Navigation – Plan du site
Articles

Les jeux de la frontière franco-espagnole au Pays Basque dans le contexte européen

French-Spain Border Games in the Basque Country in the European Context
Hélène Vélasco-Graciet
p. 305-317

Résumés

Si le Pays Basque est considéré comme un territoire identitaire ancien, il a été coupé, dans le temps long, par une frontière internationale. Depuis 1992, les programmes de coopération transfrontalière participent à l’adoucissement de l’ancienne discontinuité politique. Cependant, à côté de cette reconstruction institutionnelle et souhaitée par les pouvoirs publics, d’autres phénomènes d’ordre culturel participent à la construction d’un nouvel espace frontalier et notamment des phénomènes résidentiel, linguistique et festif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M.-C. Fourny (dir.) (2003), Le rapport à la frontière et la construction d’espaces transfrontaliers(...)
  • 2 H. Vélasco-Graciet et X. Canas (2004), Eurocité basque Bayonne-Saint-Sébastien, Bulletin de l’As­so (...)

1L’histoire du 20ème siècle a été marquée par de profondes mutations et de graves crises, phénomènes d’une ampleur mondiale qui ont fait apparaître ce siècle comme une charnière entre deux époques. Un de ces phénomènes fut sans nul doute le passage d’une Europe scindée en territoires nationaux s’opposant dans le temps de façon plus ou moins violente à une Europe se constituant en un territoire politique vaste et sans frontière. La suppression des frontières en son sein fut, en fin de compte, l’étape finale d’un processus de mutation d’une idéologie géopolitique non plus fondée sur le conflit mais sur l’entente entre les peuples jusque là « ennemis » et servant de base forte dans un jeu stratégique situé à l’échelle mondiale, construisant ce que certains appellent le paradigme européen. La volonté de supprimer en 1992 les frontières institutionnalisées s’est accompagnée de mesures spécifiques et notamment de la mise en place de programmes de coopération transfrontalière (programmes Interreg)1. Par ces programmes, les acteurs locaux et les populations frontalières ont été invités à «coopérer» et à participer à la construction de cette nouvelle Europe. Le Pays Basque, comme d’autres zones frontalières, a fait son entrée dans ces processus de coopération et a joué le jeu des alliances transfrontalières. Les projets de coopération initiés dans ce cadre apparaissent, après quelques années de fonctionnement, comme participant à l’émergence d’un territoire transfrontalier effaçant la frontière ou du moins lui conférant un nouvel attribut celle de lien, de pont pourrait-on dire2. Ce territoire émergeant pourrait se fonder sur une idéologie ancienne qui a traversé les mouvements séparatistes il y a quelques années et qui, aujourd’hui, se voit réapproprié et admis par la société civile et entre dans une conception politique largement diffusée et relative à la construction d’une Europe des régions.

2À côté de cette reconstruction institutionnelle et souhaitée par les pouvoirs politiques, il semble que d’autres phénomènes d’ordre culturel se répandent du sud vers le nord du Pays Basque traversant la frontière ou du moins jouant avec elle

  • Phénomène résidentiel, tout d’abord, puisque aujourd’hui, les autorités municipales hendayaises estiment la population espagnole résidant dans cette ville à près de 20% de la population totale.

  • Phénomène linguistique ensuite, puisque le nombre des implantations d’établissements scolaires proposant un enseignement du basque a connu depuis ses débuts un fort essor sur le territoire du Pays Basque français.

  • Phénomène festif enfin, puisque les fêtes de Pampelune semblent être devenues un modèle reproductible sur l’ensemble du Pays Basque et bien au-delà de ses limites.

  • 3 Nous avons choisi de traiter des trois phénomènes de mobilité résidentielle, linguistique et festiv (...)
  • 4 J. Saramago (1990), Le radeau de pierre, Paris, Seuil.

3Les nouvelles territorialités générées par ces phénomènes3 en construction entraînent avec elles une sorte de déplacement ou de jeu de l’ancienne frontière internationale et ce, a contrario du scénario proposé par J. Saramago dans Le radeau de pierre4. Elles suivent une sorte d’avancée métrique qui irait du sud (Pays Basque espagnol) vers le nord (Pays Basque français et au-delà) avec le transfert de modèles se fondant sur la mobilité résidentielle, la langue et la fête. Dans la foulée, de façon ténue et progressive, elles instaurent des façons de faire, de voir et d’appréhender un avenir collectif sur un territoire encore hétérogène : si les hommes s’arrêtent aujourd’hui à Hendaye, la langue basque peut être apprise jusqu’à Bayonne et la fête basque peut être pratiquée jusqu’à Dax, Mont-de-Marsan (département des Landes) et même Vic-Fezensac (département du Gers).

  • 5 Ikastola : école en langue basque.

4Ce transfert (ou peut-être ce passage) de modèles du sud vers le nord ne provoque ni remous ni violence, les acteurs y voient bien au contraire une sorte d’opportunité politique de renouvellement. Le discours construit autour de ces trois phénomènes est positif : que serait devenue Hendaye, après l’ouverture de la frontière, sans cet apport de population ? Les ikastola5 n’ont-elles pas fait la preuve d’une pédagogie réussie auprès des enfants ? Les fêtes de Pampelune ne sont-elles pas en fin de compte des fêtes réputées dans le monde entier ?

5À travers l’analyse de ces trois phénomènes, nous proposons de mettre en évidence, d’une part, la mobilité et les jeux que connaît la frontière franco-espagnole et, d’autre part, les nouvelles discontinuités que construit cette sorte d’avancée spatiale.

