Navigation – Plan du site
Articles

Frontières internes et mobilité résidentielle en Irlande du Nord

Residential Mobility in the Divided Cities of Northern Ireland
Jennifer Heurley
p. 251-263

Résumés

Si en Irlande du Nord les frontières subsistent, il n’en demeure pas moins qu’elles sont soumises à des forces de changement qui tendent à se heurter aux crispations héritées du conflit. Ainsi, dans les grandes villes, l’évolution démographique inégale entre les communautés catholiques et protestantes entraîne des tensions aux interfaces, véritables frontières urbaines, qui contrarient les mobilités résidentielles et contribuent à alimenter les tensions entre les quartiers.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La plupart des villes nord-irlandaises semblent reproduire les divisions nationales à l’échelle urbaine. Ces territoires, disputés par deux groupes légitimes ou légitimés dans la revendication de leur droit spécifique sur la ville, sont divisés par de véritables frontières internes qui ne sont pas nécessairement matérialisées et qui structurent le territoire urbain et les flux qui s’y intègrent. Elles dessinent une mosaïque d’espaces plus ou moins homogènes juxtaposés les uns aux autres et porteurs d’une signification identitaire forte. La plupart du temps bâties à la demande de la population, elles délimitent des portions de territoire à l’intérieur desquelles les résidents se sentent en sécurité. Aussi peut-on s’interroger sur l’impact spatial de ces divisions urbaines qui obéissent à des processus autonomes où l’espace constitue une ressource et un enjeu.

2En effet, après avoir longtemps été considérées comme des ressources pour une communauté catholique qui cherchait à s’exclure elle-même d’un cadre légal qui lui refusait la pleine citoyenneté, ces frontières de quartier deviennent aujourd’hui des enjeux pour une communauté protestante en recul démographique qui se sent menacée dans son intégrité territoriale. L’évolution démographique inégale des deux communautés engendre des situations extrêmement tendues qui soulèvent le problème de l’adéquation entre ces limites spatiales rigides et le besoin d’espace croissant de la communauté catholique. En effet, malgré la pression constante exercée par les Catholiques sur les autorités locales compétentes pour la mise à disposition de nouveaux logements, la présence d’une limite spatiale statique entre les deux communautés contrarie la mobilité résidentielle «naturelle».

1. Les divisions du territoire urbain en Irlande du Nord

  • 1 Northern Ireland Housing Executive, 1999, Toward a Community Relations Strategy, NIHE, Belfast, p. (...)

3D’une manière générale, les divisions du territoire urbain obéissent à des processus de ségrégation, imposés ou volontaires, dans lesquels l’espace est perçu comme un enjeu par les différents groupes qui l’occupent. Selon un rapport récemment publié par le Northern Ireland Housing Executive, un quartier ségrégé est un quartier dont 90% de la population appartient à la même communauté, catholique ou protestante1. Ce regroupement des communautés à l’intérieur des villes répond à des logiques économiques mais aussi à des logiques sociales qui s’expriment généralement par une volonté de rester « entre soi ». Ce processus de ségrégation est source de sécurité : il facilite l’émergence de réseaux de solidarité et la mise en place d’un ordre social qui renforce la cohésion de la communauté.

  • 2 Boal F.W., Livingtone D. (1983), « The international frontier in microcosm. The Shankill-Falls divi (...)

4Dans le cas précis de l’Irlande du Nord, on peut affirmer à la suite de Frederick Boal que les villes reproduisent le conflit national à l’échelle urbaine2. Aussi la ségrégation résidentielle a-t-elle consacré un modèle d’exclusion particulier fondé sur la violence et la peur. La violence sectaire, tout d’abord, est à l’origine du regroupement des communautés dans des quartiers bien délimités et très homogènes. La peur, ensuite, est le résultat des violences régulières qui culminent à certaines périodes de l’année (en juillet, par exemple, pendant la saison des marches) et encouragent les communautés à se retrancher à l’intérieur de leurs quartiers. Cette ségrégation a, en outre, ceci d’original qu’elle traduit dans l’espace urbain la précarité de la puissance politique de l’Irlande du Nord. En effet, la ségrégation résidentielle crée les conditions d’une contestation accrue de l’autorité de la part des Catholiques du Nord : les résidents des villes nord-irlandaises sont réunis sur des bases identitaires et peuvent ainsi se constituer en tant que groupe, ce qui renforce les logiques d’affrontement inter-communautaires.

  • 3 Gordon M. (1964), Assimilation in American Life, Oxford University Press, New York ; ou encore Gree (...)

5De nombreux sociologues américains ont remarqué que dans une ville comme Belfast, déchirée par un conflit durable, les raisons pour lesquelles les deux communautés tendent à vivre séparées se multiplient et s’alimentent de la durée même3. En effet, si le niveau de ségrégation augmente pendant les périodes de trouble, il ne recule pas pendant les périodes de tranquillité. Les quartiers homogènes, qui prennent dans leur forme extrême le nom de ghetto, assurent aux résidents la base territoriale de leur sécurité physique. À partir de là, des solidarités se mettent en place et la réduction de la violence ne constitue pas une motivation suffisante pour rompre ces solidarités. Aussi peut-on dire que la ségrégation naît de la nécessité de se protéger et se perpétue pour des raisons qui sont davantage d’ordre social en permettant aux communautés de vivre dans un environnement qui ne soit pas hostile, en assurant une base politique solide pour l’élection des conseillers municipaux et des députés enclins à prendre les décisions attendues par la communauté, en facilitant l’entretien et la construction des écoles et des églises. La séparation des communautés n’est donc pas uniquement subie. Ainsi, il semblerait que sans une intervention des pouvoirs publics dans l’attribution des logements, la ségrégation ait tendance à s’accroître automatiquement et de manière irréversible.

6En 1967, le Conseil Municipal de Belfast a posé le problème de la gestion de la ségrégation en ces termes : faut-il conserver l’homogénéité des quartiers pour ne pas donner prise aux intimidations et aux agressions des familles isolées ou faut-il encourager la mixité pour que les antagonismes se diluent dans la multiplicité ?

  • 4 Nous faisons allusion ici à une directive du gouvernement (Northern Ireland Government, cmd 4154, H (...)
  • 5 M.C. Keane (1985), Ethnic residential change in Belfast, 1969-1977 : the impact of public housing p (...)

