Navigation – Plan du site
Articles

Immigration et intégration : trajectoires résidentielles (inter)nationales et dynamiques ségrégatives locales au Luxembourg1

Segregation Immigration and Integration : (Inter)national Residential Trajectories and Local Segregative Dynamics in Luxembourg
Sébastien Lord et Philippe Gerber
p. 85-103

Résumés

Pour des petits États comme le Luxembourg, croissance économique et stabilité démographique reposent sur l’immigration. Cet apport de populations est cependant marqué par une migration fortement contrastée : hautement qualifiée et moins qualifiée. De manière pratique, les migrants doivent intégrer le marché du logement. Dans ce contexte d’intégration, le marché immobilier luxembourgeois est caractérisé par des prix élevés à la fois pour l'achat ou la location d'un logement. La propriété d'une maison familiale se révèle par ailleurs être un « modèle résidentiel dominant ». Alors, quelle est la position des migrants par rapport aux Nationaux sur le marché du logement ? Est-ce que l'intégration résidentielle est possible et souhaitée par les migrants selon leur qualification et leur origine ? Pour étudier ces questions, deux approches sont utilisées : 1) des indices de ségrégation résidentielle ; 2) des portraits descriptifs de la mobilité résidentielle des ménages. Les données analysées proviennent de l’enquête longitudinale du panel européen des ménages résidant au Luxembourg (PSELL2, 1994-2002) ainsi que des recensements nationaux luxembourgeois (STATEC, 1991, 2001). Les résultats montrent que l'accès à la propriété est plus facile pour les étrangers hautement qualifiés ainsi que pour les Luxembourgeois, que ceux-ci soient plus ou moins qualifiés. Les ménages moins qualifiés, en particulier les étrangers, rencontrent plus de difficultés d’intégration. Toutefois, les programmes de support en logement leur facilitent l’accès, tout en les dirigeant vers le modèle résidentiel dominant. La mobilité observée dans le système résidentiel, ainsi que sur le territoire, suggère différentes aspirations et stratégies d’intégration entre les catégories de migrants. Si ces trajectoires résidentielles mènent vers l’intégration, elles suggèrent également une ségrégation résidentielle douce et dictée par le haut de l’échelle socio-économique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Projet cofinancé par le FNR du Luxembourg.

1L’immigration est une réalité économique et sociale au Luxembourg depuis plusieurs décennies [Pauly, 2007]. La part d’étrangers au Grand Duché, selon le dernier recensement disponible, avoisinait deux personnes sur cinq (37 %) [Statec, 2003]. Elle est ainsi devenue une ressource pour l’équilibre démographique et économique [Besch et Legrand, 2007] en permettant la disponibilité d’une main-d’œuvre stratégique à certains secteurs d’activités, sans parler de l’apport désormais incontournable des travailleurs transfrontaliers [Collectif, 2004]. Cependant, si le Luxembourg s’efforce depuis les années 1980 d’accueillir une main-d’œuvre hautement qualifiée pour son secteur tertiaire, ce sont des migrants peu ou moins qualifiés qui ont longtemps contribué aux flux migratoires luxembourgeois. Deux migrations aux statuts diamétralement opposés forment ainsi la communauté étrangère résidant au Luxembourg [Statec, 2003, p. 79].

2Cet accueil de nouveaux ménages, bien qu’il réponde à des questions macro-structurelles, implique des enjeux de gouvernance locale concrets, dont le logement. En effet, l’accès à un logement est fondamental dans le processus d’intégration des migrants. Or, le marché résidentiel luxembourgeois possède plusieurs particularités dont la plus saillante est celle de prix fonciers élevés et ce tant pour l’achat que pour la location d’un logement [Conseil européen des professions immobilières, 2006]. Cela étant, au niveau national, la propriété d’une « maison unifamiliale » domine, y compris chez des communautés d’étrangers établies depuis plus d’une génération (ex. Italiens). Les politiques d’aides en logement de l’État favorisent par ailleurs ce statut depuis plusieurs décennies [Zans, 2003].

3Peu de connaissances approfondies sont disponibles sur les rouages qui opèrent entre l’intégration et le marché du logement des étrangers au Luxembourg. Quelles sont les conditions de logement des familles étrangères face aux nationaux ? La volonté de s’inscrire au sein du « modèle résidentiel dominant » luxembourgeois est-elle privilégiée par les étrangers ? Et, si oui, quelles sont les portions de territoires éventuellement choisies ? Et plus fondamentalement, l’hétérogénéité spatiale du marché résidentiel entraîne-t-elle d’éventuelles ségrégations et inégalités socio-spatiales sur le territoire ainsi qu’à l’intérieur de son marché résidentiel ? C’est avec ce questionnement que nous explorons le positionnement de la population dans le marché du logement ainsi que les dynamiques ségrégatives au Luxembourg entre 1991 et 2001. Insérée dans une recherche plus large [Hartmann-Hirsch et al, 2007], cette contribution alimente une réflexion qui mènera, en 2009, à une enquête nationale sur les politiques migratoires luxembourgeoises et leurs perceptions par les étrangers et les nationaux.

1. Immigration et intégration au marché résidentiel luxembourgeois

1.1. Des étrangers défavorisés à la migration dorée, un problème d’inégalités ?

4Avec la mondialisation, les États-nations font face à un dilemme, répondre aux besoins et aspirations des nationaux tout en comblant d’éventuelles déficiences structurelles avec l’immigration. Au Luxembourg, cet équilibre implique d’importants contrastes socio-économiques et ce tant entre des sous-groupes d’étrangers que par rapport aux nationaux. L’accès des ménages à plusieurs facettes de la vie sociale (travail, logement, sécurité sociale, etc.) peut alors être questionné. Cela renvoie aux inégalités sociales et aux difficultés pour certains groupes de maintenir ou d’améliorer leur positionnement face à la vie socioprofessionnelle [Maurin, 2002]. Contrastes, difficultés d’accès aux ressources, ségrégation, fractures sociales visibles ou invisibles sont autant de notions associées à l’immigration et à ses espaces résidentiels, comme l’évoquaient déjà les sociologues de l’École de Chicago [Grafmeyer et Joseph 1979]. De tels concepts rejoignent-ils pour autant la réalité des étrangers et du logement au Luxembourg ?

5L’analyse du phénomène de la double migration nécessite d’adopter une perspective transnationale, avec comme postulat qu’un immigrant ne s’établit pas forcément définitivement dans un pays d’accueil [Pries, 1999]. L’immigration « hautement qualifiée » doit être considérée comme une migration / rotation continue, dont la durée de séjour des individus est limitée dans le temps et que des espaces transnationaux se créent dans certains pays / villes. Ces lieux offrent un cadre de vie semblable partout dans le monde : mêmes écoles internationales, mêmes clubs de loisirs (sportifs et autres), même langue (anglais), mais également concentrations dans certains quartiers d’habitation. Les origines des migrants ne sont pas équivalentes [Hoffmann-Nowotny, 2001] et le capital humain que les immigrés apportent est évalué, la plupart du temps, selon la provenance de leur diplôme [Weiss, 2005]. Certains se trouvent défavorisés en termes de capitaux économiques, sociaux et culturels [Bourdieu, 1979]. Les inégalités des ménages, qu’ils soient étrangers ou nationaux, ont un impact direct sur les inégalités des chances (mobilité sociale) [Maurin, 2002]. Cela s’observe empiriquement au sein du marché résidentiel ainsi que sur le territoire depuis nombre de décennies [Fitoussi, Laurent et Maurice, 2004 ; Park, Burgess et McKenzie, 1925].

6De telles inégalités risquent d’être visibles au Luxembourg, d’une part, au sein des catégories plus ou moins favorisées d’étrangers et, d’autre part, entre certaines sous-catégories d’étrangers favorisés en termes de pouvoirs face aux populations nationales, notamment les transnationaux. Cependant, étroitement lié aux aspirations des ménages et à leurs préférences résidentielles, leur positionnement dans le marché du logement est difficile à appréhender à l’aide d’une « logique hiérarchique », au-delà d’une valeur foncière ou d’un statut d’occupation ne reflétant pas un positionnement « objectif ». Pour contourner cette difficulté théorique, le positionnement peut être abordé au regard de l’intégration à un modèle résidentiel de référence qui, éventuellement, domine au sein d’un système résidentiel ou d’un territoire et qui fait notamment l’objet de promotion et de distinction sociale [Bourdieu, 2000].

1.2. Intégration et logement, une question de concentration spatiale ?

  • 2 Pour le présent article, l’intégration réfère à l’action d’incorporer un ou plusieurs éléments à un (...)