1. Lorsque la frontière devient mobile : Les migrations résidentielles à Hendaye

  • 6 La commune d’Hendaye compte au recensement de 1999, 12 596 habitants.
  • 7 Fort pourcentage d’une population de fonctionnaires des douanes et de la police de l’air et des fro (...)
  • 8 Les options politiques étaient plutôt orientées «à gauche», contrairement au reste du plutôt «conse (...)
  • 9 Avec l’existence de nombreuses et riches formes d’alliances de part et d’autre de la frontière : al (...)
  • 10 On pouvait alors y observer une juxtaposition d’espaces possédant chacun en ce qui les concerne des (...)

6Hendaye6 (12 000 habitants) est une ville anciennement frontalière. Jusqu’en 1992, elle en possédait toutes les caractéristiques. Caractéristiques socioprofessionnelles7, électorales8, sociales9 qui, jouant comme des contraintes plus ou moins fortes, participaient à l’organisation urbaine10 et faisaient entrer la commune d’Hendaye dans la catégorie des villes frontalières où l’espace et la communauté résidante vivaient aux rythmes géopolitiques d’une frontière internationale qui s’ouvre et se ferme, favorisant tout à la fois la mobilité et la sédentarité, le respect de la norme et de sa transgression, etc…, c’est-à-dire sans cesse utilisée à des desseins variés parfois contradictoires servant tant l’individu que la nation, même si ce n’est pas bien sûr forcément au même moment.

  • 11 Ceci étant valable pour l’ensemble des communes frontalières avec des gradients différents.

7Malgré toute cette richesse de comportements socio-spatiaux due, entre autres, à la proximité de la frontière et l’adoucissant dans sa fonction globale de discontinuité totale, on relèvera, parmi d’autres, deux phénomènes symptomatiques de cette commune et de ses habitants11.

  • 12 F. Barth (1995) (1969), «Les groupes ethniques et leurs frontières», in P. Poutignat et J. Streiff- (...)

8Nous devons d’abord noter les efforts particuliers du groupe « hendayais » pour se démarquer idéologiquement de ses voisins espagnols. Ainsi, en reprenant le maintenant célèbre article de Fréderick Barth12, il apparaît que ces rencontres et alliances de proximité n’ont pas eu pour conséquence la construction d’une sorte d’identité culturelle commune aux deux côtés de la frontière mais qu’elles ont, au contraire, accentué les différences culturelles et renforcé le sentiment d’appartenance nationale. Ainsi les caractéristiques supposées de chacun des groupes transformées en stéréotypes simples et le plus souvent négatifs étaient bonnes et propices à la distinction même si on constate çà et là des effets de saillance positifs puisque les villes voisines étaient, par « ceux d’en face », investies de caractéristiques nationales mélioratives : Hendaye représentant de façon associée la France et le savoir, Irun et Fontarrabie, l’Espagne et la fête.

  • 13 Statistiques communiquées par la mairie d’Hendaye (service scolaire), avril 2004.
  • 14 Les écarts à la moyenne étant compris entre 11 et 19,2%. De plus, ces chiffres cachent une modifica (...)
  • 15 L’aire d’attraction étant bien largement supérieure à la seule commune d’Hendaye.

9Ainsi, poussés par les caractéristiques accordées aux communes respectives du fait de leur appartenance à deux nations différentes, des enfants et des adolescents se sont croisés à la frontière pendant plusieurs décennies … il serait plus exact de dire que ces jeunes ont alternativement emprunté des chemins identiques, certains des déplacements étant plutôt diurnes (déplacements scolaires) alors que les autres étaient plutôt nocturnes (déplacements festifs). Le fait n’est pas anodin, les effectifs annuels d’enfants espagnols inscrits à cette époque dans les écoles hendayaises sont significatifs13, puisque atteignant en moyenne 15%14 entre 1971 et 2002. L’estimation quantitative des déplacements festifs des jeunes Hendayais15 vers les communes espagnoles voisines n’est bien sûr pas établie avec autant de rigueur, pas plus que le taux de fréquentation des bars, discothèques ou bodegas. Malgré tout, au vu des entretiens menés, les escapades juvéniles de l’autre côté de la frontière semblent faire partie d’un capital culturel, une sorte de passage obligatoire (de rite initiatique) pour mieux affirmer son statut d’adulte. Loin d’être proscrites ou même tolérées, ces pratiques sont encouragées dans les espaces de socialisation que sont la famille et les clubs sportifs.

10Ces pratiques et ces représentations partielles ont construit et ont permis que se maintienne une culture de la frontière liée à sa proximité et ont généré une identité frontalière. Même si depuis 1992, cette frontière n’existe institutionnellement plus, elle est encore présente et lisible dans les pratiques et les représentations des populations situées de part et d’autre de la frontière.

  • 16 Voir A. Tarrius (2000), Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires, Paris, Édi (...)

11Il est aujourd’hui acquis que ni la culture ni l’identité territoriale ne sont figées et que les modifications éventuelles ont besoin de temps pour être appropriées et entrer dans le corpus idéologique des groupes. L’érosion des ressources identitaires possède une temporalité propre dont on constate qu’elle est décalée par rapport aux temporalités institutionnelles16.

  • 17 Entretien avec la présidente de l’Association des travailleurs frontaliers domiciliée à Hendaye, ma (...)

12Ainsi, si 1992 est une date phare dans l’histoire des frontières européennes, la fin du franquisme et l’ouverture de l’Espagne à l’Europe sont deux événements qui ont eux aussi, et en un premier temps, contribué à la modification de l’équilibre des sociétés locales des zones frontalières franco-espagnoles. Ainsi, en 1986, l’Espagne autorise l’exportation de capitaux espagnols et cet événement législatif explique en partie le phénomène de migration résidentielle qu’a connu la commune d’Hendaye depuis une vingtaine d’années17. Ces migrations se sont faites en deux vagues successives, une première dans le milieu des années 80 et une seconde à partir de l’année 2000. Les motifs invoqués de ces mobilités résidentielles sont de deux types : le coût du foncier moins élevé en France dans les années 80 (entre 40 à 50% moins élevé à Hendaye que de l’autre côté de la frontière) et la qualité de vie supérieure dans les années 2000 (« échapper aux paysages urbains et industriels du Pays Basque espagnol »).

