Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Faire figure d’immigré-E1

Being an Immigrant
Frédérique Cornuau et Xavier Dunezat
p. 463-481

Résumés

En adoptant une démarche critique, cet article revisite plusieurs évidences qui parsèment les débats sur l’immigration en France. D’abord, tout en confirmant la féminisation du fait migratoire depuis les années 1960, il en relativise l’importance en prenant en compte les évolutions de longue période, l’invisibilité des migrations féminines passées et l’immigration dite irrégulière. Ensuite, tout en confirmant là encore la moindre présence des Européens parmi les immigrés, il propose l’hypothèse d’une « dé-européanisation » en partie administrée, sous l’effet des politiques facilitant la migration des Européens. Enfin, en combinant une approche diachronique et une approche synchronique, il atténue l’évidence que la France est une terre d’immigration majeure. La démonstration s’appuie sur les données du recensement de la population française depuis 1968 tout en recourant à une démarche pluridisciplinaire (démographie, sociologie).

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient Marie Cros de la Plateforme Universitaire de Données de Lille (PUDL) pour l’aide à la récupération des données émanant du réseau Quételet et plus particulièrement du Centre Maurice Halbwachs.

Introduction

  • 1 Ce titre est directement inspiré d’un livre récent : Cossée Claire, Lada Emmanuelle, Rigoni Isabell (...)
  • 2 Cornuau Frédérique, Dunezat Xavier (2008), L'immigration en France : concepts, contours et politiqu (...)

1Dans un premier dossier consacré à « L’immigration en France : concepts, contours et politiques »2, nous avions choisi d’adopter une démarche critique qui, au prix de questions sans véritable réponse, permettait de rappeler que l’immigration doit être pensée comme un phénomène complexe. Elle est en effet structurée par une forte politisation et des politiques d’immigration restrictives qui contribuent à imprégner leur marque sur les dynamiques définitionnelles, statistiques et typologiques du fait migratoire. La catégorie « sans-papiers » avec ses contours mouvants, aux frontières de l’irrégularité et de la régularité, nous était apparue comme paradigmatique de la nécessité d’adopter une telle démarche critique.

  • 3 Pour une présentation des dynamiques scientifiques sur l’immigration, voir par exemple Simon Patric (...)

2Dans ce nouveau dossier, nous souhaitons prolonger cette démarche en interrogeant les limites de certaines évidences qui parsèment les débats sur l’immigration, parfois même l’histoire et la sociologie de ce champ3.

  • 4 INSEE Première, n°1001, 2005.

3Une première évidence traverse la production scientifique depuis les années 2000 : « Parmi les immigrés de 18 ans ou plus, les femmes sont maintenant un peu plus nombreuses que les hommes (50,3%) »4. Nous allons voir que, si les données officielles disponibles permettent de confirmer une féminisation du fait migratoire, celle-ci mérite d’être relativisée (1).

  • 5 L’immigré est entendu ici comme « une personne née étrangère à l'étranger et résidant en France » c (...)

4Une seconde évidence, particulièrement activée durant les « émeutes urbaines » de 2005, concerne l’origine géographique des migrants : celle selon laquelle « l’immigré » (idem pour son enfant né en France d’ailleurs) se confond avec « l’Africain » ou « le Maghrébin », ce qui conduit à oublier qu'un immigré peut aussi être un Européen5. En allant au-delà de ce constat, nous proposerons l’hypothèse que les politiques d’immigration, dans le cadre du droit européen, contribuent à « -européaniser » les populations étrangères et immigrées. D’où viennent les immigrés ? Comment évoluent leurs origines géographiques ? Ce sont ces questions qui nous occuperont dans un second temps (2).

  • 6 Temime Emile, France, terre d’immigration, Paris : Gallimard, 1999.

5Enfin, si la France est une « terre d’immigration »6, la combinaison d’une approche synchronique et d’une approche diachronique conduit à relativiser la charge symbolique de la formule (3).

1. Une féminisation du fait migratoire en trompe-l’œil ?

  • 7 Rea Andréa, Tripier Maryse, op.cit, p. 108.
  • 8 Van Eeckhout Laetitia, L’Immigration, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 138.

6Parmi les éléments qui attesteraient d’une « diversification de la figure de l’immigré », un ouvrage récent évoque le fait que « l’immigration se décline dorénavant beaucoup moins au masculin »7. De même, il semblerait que l’époque durant laquelle c’étaient « surtout des hommes qui [venaient] pour répondre aux besoins de main-d’œuvre » soit révolue, sous le double effet de la suspension de l’immigration de travail depuis 1974 et d’une certaine ouverture au regroupement familial ultérieurement8.

7Sans contester la réalité d’une féminisation du fait migratoire (1.1), nous voudrions relativiser la portée du phénomène. D’une part, la proportion des hommes dans le fait migratoire jusqu’aux années 1970 apparaît quelque peu surestimée symboliquement (1.2). D’autre part, dans l’optique d’une étude « globale » du phénomène migratoire, il est nécessaire de prendre en compte l’immigration dite irrégulière, malgré les difficultés inhérentes à sa mesure : quand on le fait, un faisceau d’indices convergent pour mettre en évidence une moindre présence des femmes parmi les immigrés dits irréguliers (1.3).

1.1 Une féminisation avérée

8Parler de la féminisation du fait migratoire, nous conduit tout d'abord à nous interroger sur la population à prendre en compte. Devons-nous prendre comme référence la population immigrée, insistant alors sur l'entrée d'étrangers sur le territoire et donc sur la mobilité, ou bien la population étrangère, qui pour une partie vient d'un pays étranger et pour une autre est née en France ? Comme nous l'avons souligné dans le précédent dossier thématique, les deux populations ne se recoupent pas totalement. Par conséquent, en première approche, nous appuierons notre analyse en raisonnant respectivement sur la population étrangère et sur la population immigrée.

9Au cours du siècle, le nombre d'étrangers a été multiplié par 3, passant de 1 160 000 à 3 501 000. Il y a davantage d'hommes que de femmes mais l'évolution générale ne diffère pas selon le sexe (figure 1). Toutefois, depuis 1975, l'écart entre hommes et femmes tend à se réduire, le nombre d'étrangers masculins diminuant de 11,7% alors que le nombre de femmes étrangères augmente de 21,6%. Après une baisse entre 1982 et 1999, le nombre d’étrangers a connu une augmentation sur la fin de période (5,2% pour les hommes et 9,9% pour les femmes).

Figure 1. Évolution du nombre d’étrangers selon le sexe depuis 1911

Figure 1. Évolution du nombre d’étrangers selon le sexe depuis 1911

Sources : INSEE Recensements de la population 1911-1999
enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 (exploitation principale)

10Le nombre d'immigrés résidant en France aux différents recensements a augmenté plus fortement que celui des étrangers. Entre 1911 et 2005, il a été multiplié par 4,5, passant ainsi de 1 110 000 à 4 959 000. Le nombre d'immigrés masculins excède celui des femmes immigrées jusqu’en 1999 mais l'écart s’est réduit fortement en fin de période jusqu'à devenir nul en 2005 : on compte désormais autant d’hommes que de femmes parmi la population immigrée résidant en France au 1er janvier 2005 d’après les enquêtes annuelles de recensement 2004-2006 (figure 2). Ce rattrapage est lié à une double évolution : alors que le nombre d'hommes immigrés stagnait entre 1975 et 1999, celui des femmes augmentait de 26% (on comptait alors 26 500 hommes de plus en 1999). Sur la dernière période considérée, le nombre d’hommes immigrés a augmenté de 14,4% alors que celui des femmes augmentait légèrement plus, soit 15,9%, ce qui conduit à une répartition égalitaire des hommes et des femmes.

Figure 1. Évolution du nombre d’immigrés selon le sexe depuis 1911

Figure 1. Évolution du nombre d’immigrés selon le sexe depuis 1911

Sources : INSEE Recensements de la population 1911-1999
enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 (exploitation principale)

11Si le constat de hausse du seul nombre absolu de femmes étrangères ou de femmes immigrées ne suffit pas à juger d'une féminisation du phénomène migratoire, la comparaison de l'évolution relative des effectifs masculins et féminins nous amène à supposer une féminisation des migrations. La prise en compte de la proportion de femmes confirme cette hypothèse.

12En effet, nous parlerons de féminisation de l'immigration si nous observons une augmentation de la proportion de femmes parmi la population immigrée au cours du temps et/ou une augmentation de la proportion de femmes parmi la population étrangère. Or que constatons-nous depuis 1911 ?

  • 9 Nous ne disposons pas, au moment de la rédaction de cet article, des données relatives aux acquisit (...)

