Navigation – Plan du site
Note méthodologique

De la difficulté de cartographier les itinéraires migratoires clandestins

Réflexions à partir du cas des migrants de passage dans la région de Calais entre 1999 et 2002
Mapping of Illegal Migration Routes. Evidence from Migrants in Transit through the Calais Area between 1999 and 2003
Romain Liagre
p. 453-461

Résumés

Les productions scientifiques concernant les migrations clandestines se multiplient, notamment sur la question des itinéraires empruntés. Le plus souvent, ils sont agrémentés de cartes censées retracer ces routes migratoires. Utilisées pour illustrer, rendre visible les itinéraires, la conception de ces cartes est rarement interrogée. C’est au processus même de construction de ces cartes, à ce qu’elles peuvent apporter à la compréhension des migrations clandestines mais aussi passer sous silence ou tout du moins tronquer que cet article est consacré.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir G. Simon (2008), p. 20.

1Les géographes s’attachent à comprendre et à expliquer les logiques territoriales, l’articulation entre d’un côté le territoire et de l’autre les acteurs qui le produisent, le transforment, le vivent et le perçoivent. Ces grandes logiques saisies et établies, il est impératif de « zoomer » au plus près du territoire, et de s’intéresser aux acteurs qui sont en perpétuelle tension entre ce que l’on nomme par commodité le local (famille, quartier, ville…) et le global (via notamment les voyages, la télévision, l’Internet). En effet, si d’un côté « la mondialisation tend à faire coulisser le niveau d’analyse des phénomènes et des problématiques vers des échelles de fonctionnement toujours plus vastes1 », le travail à une échelle fine, voire très fine, n’en est pas moins important pour comprendre les ressorts intimes et complexes du fonctionnement de ce système-monde.

2La population des migrants internationaux est tout à fait intéressante dans ce cadre d’analyse, puisque l’on a typiquement affaire à des individus « tiraillés » entre les facteurs locaux (réseaux familiaux, sociaux, professionnels…) et les facteurs globaux (le migrant est, comme les autres, « mondialisé » par les flux internationaux de toute nature).

3On a pu penser un moment que la mondialisation entraînerait la « fin des territoires ». Or, l’exemple des migrants montre bien que d’une certaine manière ils se jouent des territoires et ne semblent pas s’y fixer comme si, par leurs pratiques migratoires, ils étaient au-dessus voire au-delà des territoires. Par ailleurs, ils n’ont de cesse de chercher à s’ancrer localement en recréant des territoires dans les espaces d’accueil ou de transit. Et ce, quel que soit le type de migrations concerné, de la plus qualifiée à la moins qualifiée, de la plus illégale à la plus formelle. Ceci participe pleinement d’une sorte de reterritorialisation de l’espace mondialisé et des différents types d’espaces migratoires.

4Dans ce contexte, le géographe doit s’interroger sur les itinéraires de ces migrants internationaux : biographiques, professionnels, géographiques. Il fait pour cela appel à des méthodes issues des Sciences sociales, de la sociologie notamment, en réalisant des entretiens avec les acteurs, afin de mieux saisir le choix des itinéraires, leurs logiques, les stratégies migratoires, etc. Ceci dans le but de les cartographier puis d’alimenter et d’illustrer rapports, articles, ouvrages de géographie ou plus largement de sciences sociales.

5Nous nous intéresserons ici plus précisément au cas des migrations clandestines, sujet d’actualité, mais qui possède aussi une certaine épaisseur historique, mais aussi et surtout parce que c’est à travers ce type de migration que se révèle tout particulièrement l’extrême et croissante complexification des itinéraires migratoires internationaux. La raison en est simple : du niveau d’analyse le plus large (politique migratoire de l’Union Européenne par exemple) au niveau national, régional, voire local (multiplication des contrôles et des effectifs policiers aux frontières, renforcement des dispositifs d’interdiction d’accès à certaines zones, etc.), la « planète migratoire » [Simon, 2008] fonctionne généralement sur la logique de fermeture des frontières et de repli de la part des pays les plus riches afin d’empêcher l’arrivée de flux de migrants sur leurs territoires.