7À cette époque, la politique du logement public en Irlande du Nord répondait à deux principes : en premier lieu, la justice et l’égalité dans l’attribution des logements, fondée sur les besoins ; en second lieu, l’impartialité et la non-discrimination religieuse4. Dans la mesure où cette politique avait pour but de maintenir une certaine cohésion sociale, elle ne pouvait encourager une gestion séparée des dossiers. Mais en réalité, l’analyse des pratiques d’attribution de logement entre 1969 et 1977, réalisée par Margaret Keane, nous permet d’avancer que les procédures d’attribution des logements ont contribué involontairement à renforcer la ségrégation5.

  • 6 Institution, créée en 1971, chargée de l’attribution et de l’entretien des logements publics par la (...)
  • 7 La première enquête sur les conditions de logement réalisée en 1974 a révélé que 25% de l’ensemble (...)
  • 8 Northern Ireland Housing Executive, 1985, Annual Reports, 1971-1985, Northern Ireland Housing Execu (...)

8Un échantillon de 2864 attributions de logements (22% de Catholiques et 78% de Protestants) a été retenu pour la période 1969-1977. On constate que 86% des attributions ont été faites vers des immeubles où environ 90% des résidents appartenaient au même groupe ethnique. Ce phénomène était d’autant plus surprenant qu’il s’est produit dans les secteurs mixtes du nord de la ville. Pourtant, aucune distinction entre Catholiques et Protestants n’était apparente dans la sélection des ménages. Le Northern Ireland Housing Executive6 a utilisé des procédures d’attribution standard pour la sélection, la constitution des listes d’attente et enfin pour la décision d’attribution. Toutefois, la priorité donnée à certains ménages désignés comme étant « en situation d’urgence » a créé des différences entre Catholiques et Protestants et encouragé la ségrégation résidentielle. En effet, entre 1969 et 1977 plus de la moitié des attributions dans le nord de Belfast concernaient ces ménages « en situation d’urgence ». Il s’agissait en réalité des ménages dont l’immeuble avait été détruit par les pouvoirs publics pour cause d’insalubrité7. Il se trouve que près de 80% de ces immeubles insalubres voués à la destruction étaient occupés par des Catholiques. Or, ce groupe devait, selon les procédures d’attribution, être relogé dans un endroit « sûr et acceptable », autrement dit ethniquement homogène. Le guide officiel du NIHE indiquait en effet que « proposer un appartement dans une zone où résidaient peu de personnes pratiquant la même religion que les bénéficiaires » était déraisonnable8. C’est ainsi que plus de 2000 logements furent construits spécifiquement pour les Catholiques entre 1969 et 1977 et que sur 1000 logements rachetés et réhabilités par les pouvoirs publics, 80% furent attribués à des ménages catholiques. Cette tendance à la polarisation est due à la combinaison de deux critères distincts dans la procédure d’attribution des logements : le premier critère de sélection étant le « besoin », c’est-à-dire la situation économique des ménages et le second étant la « sécurité », autrement dit la recherche d’un environnement qui ne soit pas hostile. Dans ces circonstances, un système dual d’attribution des logements était quasiment inévitable, en dépit du fait que près d’un tiers des candidats avaient déclaré que vivre dans un immeuble mixte leur était indifférent. Aussi les transformations de l’environnement ethnique entre 1969 et 1977 et le passage d’espaces mixtes à des espaces de ségrégation reflètent-ils la distorsion d’un mécanisme d’attribution normal.

  • 9 Murtagh B. (1995), « Image making versus reality : ethnic division and the planning challenge of Be (...)

9Malgré l’importance de la ségrégation urbaine à Belfast à la fin des années 1960, les quartiers catholiques, protestants et mixtes se juxtaposaient sans qu’aucune frontière physique ne vînt les séparer. Les troubles des années 1970 changèrent la nature de ces divisions urbaines. Ils eurent pour première conséquence de vider les zones mixtes de leurs habitants : entre 1969 et 1973, 60 000 personnes ont quitté leur logement situé en zone mixte pour s’installer dans des quartiers fortement polarisés9. Or, ces quartiers mixtes jouaient le rôle de « zones-tampon » entre les communautés antagonistes. Leur abandon progressif a « clarifié » les divisions urbaines faisant apparaître des interfaces de plus en plus linéaires qui sont devenues de véritables lignes de front. Les transformations de la nature de la ségrégation résidentielle et, par conséquent, de la morphologie des interfaces ont engendré la création de murs de sécurité, également appelés murs de paix, qui constituent de véritables frontières internes.

2. De la discontinuite à la limite : les frontières urbaines en Irlande du Nord

  • 10 Cette notion de communauté d’» en face », en Anglais the « other » community, reflète une des compl (...)

10Quand les violences éclatèrent en Irlande du Nord à l’été 1969, les interfaces urbaines devinrent des lieux d’affrontements privilégiés. Après la bataille du Bogside qui embrasa la ville de (London)Derry pendant deux jours et deux nuits, les violences urbaines gagnèrent Belfast. Craignant une insurrection menée par l’IRA, les Protestants pillèrent et incendièrent les maisons des nationalistes du quartier d’Ardoyne, forçant les familles à fuir vers des zones plus homogènes. La nouvelle direction marxiste de l’IRA n’ayant ordonné aucune intervention, les résidents du quartiers décidèrent alors de se protéger des attaques de la communauté d’» en face »10 en érigeant des barricades de fortune. La défense du quartier fut organisée par d’anciens combattants de la guerre civile : ils sortirent les bus des dépôts pour les garer en travers des rues qui communiquaient avec les quartiers loyalistes. Tous les accès au quartier d’Ardoyne furent ainsi fermés provisoirement par les bus. Ils furent rapidement mis hors d’usage par les jets de pierre et les explosifs et furent renforcés par tout ce qui pouvait bloquer l’accès : des barbelés, des pneus, des pavés, des poubelles. Du côté de Falls Road, la situation était similaire. Les vétérans du quartier qui disposaient de quelques armes tirèrent sur les loyalistes qui incendiaient les habitations. Des barricades de fortune barraient les accès au quartier. Lorsque l’armée britannique intervint pour rétablir l’ordre, les soldats furent postés derrière ces barricades provisoires pour assurer la protection du quartier. Cette situation dura du 14 juillet au 9 septembre 1969, date à laquelle les autorités civiles et militaires donnèrent l’ordre de raser les barricades. Toutefois, dans la mesure où les risques d’affrontement n’avaient pas disparu, les autorités les remplacèrent par des barrières plus sophistiquées, puis par des murs. Selon le Belfast Interface Project, les premières peace lines à avoir été construites sont celles d’Alliance Avenue, d’Old Park Road et de Manor Street autour du quartier d’Ardoyne. Celle qui sépare le quartier catholique des Falls et le quartier protestant de Shankill est toutefois la plus longue et la plus célèbre. Les barricades de fortune érigées en 1969 furent petit à petit consolidées avant d’être remplacées par un mur en béton long de 30 mètres entre Cupar Way et Springfield Road au début des années 1980. Cette véritable frontière interne, gardée au départ par l’armée britannique, marque le début de la reconnaissance par le pouvoir d’une réelle division urbaine entre quartiers catholiques et quartiers protestants. Certes, cette frontière se démilitarise avec le retrait progressif de l’armée et des milices mais son inscription dans le paysage se renforce avec l’adjonction de nouveaux éléments (grillages, portails, extension du mur).