13Au cours du siècle, la part des femmes dans la population totale a oscillé faiblement entre 51% et 52,6% (tableau 1), se stabilisant autour de 51% depuis 1962. Dans le même temps, la part des femmes parmi les populations étrangère d'une part et immigrée d'autre part a connu des fluctuations de plus forte amplitude. Minimales au recensement de 1931, les proportions de femmes parmi les populations étrangères et immigrées atteignent en 2005 respectivement 48% et 50%. Après une période de stagnation de ces proportions entre 1954 et 1975 autour de 39% et 44%, la part des femmes dans ces deux populations augmente désormais régulièrement, confirmant la féminisation du fait migratoire. Ceci est particulièrement net si l'on considère la période 1962-2005, au cours de laquelle la proportion de femmes parmi la population étrangère a augmenté de 9,1 points, passant de 38,9% à 48% alors que la proportion de femmes parmi la population immigrée s'élevait de près de 6,1 points (43,9% à 50%). Malgré cette féminisation, les femmes restent légèrement sous-représentées dans les populations étrangères et immigrées par rapport à la population totale. Elles étaient, par contre, jusqu’en 1999, plus présentes parmi la population française par acquisition9.

Tableau 1 : Évolution de la part des femmes depuis 1911 parmi …

… la population étrangère (%)

… la population immigrée (%)

… la population totale (%)

… la population française de naissance (%)

… la population française par acquisition (%)

1911

46,2

46,9

50,9

51,0

56,9

1921

42,6

42,7

52,5

52,8

62,0

1926

41,7

41,6

52,0

52,6

63,8

1931

39,0

40,1

51,7

52,6

57,3

1936

42,1

43,8

51,9

52,4

55,8

1946

42,6

45,5

52,6

53,0

56,2

1954

38,6

43,7

52,1

52,6

54,6

1962

38,9

43,9

51,4

51,9

55,2

1968

39,3

43,9

51,3

51,8

56,1

1975

40,1

43,7

51,1

51,7

56,3

1982

42,9

46,0

51,2

51,7

56,4

1990

44,9

48,0

51,3

51,7

55,5

1999

46,9

49,7

51,4

51,6

53,8

2005

48,0

50,0

51,7

nd

nd

Sources : INSEE - Recensements de la population 1911 – 1999.
Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).

14Au regard de l'évolution globale des proportions de femmes parmi la population étrangère et la population immigrée, nous pouvons donc parler d’une féminisation des migrations. Cependant, il nous semble important de relativiser cette première approche en pointant l’invisibilité des femmes migrantes avant les années 1970 et en élargissant le regard à l’immigration dite irrégulière.

1.2 Sexe, race et (in)visibilité des migrants

15L’analyse que nous venons de faire tend à éluder la faible ampleur du phénomène démographique en cause mais aussi son irrégularité si l’on périodise.

16En effet, il est d’abord opportun de ne pas se laisser abuser par les évolutions relatives en prenant en compte l’irrégularité de l’évolution de la proportion de femmes étrangères ou immigrées dans la population totale sur longue période (figure 1).

17Le tableau 1 est à ce titre très significatif : la part des femmes dans les populations étrangères (46,9%) et immigrées (49,7%) dans les années 1990 apparaît bien proche des niveaux de 1911 (respectivement 46,2% et 46,9%). Il faut attendre les proportions de 2005 (respectivement 48% et 50%) pour relever des écarts plus significatifs.

18Enfin, même en faisant démarrer l’histoire de la féminisation dans les années 1960, on nous accordera que le sentiment d’une « diversification de la figure de l’immigré » mérite d’être interrogé lorsque, en 1962, la part des femmes atteignait déjà près de 40% dans la population étrangère et près de 45% dans la population immigrée ! Autrement dit, la féminisation des migrations se joue à quelques points de pourcentage qui ne nous semblent pas suffisants pour conclure à un fait social majeur.

  • 10 Noiriel Gérard (2004), Gens d’ici venus d’ailleurs. La France de l’immigration de 1900 à nos jours, (...)

19Les chiffres disponibles attestent ainsi d’une féminisation qu’il convient de traiter avec prudence. Les femmes font de longue date, et massivement, partie des migrants en France, comme en témoignent d’ailleurs les photos commentées par un historien de l’immigration dans un recueil récent10.

  • 11 Quiminal Catherine (2000), « Migrations », in Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré, Da (...)
  • 12 Certains travaux anciens font exception. Voir Michel Andrée, Les travailleurs algériens en France, (...)
  • 13 Catarino Christine et Morokvasic Mirjana, op.cit, p. 8.

20Au-delà du jeu un peu facile avec les chiffres, nous voudrions pointer, comme d’autres11, l’invisibilité dont a pu souffrir l’immigration féminine passée12 et, à l’inverse, la mise en visibilité (relative bien sûr) dont a bénéficié l’immigration masculine. « Pendant longtemps et bien que les femmes n’étaient pas beaucoup moins représentées que de nos jours dans les flux migratoires mondiaux – elles constituaient 47% des migrants en 1960 contre 49% en 2000 [Zlotnik, 2003] –, le genre fut ignoré, le neutre au masculin fut considéré comme suffisamment légitime pour représenter tous les migrants. »13. Nous faisons l’hypothèse que la diffusion des problématiques du genre ou des rapports sociaux de sexe a favorisé la révélation de la féminisation, quitte à l’amplifier symboliquement et, du même coup, à négliger son ancienneté. Une autre hypothèse mériterait exploration : la « dé-européanisation » du fait migratoire a contribué à mettre en visibilité la seule immigration d’origine africaine ou maghrébine, dans laquelle les femmes apparaissent davantage sous-représentées et la féminisation plus forte (voir 2).

  • 14 Bien qu’indispensables à la compréhension du phénomène migratoire, nous ne répondrons pas à ces que (...)

21Quoi qu’il en soit, l’ancienneté de l’immigration féminine fait l’objet d’une faible production scientifique. Quels étaient les trajectoires et les motifs de ces femmes migrantes ? Quelles étaient leurs caractéristiques socio-démographiques, leurs pratiques, leurs représentations, leur degré et leurs modes d’insertion dans la société dite d’accueil ? Si elles étaient déjà là, dans quelle mesure, depuis les années 1980, l’immigration féminine liée au regroupement familial n’a-t-elle pas été surévaluée ? Comment expliquer la baisse de la part des femmes dans les populations étrangères et immigrées entre 1911 et 1931 ? Les femmes ont-elles des trajectoires migratoires différentes de celles des hommes ?14

1.3 Une féminisation de l’immigration dite irrégulière ?

22En combinant divers travaux existants et nos propres recherches en cours dans les mouvements de sans-papiers, nous voudrions proposer un faisceau d’indices qui doivent inviter à la prudence au moment de conclure à une parité femmes/hommes des migrants en France.

23Il ne s’agit pas ici d’opposer l’idée d’une surreprésentation masculine dans l’immigration (les données sont trop peu significatives quantitativement pour autoriser une telle conclusion) mais d’attirer l’attention sur la sexuation du fait migratoire en la reliant à la fabrication de frontières mouvantes entre régularité et irrégularité (voir dossier thématique précédent).

  • 15 Rapport de José Balarello, fait au nom de la commission d'enquête du Sénat, sur les régularisations (...)
  • 16 Ibidem.
  • 17 Brun François, Laacher Smaïn (2001), Situation régulière, Paris, L’Harmattan.
  • 18 Bouamama Saïd (coord.) (2008), La République à l’école des sans-papiers. Trajectoires et devenir de (...)

241- D’abord, côté immigration régularisée, on remarquera que la part des femmes tend à diminuer lorsque l’on tourne le regard vers les régularisations collectives faites en France depuis 30 ans. La proportion tombe à moins de 18% pour les 131 000 régularisés liés au travail de 1981-198215. Nous ne disposons pas des chiffres globaux pour la régularisation Chevènement de 80 000 sans-papiers en 1997 mais, davantage axée sur les familles16, on peut supposer que la part des femmes a été nettement plus élevée. Ainsi, une enquête qualitative17 menée auprès de 207 personnes régularisées en Île-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur révèle une proportion de femmes de 43%. En revanche, l’échantillon d’une enquête récente, quantitative et qualitative, sur d’anciens sans-papiers régularisés à Lille dans les années 2000 ne comprend que 29% de femmes18.

