Navigation – Plan du site
Articles

L’impact des migrations sur les compositions par âge des populations locales : typologie cantonale pour une analyse rétrospective et prospective

The Impact of Migration on Local Populations Age Structures : A Cantonal-Districts Clustering for Retrospective and Prospective Analysis
Christophe Bergouignan
p. 45-65

Résumés

Littéralement « sculptées » par les mobilités résidentielles, les compositions par âge des populations locales présentent des profils très spécifiques. L’impact des flux migratoires sur les pyramides des âges des 3686 cantons de France métropolitaine se résume en 4 grandes familles résultant des 4 facteurs dominants de mobilité résidentielle intra-métropolitaine (études supérieures, emploi des diplômés, constitution de la famille et sortie d’activité). En prenant en compte l’influence des migrations de façon plus approfondie on aboutit à 15 types de cantons allant des archétypes correspondant aux 4 grandes familles d’effet de la mobilité résidentielle sur les structures à leurs variants intermédiaires. Le recours à une méthode de projection intégrant les interactions migratoires entre les territoires montre que la poursuite des comportements de mobilité résidentielle les plus récents, dans un contexte européen d’accélération du vieillissement, conduirait à renforcer les différences territoriales de composition par âge. Une discussion prospective tente d’évaluer le rôle que des facteurs de rupture qualitatifs (technologiques, énergétiques, sociétaux et économiques) pourraient avoir sur la modification de ces flux migratoires internes.

Haut de page

Texte intégral

1D’autant plus sélective selon les âges qu’elle correspond à des changements de territoires géographiquement restreints, la mobilité résidentielle « sculpte » littéralement les pyramides des âges des populations locales. On observe ainsi des profils par âge pour les migrations infra-nationales conduisant à observer des types de compositions par sexe et âge des populations locales. On peut donc s’interroger à la fois :

  • sur les facteurs démographiques (structures domestiques et projets familiaux) et socio-économiques (formation et emploi) structurant ces migrations ;

  • sur leurs conséquences territoriales quantitatives à long terme ;

  • et sur les éléments qualitatifs de rupture susceptibles de mettre en cause leur permanence.

2Dans cette perspective, une typologie des espaces peut être définie et servir de base :

  • à l’analyse des mobilités résidentielles à l’origine de ces spécificités territoriales de composition par sexe et âge ;

  • aux interrogations prospectives concernant la répartition future des populations selon les âges et les territoires.

  • 1 Voir encadré 1.
  • 2 Voir encadré 3.
  • 3 Voir encadré 2.

3Se fonder sur une typologie préexistante de l’espace pour étudier caractéristiques et tendances démographiques peut agréger et gommer certains profils ou leurs variants intermédiaires. Il convient donc plutôt d’opérer une catégorisation systématique des territoires selon l’impact des migrations sur leur composition par âge. Cela implique de recourir à des unités géo-démographiques suffisamment restreintes tout en permettant une mesure des structures par âge statistiquement robuste. Les 3686 pseudo-cantons métropolitains constituent un compromis entre ces deux contraintes, puisqu’ils regroupent les micro-populations formées par la plupart des 36 600 communes françaises en unités statistiquement analysables, sans agréger les communes les plus importantes1. La mise en évidence de l’impact de la mobilité résidentielle sur les pyramides des âges pseudo-cantonales repose sur la comparaison de ce que seraient les compositions par âge en l’absence de migrations avec celles des populations effectivement observées en 19992. Une classification ascendante hiérarchique conduit à partir de ces 3686 séries de résultats à l’identification de 15 types de pseudo-cantons correspondant à 4 grandes familles et à leurs variants intermédiaires. L’analyse de la correspondance géographique de ces 15 types et la décomposition des flux migratoires3 à l’origine des spécificités de leur structure par âge permettent de comprendre en partie les interactions entre les évolutions démographiques et sociétales du passé récent et l’organisation spatiale de la France métropolitaine.

  • 4 Voir encadré 4.

4S’alimentant des tendances passées, tout en identifiant des facteurs de rupture, la démarche prospective propose une appréhension conditionnelle de l’avenir. L’extrapolation des tendances migratoires récentes, est ici appliquée aux 15 types spatiaux via la méthode des projections « liées »4 qui permet d’éviter certains biais systématiques affectant des modèles projectifs plus usuels. Pour ne pas se limiter aux extrapolations des comportements passés (même les plus récents estimés par les premières vagues du recensement rénové de population), on discute en quoi les facteurs technologiques, énergétiques, économiques et sociaux pourraient rompre ces évolutions.

L’impact des mouvements migratoires sur les compositions par âge des pseudo-cantons métropolitains

Une typologie des formes d’impact de la mobilité résidentielle sur les pyramides cantonales

5En comparant les compositions par sexe et âge des 3686 pseudo-cantons métropolitains, observées au recensement général de 1999 et celles que l’on observerait en 1999 sans migrations depuis 1990 et depuis 1982, on identifie 4 familles de cantons :

  • ceux dont les migrations augmentent essentiellement la proportion de très jeunes adultes (18-24 ans) ;

  • ceux dont les migrations augmentent surtout la proportion de jeunes adultes (25-34 ans) ;

  • ceux dont les migrations augmentent plutôt la proportion d’adultes d’âge parental (25-34 ans mais surtout 35-49 ans) et d’enfants de moins de 18 ans ;

  • ceux dont les migrations accroissent surtout le poids des 50 ans et plus.

6Afin de proposer une synthèse plus objective et plus systématique on applique une classification ascendante hiérarchique aux 3686 pseudo-cantons en se fondant sur :

  • l’impact des mobilités résidentielles 1990-1999 et 1982-1999 sur la composition par âge de la population ;

  • les espaces avec lesquels ces échanges migratoires ont l’effet le plus déterminant sur la composition par âge de la population. Il peut s’agir de territoires extra-métropolitains, de territoires franciliens (si le pseudo-canton étudié n’est pas lui-même francilien), de territoires n’appartenant pas à la même région, de territoires appartenant à la même région.

