Navigation – Plan du site
Articles

Une lecture des inégalités et des différenciations de développement local à travers quatre figures de territoires

Socio-demographical Differences and Inequalities : A Local Approach
Yannick Sencébé
p. 17-27

Résumés

En France, les espaces ruraux et périurbains ont connu un regain démographique important depuis les années 1980 alors même que les lois de décentralisation contribuaient à les libérer de la tutelle d’un État longtemps tout puissant dans l’aménagement de « son » territoire. Loin d’alimenter la thèse d’une renaissance rurale et d’un développement local plus autonome, cet article, qui s’appuie sur de nombreuses recherches et terrains, vise à montrer le renforcement des inégalités sociales dans les choix de mobilité et d’ancrage, d’une part, et des inégalités territoriales sur le marché de l’attractivité, d’autre part. Quatre figures de territoires synthétisent, de manière idéale-typique, la manière dont s’articulent localement des dynamiques sociodémographiques et migratoires, des relations sociales et des fonctionnements politico-institutionnels en orientant le développement dans le sens du repli protecteur qui confine à la dévitalisation, de la sélection sociale parée des atours de la durabilité, de la recherche de mixité, ou bien encore de l’ouverture compétitive.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article propose une lecture des inégalités et des différenciations sociodémographiques des espaces ruraux et périurbains français à travers le prisme des modèles de développement local. Ces périphéries d’un ordre centraliste ancien ont, depuis les années 1980, vécu deux révolutions. La décentralisation et la territorialisation de l’action publique ont fait émerger de nouveaux centres de décision et préfiguré une meilleure prise en compte des spécificités rurales dans le développement local. La fin de l’exode rural et le retournement des flux migratoires des villes vers les campagnes ont quant à eux nourri l’espoir d’une renaissance rurale et les discours sur l’attractivité des campagnes.

2L’ambivalence de ces deux mouvements mérite néanmoins d’être soulignée car ils ne sont pas indépendants, selon nous, de la différenciation et des inégalités de développement qui apparaissent aujourd’hui. Les mobilités ville-campagne qui alimentent le regain démographique rural s’inscrivent en fait dans une évolution beaucoup plus large. Les moyens techniques de transport et de communication ont rendu les lieux substituables entre eux [Lévy, 1998]. La mobilité, plus qu’un simple moyen, est devenue une valeur censée permettre l’épanouissement individuel à travers des stratégies visant une localisation optimale [Rémy, 1998]. De ce fait, les espaces ruraux et périurbains n’échappent ni au classement qui les fait apparaître aux yeux des habitants et usagers potentiels comme désirables ou repoussoirs, ni à la compétition territoriale que les nouvelles politiques de développement encouragent. Celles-ci, fondées sur la valorisation des ressources endogènes, tendent à accroître les disparités de développement au détriment des territoires qui ont peu d’aménités à faire valoir sur le marché de l’attractivité.

3Notre position est de considérer que l’on assiste actuellement à la diversification des modèles de développement local et que ce mouvement tend à accroitre les inégalités territoriales et sociales. Les migrations qui alimentent ce processus s’effectuent entre catégories d’espaces dont la diversité doit être prise en compte au niveau régional et à travers l’intensité et les formes des relations ville-campagne. Concernant ces dernières, nous nous référons au zonage en aires urbaines et son complément rural produit par l’Insee et l’Inra. Celui-ci définit des espaces à dominante urbaine, constitués par un pôle urbain (+ de 5000 emplois) et des couronnes périurbaines (communes dont plus de 40 % de la population travaillent dans le pôle) et des espaces à dominante rurale structurés selon la même logique mais avec un pôle d’emploi rural de moindre importance (entre 1500 et 5000 emplois). Au-delà de cette géographie structurée par les navettes, reste le rural ‘isolé’ dont les communes ne sont attirées par aucun pôle, mais qui peuvent être traversées par des flux plus ou moins importants selon leur attractivité résidentielle ou touristique. Mais les logiques d’acteurs, les politiques institutionnelles et les relations sociales qui orientent le développement local, en confortant ou en contrariant les logiques migratoires et de localisation des populations, prennent corps à l’échelle des territoires. On peut retenir pour définition générale de la notion de territoire les trois dimensions qu’elle recouvre [Laganier, Villalba, Zuindeau 2002) :

  • la dimension identitaire (territoire vécu approprié par ses habitants);

  • la dimension matérielle (espace géographique doté de propriétés naturelles et matérielles résultant de l’aménagement par une société);

  • la dimension organisationnelle (entité où des acteurs sont liés par des rapports de hiérarchie, de domination, de solidarité, de complémentarité).

4Pour alimenter cette thèse, nous retracerons l’évolution récente des espaces ruraux et périurbains à travers divers résultats de recherches. Dans une seconde partie, ces résultats seront synthétisés dans une grille d’analyse qui nous permettra de dessiner les contours de quatre figures territoriales dont nous détaillerons les caractéristiques.

1. Différenciations spatiales et inégalités sociales : vers une diversification des modèles de développement local en milieu rural et périurbain

5Différents facteurs expliquent la diversification des modèles de développement des espaces ruraux et périurbains : les dynamiques démographiques caractérisant les régions et les catégories d’espaces, les fonctions dominantes associées aux espaces et les conflits de cohabitation qui en naissent, les fonctionnements institutionnels de chaque territoire. En nous appuyant sur nos propres recherches et sur d’autres travaux correspondant à ces questions, passons à présent en revue chacun de ces facteurs de diversification.