25À propos de la féminisation ou non de l’immigration, plus surprenante est l’évolution de la part des femmes dans les flux d’immigration permanente si l’on se base sur la délivrance de titres de séjour depuis 1994 (première année pour laquelle les données sont disponibles). Une observation de 10 ans nous permet de mettre en évidence un changement de tendance (figure 3). En effet, jusqu'en 2000, les titres de séjour permanents étaient plus souvent délivrés aux femmes. Mais, ensuite, les femmes apparaissent en proportion inférieure parmi les bénéficiaires d'un titre de séjour permanent et cette proportion semble avoir amorcé une baisse régulière depuis 2002. Ainsi, la prise en compte des flux d'immigration, même si nous devons prendre ces résultats avec précaution en raison de l'horizon temporel court, tend à relativiser la féminisation du phénomène migratoire.

Figure 3. Proportion de femmes parmi les admissions au séjour en France

Figure 3. Proportion de femmes parmi les admissions au séjour en France

Source : INED – Statistiques des flux d’immigration en France 1994 - 2005

262- Ensuite, à chaque fois que nous accédons à des données sociographiques récoltées par d’autres et concernant un échantillon de personnes étrangères en situation dite irrégulière, la part des femmes tend à diminuer significativement. Un recueil de « paroles clandestines » ne fait parler que des hommes19. Un livre sur le centre de Sangatte précise que, parmi les faits majeurs, les personnes accueillies « sont principalement des hommes qui se déplacent individuellement (rarement en petits groupes ou en famille) »20. En novembre 2008, parmi les 8451 personnes interpellées pour « infractions aux conditions générales d’entrée et de séjour des étrangers », 5,4% étaient des femmes selon les statistiques du Ministère de l’Intérieur21. Cette proportion est fort proche des statistiques publiées par la Cimade à propos des personnes retenues en centre de rétention : dans les années 2000, la part des femmes est toujours inférieure à 10%. Et elle est passée de 9,3% en 2006 (pour 29 298 retenus) à 7,3% en 2007 (pour 34 235 retenus)22.

  • 23 Des indices, issus des milieux militants, méritent aussi d’être cités. En décembre 2008, une bénévo (...)
  • 24 Cette permanence juridique, hebdomadaire, se déroule dans une ville de 250 000 habitants.

273- Enfin23, nous menons actuellement, par observations participantes, des enquêtes ethnographiques dans deux mobilisations de sans-papiers pour lesquelles les chiffres vont dans le même sens. Dans la première (plusieurs centaines de personnes), observée en 2006-2007, les femmes représentaient moins de 10% des participants aux manifestations ou aux assemblées générales. Dans la seconde, observée depuis 2002, les sans-papiers sont moins présents dans les actions et les assemblées générales mais les femmes représentent environ un tiers des sans-papiers qui participent. Cette proportion correspond d’ailleurs à la part des femmes parmi les personnes sans-papiers qui se sont fait connaître auprès de la permanence juridique à laquelle nous participons. Par exemple, entre 2002 et 2006, les 361 dossiers ouverts24 (pour des personnes célibataires ou des familles étrangères n’ayant pas accès à un titre de séjour d’au moins un an) concernaient 276 hommes et 138 femmes de plus de 18 ans. Celles-ci représentaient donc 33,3% des personnes accueillies dans cette permanence.

28Ces exemples attestent ainsi d’une part moindre de femmes parmi les migrants en situation dite irrégulière. Bien entendu, ils ne disent rien en soi car la moindre proportion de femmes peut aussi être le produit de la domination masculine qui les écarte de la visibilité militante, ou encore d’une sur-exclusion qui les relègue à l’invisibilité quasi-totale. Simplement, la sexuation qui se révèle ainsi en fonction du type d’immigration mériterait à notre sens quelque attention avant de conclure à une transformation de la figure de l’immigré, parce que la réalité des flux d’immigration actuels n’est pas isolable de politiques restrictives qui accroissent la part des étrangers en situation dite irrégulière, par définition moins bien cernée dans les statistiques disponibles.

29En la matière, la question de l’origine géographique des migrants mérite aussi d’être (re)posée.

2. Origine géographique des migrants : une « dé-européanisation » du fait migratoire ?

  • 25 Cornuau Frédérique, Dunezat Xavier, op. cit, pp. 339-345.
  • 26 Cette dynamique a déjà traversé l’histoire sociale de la France (voir les exemples de l’immigration (...)
  • 27 Les fameux jeunes d’origine immigrée. Comprendre : jeunes d’origine africaine ou maghrébine.
  • 28 Quiminal, op.cit., p. 114.

30La politisation du fait migratoire depuis les années 198025 est indissociable d’un processus de désignation sélectif des immigrés et des étrangers. L’immigration a été transformée en problème social et politique majeur mais pas toute l’immigration26. Cette segmentation a fabriqué une sur-visibilité de certaines catégories d’immigrés qui a même été reportée sur leurs enfants nés en France27. Au point que, peu à peu, la figure de l’immigré s’est rabattue sur la seule immigration d’origine – réelle ou supposée – africaine (subsaharienne) et maghrébine. Ainsi, selon Catherine Quiminal28, « aujourd’hui, les représentations dominantes de l’immigré […] oscillent entre celle du jeune Beur ou Black, chômeur, délinquant des banlieues, et celle du clandestin ».

  • 29 Patrick Weil (La France et ses étrangers, Paris, Gallimard, 2004) désigne ainsi les immigrés instal (...)

31À partir des statistiques disponibles, nous allons voir comment a évolué l’origine géographique des « immigrés résidents en France »29. Si l’on raisonne en stocks, les immigrés sont certes de moins en moins des Européens mais l’Europe reste un continent d’origine important (2.1). L’analyse des flux d’immigration depuis les années 1990 tend à confirmer la « dé-européanisation » du fait migratoire mais les statistiques apparaissent marquées par des modifications législatives qui jouent sur l’appréciation du phénomène (2.2). Nous proposerons ainsi l’hypothèse que la « dé-européanisation » des populations immigrées, et notamment des immigrants, est aussi le produit d’un traitement administratif qui segmente le fait migratoire (2.3).

2.1 Des immigrés de moins en moins européens

32Nous voudrions d’abord revenir sur cette prénotion qui continue de parcourir les mémoires et selon laquelle « la figuré dominante de l’immigré » des Trente Glorieuses est « un homme […] de préférence originaire des anciennes colonies ».

33En 1968, sur 100 immigrés résidant en France, 75 étaient nés en Europe, 20 en Afrique, 3 en Asie et 2 en Amérique ou Océanie. La proportion d’immigrés nés en Europe a fortement baissé depuis 1968 au profit des natifs des continents africain et asiatique, de sorte qu’en 1999, sur 100 immigrés résidant en France, 44 sont nés en Europe, 39 en Afrique, 13 en Asie et 4 en Amérique ou Océanie (figure 4). En 2005, l’ordre s’inverse. Les natifs africains constituent l’origine la plus fréquente parmi la population immigrée devant les Européens. En effet, sur 100 immigrés en 2005, 40 sont nés en Europe, 43 en Afrique, 14 en Asie et 3 en Amérique ou Océanie. Ce classement des continents de naissance diffère selon le sexe. Les femmes immigrées les plus représentées sont celles nées en Europe (43% contre 40% de natives d’Afrique). Au contraire, les hommes sont plus fréquemment natifs d’Afrique (45%) que d’Europe (37%) (figure 5)

Figure 4. Répartition de la population immigrée selon le continent de naissance

Figure 4. Répartition de la population immigrée selon le continent de naissance

Sources : Recensements 1968 – 1982. – 1999
Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).

34Un zoom sur les pays de naissance des immigrés permet de mettre en évidence une forte concentration des origines puisque 59% des immigrés sont natifs de seulement 7 pays, qui sont, par ordre décroissant des effectifs présents en France, l'Algérie, le Maroc, le Portugal, l'Italie, l'Espagne, la Tunisie et la Turquie.

  • 30 Lessault David, Beauchemin Cris (2009), Les migrations d’Afrique subsaharienne en Europe : un essor (...)

35Une diversification s'est amorcée cependant entre 1968 et 2005 car, en 1968, 73% des immigrés étaient nés dans ces 7 pays. La diversification est particulièrement nette pour les continents africain et asiatique. En 1968, 93% des immigrés nés en Afrique étaient natifs d'Algérie, du Maroc et de la Tunisie. Cette proportion a baissé de 21 points en 30 ans pour atteindre 72% en 2005, les pays d'Afrique subsaharienne étant désormais un peu plus représentés. Cependant, David Lessault et Cris Beauchemin30 montrent que, même si nous avons assisté au cours des dernières années à une vague d’immigration en provenance de l’Afrique subsaharienne, celle-ci est restée modeste. En 2004, seulement 12% des immigrés étaient originaires d’Afrique subsaharienne, ce qui est encore trois fois moins que la part des Européens et des Maghrébins dans le stock de la population immigrée. Concernant le continent asiatique, alors qu'un natif asiatique sur deux venait de Turquie en 1968, ce n'est plus le cas que de un sur trois en 2005.