6L’exemple de l’immigration clandestine dans la région de Calais, que nous allons analyser dans cet article, est tout à fait symptomatique de ces processus.

7L’objet de cet article n’est pas d’expliquer la situation passée ou présente des migrants de Sangatte, parfaitement analysée par ailleurs par d’autres géographes, sociologues ou organisations associatives de protection des migrants [Laacher, 2002 et 2007 ; Clochard, 2008].

8L’objectif est plutôt de revenir sur les représentations que les géographes produisent de ces itinéraires migratoires à partir justement du matériau qualitatif recueilli auprès des clandestins grâce à un certain nombre d’entretiens. En effet, l’objet carte est très souvent utilisé par les médias, les chercheurs, les responsables associatifs ou politiques… La carte a généralement pour but de donner du poids au récit en offrant notamment au lecteur la possibilité de visualiser d’un coup d’œil les chemins parcourus, d’imaginer les pays traversés et les difficultés inhérentes à ce type de voyages périlleux à de nombreux égards. Ainsi, la carte doit aider à nous rendre plus visibles ces individus clandestins à la marge, le temps de leur périple, nous rendre plus « réels » les itinéraires empruntés.

9Trop souvent pourtant, la carte se justifie d’elle-même en tant qu’objet que l’on n’interroge plus, ou trop rarement, une fois produite. On oublie particulièrement la manière dont elle a été réalisée et les sources sur lesquelles elle s’appuie. Il est exceptionnel en effet que l’on se pose la question de la légitimité de cartographier des itinéraires migratoires clandestins et que l’on s’interroge sur la manière dont sont construites ces cartes particulières. Car en effet, il est de fait admis par la communauté scientifique que la carte possède une valeur propre, qu’elle représente et qu’elle est une ou la vérité sur un phénomène particulier. C’est tout l’enjeu et le pouvoir conféré, consciemment ou non, aux cartes.

10Ainsi à partir d’un exemple précis, il s’agit ici d’interroger la manière dont les géographes se saisissent à travers l’outil cartographique, de la complexité des itinéraires clandestins. C’est bien la place de la technique cartographique, outil par excellence du géographe, dans l’étude et l’analyse des itinéraires clandestins et des espaces traversés qui se trouve ici questionnée. Comment représenter l’errance et la marge avec des instruments scientifiques codés et rationnels ? Quel sens cela peut-il avoir au regard de la complexité des récits de vie des clandestins de la région de Calais ? La cartographie des itinéraires, comme technique et instrument, est-elle adaptée à la lecture et à l’explication du phénomène migratoire clandestin, à l’échelle planétaire ?

  • 2 Voir R Liagre (2002).

11Pour répondre à cette question, nous nous appuierons sur notre propre travail de cartographie des itinéraires de clandestins rencontrés au Centre d’Hébergement et d’Accueil d’Urgence Humanitaire (CHAUH) de Sangatte en 20022. Nous essaierons en quelque sorte de « déconstruire » notre travail pour, ensuite, mieux envisager la compréhension du phénomène de migration clandestine dans le Calaisis.

12La première partie sera consacrée à une critique méthodologique de la manière dont ont été produites ces cartes. Cette « déconstruction » du processus d’élaboration des cartes nous permettra de mettre en exergue dans une deuxième partie les éléments qui font obstacle à notre appropriation de la « réalité » des parcours migratoires clandestins.

13Cela nous amènera à proposer dans une conclusion exploratoire quelques pistes pour une éventuelle alternative à la cartographie traditionnelle des itinéraires migratoires clandestins, que l’on pourrait chercher du côté de la cartographie interactive et/ou multimédias intégrant une dimension plus dynamique, notamment celle du temps, voire encore grâce aux cartes mentales, où la participation du migrant clandestin au processus créatif serait plus importante.

