Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Chiffres communiqués en date du 16 octobre 2009 par la Direction générale Statistique et Informati (...)

1Malgré l’efficacité de leur système de protection sociale, les progrès éducatifs et sanitaires réalisés au cours des dernières décennies, la prise de conscience et les mesures politiques spécifiques, l’exclusion sociale persiste et les inégalités ont même tendance à augmenter dans nos pays occidentaux [Lagrange, 2006]. Ainsi, selon les derniers résultats de l’enquête EU-SILC1 (Statistics on Income and Living Conditions) relatifs à la période 2004-2007, 15 % des Belges seraient directement exposés au risque de pauvreté, pour 13 % en 1999. Il est probable que ce chiffre soit actuellement plus élevé, compte tenu de la crise économique internationale, de l’augmentation du chômage et de la baisse du niveau de vie qui en découle.

2Tous les groupes sociodémographiques ne sont pas exposés de la même manière au risque de pauvreté. Celui-ci est plus élevé pour les femmes que pour les hommes, pour les personnes âgées et les jeunes que pour les âges dits actifs, pour les locataires que pour les propriétaires. Les chômeurs, les parents seuls et les populations immigrées et issues de l’immigration figurent parmi les « catégories » les plus vulnérables [Guilly et Noyé, 2004 ; Hermia et al., 2009].

3Les risques de relégation sociale ont également augmenté, compte tenu de l’instabilité et de la fragilisation des parcours de vie familiaux et professionnels. Enfin, ces changements sociaux sont renforcés, semble-t-il, par un processus croissant de mise à distance des groupes sociaux. Comme le suggère E. Maurin (2004), le lieu de résidence n’est-il pas aujourd’hui, bien davantage qu’hier un marqueur social, le lieu où se révèlent les nouvelles lignes de fracture de notre société ? Cette question constitue l’un des fils rouges de ce numéro de la revue Espace Populations Sociétés.

4Le local, qui se décline au travers de découpages spatiaux fins – les cantons, les communes, les quartiers, etc. –, est une échelle d’observation particulièrement appropriée pour mettre en évidence les inégalités sociodémographiques. La règle est simple ! La variabilité des valeurs prises par un paramètre, sur base de différents découpages spatiaux, s'accroît si le nombre de zones augmente ou, inversement, si la taille moyenne de leur population diminue. En d’autres termes, plus le découpage spatial est fin, plus transparaissent les différences et les situations atypiques. C’est donc au niveau des communes, au cœur des quartiers des villes et des villages que se révèlent les différences, les inégalités, les situations marginales trop souvent dissimulées derrière les moyennes nationales et régionales. À ce titre l’article proposé par P. Villeneuve, M. Pelletier et M. Thiérault analyse la dynamique sociale des 165 quartiers ou secteurs de recensement de la ville de Québec. Il s’agit d’un éclairage très fin et méthodologique de la géographie sociale de Québec au travers de quatre thématiques : la diversité, les inégalités, la mobilité et la conflictualité.

  • 2  Ex-recensement.

5Les analyses menées à l’échelle locale permettent de mettre en évidence des situations souvent insoupçonnées, inédites, voire inadmissibles de nos jours, telles que des « poches de surmortalité ». Ainsi, par exemple, une dizaine de quartiers de l’agglomération de Charleroi, ceux qui ont subi l’industrialisation massive du 19ème siècle, se caractérisent aujourd’hui par une espérance de vie masculine de 65-66 ans, soit la moyenne de la Belgique atteinte vers 1955 ! [Eggerickx et al., 2002]. Comme le notent P. Deboosere et P. Fizman dans leur article, ces différences de mortalité et de santé, qui persistent et s’aggravent, figurent parmi les plus impitoyables car elles touchent « au fondement même de notre existence ». Utilisant des données originales sur la santé subjective, extraites de l’enquête socio-économique de 20012 en Belgique, les deux auteurs démontrent que les disparités s’accroissent au fur et à mesure que le découpage spatial s’affine. Deux autres articles de ce numéro mettent en évidence les inégalités spatiales de mortalité et de santé. B. Soura montre que si, en 1985, les différences de mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou se structurent nettement dans l’espace selon un modèle centre-périphérie (les plus fortes mortalités étant observées dans les secteurs périphériques), dix ans plus tard, cette géographie de la mortalité a changé. Les composantes sociales des zones plus périphériques se sont modifiées et les politiques urbaines les ont dotées de systèmes vitaux de distribution d’eau et d’électricité. De son côté, E. Carde met en évidence les difficultés à transposer de manière efficace en Guyane le système de soins métropolitain. Les inégalités d’accès aux soins de santé sont essentiellement liées au lieu de résidence (littoral versus intérieur des terres difficilement accessible), à la situation socioéconomique et à l’origine ethnique des habitants, ces trois variables se recoupant.

