Navigation – Plan du site
Articles

La frontière « impossible » ?

Espace mobile, frontière et territoire. Le cas de la région de Kayes (Mali)
The “Impossible” Boundary? Mobile Space, Boundary and Territory. The Case of Kayes Area (Mali)
Stéphanie Lima
p. 277-291

Résumés

Les limites spatiales sont des objets de recherche à part entière, au-delà de simples attributs des territoires politiques. Dans le cas du processus de fabrication de nouveaux territoires communaux au Mali, l’émergence de nouvelles limites permet de ré-interroger cette relation « intime » entre territoire et frontière. En outre, dans le contexte malien, caractérisé par l’existence de plusieurs formes de mobilités, la mise en œuvre d’une délimitation communale, à l’échelle locale, pose la question des interférences entre logique territoriale et logique réticulaire, aboutissant à des effets spatiaux hétérogènes. Parmi ceux-ci, le plus notable est l’impossibilité de mettre en place des limites territoriales concrètes entre les territoires communaux. Ici, la limite se transforme en marge floue et la fonction de « séparation » est remplacée par une fonction « d’interface», à la fois entre les territoires, mais aussi entre réseaux et territoires. Est-ce à dire que la fin des limites est programmée, ou bien que leur « effacement » relatif est parfois synonyme d’une plus grande territorialité ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la frontière « invisible »

1Dans le temps long des territoires, les frontières peuvent apparaître comme de simples attributs, des bordures permettant de les distinguer, ou encore des artefacts à la surface de l’espace. Or, les frontières ne sont pas des donnés, mais des construits. Ainsi, quand une frontière naît, son tracé est encore flou, voire « mou », et le rapport entre frontière et territoire prend une autre dimension. D’une relation binaire en termes d’inclusion et d’exclusion, on passe à une logique d’imbrication des espaces. Dès lors, sans cloisonnement et pris dans cet emmêlement, le territoire compose avec l’espace mobile. Tandis que pour la frontière se dessine une mutation fonctionnelle qui se joue dans le registre de l’ouverture.

2Ce triptyque entre espace mobile, frontière et territoire se déploie au Sahel, dans la région de Kayes, située à l’ouest du Mali (carte n° 1). Dans cette zone de confins, à la frontière du Sénégal, de la Mauritanie et de la Guinée, des réseaux sociaux multiscalaires, dont ceux de la migration internationale [Gonin, 1997, 2001], intègrent les localités villageoises dans une toile ouverte à des influences multiples. Dans ce contexte, les territoires politico-administratifs locaux font figure de « parents pauvres » dans la hiérarchie sociale des configurations spatiales. Et la validité du couple frontière-territoire pose problème. D’une part, les territoires politiques sont récents et, d’autre part, les pratiques et les représentations spatiales ne produisent pas de limites stabilisées. Toutefois, à la faveur de la création de nouveaux territoires communaux au Mali, la problématique de la limite ressurgit, sous le double aspect de sa forme et de sa fonction. Dès lors, la question posée est de savoir comment la limite se structure et se positionne entre champ territorial et champ réticulaire. Fait-elle figure d’horizon immatériel, impossible à caler dans le sol ? Ou bien, émerge-t-elle comme objet, permettant de dissocier la gestion des territoires institutionnels ? Dans cette seconde perspective, le rôle de la limite dans les relations sociales est au cœur de l’affaire. En effet, l’inféodation des personnes et des ressources à un territoire circonscrit va à l’encontre des modalités de gestion de l’espace mobile, dans lequel se structure la société malienne.

Carte 1. Les régions du Mali

Carte 1. Les régions du Mali

Source : Carte Ign du Mali au 1 / 2 000 000, 1993
Carte S. Lima, Migrinter, 2003 adaptée par J. Désiré, UPJV.

3La question de la limite n’est pas simple, ni neutre. Elle se décline en trois temps. D’abord, par une présentation des lieux et des liens composant cet espace « mobile », lequel se caractérise par la primauté de la proximité sociale sur la proximité spatiale. D’où des frontières invisibles, alors que l’objectif de la frontière consiste à produire de l’appartenance et de l’identité par le territoire. Dans un deuxième point seront exposées les modalités de création des nouvelles communes du Mali. Dans le cadre de la mise en œuvre d’une réforme de décentralisation, l’espace a changé de nature aux yeux du pouvoir : appréhendé comme un support, il devient une valeur et une composante du projet de société. Transformer les territoires institutionnels locaux conduit à redéfinir les centralités et déplacer les limites. Ainsi l’émergence des communes pose inévitablement la question de savoir où passent les limites et quelle est leur nature. Enfin, dans un dernier temps, sera abordée l’hypothèse de la « frontière impossible ». Dans un espace où les limites sont absentes, les rapports sociaux et les relations de pouvoir dessinent des appartenances fluides et des identités sans ancrage territorial. Pourtant, l’idée de frontière n’est pas étrangère aux sociétés africaines [Sautter, 1982]. Seulement, la nature et les fonctions des lignes sont différentes de celles contenues dans les territoires institutionnels qui prennent place aujourd’hui dans l’espace local. Dans un contexte de mobilités et de recomposition territoriale, la notion de frontière est donc à ré-interroger, ce qui participe à penser l’espace autrement, en termes de lien et de distance.

