Navigation – Plan du site
Articles

Sélectivité migratoire des populations selon leur âge et concentrations socio-spatiales

Age Selection by Migrations and Socio-Spatial Concentrations
Aurélien Dasre, Claire Kersuzan, Mélanie Caillot et Christophe Bergouignan
p. 67-84

Résumés

Associés aux destins sociaux, les facteurs à l’origine des migrations internes influant sur les pyramides locales des âges, participent à la constitution des concentrations socio-spatiales. Il existe donc de ce fait une relation entre la sélection migratoire des populations selon leur âge et la répartition spatiale des différentes catégories sociales. Les mobilités résidentielles des jeunes adultes liées aux études supérieures puis à l’insertion professionnelle des diplômés sont, sur ce plan, les plus déterminantes. Les migrations associées à la constitution de la famille ont un effet plus modeste sur les concentrations socio-spatiales, sauf dans la petite portion de l’espace périurbain dont le parc de logements est le plus spécialisé et composé presque exclusivement de maisons individuelles habitées par leurs propriétaires. La répartition territoriale des différentes catégories sociales résultant de ces flux migratoires internes est modulée par le chômage, notamment féminin, pour conduire à d’importantes inégalités spatiales de revenu. Les facteurs de la sélection migratoire des populations selon leur âge n’expliquent néanmoins pas la totalité des concentrations socio-spatiales. En effet, les territoires dont la structure par âge est la moins déformée par les migrations se caractérisent par une surreprésentation de l’habitat social, qui en milieu urbain, est à l’origine de certaines formes de concentrations socio-spatiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

1Susceptible de renouveler rapidement les populations à l’échelle locale, la mobilité résidentielle produit des répartitions par âge très variables selon les types d’espaces. Cette variabilité reflète la très forte corrélation existant entre l’âge et les différentes formes de migrations internes. Associées à l’âge mais aussi fortement liées au diplôme et au logement ces formes de mobilité résidentielle sont aussi susceptibles d’engendrer une forte hétérogénéité sociale de l’espace. Autrement dit, on pourrait assister à des flux migratoires structurant simultanément l’extrême diversité territoriale des compositions par âge et l’existence de concentrations socio-spatiales très marquées. Il convient donc d’essayer de mesurer comment l’effet des migrations sur les pyramides des âges à l’échelon local se traduit par des différences de répartition géographique des catégories sociales. Dans cette perspective on peut mettre en rapport la typologie des 3686 pseudo-cantons de France métropolitaine fondée sur l’impact des migrations sur leur composition par âge1 avec :

  • le poids des principales professions et catégories sociales ;

  • le revenu moyen par unité de consommation,

  • le niveau de chômage.

  • 2 Les résultats ici présentés sont, pour leur grande majorité, le fruit de l’exploitation du fichier (...)
  • 3 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

2Après un bref rappel des cofacteurs associés aux migrations dont le rôle sur les pyramides des âges est le plus marqué, on décompose comment les 15 types de cantons définis selon l’intensité et la forme de cet impact sont parfois très distincts sur le plan socio-économique. Le regard porté à un échelon géographique plus fin permet de mettre en perspective certains résultats et de moduler les conclusions en évoquant l’existence de concentrations socio-spatiales peu liées aux sélectivités migratoires selon l’âge. L’ensemble des analyses proposées s’appuie sur les recensements généraux de population2, sur les résultats de simulations démographiques3 et sur les données agrégées de la Direction Générale des Impôts portant sur les revenus déclarés.

La sélectivité migratoire selon l’âge et ses cofacteurs

3On peut principalement identifier 4 formes de mobilité résidentielle :

  • celle des très jeunes adultes poursuivant des études supérieures ;

  • celle des jeunes adultes débutant leur vie professionnelle ;

  • celle associée à la constitution de la famille ;

  • celle des personnes aux âges de sortie d’activité.

  • 4 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

4Sans revenir sur la mesure de ces migrations en fonction de l’âge, du diplôme et/ou de la situation familiale4, il s’agit plutôt de déterminer en quoi ces formes de mobilité participent à la transformation de la répartition territoriale des populations, non plus selon le seul âge mais aussi selon les diplômes, les structures domestiques et les catégories de logement.

Les migrations associées aux études supérieures

5La poursuite des études supérieures constitue un motif majeur de mobilité résidentielle sélective selon l’âge. En effet, la centralisation des établissements universitaires nécessite le déménagement d’un certain nombre de bacheliers dont le domicile parental en milieu rural, voire périurbain, se trouve à une distance importante d’un site d’enseignement supérieur. Ces mouvements de très jeunes adultes pour poursuivre des études supérieures sont surtout dirigés vers les villes centres des grandes agglomérations de province et certaines de leurs banlieues. Ils se sont fortement accentués au cours des années 1980 et 1990 sous l’influence du quasi-doublement de la proportion de bacheliers dans les générations et de la plus grande fréquence de la poursuite d’études supérieures pour chaque catégorie de bacheliers [Caillot, 2005, 2008]. Cette mobilité résidentielle associée aux études supérieures se traduit par :

  • un accroissement de la proportion de bacheliers parmi les 18-24 ans, dans les territoires où les migrations augmentent la part des très jeunes adultes ;

  • une réduction de la proportion de bacheliers parmi les 18-24 ans, dans les territoires où les migrations diminuent la part des très jeunes adultes.

  • 5 L’estimation de l’effectif des personnes résidant hors de France métropolitaine en 1999, parmi cell (...)
  • 6 Voir la typologie établie dans ce même volume par Ch. Bergouignan.

6Ainsi, en l’absence de migrations entre 1990 et 19995, la proportion de bacheliers serait assez peu variable d’un type de canton à l’autre6 (au plus 18 points de pourcentage d’écart), les différences existantes reflétant en grande partie les inégalités de réussite scolaire entre les territoires, elles mêmes répercutant la diversité de leur composition sociale (figure 1). En revanche, les situations observées après manifestation de la mobilité résidentielle 1990-1999 montrent des écarts beaucoup plus marqués (près de 50 points de pourcentage). La proportion de bacheliers parmi les très jeunes adultes est alors maximale au cœur des grandes agglomérations de province (types 1 et 2) et minimale dans les territoires les plus éloignés des grandes agglomérations (types 11 à 15).

