Navigation – Plan du site
Articles

Approche multiscalaire de la nuptialité franco-belge

Multi-Scale Approach of the Marriages between French and Belgians
Grégory Hamez
p. 237-250

Résumés

La nuptialité franco-belge est considérée ici comme un indicateur de la fréquentation des populations à travers la frontière. Son évolution dans le temps et à plusieurs échelles spatiales met en évidence un effet paradoxal des mutations des frontières : les flux frontaliers de proximité n’ont pas crû depuis les dernières décennies ; ils ont même décrû entre communes françaises et flamandes, à mesure que la frontière devenait une limite linguistique. En revanche, ils croissent à l’échelle nationale française, parallèlement à l’augmentation générale de la mobilité. Ainsi, c’est à petite échelle que la frontière, dans un contexte de contrainte linguistique, devient plus perméable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le concept de discontinuité provient notamment de Roger Brunet (1968), et celui de barrière de Deni (...)

1Les frontières intérieures de l’Union européenne connaissent des mutations importantes, qui remettent en cause leur caractère tant de discontinuité que de barrière. En effet, l’effacement progressif des disparités juridiques, l’adoption d’une monnaie commune, la définition d’un « service universel » appelé à remplacer les services publics nationaux sont autant de processus qui diminuent la force des discontinuités ; la libre circulation et la suppression des tarifs douaniers, la mise en place de réseaux transeuropéens dans le domaine des transports, de l’énergie et des télécommunications atténuent l’effet de barrière des frontières1.

2Cela signifie-t-il que la force de cloisonnement des frontières s’atténue, et que les populations situées de part et d’autre de la ligne se fréquentent davantage ? Ou alors cela entraîne-t-il un élargissement de la zone concernée par les effets de la frontière ? Pour ce dernier point, Paul Claval notait déjà en 1973 un élargissement sensible de la zone dans laquelle se font ressentir les répercussions liées à la proximité de la frontière, ce qu’il expliquait par l’augmentation de la mobilité [Claval, 1973].

3Répondre aujourd’hui à ces questions n’a rien d’évident, en raison de la difficulté à appréhender les flux transfrontaliers, notamment de personnes. Néanmoins, il est un champ d’étude qui permet de progresser dans cette direction : l’analyse des mariages binationaux, considérés comme un indicateur des flux transfrontaliers. En effet, pour qu’il y ait mariage, il faut que les populations aient des occasions de se rencontrer et qu’elles fréquentent les mêmes lieux, qu’il s’agisse du travail ou des loisirs. Une étude des mariages mixtes en contexte frontalier livre donc des informations fines sur la qualité des contacts entre populations – à savoir différente par exemple des simples flux commerciaux, où se rendre de l’autre côté de la frontière relève davantage d’une stratégie opportuniste fondée sur les avantages comparatifs réels ou supposés que de nouer des contacts.

  • 2 Cet article reprend l’un des principaux résultats de ma thèse, soutenue en juin 2004 [Hamez 2004].

4L’analyse des mariages frontaliers sera ici proposée dans le cadre de la partie occidentale de la frontière franco-belge, comprenant les communes allant du littoral jusqu’à l’agglomération lilloise2. Cet espace prend en compte deux situations différentes de confrontation frontalière, la première entre France et Flandre où la frontière est linguistique, la seconde entre France et Wallonie où la même langue est parlée des deux côtés. L’analyse sera également menée à petite échelle (celle des régions françaises), dans la mesure où la nature des manifestations de la frontière semble de plus en plus être multiscalaire.