L’espace mobile : des lieux et des liens

4Dans l’espace mobile, la frontière oscille entre deux pôles sans parvenir à les tenir l’un et l’autre. La frontière est une nécessité pour les territoires qu’elle encadre et, dans le même temps, les mobilités qui se déploient dans l’espace ne cessent de les transgresser. Pour autant, dans ces espaces où se sont succédé de grands empires, cette absence de finitude territoriale n’est pas synonyme d’un pouvoir faible, ni d’une incapacité à maîtriser l’espace. Sans établir de délimitations territoriales directement sensibles, ces empires contrôlaient les hommes et les ressources par d’autres moyens, notamment par une gestion sociale indifférente à la distance.

La dispersion comme ressource

5Les villages constituent les lieux à partir desquels se déploie l’horizon des hommes et des femmes du Sahel. Lieux d’ancrage et lieux insérés dans des réseaux sociaux, les villages sont des espaces ouverts, pour lesquels la question de la limite renvoie à la fois à l’identité et à l’altérité. La question de la frontière passe d’abord par cette entité qu’est le village, là où se construit le rapport à l’autre et à l’espace.

6Dans l’étendue de l’espace sahélien, les villages sont les éléments principaux du paysage humain. Entourés de terres, sur lesquelles les traces de l’activité agricole disparaissent pendant la saison sèche, ils se présentent comme les seuls repères immédiats d’une présence humaine. Entre les villages, le regard se perd, désorienté par l’absence de signes qui renseigneraient sur les fonctions et les modes d’appropriation de l’espace. Rien n’indique la limite des terres, tout est ouvert. Toutefois, l’impression d’un espace vide, laisse place à la compréhension d’un espace plein, pratiqué et représenté. En effet, les villages sont anciens, et ils ont toujours été insérés dans une succession d’espaces politiques, depuis les « pays » pré-coloniaux (jaamane), jusqu’aux arrondissements créés à l’indépendance. Certes, toutes les frontières ne sont pas visibles et ne reposent pas sur une matérialisation propre. Et toutes les frontières ne sont pas liées à des discontinuités spatiales. Le constat ici est que la notion de frontière ne répond pas aux fonctions qui lui sont généralement dévolues.

7Le binôme frontière-territoire politique fonctionne autrement. L’idée selon laquelle territoire et frontière sont associés pour permettre l’exercice d’un pouvoir et asseoir sa légitimité est caduque. Ainsi, l’organisation spatiale des jamaane se caractérise par trois traits principaux, qui relèvent directement du rapport à l’espace des sociétés africaines. Le premier concerne la polarisation de l’espace, dans la mesure où le pouvoir est exercé à partir d’un centre et s’étend à une périphérie reliée de façon souple, ce qui va à l’encontre d’une homogénéisation spatiale (caractéristique de l’État moderne). Le second se rapporte à la forme des limites entre les royaumes. Moins qu’un tracé linéaire, celles-ci peuvent correspondre à des espaces tampons, aux allégeances fluides et parfois vides de populations. Le dépeuplement de ces zones s’explique en partie par les nombreux conflits qui ont lieu entre les divers royaumes, cet état d’insécurité limitant la dispersion des populations [Sautter, 1982, p. 48].

8Enfin, l’absence de contiguïté spatiale représente le dernier trait de la configuration territoriale des royaumes. Composés de plusieurs villages, ils étaient fondés avant tout sur la continuité sociale, établie par les alliances tissées entre plusieurs clans. Aujourd’hui, l’importance de la proximité sociale perdure, malgré les distances qui peuvent séparer une localité de son village d’origine, et brouille la figure de la limite, car le lien prévaut sur le lieu. Dès lors, la mobilité des hommes et l’accès aux ressources ne sont pas encadrés par des limites. La dispersion est une stratégie, elle s’impose comme une ressource [Tarrius, 2000 et 2002].