6Les dynamiques démographiques des espaces ruraux et périurbains ont connu de notables évolutions depuis l’après-guerre. Le fait majeur, mis en lumière par les recensements de 1975 et de 1982, est la fin de l’exode rural. Après un long déclin, certaines communes rurales attirent de nouveau tandis que les villes voient une partie de leur population suivre les chemins de la périurbanisation. Nous avons ainsi montré à partir d’une étude des trajectoires et modes de vie des navetteurs du périurbain que le processus de recomposition urbaine ne peut se réduire à une simple extension de la ville [Hilal, Sencébé, 2002 ; Sencébé, 2006]. Les comportements observés sont le résultat de contraintes spatiales liées au développement urbain (rejet en périphérie de la résidence, concentration des emplois dans le pôle) et des stratégies d’appropriation territoriale qui, chez les ménages modestes, se traduisent par un repli tant spatial que social sur les lieux (résidence) et les liens (famille) accessibles en conformité avec les normes dominantes d’épanouissement familial et d’accès à la consommation. D’autres travaux ont mis en lumière la différenciation spatiale des comportements de migration et la ségrégation qui marquent les trajectoires d’une partie d’entre eux. L’atlas des nouvelles fractures sociales en France [Guilluy, Noyé, 2004] est ainsi venu utilement éclairer la nouvelle géographie des classes sociales en montrant l’inégalité de leur répartition et les phénomènes de ségrégation à une échelle élargie. Ces inégalités peuvent être liées aux ressources nécessaires pour maîtriser la mobilité dont V. Kaufmann (2006) rend compte en développant l’idée d’un nouveau type de capital, la motilité. De ce fait, les migrations vers les espaces ruraux et périurbains sont socialement différenciées. Un travail statistique réalisé à partir du fichier Mobilité des recensements de 1982 et 1999 nous a permis de mettre à jour quatre profils sociodémographiques correspondant à des logiques migratoires différentes [Sencébé, Lépicier, 2007] :

  • un effet de « cycle de vie », expliquant la migration résidentielle vers le périurbain de ménages d’actifs avec enfants recherchant l’accès à la propriété en maison individuelle ;

  • un effet de « préservation » concernant les couches moyennes et populaires qui émigrent dans le périurbain autant par un processus de relégation dans les périphéries qu’au travers de stratégies résidentielles, sous contrainte, visant à échapper aux banlieues défavorisées et à accéder à des lieux permettant l’entre-soi ;

  • un effet de « génération » concernant les migrations vers l’espace à dominante rurale des retraités du baby-boom [Bessy-Pietri et al., 2000], avec des différenciations régionales, tenant à des facteurs historiques (région d’exode et de « retour au pays ») et à des éléments de cadre de vie (héliotropisme…) ;

  • un effet de « néo-ruralité » correspondant aux migrations vers le rural isolé. Elles peuvent concerner des profils de type « entrepreneurs ruraux » recherchant un cadre de vie rural et dont l’activité est peu contrainte par la localisation et des profils plus précaires, pour lesquels le rural constitue un refuge [Auclair et al., 1998].

7Le dernier recensement de population (2006) fait apparaître la poursuite de certaines tendances antérieures mais aussi certaines ruptures. Si dans la période précédente, les flux de migration étaient principalement structurés par la périurbanisation, laissant penser que l’attractivité du rural se nourrissait surtout d’un étalement urbain, la période actuelle voit les espaces ruraux, même les plus isolés, gagner de la population, alors que le périurbain semble marquer le pas [Laganier, Vienne, 2009]. Les villes-centres regagnent de la population à la faveur de phénomènes qui rendent moins attractif le périurbain (hausse du coût du carburant, lassitude d’un mode de vie sous forte contrainte de temps…). Cette évolution laisse entrevoir la possibilité d’apparition de poches de pauvreté pour les habitants captifs du périurbain [Jaillet, Rougé, Thouzellier, 2006]. Cette analyse du recensement insiste néanmoins sur les différenciations régionales et urbaines des dynamiques démographiques. La France du Nord et de l’Est n’attire pas et ses espaces ruraux, affectés par la crise industrielle, connaissent toujours une décroissance démographique. À l’opposé, l’attractivité de la France du Sud et de l’Ouest (solde migratoire positif) nourrit autant les pôles que les espaces ruraux. Entre les deux, la diagonale du vide se réduit légèrement, grignotée à l’ouest et au sud par l’attractivité des régions dynamiques et au nord par le Bassin parisien qui continue de s’étendre.

8La différenciation des espaces ruraux et périurbains tient aussi aux différentes fonctions qui leur sont associées. P. Perrier-Cornet (2002) en distingue quatre :

  • la fonction productive (agricole et industrielle);

  • la fonction résidentielle qui concurrence et devance très largement la première;

  • la fonction patrimoniale que le « désir de campagne » [Hervieu, Viard, 1996] met en scène sous des formes qui empruntent autant au folklore qu’au marketing;

  • et la fonction environnementale en plein développement.

