le modèle B ajoute au précédent le taux d’étrangers. Le modèle C complète avec le taux du chômage du quartier. Les modèles D et E substituent les quatre types socio-économiques de quartiers par quatre autres déterminés par la distribution de leur taux de chômage. Le taux d’étrangers du quartier est ajouté dans le modèle E. Les modèles multinomiaux font une double référence et se lisent de la façon suivante : le risque d’être un habitant Insécure plutôt qu’un habitant Globalement satisfait (1e référence) est plus important lorsqu’on loge en quartier pauvre (0,73 pour le modèle A) plutôt qu’en quartier aisé (2e référence).

Résultats. Le sentiment d’insécurité progresse avec le chômage du quartier

1. Hétérogénéité des rapports avec le quartier et inégalités des perceptions

13Les habitants des quartiers pauvres sont loin de tous entretenir des rapports négatifs avec leur quartier. On observe des habitants entretenant des rapports positifs et négatifs dans chaque type social de quartier, bien que les proportions de résidents aux opinions négatives soient davantage du côté des quartiers pauvres et les opinions positives de celui des habitants des quartiers aisés. Ce résultat intuitif résiste aux deux typologies de quartiers utilisées, socioéconomique et taux de chômage agrégé (Tableau 1). Ainsi, les proportions d’habitants, qui mettent en avant les avantages du quartier (Avantagés) et ceux se déclarant satisfaits sans autres précisions (Globalement satisfaits), décroissent à mesure de la modestie des quartiers. Inversement, les parts des habitants indifférents (Non-investis) ou se plaignant de l’insécurité (Insécures) progressent régulièrement pour atteindre près de 10 % pour ces derniers dans les quartiers pauvres, soit 4 à 5 fois plus qu’en quartiers aisés. Incidemment, on notera que les types de résidents exprimant une relation affective avec leur lieu de vie (Enracinés) et ceux, soit en conflit avec leur voisinage, soit se plaignant de l’isolement (Repliés), semblent constituer un volant incompressible d’habitants, quel que soit le type de quartier, moins dépendants des inégalités sociales (Tableau 1).

Tableau 1. Types de résidents selon les types de quartiers d’après…
A - …leur taux de chômage en %

Types de quartiers/
résidents

Aisé

Moyen-aisé

Moyen-pauvre

Pauvre

Ensemble

Avantagé

6,7

7,0

6,7

3,2

6,6

Globalement satisfait

50,4

46,4

36,1

27,2

41,8

Enraciné

12,2

12,2

11,2

10,2

11,7

Replié

4,0

4,4

4,7

4,4

4,5

Non-investi

24,5

27,0

35,5

45,1

31,0

Insécure

2,2

3,0

5,8

9,9

4,4

Ensemble

100

100

100

100

100

Proportion

13,9

42,3

37,2

6,7

100

Type de quartiers selon la distribution de leur taux de chômage (centiles) : Aisé =<30 ; Moyen-aisé =31e au 65e ; Moyen pauvre =66e au 95e ; Pauvre>95e.

B - …leur type socio-économique en %

Types de quartiers/
résidents

Aisé

Moyen-aisé

Moyen-pauvre

Pauvre

Ensemble

Avantagé

11,9

6,6

3,9

3,1

6,3

Globalement satisfait

42,8

45,0

45,5

27,7

42,9

Enraciné

12,5

10,9

13,3

13,5

11,9

Replié

3,7

4,7

5,4

5,1

4,8

Non-investi

25,8

29,4

28,3

42,4

30,1

Insécure

3,3

3,4

3,6

8,2

4,0

Ensemble

100

100

100

100

100

Proportion

13,4

52,3

23,3

11,0

100

Typologie de Martin-Houssart et Tabard. (2002).

Source : enquête Vie de quartier, Insee.

14Pour notre propos, on retiendra qu’être un habitant insécure est lié à la hiérarchie sociale des quartiers et davantage encore à la hiérarchie des difficultés sociales, approchée par l’intensité du chômage. Cependant, à cette étape, la relation causale n'est pas établie, à cause des variables qui peuvent être cachées derrière le chômage, comme une plus forte proportion d'étrangers et des autres variables non contrôlées (sociodémographiques, environnement du quartier, etc.).