9Par exemple, la recherche de nouvelles terres de culture est la principale raison de l’essaimage des villages en hameaux de culture qui peuvent devenir des nouveaux villages, suivant certaines conditions. Les rivalités entre lignages ou les conflits au sein de lignages s’articulent souvent, même si cette cause n’est pas avouée directement, avec la recherche de terres et l’implantation d’un hameau. Ainsi, « la recherche de terres est la raison d’être du village de culture, mais (…) ce sont souvent des hommes engagés dans des litiges qui réalisent cette nécessité objective » [Pollet et Winter, 1971, p.153]. De leur côté, les chasseurs qui ont l’habitude de parcourir la brousse savent repérer les bonnes terres. Ainsi, une fois de retour dans leur village, ils demandent au chef l’autorisation de s’installer, après avoir conclu sur place un « pacte avec les forces de la nature, avec les génies » [entretien, 2001] sans lequel toute tentative de mise en culture est vaine.

10« La terre est une propriété collective : le véritable propriétaire est le groupe du lignage fondateur du village. L’origine de cette propriété serait religieuse. Pour pouvoir s’installer définitivement dans un nouveau site choisi, le groupe (premier venu) établit un contrat d’occupation du lieu et des domaines environnants avec les génies qui sont les vrais maîtres de ces endroits. Par la suite, il devient le gérant de ce contrat avec les génies, le dépositaire des objets occultes pour la fécondation de ces domaines et le gardien des lieux sacrés. Le représentant du lignage fondateur du village est généralement le chef de terre même si la propriété revient à tout le lignage. De par sa primauté dans le village le lignage fondateur est celui qui acquiert le pouvoir spirituel et c’est celui qui désigne le chef de village qui est généralement le plus vieux. C’est le chef de village (chef de terre) qui attribuait des nouvelles terres aux exploitants, tout en avisant les conseillers du village qui sont les représentants des grandes familles du village » [GTZ, 1996].

11Si la nouvelle implantation s’avère stable d’autres familles y emménagent, qu’elles soient parentes ou alliées dans le village d’origine, ou quelles soient issues d’un autre village que celui du fondateur. Ce dernier demande alors des terres au maître de la terre compétent et les partage entre les chefs de familles [Pollet et Winter, 1971]. Pour autant, l’éloignement dans l’espace d’une partie d’un lignage ou d’une famille entière à partir du village d’origine, ne signifie pas la rupture des liens sociaux et familiaux et le sentiment d’une appartenance commune demeure. En même temps, ces hameaux peuvent intégrer des populations venues d’autres localités, reproduisant ainsi le schéma d’installation et d’attribution des terres qui distingue les fondateurs et les derniers arrivants. Selon les cas, l’influence du village-mère sur ces villages de culture devenus autonomes s’exerce avec force, notamment quand ils sont implantés sur le même terroir. Si des litiges fonciers surviennent, leur règlement revient au village-mère, dont le chef de terre garde une influence sur ces anciens villages de culture. Un lien organique unit ces localités.

12La communauté villageoise étend ainsi ses pseudopodes et les espaces de vie des habitants forment des territoires réticulaires sans limites, des territoires mobiles. Non que les limites n’existent pas entre les espaces villageois, au contraire elles sont bien connues, mais elles sont davantage vécues par les populations comme des lignes de contact et d’ouverture, plutôt que des lignes de rupture et de cloisonnement. Ces villages n’en finissent donc pas de déployer leur horizon au-delà de leur périmètre foncier propre, et la question se pose de savoir comment cet espace « en plus », de nature discontinue, est partie prenante dans la délimitation communale, y compris les espaces sociaux discontinus issus de la migration internationale.

Mobilités et réseaux

13La mobilité est une pratique généralisée dans la région de Kayes, qu’il s’agisse de migrations proches ou lointaines. Composée d’une mosaïque d’ethnies, elle est traversée par des mouvements de population de différentes natures. Dans la moitié nord, les villages Soninké comptent une grande partie de leurs hommes à l’étranger, en Afrique ou en Europe. Ces migrants animent depuis plusieurs années des réseaux entre leurs villages d’origine et leurs lieux de résidence. Les villages Bambara et Khassonké sont aussi touchés par cette dynamique migratoire, un processus de diffusion ayant permis à ces populations de profiter des premiers réseaux constitués par les Soninké. Ils se sont aussi lancés dans « l’aventure » du voyage et de l’ailleurs. Dans la moitié sud, les Malinké représentent l’ethnie majoritaire. Ils sont attachés à leur terre et ne comptent que quelques migrants dans les villages qui avoisinent la « zone migrante ». Cependant, c’est à l’échelle locale que se lit la dispersion de ce groupe ethnique sédentaire dont les villages ont la particularité d’avoir essaimé en une multitude de hameaux pour les besoins de l’agriculture. À leurs côtés, vers la frontière guinéenne, se trouvent des villages peul, dont l’activité principale est l’élevage. Ils sont aussi commerçants, principalement dans les grandes villes du pays, et quelquefois dans celles des pays voisins. Mais l’éloignement n’est pas une rupture et les liens sont conservés, tant au niveau individuel que collectif, entre ces personnes et leurs villages d’origine. Ce tableau rapide ne rend bien évidemment pas compte de la complexité des relations et des pratiques spatiales entre les différentes composantes de la population de la Région de Kayes, pour laquelle une lecture par groupe ethnique reste insuffisante.