11Ainsi, à partir de 1969, les éruptions de violence localisées aux interfaces ont entraîné l’intervention de l’armée et la mise en place de barricades. Celles-ci, d’abord provisoires, se pérennisent avec le retrait des forces militaires. Seulement, le processus de formation de ce dispositif de sécurité n’est pas le résultat systématique de la violence urbaine. Il s’inscrit dans une logique de gestion territoriale particulière. En effet, de nombreuses peace lines sont bâties par les autorités locales à la demande d’une communauté qui se sent menacée. La nécessité de donner une réalité physique à l’interface existante se fait parfois sentir au sein des communautés. Les frontières internes répondent à une dynamique particulière où plusieurs temporalités coexistent : elles sont plus ou moins fermées en fonction de leur date de construction, du contexte de celle-ci, des parades commémoratives qui rythment l’année, entraînant des affrontements quasi rituels entre les communautés. Depuis 1978, bien que le degré de violence se soit stabilisé, les affrontements se perpétuent de manière régulière : chaque année, au mois de juillet, les défilés orangistes suscitent de vives réactions au sein des communautés catholiques locales engendrant émeutes et affrontements. Aussi ces pics de violence se déroulent-ils dans le cadre d’une temporalité, mais également d’une spatialité précises : d’une manière quasi systématique les émeutes apparaissent l’été, pendant la saison des marches, et se déroulent aux « frontières » des quartiers ségrégés. Ces lieux à risques, appelés aussi Flashpoints, sont le produit de la ségrégation spatiale en Irlande du Nord. Belfast, qui présente une mosaïque de quartiers plus ou moins ségrégés et donc un plus grand nombre de Flashpoints, est particulièrement exposée à la violence urbaine.

12Ces limites urbaines, que nous désignerons de manière générale par le terme d’interface, peuvent être matérialisées par un mur de paix, par une barrière, par des symboles identitaires ou simplement invisibles ; elles peuvent être plus ou moins exposées aux violences urbaines ; elles peuvent être linéaires, zonales, circulaires.

  • 11 Le Belfast Interface Project a été créé en 1995 après le cessez-le-feu de l’IRA. Le but de cette as (...)

13Il existe donc plusieurs types d’interfaces qui caractérisent la nature des tensions et des divisions urbaines en Irlande du Nord. Selon le Belfast Interface Project, on peut relever trois types dominants 11 :

1. La zone-tampon (Buffer-Zone) : les communautés sont séparées par une zone mixte.

1. La zone-tampon (Buffer-Zone) : les communautés sont séparées par une zone mixte.

2. La fracture (Split) : les communautés se trouvent face à face sans interconnexion.

2. La fracture (Split) : les communautés se trouvent face à face sans interconnexion.

3. L’enclave (Enclave) : une communauté se trouve encerclée par une autre.

3. L’enclave (Enclave) : une communauté se trouve encerclée par une autre.

14L’interface Shankill-Falls qui relevait du type « zone-tampon » avant 1969 est devenue une « fracture » avec la montée des violences. Aujourd’hui ces zones mixtes qui séparent les communautés sont localisées aux interfaces de Ballynafeigh, Skegoneill et Springfield. Le cas des enclaves est plus particulier. Chaque communauté vit encerclée dans la crainte permanente d’une attaque sectaire. Les mesures d’intimidation sont constantes et les déplacements sont soumis aux restrictions établies par la communauté environnante. Il n’y a aucun moyen de quitter le quartier sans traverser l’interface. Aussi la confrontation est-elle permanente et les flux quotidiens extrêmement réduits.

15Une étude réalisée en 1994 par le Centre for Policy Research, intitulée « Ethnic Space and the Challenge to land Use Planning » rapporte que 55% des personnes qui vivent à proximité d’une interface disent avoir été victimes de jets de pierres, 41% prétendent avoir été témoins de fusillades ou d’explosions, 34% ont vécu au moins une émeute. Pourtant seulement 20% pensent déménager dans les années à venir. L’étude montre également que l’accès aux crèches, aux écoles, aux centres sportifs, aux maisons de retraite est souvent limité par les problèmes de déplacement liés à l’interface. De même que la partition de l’île et la militarisation de la frontière ont eu des répercussions sur les déplacements quotidiens des résidents locaux qui devaient parfois allonger leur trajet d’une vingtaine de kilomètres, les interfaces ont encouragé les communautés à emprunter des parcours plus longs et plus sinueux pour éviter le territoire « ennemi ». Aussi, ces frontières internes, qu’elles soient ou non matérialisées, structurent le territoire urbain et les flux qui s’y intègrent comme en témoignent les récentes émeutes qui ont eu lieu dans le quartier d’Ardoyne à l’occasion de la rentrée des classes de septembre 2001.

  • 12 Expression de Martin Fletcher, « Peace lines that have never seen ceasefire », The Times, 06.09.200 (...)
  • 13 Châtiment perpétré par les membres de l’IRA qui consiste à tirer une balle dans le genou des «traît (...)