7Le concept d’intégration2 est à la fois complexe et vague, sortant du cadre strict du logement, il donne lieu à plusieurs approches et interprétations [Vermeulen, 2004]. L’intégration peut s’observer à plusieurs échelles spatiales, mais également selon différentes dimensions socio-économiques ou certaines temporalités. Cette multi-dimensionnalité oblige ainsi à l’étudier sous plusieurs positions d’observation.

8La ségrégation urbaine permet d’appréhender l’habitat et les conditions de logement des populations et de leurs milieux de vie. Développée avec les courants de pensée de l’écologie urbaine, la ségrégation s’intéresse à la localisation résidentielle sur le territoire. D’abord utilisé en Amérique du Nord pour étudier l’intégration des premières vagues d’immigration européenne, ce cadre théorique et méthodologique a été introduit en Europe par Halbwachs (1932). Fondamentalement, la ségrégation porte sur la structuration socio-résidentielle des espaces (urbain, périurbain ou rural) où, à différents moments d’observation, se dégagent des schémas structurels généralement selon trois types de configurations spatiales : concentrique, sectorielle et multipolaire.

9Au centre des analyses, on retrouve les notions-clés de « concentration » de groupes sociaux sur le territoire, à un premier stade d’intégration, et par la suite de « diffusion », selon la séquence classique de Park et al. (1925) : immigration, compétition, accommodation, assimilation. Selon un postulat empiriquement et théoriquement établi, il y a « compétition naturelle » pour l’espace entre différents groupes sociaux où « les individus qui y vivent sont différents les uns des autres par leurs caractéristiques, leurs projets et leurs capacités d’action » [Sélimanovski, 2008, p. 80]. Bien qu’elle soit critiquée [Rhein et Brun, 1994] voire remise en question pour certaines communautés ou certains milieux [Peach, 2001], cette séquence pose des bases solides pour l’analyse d’états d’intégration. Les méthodes de mesure, dont la principale est l’indice de ségrégation résidentielle [Duncan et Duncan, 1955], n’ont cessé d’être enrichies au fil des années [Massey et Denton, 1988, 1989 ; Apparicio, 2000]. Cette approche peut s’appliquer au Luxembourg et à l’étude de l’intégration des étrangers ou nationaux plus ou moins qualifiés.

1.3. De la relativité des états de ségrégation

10La ségrégation met en lumière la composition socio-économique de quartiers [Bolt et al., 2008], le plus souvent en termes d’ethnies et de précarités [Sélimanovski, 2008]. La concentration des lieux de résidence pour une communauté est étroitement liée aux concepts de ghetto [Harris & Ullman, 1945] ou d’enclaves polynucléaires [Morrill, 1992]. Les conditions où ces phénomènes se matérialisent sont cruciales. Les enclaves réfèrent à un entre-soi plutôt positif, plus ou moins choisi [Maurin, 2004]. Nombre de recherches ont mis en lumière les fractures et les difficultés que pose la concentration spatiale sous forme de ghettos, ceux-ci recevant et stigmatisant le plus souvent les nouveaux arrivants dans un pays d’accueil. Des recherches comme celles Bolt et al. (2008) ou Sélimanoksky (2008) en Europe, ou de Berry (1977) et de Timms (1971) en Amérique du Nord, montrent que ces concentrations sont associées à un faible niveau d’éducation, à la prévalence des mères adolescentes, au chômage de longue durée, à des comportements déviants ou criminels, à l’exclusion sociale, à des difficultés d’accès à l’emploi, etc. Bref, ces lieux concentrent les difficultés et diffèrent dans leur composition sociale, économique et morphologique des milieux « nationaux ».

11Or, toute concentration spatiale, y compris pour l’immigration, ne doit pas être considérée comme négative. Des recherches récentes indiquent que des conditions de logement ségréguées peuvent être un levier facilitant l’intégration. Balakkishnan & Hou (1999) ou Cutler et al. (2007) montrent que la ségrégation résidentielle a des impacts positifs pour les revenus des jeunes ménages ainsi que pour leurs habiletés à assimiler la langue nationale, ce qui facilite d’autant l’intégration au marché du travail. L’enjeu fondamental repose plutôt sur le fait que certains groupes d’étrangers, notamment moins qualifiés, ne profitent pas des avantages de cette concentration.

12Dans un contexte de plus ou moins grande ségrégation résidentielle, les migrants avec peu de « moyens » d’intégration doivent être distingués de ceux qui en ont davantage. Cela est notamment démontré au niveau du positionnement dans le marché résidentiel par Borjas (2002) aux États-Unis. Ce dernier a analysé l’accession à la propriété, statut d’occupation dominant dans ce pays, pour différentes communautés d’étrangers entre 1980 et 2000. Non seulement montre-t-il les inégalités entre différents sous-groupes d’étrangers, mais également, avec le temps, le fait que certaines communautés tendent, parce qu’elles en ont les moyens, vers un positionnement équivalent à celui de la population nationale. Des observations similaires sont également réalisées en Europe par Burgers & Van der Lugt (2006). Ces travaux sont d’autant plus pertinents pour le Luxembourg qui possède un marché du logement nécessitant pour son intégration un effort (économique) considérable. L’éventualité d’un établissement à court terme au Grand Duché, concernant à la fois les migrants hautement et moins qualifiés, risque d’être un autre obstacle à l’intégration résidentielle.

13Des recherches récentes menées dans de grandes villes relativisent l’importance des revenus dans le processus / état de ségrégation résidentielle. Elles montrent également que l’intégration des migrants, ou encore des classes défavorisées, prend plusieurs formes sur le territoire et qu’elle évolue selon les générations ou les communautés de migrants. Pour des agglomérations comme Montréal [Charron & Shearmur, 2005] ou Oslo [Blom, 1999], la ségrégation résidentielle est demeurée stable au cours des dernières décennies. Mais pour d’autres villes comme Rotterdam, elle a diminué [Burgers & van der Lugt, 2006], pour Toronto elle a augmenté [Balankrishnan & Hou, 1999] mais s’est complexifiée dans certaines agglomérations états-uniennes [Peach, 2001 ; Cutler et al., 2007]. Ces différentes observations témoignent du besoin d’adopter des approches prenant compte de la dimension temporelle.

1.4. D’un état de ségrégation aux processus ségrégatifs

14Comme l’observent Musterd et al. (1998), la ségrégation résidentielle peut être une stratégie qui en cache une autre, cette dernière étant guidée vers l’intégration. En outre, l’arrivée dans une communauté étrangère bien établie, où le migrant trouve supports, réseaux et ressources culturellement connues et maîtrisées, l’intégration en est d’autant facilitée. Par conséquent, si l’évolution d’indices de ségrégation explique relativement bien l’évolution de la concentration et de la dispersion résidentielle des étrangers aux États-Unis pendant les années 1950-60, leur interprétation est aujourd’hui remise en question, notamment pour l’Europe. Nombre de critiques concernent à la fois la séquence « classique » mais également la pertinence de chaque étape.

  • 3 Ces préoccupations sur la pertinence d’inclure des caractéristiques urbaines ainsi que des aspects (...)

15Si les mécanismes d’acculturation selon le contexte de la société d’accueil, les conditions socio-économiques qui y prévalent ainsi que la durée d’établissement des étrangers sont relevés comme les principaux déterminants de la ségrégation [Bolt et al., 2008], la dernière dimension, parce qu’elle est temporelle, est empiriquement difficile à saisir. Cette perspective fondamentale est peu développée dans l’analyse de la ségrégation résidentielle. Elle constitue la limite la plus souvent citée. C’est par le croisement d’indicateurs sur la mobilité et la succession résidentielle que les indices de concentration / dispersion spatiale peuvent être mieux compris. Cela s’inscrit dans une perspective qui appréhende l’environnement résidentiel tel qu’il est vécu par l’individu/ménage, allant au-delà de la localisation résidentielle [Ravalet, 2007 ; Schell & Yoav, 2005]3.

1.5. Peut-on parler de ségrégation résidentielle au Luxembourg ?

16S’il est évident que le cas luxembourgeois est difficilement comparable aux autres grandes capitales européennes et agglomérations nord-américaines, ne serait-ce que par la taille du pays, son niveau de vie et la provenance de ses étrangers, sa structure urbaine, la forte croissance économique des dernières années, sa métropolisation émergente, ainsi que les spécificités de la double immigration sont susceptibles de fournir des enseignements uniques tant sur l’état que sur les processus ségrégatifs. La ségrégation au Luxembourg risque, peut-être, de se structurer différemment. En effet, on n’y retrouve pas de grande agglomération, très peu de logements sociaux, un fort pourcentage d’étrangers mais en parallèle peu de groupes stigmatisés ainsi qu’un faible taux de chômage.