1. Les difficultés de l’approche spatio-temporelle de la migration des clandestins

carte 1 : Principaux itinéraires empruntés par les « réfugiés » afghans et irakiens interrogés au centre de Sangatte (mai 2002)

carte 1 : Principaux itinéraires empruntés par les « réfugiés » afghans et irakiens interrogés au centre de Sangatte (mai 2002)

Source : D’après entretiens avec des « réfugiés » du Centre (O. Derrouiche, R. Liagre)

1.1. Collecte des récits et traduction

14Les récits de voyage des clandestins constituent la matière première pour produire la carte d’itinéraire. C’est dès leur collecte que le chercheur est confronté aux premières limites de son travail, qui jouent un rôle fondamental dans la production finale. L’objectif initial est simple, il s’agit de connaître, pour représenter, les villes, régions ou pays d’origine des clandestins, quelles routes ils ont empruntées pour arriver à Sangatte, quels moyens de transport ils ont utilisés et combien de temps leur périple a duré ?

15Lors de notre travail au centre de Sangatte, nous nous sommes focalisé sur les deux principales nationalités passées par le centre entre septembre 1999 et décembre 2002, c’est-à-dire les Irakiens et les Afghans (respectivement 40 % et 27 %). Il nous fallait donc travailler avec un traducteur qui, s’il maîtrisait l’arabe du Maghreb, ne cernait pas nécessairement toutes les subtilités de celui du Moyen-Orient. Quant au traducteur afghan, lui-même était un ancien « candidat à l’Angleterre », fixé au centre de son propre gré et employé comme médiateur-traducteur par la Croix-rouge, qui avait appris le français notamment au contact des autres médiateurs.

  • 3 Sous le terme de policier, nous comprenons tout type de représentant de la loi : police aux frontiè (...)

16Les spécialistes de l’entretien savent combien cette technique comporte de biais potentiels liés à tous les filtres entre l’enquêté, le traducteur et l’enquêteur. Ces filtres sont nombreux et interagissent : ils relèvent à la fois de la nationalité, du genre, de la catégorie socio-professionnelle, etc. De plus ils sont, dans ce cas précis, suractivés par le rapport entre le clandestin, qui est en lui-même un objet d’étude particulier sans statut de fait, et l’enquêteur, considéré par le migrant (avec suspicion) tantôt comme journaliste, tantôt comme scientifique ou encore comme policier3. Le clandestin n’a pas tellement intérêt à dire la vérité aux personnes qui l’interrogent, ou alors une vérité seulement partielle ou volontairement transformée. Les itinéraires racontés et décrits se sont donc rapidement avérés identiques les uns aux autres et, à peu de détails près, stéréotypés quant au mode de transport, aux villes-étapes traversées, etc.

1.2. Confusion mémorielle, oublis volontaires

17Les conditions matérielles dans lesquelles sont endurés et vécus ces voyages sont particulièrement génératrices de traumatismes susceptibles de perturber les souvenirs, de favoriser le refoulement de cette épreuve. Ceci représente un obstacle supplémentaire à la production d’une carte au plus proche de la réalité.

18Les conditions sont celles relatées avec force dramaturgie par les médias, mais elles n’en demeurent pas moins réelles : le stress permanent de la vie en clandestinité (angoisse, peur et incertitude quant au lendemain), la durée et la pénibilité du voyage (cachés sous des essieux de camions, dans la soute des bateaux ; certains d’entre eux s’installent dans les villes de quelques semaines à plusieurs mois afin de travailler et payer la suite du voyage aux passeurs), conditions de vie générales précaires (faim, soif, froid, chaleur, manque de sommeil, insalubrité des lieux où ils tentent de se reposer, etc.). Sur la route, le migrant est en tension permanente, physique mais aussi affective et psychique, entre le pays et la famille d’origine et l’ailleurs, entre le moment présent et celui à venir, etc. La combinaison de tous ces facteurs crée nécessairement un processus de refoulement et/ou de confusion dans les souvenirs.

1.3. Un récit mythique ?

19Dès lors, à Sangatte, à mesure qu’il est (ra)conté, le voyage se (re)crée au fil du récit, mêlant le vrai et le faux, le réel et l’imaginaire, le vécu et les impressions de vécu, les souvenirs plus ou moins vagues, la mythification de la réalité, les fantasmes.