Figure 5. Répartition de la population immigrée selon le continent de naissance et le sexe

Figure 5. Répartition de la population immigrée selon le continent de naissance et le sexe

Sources : Recensements 1968 – 1982. – 1999
Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).

36Lorsque l'on raisonne par continent d'origine, des différences entre hommes et femmes apparaissent (tableau 2). Les femmes sont plus présentes parmi les immigrés nés en Europe (54% de femmes en 2005), en Amérique et en Océanie (57%) mais en proportion inférieure parmi les immigrés nés en Afrique (47%). Les hommes et les femmes nés dans un pays d'Asie sont en nombre égal dans la population immigrée résidant en France en 2005. C'est en Afrique que la répartition hommes – femmes a le plus évolué : les femmes ne représentaient que 27% des immigrés nés en Afrique en 1968 contre 45% en 1999 et 47% en 2005.

Tableau 2 : Population immigrée par sexe et pays de naissance en 1968 et 1999 (en %)

Pays de naissance

1968

1999

2005

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Pays d'Europe

51,9

48,1

46,8

53,2

46

54

dont Espagne

51,1

48,9

45,0

55,0

44

56

Italie

52,5

47,5

49,2

50,8

49

51

Portugal

65,3

34,7

51,3

48,7

51

49

Pays d'Afrique

73,2

26,8

54,9

45,1

53

47

Dont Algérie

78,4

21,6

56,2

43,8

54

46

Maroc

71,5

28,5

54,4

45,64

53

47

Tunisie

57,8

42,2

57,5

42,5

58

42

Pays d'Asie

53,0

47,0

50,5

49,5

50

50

Autres

49,9

50,1

42,6

57,4

43

57

Ensemble

56,1

43,9

50,3

49,7

50

50

Sources : Recensements 1968-1999.
Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).

37Ainsi, en stocks, si l’on se base sur l’année 2005 et les données officielles de l’Insee, l’Europe n’est plus le continent d’origine majoritaire des immigrés en France mais, avec 40% de l’ensemble de la population immigrée, elle reste un continent d’origine non négligeable. La « dé-européanisation » du fait migratoire mérite donc d’être appréhendée avec prudence. Celle-ci apparaît d’autant plus nécessaire que la mesure des flux d’immigration récents pourrait conduire à une forme d’invisibilisation de certains Européens parmi la population migrante.

2.2. Une dé-européanisation des flux d’immigration surestimée statistiquement

38Un coup d’œil vers les flux d’immigration permanente – soient les admissions au séjour régulier égal ou supérieur à un an – tend à confirmer que l’Europe est devenue un continent d’origine minoritaire depuis la fin des années 1990.

39En effet, les données disponibles proposées par l’Ined31 permettent de construire le tableau suivant (tableau 3) :

Tableau 3 : Flux d’immigration permanente par continent

1994

2000

2004

2005

Continents

Effectifs

En %

Effectifs

En %

Effectifs

En %

Effectifs

En %

Europe des

Quinze (1)

47 697

39,9

43 282

27,0

40 000

18,9

40 000

19,3

Nouveaux Etats

Membres (2)

2276

1,9

3313

2,1

3217

1,5

2876

1,4

Autres nationalités européennes (3)

11 243

9,4

15 316

9,5

23 168

10,9

24 406

11,8

Afrique

34 748

29,1

64 181

40,0

100 567

47,5

95 309

45,9

Asie

13 123

11,0

21 001

13,1

29 310

13,8

29 274

14,1

Amérique

9797

8,2

12 776

8,0

14 917

7,0

14 941

7,2

Autres

679

0,5

558

0,3

684

0,4

756

0,3

Total

119 563

100

160 428

100

211 863

100

207 562

100

Champ : France métropolitaine.
(1) Etats membres de l'Union européenne + Islande, Liechtenstein, Norvège.
(2) Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, République Tchèque.
(3) Y compris la Turquie.

40En première approche, on peut noter que la part de l’immigration européenne au sens large, dans les flux annuels, est passée de 51,2% en 1994 à 32,5% en 2005, soit une diminution de près de 20 points. Sur la même période, la part de l’immigration issue des autres continents (Afrique, Asie, Amérique, Océanie) est ainsi passée de 48,3% à 67,2%. Ces flux d’immigration permanente laissent donc penser que l’Europe est devenue minoritaire dans l’immigration dite régulière.

41Cette première approche mérite cependant d’être relativisée d’un double point de vue.

  • 32 Cornuau Frédérique, Dunezat Xavier, op. cit.
  • 33 Comme le précise l’Ined : « L’évaluation faite par l'INED porte sur l'immigration étrangère. […] El (...)

42D’abord, rappelons32 que les flux d’immigration permanente sont calculés non à partir des seules entrées sur le territoire mais en ajoutant les régularisations sur place, autrement dit tous les titres de séjour délivrés aux personnes déjà présentes sur le territoire mais jusque-là « sans-papiers »33. En période de politiques d’immigration restrictives, ce biais est susceptible de provoquer une surestimation annuelle des entrées issues des continents non européens et donc de déformer la réalité de la répartition des flux d’immigration par continent. En effet, les entrées annuelles européennes, lorsqu’elles proviennent de l’Union européenne, sont plus proches de la réalité quand elles sont comptabilisées parce qu’elles ouvrent un droit quasi automatique au séjour régulier.

43Mais, là encore, un second biais existe et introduit sans doute une sous-estimation de ces entrées européennes. On aura remarqué que les flux d’immigration permanente issus de l’Europe des Quinze sont étrangement stables depuis 2004, soit 40 000 par an. Cette stabilité est ainsi expliquée par l’Ined : « Depuis la loi du 26 Novembre 2003, la détention d'un titre de séjour est devenue facultative pour les étrangers ressortissants des 14 anciens États membres. Il en a résulté une diminution importante du nombre de titres délivrés. Afin de corriger provisoirement cette sous-évaluation, une estimation a été introduite, qui fixe le niveau de ces flux migratoires à 40 000 en 2004 et 2005. ».

  • 34 Cinquième rapport établi en application de l'article L. 111-10 du code de l'entrée et du séjour des (...)
  • 35 Le comptage de tous les Européens devrait cependant être facilité en dehors du recensement puisque, (...)

44Sans remettre en cause les évaluations proposées par l’Ined, la modification législative de 2003 nous invite à la plus grande prudence au moment de faire des projections quant à l’évolution de la répartition de la population immigrante par continent puisque les flux d’entrées d’immigrants européens à venir seront difficiles à comptabiliser, compte tenu des modes de comptage. Ce point est d’ailleurs souligné dans le rapport au Parlement de décembre 2008 portant sur les orientations de la politique de l’immigration : « Les ressortissants communautaires étant dispensés depuis 2004 de l’obligation de détenir un titre de séjour, toute comparaison avec les années précédentes quant au volume global du nombre de titres de séjour délivrés par le ministère chargé de l’Immigration est désormais impossible. »34. En la matière, le croisement des données avec celles issues du recensement sera important à systématiser35.

45Mais ces évolutions dans le traitement des étrangers en fonction de leur nationalité, au niveau de la délivrance des titres de séjour, nous amènent plus largement à interroger la fabrication administrative d’une certaine figure de l’immigrant et, au-delà, de l’immigré.

2.3 Une dé-européanisation administrée du fait migratoire ?

  • 36 Rapport de José Balarello, op.cit.

46Il n’est pas rare d’entendre ou de lire, notamment dans des rapports officiels, que « la population immigrée, au départ essentiellement européenne, s’est diversifiée peu à peu, ce qui a rendu plus difficile son intégration dans la société française »36. Ce type d’assertion nous semble révélateur d’une forme d’idéologie, d’inspiration naturaliste, qui continue d’incriminer en soi l’origine géographique des immigrants pour expliquer les inégalités et les discriminations dont fait l’objet une certaine immigration. Selon nous, cette incrimination révèle une tendance plus profonde qui structure non seulement le débat sur l’immigration, mais aussi la réalité des politiques d’immigration, à savoir une véritable dé-européanisation administrée du fait migratoire.

  • 37 INSEE, Les immigrés en France, Paris: Insee, 2005, pp. 70-71. L’Insee, contrairement à l’Ined, n’in (...)
  • 38 Ibid., p. 70.