15Avant d’aller plus loin, il est utile d’observer la composition thématique des habitants insécures des quartiers aisés et des quartiers pauvres au travers de leurs réponses. Cela permet de mieux appréhender le contenu de ce type et les disparités de vécu de ces habitants. Une façon aisément lisible et simple de pratiquer est de mettre au jour les items très spécifiques des uns et des autres. Les items qui apparaissent le plus souvent dans les réponses d’un type d’habitants par rapport à tous les autres types sont qualifiés de spécifiques. Un second niveau de spécificité est obtenu grâce à un indice rapportant la fréquence des items spécifiques d’un même type d’habitants des quartiers pauvres sur la fréquence de ces mêmes items pour les résidents des quartiers aisés. Le contraste des fréquences des items spécifiques entre ces quartiers permet alors de saisir clairement ce qui fait la particularité de ces quartiers pauvres. Sans surprise, les items relatifs à l’insécurité sont exprimés plus fréquemment en quartiers pauvres qu’en quartiers aisés (Tableau 2). L’item « déménager », qui exprime la volonté explicite de fuir le lieu de vie, est de 110‰ en quartiers pauvres et totalement absent en quartiers aisés. C’est particulièrement révélateur des inégalités de relation avec leur lieu de vie entre résidents des quartiers pauvres et aisés. Les habitants des quartiers défavorisés se plaignent 5,5 fois plus souvent des divers perturbateurs (« délinquants, voyous, racaille, branleurs, bandes, jeunes qui traînent » selon les expressions des interviewés). Ils déclarent deux fois plus souvent ne pas aimer leur quartier et considèrent qu’il s’est dégradé.

Tableau 2. Items spécifiques des résidents insécures

Quartiers

Items spécifiques

Aisés

Pauvres /
Aisés

0/00

Indice*

Insécurité

353,8

1,5

Nuisance

353,8

0,4

Bruit

246,2

0,4

Mieux avant

215,4

0,9

Paisible

200,0

0,1

Plaisant

138,5

0,4

Critiques diverses

138,5

1,1

Bien

123,1

0,6

Sens bien

123,1

0,5

N’aime pas

76,9

2,0

Commodités

76,9

0,1

Beau

76,9

0,1

Isolement

61,5

0,8

Quartier mort

61,5

0,1

Vivant

61,5

0,1

Dégradé

61,5

2,3

Perturbateur

46,2

5,5

Déménager

0,0

**

* Indices des items obtenus en rapportant les items spécifiques des habitants des quartiers pauvres sur ceux des quartiers aisés.

Lecture : les résidents insécures des quartiers pauvres se plaignent 5,5 fois plus des divers perturbateurs de leur quartier (petites bandes, délinquants, voyous, racaille, branleurs, etc.) que les résidents du type insécure des quartiers aisés.

** La fréquence de cet item est de 110 en quartier pauvre.

16Les items spécifiques plus fréquents chez les habitants Insécures des quartiers aisés concernent les nuisances et paradoxalement vont de pair avec des items positifs tels que « Paisible, plaisant, bien, sens bien, beau, vivant ». En fait, les situations, les vécus des habitants, ce qu’ils recherchent dans un quartier peut s’accommoder avec un degré d’insécurité qui est d’autant mieux supporté qu’il est inhérent au caractère de l’endroit. Ainsi par exemple, les quartiers dotés de cinéma, de bars, de restaurants, de salles de concerts, comme le Pigalle parisien, sont des lieux prisés malgré la petite insécurité qui peut y régner liée avec la prostitution. On peut émettre l’hypothèse raisonnable que ces lieux sont choisis et non pas subis, ce qui change radicalement la relation aux lieux par le sentiment de maîtriser sa localisation, donc d’agir et de ne pas subir. De plus, les quartiers aisés sélectionnent des résidents davantage satisfaits de leurs conditions de résidence car plus aptes à en partir dans le cas contraire que les habitants modestes. Au total, il ressort des opinions des uns et des autres que la pénibilité due à l’insécurité est ressentie en quartiers pauvres avec une intensité plus forte, au point que ces deux caractéristiques en constituent une particularité.