20La carte des itinéraires, issue de ces récits, n’est ainsi plus une carte de la « vraie » réalité telle qu’un observateur neutre aurait pu l’analyser, mais celle d’un vécu particulier, une carte du souvenir, de l’expérience telle qu’elle a pu être ressentie ou aurait pu être vécue, de l’imaginaire. Le géographe ne doit plus se faire cartographe du réel, mais doit tenter d’être le cartographe du sensible, de la douleur, de la souffrance, des difficiles conditions de l’exil et de la clandestinité (notamment le fait de se cacher perpétuellement), du brouillage des repères spatio-temporels.

21Le produit final, la carte offerte au lecteur, est souvent (sauf à réaliser une investigation journalistique en suivant les clandestins tout au long de leur périple) fondée sur des données rapportées floues et plus ou moins erronées. Cette réalité, plus que sur d’autres problématiques migratoires, est ainsi à relativiser. Le géographe-cartographe doit se montrer humble quant aux résultats qu’il propose et présente comme une vérité.

  • 4 Étant donné la complexification des parcours migratoires, on observe depuis quelques années que la (...)

22On le voit bien sur la carte présentée ici (carte 1), nous avons tracé de simples lignes pour représenter les itinéraires migratoires des clandestins. Or, nous avons pu constater à travers les récits collectés à Sangatte qu’il n’y a pas de linéarité dans leur périple. S’il existe bien un lieu de départ (le village, la ville d’origine) que l’on connaît généralement assez bien, il n’est toutefois pas aisé de caractériser et de représenter les autres espaces traversés par les migrants. À l’exception des espaces de départ et d’arrivée, tous les pays comme la Turquie, la Grèce ou l’Italie semblent identiques. Pourtant, et les récits nous le prouvent, ces espaces se caractérisent différemment. Ils tiennent à la fois lieu de (re)-départ, d’arrivée (toujours plus ou moins provisoire), de transit4. Et c’est justement cette dynamique de recomposition qui rend difficile la représentation pour le géographe. Les espaces se redéfinissent sans cesse et « jonglent » avec les fonctions, ils peuvent être transitoires un jour, devenir définitifs le lendemain (ou du moins le croit-on) et à nouveau se transformer en lieu de départ quelques semaines ou quelques mois plus tard. La difficulté est alors d’essayer d’établir une typologie de ces lieux traversés qui peuvent avoir à la fois des fonctions de départ, de transit, et d’arrivée.

  • 5 Voir notamment les cartes d’Alice Maugeri, in Itinéraires clandestins, disponibles sur [http://blog (...)

23Les itinéraires sont eux aussi difficiles à définir5 puisque le voyage, contrairement à une idée répandue, n’est guère prévu à l’avance. Les clandestins rencontrés à Sangatte avaient rarement, voire jamais, décidé de la route à suivre. Les deux extraits qui suivent sont particulièrement significatifs :

  • 6 Un Irakien interrogé au CHAUH en mai 2002.

« On ne connaît pas les pays qu’on traverse, ou à peu près. C’est la nuit, on a peur, il faut se dépêcher. Il faut se cacher. En plus, tu suis les passeurs, tu leur fais confiance, sans savoir vraiment où ils t’emmènent6. »

  • 7 Un Syrien interrogé par S. Laacher, in Après Sangatte… Nouvelles immigrations, nouveaux enjeux, 200 (...)

« Le voyage, c’est la nuit noire, parce que tu ne sais jamais où tu es, ni où on t’emmène, ni avec qui tu vas, ni par où tu vas passer. Tu ne sais pas si c’est dangereux. Je ne connaissais pas les pays que je traversais7. »

24L’autre point important concerne le caractère statique de la carte présentée ici. Cette méthode nous paraît particulièrement limitée pour représenter un phénomène qui, de par sa nature même, est dynamique. Sur ces itinéraires, aucun élément dynamique ne ressort. On ne peut saisir les causes géopolitiques, économiques, sociales, des départs. Rien n’est présenté concernant les réels obstacles aux frontières, etc. La représentation des moyens de transport est particulièrement limitée aussi ; cette carte ne présente finalement que deux choses, la direction du trajet et l’origine des migrants.

2. La définition du clandestin comme source de difficulté pour le cartographe

25À partir de cet exemple précis de travail cartographique sur les clandestins de Sangatte, il ressort que l’élément « perturbateur » principal de la cartographie des itinéraires clandestins vient de leur rapport au temps et à l’espace induit par la condition même de leur statut.

