Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrage

Thérèse Saint-Julien, Renaud Le Goix : La métropole parisienne : centralités, inégalités, proximités

Paris, Belin, 2007, 333 pages
Yves Boquet
p. 483-484
Référence(s) :

Thérèse Saint-Julien, Renaud Le Goix, Paris, Belin, 2007, 333 pages

Texte intégral

1Résultant pour l’essentiel des travaux de chercheurs de l’UMR Géographies-Cités, cet ouvrage constitué de 13 chapitres écrits par un total de 18 auteurs présente une vision rénovée de la région métropolitaine parisienne, dans une perspective clairement affichée de géographie sociale appuyée par de nombreuses analyses statistiques. Trois concepts, titres des grandes parties du livre, ont été privilégiés : centralités, inégalités, proximités. 

2Dans les chapitres 1 et 4, S. Berroir, H. Mathian, T. Saint-Julien et L. Sanders mettent en évidence l’évolution de l’aire parisienne vers une polycentralité, en examinant successivement les principaux pôles d’activités économiques (mais 67, n’est-ce pas un nombre excessif pour en faire de vrais centres ?) et les mobilités quotidiennes au travers des navettes domicile-travail. Ph. Duhamel et R. Knafou (chapitre 2) scrutent les niveaux de centralité parisiens dans le domaine touristique, en développant l’idée de Central Tourist District d’une ville qui est au premier rang mondial dans ce domaine. Les relations centre-périphérie sont également sous-jacentes à l’analyse des dynamiques universitaires dans le chapitre 3 (M. Baron, S. Berroir, N. Cattan, G. Lesecq et T. Saint-Julien), où sont clairement révélées les spécificités des établissements des banlieues par rapport aux universités centrales. 

3Les inégalités sont le fil directeur de la seconde partie de l’ouvrage : Riches et pauvres en Île-de-France (J.-C. François, H. Mathian, A. Ribardière, T. Saint-Julien), changements sociaux et transformations de l’espace (C. Rhein), contextes locaux de la précarité sociale (A. Ribardière) et stratégies d’évitement de la carte scolaire (J.-C. François). On a été surpris (p. 118) par l’expression « communes spécialisées dans la résidence des ménages aux niveaux de vie les plus bas ». Est-ce vraiment une stratégie choisie par ces communes ? 

4La troisième partie de l’ouvrage, intitulée “proximités” (“mixités” aurait pu mieux convenir) passe successivement en revue les enclaves résidentielles (D. Callen, R. Le Goix), l’identité du Quartier Latin (A.-L. Humain-Lamoure), l’“aménagement des rues pour changer la ville” (A. Fleury), l’ancrage des enfants de la “première génération ville nouvelle” (C. Imbert) et la géographie de la délinquance dans le métro (C. Cunty).

5L’ensemble, riche d’analyses reposant sur un gros travail statistique et cartographique, donne clairement une vision des complexités de l’organisation d’une métropole internationale comme Paris et du jeu d’acteurs multiples, entre autres la mairie de Paris (chapitres 2 et 11, qui détaillent les politiques de l’équipe Delanoé en matière d’événements ludo-touristiques et d’aménagement de la voirie). On a là un bon exemple de géographie sociale, aussi à jour que possible, reposant aussi sur des enquêtes (Quartier Latin, enfants des villes nouvelles). On a particulièrement apprécié les deux chapitres sur les universités et l’évitement scolaire (qui aurait aussi bien trouvé sa place dans la troisième partie). L’approche multiscalaire est un autre point fort de ce travail collectif.

6Mais en même temps ce livre n’est pas une synthèse sur la région parisienne. Certes il ne se veut nullement comme un manuel monographique classique sur Paris (rien sur l’histoire et la croissance de l’agglomération), mais il donne parfois l’impression d’un collage d’éléments disparates, en particulier dans la troisième partie, malgré le « fil directeur » des proximités. On a parfois le sentiment que l’ouvrage est une collection de résumés de mémoires ou thèses. Le thème des mobilités/transports est souvent suggéré (chapitres 4, 11 et bien sûr 13), mais il nous semble que dans le fonctionnement contemporain de la ville le thème des circulations pouvait être abordé plus frontalement. La vie quotidienne de nombreux Franciliens, c’est la congestion du RER A ou de la ligne 13 du métro, les embouteillages du périphérique ou la dépendance automobile en grande banlieue. Paru en juin 2007, le livre est antérieur à Vélib’, mais on aurait aimé une discussion des tensions ville de Paris-région Île-de-France-État relatives à l’aménagement des transports franciliens. 

7Néanmoins, l’ouvrage, de bonne facture, bien illustré (cartes, photos, schémas, tableaux chiffrés), riche en exemples et aperçus méthodologiques, mérite amplement de figurer dans les rayons des bibliothèques universitaires, mais surtout, comme le souhaitent en conclusion les auteurs, sur la table des décideurs qui préparent le prochain SDRIF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Thérèse Saint-Julien, Renaud Le Goix : La métropole parisienne : centralités, inégalités, proximités », Espace populations sociétés, 2008/3 | 2008, 483-484.

Référence électronique

Yves Boquet, « Thérèse Saint-Julien, Renaud Le Goix : La métropole parisienne : centralités, inégalités, proximités », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/3539

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org