47On peut partir ici de la présentation des flux d’immigration permanente de 2003 telle qu’elle était proposée par l’INSEE dans l’édition 2005 consacrée aux « immigrés en France »37. On découvre que ces flux comprennent près de 70% d’étrangers issus du continent africain contre 8,7% d’étrangers issus d’Europe et d’ex-URSS (et 16,4% d’Asie, 8,3% d’Amérique). Bien entendu, l’Insee précise qu’il s’agit de l’Europe hors UE mais, symboliquement, l’association quantitative entre l’immigration et le continent africain apparaît renforcée. D’autant que le commentaire qui accompagne le tableau statistique enfonce le clou : « En 2003, la plus grande partie des étrangers autorisés à résider de façon durable en France sont originaires du continent africain (67%), notamment d’Algérie et du Maroc »38.

48Malgré les précautions méthodologiques qui entourent cette phrase, le lecteur soucieux d’utiliser les définitions en usage ne manquera pas de (se) poser quelques questions. Les Européens non français qui sont « autorisés à résider de façon durable en France » sont-ils encore des étrangers ? Ou, dit autrement, faut-il être un étranger africain ou asiatique pour être compté parmi les étrangers ? Ou, dit encore autrement, suffit-il d’être un étranger européen (certes de l’UE) pour ne plus être compté parmi les étrangers en France ?

49Il ne s’agit pas, une fois encore, d’incriminer l’INSEE mais de souligner les effets de la législation sur les étrangers et d’émettre une hypothèse quant aux enjeux des dynamiques législatives.

50Parce que les flux annuels d’entrées des immigrants sont d’abord mesurés à partir de la délivrance administrative de titres de séjour, libérer les ressortissants européens de l’obligation de détenir un titre de séjour a d’abord provoqué une diminution statistique significative de l’enregistrement de l’immigration annuelle européenne. Mais surtout, cette évolution a aussi provoqué une légitimation de la confusion entre immigrants et non Européens, voire de la confusion entre immigrants et « Africains ».

51Quel est l’enjeu pourra-t-on alors se demander ? Certes, la construction européenne passe par la fabrication d’un espace (Schengen) dans lequel une identité européenne doit se créer, ce qui suppose une simplification des formalités administratives qui contrarient la libre circulation et la libre installation des ressortissants européens. Ce processus pourrait déboucher à terme jusqu’à une segmentation définitionnelle des immigrés, en fonction de leur provenance (européenne ou non). Mais il n’est pas possible d’en rester à ces évidences. En effet, les dynamiques interactives entre approfondissement de l’Europe politique et renforcement du contrôle des flux migratoires aux frontières de cette Europe encadrent la fabrication de cette identité européenne, voire la structurent. Pour se sentir Européen, il ne faut plus être (pris pour un) étranger et encore moins (pour un) immigré.

52Nous l’avons souligné dans le précédent dossier thématique, la « maîtrise des flux migratoires » ne concerne pas tous les immigrants comme en témoigne, par exemple, la politique des visas qui permet d’organiser légalement un contrôle sélectif de l’immigration. Et ce sont bien les étrangers issus du continent africain qui font l’objet des contrôles les plus stricts.

53Quand les politiques d’immigration acceptent les immigrés « européens » et quand ces mêmes politiques contrôlent les immigrés « non européens », les individus relevant d’une même catégorie – immigrée – sont traités différemment. L’accusation de discrimination est alors facile à opposer à cet état de fait. Sauf si les politiques d’immigration parviennent à fabriquer l’idée que tous les immigrés ne sont pas ou ne sont plus des…immigrés.

54Nous faisons ainsi l’hypothèse que l’élimination statistique des Européens dans la population immigrante – via les modifications de la législation sur les étrangers et ses effets sur l’enregistrement des flux – obéit aussi à une logique administrative de « -européanisation » des immigrants et, au-delà, des immigrés. Or, cette logique vient renforcer, statistiquement, la prénotion selon laquelle l’immigré est d’abord un « Africain » puisque, dès que l’on européanise les immigrants, la part du continent africain représente plus des deux tiers des flux d’immigration. Ainsi, alors que les immigrés représentent 8,1% de la population totale et que ceux issus du continent africain représentent 3,4% de cette même population, ce sont ces 3,4% qui tendent de plus en plus à incarner les 8,1% d’immigrés dans les représentations dominantes.

55Ainsi, le constat de la dé-européanisation statistique des immigrants est inséparable de l’hypothèse d’une dé-européanisation fabriquée par les politiques d’immigration, d’une dé-européanisation administrée.

3. France, terre d’immigration ?

56Sans pouvoir discuter l’idée selon laquelle, dans les imaginaires collectifs, la France constitue un pays important parmi les destinations potentielles des migrants, nous voudrions interroger – par une démarche comparative à la fois diachronique (3.1) et synchronique (3.2) – la force symbolique d’une autre évidence : la France est une « terre d’immigration ».

3.1 Approche diachronique : des proportions bien stagnantes

Figure 6. Évolution de la part des étrangers et des immigrés dans la population totale

Figure 6. Évolution de la part des étrangers et des immigrés dans la population totale

Sources : INSEE - Recensements de la population 1911 – 1999.
Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).

57Sur longue période (1911 – 2005) et en négligeant ici la sexuation des évolutions, on notera d’abord que la part des étrangers et des immigrés a bel et bien progressé passant d’environ 3% pour les deux populations à 8,1% pour les immigrés et 5,7% pour les étrangers (figure 6). Cependant, ces tendances cachent des évolutions irrégulières qui en disent long sur la nécessité de relativiser.

  • 39 Comme l’écrit Ralph Schor (Histoire de l’immigration en France. De la fin du XIXè siècle à nos jour (...)

58D’une part, au 20ème siècle, on discerne des périodes durant lesquelles la France – sous l’effet de politiques d’immigration restrictives – a diminué la présence étrangère au sein de sa population. Ainsi, entre 1931 et 1954 (soit 23 ans), la part des étrangers est passée de 6,6% à 4,1%, et la part des immigrés de 6,6% à 5% entre 1931 et 1946. De même, la part des immigrés a stagné entre 1975 et 1999 (7,4%) et la part des étrangers a diminué assez fortement entre 1982 et 1999, passant de 6,9% à 5,7%. Sur la période 1911 –2005, soit 94 ans, la part des étrangers dans la population totale a connu une diminution pendant 40 ans (soit 23 années entre 1931 et 1954 qui s’ajoutent aux 17 années entre 1982 et 1999). Entre 1999 et 2005, la part des immigrés dans la population totale tend à s’accroître (8,1% au lieu de 7,4%) mais la part des étrangers stagne. D’autre part, contre la théorie de « l’invasion » qui a eu un certain succès sur une grande partie de l’échiquier politique depuis les années 198039, il faut rappeler que la part des étrangers est aujourd’hui inférieure à celle observée en1931 (5,7% contre 6,6%). Il est possible d’opposer le constat objectif que ce ne sont pas les mêmes étrangers, compte tenu de l’évolution de l’origine géographique des immigrants (voir 2). L’idée sous-jacente est évidemment que les minorités étrangères seraient aujourd’hui plus « visibles » que dans le passé parce qu’elles viennent moins du continent européen. Cette idée – fausse compte tenu du traitement infligé notamment à l’immigration italienne, rendue « visible » pendant de longues décennies – nous semble conforter l’hypothèse de la dé-européanisation administrée du fait migratoire (voir 2).

3.2 Approche synchronique : toute la France n’accueille pas et la France accueille moins

  • 40 Les régions qui accueillaient le moins d'immigrés en 1968, toutes situées à l'ouest, étaient au nom (...)
  • 41 Pour une analyse approfondie de la répartition spatiale des immigrés, voir Le Bras Hervé, Les 4 mys (...)

59Un zoom sur les régions françaises laisse transparaître que, si l’immigration a été transformée en problème politique majeur au niveau national, il faut continuer de lutter contre la prénotion selon laquelle cette politisation doit être reliée avec la présence croissante des immigrés sur l’ensemble du territoire. En effet, on peut visualiser « 4 France » en 2005 (carte 1c). L'Île-de-France se caractérise par la plus forte proportion d'immigrés dans sa population totale aussi bien pour les hommes que pour les femmes. On repère aussi un « croissant sud-est » qui s’étend de Midi-Pyrénées à l'Alsace et qui affiche une proportion d'immigrés entre 6,8% et 11%. Le Grand Ouest (Bretagne – Normandie – Poitou-Charentes) se caractérise quant à lui par la plus faible proportion d'immigrés dans sa population totale (moins de 4%). Enfin, entre le « croissant ouest » et le « croissant est », on visualise une France des régions qui accueillent davantage d’immigrés que le Grand Ouest mais moins que la moyenne nationale. Si l'immigration gagne l'ouest40, il convient de souligner que ce déplacement correspond aussi à un redéploiement des populations immigrées sur le territoire puisque l’on note une moindre importance du « croissant sud-est » dans l’accueil des populations immigrées en 2005 par rapport à 1968 (cartes 1a à 1c). Ainsi, toute la France n’accueille pas la même proportion d’immigrés41.

