Navigation – Plan du site
Articles

Inégalités écologiques, inégalités sociales et territoires littoraux L’exemple du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais, France)

Ecological Inequalities, Social Inequalities and Coastal Zone: The Case Study of the District of the Chemin Vert in Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais, France)
Philippe Deboudt, Valérie Deldrève, Vincent Houillon et Didier Paris
p. 173-190

Résumés

Se fondant sur l’étude d’un cas, le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer, les auteurs proposent dans cet article une réflexion sur les relations entre les dimensions socio-urbaines et environnementales dans la construction des inégalités sociales et écologiques. À partir de deux approches en géographie et en sociologie, les auteurs analysent la construction de l’espace urbain et les processus de marginalisation qui l’associe dans les années 1990 à une zone urbaine sensible. Si les caractéristiques sociales de ce quartier le rangent sans ambiguïté dans la catégorie des quartiers socialement très défavorisés, l’inégalité environnementale est partielle par rapport aux autres quartiers de la ville. En effet l’environnement urbain du quartier est certes bien dégradé par la faiblesse de l’accès aux services, par la qualité médiocre de ses logements et par sa marginalisation spatiale mais il bénéficie d’un environnement « naturel » objectivement positif que lui procure sa situation littorale et sa proximité à la mer. Les politiques de rénovation urbaine soutenues par l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine en 2004 marquent une rupture dans cette évolution avec notamment un projet urbain intégrant la prise en compte de la dimension littorale et maritime du quartier. Une étude sociologique menée en 2006-2007 montre les difficultés de l’appropriation de ces transformations par les habitants. L’environnement vécu et perçu par les habitants diffère fondamentalement de celui des acteurs du territoire. La notion d’inégalité écologique s’enrichit de la double lecture des approches sociologique et géographique

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article présente une partie des recherches réalisées dans le cadre d’un projet soutenu par le p (...)

1L’inégalité écologique est devenue en France, depuis quelques années, un nouvel objet de recherche [Charles et al., 2007], en lien notamment avec le programme de recherche « Politiques territoriales et développement durable » du Ministère de l’Écologie et de l’Aménagement Durables (MEDAD) et du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA). Les recherches présentées dans cet article en sont issues1. Depuis quelques années en effet, des travaux scientifiques se sont intéressés aux relations entre la géographie des contraintes environnementales (exposition aux risques, aux pollutions, aux nuisances…) et les caractéristiques socio-économiques et sociologiques des populations. Généralement, à une accumulation de difficultés sociales s’ajoute la présence d’un environnement dégradé, lequel constitue à la fois un aspect supplémentaire de l’inégalité et l’aboutissement d’un processus de fragmentation excluant les populations les plus défavorisées d’agréments environnementaux. Les espaces urbains et métropolitains français sont les terrains de recherche privilégiés pour l’étude des inégalités écologiques à partir d’une approche territoriale : « Les politiques urbaines mises en œuvre en lien avec le processus de métropolisation peuvent conduire à des effets cumulatifs entre inégalités sociales et écologiques » [Laigle, 2006]. Lydie Laigle et Vincent Oehler (2004a, b, 2005) ont analysé ces relations dans les métropoles régionales françaises et identifié quatre types d’inégalités écologiques : les inégalités territoriales, les inégalités dans l’accès aux facilités et aménités urbaines, les inégalités dans l’exposition aux risques et nuisances urbaines et les inégalités dans la capacité d’influence sur les politiques environnementales et urbaines. Les inégalités écologiques peuvent désigner, selon L. Laigle et V. Oelher (2004a, b, 2005), un cumul de disparités d’accès à la qualité du cadre de vie et d’exposition aux nuisances engendrées par l’expansion urbaine et aux risques industriels et naturels. Elles ne sont pas indépendantes des autres formes d’inégalités sociales (inégalités de revenu, d’emploi ou de consommation). Se fondant sur l’étude d’un cas, le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer, nous proposons, dans cet article, les réflexions issues d’un questionnement croisé entre géographes (Ph. Deboudt, V. Houillon, D. Paris) et sociologue (V. Deldrève) sur les relations entre inégalités écologiques et inégalités sociales. Le propos de cet article s’inscrit dans cette problématique mais il développe une situation inhabituelle et atypique. Si les caractéristiques sociales de ce quartier le rangent sans ambiguïté dans la catégorie des quartiers socialement très défavorisés, l’inégalité environnementale est partielle par rapport aux autres quartiers de la ville. En effet l’environnement urbain du quartier est certes bien dégradé par la faiblesse de l’accès aux services, par la qualité médiocre de ses logements et par sa marginalisation spatiale mais il bénéficie d’un environnement « naturel » objectivement positif que lui procurent sa situation littorale et sa proximité à la mer. Cet article s’efforce de montrer que les politiques urbaines, qui depuis plusieurs décennies ont provoqué la marginalisation socio-spatiale de ce quartier, s’emparent aujourd’hui des atouts de l’environnement naturel pour inverser la tendance de la dynamique sociale. En effet, la rénovation du quartier à l’œuvre depuis 2004 s’appuie sur la redécouverte et la valorisation de la « maritimité » du lieu. Le concept a fortement inspiré les acteurs du projet urbain dont les réalisations concrètes en portent profondément la marque. En revanche, une étude sociologique réalisée en 2006-2007 [Deldrève, 2008] montre qu’il demeure encore peu approprié par les habitants du quartier eux-mêmes qui considèrent d’abord l’espace littoral comme un espace de pratiques ordinaires inhérentes au quartier, avant d’être un site naturel et un paysage remarquable. L’environnement vécu et perçu par les habitants diffère fondamentalement de celui des acteurs du territoire. La notion d’inégalité écologique s’enrichit de la double lecture des approches sociologique et géographique

1. Les inégalités écologiques : un regard croisé entre sociologie et géographie

1.1. Les inégalités écologiques : les spécificités d’une approche littorale

2En référence à la double dimension sociale et territoriale des inégalités écologiques, les auteurs de cet article ont mobilisé les méthodologies de la géographie, de l’aménagement et de la sociologie pour étudier le sens de cette notion et les liens entre inégalités écologiques et inégalités sociales dans un territoire où les recherches sur ce thème sont encore exploratoires, le territoire littoral. Comme les métropoles, les territoires littoraux sont insérés dans la mondialisation en lien notamment avec le développement du transport maritime, du tourisme, de l’économie portuaire et résidentielle. Ces territoires renferment aussi des espaces de haute valeur écologique, objet d’une grande variété de politiques, françaises ou européennes, de préservation du patrimoine et des espaces naturels (politiques réglementaires, foncières, contractuelles). Les relations mises en œuvre dans les territoires littoraux entre, d’une part, des espaces de haute valeur écologique dont le patrimoine naturel est source d’aménités environnementales et, d’autre part, les formes d’appropriation, les mobilités et les usages, souvent conflictuels de l’espace et différenciés en fonction des types de population, peuvent être analysées sous le prisme des inégalités écologiques. Les inégalités écologiques ne sont pas ici principalement abordées en fonction de l’exposition à des nuisances ou des risques mais sont liées essentiellement aux aménités offertes par une situation particulière et notamment aux possibilités de jouissance du milieu naturel. Ainsi, contrairement aux précédents travaux sur les inégalités écologiques ou environnementales, les inégalités écologiques s’expriment à partir de l’accès ou de l’appropriation d’aménités environnementales. D’après la typologie des inégalités écologiques définie par L. Laigle et V. Oehler (cf. supra), les observations réalisées dans un territoire littoral sont susceptibles de révéler au moins quatre types d’inégalités écologiques : des inégalités territoriales en lien avec l’appropriation de l’espace littoral et les différences de valeurs foncières ; des inégalités en lien avec l’accès aux aménités littorales ; des inégalités dans l’exposition aux risques naturels et technologiques ; des inégalités dans la capacité d’influence, de mobilisation et d’action pour la mise en œuvre des politiques environnementales ou urbaines. À partir d’un terrain d’étude combinant à la fois une dimension urbaine, comparable aux espaces urbains déjà analysés en rapport avec les inégalités écologiques (zones urbaines sensibles) et une situation littorale, nous proposons de répondre à plusieurs questions : Quelle est l’influence de la situation géographique littorale dans l’expression des inégalités écologiques ? Les inégalités écologiques sont-elles des facteurs d’aggravation des inégalités sociales ? Comment sont perçus les facteurs de valorisation d’un territoire (aménités littorales) par des populations marquées par de fortes inégalités sociales ?