17Les travaux de Maurin (2004) sur la ségrégation spatiale et sociale du « haut de l’échelle » en France sont particulièrement porteurs pour le cas luxembourgeois. Entre-soi, replis spatial et social sont autant de notions-clés pour le contexte de la double migration luxembourgeoise, notamment avec la structuration de quartiers de prestige et non pas la mise à l’écart de la pauvreté. « De fait, le marché résidentiel est peut-être le lieu où se révèlent aujourd’hui, dans leur plus cruelle netteté, les nouvelles lignes de fracture de notre société, et notamment la rupture entre les classes moyennes et les élites. […] Le lieu de résidence et aujourd’hui plus que jamais un marqueur social » [Maurin, 2004, p. 12]. Est-ce un déchirement entre pauvres et mieux nantis qui risque de s’observer au Luxembourg ou plutôt un repli volontaire des classes supérieures ? Un entre-soi, en raison d’un établissement temporaire, ou encore d’une volonté de proximité culturelle, voire professionnelle, peut également conduire à une ségrégation « douce » et « imperceptible » au niveau du territoire. L’intégration au modèle résidentiel dominant s’offre alors comme une clé de lecture originale et complémentaire.

2. Cadres théorique et méthodologique

  • 4 Notons qu’au Luxembourg, l’accès au système résidentiel se pose en amont de l’arrivée des étrangers (...)
  • 5 Notons qu’un autre sous-système pourrait être considéré, soit celui de l’habitation sociale. Ce sou (...)

18Pour étudier l’intégration au marché résidentiel, nous adoptons une approche systémique [Luhmann & Baecker, 2006]. Elle est appliquée à la migration au sens de Bommes, Bade & Halfmann (1997) ainsi qu’à Esser (2001), où la Systemintegration (caractère coercitif des systèmes) est distinguée de la Sozialintegration (effort d’intégration de l’acteur). Cette perspective se décline à partir d’un système global (économie globalisée ou structures supranationales telles que l’Union européenne) jusqu’à la plus petite unité des systèmes à l’instar du système résidentiel, voire du logement. Ainsi, l’ensemble du Luxembourg peut être l’objet d’analyse tout comme un seul quartier d’une commune. Dans la composition du système résidentiel luxembourgeois4, nous retenons deux sous-systèmes, celui de la propriété et celui de la location avec environ respectivement 70 % et 30 % du parc de logements [Statec, 2003]5.

19Le système résidentiel au Luxembourg est fortement marqué par la part de propriétaires, cette proportion avoisinait les 70 % en 2001 et a continué d’augmenter depuis pour atteindre 74 % [EU-SILC, 2008]. De même, la maison unifamiliale, qu’elle soit isolée, jumelée ou en série, est également le type d’immeuble de résidence le plus important en proportion avec environ 67 % des ménages. Le croisement de ces deux variables permet d’appréhender un modèle dominant (tableau 1 en annexe) : le modèle de la propriété d’une maison unifamiliale avec près de 60 % des ménages résidant au Luxembourg. Face au système résidentiel luxembourgeois, à ses sous-systèmes ainsi qu’au modèle résidentiel dominant, nous explorons les questions suivantes :

  • Quel est le positionnement des Luxembourgeois et des étrangers dans le marché résidentiel et sur le territoire luxembourgeois ?

  • Quels sont les sous-groupes, parmi les populations luxembourgeoises et étrangères, qui se situent ou tendent à intégrer le modèle résidentiel dominant ?

  • Quels types d’habitat sont choisis, à travers leurs trajectoires résidentielles, par les sous-groupes luxembourgeois et étrangers ?

2.1. Données mobilisées et étapes de recherche

20Pour étudier la ségrégation dans le système résidentiel et sur le territoire Luxembourgeois, deux sources de données sont mobilisées : le recensement national des années 1991 et 2001 ainsi que l’enquête longitudinale du panel européen des ménages résidant au Luxembourg (PSELL2, 1995-2002). Ces deux bases de données permettent d’aborder l’intégration en tant qu’état et processus.

21Une première étape s’intéresse au positionnement et aux conditions de logement des ménages qui prévalaient en 2001. Cet état de concentration  / dispersion sur le territoire est abordé avec le calcul d’indices de ségrégation résidentielle [Apparicio, 2000] à l’échelle individuelle (n = 275 225) au niveau communal. Une deuxième étape étudie l’intégration des ménages selon leur position dans le système résidentiel. Un échantillon représentatif de 1575 ménages est comparé en 1995 et en 2002 afin de relever des tendances vers l’intégration au modèle résidentiel dominant. Parce que cette étape est menée avec un échantillon qui n’est pas spatialement stratifié, le positionnement des différents groupes sur le territoire est exploré en lien avec le recensement national de 2001. Ce dernier, en plus de renseigner les mêmes années de référence que le panel, offre la possibilité de suivre la localisation des ménages de 1995 à 2001 au niveau de la commune.

2.2. Classification de la population

22Pour aborder l’intégration des étrangers au système résidentiel luxembourgeois, nous les comparons à la population nationale. Pour prendre en compte la double migration, les étrangers ne sont pas considérés comme un groupe homogène. Ainsi, étrangers et Luxembourgeois sont regroupés selon deux composantes :

  • le niveau de qualification (haut ou faible) et

  • la nationalité (étrangère européenne, étrangère non européenne et luxembourgeoise).

  • 6 Un sixième groupe fait l’objet d’analyse dans le cadre du projet MIGRAPOL : les décideurs économiqu (...)

23Ainsi, cinq6 groupes sont considérés :

  • Luxembourgeois hautement qualifiés,

  • Étrangers hautement qualifiés,

  • Luxembourgeois moins qualifiés,

  • Étrangers européens moins qualifiés et

  • Étrangers non européens moins qualifiés.

  • 7 Vu le faible nombre d’immigrants hautement qualifiés, la distinction entre les étrangers de l’Union (...)

24En accord avec la littérature ainsi qu’en fonction du contexte cosmopolite du Grand Duché, un haut niveau de qualification correspond à un bac+3, en référence au premier cycle universitaire nord-américain (bachelor). La distinction des étrangers selon leur appartenance à l’Union européenne7 s’impose dans la mesure où leur entrée dans les systèmes de l’emploi et du logement luxembourgeois est déterminée selon cette appartenance.

  • 8 Pour 39 543 cas, le niveau d’éducation ou la nationalité étaient non renseignés, ceux-ci n’ont pu ê (...)

25Selon les données du recensement de 2001, sur une population de 275 2258, on retrouvait au Luxembourg légèrement plus d’Étrangers hautement qualifiés (5,2 % de la population) que de Luxembourgeois du même niveau (4,9 % de la population). Leurs principales nationalités sont française (22 %), belge (20 %), allemande (11 %), italienne (7 %) et anglaise (6 %). Les Luxembourgeois moins qualifiés représentent quant à eux plus de 59 % de la population résidente. Les Étrangers moins qualifiés européens (27 % de la population) sont en majorité Portugais (45 %), des pays frontaliers (Allemagne, France et Belgique, 30 %) et Italiens (16 %). Quant aux Étrangers moins qualifiés non européens (3,4 % de la population), ces ménages proviennent à 44 % de l’ancienne Yougoslavie et à environ 10 % du Cap-Vert.

26La taille moyenne des ménages à l’échelle nationale est de 2,5 personnes. Les Luxembourgeois moins qualifiés ont les chefs de ménage les plus âgés avec une moyenne de 54 ans. Ils sont également les ménages les plus petits avec 2,4 personnes en moyenne, dont 29 % sont formés de deux adultes avec au moins un enfant. À l’opposé, on retrouve les ménages d’Étrangers non européens moins qualifiés, avec un chef de ménage d’un âge moyen de 41 ans. Ces ménages comptent trois personnes en moyenne, dont 48 % sont formés de deux adultes avec au moins un enfant. Les Étrangers européens moins qualifiés ont un chef de ménage âgé en moyenne de 44 ans. Leurs ménages comptent en moyenne 2,8 personnes, dont 42 % sont formés de deux adultes avec au moins un enfant. Enfin, les Étrangers hautement qualifiés ont un chef de ménage âgé de 46 ans en moyenne. Ces ménages comptent 2,7 personnes, dont 43 % sont formés de deux adultes avec au moins un enfant.