9Plus que des ressources qui seraient données par l’histoire ou la géographie, les dynamiques locales d’acteurs, appuyées sur les politiques publiques qui leur donnent les moyens et la légitimé d’agir, sont les éléments principaux de l’orientation des espaces vers l’une ou l’autre de ces fonctions. Ainsi, le même lieu peut-il être revendiqué comme espace résidentiel, productif, naturel ou patrimonial selon les groupes qui parviennent à faire valoir leurs revendications comme légitimes. Les conflits qui peuvent en naître sont à appréhender comme des opérations de « cadrage » [Mormont, 2006]. Celles-ci contribuent à travers les rapports de force en présence à redéfinir l’espace et les acteurs pertinents, souvent au déterminent des acteurs faibles. La patrimonialisation intervient, de la même façon, comme processus de re-qualification de l’espace par certains groupes qui définissent ce qu’il est légitime de conserver et de valoriser. Ainsi, dans le Diois (Drôme), un groupe d’acteurs, fortement doté en capital social et culturel, a su se saisir d’une palette d’instruments (AOC, label, leader..) pour inverser le sens de l’enclavement de cette vallée rurale et lui donner l’image d’un patrimoine préservé [Sencébé, 2002]. L’environnementalisation des espaces ruraux procède également du même processus. En Puisaye (Yonne), région rurale située à deux heures de Paris, le réinvestissement de l’espace par une multitude d’acteurs a participé à la transformation du bocage, espace jusque-là géré par les agriculteurs, en paysage et en problème d’environnement [Alphandéry, Pinton, 1998].

10Enfin, des changements dans l’action publique ont contribué également à la différenciation des territoires ruraux et périurbains. La déconcentration (rapprocher l’action étatique du terrain), la politique des zonages (l’adapter aux spécificités locales) et la décentralisation (transfert de compétences vers les collectivités territoriales) ont contribué à une territorialisation de l’action publique. Ce processus a contribué à l’émergence de nouveaux acteurs aux côtés de l’État (collectivités, acteurs privés) et d’un processus décisionnel plus horizontal et ascendant. Comme nous allons le voir, l’apparition des gouvernances locales n’a pas corrigé les inégalités d’accès au pouvoir de décision, tandis que la territorialisation du développement tend plutôt à renforcer les inégalités spatiales.

11La gouvernance « est d’abord un chantier de recherche qui concerne les formes de coordination, de pilotage et de direction des secteurs, des groupes, de la société, au-delà des organes classiques du gouvernement. » [Le Galès, 2006, p. 5]. Nos travaux sur la mise en place des pays dans deux régions (Bourgogne et Franche-Comté) montrent en tous cas que les scènes de gouvernance locale qui se mettent en place ne garantissent pas l’égalité des acteurs dans le processus décisionnel. Le Pays a été institué en France par la loi d’aménagement et de développement durable du territoire (LOADDT du 25 juin 1999). Cette entité regroupe, sous un mode fédératif et volontaire, un ensemble de structures de coopération intercommunale, elles-mêmes agissant par délégation de la part des communes membres. La finalité du Pays est attachée à la conception d’un projet de territoire en conformité avec le développement durable. L’ambition est également la mise en place d’une démocratie participative à travers l’instauration d’un Conseil de développement, associant les diverses composantes de la société civile locale à l’élaboration de ce projet. Nos recherches ont montré que les pays constituent surtout de nouvelles scènes de pouvoir local plus ou moins adossées aux découpages politico-administratifs préexistants [Aubert, et al., 2006] : en premier lieu, les élus, assurés d’une position de prééminence, maîtrisent encore les capacités d’initiative des regroupements intercommunaux et le pouvoir de consultation des autres acteurs. En second lieu, ils mobilisent prioritairement les acteurs économiques locaux et la faible formalisation des Conseils de développement accentue les mécanismes sélectifs de leur composition. Au-delà de ces tendances générales, la variabilité des jeux sociopolitiques locaux [Garnaud, 2006] et la position des pays dans les relations villes-campagnes [Lepicier D., Aubert F., 2006] tendent à diversifier les modes de fonctionnement des pays.

12Le second enjeu concerne le risque de voir se développer les inégalités de développement entre territoires et populations plutôt que l’expression de la spécificité des modèles de développement locaux. Le nouveau référentiel dominant dans les politiques publiques – la compétitivité – indique que l’enjeu du développement n’est plus la constitution d’une nation par l’intégration égalitaire de ses différents fragments d’espace et de population (principe d’égalité d’accès des citoyens aux services publics) mais le développement compétitif de ses différents territoires. Certaines réformes institutionnelles en témoignent : la mise en place du CIAT (Comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires) chargé de mettre en œuvre et d’évaluer les nouveaux « pôles de compétitivité », la transformation de l’ancienne Datar (Délégation à l’Aménagement du territoire et de l’Action régionale) en DIACT (Délégation Interministérielle pour l’Aménagement et la Compétitivité des Territoires), et plus récemment les pôles d’excellence rurale.