Figure 1. Proportion de bacheliers parmi les 18-24 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Figure 1. Proportion de bacheliers parmi les 18-24 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

7Provenant de la concentration géographique de l’offre d’enseignement supérieur, la sélection migratoire des très jeunes adultes vers les parties centrales des grandes agglomérations de province se traduit donc simultanément par une concentration spatiale de ces très jeunes adultes et par leur redistribution territoriale en fonction de leur parcours scolaire. Elle peut ainsi constituer la matrice de futures concentrations socio-spatiales. Le départ du domicile parental des étudiants participant au peuplement du cœur des grandes agglomérations de province a par ailleurs conduit à une spécialisation de l’habitat de ces territoires vers les petits logements. Ainsi, les territoires où la mobilité résidentielle accroît le poids des très jeunes adultes et, parmi eux, la part des bacheliers, sont aussi ceux pour lesquels elle augmente la proportion des isolés en leur sein. Inversement, les pseudo-cantons dont les migrations diminuent la part des 18-24 ans et, parmi eux celle des bacheliers, sont précisément ceux pour lesquels elle réduit le poids des isolés au sein des très jeunes adultes (figure 2).

Figure 2. Proportion d’isolés parmi les 20-24 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Figure 2. Proportion d’isolés parmi les 20-24 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Les migrations associées à l’insertion professionnelle des diplômés

8La géographie des emplois qualifiés ne coïncidant que partiellement avec celle de l’offre d’enseignement supérieur, la migration associée à la poursuite des études est suivie, pour certains diplômés, d’un second type de mobilité dans le but d’ajuster destin professionnel et aspirations associées au niveau de formation. Il est difficile de déterminer si la mobilité permet d’accéder aux emplois les plus en adéquation avec les formations supérieures ou si elle résulte d’un recrutement national sélectionnant les personnes destinées à occuper les emplois les plus conformes aux projets professionnels des diplômés universitaires. Quoiqu’il en soit, l’obtention des emplois de cadres est plus fréquente chez les titulaires de diplômes bac +2 et plus ayant migré en Île-de-France que chez les autres détenteurs de titres équivalents [Caillot, 2008]. Ces mobilités résidentielles qui constituent une sorte de 2ème phase de la mobilité associée aux études supérieures, conduisent pour Paris et sa proche banlieue (type 4), et, dans une moindre mesure, pour le cœur des grandes agglomérations de province (types 1 et 2), à augmenter simultanément la proportion de 25-29 ans et, en leur sein, le poids des diplômés bac +2 et plus. À l’inverse, les espaces périphériques (types 7 à 15) dont les migrations réduisent le poids des 25-29 ans, sont aussi ceux pour lesquels on observe une baisse du poids des diplômés bac +2 et plus au sein de ces jeunes adultes (figure 3). Au regard de la mobilité pour études des très jeunes adultes, cette « 2ème phase » liée à l’insertion professionnelle des jeunes adultes semble moins transformatrice de la répartition spatiale des diplômés, dont les contours ont déjà en partie été tracés par la « 1ère phase » via la recherche par les bacheliers les plus excentrés d’une proximité avec les sites d’enseignement supérieur. C’est donc essentiellement sur la composition par âge et par niveau d’étude de Paris et de sa proche banlieue que ces migrations ont un effet. Dans les cantons périphériques (types 7 à 15), on constate néanmoins une réduction modérée du poids des 25-29 ans et parmi eux de celui des diplômés bac+2. Cela peut être le signe d’une décohabitation relativement tardive de personnes ayant poursuivi leurs études supérieures en résidant dans le domicile parental.

Figure 3. Proportion de diplômés bac+2 et plus parmi les 25-29 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Figure 3. Proportion de diplômés bac+2 et plus parmi les 25-29 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Les migrations associées à la constitution de la famille

9La constitution de la famille est l’autre étape majeure du cycle de vie déterminant la sélectivité migratoire selon l’âge. En première analyse elle se manifeste par une variation d’origine migratoire du poids relatif des enfants de moins de 18 ans et des personnes d’âge « parental ». Au cœur des grandes agglomérations la mobilité résidentielle se traduit à court ou moyen terme par une réduction de la part des moins de 18 ans et des 35-49 ans.

10Inversement, dans les territoires périphériques sous influence urbaine (petites villes, mais surtout banlieues lointaines, territoires périurbains voire rurbains et semi-ruraux), le poids des moins de 18 ans et des 35-49 ans est augmenté à divers degrés par les migrations. L’archétype de la périurbanisation que forme le type 9 est à ce titre particulièrement emblématique. Toutes les personnes traversant les âges les plus fréquemment associés à la parentalité (25-49 ans), ne se trouvant pas dans la même situation familiale, cette sélection migratoire s’opère aussi entre adultes d’un même âge en fonction de la structure de leur ménage. Ainsi, en l’absence de mobilité résidentielle entre 1990 et 1999, la proportion de 30-34 ans vivant en couple avec enfants ne connaîtrait, en 1999, que des fluctuations assez modestes d’un type de canton à l’autre (de 50 à 63 %) mais la situation effectivement observée présente une dispersion de bien plus forte amplitude (de 37 % à 72 %). Si en l’absence de migrations les proportions de 30-34 ans, en couple avec enfants, avaient déjà été les plus faibles au cœur des grandes agglomérations, les migrations des années 1990 ont réduit ces proportions de plus de 10 points de pourcentage (figure 4). À l’inverse, si en l’absence de migrations, la proportion de 30-34 ans vivant en couple avec enfants avait déjà été la plus élevée dans les cantons périphériques sous influence urbaine (types 7 à 12), la mobilité résidentielle l’accroît de plusieurs points de pourcentage (jusqu’à 12 points pour l’espace périurbain archétypique).