27En 2002, selon les données du PSELL2, les deux groupes hautement qualifiés possédaient des revenus par unité de consommation similaires et nettement au-dessus de la moyenne nationale (30 771 €/an), soit un peu plus de 55 898 €/an pour les Étrangers hautement qualifiés et 43 726 €/an pour les Luxembourgeois de même niveau de qualification. Quant aux Luxembourgeois moins qualifiés, leurs revenus par unité de consommation sont très près de la moyenne nationale avec 32 125 €/an. Les deux autres groupes d’Étrangers moins qualifiés possèdent des revenus moyens relativement faibles avec 28 330 €/an pour les Européens et un peu plus de 18 341 €/an pour les non Européens.

2.3. Hypothèses de recherche

28Il est permis d’avancer que les Luxembourgeois et les Étrangers hautement qualifiés sont mieux positionnés dans le marché résidentiel. Ils n’ont pas de problèmes d’accès au modèle résidentiel dominant. Les Luxembourgeois et les deux groupes d’Étrangers moins qualifiés rencontrent davantage de difficultés en ce sens, mais les politiques d’aides en logements leur permettent d’accéder au modèle dominant. Différentes mobilités résidentielles devraient être observées, indépendamment du positionnement dans le système résidentiel. En effet, la population hautement qualifiée, notamment étrangère, risque d’avoir une mobilité résidentielle basée sur l’emploi transnational, ne visant pas l’établissement à long terme au Luxembourg. D’autres mobilités risquent également de diverger du modèle résidentiel dominant en raison d’un retour dans le pays d’origine. Elles concernent ces mêmes Étrangers hautement qualifiés, mais également les deux autres groupes étrangers. Une telle perspective d’établissement temporaire au Luxembourg, indépendamment du niveau de qualification, devrait montrer des trajectoires internes dans le sous-système locatif. Ces différentes trajectoires devraient mener à une dispersion inégale des groupes sur le territoire. Le niveau de qualification, influençant le positionnement dans le marché résidentiel, ainsi que la nationalité, se reflètent localement avec des concentrations dans des milieux de précarité socio-économique.

3. États et processus d’intégration au système résidentiel luxembourgeois

3.1. Vers un modèle résidentiel dominant au Luxembourg ?

29La carte 1 présente une typologie des communes luxembourgeoises réalisée avec, principalement, les données du recensement de 2001 [Carpentier, 2006]. Elle permet d’appréhender le territoire national dans une perspective multivariée en zones homogènes, entre autres, de structures du bâti, de période d’urbanisation, de bassins d’emploi et de déplacements quotidiens. La classification propose six types de communes :

  • villes denses,

  • 1re couronne périurbaine de Luxembourg-Ville;

  • 2e couronne périurbaine (de Luxembourg-Ville);

  • ancien bassin minier;

  • communes périurbaines éloignées ;

  • communes rurales/pôles secondaires.

30Le territoire luxembourgeois est fortement structuré en termes d’emplois et de flux domicile-travail, incluant plus de 130 000 travailleurs transfrontaliers. D’un côté, le pôle économique et de services de Luxembourg-Ville au centre du pays polarise le tiers des flux de main-d’œuvre. De l’autre, l’ancien bassin minier concentre une population majoritairement ouvrière aux frontières ouest (France et Belgique) et sud (France). Le nord, et dans une moindre mesure l’est du pays (frontière de l’Allemagne), est marqué par des milieux de vie moins denses et ruraux, voire forestiers.

Carte 1. Typologie des communes luxembourgeoises

Carte 1. Typologie des communes luxembourgeoises

S. Carpentier
Fond de carte : SIG GEODE

31Si cette typologie permet de structurer le territoire luxembourgeois au niveau morphologique avec les caractéristiques du système résidentiel permet également de constater que le modèle résidentiel dominant est inégalement réparti sur le territoire (tableau 2 en annexe). Il se retrouve également réparti dans les communes isolées / rurales, du périurbain éloigné, le bassin minier ainsi que dans la première couronne périurbaine. Il est sous-représenté dans les types de communes les plus urbanisées, soit la première couronne périurbaine et dans les communes de ville dense (Luxembourg-Ville et Esch-sur-Alzette). Cette structure s’inscrit dans la logique d’une décroissance de la densité en parallèle à la décroissance des prix du foncier [Observatoire de l’habitat, 2008]. L’indice des prix annoncés décroit avec l’éloignement de la capitale où celle-ci avec sa première couronne périurbaine possèdent les valeurs moyennes les plus élevées du système résidentiel. La deuxième couronne périurbaine, qui constitue le milieu privilégié du modèle résidentiel dominant. C’est également dans cette portion du territoire que l’on retrouve la plus forte pression immobilière. Les modèles résidentiels de location se concentrent dans la ville dense ainsi que dans l’ancien bassin minier, mais restent marginaux dans les autres types de milieux. Comment cette situation se partage-t-elle selon les catégories d’immigrants présentes sur le territoire grand-ducal ?

3.2. Concentration / dispersion résidentielle des étrangers et Luxembourgeois

32Le module d’analyse de ségrégation résidentielle développé par Appariccio (2000) permet d’appréhender cinq dimensions de la concentration/dispersion des groupes sur le territoire. Le tableau 1 montre d’emblée que leur ségrégation résidentielle est relativement peu élevée (au niveau communal) en comparaison avec les grandes agglomérations américaines et européennes [Bolt et al., 2008 ; Musterd et al., 1998].

33Premièrement, l’indice « classique » de ségrégation, variant de 0 à 1, réfère à la distribution des groupes dans les unités spatiales (les communes) ; 0 étant une distribution parfaitement égale et 1 une distribution ségrégative maximale. On observe que les Étrangers hautement qualifiés sont les seuls qui se distinguent pour cette dimension (0,43). Les autres groupes possèdent pour cet indice des valeurs relativement faibles. Les variations entre 1991 et 2001 montrent également que la ségrégation est restée stable chez les différents groupes, avec cependant une légère augmentation pour les Luxembourgeois hautement qualifiés (+0,03).

34Deuxièmement, l’indice d’isolement montre que les Luxembourgeois moins qualifiés (0,62), et dans une moindre mesure les Étrangers européens moins qualifiés (0,29), sont les moins exposés aux autres groupes. Ils résident ainsi dans des communes où l’on retrouve moins de mixité. Si pour les Étrangers européens moins qualifiés une tendance à l’augmentation de l’isolement est observée (+0,06), c’est plutôt l’inverse pour Étrangers hautement qualifiés (-0,06). Les autres groupes possèdent des valeurs d'indice d'isolement relativement faible et stable.

35Troisièmement, l’indice de concentration, ou la densité d’un groupe dans une commune par rapport à la surface totale des communes, est l’indice pour lequel les valeurs sont les plus élevées mais stables entre 1991 et 2001. Ainsi, environ la moitié des Luxembourgeois hautement qualifiés et des Étrangers européens moins qualifiés devraient déménager afin d’obtenir une densité uniforme sur toutes les communes, alors que c’est environ trois sur cinq chez les Étrangers hautement qualifiés et pour les Étrangers non européens moins qualifiés.

36Quatrièmement, l’indice de regroupement montre que les Luxembourgeois moins qualifiés (0,49), et dans une moindre mesure les Étrangers européens moins qualifiés (0,33), sont ceux les plus regroupés, agrégés ou voisins. Si pour les premiers la valeur de l’indice est stable entre 1991 et 2001, pour les deuxièmes, on observe une légère augmentation du niveau de regroupement (+0,07). Notons par ailleurs que les Étrangers hautement qualifiés montrent une tendance à la diminution (-0,07).

Tableau 1.Indices de ségrégation résidentielle des groupes à l’échelle des communes luxembourgeoises

Indice de ségrégation
(var 1999 –2001)

Indice
d‘isolement
(var 1999 –2001)

Indice de concentration
(var 1999 –2001)

Indice de regroupement absolu
(var 1999 –2001)

Indice de centralisation absolu
(var 1999 –2001)

Luxembourgeois
hautement qualifiés

0,22 (+0,03)

0,06 (-0,02)

0,54 (-0,01)

0,07 (-0,02)

0,54 (0,00)

Étrangers hautement qualifiés

0,43 (0,00)

0,10 (-0,06)

0,63 (-0,02)

0,13 (-0,07)

0,72 (-0,01)

Luxembourgeois
moins qualifiés

0,21 (-0,02)

0,62 (+0,01)

0,45 (-0,02)

0,49 (+0,02)

0,34 (-0,03)

Étrangers européens
moins qualifiés

0,15 (-0,00)

0,29 (+0,06)

0,56 (-0,02)

0,33 (+0,07)

0,44 (-0,01)

Étrangers non-européens
moins qualifiés

0,20 (-0,02)

0,04 (+0,02)

0,61 (0,00)

0,05 (0,01)

0,44 (-0,11)

Indices calculés à l’échelle individuelle avec un modèle développé par Apparicio (2000)

Source : Statec, RP 1991, 2001.