26Il n’est pas ici question de proposer une réflexion épistémologique stricto sensu autour de la notion de clandestin. Il faut toutefois, puisque ce statut joue un rôle primordial quant à leur façon d’appréhender l’espace et le temps, de s’y inscrire, de représenter et de se représenter leurs itinéraires, apporter quelques éclaircissements sémantiques.

  • 8 La plupart du temps des hommes dans le cas qui nous concerne (environ 80 %), même si les familles d (...)

27Le mot clandestin a pour racine latine clam qui signifie « en secret », terme qui viendrait lui-même de celare signifiant « cacher » (qui a notamment donné « cellule », « occulte »…). La racine même du mot évoque déjà que ces individus évoluent cachés, dans le secret, dans des lieux invisibles (ou rendus tels) par les autres. Mais, au-delà de la sémantique, qui sont aujourd’hui ceux que l’on nomme par commodité clandestins ? Nous proposons pour cet article une définition, qui prend en compte à la fois des critères juridiques et géographiques, selon laquelle les clandestins sont des individus8 qui ont quitté leur pays d’origine pour des raisons majeures (conflits, problèmes d’ordre socio-économique, sanitaire, climatique, atteinte à leur liberté religieuse, d’expression ou autre, etc.) avec pour but de se rendre dans une zone géographique (ici l’Espace Schengen) où ils pourront vivre plus en sécurité (c’est-à-dire travailler et, accessoirement, amener et faire vivre leur famille), mais qui n’ont pas les papiers en règle ni pour y résider, ni pour y exercer une quelconque profession.

  • 9 Ports, hangars, forêts, ponts… Il existe ainsi toute une géographie des espaces de la clandestinité (...)

28Il faut aussi bien garder à l’esprit que, tout au long de leur route, ils vivent dans la clandestinité. C’est-à-dire que leur quotidien se déroule en marge des lois qui gouvernent les pays traversés, en marge des usages communs de la société, en marge de l’espace ordinaire des habitants « légaux » de ces pays (zones peu fréquentées ou inhabitées9). Ce sont, pour reprendre les mots de S. Laacher, des « êtres flottants », qui sont partout et nulle part. Ils sont à la fois extrêmement visibles et à la fois invisibles puisque soit ils se cachent, soit nous (citoyens, autorités, médias) faisons en sorte de ne pas les voir. Ainsi, quiconque aurait traversé le village de Sangatte entre 2002 et 2005 n’aurait pu que croiser des groupes de clandestins marchant sur le bord de la route en direction du centre, du port, de la gare, ou des grandes surfaces. Leur présence peut être surprenante la première fois, mais ces individus en errance étaient totalement intégrés au paysage des riverains qui ne les voyaient plus, ou presque (que trop ?).

  • 10 Le mot projet est entre guillemets car s’il y a bien projet, et même nécessité de départ, il n’y a (...)

29Sur cette question de l’errance, il ressort des entretiens menés auprès des clandestins de Sangatte que tout leur voyage n’est que flottement, que rien n’est linéaire : ni leur « projet10 » de départ, ni la route à suivre, ni les moyens employés, ni la destination finale. Au terme de son long travail sur les clandestins dans différentes parties du monde, Laacher confirme cela lorsqu’il écrit :

« … le clandestin ne connaît pas la géographie des pays qu’il traverse et n’a donc pas le sens de la circulation. Au moment où il les traverse, il ne lui vient pas à l’idée de se procurer une carte routière ou une boussole […]. Rabat, Tripoli, Lampedusa, les îles Canaries, Calais ou Londres ne sont que des mots qui évoquent le réconfort et un travail possible ; en aucun cas ils n’indiquent la direction pertinente pour s’y rendre à moindre risque. »

30et il ajoute un peu plus loin :

  • 11 Voir S. Laacher (2007) p. 78.