  • 18 Entretien mairie d’Hendaye, mai 2004.

13Le recensement de 1999 estime cette population à 18% de la population totale. Ce chiffre est, d’après les services municipaux, en deçà de la réalité puisque bon nombre de ménages d’outre-Bidassoa ont préféré ne pas répondre au questionnaire proposé par l’Insee de crainte d’un éventuel lien entre recensement et services fiscaux. Ainsi, les services municipaux estiment la population espagnole résidant à Hendaye à environ 30% de la population totale18.

14Si la première vague de nouveaux résidents s’est répartie de façon indifférenciée sur le territoire communal et ce, au gré des ventes, la seconde vague s’est localisée dans des lieux bien précis. À l’initiative de promoteurs privés, souvent de nationalité espagnole, des zones ont été urbanisées constituant des quartiers souvent clos à destination presque exclusive de la population espagnole. Ainsi, des zones spatialement circonscrites peuplées à plus de 80% par des résidents espagnols se sont créées constituant des espaces de ségrégation fondée sur la nationalité.

15Si l’on analyse les pratiques des résidents espagnols quel que soit leur lieu d’implantation dans la commune, il ressort qu’ils possèdent toutes les caractéristiques des populations « périurbaines ». Ainsi, de façon générale :

  • Ils sont propriétaires d’une maison avec jardin. En cela, ils ont pour ambition l’accession à la propriété et sont à la recherche d’espace. Le succès de ces volontés est bien sûr conditionné au coût du foncier et le choix de la commune d’Hendaye étant, pour partie, dû à des coûts moins élevés que de l’autre côté de la frontière

  • Ils travaillent à Irun, Fontarrabie ou Saint-Sébastien et connaissent une forte mobilité quotidienne ou pendulaire.

16Leurs pratiques sportives, associatives et culturelles se localisent de l’autre côté de la frontière où l’offre en services sportifs et culturels est plus importante.

17Cette population semble être entrée dans un processus volontaire d’intégration communale et tente d’institutionnaliser sa présence. Tout d’abord, par le biais des enfants qu’ils scolarisent de plus en plus dans les établissements hendayais. D’ailleurs, pour eux, l’intégration « passera » par les enfants. Ensuite, une association des travailleurs frontaliers a été créée et se donne pour objectif l’aide aux nouveaux arrivants en matière de fiscalité, de domiciliation (300 familles en sont membres). Enfin, aux dernières élections municipales, une résidente hendayaise d’origine espagnole a été élue sur la liste du maire.

18Le type socio-professionnel des nouveaux résidents vient conforter l’idée selon laquelle cette population possède les caractéristiques des populations périurbaines. En effet, le profil type est le suivant : un couple entre 30 et 45 ans avec un ou deux enfants dont au moins un des deux membres du ménage est salarié, souvent cadre, du secteur privé. À partir des statistiques du Point-info transfrontalier créé en 2000, il ressort que les interrogations des nouveaux résidents ou candidats à l’installation relèvent majoritairement de problèmes liés à la juxtaposition de deux systèmes nationaux notamment en matière fiscale.

  • 19 Le consorcio est un cadre juridique qui regroupe les trois villes de Fontarrabie, Hendaye, Irun dep (...)

19La commune d’Hendaye, ancienne commune frontalière, change donc de fonction depuis la « défonctionnalisation » de la frontière internationale. Si des tentatives institutionnelles de coopérations transfrontalières existent avec ses voisines d’Irun et de Fontarrabie notamment avec la mise en place d’un consorcio19, les pratiques des individus inventent un nouveau territoire. Hendaye ne paraît plus être une sorte d’espace bien délimité ayant pour attribut essentiel d’être aux confins du territoire national français et entretenant des relations d’ordre politique et institutionnel avec ses voisines espagnoles. Le territoire hendayais, l’espace social de cette commune, se voient, aujourd’hui, investis par de nouvelles forces humaines qui progressivement inventent de nouvelles territorialités, de nouvelles façons de faire du territoire. Ici, pas de luttes d’appropriation, pas de conflits identitaires … la mutation est silencieuse et les schémas de compréhension que les géographes avaient mis en place ne semblent plus opératoires. Hendaye prend les allures d’une zone périurbaine englobée dans l’aire urbaine de Saint-Sébastien (qui compte près de 400 000 habitants). Ses atouts sont simples : elle possède de l’espace, le coût du foncier est relativement faible, elle est bien desservie par les réseaux de communication tant ferrés que routiers. Il semble que nous assistions à l’invention ou à la formation d’un nouveau territoire urbain, construit au quotidien par des individus ordinaires qui ne se préoccupent pas (ou si peu) de la frontière. Cette frontière internationale n’apparaît plus que de façon marginale dans certains discours politiques se prévalant d’un temps où le projet politique moderne assignait les individus à la sédentarité territoriale. Il semble bien qu’aujourd’hui, ces mêmes individus redéfinissent les territoires à leur propre dimension et posent en toute première instance leurs intérêts propres sans se soucier des maillages territoriaux. On pourrait faire valoir que l’époque est européenne, qu’ici, à Hendaye, le ciment identitaire est basque, que les distances sont affranchies, que les États-nations sont en crise … bien sûr et ces grands mouvements sont autant de coups de vent qui, d’une part, déstabilisent les fonctionnements territoriaux et, d’autre part, rendent possibles les migrations résidentielles. La véritable surprise est que ces nouvelles formes de territorialités dessinent de nouveaux territoires en dehors des cadres politiques, des études prospectives et des projets de développement et que les groupes et les individus sont bien, aujourd’hui, au cœur de ces nouveaux processus socio-spatiaux. Cette démarche inconsciente invente peu à peu des territoires que les acteurs politiques ont du mal à penser et à intégrer dans leurs stratégies de développement. La frontière internationale telle qu’elle était localisée apparaît ici, à Hendaye, comme une sorte de vestige que les migrations résidentielles des habitants de l’aire urbaine de Saint-Sébastien ont mise en mouvement. Semblant se déplacer, elle subit en réalité une mutation qui lui donne le visage d’une nouvelle frontière, une frontière urbaine.