37Enfin, les deux groupes les plus qualifiés sont ceux les plus représentés dans Luxembourg-Ville. Près de 3 Étrangers hautement qualifiés sur 4 y habitent et un peu plus d'un Luxembourgeois hautement qualifié sur deux. Pour les autres, c'est un peu plus de deux sur cinq pour les Étrangers moins qualifiés et le tiers des Luxembourgeois moins qualifiés. Les Luxembourgeois moins qualifiés sont le groupe le moins présent en proportion dans la capitale.

38Si le calcul de ces indices révèle que la ségrégation résidentielle au Luxembourg est relativement limitée, la dispersion / concentration des groupes répond néanmoins à des logiques spatiales. La carte 2 représente la part relative des groupes dans chacune des communes (trame de fond) et leur évolution relative entre 1991 et 2001 (points proportionnels). Le tableau 2 renseigne sur la distribution des groupes selon le type de communes. Tous deux permettent de mieux comprendre spatialement les indices de ségrégation résidentielle.

Tableau 2. Localisation des groupes selon le type de commune (en %)

Luxembourgeois
hautement
qualifiés
(n = 14 198)

Étrangers
hautement
qualifiés (n = 14 766)

Luxembourgeois
moins qualifiés


(n = 189 176)

Étrangers européens
moins qualifiés
(n = 85 115)

Étrangers non-européens
moins qualifiés
(n = 11 142)

Type de commune

Rural  /  pôles secondaires

14,2

6,8

20,4

15,0

14,8

Périurbain éloigné

6,4

5,4

9,6

7,6

5,6

Ancien bassin minier

7,4

3,1

18,1

16,8

16,9

1ère couronne

20,3

23,2

11,1

11,9

9,4

2ème couronne

18,1

12,9

21,0

14,7

11,7

Ville dense

33,5

48,6

19,8

34,1

41,5

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

(Selon les données à l’échelle individuelle du Statec (1991, 2001))

39On constate la relative opposition entre Luxembourgeois moins qualifiés et les deux autres groupes hautement qualifiés, qu’ils soient luxembourgeois ou étrangers. Cette opposition se situe au niveau de la capitale et des deux couronnes périurbaines. Le groupe des Luxembourgeois moins qualifiés est nettement sous-représenté à Luxembourg-Ville (19.8 %), une tendance à la diminution au profit de la périphérie est visible entre 1991-2001. Si ce déplacement proportionnel des Luxembourgeois moins qualifiés semble s’effectuer en parallèle avec l’étalement résidentiel global dans le pays observé dans d’autres recherches (Hermia et al. (2005) pour la Belgique ; Jaillet (2004) pour la France par exemple), il s’effectue par ailleurs dans le sens des communes où domine le modèle résidentiel de référence, d’abord dans la première puis dans la deuxième couronne périurbaine.

40Les régions urbaines du pays, socio-économiquement favorisées, sont d’abord celles des groupes du haut de l’échelle : Luxembourgeois hautement qualifiés ainsi qu’Étrangers hautement qualifiés. Respectivement 72 % et 85 % de ces deux groupes résident dans des communes de ville dense et des deux couronnes périurbaines. Les variations 1991-2001 suggèrent une dynamique ségrégative du haut de l’échelle sociale pour Luxembourg-Ville. La présence des Étrangers non européens moins qualifiés dans le sud du pays, dans l’autre commune de ville dense et dans l’ancien bassin minier, montre une dynamique ségrégative inverse qui semble liée à la faible qualification. Les Étrangers non européens moins qualifiés ont considérablement augmenté leur part relative dans la capitale mais aussi dans des communes spécifiques du nord du pays. Enfin, si les Européens moins qualifiés sont, quant à eux, présents dans tout le pays et ont augmenté considérablement leur part relative entre 1991 et 2001, ils se concentrent davantage à la frontière sud du pays.

41L’étalement résidentiel entre 1991 et 2001 de Luxembourg-Ville vers les communes périphériques est principalement observable chez les deux groupes hautement qualifiés. Les Luxembourgeois moins qualifiés, localisés majoritairement dans la première couronne périurbaine ainsi que dans le Nord du pays, baissent en proportion relative dans la majorité de communes. Cette évolution qui concerne également les Luxembourgeois hautement qualifiés est complexe à interpréter. Malgré des effectifs stables, cette baisse est-elle une conséquence de l’arrivée d’effectifs des autres groupes ? À cet égard, ce sont les Européens moins qualifiés qui présentent la plus forte augmentation relative.

3.3. Positionnement des groupes dans le marché du logement

42À la lumière de la description de la localisation résidentielle des groupes sur le territoire, il est permis d’avancer que les ménages des différents groupes risquent d’avoir un positionnement inégal dans les segments du système résidentiel. De telles différences renforceraient les structures écologiques observées de manière transversale sur le territoire luxembourgeois. Si les inégalités socio-économiques s’observent sur le territoire, elles risquent d’entraîner des positionnements différenciés des groupes dans les modèles résidentiels documentés précédemment.

Carte 2. Part des groupes par commune en 2001 et évolution relative depuis 1991

Carte 2. Part des groupes par commune en 2001 et évolution relative depuis 1991

Source cartographique : CEPS/INSTEAD
Source statistique : Statec

Discrétisation selon l'algorithme de Jenks

43Le tableau 3 montre la répartition des cinq groupes dans le système résidentiel luxembourgeois ainsi que deux indicateurs portant sur certaines caractéristiques des logements occupés disponibles dans le recensement. On constate un même positionnement pour les deux groupes luxembourgeois au sein du système résidentiel, qu’ils soient hautement ou moins qualifiés. La dimension nationale est ainsi saillante, particulièrement au niveau du modèle résidentiel dominant. De manière attendue, on observe que les Luxembourgeois hautement qualifiés occupent des logements plus vastes que leurs compatriotes moins qualifiés, sans toutefois observer de différence au niveau du nombre de pièces disponibles par personne.

Tableau 3. Caractéristiques des modèles résidentiels selon les groupes en 2001

Luxembourgeois
hautement
qualifiés
(n = 14 198)

Étrangers
hautement
qualifiés (n = 14 766)

Luxembourgeois
moins
qualifiés
(n = 189 176)

Étrangers européens
moins
qualifiés (n = 85 115)

Étrangers non-européens
moins
qualifiés (n = 11 142)

Statut d’occupation Propriétaire
Locataire
Autre

82,8% 11,7% 5,5%

40,2% 57,7% 2,1%

80,9% 15,6% 3,4%

49,3% 47,8% 2,9%

42,2% 47,3% 10,5%

Type d’habitation Maison unifamiliale
Immeuble collectif
Autre

75,7% 22,9% 1,3%

51,0% 47,6% 1,4%

73,8% 22,4% 3,9%

58,6% 38,6% 2,8%

52,7% 43,0% 4,4%

Modèle résidentiel occupé Locataire Maison
Locataire Appartement
Propriétaire Maison
Propriétaire Appartement Autres

4,7% 7,0% 68,6% 14,8% 4,8%

19,4% 38,1% 31,1% 9,1% 2,3%

5,8% 9,3% 66,8% 12,1% 5,9%

19,0% 27,5% 39,7% 9,7% 4,1%

19,2% 28,7% 33,0% 11,0% 8,0%

Caractéristiques des logements Superficie moyenne en m² (méd)
Pièce(s)/personne (méd)

76,2 (65,0) 2,9 (2,5)

60,2 (50,0) 2,6 (2,0)

66,0 (55,0) 3,0 (2,5)

45,5 (36,3) 2,1 (1,7)

33,8 (26,0) 1,6 (1,25)

Calculs : CEPS/INSTEAD – Données : Statec, 2001.

44Si le modèle résidentiel de la location d’une maison est clairement marqué par le fait d’appartenir à un groupe d’étrangers (19 % pour les trois groupes contre environ 5 % pour les Luxembourgeois), des nuances doivent être apportées au positionnement des autres groupes dans les différents modèles résidentiels. Les Étrangers hautement qualifiés se positionnent entre les deux groupes nationaux précédemment discutés. Au niveau des logements, la superficie et le nombre de pièces par personne des logements occupés par ce groupe sont moindres que les nationaux mais considérablement plus élevés que pour les deux autres groupes d’Étrangers moins qualifiés. Au niveau du statut d’occupation et des modèles résidentiels, s’ils occupent des logements plus spacieux, c’est en revanche davantage dans les modèles résidentiels locatifs que les Étrangers hautement qualifiés se situent avec la moitié des ménages (maison ou appartement avec respectivement 19 % et 38 %).