2. Progression du sentiment d’insécurité avec le chômage

17L’utilisation de régressions logistiques multinomiales permet d’évaluer la probabilité d'appartenir plus particulièrement à un des six types de résidents et ainsi de mettre en lumière les variables liées avec le type de résident insécure. Les modèles A, B et C utilisent le type socio-économique de quartier (M&T) basé sur les catégories socioprofessionnelles. Le modèle B ajoute au précédent la proportion d’étrangers et le modèle C le complète avec le taux de chômage du quartier (Tableau 3). L’ajout successif de ces dernières variables permet, par comparaison des résultats des différents modèles, de révéler l’apport de ces informations et d’observer les variables qui avaient capté auparavant une partie de leur pouvoir explicatif. Ainsi, il est possible d’observer l’impact de la présence d’étrangers et du degré du chômage du quartier sur les risques d’être un habitant Insécure. Les modèles D et E substituent les quatre types socio-économiques de quartiers par quatre autres déterminés par leur taux de chômage. Le taux d’étrangers par quartier est ajouté dans le modèle E. Les extraits des modèles figurent ci-dessous (les modèles complets sont disponibles sur le site de l’auteur).

  • 2 Il n’est pas évident que la faible différence des coefficients des paramètres soit statistiquement (...)

18La confrontation des résultats des modèles A, B, C montre, après avoir contrôlé des variables individuelles et du quartier (voir le paragraphe méthodes), que la probabilité d’être un résident insécure est principalement un effet du chômage en quartiers populaires (Pauvre et Moyen-pauvre). Le risque d’être un habitant insécure diminue faiblement lorsque le taux d’étrangers est inséré dans le modèle (le coefficient passe de 0,73 à 0,63 entre les modèles A et B). Ce constat s’interprète comme un possible effet résiduel des étrangers sur le sentiment d’insécurité en quartiers pauvres2. Par contre, ce sentiment diminue fortement en niveau et en significativité dans les quartiers Moyen-Pauvres et disparaît même complètement en quartiers pauvres lorsque le taux de chômage est ajouté au modèle précédent (modèle C). Selon ces modèles, habiter un quartier Moyen-pauvre et particulièrement un quartier pauvre conduit à des risques importants d’être un habitant qui se plaint de l’insécurité et ce risque repose sur les hauts niveaux de chômage qu’on y rencontre. L’ajout du taux d’étrangers dans le quartier possède donc un impact marginal sur les risques d’être un résident insécure.

Tableau 3. Probabilité d’appartenir à un des types de résident
(Extraits des modèles logistiques polytomiques, catégorie de référence les Globalement satisfaits)

Caractéristiques

Modalités

Types d’habitants

Modèle A

Modèle B

Modèle C

Modèle D

Modèle E

n

Intercept

Insécure

-2,83

-3,09

-3,13

-2,81

-2,93

498

Non investi

-0,47

-0,56

-0,57

-0,27

-0,31

3355

Réf. Globalement

Replié

-2,83

-2,79

-2,79

-2,83

-2,83

483

Satisfaits ; n =4 350

Enraciné

-2,27

-2,41

-2,41

-2,41

-2,52

1274

Avantagé

-1,94

-1,81

-1,81

-2,07

-2,01

741

Type de

Moyen-aisé

Non investi

0,28

0,31

0,27

-

-

quartier

Enraciné

-0,20**

-

-

-

-

(Ref. Aisé)

