Navigation – Plan du site

Éditorial

Christian Vandermotten
p. 375-377

Texte intégral

1La géographie et les sciences de la population en général sont le plus souvent focalisées sur les aspects démographiques et sociaux. L'articulation avec la géo(graphie) politique, proposée dans ce numéro, est plus rare. Le recueil d'articles de qualité, étayés et ne relevant pas du discours journalistique, n'a d'ailleurs pas été aisé. Peut-être est-ce dû pour une part aux réminiscences d'une époque où géopolitique signifiait pseudo-science instrumentalisée au service de divers impérialismes, mobilisant des concepts comme celui de surpopulation pour appuyer des thèses expansionnistes. Sans nier que des pressions démographiques (ou des vides) puissent avoir des impacts politiques, c'est toujours dans un contexte politiquement et socialement surdéterminé. Les articulations entre population et géopolitique relèvent donc avant tout du qualitatif et du construit politique, plus que de soi-disant fatalités des nombres : en témoignent, comme en Pologne, des manifestations d'antisémitisme dans un pays où il n'y a pratiquement plus de Juifs. L'instrumentalisation de l'ethnicité occupe une place importante dans cette articulation entre population et géopolitique. Les articles proposés dans ce numéro en témoignent.

2Christian Vandermotten et Stéphane Rosière montrent que les formes prises par les violences envers les peuples, ethniquement identifiés, sont liées aux logiques économiques. Mais, fondées sur les iconographies et les représentations des autres, leur médiatisation et leur idéologisation peuvent conduire à leur conférer une réelle autonomie par rapport à leurs déterminants fondamentaux (parfois d'ailleurs historiquement dépassés). Ainsi, c'est l'émergence de l'État-Nation, initialement cadre territorial de l'essor des capitalismes industriels, et les luttes impérialistes entre ceux-ci qui ont formalisé les ethnicités et qui, simultanément, leur ont conféré un statut central dans la légitimation des constructions politiques et les ont placées au cœur de la détermination et de la « justification » de conflits. Ces deux aspects dialectiquement liés déterminent deux familles de politiques au regard de l'ethnicité, des in-politics assimilatrices et des ex-politics d'expulsion ou d'élimination. Les accents plus mis sur les in-politics ou sur les ex-politics varient en fonction du positionnement des États dans le système-monde, selon qu'ils soient centraux, semi-périphériques ou périphériques.

3L'article de Phalier Sardon illustre combien l'affiliation ethnique résulte de processus politico-sociaux et d'une construction historique, ici dans le cas de la mosaïque ethnique macédonienne. La situation dans les Balkans reflète le caractère tardif ou inachevé de l'identification ethnique de l'État dans une situation semi-périphérique, longtemps dominée par un Empire tributaire qui utilisait les relais du communautarisme religieux comme technique de gouvernement. L'auteur propose, en démographe, une leçon de critique historique des statistiques ethniques et montre qu'elles ne relèvent d'aucun soi-disant absolu objectif, mais s'inscrivent de plain-pied dans le champ des conflits politiques et des rapports de force sociaux. C'est certainement vrai dans la semi-périphérie, en particulier dans les pays où le modèle soviétique a imposé la différence entre citoyenneté et nationalité, ainsi que dans ceux où le communautarisme à base religieuse reste puissant, en reflet d'un retard historique de développement des États-Nations bourgeois. Mais c'est vrai aussi dans les pays les plus centraux : l'abandon du recensement linguistique en Belgique depuis 1961 en témoigne, de même a contrario que les débats en France quant à la possibilité de disposer d'informations statistiques reflétant des réalités communautaires. La critique menée par l'auteur montre que l'interprétation des données statistiques relève aussi de l'échelle spatiale à laquelle l'analyse est menée.

4La situation d'Israël est exceptionnelle, puisque l'identification ethno-nationale est fondée de fait sur des références communautaires-religieuses (même paradoxalement pour des non-croyants) dans un État qui se prétend contradictoirement à la fois juif et laïc, mais incorpore des citoyens arabes, musulmans ou chrétiens. Ajoutons-y que pour de nombreux citoyens, la langue nationale est ou a été un élément d'identification acquis a posteriori. On ne s'étonnera pas que dans un tel contexte la peur de l'autre soit exacerbée. C'est ce qu'examinent Amnon Kartin et Izhak Schnell, avec un recul critique qui n'était sans doute pas aisé à prendre pour des auteurs israéliens. Le qualitatif s'articule ici avec le quantitatif, dans un cadre politique spécifique. Les auteurs montrent que l'exacerbation de la crainte de l'autre dans un contexte d'attitudes communautaires et de différentiels démographiques très sensibles peut conduire des sociétés démocratiques à mener des actes de violence allant au-delà des principes et des règles de la « violence légitime » de l'État (en ce comprises des ex-politics, le contexte religieux-communautaire excluant des in-politics assimilatrices). Toutefois, le contexte israélien permet le débat démocratique à l'intérieur de la seule communauté juive quant aux solutions territoriales les plus adéquates pour contrer la « menace » de l'autre, tout en en excluant évidemment cet autre, premier concerné. Ce débat géopolitique est sous-tendu par des références culturelles, religieuses, idéologiques, qui renvoient à la question du caractère de l'État d'Israël (et déjà avant sa constitution, de la partition de la Palestine). Il montre l'autonomie acquise par ces facteurs et les modalités de leur construction.