5Plusieurs auteurs ont souligné l’intérêt d’études croisant nuptialité et frontière. Comme le rappelle Yola Verhasselt, « une des possibilités de mesure de l’intensité des relations sociales à travers la frontière consiste à calculer la zone d’influence des mariages », ce qui revient à considérer les échanges matrimoniaux comme un « baromètre des relations sociales » [Verhasselt, Logie, Mergaerts, 1982]. Nadine Cattan et Claude Grasland soulignent également tout l’intérêt que présente la nuptialité pour comprendre le rôle des frontières, car ce thème permet d’envisager le « fonctionnement des réseaux socio-spatiaux en zone de contact politique » [Cattan, Grasland, 1994] En outre, le thème de la nuptialité présente également l’intérêt de permettre des analyses synchroniques, c’est-à-dire de comparer plusieurs espaces au même moment. C’est ainsi que Suzanne Daveau, dans sa thèse sur la frontière jurassienne, parvient à distinguer les différents cantons suisses limitrophes selon la force des mariages frontaliers [Daveau, 1959].

6L’intérêt est également de suivre l’évolution de la nuptialité à la fois sur le long terme, et à des échelles spatiales différentes. En effet, la mise en perspective temporelle permet dans notre cas de montrer s’il y a croissance des mariages mixtes depuis les dernières décennies, dans le même temps que progressait l’intégration européenne. Et l’ajout de la perspective spatiale offre une dimension multiscalaire à l’étude des mutations de la frontière. Différents auteurs ont souligné la richesse des études diachroniques combinant nuptialité et frontière. Marie-Noële Denis a ainsi mené une étude sur un village alsacien frontalier avec l’Allemagne, Obersteinbach, au 19ème siècle [Denis, 1991]. Le remaniement des frontières fit passer ce village alternativement de la France à l’Allemagne quatre fois de suite. L’étude montre le rôle considérable que joue la frontière : « On n’épouse pas un étranger, même si c’est un voisin. Quand les circonstances politiques le transforment en compatriote, le mariage devient alors possible ». Hélène Velasco a quant à elle étudié les mariages dans un village français basque frontalier, sur les 200 dernières années [Velasco, 1998]. Il en ressort que les mariages franco-espagnols y ont toujours été très rares, et que ceux qui survenaient ne correspondent pas à un brassage intercommunautaire basque, mais sont le résultat de migrations économiques de l’Espagne vers la France. Enfin, Jean-Pierre Renard souligne également l’intérêt du thème des mariages dans le cadre des recherches sur les limites et frontières, car cela permet de dessiner « les espaces de relations sociales et familiales privilégiées », et ainsi d’envisager « la question des limites et frontières vécues » sur un pas de temps plus ou moins long [Renard, 1984].

7Cependant, les études sur la nuptialité posent d’emblée un problème majeur quant à la disponibilité des sources. Cela pose plusieurs questions méthodologiques, qui seront rappelées dans un premier temps. Ensuite, les mariages mixtes seront présentés dans un contexte local le long de la partie occidentale de la frontière franco-belge, et enfin dans un contexte national à l’échelle de la France.

1. Protocole de recherche

8Un premier problème à résoudre est celui de l’accès aux données. En effet, les données de l’état civil en France ne sont pas accessibles avant qu’un siècle ne soit passé. Il est donc impossible de disposer de données à l’échelle des communes françaises. Ce handicap de base a pu être compensé par le recours aux données communales en Belgique. En effet, l’accès aux registres d’état civil y est tout comme en France interdit au grand public, mais des dérogations sont possibles, et laissées à la discrétion des Présidents des Tribunaux de Première Instance (il y a un Tribunal de Première Instance par arrondissement). Tous les présidents nous ont accordé l’accès aux registres, sauf celui de Courtrai ; cela a permis une couverture presque complète des communes belges frontalières. La carte suivante illustre les communes sur lesquelles a porté l’étude.

Carte 1.

Carte 1.

G. Hamez, 2004

9Les communes retenues sont limitrophes de la frontière. Nous avons posé comme hypothèse que les mariages frontaliers étaient probablement les plus importants dans ces dernières, pour décroître avec la distance à la frontière (selon une logique similaire à celle décrite par Buxeda et Grasland dans ce même numéro). Le choix de ces communes a également été dicté par un impératif d’efficacité : le travail de collecte des données contenues dans les actes civil, dans les différents hôtels de ville et pour plusieurs décennies, prend un temps important. Par ailleurs, il semblait préférable dans un premier temps de couvrir au mieux les communes frontalières plutôt que de regarder ce qui se passe plus à l’intérieur des terres.