Moyen-pauvre

Insécure

0,66

0,75

0,46**

0,82

0,72

Non investi

0,41

0,44

0,34

0,42

0,37

Avantagé

-0,37**

-0,42

-0,47

-

-

Pauvre

Insécure

0,73

0,63

-

1,40

1,24

Non investi

0,82

0,74

0,59

0,68

0,54

Replié

0,57

0,59

0,60

-

-

Enraciné

0,40

0,33

0,34

0,30*

-

Étrangers

Taux

Insécure

-

0,06

0,05

-

0,05

dans le quartier

Non investi

-

0,02**

-

-

-

Enraciné

-

0,04

0,04

-

0,04

Avantagé

-

-0,03*

-0,03**

-

-

Taux x taux

Insécure

-

-0,001**

-0,001**

-

-0,001**

Chômage

Taux

Insécure

-

-

0,04

-

-

dans le quartier

Non investi

-

-

0,02

-

-

R2 Cox et Snell

0,2430

0,2467

0,2493

0,2407

0,2441

R2 Nagelkerke

0,2571

0,2611

0,2638

0,2547

0,2583

Dans ce tableau, figurent les extraits des modèles qui sont contrôlés par le type socio-économique de quartier, le type d’habitat (Immeuble HLM ou non, maison particulière), la localisation centrale ou de banlieue, les aménités, les problèmes déclarés préoccupants, la composition ethnique (le taux d’étrangers) et sociale (le taux de chômage), la sociabilité locale avec la parenté, les amis et les voisins, la durée de résidence dans le logement, les caractéristiques sociodémographiques du résident (âge, diplôme, type de ménage, statut d’activité).

1 Les modèles A, B, C utilisent la typologie socio-économique des quartiers de Martin-Houssart et Tabard. (2002).

Les modèles D, E emploient la typologie des quartiers basée sur le taux de chômage.

Lecture : Le risque d’être un habitant insécure plutôt qu’un habitant Globalement satisfait (référence) est plus important lorsqu’on loge en quartier pauvre (0,73 pour le modèle A) plutôt qu’en quartier aisé (référence).

* significatif à <p. 0,10, **<0,05, sans notation <p. 0,001.

19Ces résultats sont confirmés vigoureusement par les modèles D et E dont la hiérarchie des quartiers est basée sur la distribution du chômage. De fait, les risques d’être un habitant insécure, donc d’être perméable au sentiment d’insécurité, est fortement corrélé avec le degré du chômage (modèle D). L'intensité du chômage, qui se traduit ici par le fait de passer du quartier Moyen-pauvre à Pauvre (65e-95e centile au 95e centile et plus), indique que le risque de se plaindre de l’insécurité progresse au fur et à mesure de l’aggravation du chômage.

20L’ajout du taux d’étrangers n’a qu’une faible incidence sur ces risques. Nos résultats amènent à conclure que le sentiment d’insécurité en quartiers populaires n’est pas lié à une plus haute proportion d’étrangers mais à un fort taux de chômage. Ainsi, ce n’est pas une réaction xénophobe qui crée le sentiment d’insécurité mais bien la concentration de la misère. L’absence de mixité sociale ou dit autrement la ségrégation sociale et non ethnique induit une externalité négative supplémentaire qui est l’insécurité ressentie. L’intensité de cette perception montre bien qu’il y a une pénibilité à vivre dans les quartiers peuplés d’habitants défavorisés.

Discussion et conclusion

21Tous les résidents des quartiers pauvres ne développent pas une relation négative avec leur quartier. Mais, indépendamment de la typologie des quartiers utilisée et toutes choses étant égales, les habitants des quartiers les plus pauvres ont une probabilité plus forte d’associer spontanément leur lieu de vie avec l’insécurité. Les quartiers modestes étant socialement hétérogènes, le degré de désavantage social d’un quartier, ici approché par son taux de chômage, permet de mettre en lumière son impact négatif sur la relation que les habitants mènent avec celui-ci. Plus le lieu de vie est socialement désavantagé, plus la relation vécue par ses résidents sera négative, voire pénible, avec des risques aggravés de s’y sentir en insécurité. Ce constat milite pour une mixité sociale basée sur une stratification moins rigoureuse, non seulement des classes sociales, mais au sein même des catégories modestes. En ce sens, l’indicateur du chômage agrégé au niveau du quartier constitue un marqueur précieux, bien qu’imparfait, puisqu’il se limite aux populations actives et laisse de côté les retraités ou les populations aux bas revenus dont les travailleurs pauvres.