16Le quartier d’Ardoyne, que nous avons déjà mentionné comme étant l’un des premiers foyers d’émeutes en 1969, se trouve dans la partie nord-ouest de Belfast. Délimité au sud par Crumlin Road qui opère une séparation avec le fameux Shankill protestant, il est limité vers le nord par un mur de plusieurs mètres de haut qui longe Alliance Avenue. Cette peace line qui fut, selon le Belfast Interface Project, la première érigée à Belfast en 1969 fut réhabilitée au début des années 1980 par le NIHE. Afin de mieux intégrer cette construction à son environnement urbain sans pour autant réduire sa fonction protectrice, des urbanistes, des architectes et des paysagistes en ont fait une sorte de jardin suspendu, recouvert de plantes grimpantes qui ne laissent aucune place aux graffitis et aux peintures politiques. Cependant, malgré les efforts des pouvoirs publics pour améliorer l’image du quartier, Ardoyne demeure l’une des zones les plus violentes de Belfast. En effet, tandis que la ségrégation complète et claire qui sépare Shankill des Falls maintient les deux communautés dans un certain calme, les districts postaux BT14 et BT15 qui s’étendent vers le nord sont un véritable « patchwork vert et orange »12. Ces quartiers ouvriers sont connus pour leur nombre de victimes qui correspondrait, selon The Independant (05.09.2001), à un cinquième du nombre total de morts depuis 1969. Sur le mur du bureau local du Sinn Fein on peut lire les noms de tous les membres ou sympathisants de l’IRA tombés dans le proche voisinage. La liste compte 120 noms. Depuis les débuts du processus de paix les signes de rapprochement inter-communautaire sont presque imperceptibles à Ardoyne. En 1998, un attentat loyaliste est perpétré dans ce quartier pour venger la mort d’un de leurs membres, Billy Wright, à la prison du Maze. Pendant ce temps, l’IRA continue de faire sa propre police dans les zones catholiques : la même année, John Brown, membre de cette même communauté accusé d’avoir abusé d’un enfant à New Lodge est victime de Knee Caping13. Mais l’événement le plus signifiant au plan territorial est aussi le plus récent.

  • 14 La Royal Ulster Constabulory est la police nord-irlandaise, composée essentiellement de Protestants
  • 15 « Heart of Darkness », The Independant, 06.09.2001.

17Le 4 septembre 2001, jour de la rentrée des classes en Irlande du Nord, une bombe artisanale a explosé sur Ardoyne Road, au passage des élèves catholiques qui se rendaient à l’école en traversant l’enclave protestante de Glenbryn. Cette bombe a blessé 4 policiers mobilisés pour encadrer les élèves. Les véhicules blindés de la RUC14 devaient former un double « mur » provisoire de chaque côté de la rue pour éviter les affrontements physiques. Dès le mois de juin, la pression était montée entre les deux communautés quant au trajet que devaient emprunter les élèves de l’école catholique Holy Cross : cet établissement scolaire juché sur une colline au cœur d’une enclave protestante peut être rejoint soit directement par Ardoyne Road (environ 500 m), soit en contournant Glenbryn par Crumlin Road (1,2 km environ). Les loyalistes exigent que les fillettes empruntent le trajet le plus long pour qu’elle ne traversent pas « leur » territoire. Les Catholiques, qui ne veulent plus être considérés comme des « citoyens de seconde zone », ne veulent pas céder et souhaitent que leurs enfants entrent à Holy Cross « par la grande porte »15.

18Au moment de sa construction, cette école se trouvait dans un quartier mixte. Petit à petit, le processus de ségrégation opérant, l’ensemble de la zone a été divisée en une multitude d’enclaves catholiques et protestantes où, régulièrement, éclatent des violences entre les deux communautés.

Les enjeux du conflit territorial dans le quartier d'Ardoyne

Les enjeux du conflit territorial dans le quartier d'Ardoyne
  • 16 « Belfast, la guerre commence à l’école », Libération, 07.09.2001.

19Au cœur de ces violences on retrouve les revendications territoriales loyalistes et républicaines : fixer un drapeau aux couleurs de l’Union Jack quelques mètres trop loin dans une zone revendiquée par les Catholiques est considéré comme une véritable déclaration de guerre. C’est précisément ce qui a réveillé les antagonismes à Ardoyne le 19 juin 2001 : Marc Coulter, du Centre communautaire protestant, dénonce les intimidations quotidiennes des Républicains qui sont, selon lui, à l’origine des événements de la rentrée scolaire16. Deux militants protestants auraient en effet été attaqués par des Catholiques d’Ardoyne alors qu’ils posaient des fanions britanniques sur des réverbères. Atteints dans leur intégrité territoriale, les Protestants ont riposté en interdisant aux familles catholiques de passer dans le haut d’Ardoyne Road pour rejoindre l’école de filles.

  • 17 NIHE, 1999.

20En réalité, cet incident n’est que le révélateur d’une situation beaucoup plus préoccupante pour la communauté protestante qui voit, chaque année, reculer un peu plus son territoire. Les Protestants d’Ardoyne se souviennent du temps où les drapeaux aux couleurs du Royaume dominaient largement le quartier. L’Ardoyne catholique était alors une enclave. Mais aujourd’hui la situation s’est inversée, beaucoup de Protestants sont partis, si bien qu’il n’en reste que 1500 pour faire face à environ 7000 Catholiques17. Malgré une guérilla de tous les instants visant à contenir les Catholiques, de plus en plus nombreux, hors des limites de leurs territoires, les Protestants ont dû reculer.

3. Les divisions urbaines à l’épreuve de la pression démographique

21Actuellement, si les peace lines se pérennisent, la composition ethno-religieuse des communautés qui vivent de part et d’autre tend à évoluer sous l’effet de la croissance démographique des Catholiques. Les interfaces, comprises comme les zones/lignes de contact entre les deux communautés, sont soumises à une dynamique qui se heurte à la rigidité des « murs de paix ».