2. Lorsque la frontière se dissout : L’apprentissage de la langue basque

  • 20 Se reporter à H. Vélasco-Graciet (1998), La frontière, le territoire et le lieu, Pau, UPPA.

20Les scientifiques, lorsqu’ils prennent pour champ de recherche l’identité, mettent en évidence l’importance de la relation entre communauté, territoire et langue. La langue apparaît comme un élément fort de cohésion sociale jouant de façon privilégiée sur le sentiment d’appartenance au groupe. L’exemple de la construction des États-nations montre bien l’importance de la langue sur la mise en place et le développement d’une société nationale. Ainsi, nous ne pouvons que rappeler les efforts de la IIIème République pour que la langue française devienne langue officielle parlée par tous, même les plus humbles et qu’elle se substitue une fois pour toutes à l’ensemble des langues régionales ; le canal d’apprentissage ayant été bien entendu et en un premier temps : l’école20.

  • 21 Se reporter, entre autres, aux ouvrages de Dominique Schapper.
  • 22 Se reporter à Hérodote (1998), La question de l’Espagne, n° 91, Paris, La Découverte.
  • 23 Projet Éducatif des Ikastola (Seaska) (1995) ; Rapport d’activité Seaska (2002) ; B. Oyarcabal (199 (...)

21Le Pays Basque, tant dans sa partie française qu’espagnole, a connu cette mise en forme linguistique, pourrait-on dire, à des époques différentes, par des moyens plus ou moins violents et avec des résultats plus ou moins réussis. Ainsi, si la communauté française, par la forte idéologie centralisatrice de l’État largement relayée par les notables locaux, a intégré la nécessité de dominer « la belle langue » et si celle-ci fut perçue, dès la Première Guerre mondiale, comme un atout d’ascension sociale21, la communauté espagnole semble s’être pliée plus ou moins facilement, selon les provinces, aux exigences de l’apprentissage du castillan, au moins, pour quelques-uns de ses membres. En effet, le droit à langue basque fut, dès la période franquiste, l’une des toutes premières revendications de l’ETA22. De part et d’autre de la frontière et malgré l’intrusion des langues nationales, l’apprentissage et la communication en langue basque ont toutefois perduré notamment par le biais de la famille et parfois du clergé. Plus uniformisante et plus insidieuse que l’école, il semble bien que l’entrée de la télévision monolingue dans les familles ait contribué pour une plus grande part au déclin de la langue basque. La carte n°1 élaborée à partir d’une enquête socio-linguistique menée par le Gouvernement de Navarre en 199723 montre les différences par provinces du taux d’uni et de monolingues sur la population totale. Le fort taux constaté en Soule et en Basse Navarre est généralement expliqué par le caractère rural de ces deux provinces tandis que le faible taux de la Navarre serait dû au peu de poids historique du régionalisme basque navarrais. Mais, si cette carte nous montre l’hétérogénéité du savoir de la langue locale, la répartition par tranches d’âges apporte d’autres éléments de compréhension. Ainsi, on se rend compte que pour l’ensemble du Pays Basque espagnol, les locuteurs sont assez également répartis entre les différentes classes d’âges avec un léger creux pour la classe de 35-49 ans. Au contraire les locuteurs les plus nombreux du Pays Basque français sont ceux des deux classes les plus âgées : 50-64 ans et 64 ans et plus.

  • 24 Op.cit., Seaska (2002).

22Pour la partie espagnole, la presque égalité du nombre de locuteurs par tranche d’âges semble être le résultat de la politique linguistique menée par les communautés basques espagnoles24.

Carte 1. Part des bascophones (unilingues, bilingues actifs et passifs) sur la poulation totale par province.

Carte 1. Part des bascophones (unilingues, bilingues actifs et passifs) sur la poulation totale par province.

Source : Etude linguistique gouvernement de Navarre (1997)

  • 25 Voir à ce propos J. Corcueza Atienza (1998), Le systèmes des autonomies en Espagne. Quelques questi (...)
  • 26 Ibid, Seaska (2002).

23Cette politique linguistique trouve son fondement légal dans la Constitution espagnole de 1978 et plus particulièrement dans la disposition additionnelle n° 1 qui signale que « la Constitution protège et respecte les droits historiques des territoires forals » (entendons par là historiques)25. Ceci eut pour conséquence un extraordinaire transfert de compétences et de moyens de l’État central vers les communautés qui devinrent de ce fait autonomes (seules les compétences relatives à la défense ou la justice n’ayant pas été transférées). Le basque devient alors co-langue officielle avec l’espagnol et un large réseau de centres d’apprentissage scolaires et universitaires est mis en place et maille le territoire. En 1982, la Communauté Autonome adopte une loi d’harmonisation de la langue. Ainsi, afin de gommer les différences linguistiques entre provinces est créé le Batua. Langue officielle, uniformisée, le basque, le néo-basque pourrait-on dire, est enseigné et devient un des éléments constitutifs de ce territoire institutionnalisé et de l’identité qu’il construit : 80 000 enfants sont scolarisés dans les Ikastola, le basque est présent dans pratiquement toutes les filières universitaires, l’enseignement adulte regroupe 80 000 élèves, il y des radios, une télé, des quotidiens, du théâtre et, depuis peu, du cinéma en langue basque26.