« le clandestin est là alors qu’il devrait être ailleurs. Il est présent alors qu’il devrait être, en bonne moralité, absent des lieux. Cela relativise grandement l’enjeu de l’itinéraire et celui du pays de destination finale : ce n’est pas tant où aller que d’arriver qui devient le souci premier. […] … ce n’est pas la destination qui préside à l’itinéraire du clandestin mais bien, de plus en plus, l’itinéraire qui commande la destination finale11. »

31D’une certaine manière exclus (ou s’excluant eux-mêmes pour diverses raisons) de l’espace commun, ils ne partagent pas non plus en toute logique le temps commun avec lequel ils entretiennent un rapport extrêmement altéré. L’exemple de ce jeune Tchétchène rencontré à Sangatte est tout à fait symptomatique : monté dans un camion à Tbilissi en Géorgie, il n’en est ressorti qu’à Calais, et son expérience du voyage était fondée sur les différentes langues qu’il avait entendues (comprises ou devinées) à travers les parois de la remorque. Il lui était donc difficile de faire la distinction entre le jour et la nuit, de savoir combien de jours précis se sont écoulés entre son départ et son arrivée, etc.

32Les clandestins ne peuvent que vivre dans une temporalité qui leur est propre, en marge du temps commun réglé par l’alternance régulière travail/repos, jour/nuit, semaine/week-end. Ainsi, pendant que la nuit, la plupart de la population dort, eux commencent, dès sa tombée, à se mettre en route vers les différents points de passage afin de ne pas être vus. L’horloge, le calendrier prennent difficilement sens dans la clandestinité, car les repères temporels traditionnels sont brouillés, à l’exception de l’alternance naturelle du jour et de la nuit. Quel jour de la semaine sommes-nous, de quel mois ? À quelle date et depuis combien de temps suis-je parti de chez moi ? Autant de questions que le migrant clandestin peut se poser et qui, de facto, vont brouiller les souvenirs qu’il va bien vouloir transmettre à celui qui tient le rôle d’enquêteur.

Conclusion exploratoire

33Comme le sociologue interroge ses méthodes d’enquêtes qualitatives ou quantitatives, nous avons ici tenté d’interroger celles du géographe producteur de cartes. Cette interrogation méthodologique étant, selon nous, indispensable à une meilleure compréhension des résultats et, finalement, des phénomènes étudiés.

34Au terme de cet article il nous faut à présent réfléchir à d’autres pratiques possibles pour cartographier ces trajets clandestins. Les éléments proposés ici sont bien évidemment discutables et à discuter. Il ne s’agit pas de livrer une seule et unique méthode mais davantage d’ouvrir des pistes de réflexion sur les moyens qui pourraient permettre de mieux mettre en valeur l’altérité (notamment celle du temps et de l’espace), la marge, l’invisible, mais aussi le dynamisme des mutations des espaces.

  • 12 Technologies de l’Information et de la Communication.

35Deux pistes peuvent être explorées. La première, d’aspect plus technique, vise à imaginer des moyens de représenter la dimension dynamique, notamment du temps, des changements de fonction des espaces et du (non)-choix des itinéraires migratoires clandestins. Dans ce cas précis, la richesse des outils informatiques et des TIC12 pourrait permettre, à moindre coût, de restituer la dynamique, les discontinuités spatiales et temporelles. Les espaces changeraient de couleurs en fonction de leur statut (pour l’un ce serait un espace d’accueil, pour un autre de transit, pour un autre encore de nouveau départ). On présenterait les diverses possibilités de trajectoires au départ du voyage, avec une sélection qui se ferait en fonction des obstacles et des conditions imposées par les passeurs. De manière plus artistique, on pourrait envisager d’insérer des prises de vue, voire des morceaux de vidéos ou simplement d’intégrer des extraits sonores. Ainsi, ces cartes seraient animées et le lecteur pourrait aussi intervenir ; on peut par exemple imaginer un lecteur créant son propre parcours migratoire en partant d’Afghanistan vers la Grande-Bretagne, avec des obstacles qui lui seraient signalés et l’empêcheraient de prendre telle ou telle option (exemple d’une frontière fermée avec risque d’emprisonnement, et les conditions d’emprisonnement, de reconduite à la frontière, etc. seraient expliquées dans une fenêtre).

  • 13 Voir G. Simon, op.cit., p. 150.