6Les approches locales permettent également d’affiner certaines observations et de tempérer, voire d’infirmer, certains lieux communs. Ainsi, la cartographie communale des indices de santé et de mortalité, proposée par P. Deboosere et P. Fizman, démontre qu’au-delà de la dualité régionale classique entre la surmortalité de la Wallonie et la sous-mortalité de la Flandre, il existe au sein des deux grandes régions linguistiques belges des inégalités importantes. Dans un tout autre registre, J.-L. Pan Khé Son, en recourant à l’enquête Vie de Quartier de l’INSEE, analyse le sentiment d’insécurité tel qu’il est vécu dans différents types de quartiers en France. Actuellement, il existe un amalgame fort entre les problèmes d’insécurité et les fortes concentrations de jeunes « issus de l’immigration ». Grâce à une analyse fine et originale, l’auteur démonte cette idée reçue et démontre que le sentiment d’insécurité est avant tout lié à la présence massive de populations socialement défavorisées. La diminution du sentiment d’insécurité passerait donc par des mesures de réduction du chômage et d’amélioration de la mixité sociale, toutes deux nécessitant une volonté politique durable.

  • 3  Ainsi, par exemple, en Belgique on comptabilise chaque année en moyenne 1 000 000 de changements d (...)

7Outre l’identification des disparités sociodémographiques et des situations anomiques, l’approche locale permet aussi de mettre en évidence les rôles exercés par les migrations. La plupart des migrations, définies comme un changement de logement, s’opère sur de petites distances. Compte tenu de cette règle générale, à l’échelle locale, les migrations sont des événements démographiques beaucoup plus fréquents que les naissances et les décès3 et constituent le principal déterminant de l’évolution du chiffre de la population. Au niveau individuel, la migration est fortement associée aux étapes, transitions et ruptures qui jalonnent les trajectoires professionnelles et familiales. Chacun de ces événements, souvent lié à l’âge, peut être ponctué par une migration et souvent par un changement d’espace de vie. Plus simplement, la propension à migrer varie sensiblement selon l’âge et à chaque âge de la vie peut correspondre un type d’espace particulier, en fonction des types de logements, des services ou du cadre environnemental qu’il offre. Il s’ensuit que les migrations peuvent modifier les structures démographiques et socioéconomiques, la composition des familles et des ménages et, par-delà, les mentalités et les spécificités propres à chaque lieu. La plupart des articles de ce numéro soulignent, de manière directe ou indirecte, le rôle joué par la migration dans la composition sociodémographique des territoires, dans l’évolution de leurs particularités et des inégalités.

8L’étude de C. Bergouignan, menée à l’échelle de plus de 3600 « pseudo-cantons », montre comment les migrations résidentielles façonnent les pyramides des âges locales. À l’aide d’une analyse de classification hiérarchique, quatre grandes familles de pyramides des âges ont été distinguées. Elles résultent de quatre facteurs déterminants de la mobilité résidentielle : les études supérieures qui conditionnent les flux migratoires des 18-24 ans, l’accès à l’emploi des diplômés qui oriente les flux migratoires des 25-34 ans, la constitution de la famille qui détermine les flux migratoires des 35-49 ans et la sortie d’activité qui concerne les flux migratoires des plus de 50 ans. Les projections réalisées indiquent que la poursuite des comportements migratoires observés au cours des 15 dernières années accentuera les différences territoriales de structure par âge. Poursuivant l’analyse, A. Dasre, C. Kersuzan, M. Caillot et C. Bergouignan démontrent que ces formes de mobilités résidentielles peuvent également générer une forte hétérogénéité sociale de l’espace. À ce niveau, ce sont essentiellement les importants flux migratoires de jeunes adultes, pour la poursuite des études supérieures ou dans le cadre de leur insertion professionnelle, qui structurent les pyramides des âges et une large part des différences territoriales de répartition par catégories sociales.