Figure 4. Proportion de personnes en couple avec enfants parmi les 30-34 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Figure 4. Proportion de personnes en couple avec enfants parmi les 30-34 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

11La comparaison de la fécondité 1990-1999 des résidentes en 1990 de chacun des types de cantons à celle, pour la même période, des résidentes de ces mêmes cantons en 1999 corrobore cette analyse. A âge égal, et pendant la même période (1990-1999), les femmes résidant en 1990 dans le cœur des grandes agglomérations ont eu des taux de fécondité en moyenne supérieurs de 25 % à ceux de celles qui y résidaient en 1999. Autrement dit, la mobilité résidentielle a, parmi les femmes d’un même âge, sélectionné dans ces cantons, celles qui ont été les moins fécondes. Inversement, les femmes résidant en 1990 à la périphérie des agglomérations (types 7 à 12) ont eu des taux de fécondité en moyenne inférieurs de 15 % à 20 % à ceux de celles qui y résidaient en 1999 (figure 5). Autrement dit, la mobilité résidentielle a, parmi les femmes d’un même âge, sélectionné dans ces cantons, celles qui ont été les plus fécondes. Cela signifie que plus que l’âge c’est la situation familiale des adultes qui conditionne leur mobilité. La variabilité spatiale du poids des enfants dans les populations locales reflète donc davantage la corrélation entre migration et constitution de la famille que les différences de répartition spatiale des adultes selon leur âge. Déjà démontrée pour quelques cantons girondins [Bergouignan, 2004b], cette prédominance du comportement parental sur l’âge parental dans la détermination des mobilités résidentielles à l’origine de la répartition géographique des enfants, est ici confortée à plus grande échelle.

Figure 5. Indicateur conjoncturel de fécondité 1990-1998 (en enfants par femme), selon le type de pseudo-canton et la date de résidence

Figure 5. Indicateur conjoncturel de fécondité 1990-1998 (en enfants par femme), selon le type de pseudo-canton et la date de résidence

12Une sélection réciproque s’observe pour les isolés. Si les migrations ne modifient que légèrement le sens des différences spatiales de la proportion d’isolés parmi les 30-34 ans, elles en accroissent le niveau. Les migrations augmentent ainsi le poids des isolés parmi les 30-34 ans au cœur des grandes agglomérations, dans lesquels ils auraient déjà été les plus fréquents en l’absence de ces mouvements. A contrario, les territoires périphériques des agglomérations (types 7 à 12) ont une proportion d’isolés parmi les 30-34 ans diminuée par les migrations, bien que sans elles, cette proportion aurait été relativement minime. Une sélection migratoire analogue s’opère pour :

  • accroître le poids des monoparents parmi les 30-34 ans, au cœur des grandes agglomérations, où il aurait été, de toute façon, plus important qu’ailleurs en l’absence de cette mobilité résidentielle,

  • réduire le poids des monoparents parmi les 30-34 ans, dans les territoires périphériques des agglomérations (types 7 à 12), où il aurait été, de toute façon, plus faible qu’ailleurs sans ces migrations.

13L’impact des migrations sur la répartition territoriale des monoparents est néanmoins plus faible qu’il ne l’est pour les couples avec enfants ou les isolés.

14Schématiquement la sélection migratoire entre personnes d’un même âge en fonction de la situation familiale se résume ainsi :

  • la mobilité centrifuge est beaucoup plus fréquente chez les adultes vivant en couple avec enfants que chez les isolés ou les monoparents. Autrement dit, à âge égal, les isolés comme les monoparents se maintiennent plus fréquemment dans les espaces les plus denses que les couples avec enfants.

  • la mobilité centripète est plus fréquente chez les isolés et les monoparents que chez les adultes en couple avec enfants. Toutefois, y compris après 30 ans, les isolés quittent, plus facilement que les monoparents, les territoires périphériques pour s’établir dans les parties plus centrales des agglomérations.

Figure 6. Proportion d’isolés parmi les 30-34 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Figure 6. Proportion d’isolés parmi les 30-34 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

15La structure de ces mobilités sélectives entre les âges et entre personnes d’un même âge selon la composition du ménage se calque de façon quasi-parfaite avec la répartition des logements en fonction de leur nombre de pièces, du statut de leurs occupants ou du type d’immeuble qu’ils constituent. Ainsi, les logements du cœur des grandes agglomérations ont pour les 2/3, voire les 3/4 d’entre eux, moins de 4 pièces, alors que ceux des territoires périphériques, présentent les dimensions opposées (entre les 2/3 et les 4/5 de logements de 4 pièces ou plus). De même, les résidents de l’espace périurbain dans sa forme archétypique (type 9) habitent pour 80 % d’entre eux une maison individuelle dont ils sont propriétaires (entre 55 % et 70 % pour les autres types de cantons périphériques), alors que moins du quart de ceux du cœur des grandes agglomérations, sont dans ce cas.

16La constitution de la famille étant un processus progressif, son agrandissement et l’installation dans un logement correspondant aux besoins et aux représentations sociales du ménage peut se faire de façon plus ou moins anticipée et dans un ordre variable. Les migrations d’accession à la propriété sont en effet souvent associées à des naissances de rang 2 ou plus. De fait, malgré la sélection migratoire s’exerçant selon les situations familiales, les membres de couples avec un enfant peuvent se maintenir dans des espaces dont le parc de logements paraît peu adapté, ce qui expliquerait la présence de couples avec enfants au cœur des grandes agglomérations.

17La parfaite réciprocité territoriale des effets démographiques de la sélection migratoire des populations selon leur âge et leur situation familiale, ne doit néanmoins pas laisser supposer l’existence de simples effets de « vases communicants » entre centre et périphérie. Il s’agit de résultantes de parcours migratoires complexes et variables selon les milieux sociaux. Le parc de logements relativement diversifié des villes moyennes et des banlieues pour lesquels ces effets sélectifs se compensent à peu près en est l’illustration. Cette plus grande diversification de l’habitat, permet d’y trouver plus facilement :

  • les logements correspondant à de possibles étapes intermédiaires dans l’agrandissement de la famille (grands appartements en location),

  • des maisons individuelles (en accession à la propriété mais aussi en location) relativement proches des centres urbains.

18Au-delà des nuances que peuvent apporter la décomposition des parcours et la prise en compte de ces spécificités sociales, la puissante réalité des sélections migratoires liées à l’habitat ici analysées, ne constitue pas pour autant un modèle invariable. Elle résulte de politiques foncières et bancaires [Merlin, 2004] et, plus généralement, de la promotion d’un mode de vie basé sur l’utilisation de l’automobile et la préférence pour l’augmentation quantitative des espaces privés. La réduction continue du nombre de personnes par pièce et l’augmentation des distances domicile-travail en sont une des preuves les plus manifestes. Il existe néanmoins des populations pour lesquelles d’autres logiques et d’autres contraintes interfèrent avec ce système de représentations associant implicitement vie familiale et maison individuelle habitée par ses propriétaires. Ainsi, en raison possible de leur dépendance à l’égard de réseaux de solidarité structurés dans certains quartiers des parties centrales des grandes agglomérations, les immigrés récemment installés en métropole s’y maintiennent en dépit d’un coût élevé du logement. Il en résulte, dans les espaces très urbanisés, un nombre d’enfants de moins 15 ans par pièce de 15 à 20 % supérieur dans les logements occupés par des personnes ne résidant pas en France métropolitaine 9 ans auparavant. À titre de comparaison dans les cantons périphériques les ménages dont les adultes ne résidaient pas en métropole 9 ans auparavant ne diffèrent guère des autres ménages sur ce plan.