13L’orientation de cette « territorialisation du développement » dans le sens d’une concurrence inégalitaire ou d’une complémentarité des territoires dépend de l’existence ou non de mécanismes redistributifs entre territoires riches et pauvres. Or, même si des dispositifs de péréquation sont prévus dans les lois de décentralisation, leur étendue et les dispositifs techniques de mise en œuvre sont laissés dans le flou. Ceci alimente les débats car les compensations financières de l’État vers les collectivités territoriales ne suivent pas le rythme des transferts de compétences, ce qui a par ailleurs alourdi considérablement la pression fiscale locale. De plus, la notion « d'équité territoriale » promue par l'Union européenne et qui se substitue peu à peu à celle d'égalité des citoyens peut justifier à terme l’abandon du principe de péréquation. Censé être plus efficace selon une perspective de rentabilité économique, ce système comporte le risque de paupérisation et d’abandon des « clients » les moins rentables (exemple anglais). Selon certains auteurs, ce glissement constitue un changement de référentiel de la citoyenneté. L'équité a pour traduction opérationnelle le principe de subsidiarité qui s'appuie, non pas sur une société de citoyens, mais sur une communauté d’usagers à géométrie variable selon les intérêts concernés [Barraque, 1999]. Une certaine « fonctionnalisation » de la société ainsi que le développement du lobbying en sont les dérives possibles avec, pour pendant, la marginalisation ou la désaffiliation des zones et des groupes trop faibles pour faire valoir leurs revendications.

14C’est sur cet ensemble de résultats et de constats que nous avons dégagé quatre figures de territoire qui synthétisent les différenciations de modèles de développement et illustrent les risques d’inégalités sociales et spatiales que peut engendrer leur mise en concurrence, à travers les comportements plus mobiles des entreprises et des populations et les nouveaux référentiels d’action publique.

2. Quatre figures de territoires

15Le tableau suivant constituera la trame de notre présentation. En ligne sont indiqués les critères à partir desquels nous avons constitué les figures, situées en colonne. Les critères reprennent les grandes évolutions évoquées dans ce texte, exceptées les « logiques sociales de développement » qui constituent plutôt la résultante locale de l’articulation des différentes dynamiques affectant chaque territoire. Ces figures sont une stylisation de la réalité : elles ne prétendent pas représenter toute la diversité des situations et des processus précédemment décrits, mais les mettre dans un ordre qui tente de schématiser la réalité dans le sens de l’idéal-type wébérien.

La forteresse du vide

16Divers cas de figures peuvent correspondre à ce type : des territoires en reconversion industrielle, des enclaves marquées par l’exode et la décroissance démographique, des « déserts agricoles » au sens où l’hyperspécialisation a vidé le territoire de toute autre activité et population que celles dédiées à l’agriculture. Ces territoires ont en commun une perte de diversité sociale : leur mono-activité – industrielle ou agricole – leur manque d’attractivité territoriale, qui explique aussi un solde migratoire négatif – en sont les raisons. Ceux qui restent sont ceux qui ne peuvent sortir de cette forteresse qui emprisonne autant qu’elle protège. L’attachement territorial est la forme d’appartenance qui caractérise sa population [Sencébé, 2004] : plus qu’un ancrage choisi, il s’agit de racines sociales autant que culturelles qui retiennent ici, en l’absence d’ailleurs possible, ceux qui ont une très faible motilité. La mobilité interne et surtout externe est fortement handicapée par certains attributs : faible accessibilité, cadre de vie détérioré par la mono-industrie, paysage monotone d’une agriculture intensive. Il en résulte des relations sociales marquées par la domination de certains groupes, dans une version paternaliste (territoire industriel sous contrôle du patronat), corporatiste (désert agricole entre les mains de la profession agricole) ou marqué par la notabilité traditionnelle (enclave rurale dirigée par des élus dont l’enracinement local leur assure la reconduction presque systématique de leur mandat).

17Le fonctionnement politico-institutionnel local est de ce fait marqué par une certaine inertie et méfiance vis-à-vis des dispositifs plus récents de coopération intercommunale et de participation tels que les Pays. Leur fonctionnement s’effectue a minima sous la tutelle d’une notabilité hiérarchisée et concurrentielle. Le partage de la maîtrise du territoire s’effectue entre présidents d’intercommunalités et conseillers généraux et la coopération entre élus est parfois « forcée » ou s’instaure de façon asymétrique entre les élus des villes qui concentrent le pouvoir et ceux de la campagne environnante. Le faible investissement dans les dispositifs territorialisés, la difficulté de mise en œuvre d’une coopération intercommunale et la faiblesse des ressources locales limitent très fortement le recours à l’ingénierie territoriale (recrutement d’équipes de techniciens et d’agents de développement) qui reste de toute façon sous le contrôle étroit des élus.

18Cette domination n’est pas pour autant synonyme d’unité : les incertitudes concernant l’avenir local, l’absence de participation de la population aux décisions, la dévitalisation du tissu social sont propres à alimenter une certaine fragmentation des groupes se disputant les faibles ressources locales ou subsides d’une aide publique dorénavant conditionnée à une logique de projet bien peu présente sur ce type de territoire. Si, d’aventure, quelques porteurs de projets ou clientèles extérieures se présentent, c’est le phénomène du dernier carré qui risque de fermer définitivement la forteresse. G. Barbichon en expliquait ainsi le mécanisme (1983, p. 331) : « Ceux qui restent […] sont capables de développer, tout en bénéficiant de la place congrue mais néanmoins indispensable laissée par les partants, un esprit d'occupation jalouse du terrain et de préservation de la vie locale. »

19Ce fonctionnement d’ensemble engendre une logique sociale de développement caractérisée par le repli sur soi. Le vide, qu’il s’agisse de la dévitalisation économique, sociologique ou culturelle, nourrit le besoin d’une forteresse protectrice et auto-centrée. L’ouverture sur le monde, l’entrée dans le jeu de la compétitivité, l’innovation, qu’appellent de leurs vœux les politiques publiques actuelles et le contexte plus large de mondialisation, supposent déjà que certaines conditions soient remplies. En l’absence de ressources valorisables, en dessous d’un certain seuil de diversité sociologique et économique et en l’absence de politiques redistributives, la compétition devient inégalitaire.