  • 27 J. Forne (1990), Euskadi, nation et idéologie, Paris, Éditions du CNRS.
  • 28 Ibid, Seaska (2002).

24Plus qu’un exemple, la politique culturelle menée apparaît comme un modèle au regard du lien qu’il met en œuvre entre communauté, territoire et langue, lien d’autant plus fort qu’oubliant les théories de Sabino Arana27 qui conditionnait la nationalité basque à l’ascendance, il est maintenant admis que l’individu basque s’auto-définit par « celui qui possède l’euskara » : Euskal-duna, tandis que le Pays Basque se traduit localement par « le pays de la langue basque » : Euskal-Herria28.

  • 29 Association regroupant les écoles basques du Pays Basque français.

25Le Pays Basque sud apparaît donc comme un modèle à appliquer au Pays Basque français pour éviter une perte de la langue constitutive de ce que Seaska29 nomme la « civilisation ». Les éléments menaçant la langue sont nombreux et opératoires depuis longtemps :

  • le refus de reconnaître un quelconque statut officiel à l’Euskara ;

  • les guerres qui ont développé le sentiment d’appartenance à la communauté française ;

  • l’école française obligatoire ;

  • l’émigration massive et chronique des jeunes ;

  • l’administration exclusivement en langue française ;

    • 30 Ibid, Seaska (2002).

    la télé unilingue dans les foyers.30

  • 31 Batera (tous ensemble) (2002), www.jpb.com.

26Du côté français, la prise en compte institutionnelle de la langue basque a connu une histoire mouvementée et non encore achevée puisque l’objectif est bien « sa co-officialisation » c’est-à-dire « une égalité de statut entre le français et le basque en Pays Basque, pour l’obtention du droit d’apprendre et d’utiliser la langue basque par tous les habitants du Pays Basque, pour une politique de réappropriation linguistique sérieuse et efficace »31.

  • 32 Ibid, Seaska (2002).

27Si les premiers mouvements séparatistes ou du moins régionalistes se lancent très tôt dans la « bataille de la langue », il faudra attendre 1994 pour qu’un protocole d’accord soit signé entre l’Éducation nationale et Seaska, association de loi 1901, ayant pour objectif la promotion de l’enseignement du basque dans le système scolaire, « l’État reconnaissant alors l’Ikastola comme une école et l’enseignement du basque comme un système éducatif du service public d’éducation »32. La signature de cet accord est le résultat de nombreuses années de conflits identitaires pourrait-on dire. La « bataille de la langue » dans cette partie nord du pays basque fut jalonnée de manifestations et d’arrestations. L’histoire remonte en 1969, date à laquelle la première ikastola maternelle est ouverte à Arcangues « à l’initiative d’un petit groupe de parents ».

  • 33 Concurrente ici des écoles gasconnes : les calendrettes.

28La chronologie des ouvertures montre la vigueur du mouvement d’implantations dans les premières années. Les années suivantes, il y aura confortation et enrichissement pourrait-on dire puisque aujourd’hui, on compte 19 écoles maternelles, 12 écoles primaires, 3 collèges et 1 lycée. La répartition tant spatiale que chronologique montre que le choix des implantations s’est essentiellement porté sur la zone littorale ou en sa proximité (carte n°2). Cette spatialisation peut en partie s’expliquer par l’importance démographique de la zone contrairement à ce qu’il est coutume d’appeler le Pays Basque intérieur et par le fait que la conscience régionaliste serait plus le fait des urbains que des ruraux considérés comme encore plus conservateurs et peu enclins aux évolutions quelles qu’elles soient. On peut remarquer aussi que la diaspora basque en Béarn n’a pas été oubliée puisque tant Pau, capitale du Béarn, qu’Oloron sont dotées d’une école basque33.

Carte 2. Implantations Ikastola entre 1969 et 2003

Carte 2. Implantations Ikastola entre 1969 et 2003
  • 34 9 inscriptions en 1969 et 2069 à la rentrée 2003.

29Ces implantations spatiales des ikastola semblent répondre à une demande sociale. En effet, l’effectif des inscriptions n’a cessé de croître durant ces 35 ans de fonctionnement avec un taux de croissance annuel des inscriptions de presque 13%34.

30Face à la progression des effectifs et à l’ouverture de classes (ou peut-être pour répondre à une demande sociale), l’Éducation nationale va proposer, avec un léger temps de décalage, dans ces établissements l’apprentissage de la langue basque selon deux modalités offertes aux candidats.

  • 35 Seaska (2002).

31Contrairement à l’enseignement dans les ikastola qui se fait en langue basque avec l’apprentissage du français «planifié du CE1 au cm2» dans le primaire, et en respectant «le quota horaire réservé à l’étude de la langue et de la littérature françaises des collèges et lycées francophones»35, l’Education nationale ouvre :

  • des classes d’initiation à la langue basque, il s’agit d’un enseignement de la langue basque à raison de deux à trois heures hebdomadaires ;

    • 36 http://crdp.ac-bordeaux.fr/langues/

    des classes bilingues, il s’agit d’un enseignement en langue basque avec une répartition horaire égalitaire entre le français et le basque (les disciplines concernées sont les Mathématiques, les Sciences, une partie d’Éducation Physique et Sportive et une partie des Arts Plastiques)36.