22Nous voyons donc plus clair sur la question initialement posée relative au risque de se plaindre de l’insécurité lorsqu’on loge en quartier défavorisé. Le sentiment d’insécurité peut légitimement être attribué à la haute proportion de chômeurs dans les quartiers pauvres et modestes plutôt qu’à une forte proportion d’étrangers. C’est le résultat le plus significatif pour les politiques publiques qui visent à réduire l’insécurité notamment dans les quartiers pauvres et qui sont traditionnellement guidées par le triptyque ordre, politique de peuplement des immigrés et création d’emplois. En 2002, Lionel Jospin, alors Premier ministre, admettait avoir été « naïf » de penser que la baisse du chômage dans les quartiers défavorisés résoudrait simultanément le problème de l’insécurité. Ce qui avait été, sinon naïf, du moins une erreur, c’était de penser que la réduction se ferait instantanément sans tenir compte de l’inertie des situations dans lesquelles les individus sont durablement engagés. Ses successeurs ont renforcé la position idéologique traditionnelle de la droite, c’est-à-dire la loi et l’ordre comme disent les Anglo-saxons. Nos résultats suggèrent qu’afin de réduire l’insécurité l’action publique se focalise prioritairement sur la réduction du chômage en quartiers défavorisés. Deux voies peuvent être empruntées pour y parvenir. Soit par la réduction uniforme du chômage sur l’ensemble du territoire. La période récente en constitue un exemple jusqu’à ce que la dégradation brutale de l’emploi due à la crise économique internationale survienne en 2008. L’absence de pérennité des améliorations de l’emploi invite à penser que cette voie est trop soumise aux aléas économiques pour constituer une approche durable ; soit par l’amélioration de la mixité sociale et qui là aussi demande une volonté politique durable.

23Cette dernière solution demanderait à être prolongée par une réflexion sur l’utilisation pervertie du concept de mixité sociale. De nombreux chercheurs soulignent le retournement en instrument de discrimination ethnique dans l’attribution de logements HLM, qui s’appuie, là encore, sur l’idée d’un « seuil de tolérance » aux étrangers (voir notamment Tanter et Toubon, 1999 ; Tissot, 2005 ; De Rudder, 1991) qui cette fois ne créerait pas seulement un sentiment d’insécurité mais plus globalement une insatisfaction à cohabiter. Ainsi, cette idée reçue du seuil de tolérance est appliquée dans le logement social avec une reconnaissance officielle puisque la circulaire n° 72-60 de 1973 du Ministère de l’Équipement et du Logement conseille « d’éviter, autant que possible, une proportion supérieure à 15 % de familles étrangères dans les HLM » [De Rudder, 1991]. Étonnamment, ce concept a été employé au plus haut sommet de l’État français, par Mitterrand en 1989 et par Chirac en 1991 alors récent ex-Premier ministre. Il faut souligner à leur décharge que certaines institutions, comme le Conseil économique et social, assénaient en 1969 que le « seuil de tolérance » était scientifiquement établi (ibid.) ! En réalité, la plupart des chercheurs s’accordent à penser que cette idée ne repose sur aucun fondement scientifique et que les tensions avec les étrangers surviennent notamment en période de crise économique (Dictionnaire de science politique, 2005). Ce seuil paraît être moins un instrument d’analyse rigoureux qu’une notion idéologique dénuée de tout constat empirique et curieusement décontextualisée des situations économiques et politiques, qui influent sur les valeurs intégrées par les agents et leurs perceptions de l’environnement. Il semble donc que pour faire progresser la connaissance, dont dépendent pour partie les décisions des acteurs publiques influant sur la vie des habitants, de s’attacher à l’évaluation empirique de ce concept de seuil. Cette étude démontre l’inanité d’un seuil de tolérance aux étrangers et qui engendrerait un sentiment d’insécurité dans les quartiers défavorisés.

24Les questions ouvertes sont toujours sous-employées dans la recherche sociale. Pourtant, elles constituent une mine d'informations riches et heuristiques dans l’appréhension des phénomènes complexes et l’évitement des questions inductives biaisant les informations recueillies. La recherche pourrait progresser en combinant des questions ouvertes non inductives avec des questions complémentaires semi-inductives, afin d’investiguer des domaines spécifiques comme les motivations des mobilités résidentielles, la perception des voisins immigrants selon leurs origines nationales, etc. Au final, des enquêtes longitudinales mettraient en évidence précisément l’impact de l’évolution du chômage dans les quartiers sur l’évolution des perceptions des résidents de leur lieu de vie et particulièrement sur les habitants Insécures. Car plusieurs inconnues se dressent actuellement : la réduction du sentiment d’insécurité serait-elle proportionnelle à la réduction du chômage ? Le sentiment d’insécurité en quartiers défavorisés possède-t-il une inertie lors d’une amélioration de l’emploi et de quelle durée ? De quelle façon la crise économique exacerbe-t-elle les tensions au sein des quartiers défavorisés et particulièrement entre autochtones et étrangers ? Enfin, sauf erreur, toutes les études sur la perception du lieu de résidence sont toutes ethno-centrées du point de vue des autochtones. Il y aurait un grand intérêt social à se placer du côté des minorités ethniques, afin de mieux comprendre ce qui pourrait former des points de blocage à une « intégration » plus fluide, dans un paysage social où simultanément la pression migratoire sera plus forte et la crise économique plus aigüe pour les populations démunies.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS R. E. (1992), Is happiness a home in the suburbs ? The influence of urban versus suburban neighborhoods on psychological health, Journal of Community Psychology, n° 20, pp. 353–372.