Le club sélectif

20Cette figure peut être considérée comme le symétrique de la première. La perte de diversité s’effectue ici par le haut et non pas le bas : ces espaces attractifs développent des stratégies de peuplement sélectif. Deux cas de figures peuvent l’illustrer : les territoires périurbains intégrés et sélectifs et les territoires d’une néo-ruralité notabilisée. Les premiers jouent la carte de l’intégration et de la complémentarité aux pôles urbains : en déléguant à celui-ci les fonctions d’emploi et de services supérieurs, ils peuvent se concentrer sur la fonction d’accueil résidentiel et de cadre de vie. Le second cas de figure concerne des espaces ruraux isolés qui, après avoir connu une très forte dévitalisation, ont été réinvestis par des néo-ruraux qui se sont notabilisés en devenant les principaux entrepreneurs du territoire. Leur implication locale a permis d’inverser le sens de la dévitalisation. Ces enclaves marginalisées sont devenues des écrins offrant un cadre de vie préservé et un dynamisme associatif et culturel que le capital culturel et la norme urbaine de consommation des néo-ruraux ont permis de développer. Les strates migratoires successives qui marquent ces deux types de territoires ont alimenté à la fois le dynamisme local et les comportements sélectifs des groupes qui en ont pris le pouvoir. L’attractivité localement forte a affermi la conviction d’une maîtrise nécessaire des flux d’arrivée pour préserver la qualité de vie locale. Certains outils, notamment urbanistiques (Plans Locaux d’Urbanisme, taille des parcelles en lotissement), permettent de filtrer parmi les prétendants à l’installation dans le périurbain les catégories sociales les plus aisées. La recherche de canalisation du tourisme, notamment par une politique de tourisme diffus, peut également constituer un instrument de préservation (et de sélection des clientèles) des territoires néo-ruraux. Cette sélectivité des populations engendre des relations sociales fondées sur l’entre-soi. Ceux qui vivent là ont passé les barrières de revenus (périurbains) ou de style de vie (néo-ruralité) ouvrant les portes d’un club relativement fermé. « Vivre là, ça se mérite » pour reprendre les termes d’un de nos interviewés. L’exclusion des catégories qui ne satisfont pas aux exigences locales de capital économique ou culturel en est la conséquence.

21La dynamique politico-institutionnelle est marquée par un fonctionnement complexe en étoile. L’entre-soi facilite l’absence de formalisation de l’instance de participation et la cooptation des acteurs invités à participer au développement dans de multiples commissions de travail par des élus qui utilisent directement leurs réseaux. La recherche de souplesse caractérise également le fonctionnement des instances politiques : le statut d’association est le plus souvent choisi comme structure porteuse du pays car il permet d’intégrer tout type de membre, l’important étant l’appartenance au club plutôt que le statut. L’appartenance à ce club permet une relative bonne entente entre les élus dont l’action est orientée vers un même projet de territoire – un développement tourné vers la qualité. Les élus de ce type de territoires n’ont rien à voir avec les notables traditionnels et enracinés évoqués plus haut. Néo-ruraux notabilisés à fort capital culturel, nouveaux résidents d’un périurbain à fort capital social, ils ont tout à fait intégré les nouvelles structures de coopérations intercommunales et la participation élargie (mais sélective) de la population. S’ils ne sont pas des professionnels de la politique, ils savent néanmoins s’entourer d’une équipe de professionnels du développement. L’ingénierie est forte (au niveau de la taille des équipes d’agents de développement) et spécialisée (en fonction des commissions de travail, des dispositifs publics qui ouvrent droit à des financements).

22La logique d’ensemble de ce fonctionnement peut se résumer à travers la formule « Haute Qualité Territoriale ». Le thème de la qualité – de vie, du paysage, des habitants, des relations, des activités, de l’environnement – structure le projet et le comportement des acteurs de cette figure territoriale. La préservation de cette qualité, si durement acquise ou reconstruite, se pare souvent des attributs du développement durable pour justifier la nature sélective de ses orientations. Mais les clubs sélectifs ne pratiquent-ils pas une « durabilité importée » [Pearce et al., 1984] en rejetant le coût de leur durabilité interne sur les autres territoires (par le transfert de pollution, d’activité ou de population…) ?

L’alter-territoire

23L’alter-territoire se pose en alternative aux logiques de développement qui l’entourent ou qui pourraient constituer le scénario tendanciel de son devenir. Nous l’avons rencontré dans des territoires périurbains qui jouent la carte de l’autonomie vis-à-vis du pôle urbain voisin, dans des territoires mixtes, encore ruraux mais en passe d’intégrer la périurbanité, et dans des territoires ruraux industriels et maillés par de petites villes.

24Ces territoires sont marqués par une forte dynamique démographique : l’arrivée de population jeune nourrit un solde migratoire et naturel positif. La recherche d’accès à la propriété, d’un cadre de vie plus rural moyennant le maintien d’une bonne accessibilité aux emplois et aux services en sont les motivations pour les espaces périurbains. Le dynamisme économique d’une petite industrie rurale explique le maintien, voire l’arrivée, de population active dans le second cas. Ces territoires font face à une pression urbaine relativement récente, ce qui explique peut être l’absence d’organisation sélective du développement.