1.2. Le terrain d’étude : un quartier en zone urbaine sensible avec vue sur mer

  • 2 Loi du 24 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance pour la ville : article 2.

3Le terrain d’étude choisi dans cet article correspond à une zone urbaine sensible située dans l’agglomération de Boulogne-sur-Mer : le quartier du Chemin Vert (figure 1). Les zones urbaines sensibles (ZUS) sont en France des quartiers urbains dont le périmètre a été fixé par la loi du 14 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance de la ville. Les ZUS sont « caractérisées par la présence de grands ensembles ou de quartiers d’habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l’habitat et l’emploi »2. Le choix de ce terrain permet d’établir un lien avec les recherches menées précédemment dans les métropoles. Ce quartier est identifié comme un espace de marginalisation sociale. L’objectif de la recherche consiste à étudier les relations entre les inégalités sociales et les inégalités écologiques dans ce territoire urbain littoral. Nous souhaitons démontrer le rôle des politiques urbaines dans la construction de ces relations. Le quartier du Chemin Vert est situé dans la périphérie de l’agglomération de Boulogne-sur-Mer et marginalisé par rapport aux principales fonctions urbaines. Cependant, il s’est développé sur un site bénéficiant d’un potentiel d’aménités environnementales remarquable (vue sur la mer exceptionnelle, proximité géographique avec des espaces naturels protégés ou un parc naturel régional, figure 1). En comparaison des quartiers socialement défavorisés, traditionnellement insérés dans des espaces urbains marqués par la concentration des formes de dégradation environnementale, quelles sont les conséquences de ces effets de site sur l’évolution du quartier (d’un point de vue des politiques urbaines) et sur les relations entre les habitants et leur environnement. A priori, dans ce quartier, ces effets de site pourraient contribuer à limiter les inégalités écologiques qui, dans des quartiers aux caractéristiques sociales similaires, aggravent les inégalités sociales. Dans le cadre d’une approche sociologique, les inégalités écologiques sont analysées comme des formes d’inégalités sociales. D’où un certain scepticisme à l’idée qu’elles puissent ne pas se confondre dès lors qu’une population socialement défavorisée bénéficie d’un libre accès à la plage, d’un joli point de vue sur la mer ou de la proximité d’un site naturel préservé. Non loin des controverses sur ce qu’est la liberté d’accès, l’appréciation esthétique d’un paysage ou celle plus scientifique d’un écosystème, des questions relatives au contenu normatif de la notion d’inégalité écologique et à son intérêt heuristique se posent. Comment appréhender la complexité sociale sous-jacente, la nature des relations entre inégalité sociale et inégalité écologique ?

Figure 1 : Le quartier du Chemin vert à Boulogne-sur-Mer : Localisation, insertion dans l’espace urbain boulonnais et relation avec l’environnement littoral

Figure 1 : Le quartier du Chemin vert à Boulogne-sur-Mer : Localisation, insertion dans l’espace urbain boulonnais et relation avec l’environnement littoral

1.3. Méthodologie de la recherche

  • 3 Le quartier du Chemin Vert est composé de trois sous- quartiers : Transition, Triennal et Aiglon.

4Une étude documentaire [Bourdais, 1997 ; Lottin, 1983] a permis d’identifier les différentes étapes de constitution de ce quartier à la périphérie de la ville de Boulogne-sur-Mer. L’analyse de données statistiques [INSEE, 1998, 1999, 2007] détermine les caractéristiques et l’évolution des facteurs socio-démographiques des populations urbaines. L’étude de l’évolution des politiques urbaines mises en œuvre pour ce quartier, et notamment du projet de rénovation en lien avec l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine, complète les deux approches précédentes pour l’identification des relations entre inégalités écologiques et sociales [Abid et Loubière, 2006 ; ANRU, 2004 ; Castro et al., 2006 ; Leleu et al., 2007]. Les travaux de V. Deldrève (2008) ont consisté en la réalisation d’une enquête qualitative pour appréhender les rapports des habitants au littoral et à la mer dans le quartier du Chemin Vert. La mise en œuvre d’une étude sociologique conjointement à l’étude géographique du quartier du Chemin Vert doit permettre d’approfondir l’identification des liens entre inégalités écologiques et inégalités sociales et de donner sens, ou non, aux objectifs des projets de renouvellement urbain mis en œuvre dans le quartier depuis 2004 [Manusset et al., 2007)] : quels rapports entretiennent les habitants de ce quartier avec le littoral ou la mer ? Dans cette perspective, une méthodologie quantitative, appliquée en vue de mesurer les inégalités écologiques, s’avérait inadaptée. Il ne s’agissait pas, en effet, d’évaluer, mais d’explorer ces rapports, en évitant de provoquer, par des questions portant directement sur le sujet, un « sur-dimensionnement » de la relation des résidents à leur environnement littoral (ce qui excluait l’emploi d’un questionnaire ciblé sur les usages et représentations de l’environnement littoral et marin). S’ajoutait, en outre, la difficulté de passer un questionnaire auprès d’une population aux conditions de vie précaires et peu mobilisable dans le cadre d’une enquête aussi formelle et ostensiblement portée sur l’environnement. Ainsi l’enquête qualitative représente une option forte, axée sur l’environnement tel qu’il est vécu par les résidents de ce quartier littoral (et non tel qu’il a été défini ou pensé par les acteurs dans le cadre du projet de rénovation urbaine). Ont été réalisés à cet effet une vingtaine d’observations des usages du rivage boulonnais ou encore des rassemblements associatifs du quartier, et vingt six entretiens semi-directifs auprès de résidents et de quelques informateurs privilégiés (bailleurs, personnels de la mairie, travailleurs sociaux). La population ainsi touchée n’est pas statistiquement représentative du quartier du Chemin Vert, mais elle est toutefois diversifiée en fonction de l’âge, du genre, du type de ménage et du sous-quartier d’appartenance. La moitié d’entre-elle est locataire, depuis moins d’un an, de logements sociaux neufs, produits phare de la réhabilitation de Transition3 (figure 1). Sans être l’objet premier de notre recherche, cette réhabilitation était incontournable in situ, idoine pour investir des thématiques telles que l’appropriation des lieux ou la sensibilité des résidents à la valorisation de la dimension maritime du quartier. Les résultats de cette enquête apportent d’une part des enseignements sur les usages associés à l’environnement immédiat des résidents et sur la valeur qu’ils lui confèrent, d’autre part, des enseignements sur les formes constitutives de l’inégalité écologique et sur leur lien avec les autres formes d’inégalités sociales.