7Cette classification ascendante hiérarchique définit 15 types de populations cantonales déclinant de façon plus approfondie les 4 grandes familles identifiables « à l’œil nu ». Par rapport à ces 4 grandes catégories (types 1, 2 et 3, types 4 et 5, types 7, 8, 9, 10, 11 et 12, types 13, 14 et 15), on identifie des formes extrêmes, « archétypiques » (types 1, 4, 9 et 15), ou plus atténuées (types 3, 5, 7, 11 et 13) et des situations intermédiaires (type 6, voire 12). Les caractéristiques des différents types sont résumées dans le tableau suivant, leur qualification géographique synthétique décrit des territoires comprenant la majeure partie de la population de la catégorie, ce qui ne correspond pas obligatoirement à ceux ayant la plus grande superficie (ce qui est donc parfois trompeur sur une carte colorisant des surfaces). Cette qualification géographique donne ainsi une idée immédiate de certains types sans toujours en restituer toute la diversité (pour une description plus détaillée voir Ch. Bergouignan, 2004). C’est notamment le cas du type 5 qui comprend des cantons très denses des banlieues des grandes agglomérations et des territoires de montagne beaucoup moins peuplés. C’est aussi la situation du type 6 qui associe cantons de banlieue, villes centres d’agglomérations moyennes, bassins industriels et quelques territoires ruraux et montagnards. De même, le type 4 regroupe Paris et sa proche banlieue (plus de 95 % de la population) et quelques cantons de faible densité (très peu peuplés mais occupant une surface importante sur la carte).

  • 5 Voir encadré 3.

Type de canton

Qualification géographique synthétique

Caractéristiques démographiques générales

Principaux effets des migrations sur la composition par âge
à court terme (1990-1999) et à moyen terme (1982-1999)5

Types de migrations les plus influentes sur la composition par âge

1

Cantons étudiants

Très forte densité ; légère croissance 1982-1999 se poursuivant pour 1999-2006 ;
très forte surreprésentation des très jeunes adultes de 18-24 ans

A court terme : très forte augmentation du poids des 18-24 ans (+16 points de %), baisse du poids des 25-49 ans et des moins de 10 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 18-24 ans et baisse de celui des moins de 18 ans et des 35-64 ans

Migrations intra-régionales et, dans une moindre mesure, migrations interrégionales et internationales et enfin départs de 25-34 ans vers l’Île-de-France

2

Villes centres des grandes agglomérations de province

Très forte densité ; légère croissance 1982-1999 se poursuivant pour 1999-2006 ;
forte surreprésentation des très jeunes adultes de 18-24 ans et surreprésentation des jeunes adultes de 25-34 ans

A court terme : forte augmentation du poids des 18-24 ans (+9 points de %), baisse du poids des 25-49 ans et des moins de 10 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 18-34 ans et baisse de celui des moins de 18 ans et des 35-64 ans

Migrations intra-régionales et dans une moindre mesure migrations interrégionales avec départs de 25-34 ans vers l’Île-de-France

3

Banlieues avec enclave étudiante

Forte densité ; forte croissance 1982-1999 en net ralentissement pour 1999-2006 
légère surreprésentation des très jeunes adultes de 18-24 ans

A court terme : augmentation du poids des 18-24 ans (+4 points de %), baisse du poids des 25-34 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 18-24 ans et légère baisse de celui des 35 ans et plus

Migrations interrégionales internationales et intra-régionales

4

Paris et sa proche banlieue

Très forte densité ; légère croissance 1982-1999 avec une accélération sensible pour 1999-2006
 ;forte surreprésentation des jeunes adultes de 25-34 ans

A court terme : augmentation du poids des 18-34 ans (+5 points de %), baisse du poids des 35-49 ans et des moins de 10 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 25-34 ans et baisse de celui des 10-17 ans et des 35 ans et plus

Migrations interrégionales et internationales

5

1ère couronne de peuplement urbain

Densité hétérogène ; croissance 1982-1999 avec une accélération sensible pour 1999-2006 ;
surreprésentation des jeunes adultes de 25-34 ans

A court terme : augmentation du poids des 25-34 ans (+3 points de %) ; à moyen terme : hausse du poids des 25-34 ans et de celui des moins 10 ans, baisse du poids de tous les autres groupes

Migrations intra-régionales, interrégionales et internationales

6

Villes moyennes et espaces urbains ouvriers

Forte densité ; légère décroissance 1982-1999 mais retour de la croissance pour 1999-2006 ;
peu d’écarts de composition par âge vis-à-vis de la moyenne métropolitaine

Faible impact des migrations sur la composition par âge

7

2ème couronne de peuplement urbain

Assez forte densité ; forte croissance 1982-1999 se poursuivant pour 1999-2006 ;
surreprésentation des moins de 18 ans et des 30-49 ans

A court terme : augmentation du poids des 25-34 ans et des moins de 10 ans (+2 points de %) ; à moyen terme : hausse du poids des 35-49 ans et de celui des moins 18 ans, baisse du poids de tous les autres groupes

Migrations intra-régionales et dans une moindre mesure interrégionales

8

Espaces périurbains

Densité moyenne ; forte croissance 1982-1999 avec une légère accélération pour 1999-2006 ;
surreprésentation des moins de 18 ans et des 35-49 ans

A court terme : augmentation du poids des 35-49 ans et des moins de 10 ans (+2 points de %), baisse du poids des 18-24 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 35-49 ans et de celui des moins 18 ans, forte baisse du poids des 18-34 ans

Migrations intra-régionales

9

Archétype périurbain

Densité moyenne ; très forte croissance 1982-1999 avec un léger ralentissement pour 1999-2006 ;
forte surreprésentation des moins de 18 ans et des 35-49 ans

A court terme : augmentation du poids des 35-49 ans et des moins de 10 ans (+5 points de %), forte baisse du poids des 18-24 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 35-49 ans et de celui des moins 18 ans, forte baisse du poids des 18-34 ans et des 50 ans et plus

Migrations intra-régionales

10

Espace périurbain atypique

Faible densité ; évolution 1982-2006 très instable ; surreprésentation des moins de 18 ans et des 35-49 ans

A court terme : augmentation du poids des 35-49 ans (+6 points de %) et des 10-17 ans, baisse du poids des 18-24 ans, forte baisse du poids des 25-34 ans ; à moyen terme : forte hausse du poids des 35-49 ans et de celui des 10-17 ans, forte baisse du poids des 18-34 ans, des moins de 10 ans et des 65 ans et plus

Migrations intra-régionales

11

Espace rurbain

Faible densité ; forte croissance 1982-1999 avec une accélération pour 1999-2006 ;
surreprésentation des moins de 18 ans et des 35-49 ans

A court terme : augmentation du poids des 25-49 ans et des moins de 10 ans (+3 points de %), baisse du poids des 18-24 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 35-64 ans et de celui des moins de 18 ans

Migrations intra-régionales, internationales et, dans une moindre mesure migrations avec l’Île-de-France et avec les autres régions

12

Espace semi-rural

Faible densité ; croissance 1982-1999 avec une forte accélération pour 1999-2006 ;
surreprésentation des moins de 18 ans et des 35-49 ans