25L’apport de nouvelles populations contribue à une diversification sociale qui ne va toutefois pas sans heurts. La cohabitation entre habitants nouvellement arrivés de la ville et la population locale rurale, notamment agricole, est souvent conflictuelle. L’absence de ciment social qui puisse s’appuyer sur l’autochtonie partagée ou l’ancrage ancien peut alimenter une certaine fragmentation. Mais le relatif dynamisme sociodémographique préserve de l’atonie et du repli sur soi. Ici la fragmentation s’exprime plutôt dans un activisme associatif qui peut aussi prendre les formes de l’associationnisme (à chacun son association).

26La recherche d’autonomie vis-à-vis de l’urbain qui marque les acteurs locaux (élus, agents de développement, présidents associatifs) vise alors à maintenir un accueil diversifié tout en articulant des populations et des fonctions loin d’être d’emblée intégrées. C’est contre le destin de commune-dortoir en opposition au risque d’embourgeoisement et pour maintenir une certaine ruralité, souvent incarnée par l’agriculture, que ces territoires s’inscrivent en forme d’alternative.

27Le fonctionnement politico-institutionnel est de type tripartite articulé : l’instance décisionnelle du pays où siègent les élus est reliée à l’instance de participation de la société civile par des groupes de travail mixtes. La participation est très large. L’enjeu étant d’associer des catégories aussi diverses que possible (par appel à candidature) mais aussi de s’assurer (par la cooptation) de la présence des acteurs détenant certaines compétences ou légitimités. La participation des élus est elle-même plus ouverte que dans les cas précédents : les maires, y compris des petites communes, sont largement présents dans les instances de décision. La configuration communale de ce type de territoire (pas de grandes différences de taille des communes) explique en partie cette absence de hiérarchisation de la notabilité, qui se constitue en outre dans un jeu plus ouvert du fait du fort renouvellement de la population. L’ingénierie est plus ou moins importante en fonction des moyens et des compétences jugées nécessaires par les élus qui s’appuient davantage sur les groupes de travail mixtes. De ce fait, les agents de développement travaillent largement en réseau et sont absorbés par des tâches d’animation de nombreuses réunions liées au dynamisme de la participation.

28La logique d’ensemble est celle d’un développement alternatif – à l’urbanisation d’une part, à la dépendance économique extérieure d’autre part – associé à la recherche d’une certaine mixité de populations et de fonctions. La conscience chez les élus et acteurs locaux d’être encore relativement privilégiés, du fait d’un cadre de vie préservé et d’un dynamisme démographique et économique, n’aboutit pas à la sélectivité du club mais plutôt à la recherche d’un subtil équilibre entre ouverture et fermeture. Le maintien sur place d’anciennes populations et fonctions (agricoles notamment), que l’attractivité forte de ce territoire pourrait mettre à mal, suscite des actions (construction de logements sociaux, PLU préservant les espaces agricoles) visant à « fermer » le territoire à toute spéculation immobilière et foncière. Le maintien d’une petite activité industrielle fondée sur des savoir-faire locaux implique également une organisation en réseaux d’entrepreneurs et des actions (formation, recherche-développement) visant à maintenir l’autonomie économique locale.

Le territoire du marketing

29Trois cas de figure peuvent correspondre à ce type : les espaces ruraux relativement isolés qui jouent la carte de l’accessibilité à un cadre de vie préservé, les destinations touristiques rurales et les territoires-terroir.

30Chacun s’adresse à un public particulier. Le rural isolé mais accessible (gare TGV à moins d’une heure, desserte autoroutière) attire des résidents secondaires et des ménages bi-localisés pour lesquels le lieu peut servir d’habitat commun entre les membres de couples exerçant leurs activités dans des villes différentes, ou de résidence temporaire où l’activité en centre urbain peut être prolongée par le télé-travail une partie de la semaine. Les seconds, appuyés sur des aménités remarquables (montagne, mer, point d’eau, rivière…), jouent la carte d’un tourisme saisonnier (hiver et/ou été). Les territoires-terroir s’adressent quant à eux à une clientèle de passage de manière plus étalée sur l’année.

31On pourrait les qualifier de « campagnes intermittentes » [Mora, 2008] tant la présence d’une grande partie de leur population est périodique. L’arrivée de population alimente un solde migratoire positif, mais la « clientèle » plutôt âgée qui s’installe dans ces territoires très prisés fait pencher le solde naturel du côté négatif. L’économie locale est résidentielle et touristique : elle peut attirer une population d’actifs relativement jeunes (saisonniers, cadres du tourisme, agents de développement…) mais une partie d’entre eux ne reste pas à l’année et le turn over est relativement important. La difficulté d’accéder au logement dans un contexte de forte spéculation immobilière, et la précarité de l’emploi dans les secteurs du tourisme ou du développement en sont les causes. L’intermittence et les très fortes disparités de revenus avivent la concurrence entre catégories qui entretiennent des liens ambivalents. Ceux qui font vivre les personnes qui restent à l’année sont aussi ceux qui surenchérissent le prix de la vie locale sans assurer le maintien des services, notamment publics, en l’absence d’une population permanente suffisante. L’éviction – par les coûts du logement et la spécialisation de l’économie – d’une partie de la population locale en est la conséquence.