Les migrations aux âges de sortie d’activité

  • 7 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

19Représentant la 4ème forme de mobilité résidentielle7 les migrations aux âges de sortie d’activité, ne transforment que de façon très marginale la répartition spatiale des populations âgées selon le diplôme ou selon la situation familiale. Moins sélective socialement que l’on pourrait l’imaginer en se basant sur le coût du foncier dans certains territoires littoraux et dans quelques cantons ruraux à « forte identité » assez prisés par ces populations âgées, cette mobilité résidentielle augmente légèrement le poids des couples sans enfants et réduit très peu celui des isolés parmi les 65 ans et plus résidant dans les espaces ruraux et littoraux.

De la sélectivité migratoire selon l’âge aux concentrations socio-spatiales

Des migrations étudiantes à la répartition territoriale des jeunes cadres

  • 8 Concernant les 25-34 ans il s’agit uniquement de l’impact de la mobilité résidentielle à moyen term (...)
  • 9 Voir la typologie établie dans ce même volume par Ch. Bergouignan.
  • 10 Les tests correspondant aux analyses des variances des proportions cantonales des différentes profe (...)

20À l’échelle des 3686 pseudo-cantons, il existe une nette corrélation entre proportion de cadres et impact des migrations sur la proportion de jeunes adultes (R =0,37 pour les 18-24 ans et R =0,308 pour les 25-34 ans ; p<0,0001). Plus la mobilité résidentielle augmente le poids des jeunes adultes dans un canton plus la proportion de cadres y est élevée. Ce constat se vérifie aussi à l’échelle des types d’espaces9 fondés sur le niveau et la forme de l’effet des migrations sur la pyramide des âges10 (figure 7). Ainsi, les proportions de cadres sont plus élevées dans les grands centres urbains et leurs banlieues proches (types 1 à 5) que dans les territoires moins densément peuplés (types 7 à 15), les proportions d’ouvriers présentant le profil opposé.

21À l’échelle des 3686 pseudo-cantons, on constate une forte corrélation négative entre proportion de professions intermédiaires et impact des migrations sur la proportion de 50-64 ans (R =-0,50 ; p<0,0001). La part des professions intermédiaires est plus importante dans les espaces urbanisés (centres, banlieues et espaces périurbains – types 1 à 10 –) que dans les espaces semi-ruraux et ruraux (types 11 à 15) au sein desquels les proportions d’agriculteurs sont les plus élevées.

22Schématiquement on peut constituer 3 grands groupes :

  • les centres des grandes agglomérations, leurs banlieues proches et leurs territoires périurbains archétypiques, avec une surreprésentation de cadres et de professions intermédiaires,

  • les agglomérations plus modestes et la majeure partie des banlieues lointaines et des couronnes périurbaines des villes (quelle que soit leur taille), avec une surreprésentation de professions intermédiaires et d’ouvriers,

  • les espaces semi-ruraux et ruraux, avec une surreprésentation d’ouvriers et d’agriculteurs (dont le poids reste néanmoins assez faible).

Figure 7. Poids de certaines professions et catégories sociales (en %, corrigé de l’effet de la structure par âge), pour quelques types de pseudo-cantons

Figure 7. Poids de certaines professions et catégories sociales (en %, corrigé de l’effet de la structure par âge), pour quelques types de pseudo-cantons

23Si tous les diplômés de l’enseignement supérieur ne deviennent pas cadres (notamment dans les générations nées à la fin des années 1960), l’accès à ces professions est de plus en plus réservé aux détenteurs de diplômes universitaires ou de grandes écoles. La géographie des jeunes adultes diplômés préfigure donc en partie celle des cadres et professions intellectuelles et supérieures. Concentrés pour leurs études au cœur des grandes agglomérations de province (types 1 et 2), et, dans une moindre mesure dans Paris et sa proche banlieue, ces jeunes diplômés vont donc avoir plus de chances de résider dans ces territoires lors de leur insertion dans la vie professionnelle. Cette répartition des futurs cadres aux âges précédant l’entrée dans la vie professionnelle, explique ainsi la surreprésentation des cadres au cœur des grandes agglomérations de province. De fait, parmi les très jeunes adultes résidant à 16-20 ans et à 21-25 ans, en 1990 au cœur des grandes agglomérations de province, on observe une surreprésentation des futurs cadres (figure 8).

Figure 8. Proportions de personnes devenues cadres en 1999 (en %), selon l’âge en 1990 et le type de pseudo-canton de résidence en 1990

Figure 8. Proportions de personnes devenues cadres en 1999 (en %), selon l’âge en 1990 et le type de pseudo-canton de résidence en 1990

24Cet effet « réservoir » de futurs cadres au cœur des grandes agglomérations de province est néanmoins atténué par la concentration des emplois les plus qualifiés en Île-de-France. Certains diplômés du supérieur quittent en effet le cœur des grandes agglomérations de province (types 1 et 2) vers Paris et sa proche banlieue (type 4), pour s’insérer dans la vie professionnelle dans un emploi correspondant à leur niveau de formation. Cela se traduit par une surreprésentation de cadres plus marquée à Paris et sa proche banlieue que dans le cœur des grandes agglomérations de province (figure 7), notamment chez les jeunes adultes en début de vie professionnelle (figure 9). À ces mobilités depuis les métropoles provinciales viennent s’ajouter les mouvements des jeunes adultes ayant attendu la fin de leurs études pour quitter un domicile parental parfois situé en milieu rural ou périurbain.