A court terme : augmentation du poids des 35-49 ans et des moins de 10 ans (+2 points de %), baisse du poids des 18-24 ans ; à moyen terme : hausse du poids des 35-49 ans, de celui des 10-17 ans, et de celui des 65 ans et plus, forte baisse du poids des 18-34 ans

Migrations intra-régionales, internationales et, dans une moindre mesure migrations avec l’Île-de-France

13

Espace rural et littoral

Faible densité ; légère croissance 1982-1999 avec une forte accélération pour 1999-2006 ;
légère surreprésentation des 50 ans et plus

A court terme : augmentation du poids des 50-64 ans (+1 point de %), baisse du poids des 18-24 ans ; à moyen terme : augmentation du poids des 50 ans et plus, baisse du poids des 18-34 ans

Migrations avec l’Île-de-France et dans une moindre mesure interrégionales

14

Espace rural isolé et littoral

Faible densité ; légère décroissance 1982-1999 mais net retour de la croissance pour 1999-2006 ;
surreprésentation des 50 ans et plus

A court terme : augmentation du poids des 50-64 ans (+2 point de %), baisse du poids des 18-34 ans ; à moyen terme : augmentation du poids des 35 ans et plus, baisse du poids des 18-34 ans et des moins de 10 ans

Migrations avec l’Île-de-France

15

Archétype rural isolé et littoral

Très faible densité ; forte décroissance 1982-1999 mais léger retour de la croissance pour 1999-2006 ;
forte surreprésentation des 50 ans et plus

A court terme : augmentation du poids des 50 ans et plus (+2 point de %), baisse du poids des 18-34 ans ; à moyen terme : augmentation du poids des 50 ans et plus, baisse du poids des 18-49 ans et des moins de 10 ans

Migrations avec l’Île-de-France et dans une moindre mesure interrégionales

  • 6 Voir encadré 2.

8On peut évaluer l’efficience statistique de cette typologie en matière d’analyse des mouvements migratoires6 en calculant le poids que constituent les passages d’une des 15 catégories ici définies à une autre, par rapport à l’ensemble des échanges entre des entités spatiales aux contours plus restreints (pseudo-cantons, communes, logements). Pour la période 1990-1999, les passages d’un des 15 types de cantons ici définis à un autre, représentent entre 40 et 60 % des changements de logement, entre 70 et 80 % des changements de commune et entre 80 et 85 % des changements de pseudo-canton (figure 1). Autrement dit, en passant de 3686 à 15 entités territoriales, on ne réduit que de 15 à 20 % la mesure que l’on peut avoir de la mobilité, en passant de près de 36 600 entités à 15 cette réduction fluctue entre 20 et 30 % selon les âges, et en passant de plus de 25 millions d’entités à 15 on ne divise en moyenne que par 2 la mesure que l’on peut avoir de la mobilité.

Figure 1. Poids relatif des "migrants" d’un des 15 types de pseudo-cantons à l’autre dans les différents niveaux de mobilité résidentielle intra-métropolitaine 1990-1999

Figure 1. Poids relatif des "migrants" d’un des 15 types de pseudo-cantons à l’autre dans les différents niveaux de mobilité résidentielle intra-métropolitaine 1990-1999

Carte 1. Cartographie des différents types de pseudo-cantons

Carte 1. Cartographie des différents types de pseudo-cantons

Figure 2. Pyramide des âges, en 1999, de la population de certains types de pseudo-cantons, observée (RGP 1999) ou selon la base de simulation démographique sans migrations

Figure 2. Pyramide des âges, en 1999, de la population de certains types de pseudo-cantons, observée (RGP 1999) ou selon la base de simulation démographique sans migrations

Les mobilités résidentielles à l’origine des déformations des pyramides

9Les flux de mobilité résidentielle à l’origine de la forme des compositions par âge des populations locales peuvent schématiquement se classer en 4 catégories.

  • 7 Ces écarts de mobilité résidentielle entre bacheliers et non bacheliers, sont proches de ceux obten (...)

10On peut tout d’abord signaler les arrivées de très jeunes adultes (18-24 ans) dans les villes centres des grandes agglomérations de province ou certains cantons de leur banlieue à forte vocation universitaire (types 2 et 1), en vue d’y poursuivre des études supérieures. L’orientation de ces mouvements vers le cœur des métropoles régionales s’explique par la concentration géographique de l’offre d’enseignement supérieur [Caillot, 2008]. Au moins aussi riche que les capitales régionales en matière de formations universitaires, l’agglomération parisienne n’engendre pas un tel niveau de mobilité résidentielle, l’offre de transport francilienne permettant à la plupart des étudiants originaires de la région de continuer à résider au domicile parental. Ces flux d’étudiants vers les villes centres des grandes agglomérations régionales sont plus fréquents chez les femmes en raison de leur meilleure réussite dans l’éducation secondaire et de leur plus grande propension à suivre des filières supérieures généralistes dont les établissements d’enseignement sont géographiquement plus concentrés. Ils sont aussi beaucoup plus intenses (figure 3) lorsque le canton de résidence initial est rural donc excentré (types 13, 14 et 15), rendant d’éventuelles navettes quotidiennes nettement plus difficiles que depuis un canton de résidence parentale situé en banlieue lointaine ou dans une couronne périurbaine (types 7, 8 et 9). Cet effet distance du territoire de la résidence parentale par rapport aux espaces concentrant l’offre d’enseignement supérieur s’illustre par la variabilité du niveau de mobilité selon le diplôme (figure 4). Alors que la mobilité résidentielle des non bacheliers en provenance des cantons ruraux les plus excentrés (type 13, 14 et 15) vers les cœurs des grandes agglomérations de province est minimale, elle est maximale pour ces mêmes cantons lorsqu’il s’agit de titulaires du baccalauréat, avec une différence de plus de 30 points de pourcentage à 20 et 21 ans7. La liaison entre diplôme et mobilité résidentielle vers les cœurs des grandes agglomérations de province présente un moindre niveau lorsqu’il s’agit d’un canton de départ de banlieue ou périurbain.

11Les migrations associées à l’entrée dans la vie professionnelle constituent la deuxième forme de mobilité résidentielle (figure 3). Elle s’observe le plus fréquemment entre 24 et 31 ans :

  • soit depuis les cantons périphériques (types 7 à 15) vers les cantons plus densément urbanisés (types 1 à 6). Elle est alors relativement modeste et moins liée au diplôme que les migrations en provenance des mêmes territoires résultant de l’accès à l’enseignement supérieur.