32Parfois cette économie du patrimoine permet de renverser les tendances antérieures qui avaient vidé le territoire de sa population et vu le déclin d’une économie paysanne. Mais la possibilité de vendre le territoire à une clientèle extérieure peut susciter des comportements, y compris parmi la population locale lorsqu’elle dispose d’un patrimoine immobilier, qui remettent le développement local aux mains de promoteurs ou d’entrepreneurs extérieurs, ce qui peut se retourner ensuite contre les locaux.

33Le fonctionnement politico-institutionnel de ce type de territoire est tripartite simple : il est en effet fondé sur la séparation entre société civile et élus et sur leur articulation par une équipe technique exerçant une activité médiatrice entre les deux. Les élus sont souvent accrochés davantage à l’échelle de leurs territoires intercommunaux ou communaux sur lesquels ils tentent de valoriser au mieux les ressources et l’attractivité locales qu’à l’échelle plus large du pays sur lequel se concentrent les projets et les attentes des membres du conseil de développement. La notabilité est hétérogène dans le sens où il n’y a pas de hiérarchie claire, mais plutôt une concurrence entre élus des différentes intercommunalités pour le leadership du pays. L’ingénierie est forte et, outre les fonctions de médiation, des compétences spécialisées et diversifiées sont présentes parmi l’équipe technique.

34Ce mode de développement, fondé sur la valorisation économique d’une identité locale (reconstruite ou inventée) sert le double jeu de la différenciation vis-à-vis des autres territoires, que le marketing doit permettre de faire connaître et reconnaître, et de la compétitivité dans la course pour l’attraction d’une clientèle qui peut dorénavant comparer les lieux et les rendre substituables. Le risque est que l’entrée en compétition ne fasse à son tour le jeu d’une homogénéisation de ces territoires qui, cherchant tous à être différents, finissent par être tous semblables.

Conclusion

35Cet ensemble de résultats montre des dynamiques de peuplement fortement contrastées selon les figures territoriales. Cette différenciation peut alimenter certains phénomènes de ségrégation et les inégalités entre territoires. Des mécanismes de sélection des flux de migration sont à l’œuvre tant du côté des conditions sociales qui influencent la maitrise de l’ancrage et de la mobilité que du côté des dynamiques spatiales qui contribuent à reléguer ou retenir les moins dotés dans les zones défavorisées et à attirer ou conforter les catégories plus aisées ou les plus motiles dans les espaces bénéficiant de fortes ressources (accessibilité, cadre de vie…). Ces mécanismes renforcent à leur tour les inégalités territoriales du point de vue du capital humain. Celui-ci prend une importance décisive dans le développement local, dorénavant fondé sur la capacité des « territoires » (i.e. de leurs acteurs) à valoriser des ressources locales et à savoir se saisir des outils de financement.

36Le sens du regain démographique des campagnes n’est donc peut être pas si univoque et positif, comme le notait déjà B. Kayser alors que l’on célébrait pourtant la « renaissance des campagnes » : « Le sens de la relocalisation n'est pas découvert pour autant. N'est-elle que l'expression de la crise économique et de son cortège de restructuration, de la crise urbaine ? Ou bien se développe-t-elle positivement, dans un système dynamique où c'est la volonté collective des acteurs sociaux qui réinvestit de nouveaux territoires ? » [Kayser, 1990, p. 215].

37De même, la conquête d’une plus grande autonomie par les territoires ruraux et périurbains n’est peut-être pas la garantie d’un développement plus équitable. Par un curieux renversement de l’histoire, les positions critiques des défenseurs du local qui s’opposaient aux forces homogénéisantes et étouffantes qu’incarnaient, jusque dans les années 1980, l’État centralisateur et les grandes institutions, ont été non seulement entendues mais promues à une position dominante avec la mondialisation [Bourdin, 2000]. Le gouvernement de l’État fait place aux gouvernances locales. Les grandes idéologies et oppositions de classes (bien qu’elles demeurent efficaces) s’effacent au profit des communautés et identités qui se construisent dans la recherche de singularité. La notion d’autonomie s’en trouve considérablement modifiée. Si, jusque dans les années 1980, l’autonomie se construisait dans la recherche de proximité géographique, d’ancrage aux lieux et d’autosuffisance, dans le monde connexionniste actuel dépeint par Boltanski et Chiapello (1999), elle requiert une forte capacité à se connecter aux bons réseaux, ceux qui ouvriront de nouveaux projets. À la cité par projet, ainsi décrite par les auteurs – où la grandeur des personnes se mesure à leur capacité à être flexibles, réactives, connectées, pour sans cesse élaborer de nouveaux projets – font écho les territoires de projets qui se sont multipliés (pays, parc, zone leader..) à la faveur du nouveau référentiel du développement. Ceci ne risque-t-il pas d’engendrer une ségrégation territoriale d’autant plus irrémédiable qu’elle n’apparaîtra plus comme une défaillance de l’aménagement du territoire, mais comme le résultat d’une libre compétition entre « territoires » selon une logique d'équité d’autant plus efficace qu’elle viendra redoubler les inégalités sociales ?

Haut de page

Bibliographie

AUBERT F., LÉPICIER D., PERRIER-CORNET P., SENCÉBÉ Y. (2006), La construction de territoires micro-régionaux et leur signification économique : le cas des “pays” en France, Revue canadienne des sciences régionales/ Canadian Journal of Regional Science, vol. 29, n° 1, pp. 85-102.