45Les Étrangers européens moins qualifiés sont le groupe d’étrangers se rapprochant le plus du modèle résidentiel dominant (près de 40 %). Cela dit, les ménages d’Étrangers européens moins qualifiés occupent des logements plus petits en superficie et offrant moins d’espace au niveau du nombre de pièces par personne. Pour leur part, les Étrangers non européens moins qualifiés occupent des logements plus limités au niveau des superficies et de pièces disponibles par personne. Ils se rapprochent néanmoins plus du modèle dominant que les Étrangers hautement qualifiés. Si à 42 % de propriétaires, à 52 % vivant dans une maison unifamiliale et à 33 % dans le modèle résidentiel dominant, le positionnement des Étrangers européens moins qualifiés se situe bien en deçà des proportions des Étrangers européens moins qualifiés ou des deux groupes luxembourgeois, ce groupe est toutefois plus près du modèle dominant que les Étrangers hautement qualifiés pourtant au haut de l’échelle sociale.

46Le croisement du positionnement des groupes dans le système résidentiel avec les résultats portant sur leur localisation / ségrégation sur le territoire devient alors fort éclairant. Si les deux groupes de Luxembourgeois sont positionnés de manière semblable dans le système résidentiel, majoritairement au niveau du modèle dominant, leur localisation sur le territoire est nettement différenciée. En effet, les Luxembourgeois hautement qualifiés sont particulièrement concentrés dans la capitale alors que leurs compatriotes moins qualifiés y sont très peu présents. Ainsi, ce sont plutôt les Étrangers hautement qualifiés et les Luxembourgeois hautement qualifiés, groupes au plus haut de l’échelle sociale, qui partagent un même territoire, essentiellement la capitale et sa première couronne périurbaine. Or, le positionnement des Étrangers hautement qualifiés dans le système résidentiel rejoint davantage les Étrangers non européens. Ces deux groupes aux niveaux des capitaux culturels et économiques forts contrastés, caractéristiques de la double migration, possèdent ainsi un positionnement dans le système résidentiel ainsi qu’au niveau du type de commune de résidence relativement similaire. Ces groupes sont partagés entre les modèles résidentiels locatifs et résident en majorité dans une commune de type ville dense. Cela dit, ces groupes ne partagent pas le même milieu de vie, les Étrangers non européens moins qualifiés étant concentrés dans le sud du pays dans l’ancien bassin minier et les autres dans la capitale.

47Une dernière étape nous a permis d’aller au-delà de ces portraits transversaux. La question est alors d’explorer vers quoi (modèle résidentiel) et vers où (commune / type de commune) les différents groupes semblent se diriger, si le modèle résidentiel et ses territoires font l’objet d’intégration.

3.4. Des trajectoires orientées vers le modèle résidentiel dominant et les territoires luxembourgeois ?

48Les données longitudinales du PSELL2 permettent de nous renseigner sur les processus d’intégration résidentielle. Pour la première année du panel en 1995, on note logiquement des proportions, pour les cinq groupes de ménages, tout à fait comparables au recensement de 1991 (tableau 4). Cela dit, représentatif à son origine, l’échantillon de ménages s’étiole au fil des années jusqu’en 2002, le phénomène d’attrition étant relativement classique dans les panels. De manière attendue, ce sont les ménages en situation d’instabilité qui disparaissent, ceux pour qui le modèle dominant est plus difficile d’accès. Cela dit, les effectifs limités indiquent des tendances cohérentes avec nos hypothèses de travail.

49Globalement, une mobilité vers le modèle résidentiel dominant est observée. Pour l’ensemble de l’échantillon longitudinal, la proportion de ménages positionnée dans le modèle dominant passe d’environ 60 % à 68 % entre 1995 et 2001, soit près de 8 points de plus dans le modèle dominant. De manière attendue, ce sont des ménages qui proviennent des modèles résidentiels locatifs, essentiellement la location d’un appartement. Ces mobilités varient selon les groupes, mais pointent néanmoins toutes vers le modèle dominant.

50Les Luxembourgeois, qu’ils soient hautement qualifiés ou moins, alors qu’ils se positionnaient dans les mêmes proportions au niveau du modèle dominant en 1995, ont augmenté leurs parts relatives dans celui-ci avec près de 10 points de pourcentage pour les hautement qualifiés et environ 5 % points de pourcentage pour les moins qualifiés. L’autre modèle résidentiel en propriété, l’appartement, est en baisse chez les Luxembourgeois hautement qualifiés (5 points de pourcentage) et en stabilité pour les moins qualifiés. La présence des deux groupes nationaux dans le modèle dominant s’est ainsi renforcée, essentiellement pour les ménages provenant du modèle de la location d’un appartement.

Tableau 4. Transition des ménages entre 1995 et 2002 dans le système résidentiel selon les groupes (en %)

Tableau 4. Transition des ménages entre 1995 et 2002 dans le système résidentiel selon les groupes (en %)

Calculs : CEPS/INSTEAD – données PSELL2 1995, 2002.

Tableau 4. Transition des ménages entre 1995 et 2002 dans les types de commune selon les groupes (en %)

Tableau 4. Transition des ménages entre 1995 et 2002 dans les types de commune selon les groupes (en %)

Calculs : CEPS/INSTEAD – données Statec, 2001.

51Cela dit, les plus fortes augmentations relatives au profit du modèle résidentiel dominant se situent chez les Étrangers hautement qualifiés (32 points de pourcentage) ainsi que chez les Étrangers non européens moins qualifiés (19 points de pourcentage). Pendant que les comparaisons transversales indiquaient des proportions relativement basses en 1995, les ménages pour qui un suivi longitudinal est disponible indiquent une mobilité vers le modèle résidentiel dominant en 2002. Notons que la propriété d’un appartement est également en croissance chez ces deux groupes, avec respectivement 3 et 7 points de pourcentage. Quant aux Étrangers européens moins qualifiés, on observe une augmentation de 5 points de pourcentage au profit de l’achat d’un appartement. Toujours pour ce groupe, une croissance de 10 points de pourcentage vers le modèle dominant est également constatée. Si pour les trois groupes d’Étrangers le modèle dominant fait l’objet d’intégration, particulièrement chez les hautement qualifiés (et contrairement aux nationaux), il en va de même pour la propriété d’un appartement qui constitue un modèle plus accessible au niveau financier. Si une tendance à l’intégration du modèle résidentiel dominant par les étrangers au Luxembourg est observée, qu’en est-il des territoires choisis ? Le tableau 5 présente les résultats longitudinaux de mobilité entre les types de communes, soit la commune de résidence des ménages en 1995 par rapport à celle de 2001. Ces données sont disponibles pour les ménages à l’échelle nationale. Ces observations sur la mobilité extra-communale montrent une grande stabilité à travers le pays, mais où l’étalement résidentiel observé de manière transversale s’exprime plus clairement. À l’échelle du Grand Duché, les communes de type ville dense (-1.6 %) et, dans une moindre mesure, de première couronne (-0.1) ont perdu des ménages aux profits des communes périurbaines de deuxième couronne (+0.7) ainsi que pour celles plus éloignées (+0.3). Notons cependant que la mobilité intra-communale n’est pas documentée ici. Elle constitue néanmoins environ 11 % des ménages pour la même période [Statec, 2003, p. 156].

52Au niveau des groupes, la mobilité sur le territoire s’est effectuée selon les tendances observées dans les comparaisons transversales. L’étalement résidentiel est observable pour tous les groupes. S’il est relativement faible chez les deux groupes Luxembourgeois avec une baisse de 1 point de pourcentage pour les hautement qualifiés et de 0,8 point pour les moins qualifiés, il est davantage élevé chez les groupes d’étrangers. Ainsi, les ménages d’Étrangers hautement qualifiés (-5,0) ainsi que les Étrangers européens moins qualifiés (-3,0) et non européens moins qualifiés (-5,0) ont quitté les communes de type ville dense. Les destinations choisies diffèrent toutefois. Les deux groupes hautement qualifiés, luxembourgeois et étrangers, ont privilégié les communes périurbaines de deuxième couronne en forte croissance, avec 3,2 et 2,2 points de pourcentage respectivement. Pendant ce temps, les Luxembourgeois et les Étrangers européens moins qualifiés se sont dispersés sur le territoire, alors que les Étrangers non européens moins qualifiés se sont plutôt dirigés vers les communes de l’ancien bassin minier, plus défavorisées d’un point de vue.