  • soit entre les cantons densément urbanisés (types 1 à 6). Les migrations entre les cœurs des grandes agglomérations de province et Paris ou sa proche banlieue (type 4) en fournissent l’exemple le plus parlant. Elles sont plus modestes que les migrations d’accès aux formations supérieures, mais, comme elles, assez fortement liées au diplôme (+10 points de pourcentage chez les titulaires d’un diplôme bac+2).

Figure 3. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton (voir encadré 2), selon le sexe

Figure 3. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton (voir encadré 2), selon le sexe

12La relative concentration des emplois les plus qualifiés en Île-de-France et, dans une moindre mesure, dans les grandes agglomérations de province, explique cette forme de mobilité résidentielle, les âges auxquels elle se manifeste, les parcours géographiques qu’elle emprunte et sa corrélation avec les diplômes (figure 4.

Figure 4. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton, selon le niveau de diplôme

Figure 4. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton, selon le niveau de diplôme

13La troisième forme de mobilité résidentielle est associée à la constitution et à l’agrandissement de la famille. Elle fait donc surtout intervenir des adultes d’une trentaine d’années et des enfants de moins de 12 ans (figure 3). Structurée par la répartition spatiale des logements selon leur taille, le statut de leur occupant, le type d’immeuble auquel ils appartiennent, elle est globalement centrifuge. Elle est ainsi très forte depuis les cantons les plus urbains (types 1 à 6) vers les cantons situés à la périphérie des agglomérations (types 7 à 12), mais aussi depuis Paris et sa proche banlieue (type 4) vers les villes moyennes (incluses dans le type 6). Pour ces migrations le rôle familial de l’adulte a un effet très net. S’agissant des mouvements depuis les villes-centres des grandes agglomérations de province (type 2) vers les cantons des banlieues lointaines ou des couronnes périurbaines (type 8), la mobilité résidentielle atteint son niveau maximal chez les adultes en couple avec enfants de 25-39 ans, et son niveau le plus faible chez les isolés de tous âges, les monoparents présentant un niveau légèrement supérieur à celui observé chez les isolés (figure 5). Les couples sans enfant occupent une position intermédiaire avant 45 ans pour devenir ensuite (sans doute après décohabitation des enfants) le groupe le plus mobile pour cette forme de migration.

Figure 5. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton, selon le rôle familial

Figure 5. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton, selon le rôle familial

14La dernière forme de mobilité résidentielle est à la fois moins intense et très spécifique, elle concerne les personnes atteignant les âges de sortie d’activité (58 à 67 ans). Elle est aussi un mouvement centrifuge, s’exprimant pour l’essentiel entre les parties assez centrales (ville centre et proche banlieue) des grandes et moyennes agglomérations (types 1 à 6) et les cantons à dominante rurale, les villes balnéaires ou les petites agglomérations de régions relativement isolées (types 13 à 15). S’agissant de migrations dont le territoire de départ est une ville-centre ou une banlieue d’une agglomération de province, ces flux de 50 ans et plus viennent s’ajouter à des flux de trentenaires avec enfants (figure 3). S’agissant de migrations partant des parties centrales de l’agglomération parisienne (type 4) vers les cantons ruraux et littoraux (types 13 à 15), l’intensité y est plus forte chez les personnes aux âges de sortie d’activité qu’aux autres âges. Là aussi le rôle familial des personnes influe sur leur niveau de mobilité, l’absence d’enfants constitue ici un facteur favorisant ces migrations aux âges élevés (figure 5). Parmi les personnes vivant sans enfant (suite à leur décohabitation ou par infécondité) celles vivant en couple connaissent plus fréquemment cette forme de migration que celles vivant seules. Cela explique la « surmobilité » relative des hommes de 55-74 ans (du fait de leur surmortalité les hommes de ces âges sont moins fréquemment veufs et donc plus souvent en couple).

15Ces 4 catégories de mobilité résidentielle et les changements de type de cantons qui y sont associés n’épuisent pas la compréhension de la totalité des flux migratoires intra-métropolitains existants. En raison de la force de leur lien avec l’âge, et du poids que représentent les passages d’un des 15 types de cantons ici définis à un autre dans l’ensemble de la mobilité résidentielle, les combinaisons de ces schémas migratoires ont un impact majeur sur les compositions par âge des territoires. Aussi, malgré son caractère réducteur, ce schéma migratoire explique une bonne part des déformations que la mobilité résidentielle imprime sur les structures par âge des territoires locaux.

Du passé récent au futur des sélectivités migratoires selon l’âge

4 scénarios projectifs

  • 8 Scénario avec vieillissement en accélération donc « Sans Migrations Vieux ».
  • 9 Scénario avec vieillissement ralenti donc « Sans Migrations Jeunes ».

16Les conséquences futures du maintien des comportements de mobilité résidentielle des dernières années peuvent être simulées sans biais, selon 4 scénarios par la méthode des projections « liées » [Bergouignan, 2008]. 2 des scénarios proposés sont purement théoriques puisqu’ils supposent une absence de mobilité résidentielle pour mesurer l’impact futur de cette mobilité sur l’évolution démographique des différents types de cantons. L’un (SMV8) suppose une fécondité en chute très importante avec un indicateur conjoncturel de fécondité de 1,22 enfant par femme en 2023, l’autre (SMJ9) postule au contraire sa convergence vers 2,1 enfants par femme. Cette distinction permet, dans un contexte général de vieillissement de la population, de moduler l’impact de la fécondité pour isoler celui des migrations.

Hypothèses et résultats nationaux des scénarios de projections « liées » utilisés

Scénario

Situation en 1999

SMV

SMJ

M99

M05

Mobilité

résidentielle

Nulle

Nulle

Identique à celle de 1990-1999 corrigée de la possible sous-estimation des migrations internationales

Identique à celle de 1999-2005 estimée à partir des premiers résultats du recensement rénové de population

Fécondité :

Indicateur conjoncturel de fécondité national (en enfants par femme E/F)

Baisse jusqu’à 1,22 E/F en 2023

Hausse
jusqu’à 2,10 E/F en 2009

Maintien du niveau de 2005 : 1,94 E/F

Maintien du niveau de 2006 : 2,00 E/F

Mortalité :

Espérance de vie du moment nationale (en années)

Hausse jusqu’à 85,7 ans en 2050

Hausse jusqu’à 85,7 ans en 2050

Hausse jusqu’à 85,7 ans en 2050

Hausse jusqu’à 85,7 ans en 2050

France métropolitaine

Population Totale

58 millions en 2035

65 millions
en 2035

66,5 millions en 2035

70 millions en 2035

58,5 millions

Proportion de 65 ans et plus

29 % en 2035

26 % en 2035

26 % en 2035

24 % en 2035

16 %

  • 10 Scénario de poursuite de la Mobilité résidentielle 1990-1999.
  • 11 Scénario de poursuite de la Mobilité résidentielle 1999-2005.