ANESHENSEL C. S. et SUCOFF C. A. (1996), The Neighborhood Context of Adolescent Mental Health, Journal of Health and Social Behavior, vol. 37, n° . 4, pp. 293-310.

ATKINSON R., KINTREA K. (2001), Disentangling Area Effects : Evidence from Deprived and Non-deprived Neighbourhoods, Urban Studies, vol. 38, n° 12 pp. 2277-2298.

BLANC M. (1991), “Urban housing segregation of North African "immigrants" in France”, in E.D. Hutmann, P.W. Blauw, J. Saltmann (eds), Urban Housing segregation of ethnic minorities in Western Europe and the United States, Duke University Press, Durham and London, pp. 145-154.

BLANPAIN N. et PAN KE SHON J.-L. (1999), À chaque étape de la vie, ses relations, Données sociales, pp. 346-353.

BRAMA A. (2006), ‘White Flight’ ? The Production and Reproduction of Immigrant Concentration Areas in Swedish Cities, 1990–2000, Urban Studies, vol. 43, n° . 7, pp. 1127–1146.

CASTEL R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, Collection « L'espace du politique ».

CLARK W.A.V. (1991), Residential Preferences and Neighborhood Racial Segregation : A Test of the Schelling Segregation Model, Demography, vol. 28, n° 1

DE RUDDER V. (1991), « Seuil de tolérance et cohabitation ethnique », in P.-A. Taguieff (dir.), Face au racisme, tome 2, La Découverte, Coll. Essais, pp. 154-166.

DUNCAN O.D. et DUNCAN B. (1957), The Negro Population of Chicago : A Study of Residential Succession, University of Chicago Press, Chicago.

GOFFMAN E. (1963), Stigma : Notes on the Management of Spoiled Identity, New York : Prentice Hall.

HILL T.D., ROSS C.E., ANGEL R. J. (2005), Neighborhood Disorder, Psychophysiological Distress, and Health, Journal of Health and Social Behavior, vol. 46, n° 2, pp. 170-186.

IHLANFELDT K. R. and SCAFIDI B. P. (2002), The Neighbourhood Contact Hypothesis : Evidence from the Multicity Study of Urban Inequality, Urban Studies, vol. 39, n° 4, pp. 619-641.

KESTELOOT C. (1986), Concentration d'étrangers et politique urbaine à Bruxelles, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 2, n° 2-3, pp. 151-168.

LAGRANGE H. (2001), De l’affrontement à l’esquive. Violences, délinquances et usages de drogues, Paris, Syros.

LAZARFELD P. JOHADA M. ZIESEL H. (1932/1972), Marienthal. The Sociography of an Unemployed Community, Tavistock, London.

LEBART L. et SALEM A. (1994), Statistique textuelle, Dunod, Paris.

MARTIN-HOUSSART G. et TABARD N. (2002), Représentation socio-économique du territoire. Typologie des quartiers et communes selon la profession et l'activité économique de leurs habitants, Working paper, Insee, n° F0208. /www.insee.fr/fr/nom_def_met/methodes/doc_travail/docs_doc_travail/f0208.htm

MUCCHIELLI L. (2003), Délinquance et immigration en France : un regard sociologique, Criminologie, vol. 36, n° 2, pp. 27-55.

PALIDDA S. (1999), La criminalisation des migrants, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 129, n° 1, pp. 39-49.