2. Inégalités sociales et inégalités écologiques dans le quartier du Chemin Vert : de l’ignorance à la valorisation de la dimension littorale dans la construction territoriale

2.1. Le quartier du Chemin Vert à Boulogne- sur-Mer : une périphérie socialement défavorisée marquée par un cumul d’inégalités sociales

5Le Chemin Vert s’est constitué en trois étapes entre 1945 et 1974. La construction de ce quartier est contemporaine de la période de reconstruction d’après guerre, suite aux destructions importantes subies par la ville et le port de Boulogne-sur-Mer (85% de la ville est détruite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale). Les habitants sans-abri sont relogés dans des baraquements d’urgence. Un espace vacant peut les accueillir sur un vaste espace agricole, à la périphérie Nord de la ville, à l’écart du centre-ville : le Chemin Vert. Le plan de reconstruction de la ville et de son centre (plan Vivien du nom du ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme de l’époque) nécessite le relogement de la population. Les baraquements du Chemin Vert sont remplacés par les nouveaux logements « Million » en référence à leur prix en anciens francs dans les années 1950. Les « expropriés » du centre-ville sont accueillis dans le quartier « Transition » achevé en 1960. Dans un contexte de difficultés économiques et sociales, la construction des deux autres secteurs du Chemin Vert, Triennal (parce que construit en 3 ans de 1966 à 1969) et Aiglon en 1974 complètera la constitution de cette périphérie urbaine.

6Le quartier du Chemin Vert est un quartier « populaire » situé à 1,5 km du centre-ville au nord de la commune de Boulogne-sur-Mer, sur un plateau dominant la zone portuaire de la ville et la vallée de la Liane. Il est composé de trois sous-quartiers : Transition, Triennal et Aiglon, dont les limites varient selon le point de vue des acteurs politiques, des habitants ou encore du découpage statistique. Couvrant un peu plus d’une centaine d’hectares, l’ensemble compte 11 000 habitants (RGP 1999), répartis de manière à peu près équivalente dans les trois secteurs, soit un quart de la population de la ville (45 100 habitants selon l’estimation de 2005). Le quartier se caractérise par une grande jeunesse démographique, 40% des habitants ayant moins de 20 ans, mais surtout par le cumul de toutes les variables de la marginalisation et de la ségrégation sociale et économique. La situation socio-économique du quartier s’écarte en effet fortement de la situation moyenne de la ville, pourtant globalement socialement pauvre et défavorisée dans le contexte français (figures 2 et 3). Près de 50% des actifs sont au chômage alors que la moyenne des ZUS au niveau national est de 20% et de 22% à Boulogne- sur-Mer. La structure des familles est marquée par l’importance de la monoparentalité (1/3 de familles monoparentales). Les ménages sont essentiellement locataires d’un logement social (80% des logements), le reste relevant du locatif privé. Le seul quartier du Chemin Vert concentre la moitié des logements sociaux de Boulogne-sur-Mer, ville où pourtant le logement social est surreprésenté par rapport à d’autres centres urbains de tailles équivalentes. Toutes ces variables caractérisent une situation de pauvreté que l’on peut résumer par la faiblesse des revenus fiscaux (figure 4). Ceux-ci sont en effet largement inférieurs à la moyenne de l’agglomération, la médiane des revenus étant inférieure à 5000 euros annuels alors que pour l’ensemble de la France, ce chiffre s’élève à 14 000 euros (RGP 1999). Au total, seule la faiblesse de la population étrangère ou d’origine immigrée singularise le quartier du Chemin Vert de la plupart des quartiers classés en ZUS. À cette accumulation d’indicateurs de difficultés et de marginalisation sociale, s’ajoutent-elles des inégalités écologiques ?

2.2. L’environnement urbain : la médiocrité du parc de logements et de l’accessibilité urbaine

7Cette périphérie urbaine est assez proche du centre-ville (1,5 km) mais des facteurs topographiques contribuent à sa marginalisation géographique. Un dénivelé topographique relativement important (70 m) isole ce quartier du centre ville. Par ailleurs, cet isolement est renforcé par la coupure urbaine représentée par la présence d’un cimetière et d’un camp militaire qui sépare le Chemin Vert de la ville.

Figure 2 : Inégalités sociales, la ZUS du Chemin vert en perspective (Population de la ZUS : 7 006 habitants ; Superficie de la ZUS : 45 ha)

Figure 2 : Inégalités sociales, la ZUS du Chemin vert en perspective (Population de la ZUS : 7 006 habitants ; Superficie de la ZUS : 45 ha)

Sources INSEE RP 1999 / DGI 2004 (Données fiscales) / Min. de l’Intérieur (2005) / Min. de l’Educ. Nat. (2004) http://sig.ville.gouv.fr/​

Figure 3 : Le sous-quartier Transition (Données IRIS, RGP 1999)

Figure 3 : Le sous-quartier Transition (Données IRIS, RGP 1999)

Figure 4 : Médiane des revenus en euros de Boulogne-sur-Mer et communes voisines

(Unité de consommation - 2002)

(Unité de consommation - 2002)
  • 4 ZFU : Zone Franche Urbaine. Définies pour la première fois en 1996 pour favoriser l’emploi. Les ent (...)

8Jusqu’à une période récente, les conditions de vie urbaine étaient marquées par une dégradation environnementale. Les bâtiments « provisoires » du sous-quartier Transition sont très dégradés et très mal insonorisés. Malgré plusieurs programmes de réhabilitation (PALULOS) menés dans les années 1980, la qualité du bâti et du confort est restée faible à Transition et à Triennal. Les populations les plus pauvres sont contraintes d’habiter dans les logements les moins coûteux. L’implantation des immeubles et des tours est aussi un facteur aggravant du malaise social. À Transition, les barres d’immeubles sont parallèles et à Triennal, elles sont organisées autour d’une tour qui peut-être à l’origine d’un sentiment d’enfermement, exacerbé par les nombreuses impasses et l’insuffisance des routes qui traversent le quartier. Les espaces publics sont absents. L’ensemble du quartier constitue une seule et même parcelle appartenant à un bailleur unique. Le découpage foncier avec la ville de Boulogne-sur-Mer n’a pas été réalisé et explique l’absence d’espaces publics intermédiaires, de parcs ou jardins, d’espaces verts, qui faute d’affectation deviennent incivils. Le mono-fonctionnalisme résidentiel a pendant longtemps largement présidé à la réalisation de ce type de quartier de grands ensembles. Il a participé à la formation d’une image négative et dévalorisée de cette périphérie urbaine quand même atténuée par l’implantation de services publics (collèges, mairie de quartier, bureau de poste, Police) et plus récemment encore d’une médiathèque. Enfin les entreprises privées sont inexistantes dans ce quartier qui ne dispose pas du classement en ZFU4. Les commerces de proximité sont situés dans une rue proche (la rue du Chemin Vert) qui jouxte les trois sous-quartiers. Les populations du quartier du Chemin Vert ne sont pas directement exposées à des nuisances environnementales. La vulnérabilité aux aléas naturels est relativement faible (classement en zone bleue dans le PPR falaise du Pas-de-Calais en 2007). Les autres nuisances environnementales (bruit, pollution) sont limitées aux usages des mobylettes, mini-motos et quads. Le quartier du Chemin Vert est donc marqué par d’importants problèmes sociaux, un accès très limité à l’urbanité et une qualité de l’environnement urbain médiocre. Par contre, il est situé dans un territoire littoral bénéficiant d’un potentiel d’aménités. Ces aménités associées à la proximité de la mer ont habituellement été valorisées dans les processus de construction territoriale. Elles l’ont été pour la constitution d’un bien commun dans le cadre des politiques de préservation du patrimoine naturel ou, à l’inverse, dans le cadre d’une appropriation privative de l’espace, pour des populations socialement favorisées (usage résidentiel, touristique de l’espace littoral). Sur ce territoire littoral de Boulogne-sur-Mer, on observe deux trajectoires différentes en termes de construction territoriale :

  • la relégation de populations socialement défavorisées dans une périphérie urbaine, marginalisée par rapport à la ville. L’urbanisation « tourne le dos » à la mer. C’est la position de « marge urbaine » qui justifie la construction de ce quartier du Chemin Vert.

  • une valorisation des aménités littorales dans les espaces proches du quartier, sur le « front d’urbanisation » de la ville de Boulogne-sur-Mer (périmètre du parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale).