17Les 2 autres scénarios reconstituent les effets du maintien de la mobilité résidentielle récente. Le caractère encore provisoire d’une partie des résultats du recensement rénové de population implique, pour estimer les matrices résidence actuelle-résidence antérieure nécessaires aux projections « liées », de procéder à quelques estimations. Aussi, de façon à resituer ces résultats encore incertains par rapport à une tendance plus robuste mais moins « fraîche », on propose deux scénarios, l’un (M9910) basé sur la mobilité résidentielle 1990-1999, l’autre (M0511) sur la mobilité résidentielle survenue entre 1999 et 2005, estimée sur la base des premiers résultats du recensement rénové de population. Dans tous les cas la base de la projection est 1999 et son horizon ultime 2035.

Les conséquences démographiques futures du maintien des comportements migratoires récents

  • 12 Il s’agit ici de conséquences éventuellement indirectes : un espace dont la croissance démographiqu (...)

18À l’horizon 2035, la poursuite des comportements migratoires des 15 dernières années, accentuerait les différences territoriales de répartition par âge, notamment si on prend en compte la mobilité résidentielle la plus récente (1999-2005, scénario M05). Ainsi, sous les deux scénarios avec mobilité résidentielle, la proportion de 18-24 ans se maintiendrait à un niveau assez proche de ce qu’elle était en 1999 dans la plupart des types de pseudo-cantons. Autrement dit, malgré un contexte de vieillissement national futur assez rapide, la surreprésentation des jeunes et très jeunes adultes perdurerait au cœur des plus grandes agglomérations (types 1, 2 et 4). Cette spécialisation des villes-centres des grandes agglomérations dans l’accueil des jeunes et très jeunes adultes conduirait les autres territoires à subir l’essentiel de l’évolution de la composition par âge de la population métropolitaine. Ainsi, de 1999 à 2035, l’accroissement de la proportion de 65 ans et plus serait de l’ordre de +4 à +6 points de pourcentage dans le cœur des plus grandes agglomérations (types 1, 2 et 4), contre +9 à +13 points de pourcentage dans les territoires plus périphériques (types 7 à 15). Les espaces ruraux et les petites villes les plus isolées ou certaines stations balnéaires (types 13 à 15), présentant déjà en 1999, entre 21 et 30 % de 65 ans et plus, verraient alors ce groupe d’âge atteindre entre 30 et 40 % de leur population en 2035. Les migrations (via les départs massifs de très jeunes adultes et, dans une moindre mesure, par les arrivées de personnes aux âges de sortie d’activité) auraient un rôle prépondérant dans la spécialisation de ces pseudo-cantons dans les populations les plus âgées (figure 7). Les banlieues les plus périphériques et les couronnes périurbaines (types 7 à 12), partant d’une population beaucoup moins âgée en 1999, connaîtraient une évolution semblable, du fait du vieillissement sur place des adultes des familles installées lors de l’extension urbaine des années 1960 à 1990 (figure 7). Bien que freiné par la poursuite de fortes migrations des familles fondées par de nouvelles générations d’adultes cet effet de cumul vieillissant de ces baby-boomers arrivés dans les années 1970 conduirait ces territoires, qui comptaient parmi les moins âgés en 1982, à se situer autour de la moyenne métropolitaine. Inversement, avec un maintien des mobilités résidentielles récentes, les populations du cœur des plus grandes agglomérations seraient, en 2035, les moins âgées, ce qui n’était pas le cas à la fin des années 1970 où elles approchaient plutôt la moyenne métropolitaine (figure 7). Cette inversion des positions relatives des parties centrales et périphériques des grandes aires urbaines en matière de poids des plus âgés aurait certaines conséquences sur la croissance démographique globale. Elle impliquerait un ralentissement progressif de la croissance de la population de certains espaces périphériques (types 7 à 9 notamment) par réduction du solde naturel, de sorte que l’augmentation de leur population encore rapide jusque dans les années 2015-2020, connaîtrait un fléchissement assez net. Elle se différencierait moins des rythmes plus modérés des secteurs centraux des grandes agglomérations (figure 6). Les territoires ruraux plus ou moins isolés (types 13 à 15), dont la population stagnait ou diminuait au cours des années 1960 à 1990, connaîtraient, grâce à des migrations compensant les déficits naturels fruits de la surreprésentation des plus âgés, une croissance de population très modeste si l’on en reste au maintien des tendances 1990-1999, mais non négligeable si l’on considère l’estimation des flux 1999-2005 (figure 6). Plus généralement, la plus forte croissance démographique observable pour presque tous les types de pseudo-cantons, avec le scénario fondé sur les mobilités résidentielles 1999-2005, provient à la fois de la plus forte fécondité associée à ce scénario mais aussi d’un solde migratoire international en augmentation au début des années 2000. Ses conséquences globales directes ou indirectes12 sont néanmoins fort inégales selon les territoires. Elles vont être maximales :

  • dans les territoires à forte spécialisation universitaire (augmentation des arrivées d’étudiants étrangers au début des années 2000 répercutée dans le scénario M05),

  • dans Paris et sa proche banlieue (augmentation des migrations de diplômés provinciaux vers l’Île-de-France, incorporée elle aussi dans le scénario M05),

  • dans les territoires ruraux les plus isolés (types 13 à 15) et les territoires intermédiaires (types 11 et 12) entre périphérie des grandes villes et espace rural ou petites villes isolées. Il s’interprète comme une poursuite de l’extension de l’aire résidentielle d’influence des villes à des distances de plus en plus éloignées de l’espace urbain à proprement parler, et, à un moindre degré, comme un développement de l’attractivité migratoire des autres territoires ruraux.

De la projection à la prospective

19Si ces simulations restituent sans biais la combinaison de nombreux phénomènes difficiles à synthétiser dans de justes proportions à partir d’un seul raisonnement qualitatif sur les évolutions passées, elles ne constituent pas une démarche prospective complète. Il convient ainsi, à partir des facteurs modulant les 4 formes identifiées de mobilité résidentielle, de s’interroger sur les contextes susceptibles de renverser les tendances démographiques ici simulées.