22Une enquête a été réalisée du côté catholique de l’interface qui délimite l’enclave protestante The Fountain à Derry ouest. Les résultats montrent que près de 30% des personnes interrogées disent avoir de la famille ou des amis de l’autre côté du mur. Parmi elles, 38% affirment n’être jamais allées leur rendre visite dans leur quartier. En revanche, ce sont les membres de leur famille ou leurs amis qui se déplacent de l’enclave vers l’extérieur catholique. 43% prétendent que les rencontres ont lieu, la plupart du temps dans le centre-ville. 90% des personnes interrogées considèrent que le mur n’est réellement utile qu’à certaines périodes de l’année quand la tension monte entre les communautés. Enfin, et c’est le plus étonnant, la part des personnes qui se disent prêtes à s’installer de l’autre côté du mur si le logement offre plus d’avantages est de 58%. Au premier abord, il semblerait que la dynamique de cette frontière ethno-religieuse va dans le sens d’une plus grande perméabilité. Mais lorsque l’on examine les deux derniers critères - la presse et la répartition religieuse il apparaît que cette dynamique n’est pas le résultat d’un rapprochement entre les deux communautés mais d’un nombre croissant de Catholiques à l’intérieur de l’enclave. Aussi peut-on avancer l’hypothèse selon laquelle, malgré le caractère pérenne des murs de paix, ils sont soumis à une dynamique qui tend à réduire leur fonction de barrière. Cependant, cette dynamique semble moins procéder de causes politiques ou économiques que de causes démographiques.

  • 18 NISRA, Census 2001, Key Statistics Tables, Belfast, décembre 2002.
  • 19 Courbage Y. (1996), Rivalités démographiques en Irlande du Nord, Population et sociétés, INED, Pari (...)
  • 20 À l’occasion du dernier recensement, les chercheurs du Northern Ireland Statistical Research Agency(...)

23En effet, l’évolution démographique inégale des deux communautés (qui se fait à la faveur des Catholiques) engendre des situations extrêmement tendues qui soulèvent le problème de l’adéquation entre ces « limites spatiales » rigides et le besoin d’espace, de plus en plus important, de la communauté catholique. L’indice de fécondité des Catholiques d’Irlande du Nord (2,05) demeure plus élevé que celui des Protestants (1,61) mais aussi que celui des Catholiques de la République (1,97)18 bien que ces écarts se soient récemment rapprochés. S’il est vrai que qu’en 1996, l’indice de fécondité de la population catholique du Nord était aussi élevé que celui de la Turquie, soit 2,55 enfants par femme, celui de la population protestante, en revanche, était de 1,95 enfant par femme et celui de la République d’1,9 enfant. Les résultats d’une étude réalisée à cette date suggéraient que la sur-fécondité des Catholiques du Nord pouvait être de nature politique19 : l’enjeu étant d’obtenir, à terme, la réunification de l’île par voie électorale. Le dernier recensement du 29 avril 2001 qui attribue aux Catholiques une part de 43,76 % dans la population totale (contre 53,13% pour les Protestants) envisage, d’après les projections faites sur les tendances démographiques futures en Irlande du Nord, que la parité pourrait être atteinte aux alentours de 2020. Cependant, compte tenu du ralentissement de la fécondité catholique, la plupart des observateurs s’accordent à donner une importance de plus en plus nette aux processus migratoires qui pourraient influencer la balance démographique20.

  • 21 En ce sens que, d’un point de vue spatial, la communauté « déficitaire » recule pour laisser la pla (...)

24En milieu urbain, l’évolution démographique se traduit théoriquement (c’est-à-dire si elle n’est soumise à aucune contrainte extérieure) par un déplacement de l’interface vers la communauté « déficitaire »21. D’un côté, la population protestante vieillissante libère des habitations; de l’autre, les Catholiques, en pleine croissance démographique, exercent une pression constante sur les autorités locales compétentes pour la mise à disposition de nouveaux logements. Mais compte tenu du rapport conflictuel qui perdure depuis presque quarante ans entre les deux communautés, le transfert de Catholiques à l’intérieur de quartiers protestants s’avère réellement problématique. En effet, un faisceau de contraintes extérieures crée un champ de tensions au niveau de l’interface, modifiant ainsi son évolution théorique. L’une de ces contraintes est la présence d’une limite spatiale statique qui contrarie l’évolution naturelle de l’interface. Les conséquences de la pression démographique des Catholiques sur la dynamique des « frontières internes » en Irlande du Nord seront analysées à partir de deux exemples types : l’enclave protestante The Fountain à Derry et celle de Suffolk à Belfast ouest.

3. 1. Le bastion protestant de Derry ouest : The Fountain

25Comme nous l’avons vu, la ségrégation résidentielle prend des formes différentes en fonction du contexte dans lequel elle se développe. Contrairement à Belfast, où le territoire urbain est morcelé en une multitude de quartiers plus ou moins ségrégés, la ville de (London)Derry est divisée de manière plus nette avec un partage qui suit à peu près le cours de la rivière Foyle : à l’ouest de celle-ci on trouve une majorité de Catholiques et à l’est, une majorité des Protestants. Environ 6 km au sud de Derry, la rivière Foyle se confond avec la frontière sur un peu plus d’une vingtaine de kilomètres. La portion de la Foyle qui coule en territoire nord-irlandais entre son bassin versant et le moment où celle-ci rejoint la frontière fait une boucle de 25 km qui passe à environ 5 km de (London)Derry par l’ouest. Cette configuration géographique donne au territoire urbain une morphologie particulière : l’ouest de la ville, bien qu’étant rattaché politiquement à l’Irlande du Nord, fait partie de la péninsule d’Inishowen qui se trouve dans le Comté du Donegal. Aussi, toute la partie ouest de Derry, jusqu’à la frontière, constitue-t-elle une sorte d’enclave nord-irlandaise en République d’Irlande.

  • 22 Smyth M. (1999), « Segregation : the experience of enclave communities », Service delivery in a div (...)

26L’éclatement des troubles dans les années 1960, a renforcé le rôle de « frontière bis » de la rivière Foyle. En effet, les violences répétées et les intimidations quotidiennes ont, comme à Belfast, renforcé la ségrégation résidentielle : les Protestants installés à l’ouest de la rivière ont peu à peu quitté leurs logements pour s’installer à l’est. Dans les années 1970, la rénovation urbaine de certains quartiers a également poussé les ménages protestants à quitter l’ouest de la ville pour s’installer sur l’autre rive. Leurs immeubles délabrés furent réhabilités mais les anciens résidents avaient déjà rejoint les zones protestantes plus homogènes de l’est. Aussi, des îlots entiers d’habitat protestant comme Creggan ou Brandywell furent réinvestis par des ménages catholiques. En 1971, 8459 Protestants vivaient à l’ouest de la Foyle. Ce chiffre est passé à 2874 en 1981 pour atteindre 1407 en 1991, soit une baisse de 83,4% en 20 ans. Dans le même temps, la proportion de Protestants a augmenté de 27% à l’est de la rivière22. Cela signifie que la population protestante de (London)Derry s’est non seulement déplacée vers l’est mais qu’une grande partie a aussi quitté la ville. Parallèlement, la communauté catholique a augmenté de 36% entre 1971 et 1991. Cette augmentation a atteint une moyenne de 42% dans les quartiers situés à l’ouest de la Foyle. Comme on peut le voir sur la carte précédente, l’ouest de la rivière Foyle est quasiment homogène avec une proportion de Catholiques supérieure à 60% dans les quartiers les plus éloignés du centre et supérieure à 80% au cœur de la ville. Pourtant, une exception vient rompre l’uniformité de cette répartition : au sud des murailles historiques de la ville, le dernier bastion protestant résiste à la pression d’une communauté catholique de plus en plus nombreuse.