25Engendrés par une perspective de valorisation économique et sociale des diplômes supérieurs, ces départs vers Paris et sa proche banlieue sont 5 fois plus fréquents chez les futurs cadres que chez les futures professions intermédiaires et 30 fois plus fréquents chez les futurs cadres que chez les futurs ouvriers. Au total, le poids des cadres au sein des jeunes adultes se structure géographiquement en trois niveaux :

  • une très forte surreprésentation dans Paris et sa proche banlieue qui résulte du cumul de la mobilité associée aux études supérieures avec les migrations d’insertion des jeunes diplômés,

  • une surreprésentation conséquente au cœur des grandes agglomérations de province, initialement accrue par la présence des établissements d’enseignement supérieur qui concentrent les futurs cadres, elle est ensuite atténuée par la mobilité vers Paris et sa proche banlieue due à leur insertion professionnelle,

  • une sous-représentation assez nette dans les territoires les moins urbanisés qui conservent essentiellement les jeunes adultes destinés à devenir ouvriers ou employés.

Figure 9. Proportion de cadres parmi les 25-29 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Figure 9. Proportion de cadres parmi les 25-29 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Une distribution territoriale des catégories sociales légèrement modifiée par les migrations associées à la constitution de la famille

  • 11 Notamment lors de son agrandissement (passage au 2ème enfant) qui semble, chez les cadres et profes (...)
  • 12 Ils sont néanmoins loin de constituer la majeure partie de la couronne périurbaine de Paris.

26La surreprésentation des cadres et professions intellectuelles dans les territoires les plus urbanisés pourrait être amoindrie par la mobilité résidentielle associée à la constitution de la famille et à la spécialisation du parc de logements des différents territoires. Ainsi, certains cadres vont rechercher des maisons individuelles de grande taille, souvent en accession à la propriété, lors de la constitution de la famille11. La faible fréquence de ces logements dans les centres urbains où les cadres étaient surreprésentés au début de leur vie d’adulte et la forte présence de cet habitat dans les territoires périphériques vont ainsi engendrer des migrations centrifuges aux âges parentaux. Aussi, au-delà de 30 ans, les cadres sont le groupe socioprofessionnel dont les départs hors des cantons très urbanisés de province, sont les plus fréquents. Cette mobilité résidentielle des cadres aux âges parentaux se distingue par ailleurs un peu de celle observée aux mêmes âges pour les autres groupes socioprofessionnels. Elle est, en effet, moins liée à la situation familiale puisqu’elle s’observe aussi en l’absence d’enfants, dans ce cas ce n’est alors pas tant le niveau de mobilité qui change que la destination. Les cadres en couples avec enfants privilégient les départs depuis les villes centres des grandes agglomérations de province pour s’installer dans les banlieues lointaines et les espaces périurbains. Les cadres connaissant d’autres situations familiales (isolés, monoparents, couples sans enfants) présentent, y compris après 30 ans, un tropisme relativement important vers Paris et sa proche banlieue ou vers les 1ères couronnes de peuplement urbain. Ces comportements migratoires traduisent à la fois l’ajustement des modes de vie familiaux à la répartition géographique des formes d’habitat ainsi que l’existence, au-delà de 30 ans, dans les couches sociales les plus élevées, de changements professionnels impliquant une mobilité résidentielle relativement ample. Au total, les migrations, intervenant le plus souvent autour de 30 ans, associées à la constitution de la famille et à l’inégale répartition géographique des formes d’habitat, ont un impact assez limité sur les concentrations socio-spatiales. La seule augmentation nette (+ 4 points de pourcentage) de la proportion de cadres du fait des mobilités résidentielles aux âges parentaux s’observe dans les espaces périurbains archétypiques (type 9) que l’on retrouve plus fréquemment dans la couronne parisienne12 et qui pèsent très peu dans l’ensemble des populations des territoires périphériques. Dans la majeure partie d’entre eux (2ème couronne de peuplement urbain, espaces périurbains ou semi-ruraux – types 7, 8, 11 et 12), la modification de la répartition selon les catégories sociales, induite par les migrations associées à la constitution de la famille, va certes dans le même sens, mais avec une ampleur bien plus modeste. Finalement, la plupart des espaces de faible densité conservent une dominante ouvrière assez nette, y compris après les installations de familles.

Figure 10. Proportion de cadres (en %) parmi les 35-39 ans (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Figure 10. Proportion de cadres (en %) parmi les 35-39 ans (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire

Une différentiation sociale de l’espace de plus en plus marquée

  • 13 D’environ 35% dans les générations nées au milieu des années 1960, la proportion de bacheliers atte (...)

27L’évolution à long terme du poids des différentes catégories sociales dans les types de cantons ici distingués montre un accroissement très net des écarts territoriaux de proportions de cadres parmi les actifs résidents (figure 11). En 1999, l’écart le plus important en la matière, atteint 25 points de pourcentage, contre 10 en 1968. L’élargissement de l’accès à l’université, via l’augmentation de la proportion de bacheliers dans les générations13 explique en partie cette évolution différentielle de la proportion de cadres. Ainsi, les territoires ruraux (types 11 à 15), situés loin des pôles d’enseignement supérieur et donc massivement quittés par leurs futurs diplômés, n’ont vu leur proportion de cadres croître que de quelques points de pourcentage (entre + 4 et + 7 points) entre 1968 et 1999. A contrario, les territoires accueillant les très jeunes adultes pour leur formation supérieure affichent une augmentation de leur proportion de cadres plus rapide (entre + 8 et + 10 points de pourcentage). Il ne s’agit toutefois pas des augmentations les plus importantes qui s’observent :

  • à Paris et dans sa proche banlieue (type 4, + 20 points de pourcentage), ce qui montre, à long terme, un effet plus important de la concentration de la demande de travail qualifié par les entreprises par rapport à l’offre de personnel qualifié par les établissements de formation supérieure. Cette différence d’impact sur la répartition territoriale des cadres est sans doute accrue par l’ajustement de plus en plus problématique sur le marché des emplois d’encadrement.

  • dans les espaces périurbains archétypiques (type 9, + 13 points de pourcentage), ce qui montre dans quelques territoires périphériques le rôle de la combinaison des migrations associées à la constitution de la famille avec une hyper-spécialisation de l’habitat (surreprésentation extrême des maisons individuelles de grande taille, très grande rareté du logement social en immeuble collectif mais aussi parmi les maisons individuelles). Il faut toutefois que cette spécialisation de l’habitat soit très forte pour que, dans un pays disposant d’importantes réserves d’espace comme la France, on aboutisse en périphérie à une croissance de la concentration des cadres, peut-être causée par le coût du foncier.