ALPHANDÉRY P., PINTON F. (1998), Le « pays », territoire de l'environnement ? La protection de la nature en Puisaye, Sciences de la société, n° 45, (octobre), pp 119-138.

AUCLAIR E. et al. (1998), Le logement et l’insertion en milieu rural des exclus de la ville, Recherches sociales, n° 45, (janvier-mars), numéro spécial.

BARRAQUE B. (1999), Présentation du numéro « Gestion négociée des territoires et politiques publiques », Espaces et Sociétés, n° 97-98, pp. 7-15.

BESSY-PIETRI P et al. (2000), Recensement de la population 1999 – Évolutions contrastées du rural, INSEE première, n° 726.

BOLTANSKI L., CHIAPELLO E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard.

BOURDIN A. (2000), La question Locale, PUF.

DÉTANG-DESSENDRE C., PIGUET V. (2003), Les ruraux en 99 : qui sont-ils ? d’où viennent-ils ?, Inra Sciences sociales, n °1-2.

GARNAUD K. (2006), Étude du mode de fonctionnement des pays franc-comtois, Mémoire de fin d’études de l’Enesad, Dijon, encadré par Y. Sencébé.

GUILLUY C., NOYÉ C. (2004), Atlas des nouvelles fractures sociales en France, Éditions Autrement, coll. Atlas/Monde.

HERVIEU B., VIARD J. (1996), Au bonheur des campagnes, Éditions de l’Aube.

HILAL M., SENCÉBÉ Y. (2002), Mobilité quotidienne et urbanité suburbaine, Espaces et Sociétés, n° 108-109, (mai), pp. 133-153.

JAILLET M.-C., ROUGÉ L., THOUZELLIER C. (2006), « Les modes de vie des navetteurs toulousains installés aux franges de l’aire urbaine : vers l’émergence de nouvelles figures de l’urbanité », in M. Bonnet, P. Aubertel, La ville aux limites de la mobilité, PUF, pp. 161-173.

KAUFMANN V. (2006), « Motilité, latence de mobilité et modes de vie urbains », in M. Bonnet, P. Aubertel, op. cit. , PUF, pp. 223-233.

KAYSER B. (1990), La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Armand Colin.

LAGANIER J., VIENNE D. (2009), Recensement de la population de 2006 – La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes, Insee Première, n° 1218.

LAGANIER R., VILLALBA B., ZUINDEAU B. (2002), Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire, Développement durable et Territoires, [En ligne], Dossier 1 : Approches territoriales du Développement Durable, mis en ligne le 01 septembre 2002, Consulté le 14 septembre 2009. URL : http://developpementdurable.revues.org/index774.html.

LE GALÈS P. (2006) (dossier réalisé par), Gouvernement et gouvernance des territoires, n° 922, (mars), Problèmes politiques et sociaux.

LÉPICIER D., AUBERT F. (2006), Diagnostic et perspective de développement des pays en Franche-Comté, Rapport pour le Conseil Régional de Franche-Comté, Dijon : Cesaer.

LÉVY J. (1998), « Nous habitons des lieux multiples », in R. Knafou (éd.), La planète nomade – Les mobilités géographiques aujourd'hui, Belin, pp. 193-197.

MORA O. (2008), Les nouvelles ruralités en France à l’horizon 2030, Rapport du groupe de travail les nouvelles ruralités, Inra Éditions.

MORMONT M. (2006), Conflit et territorialisation, Géographie Économie Société, vol. 8, n° 3, pp. 299-318.

PEARCE D. et al. (1989), Blueprint for a Green Economy, London, Eartscan Publication Ltd.

RÉMY J. (1998), Sociologie urbaine et rurale – l’espace et l’agir, L’Harmattan, coll. Théorie sociale contemporaine.

SENCÉBÉ Y., LÉPICIER D. (2007), Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociales des profils et ségrégation spatiale, Espace-Temps.net, Textuel, 10.05.2007, http://espacestemps.net/document2270.html

SENCÉBÉ Y. (2006), « Mobilités quotidienne et ancrages périurbains : attrait pour la campagne ou retrait de la ville ? », in M. Bonnet et P. Obertel (dir.), op.cit., PUF, pp. 153-160.

SENCÉBÉ Y. (2004), Être ici, être d'ici : les formes d'appartenance sur un territoire de circulation, le Diois (Drôme), Ethnologie Française, n° 1, « Territoires en questions », (janvier-mars), pp. 23-30.

SENCÉBÉ Y. (2002), « Des bons usages de l’enclavement : une analyse sociologique du « pays du Diois » », in A. Bleton-Ruget, P. Bodineau et J.-P. Sylvestre (dir.), Pays » et territoires. De Vidal de la Blache aux lois d’aménagement et de développement du territoire, Dijon, : EUD, pp. 101-115.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Sencébé, « Une lecture des inégalités et des différenciations de développement local à travers quatre figures de territoires », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 17-27.

Référence électronique

Yannick Sencébé, « Une lecture des inégalités et des différenciations de développement local à travers quatre figures de territoires », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://eps.revues.org/3550 ; DOI : 10.4000/eps.3550

Haut de page

Auteur

Yannick Sencébé

AgroSup Dijon
UMR 1041 - Cesaer INRA
26 Bd Docteur Petitjean
BP 87999
21079 Dijon Cedex
y.sencebe@agrosupdijon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org