27Ce quartier se nomme The Fountain. Depuis le 18ème siècle, où il permit à la population orangiste de Derry de repousser les jacobites hors de son territoire, il symbolise la résistance protestante contre l’envahisseur catholique. Situé à proximité du Bogside, The Fountain fut particulièrement exposé aux violences urbaines pendant les années 1970 si bien qu’un « mur de paix » fut construit pour protéger cette enclave des incursions catholiques. Les interfaces sud et ouest font face à des zones peuplées de Catholiques à plus de 80%.

28La plupart des résidants de ce quartier sont victimes d’intimidation et de violences quotidiennes. Ceux qui vivent le long de l’interface de Bishop Street ou de Newgate affirment être régulièrement victimes de jets de pierres ou de pétards dirigés contre leurs habitations si bien qu’ils se conçoivent comme une communauté assiégée. Outre les tensions quotidiennes que nous venons de mentionner, la pression démographique de la communauté catholique environnante est une véritable source d’inquiétude pour les habitants du quartier. En effet, The Fountain, comme la plupart des quartiers à majorité protestante, est en déclin démographique. En 1971, 1282 personnes habitaient le quartier. Aujourd’hui, ce chiffre a été divisé par deux. Le vieillissement de la population pose un problème central : le quartier se vide mais ne se remplit pas. Tout d’abord le faible nombre de jeunes remet en question l’utilité de certaines infrastructures, comme les écoles par exemple, essentielles au développement du quartier. Celui-ci décline donc irrémédiablement et devient de plus en plus répulsif pour les Protestants qui préfèrent vivrent « entre eux » sur l’autre rive de la Foyle. Le renouvellement de la population n’est donc ni assuré par le taux de natalité, ni par un apport extérieur. Cela implique que lorsqu’un logement se vide, il n’est pas nécessairement récupéré. Dans une étude réalisée en 1999, Mary Smith soulignait le fait que de nombreux appartements, officiellement occupés, étaient en réalité inhabités et servaient uniquement de boîte aux lettres.

  • 23 Ces chiffres sont des évaluations établies grâce aux cartes de répartition confessionnelle produite (...)

29Quelques rues plus loin, de l’autre côté du mur de paix, la communauté catholique connaît une rapide croissance démographique. De plus, la ségrégation s’alimentant d’elle-même, il existe une forte demande des Catholiques venant de l’extérieur pour être logés à l’ouest de la Foyle. Aussi avons-nous d’un côté des logements disponibles et de l’autre une demande immobilière croissante. Seulement, entre les deux, il y a une peace line. Malgré la résistance des Protestants qui ont demandé aux autorités d’étendre le mur de paix autour du quartier, le nombre de Catholiques augmente à The Fountain. Alors qu’en 1991 il atteignait à peine les 13%, il dépassait les 20% en 1997 pour arriver aujourd’hui à près de 50% 23. Malgré cette tendance les « murs de paix » demeurent, divisant physiquement un territoire de plus en plus homogène. De plus, sur demande de la communauté protestante, ils sont en voie de s’étendre et de se renforcer. Ainsi, l’interface communautaire s’estompe, elle recule au fur et à mesure que les Catholiques investissent The Fountain mais les murs restent en place. Cet exemple, encore unique en Irlande du Nord, qui tend cependant à se généraliser, montre que la dynamique des « frontières internes » dépend davantage de facteurs démographiques que de facteurs politiques plus généraux.

3.2. L’enclave protestante de Suffolk, Belfast ouest

30L’exemple suivant concerne également une enclave unioniste en zone nationaliste. Il s’agit du quartier de Suffolk, à Belfast ouest. Comme dans le cas précédent, la population de cette enclave a diminué de 15% depuis le début des années 1980. De même, la proportion de personnes âgées y est relativement forte. En revanche, dans le cas de Suffolk, il n’y a encore aucun signe de « réappropriation » du quartier par la communauté catholique environnante. Cependant, cet exemple nous permet de voir que les pouvoirs publics ainsi que les forces de sécurité ont tendance à encourager cette homogénéisation des quartiers afin de réduire le nombre d’interfaces et, par la même occasion, le nombre des flashpoints.

31Au cours du siècle dernier, cette enclave s’est peu à peu coupée des liens naturels qui la rattachait aux quartiers unionistes situés à proximité. Cela tient à la construction de logements neufs le long de Black’s Road occupés par des ménages catholiques et au sentiment que le quartier n’est désormais plus accessible que par Stewartstwon Road. Le quartier de Sufflok s’est donc retrouvé de plus en plus isolé des équipements et des services situés au-delà de ses environs immédiats.

32À la fin des années 1970, le climat de violence qui régnait dans le quartier avait entraîné le délabrement de nombreux immeubles situés le long de l’interface de Stewartstown Road. Ces immeubles, particulièrement exposés aux affrontements inter-communautaires du fait de leur localisation avaient, en effet, subi des détériorations importantes. Si bien qu’en 1983, ils furent désignés par le NIHE comme îlot de réhabilitation prioritaire. Les anciens immeubles furent ainsi remplacés par des logements neufs.

  • 24 Murtagh B. (1992), Housing Renewal in Belfast, The Planner, vol. 78, n° 18, pp. 11-12.