10Les dates pour lesquelles les données ont été collectées vont de 1978 à 2000. En effet, c’est au cours de ces deux décennies que les frontières ont connu la plupart de leurs mutations, notamment en termes d’institution de la libre-circulation ; il fallait donc au moins remonter jusqu’à la fin des années 1970 pour répondre à la question des effets éventuels de la défonctionnalisation des frontières sur la fréquentation des personnes. En outre, le choix de 1978 comme borne est lié à la fusion des communes belges qui eut lieu le 1er janvier 1977 ; depuis lors les registres d’état civil ont une certaine unité, alors que pour les années antérieures il y a autant de registres qu’il y a d’anciennes communes belges (l’année 1977 a été écartée, en raison du manque de fiabilité des registres au cours de cette année de transition).

  • 3 Toutefois, l’analyse des données belges sur une période longue suppose de résoudre un problème méth (...)

11À l’échelle nationale, les données couvrent les régions françaises et s’étendent de 1967 à 1997. Elles sont issues de la base « état civil » de la Direction régionale de l’Insee Nord-Pas-de-Calais [Hamez, Vaillant, Van Gheluwe, 2001]. Les trois régions belges n’ont pas été prises en compte dans le cadre de cet article car l’objectif était avant tout d’étudier le processus de diffusion à petite échelle, ce qui était possible en s’appuyant sur le territoire français dans son ensemble, mais beaucoup moins sur le territoire belge dont la taille n’excède pas celle de deux régions françaises. Néanmoins, il serait intéressant dans des travaux ultérieurs d’établir une comparaison avec la Belgique, en se basant sur les données produites et vendues par l’Institut National de la Statistique (INS), ce qui permettrait d’ajouter le critère de différenciation linguistique3

12Une telle étude diachronique sur la nuptialité pose le problème de l’évolution dans le temps du comportement nuptial : le mariage a été sur ces vingt ans de plus en plus concurrencé par l’union libre. Et il n’existe pas de données disponibles sur la nationalité des personnes vivant en union libre – qui par ailleurs n’apparaissent pas en tant que telles dans les registres d’état civil. Cependant, il semble probable que la propension à se marier ou à vivre en union libre soit la même suivant que les conjoints ont la même nationalité ou la nationalité française et la nationalité belge. En effet, une analyse détaillée des comportements des Français et des Belges en matière de nuptialité montre qu’ils sont assez proches, et évoluent de façon globalement similaire [Hamez, 2004]. L’hypothèse est donc posée que la part de la nuptialité franco-belge sur la nuptialité totale reflètera la part globale des unions franco-belges (y compris les unions libres) – et cela d’autant plus que les couples franco-belges n’ont pas davantage particulier soit à se marier, soit à ne pas se marier.

13Enfin, il faut également préciser ce que l’on entend par mariage franco-belge. Les informations disponibles dans les actes d’état civil permettent trois critères différents de définition :

  • selon le critère de la nationalité, un mariage franco-belge unit des conjoints l’un de nationalité française, l’autre de nationalité belge ;

  • selon le critère des lieux de naissance, un mariage franco-belge unit des conjoints nés l’un en France et l’autre en Belgique ;

  • selon le critère des lieux de résidence, le mariage unit des conjoints résidant en France et en Belgique.

14Le dernier critère n’est pas utilisable, dans la mesure où de plus en plus les conjoints résident ensemble avant de se marier, ce qui pose un biais sérieux pour une analyse portant sur deux décennies. Les deux premiers critères donnent quant à eux des résultats sensiblement différents. En effet, il ressort que certains Français sont nés en Belgique et y résident (ils sont Français par leurs parents) ; s’ils se marient avec un conjoint belge ils apparaîtront donc dans les statistiques comme mariage franco-belge, alors que les deux conjoints seront nés et auront toujours résidé du côté belge de la frontière. Inversement, certains mariages entre deux personnes de nationalité belge réunissent une personne née et résidant en France à une autre née et résidant en Belgique ; il s’agit donc cette fois véritablement d’échanges frontaliers, mais cela n’apparaîtra pas dans les statistiques qui prennent en compte la nationalité. De tels cas incitent à considérer à la fois les lieux de naissance et la nationalité des conjoints.