Carte 1. Part des immigrés par région dans la population totale

Carte 1. Part des immigrés par région dans la population totale

60Dans le même sens, une approche comparative avec les autres pays laisse transparaître d’importantes différences qui en disent long sur la théorie selon laquelle la France, dans les années 1980, serait une « terre d’immigration » relativement importante. Selon cette théorie, le pourcentage de 8,1% d’immigrés dans la population totale constituerait un niveau élevé.

  • 42 . Simon Gildas, « Les migrations internationales », Population & sociétés, n°382, Ined, septembre 2 (...)
  • 43 Monnier Alain, L'Union européenne élargie : quinze + dix = 455, Population & sociétés, n°398, Ined, (...)
  • 44 INSEE, op.cit, 2005, p. 81.

61D’une part, sur la décennie 1990-2000, « la France présente l’un des soldes [migratoires annuels moyens] les plus bas »42 de l’Union européenne. Alors qu'au 1er janvier 2004, la France était au deuxième rang de l'Union européenne (à 25) derrière l'Allemagne en termes d'effectif de population, notre « terre d’immigration » se situait au 18ème rang au regard de l'accroissement migratoire43. À partir des données disponibles44 qu’il convient de manier avec prudence compte tenu des écarts liés aux modes de comptage, rappelons que – au début des années 2000 – l’Allemagne accueillait chaque année plus de 650 000 étrangers ; l’Espagne, le Japon et le Royaume-Uni plus de 300 000 ; l’Italie et le Canada plus de 200 000… ; contre moins de 150 000 pour la France.

  • 45 Ces chiffres sont à prendre avec précaution car Gildas Simon ne distingue pas toujours part des étr (...)

Part (arrondie) des immigrés45 dans la population totale de différents pays (%)

Australie

24%

Suisse

19%

Canada

17%

États-Unis

10%

Autriche

9%

Belgique

9%

Allemagne

9%

France

6%

Source : Simon G. (2002)

  • 46 Nous délaisserons ici toute comparaison avec les pays dits non comparables, notamment les pays du S (...)

62D’autre part, en négligeant ici les facteurs explicatifs des différences, on constate des variations plus que significatives lorsque l’on rapporte le stock migratoire à l’effectif de population pour différents pays dits comparables46 à la France.

  • 47 Voir par exemple : Dewitte Philippe (dir.), Immigration et intégration. L’état des savoirs, Paris, (...)

63Ces comparaisons internationales montrent que la « terre d’immigration » la plus importante est loin d’être la France. La théorie de la « terre d’immigration » faisait partie de ces héritages culturels et politiques qui participaient de la fabrication de l’identité républicaine française47. Elle a été visiblement détournée de sa fonction symbolique puisque bien des gouvernements successifs se sont abrités derrière elle au moment de relativiser le caractère restrictif et répressif des politiques d’immigration françaises menées notamment depuis 30 ans. Dans la politisation coûte que coûte du fait migratoire qui a prévalu depuis les années 1980, cette théorie détournée est apparue centrale.

Conclusion

64Nous venons ainsi de parcourir quelques évidences qui parsèment les débats actuels sur l’immigration : la féminisation, l’évolution de l’origine géographique des migrants, le statut de « terre d’immigration » dont se prévaut la France.

65Dans les Quatre mystères de la population française, Hervé Le Bras écrit que « les sédentaires ressentent l'immigration comme une invasion. Parce qu'ils ne souhaitent pas se déplacer eux-mêmes, ils ne comprennent pas les ressorts du mouvement des autres dont ils s'imaginent qu'ils fuient en désordre leur pays d'origine et se répandent au hasard dans les pays les plus riches. Or, quelle que soit l'échelle à laquelle on se situe, les migrations suivent des chemins précis et aboutissent à des répartitions plus organisées qu'aucun autre phénomène démographique. ». Toutefois, les politiques migratoires, plus ou moins restrictives, viennent agir sur ces chemins. Comme le souligne Patrick Weil, dans un article du Monde daté du 14 janvier 2009, « la caractéristique de la politique française d'immigration est d'être aujourd'hui discrètement mais volontairement discriminatoire et de faire l'objet d'une politisation maximale afin de faire croire en la maîtrise complète et permanente du nombre et de l'origine des étrangers qui s'installent en France ». Selon lui, la dénomination même du ministère de M. Hortefeux – et maintenant de M. Besson – exprime une idéologie selon laquelle « certains immigrés sont désirables ; d'autres - venus d'Afrique ou de Méditerranée - ne le sont pas ».

66Comme nous l'avons vu dans cet article, la politisation du fait migratoire depuis les années 1980 a conduit à une sur-visibilité de certaines catégories d'immigrés, entretenant ainsi l'imaginaire collectif de la figure de l'immigré « africain » ou « maghrébin ». Nous avons ainsi fait l’hypothèse d’une -européanisation administrée de l'immigration. Il est vrai que la part des Européens diminue dans la population étrangère et immigrée en France mais cette part est loin d’être négligeable, à la fois statistiquement et symboliquement. La part de l'immigration européenne a également fortement baissé parmi les flux d'entrants au titre de séjour permanent au profit de l'immigration issue des autres continents, en particulier du continent africain. Cependant, il n’est parfois dit qu'à demi mot que les ressortissants de l'Union européenne n'ont plus besoin d'un titre de séjour et que, sous l’effet des modes de comptage de l’immigration, ils ne sont plus comptabilisés parmi les flux d'entrants. Les politiques d’immigration contribuent ainsi à fabriquer artificiellement une surreprésentation des non Européens.

67Mais cette évolution est aussi à mettre au compte de la construction d'un espace européen et de la naissance d'un citoyen européen. Ainsi, la définition même du migrant évolue. Les migrations sont dorénavant entendues entre l'Europe et le reste du monde car il n'y a plus de réelles frontières en Europe et tout se joue désormais avec les frontières extérieures. Le renforcement des contrôles à ces frontières-ci risque d’alimenter les idées reçues sur l’immigration et notamment la théorie de « l'invasion », sollicitée par bien des gouvernements successifs pour légitimer des politiques que nous ne saurions qualifier d’accueillantes.

Encadré : Population immigrée française et étrangère : renversement de tendance

  • 48 INSEE, Les immigrés en France, Paris, Insee, 2005, p. 36. L’Insee, contrairement à l’Ined, n’inclut (...)
  • 49 Par origine nous entendons la nationalité antérieure des Français par acquisition et la nationalité (...)
  • 50 INSEE, op.cit, 2005, p. 38.

Jusqu’à présent, nous avons considéré l’origine des immigrés en nous fondant sur leur pays de naissance. Nous souhaitons ici dresser un état des lieux succinct de la répartition de la population immigrée selon la nationalité. En effet, comme nous l'avons souligné dans le précédent dossier thématique, les immigrés sont des personnes résidant en France, nées étrangères dans un pays étranger. Parmi eux, nous pouvons opérer une distinction entre les immigrés ayant acquis la nationalité française et les immigrés étrangers. Au 1er janvier 2005, 40% de la population immigrée était française par acquisition contre 36% en 1999. « Quels que soient l'époque et le pays d'origine, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à être devenues françaises »48. Lorsque l'on compare l'origine49 des immigrés ayant acquis la nationalité française à celle des immigrés étrangers, des différences apparaissent. Jusqu’en 1999, les Européens étaient les plus nombreux parmi les immigrés toutes nationalités confondues (figure 7). Leur poids a diminué au cours du temps, jusqu’au renversement de la répartition au profit des nationalités africaines que nous observons en 2005. Désormais 39% des immigrés ayant acquis la nationalité française avaient une nationalité européenne (contre 52,5% en 1999). Ils se situent juste derrière les immigrés dont la nationalité antérieure était africaine (42% contre 30% en 1999). Les mêmes évolutions et les mêmes conclusions prévalent pour la population immigrée étrangère.

Figure 7. Population immigrée française selon la nationalité en 1968 – 1982 – 1999 - 2005

Figure 7. Population immigrée française selon la nationalité en 1968 – 1982 – 1999 - 2005

Sources : Recensements 1968 – 1982. – 1999

Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).

En termes de flux, « en 2003, les personnes acquérant la nationalité française viennent en grande majorité d'Afrique (63,9%) et nettement moins souvent d'Asie (16,6%) ou d'Europe (14,5%) »50. Et les Européens sont, depuis 1995, de moins en moins nombreux à acquérir la nationalité française. .

Note méthodologique

  • 51 INSEE, Recensement de la population, Tableaux thématiques – Exploitation complémentaire – Populatio (...)