9Si les migrations, bien aidées et relayées par le développement des moyens de communication, ont contribué à décloisonner les sociétés, à élargir l’éventail des possibilités, notamment en termes de mobilité sociale, elles contribuent aussi à renforcer les disparités sociales entre les espaces résidentiels. P. Deboosere et P. Fizman posent l’hypothèse que le différentiel de santé observé entre les villes (appréciation moins favorable de l’état de santé) et leurs espaces périurbains (appréciation très favorable de l’état de santé) s’explique en partie par les flux migratoires sélectifs de populations plus défavorisées vers les premières et de population bénéficiant d’un meilleur niveau de vie vers les seconds. S’interrogeant sur l’impact de la périurbanisation sur la ségrégation résidentielle en France, S. Charlot, M. Hilal et B. Schmitt soulignent que celle-ci s’est accentuée à la fin du 20ème siècle, notamment au sein des grandes agglomérations urbaines. Les migrations périurbaines des couches sociales supérieures et moyennes, même de faibles intensités, contribuent à accentuer la ségrégation sociale au sein des aires urbaines françaises. Y. Sencébé insiste également sur les logiques migratoires qui, via des effets de cycle de vie, d’entre-soi ou encore de génération, produisent des espaces ruraux et périurbains socialement diversifiés. Des dynamiques locales permettent d’attirer et de conforter les catégories les plus favorisées dans certains espaces bénéficiant d’importants atouts (offre importante d’emplois, de transports et de services, proximité des villes, cadre environnemental agréable…), mais également de reléguer et d’ancrer les catégories les plus défavorisées dans les zones les plus dépréciées. La migration est un droit qui s’accompagne d’une limitation de fait, car tout le monde n’a pas (plus) les moyens de ses aspirations, ne serait-ce qu’en raison des prix des logements ou encore du manque de diversité de l’offre de logements (type, taille, coût…) dans certains milieux de résidence.

10L’accès au logement est au cœur des dynamiques de ségrégation sociale des espaces. P. Gerber et S. Lord se sont penchés sur le problème de l’accès au logement au Grand Duché de Luxembourg pour les minorités étrangères, hautement et moins qualifiées. La propriété d’une maison unifamiliale est le modèle de logement dominant des Luxembourgeois, alors que les étrangers, quel que soit leur niveau de qualification, se positionnent davantage dans le modèle résidentiel locatif. Mais leur localisation sur le territoire s’oppose : Luxembourg-ville et ses communes périurbaines proches apparaissent comme un espace privilégié par les populations luxembourgeoises et les hauts salariés, alors que le sud du pays, avec l’ancien bassin minier et la ville d’Esch/Alzette, semble un territoire « par défaut » où se concentrent les ménages les moins favorisés et les populations étrangères les moins qualifiées. Les auteurs s’interrogent : « S’agit-il de tactiques d’évitement ou de mise à l’écart développées par les classes favorisées, ou encore de stratégies d’intégration (non) planifiées via des milieux de vie offrant réseaux bien implantés dans la proximité culturelle ? ». C. Sélimanovski, dans le cadre de la problématique des effets de lieux, aborde également cette dimension du logement et plus particulièrement le rôle du logement social comme facteur d’ancrage des populations défavorisées. Analysant notamment le cas du quartier de la Meinau, dans l’agglomération de Strasbourg, l’auteur identifie une « territorialité du repli » par la superposition de deux processus spatiaux de repli : « des migrations résidentielles bloquées qui ferment l’espace des pratiques sociales et une mobilité habituelle réduite qui rétrécit l’espace des pratiques quotidiennes au seul périmètre du quartier habité ».

Haut de page

Bibliographie

EGGERICKX T., CAPRON C., HERMIA J.-P., ORIS M. (2002), Démographie et développement durable. Migrations et fractures socio-démographiques en Wallonie (1990-2000), SSTC, Liège-Louvain-la-Neuve, 208 p.

GUILLY C., NOYÉ C. (2004), Atlas des nouvelles fractures sociales en France. Les classes moyennes oubliées et précarisées, Éditions Autrement, Paris, 64 p.

HERMIA J.-P., De MAESSCHALCK F., LORD S., EGGERICKX T., KESTELOOT C., GERBER P., SOHN C. 2009, « Individual economic insecurity factors : a dynamic typology of socio-demographic inequalities on the neighbourhood level. Spatial application for Belgium from 1991 to 2001 », in XXVI IUSSP International Population Conference, Marrakech, 27 sept. – 4 oct. 2009.
http://iussp2009.princeton.edu/download.aspx ?submissionId =90858

LAGRANGE H. (2006), « Introduction. Un monde inégal », in H. Lagrange (dir.), L’épreuve des inégalités, Paris, PUF, Le Lien social, pp. 1-20.

MAURIN E. (2004), Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Éditions du Seuil, La république des idées, 96 p.

Haut de page

Notes

1  Chiffres communiqués en date du 16 octobre 2009 par la Direction générale Statistique et Information Economique (DGSIE).

2  Ex-recensement.

3  Ainsi, par exemple, en Belgique on comptabilise chaque année en moyenne 1 000 000 de changements de logement pour environ 100 000 naissances et 100 000 décès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Eggerickx, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 3-6.

Référence électronique

Thierry Eggerickx, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/3547

Haut de page

Auteur

Thierry Eggerickx

Université Catholique de Louvain
Centre de Recherche en Démographie et Sociétés
Département SPED
1, bte 4 - Place Montesquieu
B. 1348 Louvain-la-Neuve
eggerickx@sped.ucl.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org