15Cependant, l’accent est mis dans cet article sur la nationalité. En effet, l’objectif étant de comparer la nuptialité mixte aux échelles locales et nationales, le critère de la nationalité était plus pertinent dans la mesure où il est seul disponible pour les données à l’échelle nationale. En outre, les cas de non-concordance entre critères de nationalité et de lieux de naissance se trouvent surtout dans les communes ayant une continuité du tissu urbain à travers la frontière, comme Mouscron et Comines-Warneton ; et ils se compensent en partie.

2. Les mariages franco-belges à l’échelle locale : un désamour franco-flamand

16À l’échelle locale, l’évolution de la nuptialité mixte diffère suivant le tronçon franco-flamand et le tronçon franco-wallon de la frontière.

17À la fin des années 1970, une différence de niveau est déjà nette entre les deux tronçons : il y a globalement davantage de mariages mixtes dans les communes wallonnes que dans les communes flamandes (carte 2). Cependant, les mariages franco-belges dans les communes flamandes sont loin d’être négligeables puisqu’ils représentent globalement 6% de l’ensemble des mariages enregistrés dans ces communes. Ce chiffre comprend les communes flamandes frontalières hormis La Panne, car la situation de cette dernière est particulière au regard des mariages mixtes. En effet, cette commune balnéaire est notoirement attractive tant pour les Français que pour les Belges francophones. Les mariages franco-belges qui y sont enregistrés peuvent donc très bien unir deux francophones.

Carte 2.

Carte 2.

G. Hamez, 2004

18La différence entre communes flamandes et wallonnes s’explique par deux facteurs : la continuité linguistique entre France et Wallonie ; la continuité urbaine. Le premier facteur semble cependant déterminant, comme l’indique par exemple la forte différence que l’on peut constater entre Comines-Warneton et Wervik. Ces deux communes situées sur la Lys, la première wallonne et la deuxième flamande, sont en effet assez proches en termes de morphologie urbaine et de contiguïté avec la France, et enregistrent des parts significativement différentes de nuptialité franco-belge.

19Entre les communes rurales françaises et flamandes, la part relativement élevée de mariages franco-belges s’explique par le fait que la frontière n’est à cette époque pas « complètement » linguistique : du côté français le patois flamand demeure utilisé par plusieurs dizaines de milliers de locuteurs [Coornaert, 1970 ; Ryckeboer, 2000], et du côté belge la très grande majorité des locuteurs maîtrise le français, en plus de la langue maternelle, le flamand. Par ailleurs, des facteurs plus conjoncturels expliquent également ces taux relativement élevés, comme l’existence d’une discothèque à ce moment-là à Poperinge, attirant les jeunes des deux côtés de la frontière.

  • 4 Il n’a pas été possible de tracer cette carte pour les années suivantes : les personnes qui se mari (...)

20Les mariages franco-flamands s’inscrivent alors dans une logique de contiguïté : une analyse des lieux de naissance des conjoints franco-belges pour trois années (1950, 1960 et 1970) montre que les époux sont la plupart du temps issus de communes proches sinon limitrophes (carte 3). Cette configuration prouve l’existence d’une bande frontalière assez étroite à l’intérieur de laquelle s’opèrent les relations frontalières préférentielles4.

Carte 3.

Carte 3.

G. Hamez, 2004

21Cependant, le niveau de la nuptialité franco-belge va singulièrement évoluer (cartes 4 et 5).

Carte 4

Carte 4

G. Hamez, 2004

Carte 5.

Carte 5.