28Enfin, il existe des territoires urbains où la proportion de cadres a très peu augmenté. Composés de villes moyennes et des espaces urbains ouvriers (type 6), ces territoires comprennent une forte composante d’habitat social (près du tiers des logements surtout en immeubles collectifs mais aussi en maisons individuelles). Ils se caractérisent aussi par un très faible impact des migrations sur la composition par âge de sorte que les concentrations socio-spatiales s’y manifestant ne sont guère liées à une quelconque sélectivité migratoire selon l’âge.

Figure 11. Évolution de la proportion de cadres parmi les actifs (en %), selon le type de pseudo-canton

Figure 11. Évolution de la proportion de cadres parmi les actifs (en %), selon le type de pseudo-canton

De la répartition spatiale des catégories sociales à des inégalités de revenu accentuées par le chômage, notamment féminin

  • 14 Ces territoires, accueillant des populations âgées à revenus substantiels, ne représentent toutefoi (...)

29Héritées des mobilités résidentielles des jeunes adultes et, dans une moindre mesure, des migrations associées à la constitution de la famille, les concentrations socio-spatiales, conduisent à d’importantes inégalités territoriales de revenu des résidents. À l’échelle des 3686 pseudo-cantons métropolitains, on observe ainsi une corrélation assez nette entre proportion de cadres et revenu moyen par unité de consommation. Pour autant, la corrélation entre revenu cantonal moyen par unité de consommation et impact des migrations sur la composition par âge n’est pas aussi élevée. Elle permet uniquement de mettre en évidence que les cantons dont les résidents présentent les revenus les plus faibles sont aussi ceux dont les migrations augmentent le poids des 50-64 ans (R =-0,30 ; p<0,0001). Cela ne signifie pas que les arrivées de populations aux âges de sortie d’activité ont un effet nécessairement appauvrissant, il est même possible qu’elles contribuent à enrichir certains cantons littoraux et quelques rares cantons ruraux « à forte identité »14. Cette corrélation indique simplement que pour les cantons ruraux ou semi-ruraux (types 11 à 15) le départ des jeunes adultes destinés à acquérir des diplômes a :

  • d’une part un effet vieillissant,

  • d’autre part un effet sur les revenus moyens de la population. Parmi les jeunes ne restent que ceux dont les revenus actuels et futurs sont et seront assez modestes, les populations âgées initialement présentes n’ayant pas non plus d’importantes ressources matérielles.

30Dépendant de la composition des ménages, le revenu par unité de consommation vient amplifier certaines différences territoriales observées en matière de poids des catégories sociales. Ainsi, à l’importante surreprésentation des cadres dans Paris et sa proche banlieue (type 4), s’ajoute la très petite taille des ménages y résidant pour conduire à un revenu moyen par unité de consommation plus de 1,6 fois supérieur à celui des cantons semi-ruraux et ruraux (types 11 à 15) qui cumulent rareté des cadres, fréquence des ouvriers et retraités et, dans une moindre mesure, grands ménages avec enfants. La taille des ménages via la présence d’enfants n’est néanmoins pas le seul facteur domestique ou familial susceptible d’expliquer les différences de revenu par unité de consommation. Ainsi, au-delà de la corrélation prévisible entre inactivité féminine et taille des ménages, on observe des différences géographiques assez nettes en la matière entre les territoires à dominante résidentielle familiale. Les espaces périurbains archétypiques (type 9) ou les territoires rurbains ou semi-ruraux (types 11 et 12), tous très largement peuplés de familles en habitat individuel, présentent des écarts entre hommes et femmes très différents qu’il s’agisse d’inactivité ou de chômage. Dans les deux cas, les différences entre hommes et femmes sont beaucoup plus faibles dans les espaces périurbains archétypiques que dans les territoires rurbains ou semi-ruraux. Avec des proportions de cadres et de professions intermédiaires déjà plus élevées, les espaces périurbains archétypiques accroissent donc, via une moindre inactivité et un moindre chômage féminin, leur écart de revenu avec les autres territoires accueillant massivement des familles avec enfants. Alors que le chômage masculin est relativement limité dans la quasi-totalité des espaces périurbains, rurbains et semi-ruraux, le chômage des femmes y est proche de ses niveaux les plus élevés lorsque ces territoires ont une forte dominante ouvrière.

Figure 12. Écarts entre les femmes et les hommes des niveaux d’inactivité et de chômage (en points de %), selon le type de pseudo-canton

Figure 12. Écarts entre les femmes et les hommes des niveaux d’inactivité et de chômage (en points de %), selon le type de pseudo-canton

31Les espaces les plus urbanisés offrent un panorama très différent avec des niveaux de chômage beaucoup moins liés au sexe des actifs. Le cumul d’une très forte présence étudiante et d’un chômage relativement élevé au cœur des grandes agglomérations de province (types 1 et 2) vient y compenser une proportion importante de cadres pour aboutir à un revenu moyen par unité de consommation très légèrement inférieur à la moyenne métropolitaine. En revanche, dans Paris et sa proche banlieue (type 4) ou dans les autres territoires urbanisés à très forte surreprésentation de cadres (types 3 et 5), celle-ci n’est pas compensée par une présence étudiante aussi concentrée et par un chômage aussi massif. Aussi, dans Paris et sa proche banlieue et dans la 1ère couronne de peuplement urbain le revenu moyen par unité de consommation atteint ses niveaux les plus élevés.

32Cette distribution territoriale des revenus renvoie aussi à la spécificité de l’habitat, les territoires très urbanisés les plus touchés par le chômage (cœur des grandes agglomérations de province – types 1 et 2 –, villes moyennes et espaces urbains ouvriers – type 6 –) comprenant les proportions les plus élevées de logements sociaux (entre le quart et le tiers de l’habitat) prioritairement dévolus aux populations en difficulté.

Figure 13. Proportion de chômeurs en 1999 (en %), et revenu moyen par unité de consommation en 2002, selon le type de pseudo-canton

Figure 13. Proportion de chômeurs en 1999 (en %), et revenu moyen par unité de consommation en 2002, selon le type de pseudo-canton

Mise en perspective par l’échelon infra-cantonal

  • 15 IRIS d’habitat : ensemble infra-communal d’îlots contigus dont la population se situe entre 1800 et (...)
  • 16 [Duncan et Duncan, 1955].