32Si l’on observe les implantations des établissements quels qu’ils soient (publics, confessionnels ou associatifs) proposant de l’initiation et du bilinguisme, on se rend compte que la presque totalité du territoire considéré, le Pays Basque français, est grisé (carte n°3). Les communes n’étant pas concernées sont essentiellement de deux types :
celles ne revendiquant pas une identité basque prononcée comme les communes riveraines de l’Adour (a priori plus proches des Landes) :
celles n’ayant plus d’école communale.

Carte 3. Implantation des écoles, collèges et lycées proposant soit de l’initiation à la langue basque, soit un enseignement bilingue (établissements publics-conventionnels-associatifs)

Carte 3. Implantation des écoles, collèges et lycées proposant soit de l’initiation à la langue basque, soit un enseignement bilingue (établissements publics-conventionnels-associatifs)

Source : CDDP Pyrénées-Atlantiques 2004

33Ainsi, l’ensemble du Pays Basque français est couvert par des établissements publics, privés et confessionnels enseignant de façon plus ou moins approfondie la langue basque. Bien sûr les messages et les idéologies véhiculés par ces systèmes sont différents. Pourtant si l’on situe l’observation au niveau des potentialités en terme d’offres d’enseignement de la langue basque, nous pouvons dire que la juxtaposition des trois systèmes dessine un territoire d’apprentissage linguistique limité aux frontières nord et est du Pays Basque français. L’ancienne frontière internationale a disparu … elle s’est dissoute au sein d’un territoire nouveau qui s’est mis progressivement en place par action ou par réaction, par principe ou par transfert. Ce nouveau territoire est un territoire d’apprentissage de la langue basque. On peut parler de nouveau territoire car il y a à peine 10 ans il n’existait pas. Les nationalistes parleraient plutôt d’un territoire historique, ce territoire que les sites web consacrés au Pays Basque mettent en évidence, comme un territoire allant de soi et où la frontière internationale n’est pas mentionnée. En prenant l’indicateur qu’est l’apprentissage institutionnel de la langue, un nouvel espace se dessine mais au regard d’autres indicateurs politiques, juridiques, économiques ou sociaux, il n’est encore qu’un territoire imaginé par les uns et rejeté par les autres.

3. Lorsque la frontière devient poreuse : Les fêtes37

  • 37 G. di Méo (dir.) (2001), La géographie en fêtes, Paris, Géophrys.
  • 38 (1949), Le soleil se lève aussi, Gallimard, Paris.

34En prenant comme indicateur les pratiques festives pour traiter de l’émergence d’un nouvel espace transfrontalier «franco-espagnol» dans sa partie la plus occidentale, il est nécessaire de procéder tout d’abord à une rapide description des fêtes de Pampelune, fêtes qui apparaissent aujourd’hui comme un modèle festif dépassant le seul cadre d’un Pays Basque dit historique. Ces fêtes sont anciennes puisque l’on fait remonter leur origine au 16ème siècle. Depuis 1591, elles débutent le 7 juillet pour se terminer le 14 juillet. Les principales caractéristiques des fêtes de la San Firmin sont d’être des fêtes urbaines et même au-delà des fêtes mondiales. Leur renommée traverse effectivement l’Atlantique au moins depuis les écrits d’Ernest Hemingway38 et elles se situent dans le peloton de tête des grandes fêtes mondialement reconnues du fait de la fréquentation qu’elles connaissent et ce, au même titre que le carnaval de Rio ou de Venise et que la fête de la Bière de Munich.

35Au cours du temps, les fêtes ont connu des modifications et progressivement leurs codes se sont figés. Ces codes marquent la ville et la transforment durant huit journées. Ils mettent en scène divers éléments dépendant les uns des autres et dont seule l’articulation permet la construction d’un ensemble signifiant :

  • des lieux précis auxquels sont attribuées des fonctions festives comme par exemple la place de la mairie consacrée, entre autres, aux cérémonies d’ouverture et de clôture des fêtes ou les arènes pour le déroulement des corridas ou encore des places consacrées aux bals publics et aux concerts, etc. ;

  • des réseaux spatialisés par certaines rues reliant les lieux fonctionnels comme la calle Estafeta, dernière rue de l’encierro avant que les toros ne rentrent dans l’arène ;

  • des actes symboliques comme l’ouverture des fêtes par un bruit de bombe, le défilé des officiels, les messes, les corridas et le « pauvre de moi, les fêtes de Pampelune sont terminées » du dernier soir ;

  • des individus qui forment une foule uniforme et bicolore suivant les prescriptions vestimentaires : pantalon blanc et chemise blanche, foulard rouge (le panuelo) et ceinture rouge (la cinta), foule entraînée par des bandas aux musiciens identiquement vêtus. La justification du choix des couleurs est de deux ordres : le rouge symboliserait le sang ruisselant de la gorge de San Firmin (patron de la ville) lors de son supplice. Pour la couleur blanche deux hypothèses sont généralement avancées : soit la volonté des bourgeois, au 20ème siècle, de se démarquer de façon ostentatoire des paysans généralement vêtus de bleu, soit la conséquence d’une mesure prise à l’époque franquiste et veillant à contrôler les débordements et « purifier » les mœurs de la population locale.

  • 39 Le chiffre exact de participants n’existe pas, il s’agit d’une estimation donnée par le comité des (...)

36De la conjonction de ces quatre éléments, la ville de Pampelune tire un grand profit qui se décline selon deux directions. Tout d’abord, un profit économique considérable puisque, chaque année, la ville accueille plusieurs millions de personnes39 et aussi un fort profit symbolique car, au cours du temps, les fêtes de Pampelune sont devenues le modèle de la Fête Basque.

  • 40 I. Garat (2001), « Bayonne: le fête urbaine et le pays », in G. di Méo (dir.), La géographie en fêt (...)