68Les données relatives aux séries longues (1911-1999) ont été produites par l'Insee51. Elles sont issues des données de recensement, à partir des résultats des dépouillements exhaustifs de 1911 à 1946, d'estimations à partir du dépouillement exhaustif en 1954, de l'exploitation au 1/20 en 1962 et 1968, au 1/5 en 1975, au 1/4 en 1982 et 1990 et de l'exploitation complémentaire pour 1999. Les données relatives au 1er janvier 2005 sont issues de l’exploitation principale des enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 et sont consultables sur le site de l’Insee à l’adresse suivante : http://www.insee.fr/​fr/​ppp/​bases-de-donnees/​recensement/​resultats/​chiffres-cles/​autres/​donnees-socio-demo-etrangers-immigres.xls.

69Toutes les autres données ont été produites par nos soins à partir des fichiers des recensements de 1968 à 1999 et du fichier Excel de l’Insee. Nos fichiers n'étant pas totalement similaires à ceux utilisés par l'Insee dans sa publication (par exemple en 1968, nous disposions des résultats de l'exploitation au 1/4), des différences sur les résultats peuvent apparaître mais elles sont négligeables.

Haut de page

Bibliographie

BALARELLO J. (1998), Rapport sur les régularisations d'étrangers en situation irrégulière opérées depuis le 1er juillet 1997, Commission d’enquête du Sénat, n°470, 3 juin 1998. Consultable sur http://www.senat.fr/rap/l97-4701/l97-470112.html

BORREL C., DURR J.-M. (2005), Enquêtes annuelles de recensement : premiers résultats de la collecte 2004. Principales caractéristiques de la population et des logements, INSEE Première, n°1001.

BOUAMAMA S. (coord.) (2008), La République à l’école des sans-papiers. Trajectoires et devenir de sans-papiers régularisés, Paris, L’Harmattan.

BRUN F., LAACHER S. (2001), Situation régulière, Paris, L’Harmattan.

CATARINO C., MOROKVASIC M. (2005), Femmes, genre, migration et mobilités, Revue Européenne des migrations internationales, vol. 21, n° 1, pp. 7-27.

CIMADE (2007), Centres et locaux de rétention administrative. Rapport 2007. Consultable sur http://www.cimade.org/publications/16

Cinquième rapport établi en application de l'article L. 111-10 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (2008), Les orientations de la politique de l’immigration, Paris, La Documentation française, décembre 2008.

CORNUAU F., DUNEZAT X. (2008), L'immigration en France : concepts, contours et politiques, Espace Populations Sociétés, n° 2, pp. 331-352.

DEWITTE P. (dir.) (1999), Immigration et intégration. L’état des savoirs, Paris, La Découverte.

COSSEE C., LADA E., RIGONI I. (2004), Faire figure d’étranger. Regards croisés sur la production de l’altérité, Paris, Armand Colin.

INED, Statistiques des flux d'immigration en France, Annuaires de 1994 à 2005 consultables sur http://statistiques_flux_immigration.site.ined.fr/fr/admissions.

INSEE (2001), Recensement de la population, Tableaux thématiques – Exploitation complémentaire – Population immigrée – population étrangère.

INSEE (2005), Les immigrés en France, Paris : Insee.

LAACHER S. (2002), Après Sangatte… Nouvelles immigrations, nouveaux enjeux, Paris, La Dispute.

LE BRAS H. (2007), Les 4 mystères de la population française, Paris, Odile Jacob.

LESSAULT D., BEAUCHEMIN C. (2009), « Les migrations d’Afrique subsaharienne en Europe : un essor encore limité », Population & sociétés, n° 452.

Consultable sur http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1428/publi_pdf1_452.pdf

LYDIE V. (2008), Paroles clandestines. Les étrangers en situation irrégulière en France, Paris, Syros.

MICHEL A. (1955), Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS.

MONNIER A. (2004), « L'Union européenne élargie : quinze + dix = 455 », Population & sociétés, n° 398. Consultable sur : http://www.ined.fr/fichier/t_publication/465/publi_pdf1_pop_et_soc_francais_398.pdf

NOIRIEL G. (2004), Gens d’ici venus d’ailleurs. La France de l’immigration de 1900 à nos jours, Paris, Editions du Chêne.

QUIMINAL C. (2000), « Migrations », in H. Hirata., F. Laborie, H. Le Doare, D. Senotier (coord.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF.

REA A., TRIPIER M. (2003), Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte.

SIMON G. (2002), Les migrations internationales, Population & sociétés, n° 382, (septembre). Consultable sur : http://www.ined.fr/fichier/t_telechargement/13106/telechargement_fichier_fr_publi_pdf1_pes382.pdf

SIMON P. (1999), « L’immigration et l’intégration dans les sciences sociales depuis 1945 », in P. Dewitte (dir.), Immigration et intégration : l’état des savoirs, Paris, La Découverte,

TEMIME E. (1999), France, terre d’immigration, Paris, Gallimard.

THIERRY X. (2004), Évolution récente de l’immigration en France et éléments de comparaison avec le Royaume-Uni, Population, vol. 59, n°5.

VAN EECKHOUT L. (2007), L’Immigration, Paris, Odile Jacob.

WEIL P. (2004), La France et ses étrangers, Paris,Gallimard [1991]

WEIL P. (2009), Politique d'immigration : le dessous des chiffres, Le Monde, 14 janvier 2009.

ZLOTNIK H. (2003), The Global Dimensions of Female Migration, Migration Policy Institute, Migration Information Source, Washington D. C. Consultable sur : http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm?id=109

Haut de page

Notes

1 Ce titre est directement inspiré d’un livre récent : Cossée Claire, Lada Emmanuelle, Rigoni Isabelle, Faire figure d’étranger. Regards croisés sur la production de l’altérité, Paris, Armand Colin, 2004.

2 Cornuau Frédérique, Dunezat Xavier (2008), L'immigration en France : concepts, contours et politiques, Espace Populations Sociétés, n° 2.

3 Pour une présentation des dynamiques scientifiques sur l’immigration, voir par exemple Simon Patrick, « L’immigration et l’intégration dans les sciences sociales depuis 1945 », in Philippe Dewitte (dir.), Immigration et intégration : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1999, pp. 82-95 ; Rea Andréa, Tripier Maryse, Sociologie de l’immigration, Paris, La Découverte, 2003.

4 INSEE Première, n°1001, 2005.

5 L’immigré est entendu ici comme « une personne née étrangère à l'étranger et résidant en France » conformément à la définition adoptée par le Haut Conseil à l'Intégration et retenue par l’INSEE. Nous ne faisons pas de différence entre les Européens et les non Européens, notre propos n’étant pas de traiter de l’identité ou de la citoyenneté européenne.

6 Temime Emile, France, terre d’immigration, Paris : Gallimard, 1999.

7 Rea Andréa, Tripier Maryse, op.cit, p. 108.

8 Van Eeckhout Laetitia, L’Immigration, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 138.

9 Nous ne disposons pas, au moment de la rédaction de cet article, des données relatives aux acquisitions de la nationalité française selon le sexe au 1er janvier 2005.

10 Noiriel Gérard (2004), Gens d’ici venus d’ailleurs. La France de l’immigration de 1900 à nos jours, Paris, Éditions du Chêne.

11 Quiminal Catherine (2000), « Migrations », in Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré, Danièle Senotier (coord.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, pp. 111-116 ; Zlotnik Hania (2003), The global dimensions of female migration, Migration Information Source, http://www.migrationinformation.org/Feature/display.cfm ? ID = 109 ; Catarino Christine et Morokvasic Mirjana (2005), Femmes, genre, migration et mobilités, Revue Européenne des migrations internationales, volume 21, n°1, pp. 7-27.

12 Certains travaux anciens font exception. Voir Michel Andrée, Les travailleurs algériens en France, Paris, CNRS, 1955.

13 Catarino Christine et Morokvasic Mirjana, op.cit, p. 8.

14 Bien qu’indispensables à la compréhension du phénomène migratoire, nous ne répondrons pas à ces questions ici, cette thématique n’étant pas l’objet de cet article.

15 Rapport de José Balarello, fait au nom de la commission d'enquête du Sénat, sur les régularisations d'étrangers en situation irrégulière opérées depuis le 1er juillet 1997, n° 470, 3 juin 1998. Consultable sur http://www.senat.fr/rap/l97-4701/l97-470112.html

16 Ibidem.

17 Brun François, Laacher Smaïn (2001), Situation régulière, Paris, L’Harmattan.

18 Bouamama Saïd (coord.) (2008), La République à l’école des sans-papiers. Trajectoires et devenir de sans-papiers régularisés, Paris, L’Harmattan.