33L’analyse des concentrations socio-spatiales, non plus entre, mais au sein des pseudo-cantons, en considérant les IRIS 200015, montre une liaison hétérogène et au final assez faible entre la sélectivité migratoire selon les âges et la concentration infra-cantonale des populations (mesurée par l’indice de Duncan16). Hormis la plus grande concentration infra-cantonale des enfants (de moins de 10 ans), des très jeunes adultes (18-24 ans) et des grands logements (5 pièces et plus) dans les pseudo-cantons dont les migrations augmentent la part des 18-24 ans, les corrélations linéaires entre les 2 sortes d’indices sont ainsi relativement ténues. Autrement dit, au sein des cantons attirant les très jeunes adultes pour leurs études supérieures, il existe des quartiers dévolus aux petits logements destinés aux étudiants et d’autres aux grands logements accueillant des familles. Très nette au cœur des grandes agglomérations de province, où dominent les petits appartements en bonne partie occupés par les 18-24 ans, cette distinction territoriale est encore plus marquée lorsque l’habitat étudiant ne constitue qu’une enclave très isolée dans une banlieue habitée par des familles plutôt aisées (type 3). À un moindre degré, on observe que les ouvriers relativement peu nombreux à résider au cœur des grandes agglomérations de province le font de façon plus concentrée dans l’espace que dans les autres territoires. Plus généralement, les villes centres de province affichent des niveaux de concentration socio-spatiale infra-cantonale plus forts (notamment pour les cadres, les ouvriers et les chômeurs) que les autres territoires. Par opposition les cantons périurbains les plus aisés (type 9) affichent une grande dispersion socio-spatiale interne, tout en se distinguant des autres cantons périurbains par une plus grande sélectivité sociale de leur peuplement. Au total, les conséquences infra-cantonales de la sélectivité migratoire des populations selon leur âge se résument à l’impact de l’installation des très jeunes adultes sur l’utilisation du parc de logements des parties centrales des grandes agglomérations de province. Leur surreprésentation dans les quartiers dominés par les petits appartements et l’accentuation que leur présence massive confère à cette spécialisation de l’habitat concentrent davantage les familles résidentes et, à un degré beaucoup plus modeste, les différents groupes sociaux.

Vue d’ensemble

34Les sélectivités migratoires des populations selon leur âge obéissent à des facteurs socialement différenciés et structurant les destins sociaux futurs des personnes (études universitaires, obtention d’un emploi qualifié, constitution de la famille). Aussi, tout en sculptant les pyramides des âges de façon très spécifique selon les territoires, la mobilité résidentielle des très jeunes et jeunes adultes préfigure en partie les concentrations socio-spatiales. Elle se manifeste ainsi par une forte surreprésentation des futurs cadres et professions intermédiaires au centre des grandes agglomérations. Sensiblement modifiées par les mobilités d’insertion professionnelle des diplômés, ces concentrations de cadres et de professions intermédiaires sont :

  • réduites dans les parties centrales des grandes agglomérations de province, où elles restent néanmoins conséquentes,

  • très fortement accrues dans Paris et sa proche banlieue, via la richesse en emplois qualifiés de la région Île-de-France.

35En théorie, l’inégale répartition géographique des formes d’habitat (concentrant les grands logements en accession à la propriété en périphérie) combinée à la relative sur-mobilité des catégories sociales supérieures devrait, aux âges « parentaux », caractérisés par de fortes mobilités résidentielles centrifuges, atténuer ces différences territoriales précocement structurées dans la vie des adultes. Si l’on excepte quelques « coulées » d’extension périurbaine autour des plus grandes agglomérations, notamment Paris, (assez mineures sur le plan quantitatif mais très emblématiques), cette diffusion périphérique des familles dont les adultes appartiennent aux catégories d’actifs les plus aisés ne s’opère que de façon assez marginale. C’est particulièrement vrai pour la périphérie des moyennes et petites villes ou pour les parties les plus éloignées des couronnes périurbaines des grandes agglomérations. Dans ces espaces, le peuplement familial ne fait guère varier une répartition sociale largement dominée par les ouvriers et les employés et par un sous-emploi féminin pas toujours choisi.

36Schématiquement, on peut décrire la relation entre sélectivité migratoire selon l’âge et concentrations socio-spatiales comme gouvernée par la mobilité des jeunes diplômés, qu’elle s’exerce pour la poursuite des études supérieures ou pour leur insertion professionnelle. Elle structure ainsi les compositions par âge et une bonne partie des différences territoriales de répartition par catégories sociales, ainsi qu’un aspect des écarts d’accès à l’emploi entre hommes et femmes. Les phénomènes à l’origine de la sélectivité migratoire selon l’âge n’épuisent néanmoins pas la question des concentrations socio-spatiales qui, comme on l’a vu, dépendent aussi de la géographie du logement social, de la spécificité des comportements d’habitat des populations récemment immigrées et de bien d’autres facteurs. Sans se recouper nécessairement, les situations à l’origine de ces autres formes de concentration socio-spatiale ont précisément en commun de se trouver avec des fréquences élevées dans les territoires pour lesquels des migrations intenses et diverses se compensent pour ne déformer qu’assez peu la composition par âge.

Haut de page

Bibliographie

BERGOUIGNAN Christophe (2002), « Mesurer les interactions entre fécondité et changement de sous-population », in Collecte des données et connaissance des populations, CUDEP.

BERGOUIGNAN Christophe (2004a), « L’impact des migrations sur les compositions par âge des territoires infra-nationaux », in Reproduction et renouvellement des populations, CUDEP.

BERGOUIGNAN Christophe (2004b), « L’impact des corrélations entre migrations résidentielles et fécondité sur la dynamique des populations locales d’enfants », in Reproduction et renouvellement des populations, CUDEP.

BRETON Didier (2002), « Essai de mesure de la fécondité selon l’origine et la mobilité à partir d’un recensement sur échantillon », in Collecte des données et connaissance des populations, CUDEP.

CAILLOT Mélanie (2005), Analyse de la localisation étudiante sur le territoire métropolitain : approche méthodologique et présentation de quelques résultats, Espace Populations Sociétés, n° 3.

CAILLOT Mélanie (2008), Analyse démographique de l’élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur, Thèse de doctorat. Université Montesquieu-Bordeaux IV.