33Comme nous l’avons vu au paragraphe précédent, les procédures d’attribution se faisaient sur la base de deux listes : celle des ménages « prioritaires » qui comprenait une large majorité de Catholiques, et celle des logements « sûrs » c’est-à-dire situés dans des immeubles ethniquement homogènes. Dans le quartier de Suffolk, la population était vieillissante. Elle avait commencé à décliner en 1973 pour atteindre un taux de natalité de 15‰ en 1983. Au contraire, de l’autre côté de la rue, la communauté catholique de Lenadoon connaissait un taux de natalité de 21‰ et exerçait une forte pression sur les autorités locales pour se voir attribuer davantage de logements. En réalité, comme en témoigne une étude menée par Brendan Murtagh en 199224, l’attribution de ces logements neufs à des ménages catholiques n’était pas seulement de l’intérêt de la communauté mais aussi de celui du NIHE et des forces de sécurité.

  • 25 Northern Ireland Housing Executive (1985), Annual Reports, 1971-1985, Northern Ireland Housing Exec (...)

34En effet, pour les autorités administratives et militaires le but était de réduire au maximum les affrontements inter-communautaires. En encourageant la « dé-protestantisation » de Suffolk par l’isolement de ce quartier qui connaissait déjà un déclin démographique, on créerait une vaste zone homogène catholique minimisant ainsi les probabilités d’affrontement. De plus, cela permettait au NIHE de désengorger ses listes « prioritaires » en plaçant un bon nombre de Catholiques dans des immeubles homogènes qui seraient, de plus, situés dans un quartier majoritairement nationaliste. En réalité, ces nouveaux immeubles pouvaient recevoir près de 14% des Catholiques inscrits sur les listes prioritaires de Belfast ouest25. Ainsi, la pression démographique de la communauté catholique ajoutée à l’intérêt des pouvoirs publics eut raison de cet ancien îlot d’immeubles protestants. Suffolk devenait ainsi une véritable enclave protestante au cœur du Belfast nationaliste avec une population déclinante et un potentiel de renouvellement quasi nul.

35En 1985, le NIHE conduisit une enquête auprès des ménages protestants de Suffolk pour savoir si, dans ce nouveau contexte territorial, ils désiraient être relogés dans un secteur plus « sûr ». Les résultats de l’enquête montrèrent que la majeure partie des ménages souhaitaient rester dans leur logement malgré les problèmes auxquels leur nouvelle situation d’enclave les confrontait quotidiennement. Dans le cas particulier de l’Irlande du Nord et notamment de Belfast cette réaction n’est pas étonnante compte tenu de la rivalité qui existe entre les deux communautés pour le contrôle du territoire. Plus les Nationalistes sont nombreux, plus l’identité territoriale de l’Irlande du Nord est contestée. Aussi peut-on avancer que plus les « frontières internes » reculent au profit de la communauté catholique, plus la frontière politique perd de sa signification. Choisir de rester dans son quartier est donc un acte politique pour les ménages protestants de Suffolk. Il faut tenir ses positions, garder le contrôle de son territoire, ne pas reculer devant la pression exercée par les Catholiques plus jeunes et plus nombreux.

36Compte tenu des résultats de l’enquête, le NIHE a mis en place un plan d’action qui devait permettre aux résidents de Suffolk de s’accommoder de leur nouvelle situation. Ce plan, qui devait coûter à peu près 915 000 €, devait assurer aux résidants du quartier une sécurité particulière et une amélioration de leur environnement. Aujourd’hui, plusieurs routes et passages sont fermés, de même, la surveillance est renforcée à proximité des immeubles. Ce plan d’action a également permis de re-développer des infrastructures auxquelles les résidents n’avaient plus accès du fait du statut d’enclave du quartier (un jardin d’enfants, une clinique, un bureau du NIHE) et d’améliorer la desserte grâce à un système de bus qui permet aux résidants de rejoindre, sans crainte, le centre-ville. Cependant, ces mesures ne s’avèrent pas suffisantes pour retenir la population protestante de Suffolk qui continue de décliner.

Conclusion

37La persistance des affrontements et la pérennisation des frontières urbaines ontrent que la question d’Irlande est toujours d’actualité malgré les récentes avancées politiques. Car, en effet, si les peace lines permettaient à la communauté catholique de s’exclure elle-même d’un État dont elle contestait la légitimité, ces instruments de sécurité permettent aujourd’hui à une communauté protestante qui se sent assiégée, de lutter pour le contrôle de son territoire. Dans le contexte actuel d’ouverture des frontières et d’une balance démographique qui leur est nettement défavorable, les Protestants d’Irlande du Nord sont les premiers à être « demandeurs de frontières ».

Haut de page

Bibliographie

BOAL F. (1995), Shaping a City, Institute of Irish Studies, Belfast, Queen’s University.

BOAL F.W., LIVINGSTONE D. (1983), « The international frontier in microcosm. The Shankill-Falls divide, Belfast », in N. KLIOT, S. WATERMAN, Pluralism and political geography. People, territory and state, London, Croom Helm/NY, St martin Press, pp. 138-158.

BOAL F.W. (1977), « Territoriality on the Shankill-Falls divide, Belfast. The perspective from 1976 », in D.A. Lanegran, R. Palm (ed.), An invitation to Geography, New York, McGraw-Hill, pp. 58-77.

BOAL F.W. (1994), « Encapsulation: urban dimensions of national conflict », chap. 2 in S. Dunn (ed.)., Managing divided Cities, Rybun, University of Keele Press, pp. 30-40.

BRETT C. (1986), Housing a Divided Community, Dublin, Institute of Public Administration.

DAWSON G. (1984), Defensive planning in Belfast, Irish Geography, vol. 17, pp. 22-41.

DOHERTY P., POOLE M. (2002), Religion as an indicator of etnicity in Northern Ireland. An alternative perspective, Irish Geography, Vol. 35, pp. 75-89.

DUNN S. (1994), Managing divided cities - Fulbright Papers, Keele, Ryburn Publishing.

JACKSON H. (1971), The two Irelands : a dual study of intergroup tensions, London, Minority Rights Group.

JARMAN N., BRYAN D. (1996), Parades and Protest: A Discussion of Parading Disputes in Northern Ireland, Coleraine, Centre for the Study of Conflict, University of Ulster.

KOTEK J. (1996), L’Europe et ses villes frontières, Bruxelles, Éditions Complexes.

M.C.KEANE (1985), Ethnic residential change in Belfast, 1969-1977: the impact of public housing policy in a plural society, Thèse de doctorat, Département de Géographie de Queen’s University, Belfast.

MURTAGH B. (1993), Planning and ethnic space in Belfast, Centre for Policy research, Occasional paper n°5, University of Ulster.