9Le quartier du Chemin vert représente donc un espace urbain et littoral original dans lequel la mise en valeur des aménités littorales pourrait constituer un « levier » potentiel d’atténuation des inégalités sociales.

2.3. La valorisation de l’environnement littoral et maritime dans les politiques urbaines récentes

10La valorisation des aménités littorales sur le site du Chemin Vert représente une dimension importante du projet mis en œuvre pour le renouvellement urbain de ce quartier dans les années 2000. Un projet urbain sélectionné par l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine a utilisé les atouts géographiques du site pour tenter d’atténuer le monolithisme social et la marginalisation urbaine de ce quartier. Contrairement à beaucoup de quartiers situés dans les métropoles où les facteurs de marginalisation sociale sont aggravés par des facteurs de vulnérabilité et de dégradations environnementales, dans le quartier du Chemin Vert, les aménités littorales pourraient constituer un potentiel pour la réduction des inégalités écologiques et l’atténuation des inégalités sociales (figure 5).

11Le site présente certes les inconvénients topographiques énoncés précédemment mais il est aussi un atout exceptionnel. La partie nord du plateau bénéficie de la plus belle vue sur mer de la ville de Boulogne-sur-Mer, « un des plus beaux sites du parc HLM de France » pour les urbanistes [Abid et Loubière, 2006]. Le Parc Naturel Régional des Caps et Marais d’Opale est mitoyen du secteur de l’Aiglon et de Beaurepaire. Des paysages ruraux situés au nord du quartier renforcent l’attractivité du site. La proximité d’un patrimoine historique (Colonne de la Légion d’honneur et la Colonne de la Grande Armée) renforce les atouts environnementaux du site. L’histoire urbaine du quartier montre l’absence de liens avec la mer sur le plan de la valorisation patrimoniale et touristique, car l’histoire du quartier est associée à celle d’habitants qui travaillaient en mer ou dans les industries de transformation des produits de la mer. Ce fait représente une forme d’inégalité écologique. Un site littoral identique approprié et urbanisé en lien avec le développement touristique est généralement associé à une valorisation foncière ou immobilière pour des populations socialement favorisées. L’absence de prise en compte de ces aménités environnementales pour le développement urbain d’un quartier rassemblant des populations socialement défavorisées représente une forme d’inégalité écologique.

12Le projet de rénovation urbaine du Chemin Vert a été confié par l’ANRU à l’Atelier Castro-Denissof-Casi (2006). Le projet concerne le sous-quartier Transition avec la rénovation du bâti (démolition, reconstruction et rénovation de bâtiments) Ces opérations sont actuellement en cours de réalisation. Plusieurs barres ont déjà été détruites, certaines le sont actuellement. De nouveaux logements ont été reconstruits : 300 logements nouveaux avaient été prévus initialement, puis 600 après la visite du site par le ministre du Logement J.-L. Borloo en 2005 qui a souhaité assimiler le quartier du Chemin Vert à une « vitrine » des projets mis en œuvre par l’ANRU. Les objectifs du projet comportent aussi le renforcement des services urbains, définis par les auteurs du projet comme des équipements de loisirs liés au niveau de vie (infrastructures sportives ou à destination culturelle, création d’un véritable espace public avec une place centrale, des services et commerces).

13La valorisation de la maritimité a été proposée par les concepteurs du projet comme une idée maîtresse, structurant le projet de rénovation urbaine. Pour les architectes, la maritimité constitue un ensemble de rapports à la mer susceptible de traductions urbanistiques : un espace de loisir récréatif et de proximité propice aux pratiques récréatives (ramassage des moules et des coquillages, fréquentation de la plage) ; un lieu de vie professionnelle pour de nombreux habitants qui sont parfois d’anciens pêcheurs ; un paysage, même si la mer n’est pas toujours directement visible par tous les habitants, notamment à Triennal où les barres donnent souvent sur d’autres immeubles et à Aiglon où elle est masquée par les autres quartiers.

Figure 5 : Photographies aériennes obliques du quartier du Chemin Vert (Boulogne-sur-Mer)

Figure 5 : Photographies aériennes obliques du quartier du Chemin Vert (Boulogne-sur-Mer)

Transition, Triennal et Aiglon. La colonne de la Grande Armée à l’arrière plan (NAI, décembre 2006)

Vue vers le Nord. Au premier plan, le quartier du Chemin Vert. A l’arrière plan, le littoral de la Côte d’Opale et la station balnéaire de Wimereux (NAI, mai 2007)

14Le projet comporte aussi la volonté de modifier l’appropriation de l’histoire du quartier par ses habitants en inscrivant dans l’urbanisme l’histoire maritime de Boulogne-sur-Mer. Pour l’atelier Castro-Denissof-Casi (2006), « ce qui peut être vécu comme relégation aux confins urbanisés de la ville peut être retourné comme une situation géographique privilégiée ». La valorisation des aménités littorales représente un des leviers essentiels de la rénovation urbaine et du changement de représentation du quartier du Chemin Vert. En termes de réalisations architecturales, cette mise en valeur des aménités se traduit par la construction de nouveaux logements où l’on privilégie l’horizontalité avec de grandes baies vitrées et des extensions en pignon de proue, loggias et jardins d’hiver tournés vers la mer. Les traitements de façade utilisent les hauteurs et les couleurs. Dans les secteurs rénovés, la transformation du bâti a été radicale. Les habitations s’organisent en îlots ou en bandes, à patio ou petits collectifs, avec jardins et parcs de stationnement. La diversité des nouveaux logements doit permettre d’introduire une mixité sociale (l’une des conditions liées au financement attribué par l’ANRU). La création de nouvelles rues pour désenclaver le quartier et un nouveau plan d’implantation des nouveaux logements améliorent la vue sur la mer. Le symbole de ce nouveau rapport à la mer, inscrit dans l’urbanisme, est constitué par la réhabilitation d’une tour de logement (la « tour O »), la plus haute du quartier, pour la mettre en lumière tel un « phare dans la ville ». Associé à 2 barres maintenues (les autres sont ou seront détruites), l’objectif est d’associer à l’image du nouveau quartier la silhouette d’un paquebot.

15La mixité sociale, affichée comme objectif de tout projet de renouvellement urbain, et objectif principal des projets ANRU, est, à ce jour, peu perceptible dans la transformation du quartier. Le projet de rénovation urbaine du quartier Transition prévoit de reloger la grande majorité des habitants déplacés (le relogement des anciens habitants est une obligation des projets ANRU). Ce sont ces mêmes habitants socialement défavorisés qui occupent les nouveaux logements ou qui vont les occuper. Peu d’habitants originaires d’autres quartiers de la ville de Boulogne-sur-Mer seront logés dans les nouveaux bâtiments. La diversification sociale est liée à l’occupation de logements non demandés par les anciens locataires et au développement d’une offre locative libre (dispositif du 1% logement). La revalorisation sociale du quartier souhaitée par le processus de rénovation urbaine se réalise cependant sur les zones voisines où une pression foncière est observée. L’introduction de l’image de la maritimité dans l’urbanisme du quartier est globalement une réussite et contribue à modifier son image mais de nouveaux problèmes apparaissent. La maritimité a été utilisée plus pour l’aspect esthétique des bâtiments que pour leur fonctionnalité. Des problèmes liés à l’architecture des maisons se sont manifestés très rapidement. Les grandes baies vitrées balayées par les vents violents et les embruns salés sont l’objet de dégradations et nécessitent un entretien renforcé. Les frais de chauffage, dont le coût est difficilement supportable par les habitants, pourraient s’élever. La non-prise en compte de l’impact des facteurs de l’environnement littoral (exposition à une fréquence de vents forts) dans les transformations architecturales pourrait contribuer à la création de nouvelles inégalités écologiques.