G. Hamez, 2004

22En vingt ans, la part des mariages franco-belges diminue de moitié dans les communes flamandes (hormis La Panne), passant de 6 à 3%, tandis qu’il demeure constant dans les communes wallonnes et à La Panne. Les taux les plus élevés se trouvent dans les communes wallonnes où le tissu urbain est continu à travers la frontière comme Mouscron et Comines-Warneton, dans lesquelles chaque année au moins un mariage sur cinq est franco-belge. Dans le district de Tournai, dont la ville centre est plus éloignée de la frontière, il s’agit d’un mariage sur dix. Le poids constant de ces mariages doit être mis en relation avec la présence en Belgique de nombreux équipements attractifs pour les jeunes Français, et en premier lieu des discothèques [Crozat, 2001].

23La baisse de la nuptialité franco-belge dans les communes flamandes est paradoxale, dans la mesure où les mutations des frontières laissaient attendre au contraire une croissance des relations transfrontalières, ou tout au moins une stabilité. L’explication réside probablement dans le facteur linguistique. En effet, cette frontière devient une limite linguistique de plus en plus affirmée, sous l’effet de deux tendances : le déclin continu du patois flamand en France, et le rejet de la langue française en Région flamande. En France, le flamand régresse progressivement depuis les trois siècles que la frontière a été tracée, mais de façon accélérée au cours du 20ème siècle [Hamez, 2004]. Il semble que la situation est devenue critique dans la mesure où le flamand n’est plus transmis d’une génération à l’autre [Héran, Filhon, Deprez, 2002]. En Région flamande, les revendications nationalistes se sont arc-boutées sur la question linguistique et le rejet de l’expression francophone. Ces deux tendances provoquent le développement d’un unilinguisme de chaque côté de la frontière, néfaste aux relations et probablement en grande part responsable du « désamour franco-flamand » constaté.

3. Les mariages franco-belges se diffusent à l’échelle nationale

24Le poids de la nuptialité franco-belge dans le Nord-Pas-de-Calais est resté constant de 1967 à 1997, entre 8 et 9‰ de la nuptialité régionale. Or, dans le même temps la part des mariages franco-belges dans la nuptialité française a crû de 40%, passant de 2‰ à 2,8‰. Cela signifie que les mariages franco-belges ont augmenté dans les autres régions françaises. Leur répartition spatiale indique une profonde évolution au cours de ces trente années (cartes 6 à 9).

Carte 6

Carte 6

G. Hamez, 2004

Carte 7.

Carte 7.

G. Hamez, 2004

Carte 8.

Carte 8.

G. Hamez, 2004

Carte 9.

Carte 9.

G. Hamez, 2004

Figure 1. Les mariages franco-belges en France au 20ème siècle

Figure 1. Les mariages franco-belges en France au 20ème siècle

25En 1967, en deçà de la frontière franco-belge, trois auréoles successives se dessinent : d’abord la principale région limitrophe, le Nord-Pas-de-Calais ; puis les deux régions adjacentes de Picardie et Champagne-Ardenne ; enfin, une dernière auréole qui s’étend de la Basse-Normandie à la Lorraine. Seule exception à cette « loi de la proximité », les régions méditerranéennes distantes sont également concernées par les mariages franco-belges.

26Le poids important des mariages franco-belges en Picardie et Champagne-Ardenne s’explique probablement par les migrations importantes de travailleurs agricoles belges en France qui survenaient encore à ce moment-là, bien qu’en déclin par rapport aux décennies précédentes comme l’a montré Firmin Lentacker [Lentacker, 1973]. En ce qui concerne les régions méditerranéennes, il faut évoquer leur attractivité touristique, ainsi que les migrations définitives de nombreuses personnes d’Europe du Nord pour expliquer cette exception (il s’agit souvent de mariages tardifs : de nombreux pensionnés belges viennent passer leur retraite sur la Côte d’Azur).

27La configuration de la nuptialité franco-belge en auréoles successives en deçà de la frontière a fortement évolué de 1967 à 1997. Deux grandes tendances simultanées ressortent :

  • le fait le plus remarquable est la diffusion progressive de la nuptialité franco-belge à tout le territoire national ;

  • la zone d’attractivité frontalière se déplace vers l’est (diminution en Picardie, hausse en Lorraine).