53À la lumière de ces mobilités dans le système résidentiel et sur le territoire, on observe que les groupes au niveau de qualification élevé, indépendamment de leur nationalité, ont tendu vers les territoires socialement plus favorisés (capitale) et où l’on retrouve une forte croissance urbaine (deuxième couronne). Les Luxembourgeois moins qualifiés, tout comme les Étrangers européens moins qualifiés, se sont dispersés dans l’ensemble des types de communes, les premiers ayant favorisé le modèle résidentiel dominant, tandis que les deuxième à la fois la propriété d’une maison et celle d’un appartement. Ces deux groupes moins qualifiés ont tendu vers des types de communes plus accessibles financièrement, notamment le nord du pays. Enfin, les Étrangers non européens moins qualifiés ont également privilégié à la fois la propriété d’une maison et d’un appartement, mais se sont plutôt déplacés vers les communes de l’ancien bassin minier plus défavorisées sur le plan socio-économique.

Conclusion

54Cet article a permis l’exploration de l’intégration au marché résidentiel et de la ségrégation au Luxembourg. C’est à travers l’approche de la double migration, hautement et moins qualifiée, que l’intégration des Étrangers et des Luxembourgeois a été explorée, d’une part, en relation avec un modèle résidentiel dominant et, d’autre part, en lien avec la localisation résidentielle des ménages. C’est pour dépasser l’analyse d’états de ségrégation de différents groupes d’étrangers sur un territoire que des données longitudinales ont été mobilisées, pour ainsi entrer dans une perspective de dynamique ségrégative. Cela, bien qu’exploratoire, contribue aux connaissances encore partielles sur l’immigration et le logement au Luxembourg [Hartmann-Hirsch et al., 2007]. Si au niveau du territoire on note un faible niveau de ségrégation résidentielle, mais également une grande stabilité résidentielle, une mobilité appréciable est observée à l’intérieur du système résidentiel luxembourgeois. Les ménages pour lesquels nous avons pu suivre les trajectoires résidentielles se sont dirigés vers le modèle résidentiel dominant, c’est-à-dire la propriété d’une maison unifamiliale. Les groupes les mieux positionnés au niveau socio-économique ont davantage avancé dans ce processus intégratif. On constate ainsi que le modèle résidentiel dominant est majoritairement luxembourgeois, peu importe le niveau de qualification des ménages, cette dominance nationale s’étant renforcée entre 1991 et 2001. Ce phénomène est également visible chez les ménages de membres de l’Union européenne établis au Grand Duché. Par contre, c’est moins le cas pour les deux groupes d’étrangers associés à la double migration, les étrangers hautement et moins qualifiés. La stabilité résidentielle observée suggère une piste intéressante à explorer. Pourrait-on parler, tout comme pour le modèle résidentiel dominant, de l’émergence de « territoires luxembourgeois » ? L’accès à ce milieu résidentiel privilégié et distinctif est-il permis avec un haut niveau de qualification pour les étrangers ? À ce titre, Luxembourg-Ville, avec ses territoires périurbains rapprochés, constitue un pôle métropolitain en émergence qui ressort comme l’espace privilégié des populations luxembourgeoises et des hauts salariés étrangers. Même si certaines inégalités se côtoient dans la capitale, les étrangers moins qualifiés y étant relativement bien représentés, celle-ci peut néanmoins constituer un lieu de replis, ou du moins de préférences exprimées par les classes nationales et sociales élevées. À l’inverse, le sud du pays, avec l’ancien bassin minier et la ville dense d’Esch/Alzette, pourrait plutôt ressortir comme un territoire « par défaut », lequel, même s’il permet l’intégration de ménages au modèle résidentiel dominant, constitue un milieu de vie considérablement marqué par la présence de population étrangère moins qualifiée. La question est alors de savoir ce qui sous-tend les dynamiques ségrégatives observées. Ces résultats ouvrent des perspectives de recherche stimulantes. Premièrement, la stabilité résidentielle observée sur le territoire tant pour les étrangers que pour les Luxembourgeois, indépendamment de leur mobilité dans le système résidentiel, suggère une certaine continuité au niveau des milieux de vie. En ce sens, c’est bien au niveau des préférences et des stratégies qu’il semble pertinent de s’intéresser pour explorer cette continuité. Si pour plusieurs aspects les étrangers au haut et au bas de l’échelle sociale tendent à se ressembler, notamment leur positionnement dans le modèle résidentiel de la location, que suggère leur localisation sur le territoire relativement opposée ? S’agit-il de tactiques d’évitement ou de mise à l’écart développées par les classes favorisées, ou encore de stratégies d’intégration (non) planifiées via des milieux de vie offrant réseaux bien implantés dans la proximité culturelle ? Nos résultats nous permettent d’envisager ces deux perspectives. Cela nous oblige cependant à explorer le point de vue de l’acteur avec ses aspirations et préférences résidentielles de manière à mieux comprendre ces états et processus ségrégatifs.

Haut de page

Bibliographie

APPARICCIO P. (2000), Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique, Cybergeo, article 134, mis en ligne le 16 juin 2000, modifié le 05 novembre 2007, http://www.cybergeo.eu/index12063.html (consulté le 2009-02-10).

BALAKRISHNAN T.R. & FENG H. (1999), Socioeconomic integration and spatial residential patterns of immigrant groups in Canada, Population Research and Policy Review, vol. 18, pp. 201-217.

BERRY B.J.L. & KASARDA J.D. (1977), Contemporary Urban Ecology, New-York, MacMilan Pub.

BESCH S., LEGRAND M. (2007), « L’immigration au Luxembourg, dimension incontournable du point de vue démographique, économique et social », in S. Allegrezza, M. Hirsh, N. von Kunitzki (dir.), L’immigration au Luxembourg, et après ?, Luxembourg, Institut d’Études Européenne et Internationales du Luxembourg, pp. 30-44.

BLOM S. (1999), Residential concentration among immigrants in Oslo, International Migration vol. 37, n° 3, pp. 617-641.

BOLT G,. VAN KEMPEN R. & VAN HAM M. (2008), Minority ethnic groups in the Dutch housing market : Spatial segregation, relocation dynamics and housing policy, Urban Studies, vol. 45, n° 7, pp. 1359-1384.

BOMMES M. & HALFMANN J. (1997), Migration in nationalen Wohlfahrtsstaaten. Theoretische und vergleichende Untersuchungen, Osnabrück, Universitätsverlag Rasch. BORJAS G.J. (2002), Homeownership in the immigrant population, Journal of Urban Economics, vol. 52, pp. 448–476.

BOURDIEU P. (1979), La distinction, critique sociale du jugement, Paris : Éditions de Minuit, Le Sens commun.

BOURDIEU P. (2000), Les structures sociales de l’économie, Paris, Éditions du Seuil.

BRUN J. & RHEIN C. (dir.) (1994), La ségrégation dans la ville, Paris, L'harmattan.

BURGERS J. & VAN DER LUGT H. (2006), Spatial assimilation of minority groups : The case of suburbanizing Surinamese in the Rotterdam region, Journal of Housing Built Environment, vol. 21, pp. 127-139.

CARPENTIER S. (2006), Structuration urbaine et typologie des communes luxembourgeoises pour l’étude de la mobilité quotidienne, Luxembourg, CEPS/INSTEAD, Population & Territoire n° 9.

CHARRON M. & SHEARMUR R. (2005), La ségrégation économique comme un phénomène complexe : une analyse spatio-temporelle du cas montréalais, The Canadian Geographer / Le Géographe canadien, vol. 49, n° 4, pp. 332-351.

Collectif (2004), Ein Integratives Verkehrs- und Landesentwicklungskonzept für Luxemburg, Innenministerium, Transportministerium, Ministerium für öffentliche Bauten, Umweltministerium, Luxembourg.

Collectif (2005), Social Integration and Mobility : Education, housing and health, IMISCOE Network of Excellence on Immigration, Integration and Social Cohesion in Europe, State of the Art Report (SOAR), pp. 4-6.

Conseil européen des professions immobilières (2006), Marché immobilier, données annuelles européennes, 2006. Conseil européen des professions immobilières, http://www.cepi.eu/index.php ?page =apercu-du-marche-immobilier-ue---2006&hl =fr (consulté le 2009-02-10).

CUTLER D.M., GLAESER E. & VIGDOR J.L. (2007), When are ghettos bad ? Lessons from immigrant segregation in the United States, Journal of Urban Economics, vol. 63, n° 3, pp. 759-774.

DUNCAN O.D. & DUNCAN B. (1955), A methodological analysis of segregation indices, American Sociological Review, vol. 20, pp. 210-217.

ESSER H. (2001), Integration und ethnische Schichtung (working paper), Mannheimer, Mannheimer Zentrum für Europäische Sozialforschung, 40 p. European Union Statistics on Income and Living Conditions (2008), Eurostat.