3. Les rapports des habitants du quartier au littoral et à la mer : réussites et échecs des projets urbains dans la réduction des inégalités écologiques

16En 2005, une mission de l’Inspection générale de l’environnement et du Conseil Général des Ponts et Chaussées a analysé plus spécifiquement les inégalités écologiques en milieu urbain et notamment dans les zones urbaines sensibles [Dieboldt et al., 2005]. Une étude de l’INSEE [Rizk, 2003] a montré le lien entre la dégradation du cadre de vie et le revenu des ménages : les ménages les plus pauvres habitent dans des quartiers plus bruyants. L’observatoire des zones urbaines sensibles a analysé dans son rapport 2004 à partir de l’enquête permanente de l’INSEE sur les conditions de vie des ménages, l’exposition des habitants des ZUS aux nuisances et risques environnementaux [DIV, 2004]. D’un point de vue général, les résultats de l’enquête montrent que l’intérêt des habitants par rapport au cadre de vie, quelle que soit la zone de résidence, est atténué ou relativisé par rapport à d’autres questions jugées plus importantes (chômage, délinquance). Les rapports de l’observatoire des ZUS publiés en 2005, 2006 et 2007, n’abordent pas la question des liens entre le cadre de vie et les conditions socio-économiques des populations. L’absence d’intérêt pour cette question est de fait susceptible d’accentuer les inégalités environnementales dans ces quartiers. Dans le rapport de l’Observatoire des Zones Urbaines Sensibles publié en 2004 [DIV, 2004] une question concerne la présence des espaces verts à proximité domicile ; la différence entre les ZUS et les autres territoires urbains porte moins sur la présence des espaces verts que sur leur nombre. Concernant l’exposition aux risques naturels, il n’y a pas de différences significatives entre les communes avec ZUS ou sans. Les différences deviennent plus importantes pour l’exposition aux risques industriels et technologiques : 41% des communes avec ZUS sont exposées au risque industriel et 21% des communes sans ZUS (mais appartenant à des unités urbaines avec ZUS). L’étude sociologique réalisée par V. Deldrève (2008) dans le quartier du Chemin Vert apporte des précisions sur les rapports entre les habitants, leur quartier, le littoral ou la mer. Ces rapports révèlent la persistance ou l’atténuation des inégalités écologiques en lien avec les récentes politiques de rénovation urbaine.

3.1. L’espace vécu du quartier du Chemin Vert et l’appropriation des nouveaux logements

17Au cours de l’enquête de terrain réalisée entre septembre 2006 et septembre 2007 se sont progressivement dessinés les contours du quartier, ses liens avec la ville de Boulogne-sur-Mer, dont il représente une marge urbaine. Les non-résidents interrogés pour les rapports étroits qu’ils entretiennent - le plus souvent dans un cadre professionnel - avec la population du Chemin Vert, le distinguent voire l’opposent à Boulogne-sur-Mer : « ceux du plateau ne descendent pas à la ville », « être du Chemin Vert, ce n’est pas être de Boulogne-sur-Mer ». Et il est tout à fait probable que ces propos correspondent à une certaine réalité. Toutefois, pour les résidents rencontrés, le sentiment d’appartenance au quartier n’est pas exclusif, il est au contraire la raison explicite de leur attachement profond à Boulogne-sur-Mer et à leur région.

18De même, les contours du Chemin Vert sont abstraits et prédominent l’appartenance à un sous-quartier (Transition, Triennal ou L’Aiglon). Les tensions de voisinage entre locataires de logements neufs à Transition semblent faire sens à la lumière de l’origine résidentielle des protagonistes. Et les réseaux amicaux sont définis comme internes aux sous-quartiers, forgés par de longues années de voisinage. Les locataires qui ont toujours ou plusieurs décennies durant résidé à Transition le décrivent comme une entité à part entière, distincte et « rayonnante » puisqu’ils lui rattachent par extension les rues adjacentes qui le desservent. Conscients de la stigmatisation sociale dont ils font l’objet, ils survalorisent leur quartier, déplorent sa mauvaise image et, pour certains, jusqu’à son nom : « Transition ne devrait pas s’appeler Transition », « Ce n’est pas un nom pour un quartier». Les liens familiaux et amicaux, l’ambiance de quartier, où les résidents dénoncent des nuisances propres aux habitats collectifs mais peu d’insécurité, la qualité des services de proximité et l’environnement « exceptionnel » dont il bénéficie sont convoqués tous azimuts pour dépeindre le sous-quartier en termes positifs.

19L’appartenance au quartier - ou plus justement au sous-quartier - est sans conteste un élément identitaire fort qui s’enracine dans une histoire de vie marquée par une mobilité géographique très faible (limitée aux divers quartiers de Boulogne-sur-Mer et la commune voisine de Wimereux), voire inexistante. Seuls les interviewés les plus âgés ont pu bénéficier, au fil de leur carrière professionnelle, d’une mobilité résidentielle ascendante : de Transition à Triennal puis à L’Aiglon. Le chômage croissant et la précarité ont contribué à figer les populations et accru la tendance au repli sur soi. Les mobilités provoquées par les politiques de logement, pour contrer des problèmes d’incivilité (en déplaçant, à titre d’exemple, des résidents de Transition à Triennal) ou plus récemment pour accompagner la réhabilitation de Transition, sont le plus souvent mal perçues - « on déplace les problèmes, c’est tout ! » -, et la très faible mixité ainsi insufflée clairement désapprouvée. Le sentiment d’appartenance est de toute évidence renforcé par l’omniprésence de l’univers familial, fondé sur une grande proximité spatiale tant intergénérationnelle que collatérale. L’entraide familiale et les visites quotidiennes sont prégnantes. Les relations entre mères et filles, notamment, sont très structurantes, renforcées par des maternités précoces et la nécessité de lutter contre l’isolement et la précarité. La famille se présente finalement comme un haut lieu de cohésion et d’insertion sociale, de valorisation et de réalisation de soi, c’est aussi bien souvent le seul qui soit accessible. Les liens amicaux nourrissent le même sentiment d’appartenance. Peu étendus, les réseaux amicaux sont toutefois très présents et reposent sur de longues années de voisinage. Jouant un rôle analogue aux liens familiaux, ils survivent aux mobilités résidentielles qu’ils freinent cependant. Quant aux rapports de voisinage, qu’on sait denses en milieu ouvrier, ils se sont affaiblis ces vingt dernières années : « on se visite peu » entre colocataires. Résidents et gardiens imputent le déclin de cette pratique, autrefois coutumière, aux politiques de logement et aux mobilités induites : « Maintenant on ne se connaît plus » ; « On sait ce que l’autre a, mais on ne sait pas qui il est ». Il est possible également que la dégradation sociale du quartier ait entamé la vitalité des relations de voisinage. Et ce d’autant que la consommation comme pratique valorisante de distinction et d’imitation s’est affirmée comme fin en soi, alors même que la population du Chemin Vert se paupérisait.

20La mer, première source de revenus au sein de ce quartier, où résidaient des pêcheurs, dockers et de nombreux employés du mareyage et de la transformation des produits de la mer, a cessé progressivement de l’être, sans que d’autres sources d’emploi se substituent à elle. Les relations et notamment les solidarités de travail qui alimentaient la vie de quartier se sont éteintes, accélérant la retraite vers le domicile et la sphère familiale. De nombreuses associations veillent à animer cette forme de vie collective dans le but explicite de « faire sortir les gens de chez eux ». Mais les liens sociaux qu’elles cherchent à tisser sont fragiles, malgré le dynamisme dont elles font preuve, dynamisme matérialisé à travers maintes activités sportives ou culturelles et l’ouverture d’une laverie sociale, micro-projet abouti dans le cadre de la réhabilitation de Transition. La laverie est le seul projet « résident » et associatif abouti. Un autre projet d’envergure, la création d’une régie, est mort-né sans que les responsabilités soient clairement établies. Elles questionnent toutefois les modes d’appropriation souhaités et le contrôle que la mairie et le bailleur entendent exercer.