28La diffusion à tout le territoire national est à mettre en relation avec l’augmentation générale de la mobilité des Européens au cours de cette période. Mais il s’agit aussi probablement d’un effet de l’attractivité touristique des régions françaises. En effet, le taux de corrélation entre la part des nuitées des touristes belges en France et la part des mariages franco-belges est importante (0,84, taux calculé sans prendre en compte la région Nord-Pas-de-Calais) – de même qu’entre part des Belges résidents et part des mariages franco-belges. Cela n’induit pas bien sûr qu’il y ait un lien de cause à effet entre ces faits, mais on peut en déduire que certaines régions sont attractives pour les Belges, qu’il s’agisse de tourisme ou de migration résidentielle, et que les mariages franco-belges y seront plus nombreux.

29Pour interpréter le déplacement de la zone d’attractivité vers la Lorraine, la proximité avec le Luxembourg doit être évoquée. En effet, le Luxembourg est devenu un pôle d’emplois très attractif au cours des trente dernières années, à travers principalement sa frontière française et sa frontière belge. Ce sont des flux frontaliers de grande ampleur : le Luxembourg recevait 56 380 travailleurs frontaliers par jour en 1995 ; la moitié d’entre eux sont des Français, 40% des Belges et 10% des Allemands (cf. contribution d’Éric Auburtin dans ce numéro). Ces flux sont récents, puisqu’en 1970 on ne comptait que 7400 frontaliers. Au Luxembourg convergent donc et se côtoient de plus en plus Français et Belges ; cela peut être une explication à la hausse de la nuptialité franco-belge, par ailleurs perceptible autant en Lorraine que dans l’arrondissement belge d’Arlon.

30Enfin, cette diffusion progressive de la nuptialité franco-belge doit être relativisée au regard des échanges franco-belges de la fin du 19ème siècle et de la première moitié du 20ème, à une époque où l’immigration belge était la première des immigrations d’étrangers en France. Ainsi en 1920, les mariages franco-belges représentaient 1,3% du nombre total de mariages en France [Munoz-Perez, Tribalat, 1984].

31Les mariages franco-belges demeurent importants au cours des années 1920, puis décroissent jusqu’à la fin des années 1950. Notons que les valeurs relativement élevées de 1920 et 1946 s’expliquent par les mécanismes de compensation mis en œuvre par les générations féminines après la guerre pour compenser les déséquilibres du « marché matrimonial » : il y avait alors davantage de mariages avec des immigrés, ou avec des hommes plus jeunes, ou avec des veufs, etc. [Henry, 1966]. Enfin, de 1960 à aujourd’hui, leur nombre demeure stable, mais leur poids augmente sensiblement.

Conclusion

32L’évolution sur trente ans des mariages mixtes permet de caractériser les mutations des frontières à travers les relations « spontanées » des populations. Si plusieurs processus mis en évidence sont inédits, d’autres sont beaucoup plus traditionnels dans les relations frontalières.

33Parmi les dynamiques traditionnelles, il ressort en premier lieu que les frontières demeurent des lignes de discontinuité pour les mariages. On se marie toujours préférentiellement avec des personnes de même nationalité.

34Cependant, c’est le Nord-Pas-de-Calais, région frontalière, qui demeure concernée au premier chef par la nuptialité mixte – et c’est une autre dynamique traditionnelle. Plus précisément, c’est dans la proximité et la contiguïté avec la frontière que les échanges entre populations sont les plus intenses ; continuité urbaine et continuité linguistique garantissent une intensité des relations.

35Cette dynamique de relations locales / régionales est d’autant plus traditionnelle qu’elle est restée remarquablement stable depuis les trente dernières années sur la frontière franco-belge. Ses fluctuations sont d’ailleurs davantage liées à des circonstances locales et/ou régionales qu’au processus européen d’ouverture des frontières. Ces circonstances peuvent être structurelles, comme la divergence linguistique progressive entre Flandre française et Flandre belge – facteur probablement le plus déterminant pour expliquer la baisse des mariages franco-flamands. Elles peuvent être également conjoncturelles, comme l’ouverture puis la fermeture d’une discothèque. Cet évènement relaté dans le cas de Poperinge, aussi anecdotique et trivial soit-il, reste déterminant pour favoriser ou non les rencontres entre jeunes des deux côtés de la frontière. À ce propos, la grande constance de la nuptialité franco-belge dans les communes frontalières autour de Lille peut s’expliquer au moins en partie par la fréquentation continue tout au long de la période des mêmes lieux de loisirs par Français et Belges : bars, discothèques et dancings situés du côté belge de la frontière.