CHARLOT Alain, CHEVALIER Luc (1991), La mobilité géographique à l’issue de l’enseignement supérieur, Formation-emploi, n° 33, CEREQ.

COURGEAU Daniel (1987), Constitution de la famille et urbanisation, Population, n° 1, INED.

DESPLANQUES Guy (1993), Mesurer les disparités de fécondité à l’aide du seul recensement, Population, n° 6, INED.

DUDLEY DUNCAN Otis et DUNCAN Beverly (1955), A methodological Analysis of segregation indexes, American sociological review.

KERSUZAN Claire (2009), « Changement de logement et naissance des enfants », in Recherches familiales, UNAF.

MASSEY Douglas et DENTON Nancy (1988), « The dimensions of residential segregation », in Social forces.

MASSEY Douglas, GROSS Andrew et SHIBUYA Kumiko (1994), Migration, segregation and the geographic concentration of poverty, American sociological review.

MERLIN Pierre (2004), « L’influence des conditions de financement du logement sur la structure démographique interne des agglomérations », in Reproduction et renouvellement des populations, CUDEP.

Haut de page

Notes

1 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

2 Les résultats ici présentés sont, pour leur grande majorité, le fruit de l’exploitation du fichier SAPHIR, auquel son concepteur, Bernard Aubry, nous a aimablement donné accès pour extraire des tableaux agrégés, lors de stages répétés à la direction régionale de l’INSEE Alsace.

3 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

4 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

5 L’estimation de l’effectif des personnes résidant hors de France métropolitaine en 1999, parmi celles habitant les différents territoires métropolitains en 1990, est possible à partir de la question sur la résidence antérieure. Inhérente à une partie du processus d’estimation (projection des populations résidentes en 1990) sa décomposition par sexe et âge ne pose pas de problème majeur, en revanche l’estimation de sa décomposition par catégorie sociale ou par situation familiale est beaucoup plus fragile. Aussi, s’agissant d’autres variables que le sexe et l’âge on ne considère, pour étudier l’effet de la mobilité résidentielle, que les personnes ayant migré au sein de la France métropolitaine. Autrement dit, lorsque l’on mesure une répartition selon, le diplôme, la catégorie sociale ou la situation familiale, en l’absence de migrations 1990-1999, on calcule cette répartition au sein des personnes recensées en 1999 en France métropolitaine, qui résidaient en 1990 dans le territoire étudié. Pour une présentation générale de l’utilisation de la question sur la résidence antérieure voir Ch. Bergouignan dans ce même volume (encadré 2).

6 Voir la typologie établie dans ce même volume par Ch. Bergouignan.

7 Voir Ch. Bergouignan dans ce même volume.

8 Concernant les 25-34 ans il s’agit uniquement de l’impact de la mobilité résidentielle à moyen terme (1982-1999).

9 Voir la typologie établie dans ce même volume par Ch. Bergouignan.

10 Les tests correspondant aux analyses des variances des proportions cantonales des différentes professions et catégories sociales selon les 15 types de pseudo-cantons définis en fonction de l’impact de la mobilité résidentielle sur la composition par âge de la population sont tous très hautement significatifs (p<0,0001).

11 Notamment lors de son agrandissement (passage au 2ème enfant) qui semble, chez les cadres et professions intermédiaires, être, souvent par anticipation, très associé à l’accession à la propriété [Kersuzan, 2009].

12 Ils sont néanmoins loin de constituer la majeure partie de la couronne périurbaine de Paris.

13 D’environ 35% dans les générations nées au milieu des années 1960, la proportion de bacheliers atteint à peu près 65% dans les générations nées à la fin des années 1970 [Caillot, 2005].

14 Ces territoires, accueillant des populations âgées à revenus substantiels, ne représentent toutefois qu’une petite proportion de l’espace rural et littoral puisque, comme on l’a vu, la mobilité résidentielle aux âges de sortie d’activité n’a qu’un effet mineur sur la répartition sociale des 50 ans et plus résidant dans l’ensemble des espaces ruraux et littoraux.

15 IRIS d’habitat : ensemble infra-communal d’îlots contigus dont la population se situe entre 1800 et 5000 habitants.

16 [Duncan et Duncan, 1955].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2. Proportion d’isolés parmi les 20-24 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 3. Proportion de diplômés bac+2 et plus parmi les 25-29 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 4. Proportion de personnes en couple avec enfants parmi les 30-34 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 5. Indicateur conjoncturel de fécondité 1990-1998 (en enfants par femme), selon le type de pseudo-canton et la date de résidence
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 6. Proportion d’isolés parmi les 30-34 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 7. Poids de certaines professions et catégories sociales (en %, corrigé de l’effet de la structure par âge), pour quelques types de pseudo-cantons
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 8. Proportions de personnes devenues cadres en 1999 (en %), selon l’âge en 1990 et le type de pseudo-canton de résidence en 1990
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 9. Proportion de cadres parmi les 25-29 ans en 1999 (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 10. Proportion de cadres (en %) parmi les 35-39 ans (en %), selon le type de pseudo-canton et l’hypothèse migratoire
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 11. Évolution de la proportion de cadres parmi les actifs (en %), selon le type de pseudo-canton
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 12. Écarts entre les femmes et les hommes des niveaux d’inactivité et de chômage (en points de %), selon le type de pseudo-canton
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 13. Proportion de chômeurs en 1999 (en %), et revenu moyen par unité de consommation en 2002, selon le type de pseudo-canton
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3567/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Dasre, Claire Kersuzan, Mélanie Caillot et Christophe Bergouignan, « Sélectivité migratoire des populations selon leur âge et concentrations socio-spatiales », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 67-84.

Référence électronique

Aurélien Dasre, Claire Kersuzan, Mélanie Caillot et Christophe Bergouignan, « Sélectivité migratoire des populations selon leur âge et concentrations socio-spatiales », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://eps.revues.org/3567 ; DOI : 10.4000/eps.3567

Haut de page

Auteurs

Aurélien Dasre

Claire Kersuzan

Mélanie Caillot

Articles du même auteur

Christophe Bergouignan

Institut d’Études Démographiques
Université Montesquieu-Bordeaux IV
Avenue Léon Duguit
33608 Pessac Cedex
aurelien.dasre@hotmail.fr
clairekersuzan@yahoo.fr
melanie_caillot@yahoo.fr
christophe.bergouignan@u-bordeaux4.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org