  • 5 Ainsi certains interviewés, issus des sous-quartiers voisins, avaient déménagé parce que leur état (...)

21L’enjeu, inhérent à la réhabilitation de Transition et la condition sine qua non de sa durabilité, est sans aucun doute la capacité d’appropriation des résidents. Tous apprécient leurs nouveaux logements, malgré, pour ceux dont le bâtiment délabré a été détruit, quelques réserves initiales voire quelques désagréments (problèmes de construction ou d’aménagement). Ces locataires ont été logés d’office et en priorité dans la nouvelle cité, en habitat collectif, généralement avec vue sur mer ou en maison individuelle avec jardin. Mais les 130 familles choisies en commission pour « la première vague » de relogement, l’ont été également pour d’autres motifs : sanitaires, adaptation du logement à la taille restreinte du ménage5.

22Le changement de logement s’opérait sans hausse de charge ni de loyer et devait bénéficier prioritairement aux résidents du Chemin Vert, que la réhabilitation du quartier ne devait pas chasser. Les critères d’attribution semblent plutôt figés et la mixité sociale écartée, malgré l’émergence d’une demande croissante provenant d’autres quartiers.

23À l’observation, l’appropriation des lieux est rapide, jardins et vérandas sont investis, personnalisés. Mais les requêtes des résidents pour clôturer leurs maisons ou améliorer les espaces verts collectifs ne sont pas satisfaites, au nom du respect du projet tel qu’il a été conçu par l’atelier Castro et peut-être des limites imposées à une appropriation sous contrôle. Le sous-quartier est perçu comme de qualité : « c’est beau », et « agréable à vivre », « près de tout (de la famille, des commerces, administrations, du cimetière) comme avant », « mais en mieux ». Plus orientés vers la mer, les appartements « avec vue » sont prisés. La proximité de la mer et l’exposition des appartements au vent marin ne semblent pas pour le moment générer de nuisances, ni de coûts induits. Les nuisances décrites sont d’un autre ordre, celui du non-respect de l’espace privé ou de la collectivité, des cohabitations difficiles et des incivilités. L’identité de quartier est au Chemin Vert une référence identitaire structurante qui repose sur divers cercles d’appartenance, de micro-dimensions comme le sous-quartier, les réseaux amicaux et surtout familiaux, et d’autres plus méso, soit l’environnement littoral et maritime boulonnais. La réhabilitation du quartier de Transition et de ses dimensions maritimes, bien que partiellement identifiées, est considérée comme très positive, objet de revalorisation sociale pour les résidents. Celle-ci opère d’autant plus que, jusqu’à présent, seule la famille était source de qualification dans un quartier lourdement stigmatisé socialement.

3.2. Une appropriation difficile des dimensions littorales et environnementales

24Le rapport à la mer et au littoral des résidents de la Côte d’Opale et plus particulièrement du quartier du Chemin Vert est à première vue très distant. Nombre d’informateurs disent connaître des enfants ou jeunes adultes qui ne sont jamais allés à la plage ou d’autres, plus âgés, qui se moquent de la vue sur la mer dont ils bénéficient depuis leur fenêtre. Anecdotiques, ces faits sont présentés comme emblématiques de l’absence de lien entre le quartier et son environnement littoral. Mais le rapport à l’environnement maritime est polymorphe et l’on peut concevoir que les standards actuels de valorisation patrimoniale et touristique liés aux aménités littorales soient moins prégnants dans le Nord - Pas-de-Calais et a fortiori au Chemin Vert que dans d’autres régions ou auprès d’autres types de population. Pour autant, cet environnement est bien perçu comme un élément d’identification et de qualification du cadre de vie et une source d’aménités. Si les résidents ne commentent pas spontanément la vue offerte, une grande partie d’entre eux affirment néanmoins qu’» il ne faudrait pas leur retirer », elle constitue une partie intégrante de leur environnement familier, qu’ils qualifient volontiers de « privilégié » ou d’ « envié ». Les aménités sont des « classiques » du littoral : la sortie solitaire au Calvaire des marins, en famille sur les chemins aménagés du bord de mer, avec les enfants aux jardins du front de mer, aux abords du Centre national de la mer (Nausicaa) ou au Portel, et, les beaux jours, à la plage la plus proche, voire à Wimereux. « Les vacances, c’est la plage », excepté pour les personnes âgées ou à mobilité restreinte par de lourds problèmes de santé. Elle pallie les départs en vacances et les activités de loisir, moins familiers ou aux coûts prohibitifs, telles les aménités littorales culturelles et sportives à l’accès plus sélectif (visite de Nausicaa, pratique de la voile…).

25Cependant, pour les résidents du Chemin Vert, la mer et le littoral ne se réduisent pas à des éléments plus ou moins marquants de leur cadre de vie ou à une source de loisirs plus ou moins sollicitée. Ils ne sont pas considérés pour autant comme milieu naturel à préserver. La relation à la mer était pour les plus de 50 ans une relation de travail. Quelle que fut leur profession (pêcheurs, dockers, saisonniers…), ils soulignent la pénibilité de celle-ci : nocturne ou trop matinale, dans des conditions météorologiques difficiles, physiquement éprouvantes… De proches parents ont péri en mer et beaucoup ont perdu leur emploi. La mémoire maritime du quartier n’est pas entretenue, aucun mythe ne la transcende et les métiers de la mer sont peu valorisés. En outre, malgré des perspectives de rémunération attrayantes, la filière halieutique n’attire plus les jeunes, une désaffection qui n’est pas propre au Chemin Vert, mais qui renforce ici le sentiment d’un lien autrefois vital, aujourd’hui distendu, presque oublié, si ce n’est dans une configuration plutôt négative.

3.3. Les effets ambivalents des inégalités sociales sur les inégalités écologiques

26Le lien à la mer n’est pas revitalisé grâce à la montée en légitimité des préoccupations écologiques dans notre société. Les valeurs auxquelles se réfère le quartier sont celles de l’identité, de la solidarité et de la reconnaissance en tant que groupe dans un territoire. Les références à l’identité et la solidarité s’expriment dans le souhait d’un relogement sur place. Chaque sous-quartier du Chemin Vert (Transition, Triennal, Aiglon) constitue un territoire à part, avec une hiérarchie implicite entre eux. Les résidents, aux prises avec des difficultés socio-économiques importantes et propres à favoriser un certain repli sur des sphères privées, manifestent globalement peu d’intérêt pour l’environnement littoral et marin. Plus largement, leurs préoccupations restent étrangères aux questions d’ordre écologique. Ils peuvent être amenés à lire quelques articles sur le sujet, parmi d’autres plus prisés. Mais la presse locale et les magazines qu’ils affectionnent ainsi que les loisirs auxquels ils s’adonnent sollicitent peu les canaux d’information disponibles en la matière. Sur le plan des pratiques, l’instauration du tri sélectif dans les nouvelles résidences représente une petite révolution culturelle à laquelle les résidents se sont facilement pliés. Subsistent quelques problèmes imputables à la division des tâches préexistantes, telles les poubelles déposées au pied de conteneurs inaccessibles aux enfants chargés de les jeter avant d’aller à l’école. La maîtrise des dépenses de chauffage, collectif, est une autre petite révolution pour celles et ceux qui vivaient jusqu’à leur récent déménagement dans de vieux appartements qu’ils chauffaient individuellement. Mais la maîtrise des coûts a un caractère plus concret et immédiat que l’enjeu écologique qu’elle sert, à savoir la lutte contre le gaspillage énergétique. Ils sont tous deux dissociés dans les propos et les manières de penser ; ne subsiste que la question des charges à supporter.