PAN KÉ SHON J.-L. (2007a), Residents’ perceptions of their neighbourhoods : disentangling dissatisfaction, a French survey, Urban Studies, vol. 44, n° 11, pp. 2231-2268.

PAN KÉ SHON J.-L. (2007b), Leave the Africans and run. French segregation in ‘sensitive neighbourhoods’, Mimeo.

PARKES A., KEARNS A. et ATKINSON R. (2002), What makes people dissatisfied with their neighbourhoods ?, Urban Studies, vol. 39, pp. 2413–2438.

PAUGAM S. (2008), Le lien social, Paris, PUF, Collection Que Sais-Je, n° 3780.

QUILLIAN L et PAGER D. (2001), Black Neighbors, Higher Crime ? The Role of Racial Stereotypes in Evaluations of Neighborhood Crime, The American Journal of Sociology, vol. 107, n° . 3, pp. 717-767.

ROSS C. E., REYNOLDS J. R., GEIS K. J. (2000), The Contingent Meaning of Neighborhood Stability for Residents' Psychological Well-Being, American Sociological Review, vol. 65, n° 4,. pp. 581-597.

SCHNAPPER D. (1981), L’épreuve du chômage, Paris, Gallimard.

SHIELDS M., PRICE S. W., WOODEN M. (2007), Life satisfaction and the economic and social characteristics of neighbourhoods, Journal of Population Economics, pp. 1-23.

SMETS, P. et DEN UYL, M. (2008), The Complex Role of Ethnicity in Urban Mixing : A Study of Two Deprived Neighbourhoods in Amsterdam, Urban Studies, vol. 45, n° 7, pp. 1439-1460.

TANTER A. et TOUBON J.-C. (1999), Mixité sociale et politiques de peuplement : genèse de l’ethnicisation des opérations de réhabilitation, Sociétés contemporaines, n° 33-34, pp. 59-86.

TISSOT S. (2005), « Une « discrimination informelle ? » Usage du concept de mixité sociale dans la gestion des attributions de logement HLM, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 159, pp. 54-69.

WACQUANT L. (1993), « De l’Amérique comme utopie à l’envers », in La misère du monde, Paris, Seuil, collection Libre examen, pp. 263-278.

WACQUANT L. (2006), Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte.

Haut de page

Annexe

Méthodologie utilisée de statistiques textuelles

L’apurement du fichier a été réalisé ligne à ligne en interprétant les ambiguïtés contenues dans certains termes et en corrigeant l’orthographe des libellés. Ensuite, les « mots vides » ont été éliminés. Ce sont les termes dont la suppression n’altère pas le sens de la phrase comme les articles, les particules, les prépositions, les mots de liaisons, certaines formes verbales (a, ai, eu, es, etc.). Par exemple, le libellé « un village, un lieu de rencontre, un lieu où les gens se saluent et vivent en harmonie. » devient : « village lieu rencontre lieu gens saluent vivent harmonie ». Puis, les affirmations ont été distinguées de leurs négations, ce qui sans cela aurait conduit soit à des contresens, soit à des items statistiquement bruités. En appliquant ce principe, « manque de sécurité » ne devient pas « manque sécurité » mais « insécurité ». De façon similaire, les trois expressions suivantes « bonnes relations ; mauvaises relations ; relations » nécessitaient d’être identifiées et conservées sous trois mots-clés distincts.

Le fichier contenait 4605 formes graphiques différentes (une forme graphique est une unité lexicale de base ou un mot de forme distincte des autres mots du corpus) de plus de deux caractères pour un total de 108 919 mots, soit plus de trois cents pages de texte. La troisième étape a consisté à réduire le nombre de formes graphiques différentes. En lemmatisant les termes, c’est-à-dire en regroupant sous un même mot les termes ayant les mêmes racines : habitude, habitudes, habitué, habitués, habituée, habituées, habituer. Ensuite, en regroupant les termes, leurs synonymes et les expressions proches au sein d’un même mot-clé. Ainsi, le mot-clé « bonheur » regroupe les expressions : « paradis », « bonheur », « havre de paix », « belle vie », « chance », « je m’y sens en vacances », « privilégié », « idéal », « liberté », « comme une famille », « favorisé ». Un double but était poursuivi, conserver le cœur de l’information en associant les termes proches mais peu fréquents et réduire le corpus à un nombre raisonnable de mots afin de faciliter l’exploitation statistique. À l’issue du processus, 102 mots-clés ont émergé.