FITOUSSI J.-P., LAURENT E. & MAURICE J. (2004), Ségrégation urbaine et intégration sociale, Paris, La Documentation française.

GRAFMEYER Y. & JOSEPH I. (1979), L’école de Chicago : Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Édition aubier Montaigne.

HALBWACHS M. (1932), Chicago, expérience ethnique, Annales d’histoire économique et sociale, vol. 4, n° 3, pp. 11-49.

HARRIS C.D. & ULLMAN E.L. (1945), The nature of the cities, Annals of the American Academy of political and social science, vol. CCXLII, pp. 7-17.

HARTMANN-HIRSCH C. (2007), Les réalités des politiques migratoires et leur perception dans un petit État-nation, Fonds National de la Recherche du Luxembourg, Programme pluriannuel « Vivre demain au Luxembourg (VIVRE) », projet financé (2008-2010).

HERMIA J.-P., BAHRI A., EGGERICKX T., SANDERSON J.-P. (2005), Migrations et stratégies résidentielles de citadins en milieu périurbain et rural : attentes et perceptions vis-à-vis de la ville et de la campagne, Rennes, Colloque « Faire-campagne », 17-18 mars.

HOFFMANN-NOWOTNY H.-J. (2001), Das Fremde in der Schweiz, Zürich, Seismo.

Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) (2008), Définitions et méthodes, secteur tertiaire. INSEE, http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp ?page =definitions/secteur-tertiaire.htm (consulté le 2008-12-23).

JAILLET M.-C. (2004), L’univers des classes moyennes, Esprit (mai-juin).

LUHMANN N. & BAECKER D. (2006), Einführung in die Systemtheorie, Heidelberg, Taschenbuch.

MASSEY D. & DENTON N. (1988), The dimension of residential segregation, Social Forces, vol. 76, pp. 231-315.

MAURIN E. (2002), L’égalité des possibles : La nouvelle société française, Paris, Éditions du Seuil et La République des Idées.

MAURIN E. (2004), Le ghetto français : Enquête sur le séparatisme social, Paris, Éditions du Seuil et La République des Idées.

MIGNOT D. & ROSALES-MONTANO S. (2006), Vers un droit à la mobilité pour tous, Paris, La documentation française.

MORRILL R. (1992), Population redistribution within metropolitan regions in the 1980s : Core, Satellite and Exurban growth, Growth and Change, pp. 277-302.

MUSTERD S., OSTENDORF W., BREEBAART M. (1998), Multi-Ethnic Metropolis : Patterns and Policies, The Nethderlands, Kluwer Academic Publishers.

Observatoire de l’habitat (2008), L’offre et les prix des logements mis sur le marché : situation en 2006 et en 2007, Luxembourg, Département du Logement, Observatoire de l’Habitat.

PARK R., McKENZIE R.D. & BURGESS E. (1925), The City : Suggestions for the Study of Human Nature in the Urban Environment, Chicago,University of Chicago Press.

PAULY P. (2007), Proto-industrialisation et immigration au Luxembourg, in S. Allegrezza, M. Hirsh, N. von Kunitzki (eds), L’immigration au Luxembourg, et après ?, Luxembourg, Institut d’Études Européenne et Internationales du Luxembourg, pp. 47-60.

PEACH C. (2001), The Ghetto and the Ethnic Enclave, Lincoln Institute of Land Policy Conference Paper, Cambridge (MA), International Seminar on Segregation in the City, July 26-28.

PRIES P. (1999), Migration and Transnational Spaces, Aldershot, Ashgate.

RAVALET E. (2007), Modes de vie et modes de ville, activités et déplacements quotidiens à Montréal et Lyon, Environnement urbain / Urban Environment, n° 1, pp. 61-76.

SCHNELL S. & YOAV B. (2005), Globalisation and the Structure of Urban Social Space : The Lesson from Tel Aviv, Urban Studies, vol. 42, n° 13, pp. 2489-2510.

SÉLIMANOVSKI C. (2008), La frontière de la pauvreté, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Service central de la statistique et des études économiques (Statec) (2003), La société luxembourgeois à travers le recensement de 2001, Luxembourg, Statec.

TIMMS D. (1971), The Urban Mosaic, Cambrige Geographical Studies, Cambrige University Press.

VERMEULEN H. (2004), Models and modes of immigrant integration . and where does Southern Europe fit ?, in Ch. Inglessi, A. Lyberaki, H. Vermeulen, G.J. van Wijngaarden (dir.), Immigration and Integration in Northern versus Southern Europe, Proceedings of the Greek-Dutch conference held at the Netherlands Institute at Athens, 27-28 November 2002, Athens, Netherlands Institute at Athens, pp. 27-39.

WEISS A. (2005), The transnationalization of social inequality. Conceptualising social positions on a world scale, Current Sociology, Thematic Issue on Transnational Migrations and Social Transformations, Schuerckens U. (dir.), vol. 53, n° 4, pp. 707-728.

ZANS M. (2003), Politique de l’État en matière de logement, Mémoire pour le poste de professeur en sciences économiques et sociale, Bibliothèque Nationale de Luxembourg : Lycée Technique de Bonnevoie.

Haut de page

Notes

1 Projet cofinancé par le FNR du Luxembourg.

2 Pour le présent article, l’intégration réfère à l’action d’incorporer un ou plusieurs éléments à un système en place ; le nouvel apport a comme conséquence de modifier le système original. En ce sens, il se distingue de l’assimilation qui consiste à rendre semblable, voire identique, un ou plusieurs éléments à d’autres constituant un système en place.

3 Ces préoccupations sur la pertinence d’inclure des caractéristiques urbaines ainsi que des aspects liés à l’accessibilité et à la mobilité [Mignot & Rosales-Montano, 2008] font partie d’un débat sur l’intégration et le logement [Collectif, 2005] beaucoup plus vaste qu’il n’est pas possible de développer dans le cadre de cet article.

4 Notons qu’au Luxembourg, l’accès au système résidentiel se pose en amont de l’arrivée des étrangers non européens. L’obtention d’un permis de séjour pour les étrangers non européens est liée à l’obtention d’un contrat de travail et du permis de travail qui lui est associé. L’accès au marché de l’emploi luxembourgeois est par ailleurs inégal selon l’origine des demandeurs (ex. membre de l’Union Européenne et non européen).

5 Notons qu’un autre sous-système pourrait être considéré, soit celui de l’habitation sociale. Ce sous-système est cependant marginal au Luxembourg, ne représentant que 3% du parc de logement.

6 Un sixième groupe fait l’objet d’analyse dans le cadre du projet MIGRAPOL : les décideurs économiques. Cependant, pour des raisons méthodologiques, notamment en raison des faibles effectifs, ce groupe ne fait pas l’objet d’analyses du présent article.

7 Vu le faible nombre d’immigrants hautement qualifiés, la distinction entre les étrangers de l’Union européenne ou hors Union n’a pas été retenue par le projet. Par ailleurs, les immigrés hautement qualifiés bénéficient depuis des années d’un accès facilité aux permis de travail [OCDE, 2003].

8 Pour 39 543 cas, le niveau d’éducation ou la nationalité étaient non renseignés, ceux-ci n’ont pu être classés selon les cinq groupes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Typologie des communes luxembourgeoises
Crédits S. CarpentierFond de carte : SIG GEODE
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Carte 2. Part des groupes par commune en 2001 et évolution relative depuis 1991
Crédits Source cartographique : CEPS/INSTEADSource statistique : Statec
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 4. Transition des ménages entre 1995 et 2002 dans le système résidentiel selon les groupes (en %)
Crédits Calculs : CEPS/INSTEAD – données PSELL2 1995, 2002.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3591/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 4. Transition des ménages entre 1995 et 2002 dans les types de commune selon les groupes (en %)
Crédits Calculs : CEPS/INSTEAD – données Statec, 2001.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3591/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3591/img-5.png
Fichier image/png, 22k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3591/img-6.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Lord et Philippe Gerber, « Immigration et intégration : trajectoires résidentielles (inter)nationales et dynamiques ségrégatives locales au Luxembourg », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 85-103.

Référence électronique

Sébastien Lord et Philippe Gerber, « Immigration et intégration : trajectoires résidentielles (inter)nationales et dynamiques ségrégatives locales au Luxembourg », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/3591 ; DOI : 10.4000/eps.3591

Haut de page

Auteurs

Sébastien Lord

CEPS / INSTEAD (www.ceps.lu)
Département GEODE
B.P. 48
L-4501 Differdange
Luxembourg
Sebastien.Lord@ceps.lu
Philippe.Gerber@ceps.lu
CEPS / INSTEAD (www.ceps.lu)

Philippe Gerber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org