19 Lydie Virginie (2008), Paroles clandestines. Les étrangers en situation irrégulière en France, Paris, Syros.

20 Laacher Smaïn, Après Sangatte… Nouvelles immigrations, nouveaux enjeux, Paris : La Dispute, 2002, p. 29.

21 http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_la_une/toute_l_actualite/securite-interieure/criminalite-novembre-2008

22 Cimade, Centres et locaux de rétention administrative. Rapport 2007, p. 28.

Consultable sur http://www.cimade.org/publications/16

23 Des indices, issus des milieux militants, méritent aussi d’être cités. En décembre 2008, une bénévole associative auprès des migrants de Calais compte 4 femmes parmi les 600 personnes qui se présentent pour les repas. Lors du bilan du dépôt des dossiers de « régularisation par le travail », fait par la CGT en septembre 2008, il est précisé que 1700 dossiers ont été déposés et que s’y ajouteraient 90 dossiers de femmes travaillant dans le secteur des services à la personne.

24 Cette permanence juridique, hebdomadaire, se déroule dans une ville de 250 000 habitants.

25 Cornuau Frédérique, Dunezat Xavier, op. cit, pp. 339-345.

26 Cette dynamique a déjà traversé l’histoire sociale de la France (voir les exemples de l’immigration belge et italienne).

27 Les fameux jeunes d’origine immigrée. Comprendre : jeunes d’origine africaine ou maghrébine.

28 Quiminal, op.cit., p. 114.

29 Patrick Weil (La France et ses étrangers, Paris, Gallimard, 2004) désigne ainsi les immigrés installés en France. Infra, nous utiliserons le terme « immigrants » pour désigner les personnes étrangères qui entrent dans la mesure des flux d’immigration. Nous réserverons donc le terme « immigrés » à la seule mesure des stocks d’immigration.

30 Lessault David, Beauchemin Cris (2009), Les migrations d’Afrique subsaharienne en Europe : un essor encore limité, Population & Sociétés, n°452, Ined, (janvier).

Consultable sur http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1428/publi_pdf1_452.pdf

31 http://www.ined.fr/fr/pop_chiffres/france/flux_immigration/depuis_1994/

Ces données ont été élaborées par l'INED à partir de sources communiquées par le ministère de l'Intérieur et des annuaires statistiques de l'Agence nationale pour l'accueil des étrangers et des migrations. Voir Thierry Xavier (2004), Évolution récente de l’immigration en France et éléments de comparaison avec le Royaume-Uni », Population, vol. 59, n°5, pp. 725-764.

32 Cornuau Frédérique, Dunezat Xavier, op. cit.

33 Comme le précise l’Ined : « L’évaluation faite par l'INED porte sur l'immigration étrangère. […] Elle recense l'ensemble des personnes nées à l'étranger et de nationalité étrangère admises à un séjour régulier en métropole pour une durée égale ou supérieure à un an, quels que soient leur nationalité, leur âge, leur situation familiale ou professionnelle. Ainsi, par exemple, ces statistiques incluent les entrées de ressortissants d'un pays membre de l'Union européenne, leurs enfants mineurs, ainsi que les étudiants titulaires d'un titre de séjour d'une durée d'au moins un an. Elles comprennent également les étrangers régularisés à la date de leur admission au séjour. En revanche elles ne comptabilisent pas les étrangers de passage, les travailleurs saisonniers, les demandeurs d'asile en attente de décision, les étrangers en situation irrégulière. » (souligné par nous).

34 Cinquième rapport établi en application de l'article L. 111-10 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, Les orientations de la politique de l'immigration, Paris : La Documentation française, décembre 2008.

35 Le comptage de tous les Européens devrait cependant être facilité en dehors du recensement puisque, « en application de la loi du 24 juillet 2006 relative à l’immigration et à l’intégration, qui a institué une obligation d’enregistrement auprès du maire de la commune de résidence des ressortissants européens qui souhaitent s’établir en France, il sera possible de dénombrer l’établissement en France de ces étrangers, à partir de l’exploitation statistique des attestations de déclaration émises par les maires, une fois que ceux-ci auront procédé à ces enregistrements » (Cinquième rapport, op.cit).

36 Rapport de José Balarello, op.cit.

37 INSEE, Les immigrés en France, Paris: Insee, 2005, pp. 70-71. L’Insee, contrairement à l’Ined, n’inclut pas les étudiants.

38 Ibid., p. 70.

39 Comme l’écrit Ralph Schor (Histoire de l’immigration en France. De la fin du XIXè siècle à nos jours, Paris , Armand Colin, 1996, pp. 248-249), « Après que Valéry Giscard d’Estaing, dans un article très remarqué du Figaro-Magazine du 21 septembre 1991, eut posé la question “Immigration ou invasion ?”, 54% des Français interrogés dans un sondage BVA assurèrent n’avoir “pas été choqués par l’emploi de ce terme” ».

40 Les régions qui accueillaient le moins d'immigrés en 1968, toutes situées à l'ouest, étaient au nombre de 7 en 1968. Elles n'étaient plus que 6 en 1982 et 4 en 2005.

41 Pour une analyse approfondie de la répartition spatiale des immigrés, voir Le Bras Hervé, Les 4 mystères de la population française, Paris, Odile Jacob, 2007, et notamment le chapitre 6 intitulé « Les territoires des immigrés » pp. 181-223.

42 . Simon Gildas, « Les migrations internationales », Population & sociétés, n°382, Ined, septembre 2002. Consultable sur : http://www.ined.fr/fichier/t_telechargement/13106/telechargement_fichier_fr_publi_pdf1_pes382.pdf

43 Monnier Alain, L'Union européenne élargie : quinze + dix = 455, Population & sociétés, n°398, Ined, février 2004.
Consultable sur : http://www.ined.fr/fichier/t_publication/465/publi_pdf1_pop_et_soc_francais_398.pdf

44 INSEE, op.cit, 2005, p. 81.

45 Ces chiffres sont à prendre avec précaution car Gildas Simon ne distingue pas toujours part des étrangers et part des immigrés.

46 Nous délaisserons ici toute comparaison avec les pays dits non comparables, notamment les pays du Sud. Signalons seulement que, d’après les chiffres de Gildas Simon, la part (arrondie) des immigrés dans la population totale atteindrait 64% au Qatar, 72% au Koweït, 90% dans les Émirats arabes unis…

47 Voir par exemple : Dewitte Philippe (dir.), Immigration et intégration. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1999.

48 INSEE, Les immigrés en France, Paris, Insee, 2005, p. 36. L’Insee, contrairement à l’Ined, n’inclut pas les étudiants.

49 Par origine nous entendons la nationalité antérieure des Français par acquisition et la nationalité actuelle des étrangers.

50 INSEE, op.cit, 2005, p. 38.

51 INSEE, Recensement de la population, Tableaux thématiques – Exploitation complémentaire – Population immigrée – population étrangère (2001).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du nombre d’étrangers selon le sexe depuis 1911
Crédits Sources : INSEE Recensements de la population 1911-1999enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 (exploitation principale)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3529/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 1. Évolution du nombre d’immigrés selon le sexe depuis 1911
Crédits Sources : INSEE Recensements de la population 1911-1999enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 (exploitation principale)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3529/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3. Proportion de femmes parmi les admissions au séjour en France
Crédits Source : INED – Statistiques des flux d’immigration en France 1994 - 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3529/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 5. Répartition de la population immigrée selon le continent de naissance et le sexe
Crédits Sources : Recensements 1968 – 1982. – 1999Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3529/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 6. Évolution de la part des étrangers et des immigrés dans la population totale
Crédits Sources : INSEE - Recensements de la population 1911 – 1999.Enquêtes annuelles de recensement 2004 à 2006 (exploitation principale).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3529/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte 1. Part des immigrés par région dans la population totale
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3529/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 7. Population immigrée française selon la nationalité en 1968 – 1982 – 1999 - 2005
Crédits Sources : Recensements 1968 – 1982. – 1999
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3529/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Cornuau et Xavier Dunezat, « Faire figure d’immigré-E », Espace populations sociétés, 2008/3 | 2008, 463-481.

Référence électronique

Frédérique Cornuau et Xavier Dunezat, « Faire figure d’immigré-E », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/3529 ; DOI : 10.4000/eps.3529

Haut de page

Auteurs

Frédérique Cornuau

CLERSE (Centre Lillois d'Études et de Recherches Sociologiques et Économiques)
Faculté de Sciences Économiques et Sociales
Bât. SH2
Université des Sciences et Technologies de Lille
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
frederique.cornuau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Xavier Dunezat

Laboratoire GTM (Genre – Travail – Mobilités)
59-61 rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17
dunezat.xavier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org