20Les migrations pour études supérieures, qui sont aujourd’hui le flux ayant l’impact le plus déterminant sur les pyramides des âges locales, pourraient être affectées par le développement de filières d’enseignement supérieur électronique à distance. De telles filières permettraient à de jeunes étudiants du milieu rural ou de la périphérie lointaine des grandes agglomérations de se rendre beaucoup plus rarement dans les sites d’enseignement supérieur et donc de cohabiter plus tardivement avec leurs parents. Naturellement provisoire cette cohabitation prolongée se traduirait sans doute par des migrations des jeunes adultes :

  • géographiquement plus dispersées que vers les centres des grandes agglomérations de province (types 1 et 2),

  • intervenant à d’autres étapes de leur cycle de vie (insertion professionnelle, cohabitation de couple) à l’instar de la mobilité vers les cœurs d’agglomérations des grandes agglomérations de province depuis les banlieues plus proches (type 3) faiblement liée aux diplômes (figure 4).

21Reste que les cœurs des grandes agglomérations de province ne sont pas que des lieux de formation, mais constituent des espaces privilégiés de rencontre et de développement de la vie affective du jeune adulte, les difficultés d’accès à l’union des jeunes hommes ruraux en formant l’image en « négatif ».

22Les migrations associées à l’insertion professionnelle qui concentrent les jeunes adultes les plus diplômés, dans les grandes agglomérations, notamment Paris et sa proche Banlieue, pourraient connaître un élargissement international de leurs horizons. Déjà en cours depuis la fin des années 1980, cette ouverture semble s’être accélérée au début des années 2000, la situation française dans le paysage économique international jouant un rôle de plus en plus déterminant en la matière.

Figure 6. Évolution 1968-2035 de la population totale observée (1968-1999) ou selon les scénarios de projections "liées" (1999-2035)

Figure 6. Évolution 1968-2035 de la population totale observée (1968-1999) ou selon les scénarios de projections "liées" (1999-2035)

Figure 7. Évolution 1968 - 2035 de la proportion de 65 ans et plus observée (1968 - 1999) ou selon les scénarios de projections "liées" (1999 - 2035)

Figure 7. Évolution 1968 - 2035 de la proportion de 65 ans et plus observée (1968 - 1999) ou selon les scénarios de projections "liées" (1999 - 2035)

23Dirigées vers des territoires de plus en plus lointains des cœurs de villes, les mobilités résidentielles associées à la constitution de la famille, exposent à une forte dépendance vis-à-vis de l’automobile. On peut donc s’interroger sur les risques de crise énergétique à venir sur les mobilités quotidiennes associées au peuplement périurbain et rurbain, et donc sur la poursuite de la croissance démographique qui y est liée. La capacité à financer des transports collectifs et à les articuler avec les modalités de déplacement individuel jouera sur ce plan un rôle primordial. Dans cette perspective, les orientations dominantes des politiques d’aménagement futur visent plutôt la constitution de pôles de concentration secondaires servant de nœuds de mobilité intermodaux au sein de l’espace périurbain que l’arrêt de l’extension de l’aire d’influence des grandes villes sur l’espace semi-rural.

24À l’exception de quelques cantons à la fois littoraux et périurbains et de parties assez limitées de la périphérie parisienne, la contrainte du coût du foncier sur les installations en milieu périurbain est moins forte que dans les parties plus centrales des grandes agglomérations. Illustrée par la relative mixité sociale des espaces périurbains (voir A Dasre, C Kersuzan, M Caillot, Ch Bergouignan, dans ce même volume), la situation française se différencie assez nettement de la situation belge [Eggerickx, Capron, Hermia, Oris, 2002]. La relative profusion des espaces de faible densité disponibles pour l’extension périurbaine (en particulier si l’on compare l’Ouest de la France avec le Brabant Wallon), la bien moindre paupérisation du cœur des grandes agglomérations (tout à fait nette si l’on met en regard la plupart des métropoles régionales françaises et les centres urbains industriels belges), expliquent cette différence franco-belge. Aussi, à l’avenir, en France, les phénomènes d’éviction de certaines populations via le coût du foncier sont moins à craindre dans l’espace périurbain que dans certaines parties du cœur des grandes agglomérations ou dans des banlieues qui en sont relativement proches.

25On peut aussi les redouter dans les espaces littoraux et quelques cantons ruraux « à forte identité » via les migrations de personnes aux âges de sortie d’activité, limitant de ce fait le léger renouveau de croissance démographique qu’on peut y observer. De même, la surexploitation résidentielle d’un site « à forte identité » ou bien pourvu en aménités (comme certains littoraux encore modérément urbanisés) peut, par la dégradation de sa qualité environnementale, en réduire l’attrait. On peut enfin s’interroger sur l’impact d’une prise en compte statistique des résidences multiples sur la perception de l’évolution démographique de tels territoires à forte proportion de résidences secondaires.

Vue d’ensemble

26Correspondant à 4 familles de pyramides des âges des territoires locaux, la typologie en 15 types, ici déterminée, résulte de l’action de 4 formes de mobilité résidentielle (études supérieures, emploi des diplômés, constitution de la famille et sortie d’activité). Dans le contexte européen actuel et futur d’accélération du vieillissement de la population, le maintien de ces flux migratoires intérieurs présentant une extrême spécificité en termes d’âge et selon d’autres caractéristiques (diplômes, situation familiale) aurait pour conséquence un renforcement des différences territoriales de composition par âge. C’est particulièrement vrai si l’on considère la poursuite des tendances démographiques les plus récentes (1999-2005). Les évolutions technologiques (formations supérieures à distance, moyens de transports notamment collectifs), énergétiques, sociétales (vie affective, familiale et modes de cohabitation) et économiques (coût du foncier et offre de logements) sont néanmoins susceptibles d’infléchir la spécificité de ces mobilités résidentielles en termes d’âge. Elles pourraient toutefois simultanément accroître leur sélectivité sociale.

Haut de page

Bibliographie

BERGOUIGNAN Christophe (2002), « Mesurer les interactions entre fécondité et changement de sous-population », in Collecte des données et connaissance des populations, CUDEP.

BERGOUIGNAN Christophe (2004), « L’impact des migrations sur les compositions par âge des territoires infra-nationaux », in Reproduction et renouvellement des populations, CUDEP.

BERGOUIGNAN Christophe (2008), Projeter les populations soumises à une forte mobilité résidentielle, Cahiers de démographie locale, Néothèque.

BERGOUIGNAN Christophe, CAILLOT Mélanie (2008), « La mobilité des jeunes adultes : reflet et moteur des transformations contemporaines », in Jeunes et projets de société, la conscience de génération en France et au Québec, MSHA, PUL.