5Gabriel Tati examine l'évolution de la politique d'immigration en Afrique du sud après la fin de l'apartheid. On est bien loin d'une vision idyllique d'une solidarité populaire panafricaine : les Sud-Africains semblent, d'après des enquêtes, montrer le plus haut niveau de rejet des immigrants dans le monde. L'Afrique du sud de l'apartheid encourageait une immigration contrôlée et temporaire de main-d'œuvre, orientée principalement vers le secteur minier et fonction de la conjoncture dans celui-ci. Jointe à la fiction de l'indépendance des Bantoustans, cette présence réduisait plus encore les capacités de réaction des travailleurs noirs. La situation nouvelle limite l'immigration et la réduit aux segments les plus qualifiés, pour lesquels la main-d'œuvre nationale, qui tend dans le chef des Blancs principalement, à quitter le pays pour les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Australie ou la Nouvelle-Zélande, est déficitaire, ce qui handicape les ambitions de développement d'une économie émergente. La multiplication des obstacles bureaucratiques à l'immigration légale entraîne une croissance de l'immigration illégale, exploitée dans le secteur informel, et l'essor de réseaux criminels, accompagné de la corruption de fonctionnaires. En même temps, le nombre de réfugiés ou de pseudo-réfugiés a gonflé. Les mesures de rapatriement des illégaux sont coûteuses et inefficaces, dans un pays aux frontières poreuses. On assiste ainsi au développement de réflexes xénophobes, parfois sanglants, que les discours des médias entretiennent, en même temps que se construit une identité nationale sud-africaine.

6En Europe, la « crainte » des immigrants, expression subjective de l'angoisse des perdants de la mondialisation, nourrit le vote d'Extrême-droite. Celui-ci est bien plus qu'une simple exaspération du vote de droite classique ; il a même souvent, au contraire, une géographie opposée à ce dernier. Il rassemble un électorat qui peut se positionner à gauche sur certains axes de valeurs, mais très à droite sur l'axe universalisme/repli. Gilles Van Hamme montre qu'il n'existe pas de liaison automatique entre réflexes ethnocentriques et vote d'Extrême-droite. L'analyse doit se faire en fonction des contextes d'encadrement socio-politiques nationaux, régionaux et locaux et une approche multiscalaire est donc indispensable.  

7La géopolitique examine classiquement les rapports de force socio-politiques dans des espaces cartésiens, faits d'aires, les territoires, de lignes, généralement continues, les frontières, les routes, de points, les places et les lieux. Ces espaces sont représentables par les techniques classiques de la cartographie, qui sont supposées en donner une représentation « objective » (en fait une modélisation réductrice), dans un langage universellement compris, du moins par les spécialistes. Romain Liagre montre, dans une note examinant le vécu spatial des clandestins attendant autour de Calais une opportunité pour traverser la Manche, que la perception de l'espace par ces migrants est loin de pouvoir être rendue par ce langage ; elle est faite d'impressions, d'angoisses en des places mal définies, de perceptions ponctuelles de lieux inconnus, qui ne peuvent être correctement approchées par une représentation cartographique classique, qui dessinerait sur une carte des flux continus depuis des origines afghanes, moyen-orientales ou caucasiennes jusqu'à un aboutissement nord-ouest européen.

8Le dossier qui termine ce numéro est dû à Frédérique Cornuau et Xavier Dunezat. Il est intitulé « Faire figure d'immigré-E ». Ses auteurs sont guidés par une volonté polémique/politique de remettre en question certains clichés, en restant au niveau des chiffres et sans entrer dans l'évocation des différentes politiques ou non-politiques migratoires auxquelles les immigrants ont été confrontés depuis un siècle. Ils montrent que la féminisation relative de l'immigration est réelle, mais sans être un fait aussi nouvellement massif qu'on a pu le prétendre : la population étrangère en France est aujourd'hui féminine à raison de 48 % (près de 52 % pour la population française de naissance), mais elle comptait déjà 46 % de femmes en 1911, pour retomber ensuite à un minimum de 38 à 39 % entre 1954 et 1968. En outre, les auteurs suggèrent qu'une prise en compte des illégaux réduirait l'image d'une féminisation accrue des migrants. Les auteurs insistent aussi sur une racialisation et une politisation du fait migratoire, confortée par des mesures administratives et les catégories statistiques qui en découlent et mettent moins en avant l'immigration européenne (44 % des immigrés sont nés en Europe en 2005), d'ailleurs de moins en moins aisée à recenser du fait de la liberté de mouvement à l'intérieur de l'Union européenne, que l'immigration « visible » des Maghrébins et des Noirs africains (43 % des immigrés sont nés en Afrique – 40 % pour les femmes, 45 % pour les hommes ; c'est parmi cette immigration africaine que la féminisation a le plus massivement progressé : 27 % d'immigrées en 1968, 47 % en 2005). L'immigré perçu est avant tout l'immigré africain (3,4 % de la population française totale), et non l'immigré en général (8,1 %, en croissance depuis un minimum de 5,0 % en 1946, après un pic précédent à 6,6 % en 1931, ce qui reste bien loin d'une « invasion »). Cette proportion est d'ailleurs moindre que dans d'autres pays européens (l'Allemagne, la Belgique, l'Autriche, la Suisse) et a fortiori qu'aux États-Unis, au Canada ou en Australie.

9Le ressenti d'une « pression migratoire » est, tout comme le sont les « menaces (et les identités) ethniques », un construit socio-politique, en général excluant, qui n'a rien (ou peu) à voir avec les nombres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Vandermotten, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2008/3 | 2008, 375-377.

Référence électronique

Christian Vandermotten, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/3 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/3470

Haut de page

Auteur

Christian Vandermotten

Université Libre de Bruxelles
Campus de la Plaine - CP 246
Boulevard du Triomphe
B. 1050 Bruxelles
Belgique
cvdmotte@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org