36Ce qu’il y a d’inédit dans les mutations des frontières relève d’une autre échelle spatiale : à l’échelle nationale française, la nuptialité franco-belge se diffuse à tout le territoire. À la fin des années 1970, le facteur de distance à la frontière était déterminant, et la part de la nuptialité franco-belge dans les régions décroissait avec la distance à la frontière. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : en-dehors de la région frontalière qui demeure concernée plus que les autres, la fréquentation des populations françaises et belges survient désormais partout en France.

37Ce processus revient à nier une double fonction traditionnelle des frontières : la fonction d’entraver les échanges entre populations, et la fonction de concentrer les rares relations existantes à proximité même de la frontière. En d’autres termes, à l’échelle nationale la frontière se dilue dans l’espace. Elle se dématérialise. Toute partie du territoire national est désormais susceptible de faire frontière, et d’être concernée par ce qui se passe au-delà des frontières. Les mutations des frontières ne concernent donc pas tant l’échelle locale / régionale que l’échelle nationale / transnationale. L’espace européen intérieur tend à se fluidifier. Et ce sont les mouvements mêmes des Européens et leurs relations réciproques qui en témoignent. En somme, on assiste à une européanisation spontanée du territoire de l’Union européenne.

38Des recherches sont nécessaires sur d’autres frontières intérieures de l’Union européenne, croisant à chaque fois petite et grande échelle, pour vérifier si des tendances similaires s’y manifestent.

Haut de page

Bibliographie

BRUNET Roger (1970), Les phénomènes de discontinuité en géographie, Paris, Éd. du CNRS, 117 p.

CLAVAL Paul (1973), L’étude des frontières et la géographie politique, Cahiers de géographie du Québec, vol. 18, n° 43, pp.7-22.

COORNAERT Émile (1970), La Flandre française de langue flamande, Paris, Les Éditions ouvrières, 406 p.

CROZAT Damien (2001), Bar, boîtes et pralines. La permanente reconstruction culturelle d’une frontière entre Lille, la Belgique et le nord de l’Europe, Hommes et Terres du Nord, n° 4, pp. 230-241.

DAVEAU Suzanne (1959), Les régions frontalières de la montagne jurassienne. – Publication hors-série de la Revue de géographie de Lyon, 571 p.

DENIS Marie-Noëlle (1991), Mariages frontaliers à Obersteinbach au 19ème siècle : problématiques croisées des mariages et de la frontière, Revue des sciences sociales de la France de l’est,  n° 19, pp. 76-79.

GRASLAND Claude (1997), À la recherche d’un cadre théorique et méthodologique pour l’étude des maillages territoriaux. – Communication présentée aux entretiens Jacques Cartier, « Les découpages du territoire », Lyon, 8-10 décembre 1997.
http://www-user.ined.fr/~blum/debat/Contributions/Avant-Fevrier-1999/Grasland-2.html

GRASLAND Claude, CATTAN Nadine (1994), Dynamiques migratoires et recompositions territoriales en Tchécoslovaquie de 1960 à 1992, Rapport final de recherche, MRT, Programme PECO.

HAMEZ Grégory (2004), Du transfrontalier au transnational : Approche géographique. L’exemple de la frontière franco-belge. Thèse de Géographie, Université Paris 1, 498 p.
http://tel.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/71/91/index_fr.html

HAMEZ Grégory, VAILLANT Éric, VAN GHELUWE Jean-Luc (2001), Nuptialité et frontière : l’exemple franco-belge dans le Nord-Pas-de-Calais, Profils Nord-Pas-de-Calais, n° 15, pp. 1-4.