BRETON Didier (2002), « Essai de mesure de la fécondité selon l’origine et la mobilité à partir d’un recensement sur échantillon », in Collecte des données et connaissance des populations, CUDEP.

CAILLOT Mélanie (2008), Analyse démographique de l’élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur, Thèse de doctorat, Université Montesquieu-Bordeaux IV.

DESPLANQUES Guy (1993), Mesurer les disparités de fécondité à l’aide du seul recensement, Population, n° 6, INED.

EGGERICKX Thierry, CAPRON, HERMIA Jean-Pierre, ORIS Michel (2002), Démographie et développement durable, migrations et fractures socio-démographiques en Wallonie (1990-2000), GéDAP.

HEINS Franck (1999), « De l’observatoire démographique aux prévisions : le cas de la ville de Gênes », in Les populations locales, CUDEP.

KERSUZAN Claire (2009), « Changement de logement et naissance des enfants », in Recherches familiales, UNAF.

LOUCHART Philippe, SAGOT Mariette (1996), « Comment simuler l’évolution de la population d’un grand nombre de zones », in Démographie et aménagement du territoire, CUDEP.

WILLEKENS Franck et DREWE Paul (1984), « A multiregional model for regional demographic projection », in Demographic research and spatial policy : the Dutch experience, Londres et Orlando, Academic Press.

Haut de page

Annexe

Encadré 1 : L’échelon pseudo-cantonal et sa pertinence de comme unité spatiale d’analyse

Les pseudo-cantons sont définis par l’INSEE, sur la base des cantons mais de façon à n’être constitués que de communes entières. Une commune comprenant plusieurs cantons ou parties de cantons, formera un pseudo-canton unique, un canton contenant une ou plusieurs communes et une portion d’une autre commune se réduira à un pseudo-canton constitué de l’ensemble de ses communes entières.

Les 348 zones d’emploi constituent des territoires pour lesquels les indices sont statistiquement robustes, mais au sein desquels, des spécificités de composition par âge de certains espaces sont gommées par leur mélange avec des territoires présentant des caractéristiques opposées. La sur-représentation des très jeunes adultes dans les espaces centraux des grandes agglomérations, est rendue moins nette à l’échelle d’une zone d’emploi comprenant des banlieues lointaines peuplées de couples de 30-49 ans avec enfants.

Au contraire, sans définir des spécificités de composition par âge plus affirmées que les pseudo-cantons (les communes très urbanisées constituent souvent la totalité d’un pseudo-canton, les chefs-lieux de cantons ruraux enclavés présentent rarement un niveau de vieillesse différent de celui observé dans les communes environnantes), l’échelon communal fait, en milieu rural, perdre toute robustesse aux résultats obtenus. Les découpages urbains infra-communaux, posent, a fortiori, un problème de signification statistique, mais aussi d’analyse des mouvements migratoires (voir encadré 2).

Encadré 2 : La mesure des échanges migratoires entre les territoires infra-métropolitains français

Pour appréhender la mobilité résidentielle entre les territoires infra-métropolitains, on s’appuie sur la question du recensement sur la commune de résidence antérieure (concernant les mobilités infra-communales, le changement de logement est déclaré sans que la localisation du logement précédent au sein de la commune de résidence actuelle puisse être connue sauf pour les arrondissements parisiens, lyonnais et marseillais).

Pour les recensements généraux de population 1962, 1968, 1975, 1982, 1990 et 1999, cette résidence antérieure correspond à la résidence au 1ier janvier de l’année du recensement précédent. Pour les collectes du recensement rénové (2004, 2005, 2006, 2007 et 2008), la résidence antérieure correspond à la résidence 5 ans auparavant, ce qui ne se juxtapose pas avec des années censitaires pour les collectes 2005 à 2008.

L’étude des mobilités résidentielles selon les territoires d’origine et/ou de destination repose sur cette question au sujet de la résidence antérieure. Elle ne fournit évidemment pas le parcours résidentiel complet des personnes recensées et le croisement des réponses obtenues avec d’autres variables, se fait pour ces dernières sur la base de leur valeur au recensement courant et non au précédent recensement ou 5 ans auparavant. De même, sauf mention spécifique, l’étude de la relation entre migrations et âge, considère la mobilité inter-censitaire et se base ici sur l’âge en fin de période inter-censitaire.

Encadré 3 : La mesure de l’impact des flux migratoires sur la composition par âge des populations cantonales

Pour chacun des 3686 pseudo-cantons métropolitains on reconstitue par une projection par les seuls comportements naturels ce qu’aurait été l’évolution démographique 1990-1999, puis 1982-1999, en l’absence de flux migratoires. On compare ensuite les populations ainsi obtenues en 1999 aux populations recensées en 1999 (pour une description détaillée de la méthode voir Ch. Bergouignan, 2004).

Dans cette projection, la mortalité se décline en 22 profils régionaux annuels tirés de l’ajustement des quotients nationaux par âge détaillé en fonction des spécificités régionales des taux de mortalité par âge quinquennal vis-à-vis de la moyenne métropolitaine. À la différence des spécificités régionales de mortalité, les spécificités infra-régionales de mortalité peuvent résulter de phénomènes de sélection migratoire (via la localisation des établissements d’accueil des personnes âgées dépendantes, par exemple). Ils ne sauraient donc être utilisés pour appréhender ce qu’auraient été les évolutions démographiques en l’absence de migrations.