36On pourrait ici essentiellement faire appel à deux types d’art, la littérature et le cinéma, qui sont tout à fait propices à aider à la représentation d’une géographie affective. En effet, comme le souligne G. Simon à propos des migrations en général et que nous reprenons ici à notre compte au sujet des migrations clandestines en particulier, « tout un monde d’affects et de sentiments [est] mis en jeu par la migration, mobilisé tant par la mise à distance, la séparation, l’éloignement, le déracinement, que par l’attachement aux personnes et aux lieux13 » L’insertion d’extraits de textes (par écrit ou lus par des auteurs) ou de films pourrait notablement enrichir la compréhension de ce monde très particulier du voyage clandestin. Ici, la carte deviendrait, ou plutôt retrouverait, sa valeur artistique mais, précisément, pour favoriser la connaissance et la compréhension de la migration clandestine à une échelle fine.

  • 14 Voir G. Simon, idem.

37Ce type de représentation est certes particulièrement complexe à imaginer et à créer, mais il mérite d’être creusé en lien avec les autres disciplines et sciences sociales mais aussi avec tous ceux qui traitent de l’espace au sens large (architectes, artistes, etc.), car comme le souligne G. Simon : « Toutes ces motivations (ndla : qui relèvent de l’affectif), souvent fondées sur des raisons réelles et non dévoilées, parfois non déchiffrables jouent, selon nous, un rôle méconnu mais souvent décisif dans les itinéraires et les destins migratoires, et donc dans les fonctionnements territoriaux14 ».

38Ce travail cartographique transdisciplinaire ferait certainement émerger de nouvelles pratiques, un nouveau regard moins classique et formaté sur les itinéraires clandestins et la manière dont ils sont vécus et perçus par les clandestins. Dans une perspective plus large, ceci redonnerait une valeur aux cartes produites.

39Une autre manière de représenter les itinéraires de clandestins serait d’oublier les questions techniques informatiques et de s’intéresser réellement au récit des migrants. Etant donné l’importance de la recréation du voyage lorsqu’ils se racontent, lorsqu’ils expliquent leur itinéraire, et la part de l’imaginaire, du rêve et des sensations, il serait selon nous tout à fait constructif de faire participer les migrants à la production de la carte, notamment par le biais de la réalisation de cartes mentales. On peut penser que la compilation puis la comparaison de cartes mentales, moins travaillées, moins techniques, seraient propres à se rapprocher au plus près de l’espace imaginaire vécu par les clandestins. N’est-ce pas en effet ce qui compte le plus, puisque finalement les « nouvelles » cartes d’itinéraires migratoires n’en sont plus, ou rarement, puisque l’on connaît la majorité des trajectoires empruntées (par les médias, par la police aux frontières, etc.).

40Malgré les biais que nous avons présentés ici, la carte reste un très bon moyen, sinon le seul exceptée la biographie intégrale, pour représenter la réalité de l’espace géographique et des champs migratoires et notamment pour retracer le cheminement des migrants, clandestins ou non. L’intérêt du géographe n’est pas toujours de (re)présenter le monde tel qu’il est, ou tel qu’il croit qu’il est, mais plutôt d’essayer de montrer comment il est perçu, comment les différents espaces se structurent, selon les individus concernés, et en lien avec des facteurs externes tels que la géopolitique.

41En filigrane cet article en étudiant le « comment ? » de la cartographie des itinéraires clandestins, permet de soulever d’autres questions fondamentales telles que le « pour quoi ? » et le « pour qui ? » de ce type de production. En effet, en réalisant ce type de cartes sur des objets « politiquement incorrects », on doit se poser la question des codes de la sémiologie graphique, particulièrement rassurants pour le lecteur, puisqu’ils correspondent à nos schémas réflexifs traditionnels. Ainsi, un itinéraire est généralement représenté par une flèche partant des pays dits du Sud ou de l’Est vers l’Europe occidentale. Qui emploie ces cartes et dans quels buts ? Autant de questions à approfondir par les géographes et les cartographes tant sur les productions à venir que sur celles passées.