MURTAGH B. (1994), Ethnic space and the challenge to land use planning: a study of Belfast’s peace lines, Centre for Policy Research, Research paper 7, Centre for research on public policy & management, research paper 1, University of Ulster.

NEILL W., FITZSIMONS D., MURTAGH B. (1995), Reimaging the Pariah City : urban Developement in Belfast and Detroit, Avebury, Aldershot.

POOLE M. (1990), « The geographical location of political violence in Northern Ireland », in J. DARBY (ed.), Political Violence. Ireland in a comparative perspective, Belfast, Appletree Press, pp. 65-82.

SAVARIC M. (1999), Belfast’s ‘Peacelines’ : Materialisation of the relationship between identity, segregation and conflict in Northern Ireland, La Revue de la Coopération Transfrontalière, n° 20, Nov.- Dec., pp. 12-20. [copie]

SMYTH M. (ed.) (1996), Policing and sectarian division in Derry/Londonderry. Urban regenerationn and sectarian divison, Londonderry, Templegrove Action Research.

SMYTH M. (1999), « Segregation : the experience of enclave communities », Service Delivery in a Divided Society, Belfast, Community Relations Council.

WEITZER R. (1985), Policing a Divided Society : Obstacles to Normalisation in Northern Ireland, Social Problems, vol. 33, n° 1, pp. 41-55.

Haut de page

Notes

1 Northern Ireland Housing Executive, 1999, Toward a Community Relations Strategy, NIHE, Belfast, p. 22.

2 Boal F.W., Livingtone D. (1983), « The international frontier in microcosm. The Shankill-Falls divide, Belfast », in N. Kliot, S. Waterman, Pluralism and political geography. People, territory and state, Londres, Croom Helm/NY, St martin Press, pp. 138-158.

3 Gordon M. (1964), Assimilation in American Life, Oxford University Press, New York ; ou encore Greely A. (1969), Why can’t they be more like us ? Dutton, New York.

4 Nous faisons allusion ici à une directive du gouvernement (Northern Ireland Government, cmd 4154, HMSO, Londres, 1969).

5 M.C. Keane (1985), Ethnic residential change in Belfast, 1969-1977 : the impact of public housing policy in a plural society, Thèse de doctorat, Département de Géographie de Queen’s University, Belfast.

6 Institution, créée en 1971, chargée de l’attribution et de l’entretien des logements publics par la rénovation, la réhabilitation ou la municipalisation de ceux-ci.

7 La première enquête sur les conditions de logement réalisée en 1974 a révélé que 25% de l’ensemble des logements de la ville -publics et privés - étaient dans un état d’insalubrité avancé.

8 Northern Ireland Housing Executive, 1985, Annual Reports, 1971-1985, Northern Ireland Housing Executive, Belfast.

9 Murtagh B. (1995), « Image making versus reality : ethnic division and the planning challenge of Belfast’s Peace Lines », in W. Neill, D. Fitzsimons, B. Murtagh, Reimaging the Pariah City : urban Developement in Belfast and Detroit, Avebury, Aldershot, pp. 209-237.

10 Cette notion de communauté d’» en face », en Anglais the « other » community, reflète une des complexités du conflit et de sa tentative de résolution. En effet, pour les Protestants comme pour les Catholiques qui vivent en milieu urbain, le problème religieux a petit à petit laissé la place au problème de la cohabitation, sur un territoire restreint, entre deux « ennemis traditionnels ». De plus en plus, l’ennemi est celui qui vit de l’autre côté du mur ou de l’interface et non pas le « Catholique » ou le « Protestant » en général.

11 Le Belfast Interface Project a été créé en 1995 après le cessez-le-feu de l’IRA. Le but de cette association est de caractériser les interfaces de Belfast afin de mieux cibler leurs besoins.

12 Expression de Martin Fletcher, « Peace lines that have never seen ceasefire », The Times, 06.09.2001.

13 Châtiment perpétré par les membres de l’IRA qui consiste à tirer une balle dans le genou des «traîtres».

14 La Royal Ulster Constabulory est la police nord-irlandaise, composée essentiellement de Protestants.

15 « Heart of Darkness », The Independant, 06.09.2001.

16 « Belfast, la guerre commence à l’école », Libération, 07.09.2001.

17 NIHE, 1999.

18 NISRA, Census 2001, Key Statistics Tables, Belfast, décembre 2002.

19 Courbage Y. (1996), Rivalités démographiques en Irlande du Nord, Population et sociétés, INED, Paris, n° 309, Janvier.

20 À l’occasion du dernier recensement, les chercheurs du Northern Ireland Statistical Research Agency ont constaté, pour la première fois, un rapprochement entre l’émigration et l’immigration en Irlande du Nord. Ce rapprochement étant dû notamment à un plus grand nombre d’arrivants de la République, pour la plupart de confession catholique.

21 En ce sens que, d’un point de vue spatial, la communauté « déficitaire » recule pour laisser la place à la communauté « excédentaire ».

22 Smyth M. (1999), « Segregation : the experience of enclave communities », Service delivery in a divided society, Community Relations Council, Belfast, p. 5.

23 Ces chiffres sont des évaluations établies grâce aux cartes de répartition confessionnelle produites par l’armée et conservées par le NIO.

24 Murtagh B. (1992), Housing Renewal in Belfast, The Planner, vol. 78, n° 18, pp. 11-12.

25 Northern Ireland Housing Executive (1985), Annual Reports, 1971-1985, Northern Ireland Housing Executive, Belfast.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. La zone-tampon (Buffer-Zone) : les communautés sont séparées par une zone mixte.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre 2. La fracture (Split) : les communautés se trouvent face à face sans interconnexion.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 3. L’enclave (Enclave) : une communauté se trouve encerclée par une autre.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Les enjeux du conflit territorial dans le quartier d'Ardoyne
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3154/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jennifer Heurley, « Frontières internes et mobilité résidentielle en Irlande du Nord », Espace populations sociétés, 2005/2 | 2005, 251-263.

Référence électronique

Jennifer Heurley, « Frontières internes et mobilité résidentielle en Irlande du Nord », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/2 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/3154 ; DOI : 10.4000/eps.3154

Haut de page

Auteur

Jennifer Heurley

UFR de Géographie
Université de Provence
29, avenue Robert Schuman
13621 Aix-en-Provence Cedex
jheurley@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org