27Pourtant, au gré des entretiens, quelques personnes impliquées dans des associations dont l’objectif manifeste est d’améliorer le cadre de vie et le quotidien des résidents se sont montrées plus sensibles aux enjeux environnementaux. Leurs discours imprécis témoignent d’un modeste niveau de connaissance assez modeste en la matière. Mais leur intérêt semble grand, nourri par une motivation principale : les implications concrètes pour « les enfants », leurs enfants et ceux des générations à venir : « à voir ce qui va se passer pour les enfants. Ça fait peur pour eux… ». Les problèmes environnementaux décrits le sont à travers le prisme du quartier : les incivilités, le « manque de respect », la dégradation des arbres, la détérioration des poubelles sont autant d’aspects cités pour leurs méfaits sur l’environnement, parce qu’observés et subis. L’environnement, c’est comme le quartier finalement : « on y vit bien, si on le respecte ». Les problèmes sont le plus souvent le fait d’enfants, parfois d’adultes de tous âges et la responsabilité incombe à « ceux qui laissent faire » par crainte des représailles ou manque de discernement. Les problèmes perçus comme le produit d’un agrégat de comportements individuels, irrespectueux du quartier et par extension de l’environnement, ne sont pas insolubles, puisqu’ils relèvent de la responsabilisation de chacun. L’engagement individuel de ces interviewés puise sa raison d’être dans l’appropriation et le sentiment d’appartenance Ils sont responsables de « leur » environnement comme ils le sont de « leur » quartier.

28Les inégalités sociales que subissent les résidents sont marquées et conscientes, mais sans faire l’objet de protestation. Les inégalités écologiques, quant à elles, ne sont pas vécues comme telles, notamment parce qu’ils ont le sentiment de bénéficier d’un cadre de vie privilégié bien qu’habituel et « naturel ». Ce sentiment est renforcé par la valorisation nouvelle et croissante du quartier hors de ses limites (demandes externes de logements, discours gratifiants sur la vue depuis Transition…). Peu conscientes, ces inégalités sont pourtant observables à travers deux dimensions qui interrogent :

  • L’accès très limité aux autres aménités liées à la mer, inaccessibles de par le coût induit ;

  • une méconnaissance profonde des problèmes environnementaux littoraux (locaux ou plus globaux) et des politiques associées.

29Et comment pourrait-il en être autrement ? Aménités littorales et écologie demeurent ségrégatifs, au point d’écarter ceux qui de par leurs usages passés ou leur proximité spatiale, ont nourri un sentiment d’appartenance au littoral. Un sentiment propre à développer, s’il était légitimé, une auto-responsabilisation vertueuse à l’égard de lieux qu’ils pourraient considérer alors comme « leur environnement » ou mieux celui de leurs enfants.

Conclusion

30Les réflexions développées dans cet article contribuent à rapprocher les préoccupations sociales et écologiques qui, généralement, s’ignorent mutuellement selon le propos de J. Theys (2007). J. Theys (2002, 2007) a abordé indirectement la thématique des inégalités écologiques, à partir des politiques de remédiation de ces inégalités (politiques locales de développement durable). Ce faisant, il porte un regard assez critique sur ces politiques dans la mesure où elles tendent à se focaliser sur des mesures de conservation de l’environnement ; un environnement dont ne bénéficient pas les populations les plus défavorisées. L’une des hypothèses généralement formulées considère que cela est toutefois différent sur le littoral car le libre accès à la mer, à l’estran, aux plages, aux sentiers littoraux et aux espaces protégés ouverts gratuitement au public et qui appartiennent notamment au Conservatoire du Littoral et aux départements permettent à ces populations d’y accéder. Ces éléments offrent ainsi la possibilité à tout à chacun de profiter d’aménités littorales telles que les paysages et la pratique de la pêche à pied. Les résultats présentés dans cet article montrent la difficulté à établir une relation aussi directe entre, d’une part, la mise à disposition d’aménités littorales par des politiques publiques ou la construction d’espaces urbains valorisant ces aménités et, d’autre part, les usages et les modalités d’appropriation de l’espace par les populations urbaines socialement défavorisées. La réflexion proposée dans cet article, à partir d’une double approche géographique et sociologique sur les inégalités écologiques et les inégalités sociales analysées dans un territoire littoral (quartier de relégation de la ville de Boulogne-sur-Mer concerné par une intervention publique le Chemin vert) conduit à un certain nombre de remarques et ouvre une série de pistes de réflexion sur le thème de la valeur. La dimension environnementale du cadre de vie des habitants est plus une valeur identifiée par les acteurs extérieurs au quartier de relégation (urbanistes, architectes, responsables de l’ingénierie du développement urbain) que par les habitants eux-mêmes. Le regard porté de l’extérieur, qui souligne le potentiel du site en termes de valorisation des aménités littorales, contraste avec le faible degré de perception de cet atout chez les habitants. Certes, les difficultés sociales vécues passent au premier plan et ne peuvent permettre de se contenter d’un paysage rare pour dépasser les difficultés du quotidien. Par contre, la valeur d’usage de l’environnement maritime proche est réelle et s’exprime à travers différentes pratiques qui amènent les habitants à profiter des aménités du milieu (baignade, pêche, ramassage de coquillages…). Les acteurs extérieurs de la transformation urbaine du quartier dans le cadre du projet ANRU reprennent à leur compte facilement ce thème de la valeur environnementale, ici le site littoral et maritime, pour développer un concept appliqué à leur intervention : la « maritimité ». L’action de l’urbaniste cherche à faire sens par rapport à son territoire d’intervention. Mais la traduction opérationnelle du concept possède des limites lorsque les habitants eux-mêmes semblent peu sensibles à la valeur à laquelle il se réfère. Si les habitants ne se reconnaissent pas directement dans le concept de « maritimité », l’intervention publique massive et qualitative crée un syndrome paradoxal auprès de certains qui se demandent s’ils sont « dignes de ces nouveaux logements » : exclus, vivant dans la pauvreté ou à ses confins, ils expriment un doute soudain, celui d’être des privilégiés : « et si on ne le méritait pas ? » La question de l’environnement comme valeur sociale, et non simplement comme aménité, représente certainement une piste intéressante dans l’analyse de la question des inégalités écologiques. Si les habitants, quoique usagers du milieu maritime, ne se reconnaissent pas forcément dans la « maritimité », les associations peuvent réaliser un travail considérable en révélant aux habitants la représentation de la valeur sociale objective ou subjective de l’environnement, sa richesse, et en leur redonnant la fierté de leur territoire, donc de ce qu’ils sont.

Haut de page

Bibliographie

ABID A., LOUBIÈRE A. (2006), Le quartier Transition à Boulogne-sur-Mer, Urbanisme, n° 348, pp. 30-36

Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) (2004), Opération de rénovation urbaine du secteur de Transition du quartier du Chemin Vert à Boulogne sur Mer, Convention pluriannuelle, 11 octobre 2004, 44 p.

BOURDAIS V. (1997), Le Chemin vers…, CREAFI, Conseil Général du Pas-de-Calais, 45 p.

CASTRO R., DENISSOV S., CASI S. (2006), Renouvellement urbain dans la cité de Transition dans le quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer, Cahier des charges urbaines et architecturales, 26 p.