Le but fixé à cette étape était de conserver la teneur du message exprimé plus que l’expression utilisée elle-même. Ainsi par exemple, l’item générique « horreur » regroupe des termes qui ne sont pas identiques « pourri ou pourriture (15 occurrences), enfer (7), je le hais (1), aucun avenir ici (3), poubelle (2), quartier mauvais (2), horreur (4), c’est la zone (7), à éviter (2), il m’écœure (1), marre d’habiter ici (6), j’en ai ras le bol (4), un vrai danger (1), de la merde (2), du dégoût (3), naze (2) » mais dont chacun exprime, avec ses variations de sens, l’aversion pour le quartier. L’émergence de ce mot-clé important est permise grâce au regroupement de termes aux faibles occurrences qui sans cela n’auraient pas été pris en compte. Plusieurs mots-clés pouvaient apparaître dans une même phrase. Ainsi par exemple, la satisfaction du quartier pouvait figurer avec l’insécurité et les nuisances dans la réponse d’un même habitant. L’ensemble des items d’un même répondant est utilisé dans l’exploitation statistique.

Certaines formes graphiques peu fréquentes (inférieures à 15 occurrences) n’ont pas réussi à former un mot-clé et ont été éliminées de l’analyse, comme « hiver ; hier ; nez ; musique ; Seine, etc. » mais aussi « déraciné » (3 occurrences). Certains termes sont délicats à interpréter à cause de leur caractère polysémique (par exemple : « ennui » signifie aussi bien désœuvrement engendré par les lieux qu’un conflit avec un voisin. Autre exemple, « isolé » peut aussi bien vouloir dire esseulé, qu’isolement géographique), passe-partout (« ça va » peut aussi bien signifier « tout va bien » que « ça pourrait être pire ») ou dont leur sens ne se révèle que dans le contexte de la phrase : « Un endroit cosmopolite où se marient bien les différentes cultures ; cosmopolite, beau, sale, représentatif de la société en général ». D’autres rendent compte d’une situation précise et sont moins ambigus « le paradis », « une poubelle ». Enfin, même prévenu contre ce type de biais, le codeur n’échappe pas totalement à sa subjectivité. De plus, si dans la très grande majorité des cas, il y a absence d’ambiguïté d’interprétation, les libellés incertains offrent une résistance plus faible à l’erreur.

Le programme d’analyse textuelle

Les programmes utilisés reprennent les étapes essentielles des logiciels d’analyse textuelle ; il s’agit de deux macro-programmes en langage SAS mis au point par Olivier Godechot (téléchargeables sur : olivier.godechot@free.fr). Ils permettent d’identifier les mots-clés en fonction des fréquences d’apparition des mots dans chaque phrase et de produire une série d’informations primaires sur le corpus du texte : nombre d’hapax (mot dont il n’est relevé qu'une seule occurrence dans le corpus), liste et fréquence des mots en fonction des formes graphiques, liste des segments de deux et trois mots avec leur fréquence et les effectifs, etc. La seconde étape attribue un nom de variable, les dichotomise et réalise une première analyse en composantes principales. En contrepartie, les possibilités de second ordre des macros sont bien plus limitées et bien moins confortables que le couplage du logiciel Alceste avec SpadT. Pour une introduction aux statistiques textuelles voir l’ouvrage de Lebart et Salem (1994).

Haut de page

Notes

1 Une des raisons majeures revient certainement à la construction sociale et historique des minorités dites « ethniques ».

2 Il n’est pas évident que la faible différence des coefficients des paramètres soit statistiquement significative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Pan Ké Shon, « L’émergence du sentiment d’insécurité en quartiers défavorisés », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 105-117.

Référence électronique

Jean-Louis Pan Ké Shon, « L’émergence du sentiment d’insécurité en quartiers défavorisés », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/3602 ; DOI : 10.4000/eps.3602

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Pan Ké Shon

INED
133, Boulevard Davout
75980 Paris Cedex 20
jean-louis.pan-ke-shon@ined.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org