HENRY Louis (1966), Perturbations de la nuptialité résultant de la guerre 1914-1918, Population, vol. 21, n° 2.

HÉRAN François, FILHON Alexandra, DEPREZ Christine (2002), La dynamique des langues en France au 20ème siècle, Population et sociétés, n° 376, pp. 1-4.

LENTACKER Firmin (1973) La frontière franco-belge. Etude géographique des effets d’une frontière nationale sur la vie des relations, Thèse de Doctorat ès Lettres et Sciences Humaines, soutenue à l’Université Paris IV, 656 p.

MUNOZ-PEREZ Francisco, TRIBALAT Michèle (1984), Mariages d’étrangers et mariages mixtes en France : évolution depuis la Première Guerre, Population, vol. 39, n° 3, pp. 427-462.

PUMAIN Denise (1986), Les migrations interrégionales de 1954 à 1982 : directions préférentielles et effet de barrière, Population, 2, pp. 378-389.

RENARD Jean-Pierre (1984), De l’intérêt du dépouillement d’actes de mariages dans le cadre général de l’étude des limites et frontières, Espace Populations Sociétés, n° 1, pp. 125-130.

RYCKEBOER Hugo (2000), The role of political borders in the millenial retreat of Dutch (Flemish) in the north of France, International journal of the sociology of language, n° 145, pp. 79-108.

VELASCO Hélène (1998), La frontière vue au prisme des actes d’état civil à Larrau (Pays Basque), Hommes et Terres du Nord, n° 1, pp. 11-15.

VERHASSELT Yola, LOGIE Franck, MERGAERTS Bernadette (1982), Espace géographique et formes de sociabilité, quatre exemples de régions frontalières, Revue du Nord, vol. 64, n° 253, pp. 581-600.

Haut de page

Notes

1 Le concept de discontinuité provient notamment de Roger Brunet (1968), et celui de barrière de Denise Pumain (1986). Une définition comparée des deux concepts dans le cas des frontières d’État a été proposée par Claude Grasland (1997).

2 Cet article reprend l’un des principaux résultats de ma thèse, soutenue en juin 2004 [Hamez 2004].

3 Toutefois, l’analyse des données belges sur une période longue suppose de résoudre un problème méthodologique : l’évolution dans le temps des limites administratives à l’intérieur desquelles sont collectées les statistiques, c’est-à-dire notamment la fluctuation des limites communales, ou celle des arrondissements. Ainsi, repartir des limites d’arrondissement existant dans les années 1960 serait politiquement très incorrect dans le contexte belge : que diraient les nationalistes flamands si l’on refusionnait Bruxelles avec Halle-Vilvoorde ?

4 Il n’a pas été possible de tracer cette carte pour les années suivantes : les personnes qui se marient des années 1950 aux années 1970 sont nées environ vingt ans auparavant, à une époque où l’on naissait au domicile des parents – ce qui permet donc de connaître ce lieu. En revanche, les personnes qui se marient dans les années plus récentes sont généralement nées à l’hôpital ou à la maternité, donc dans les grandes villes – et l’on ne peut connaître le lieu de domicile de leurs parents.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1.
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 2.
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 3.
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Carte 4
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 5.
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 6
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 7.
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 8.
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 9.
Crédits G. Hamez, 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 1. Les mariages franco-belges en France au 20ème siècle
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3177/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Hamez, « Approche multiscalaire de la nuptialité franco-belge », Espace populations sociétés, 2005/2 | 2005, 237-250.

Référence électronique

Grégory Hamez, « Approche multiscalaire de la nuptialité franco-belge », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/2 | 2005, mis en ligne le 29 juillet 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://eps.revues.org/3177 ; DOI : 10.4000/eps.3177

Haut de page

Auteur

Grégory Hamez

UMS 2414 RIATE
Université Paris 7 – CNRS – DATAR
UFR GHSS, case 7001
2, place Jussieu
75251 Paris Cedex 05
Gregory.hamez@orate.prd.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org