42Plus généralement, se pose aussi ici la question de la transdisciplinarité nécessaire à ce genre de travaux, mêlant d’une part les techniciens de l’enquête, ceux de la carte, voire les professionnels de l’audiovisuel ou même les artistes multimédias avec leur vision tout à fait particulière de l’espace et leur capacité à représenter toute cette géographie de l’affect, intrinsèque aux itinéraires migratoires clandestins.

Haut de page

Bibliographie

CLOCHARD O. (2008), La loi des « jungles ». La situation des « exilés » sur le littoral de la Manche et de la mer du Nord, CFDA, 185 p.

DUMONT F., LIAGRE R. (2005), Sangatte : vie et mort d’un centre de « réfugiés », Annales de géographie, n° 641, pp. 93-112.

GUERINO S., ROBERT S. (2007), Les cartes animées, Mappemonde, n° 86.

KAUFMANT A., (2008), Les joueurs africains rêvent d’Angleterre, Les blogs du Diplo, Visions cartographiques [http://blog.mondediplo.net], (janvier).

LAACHER S. (2002), Après Sangatte … Nouvelles immigrations, nouveaux enjeux, La Dispute, 121 p.

LAACHER S. (2007), Le peuple des clandestins, Calmann-Lévy, 215 p.

LIAGRE R., (2002), Les migrations de réfugiés. Étude d’un cas particulier : les « réfugiés » du Centre d’Hébergement et d’Accueil d’Urgence Humanitaire (CHAUH) de Sangatte, mémoire de DEA, USTL, 112 p.

MAUGERI A. (2007), Itinéraires clandestins, Les blogs du Diplo, Visions cartographiques [http://blog.mondediplo.net], (septembre).

SIMON G. (2008), La planète migratoire dans la mondialisation, Armand Colin, 255 p.

Haut de page

Notes

1 Voir G. Simon (2008), p. 20.

2 Voir R Liagre (2002).

3 Sous le terme de policier, nous comprenons tout type de représentant de la loi : police aux frontières, douanes, juges, etc.

4 Étant donné la complexification des parcours migratoires, on observe depuis quelques années que la fonction d’espace de transit tient une place de plus en plus importante au sein des champs migratoires : « les mouvements de transit ont pris une importance inconnue jusqu’alors dans le fonctionnement des systèmes migratoires régionaux ou globaux » (G. Simon, op. cit., p. 42).

5 Voir notamment les cartes d’Alice Maugeri, in Itinéraires clandestins, disponibles sur [http://blog.mondediplo.net].

6 Un Irakien interrogé au CHAUH en mai 2002.

7 Un Syrien interrogé par S. Laacher, in Après Sangatte… Nouvelles immigrations, nouveaux enjeux, 2002, p. 48.

8 La plupart du temps des hommes dans le cas qui nous concerne (environ 80 %), même si les familles devenaient un peu plus nombreuses à la fermeture du centre.

9 Ports, hangars, forêts, ponts… Il existe ainsi toute une géographie des espaces de la clandestinité qui révèle à quel point les espaces publics légaux sont producteurs de ces lieux où les illégaux et clandestins de toutes sortes trouvent une place où se cacher.

10 Le mot projet est entre guillemets car s’il y a bien projet, et même nécessité de départ, il n’y a pas nécessairement prévision de la destination finale ni même de la route à suivre et des étapes précises à respecter.

11 Voir S. Laacher (2007) p. 78.

12 Technologies de l’Information et de la Communication.

13 Voir G. Simon, op.cit., p. 150.

14 Voir G. Simon, idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre carte 1 : Principaux itinéraires empruntés par les « réfugiés » afghans et irakiens interrogés au centre de Sangatte (mai 2002)
Crédits Source : D’après entretiens avec des « réfugiés » du Centre (O. Derrouiche, R. Liagre)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Liagre, « De la difficulté de cartographier les itinéraires migratoires clandestins », Espace populations sociétés, 2008/3 | 2008, 453-461.

Référence électronique

Romain Liagre, « De la difficulté de cartographier les itinéraires migratoires clandestins », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/3520 ; DOI : 10.4000/eps.3520

Haut de page

Auteur

Romain Liagre

Laboratoire Dynamiques des Réseaux et des Territoires - EA 2468
Université d’Artois – 9, rue du Temple
BP 665 – 62030 ARRAS cedex
liagreromain@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org