CHARLES L., EMELIANOFF C., GHORRA-GOBIN C., ROUSSEL I., ROUSSEL F.-X., SCARWELL H., Les multiples facettes des inégalités écologiques, Développement durable et territoire, n° 9, http://developpementdurable.revues.org/document3892.html

DEBOUDT Ph. (coord.), BELLAN G., BELLAN-SANTINI D., DAUVIN J.-C., DELDRÈVE V., GHÉZALI M., HERBERT V., HOUILLON V., LONGUÉPÉE J., LOZACHMEUR O., MEUR-FÉREC C., MOREL V., PARIS D., BERTHELOT D., DUBOIS J. (2007), INégalités ECOlogiques dans les marges urbaines des territoires LITtOraux (http://d2rt-gizc.univ-lille1.fr), Séminaire du 16 janvier 2007 « Les inégalités écologiques, facteurs ou non d’aggravation des disparités sociales », La Défense, www.territoires-rdd.net, pp. 14-17.

DELDRÈVE V. (2008), Inégalités écologiques et inégalités sociales dans le quartier du Chemin Vert (Boulogne-sur-Mer) et au Touquet (Pas-de-calais) : étude sociologique des rapports au littoral et à la mer de populations littorales, Rapport de recherche, Université de Lille 1.

Délégation Interministérielle à la Ville (DIV) (Brévan C., dir.) 2004, Rapport de l’observatoire national des zones urbaines sensibles, pp. 124-131.

DIEBOLDT W., HELIAS A., BIDOU D., CREPEY G. (2005), Les inégalités écologiques en milieu urbain, Rapport de l’inspection générale de l’Environnement, ministère de l’Écologie et du Développement durable, Paris, 71 p.

INSEE (1998), Panorama des zones urbaines sensibles, Nord-Pas-de-Calais, Profils, n° 5, 8 p.

INSEE (1999), Fiche profil quartiers de la politique de la ville, RGP 1990 et 1999 : Zone Urbaine Sensible Chemin Vert, Boulogne-sur-Mer, 12 p. (http://sig.ville.gouv.fr/documents/zus/profils/3108010.pdf)

INSEE (2007), Regards sur les quartiers en Nord-Pas-de-Calais, 68 p.

LAIGLE L. et OEHLER V. (2004a), “How to integrate social and environmental aspects in housing and urban policies: some experiences from France and Germany”, in Marchettini, Brebbia, Tiezzi, Wadhwa (eds.), The Sustainable City, Urban regeneration and sustainability, WIT PRESS, pp. 443-452.

LAIGLE L., OEHLER V. (2004b), Les enjeux sociaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques, Rapport final pour le PUCA – MELT, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, Paris, 100 p. (http://desh.cstb.fr/)

LAIGLE L. (2005), Les inégalités écologiques de la ville : caractérisation des situations et de l’action publique, Rapport Intermédiaire pour le PUCA – MEDD, Programme « Politiques Territoriales et Développement Durable », 122 p. (http://desh.cstb.fr/)

LAIGLE L. (2006), Métropolisation et développement durable, Pouvoirs locaux, vol. 70, n° 3, pp. 33-40.

LELEU S., JOCTEUR-MONROZIER A., JOURNIEUX P., PANAYOTY M., POLONCEAUX A. (2007), Environnement littoral et quartiers de relégation des marges urbaines : mutations, usages et projets ; l’exemple du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer, Rapport d’atelier, Master AUDT ENVAR 1ère année, Université de Lille 1, 152 p.

LOTTIN A. (dir.) (1983), Histoire de Boulogne-sur-Mer, Lille, Presses Universitaires de Lille.

Préfecture du Pas-de-Calais (2007), Plan de Prévention des Risques littoraux liés à l’évolution des falaises entre Equihen plage et Sangatte (Arrêté, règlement, note de présentation), 51 p.

MANUSSET S., BRODACH A., MARCHAIS L. (2007), Pour une approche des inégalités écologiques à travers les définitions de la « qualité du cadre de vie », Développement durable et territoire, n° 9, URL : http://developpementdurable.revues.org/document3439.html.

Préfecture du Pas-de-Calais (2007), Plan de Prévention des Risques littoraux liés à l’évolution des falaises entre Equihen-plage et Sangatte (Arrêté, règlement, note de présentation), 51 p.

RIZK (2003), Le cadre de vie des ménages les plus pauvres, INSEE Première, n° 926, 4 p.

THEYS J. (2002), L’approche territoriale du développement durable, condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Développement Durable et Territoire, 1, http://developpementdurable.revues.org/document1475.html

THEYS J. (2007), « Pourquoi les préoccupations sociales et environnementales s’ignorent-elles mutuellement ? Un essai d’interprétation à partir du thème des inégalités écologiques », in P. Cornu, T. Bauler, E. Zaccaï (eds), 2007, Environnement et inégalités sociales, Université de Bruxelles, pp. 23-35.

Haut de page

Notes

1 Cet article présente une partie des recherches réalisées dans le cadre d’un projet soutenu par le programme « Politiques territoriales et Développement durable », du PUCA (Ministère de l’Equipement) et MEDD, associant aménageurs, géographes, sociologues, écologues, juristes et économistes, à partir d’études de cas situés en Côte d’Opale et dans l’aire métropolitaine de Marseille [Deboudt et al., 2007].

2 Loi du 24 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du pacte de relance pour la ville : article 2.

3 Le quartier du Chemin Vert est composé de trois sous- quartiers : Transition, Triennal et Aiglon.

4 ZFU : Zone Franche Urbaine. Définies pour la première fois en 1996 pour favoriser l’emploi. Les entreprisesqui s’y installent bénéficient d’exonérations fiscales.

5 Ainsi certains interviewés, issus des sous-quartiers voisins, avaient déménagé parce que leur état de santé ne leur permettait plus de résider au 3e étage d’un immeuble vieillissant, ou parce que, suite au départ des enfants, ils demandaient un logement de taille inférieure.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le quartier du Chemin vert à Boulogne-sur-Mer : Localisation, insertion dans l’espace urbain boulonnais et relation avec l’environnement littoral
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 2 : Inégalités sociales, la ZUS du Chemin vert en perspective (Population de la ZUS : 7 006 habitants ; Superficie de la ZUS : 45 ha)
Crédits Sources INSEE RP 1999 / DGI 2004 (Données fiscales) / Min. de l’Intérieur (2005) / Min. de l’Educ. Nat. (2004) http://sig.ville.gouv.fr/​
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3307/img-2.png
Fichier image/png, 47k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3307/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 3 : Le sous-quartier Transition (Données IRIS, RGP 1999)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3307/img-4.png
Fichier image/png, 96k
Titre (Unité de consommation - 2002)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3307/img-5.png
Fichier image/png, 100k
Titre Figure 5 : Photographies aériennes obliques du quartier du Chemin Vert (Boulogne-sur-Mer)
Légende Transition, Triennal et Aiglon. La colonne de la Grande Armée à l’arrière plan (NAI, décembre 2006)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Vue vers le Nord. Au premier plan, le quartier du Chemin Vert. A l’arrière plan, le littoral de la Côte d’Opale et la station balnéaire de Wimereux (NAI, mai 2007)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Deboudt, Valérie Deldrève, Vincent Houillon et Didier Paris, « Inégalités écologiques, inégalités sociales et territoires littoraux L’exemple du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais, France) », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 173-190.

Référence électronique

Philippe Deboudt, Valérie Deldrève, Vincent Houillon et Didier Paris, « Inégalités écologiques, inégalités sociales et territoires littoraux L’exemple du quartier du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais, France) », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/3307 ; DOI : 10.4000/eps.3307

Haut de page

Auteurs

Philippe Deboudt

Laboratoire TVES
EA 4019
Université de Lille 1
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
philippe.deboudt@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Valérie Deldrève

CLERSE, UMR CNRS 8019
Université de Lille 1
Faculté de Sciences Économiques et Sociales
59655 Villeneuve-d’Ascq
valerie.deldreve@univ-lille1.fr

Vincent Houillon

Laboratoire TVES
EA 4019
Université de Lille 1
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
didier.paris@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Didier Paris

Laboratoire TVES
EA 4019
Université de Lille 1
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
didier.paris@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org