Pour ces projections sans migrations, la fécondité est, en revanche, ajustée au niveau pseudo-cantonal (3686 séries annuelles de taux par âge). Plus encore que pour la mortalité, les spécificités infra-régionales des indicateurs conjoncturels de fécondité reflètent une sélection migratoire, via la concentration géographique des logements jugés plus adaptés à la vie familiale [Bergouignan, 2002 ; Kersuzan, 2009]. Il est donc tout à fait biaisé d’utiliser les taux de fécondité calculés via les données d’état civil domiciliées pour chaque pseudo-canton pour reconstituer ce qu’aurait été leur évolution démographique sans migrations. Il est néanmoins possible à partir des données de recensement, d’appliquer la méthode « décompte des enfants au foyer » aux femmes classées selon la question sur la résidence antérieure (encadré 2). Il s’agit de l’utilisation directe de cette méthode [Breton, 2002 ; Kersuzan, 2009] et non de celle la combinant avec la méthode de la génération moyenne [Bergouignan, 2002]. Ce calcul direct est rendu statistiquement significatif à l’échelon pseudo-cantonal par la mise à disposition, via une convention spécifique, du fichier SAPHIR, élaboré par Bernard Aubry, INSEE Alsace. S’agissant d’un fichier au 1/4 il permet de travailler à des niveaux plus fins de découpage spatial, que le fichier au 1/20 du recensement 1999 librement mis à disposition des chercheurs par le centre Maurice Halbwachs qui implique des regroupements géographiques. On estime les taux de fécondité des femmes résidant initialement dans chaque pseudo-canton « où qu’elles se trouvent en France métropolitaine » en fin de période intercensitaire. L’impossibilité de calculer des taux de fécondité pour les femmes ayant résidé dans un territoire métropolitain au début d’une période de projection mais se trouvant hors France métropolitaine et donc non recensées en fin de période de projection peut être relativisée par la faiblesse des départs hors France métropolitaine au regard de la mobilité intra-métropolitaine. On obtient ainsi une mesure de fécondité que l’on assimilera à ce qu’elle aurait été en l’absence de mobilité résidentielle et sans les facteurs à l’origine des interactions entre migrations et comportement fécond.

Encadré 4 : Projeter les populations à forte mobilité résidentielle

On recourt ici à une méthode de simulation permettant de tenir compte à la fois de la modification simultanée des effectifs et compositions par sexe et âge de chacun des ensembles infra-métropolitains projetés, et de l’influence de ces transformations structurelles sur le volume des flux migratoires.

Cette méthode que l’on dénomme projections « liées », est particulièrement adaptée aux populations composées de territoires échangeant d’importants flux migratoires très concentrés sur certains âges. Son principe général est relativement ancien, son application ou son évocation apparaissant sous des formes et des dénominations diverses : projections « multi-régionales » [Willekens, Drewe, 1984] ou « multidimensionnelles » [Louchart, Sagot, 1996 ; Heins, 1999] la détermination et la présentation très détaillée de sa mise en œuvre avec les données censitaires françaises est en revanche plus récente [Bergouignan, 2008].

On applique ainsi pour chaque bond projectif et chaque sexe et âge des « probabilités » de passage de chaque territoire vers chaque autre. On peut alors modifier l’effectif et la structure de chaque territoire en fonction de ces flux de façon à les actualiser dans le cadre d’un système cohérent avant le bond projectif suivant. Selon la nature des données mesurant les migrations, cette cohérence structurelle sera plus ou moins systématique et généralisable à l’ensemble des territoires en interaction. L’appréhension de la mobilité résidentielle par le recensement français (encadré 2), permet d’appliquer cette cohérence systémique à tous les migrants intra-métropolitains, les migrants provenant du reste du monde étant traités indépendamment des évolutions de leur population extra-métropolitaine de départ.

Les projections « liées » permettent de prendre en compte sans introduire de biais, les spécificités des échanges migratoires entre les différents territoires infra-métropolitains (ici les 15 catégories de pseudo-cantons).

A contrario, le recours à des projections reposant sur l’application de quotients de migration nette, que l’on peut alors qualifier « d’autonomes », engendre des déformations parfois absurdes de la pyramide des âges de certaines populations territoriales [Bergouignan, 2008]. De fait, dans les projections « autonomes », les soldes des échanges migratoires sont alors fonction de l’effectif et de la composition par âge de chaque population territoriale indépendamment des transformations que ces flux ont pu avoir sur les effectifs et structures par âge des populations des autres territoires avec lesquels la mobilité résidentielle intervient. Appliquer des quotients de migration nette aux populations des 15 catégories de pseudo-cantons, selon de telles projections « autonomes » engendrerait des personnes fictives ou supprimerait des personnes réelles, venant ainsi artificiellement gonfler ou minorer certains groupes d’âges dans certains types de cantons.

Haut de page

Notes

1 Voir encadré 1.

2 Voir encadré 3.

3 Voir encadré 2.

4 Voir encadré 4.

5 Voir encadré 3.

6 Voir encadré 2.

7 Ces écarts de mobilité résidentielle entre bacheliers et non bacheliers, sont proches de ceux obtenus avec une typologie des territoires fondée sur une subdivision du zonage en aires urbaines [Caillot, 2008 ; Bergouignan, Caillot, 2008].

8 Scénario avec vieillissement en accélération donc « Sans Migrations Vieux ».

9 Scénario avec vieillissement ralenti donc « Sans Migrations Jeunes ».

10 Scénario de poursuite de la Mobilité résidentielle 1990-1999.

11 Scénario de poursuite de la Mobilité résidentielle 1999-2005.

12 Il s’agit ici de conséquences éventuellement indirectes : un espace dont la croissance démographique est davantage augmentée dans le scénario M05, n’est pas forcément plus touché par la hausse de la fécondité ou de l’immigration internationale. La structure des mobilités résidentielles qui l’affectent peut aussi se traduire par des arrivées plus importantes de populations en provenance directe ou indirecte de territoires eux mêmes davantage touchés par l’immigration internationale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Poids relatif des "migrants" d’un des 15 types de pseudo-cantons à l’autre dans les différents niveaux de mobilité résidentielle intra-métropolitaine 1990-1999
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Carte 1. Cartographie des différents types de pseudo-cantons
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 2. Pyramide des âges, en 1999, de la population de certains types de pseudo-cantons, observée (RGP 1999) ou selon la base de simulation démographique sans migrations
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 3. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton (voir encadré 2), selon le sexe
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton, selon le niveau de diplôme
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 5. Proportion de personnes résidant en 1999 dans certains types de pseudo-cantons, parmi celles résidant en 1990 dans un type de pseudo canton, selon le rôle familial
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 6. Évolution 1968-2035 de la population totale observée (1968-1999) ou selon les scénarios de projections "liées" (1999-2035)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 7. Évolution 1968 - 2035 de la proportion de 65 ans et plus observée (1968 - 1999) ou selon les scénarios de projections "liées" (1999 - 2035)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3580/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Bergouignan, « L’impact des migrations sur les compositions par âge des populations locales : typologie cantonale pour une analyse rétrospective et prospective », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 45-65.

Référence électronique

Christophe Bergouignan, « L’impact des migrations sur les compositions par âge des populations locales : typologie cantonale pour une analyse rétrospective et prospective », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/3580 ; DOI : 10.4000/eps.3580

Haut de page

Auteur

Christophe Bergouignan

Université Montesquieu-Bordeaux IV
Institut d’Études Démographiques (IEDUB)
Avenue Léon Duguit
33608 Pessac Cedex
christophe.bergouignan@u-bordeaux4.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org