37Nous pouvons parler de modèle car l’ensemble des éléments constitutifs et faisant le succès des fêtes de Pampelune se sont vus exporter en d’autres lieux et notamment du côté français de la frontière. Ainsi, les grandes fêtes de ce que l’on peut appeler le Sud-Ouest : Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan et Vic-Fezensac pour les plus connues mais aussi Orthez, Hendaye, Mauléon, Saint-Palais, Saint-Vincent-de-Tyrosse pour les secondaires pourrait-on dire, ont calqué, avec plus ou moins de rigueur, leurs fonctionnements sur celui des fêtes de Pampelune en les retravaillant au contexte local. Ainsi, tenues blanches et rouges sont à l’honneur depuis une petite dizaine d’années (même si le rouge du foulard n’est pas strictement respecté), les jeux taurins deviennent des moments forts des fêtes et prennent appui sur des « peñas », les cliques locales se transforment en bandas, et enfin le « pauvre de moi, les fêtes de Pampelune sont finies » est en quelque sorte « bayonnisé » sur la place de la mairie où l’achèvement des fêtes donne lieu à des simulacres de pleurs40.

  • 41 Du mauvais usage de la démocratie (avril 2004), Géopolitique Africaine, n° 14, pp. 237-254. L’ex­pr (...)

38Pour reprendre C. Bouquet41, il semble qu’ici la greffe ait pris et que dans ce mouvement de transfert de modèles, les fêtes s’uniformisent. Cependant, les noms des villes mentionnées éveillent des interrogations. En effet, la zone de transfert ou de diffusion du modèle festif de Pampelune dépasse très largement les limites de la frontière internationale mais plus encore celles du Pays Basque français puisque sont concernés le Béarn et les Landes et encore le plus lointain département du Gers (carte n° 4). Ainsi, chaque été se dessine un autre espace, espace non pas des fêtes mais de la fête, sorte de fête «stéréotypée». Cet espace est bien sûr éphémère mais les individus en chacun de ses points momentanément centraux retrouvent les mêmes règles, les mêmes codes et cela vient construire un sentiment, celui d’appartenir, ne serait-ce que pour quelques heures, à un groupe et à un espace où les frontières entre entités politiques quelles qu’elles soient n’existent pas ou n’existent plus.

Carte 4. Espace de diffusion du modèle festif de Pampelune

Carte 4. Espace de diffusion du modèle festif de Pampelune

Conclusion

  • 42 Voir J. Kuntz (2004), Adieu à Terminus. Réflexions sur les frontières d’un monde globalisé», Paris, (...)

39À travers ces trois indicateurs, il apparaît qu’un territoire nouveau se dessine, il est composé de plusieurs espaces et leur plus ou moins grande juxtaposition le rend plus ou moins épais et consistant. Pourtant, il y a quelques années à peine, les frontaliers naissaient dans ce mystère des différences marquées par les frontières. De part et d’autre de la douane traversée des milliers de fois, si le paysage naturel était unique, le paysage construit portait une nationalité, non seulement dans sa forme mais aussi dans ses odeurs et dans sa musique. Un bandeau sur les yeux, le frontalier discernait sans difficulté s’il était en Espagne ou en France. À un moment précis, comme par magie, la proximité se changeait en altérité42. Aujourd’hui, les choses se brouillent et l’ordre géométrique des territoires nationaux patiemment intégrés perd de sa rigueur par le mouvement des hommes et des idées. Sous l’effet de ces divers phénomènes, l’ancienne frontière internationale se dissout. De fixe, elle devient mouvante, d’imperméable, elle se révèle poreuse et le temps n’est peut-être pas si lointain où mêmes les yeux débarrassés du bandeau nous ne saurons plus vraiment où nous sommes, interpellés par la même langue ou entraînés par les mêmes musiques.

Haut de page

Notes

1 M.-C. Fourny (dir.) (2003), Le rapport à la frontière et la construction d’espaces transfrontaliers, Rapport final pour la DATAR. Laboratoire PACTE-Territoires.

2 H. Vélasco-Graciet et X. Canas (2004), Eurocité basque Bayonne-Saint-Sébastien, Bulletin de l’As­so­cia­tion de Géographes Français :À la recherche des frontières dans la ville, sous la direction de J.-L. Piermay ; M.-C. Fourny et H. Vélasco-Graciet, L’Euro-région Aquitaine Euskadi Navarre, un espace transfrontalier émergeant, Sud Ouest Européen, à paraître.

3 Nous avons choisi de traiter des trois phénomènes de mobilité résidentielle, linguistique et festive pour cerner le changement de fonction attribué à la frontière par les populations locales. Ce choix n’exclut en aucune sorte d’autres comportements socio-spatiaux mais ils nous ont paru représentatifs de ces nouvelles territorialités (façon d’habiter et d’organiser l’espace) qui cons­truisent de nouveaux territoires aux abords des frontières européennes aujourd’hui défonctionnalisées. Voir à ce propos et, entre autres, D. Crozat (2001), Bars, boîtes et pralines. La permanente reconstruction d’une frontière entre Lille, la Belgique et le nord de l’Europe, Hommes et Terres du Nord, n°4.

4 J. Saramago (1990), Le radeau de pierre, Paris, Seuil.

5 Ikastola : école en langue basque.

6 La commune d’Hendaye compte au recensement de 1999, 12 596 habitants.

7 Fort pourcentage d’une population de fonctionnaires des douanes et de la police de l’air et des frontières ainsi que d’agents des entreprises de transit et de transport.

8 Les options politiques étaient plutôt orientées «à gauche», contrairement au reste du plutôt «conservateur» Pays Basque.

9 Avec l’existence de nombreuses et riches formes d’alliances de part et d’autre de la frontière : alliances économiques (licites ou illicites avec la contrebande), matrimoniales, symboliques et politiques.

10 On pouvait alors y observer une juxtaposition d’espaces possédant chacun en ce qui les concerne des fonctions spécifiques : zone de transit, zone de transport, centre ville historique, quartier de la plage, etc…

11 Ceci étant valable pour l’ensemble des communes frontalières avec des gradients différents.

12 F. Barth (1995) (1969), «Les groupes ethniques et leurs frontières», in P. Poutignat et J. Streiff-Fenartj, Théorie de l’ethnicité, Paris, PUF.

13 Statistiques communiquées par la mairie d’Hendaye (service scolaire), avril 2004.

14 Les écarts à la moyenne étant compris entre 11 et 19,2%. De plus, ces chiffres cachent une modification sociale importante de la société espagnole ou du moins de la société du Pays Basque et relative au choix par les parents des établissements privés ou publics. On se rend compte, en effet, qu’il y a depuis une dizaine d’années une inversion des inscriptions en faveur des établissements publics au détriment des établissements privés (à titre d’exemple en 1974, 60,5% des élèves du Collège Sacré-Cœur étaient espagnols contre 15% en 2002)

15 L’aire d’attraction étant bien largement supérieure à la seule commune d’Hendaye.

16 Voir A. Tarrius (2000), Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires, Paris, Éditions de l’Aube et «Territoires en questions», in Ethnologie Française (2004), Paris, PUF.

17 Entretien avec la présidente de l’Association des travailleurs frontaliers domiciliée à Hendaye, mai 2004.

18 Entretien mairie d’Hendaye, mai 2004.

19 Le consorcio est un cadre juridique qui regroupe les trois villes de Fontarrabie, Hendaye, Irun depuis le 1er décembre 1998, cette structure possède un budget propre et réalise des opérations économiques, sociales, scolaires, sportives.

20 Se reporter à H. Vélasco-Graciet (1998), La frontière, le territoire et le lieu, Pau, UPPA.

21 Se reporter, entre autres, aux ouvrages de Dominique Schapper.

22 Se reporter à Hérodote (1998), La question de l’Espagne, n° 91, Paris, La Découverte.

23 Projet Éducatif des Ikastola (Seaska) (1995) ; Rapport d’activité Seaska (2002) ; B. Oyarcabal (1997), «La situation de la langue basque en Pays Basque nord», in Lapurdum, p. 29-45, Bayonne.

24 Op.cit., Seaska (2002).

25 Voir à ce propos J. Corcueza Atienza (1998), Le systèmes des autonomies en Espagne. Quelques questions en suspens», Hérodote, n°91, Paris, La Découverte et B. Loyer (2003), «Identités et pouvoir local: le cas de la revendication d’un département basque», Hérodote, n°110, Paris, La Découverte.

26 Ibid, Seaska (2002).

27 J. Forne (1990), Euskadi, nation et idéologie, Paris, Éditions du CNRS.

28 Ibid, Seaska (2002).

29 Association regroupant les écoles basques du Pays Basque français.

30 Ibid, Seaska (2002).

31 Batera (tous ensemble) (2002), www.jpb.com.

32 Ibid, Seaska (2002).

33 Concurrente ici des écoles gasconnes : les calendrettes.

34 9 inscriptions en 1969 et 2069 à la rentrée 2003.

35 Seaska (2002).

36 http://crdp.ac-bordeaux.fr/langues/

37 G. di Méo (dir.) (2001), La géographie en fêtes, Paris, Géophrys.

38 (1949), Le soleil se lève aussi, Gallimard, Paris.

39 Le chiffre exact de participants n’existe pas, il s’agit d’une estimation donnée par le comité des fêtes.

40 I. Garat (2001), « Bayonne: le fête urbaine et le pays », in G. di Méo (dir.), La géographie en fêtes, pp. 133-154, Paris, Géophrys et M. Pissetaz (2004), Les transformations des fêtes urbaines au sud de l’Aquitaine : l’influence du modèle de Pampelune, mémoire de Maî­trise de géographie, Institut de Géographie de Bordeaux 3.

41 Du mauvais usage de la démocratie (avril 2004), Géopolitique Africaine, n° 14, pp. 237-254. L’ex­pres­sion de «greffe» est de T. Michalon, «l’échec de la greffe jacobine», Le Monde diplomatique (04/1979).

42 Voir J. Kuntz (2004), Adieu à Terminus. Réflexions sur les frontières d’un monde globalisé», Paris, Hachette Littératures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Part des bascophones (unilingues, bilingues actifs et passifs) sur la poulation totale par province.
Crédits Source : Etude linguistique gouvernement de Navarre (1997)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte 2. Implantations Ikastola entre 1969 et 2003
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 3. Implantation des écoles, collèges et lycées proposant soit de l’initiation à la langue basque, soit un enseignement bilingue (établissements publics-conventionnels-associatifs)
Crédits Source : CDDP Pyrénées-Atlantiques 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3207/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 4. Espace de diffusion du modèle festif de Pampelune
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3207/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Vélasco-Graciet, « Les jeux de la frontière franco-espagnole au Pays Basque dans le contexte européen », Espace populations sociétés, 2005/2 | 2005, 305-317.

Référence électronique

Hélène Vélasco-Graciet, « Les jeux de la frontière franco-espagnole au Pays Basque dans le contexte européen », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/2 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/3207 ; DOI : 10.4000/eps.3207

Haut de page

Auteur

Hélène Vélasco-Graciet

UMR ADES
Université de Bordeaux 3
Domaine Universitaire
33607 Pessac Cedex
helene.velasco@u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org