14Les migrants internationaux originaires du nord de la région de Kayes sont des bâtisseurs pour leur village [Institut Panos, 1993]. Les associations villageoises et inter-villageoises de développement créées en France, notamment, depuis les années 1980, ont changé le visage de plusieurs localités (carte n°2 et photographie n°1), en procédant à toute une série d’aménagements. Ainsi, les écoles, les centres de santé, les adductions d’eau ont à la fois amélioré les conditions de vie des populations et redéfini les pratiques spatiales au sein des espaces associatifs inter-villageois.

Photo 1. Le centre de santé de Marena Diombougou: une réalisation de l’Association « Djama Dfigui »

Photo 1. Le centre de santé de Marena Diombougou: une réalisation de l’Association « Djama Dfigui »

15La mobilité et la dispersion créent « l’espace mobile », dans lequel la distance n’est pas vécue comme un handicap pour le maintien des relations sociales. Les villageois comptent beaucoup sur les absents dont le poids se fait sentir dans les décisions qui concernent l’avenir du village. Dans ce contexte, le découpage communal n’est pas une affaire locale, villageoise, mais se déploie dans ces réseaux sociaux, qu’ils soient locaux (entre un village mère et ses satellites) ou internationaux (entre un village et la communauté de ses ressortissants à l’étranger).

Carte 2. Associations de développement et découpage communal dans le cercle de Kayes

Carte 2. Associations de développement et découpage communal dans le cercle de Kayes

Source : « Cartographie des communes rurales en République du Mali », Mission de Décentralisation, 1997.
Carte S. Lima, Migrinter, 2003, adaptée par J. Désiré, UPJV.

16La fabrication des communes doit prendre en considération autant les présents que les absents dont les visions sur le projet de regroupement ne sont pas forcément convergentes. L’émergence des territoires communaux suppose l’existence d’un espace de mobilisation à l’échelle inter-villageoise, sur lequel interfèrent les réseaux sociaux, qui constituent aussi de leur côté un espace de mobilisation d’une nature particulière puisque « a-territoriale ». Les villages de la région de Kayes sont au cœur d’une métamorphose spatiale qui se joue entre dynamique réticulaire et logique territoriale. Ce qui pose la question de l’articulation de ces deux figures spatiales que sont le réseau et le territoire, et en même temps le rôle de la frontière, inféodée au « canon » territorial.

Territoire et découpage : la limite impossible

17Dans cette région, comme dans toute l’Afrique de l’Ouest, l’administration coloniale a imposé une lecture de l’espace en surface, structurée par des centres et des lignes nouvelles. Après la décolonisation, l’État malien a finalisé le découpage interne du territoire national, dans un contexte de centralisme politique puis de dictature militaire. L’espace « support » a été découpé par le haut, suivant la philosophie d’une « géographie des limites ». Avec la décentralisation actuelle, l’espace est devenu une valeur au sein du projet de société, et la question se pose de savoir quelle est la nature des limites communales, nouvelles frontières de l’espace local.

Un découpage sous influences

18Dans cet État neuf, à la recherche d’une légitimité territoriale, le quadrillage interne du territoire national a donné lieu à une succession de mailles imposées. Depuis les cantons et les cercles de la colonisation, jusqu’aux arrondissements et régions de l’indépendance, l’espace a été cloisonné, contenu, dans des entités aux formats arrondis, comme le laisse entendre leur étymologie. Mais ces « espaces ronds », laissant imaginer une absence d’aspérités spatiales, ont toujours été en décalage, voire en opposition, par rapport aux espaces de vie des villageois. Espaces subis, les mailles territoriales, à l’instar des frontières étatiques, n’ont guère été associées à de véritables limites, tracées et signifiées dans le sol. Seules les cartes administratives donnent une représentation, et ici doublement, de territoires circonscrits. Dans les faits, les entités territoriales sont des regroupements de villages, en termes administratifs, sans ancrage physique borné.

19De même, le pouvoir exercé en dehors de l’État entre les groupes sociaux, se développe au quotidien dans les relations sociales, et ne trouve pas, dans les territoires administratifs, de limites arrêtées. Le pouvoir circule entre les lieux et entre les groupes. Cette circulation dessine des espaces politiques hors normes, impossibles à contenir dans des figures territoriales qui ressortent de la logique du pavage. Dans ce mouvement, la frontière, ou la limite, n’a pas une fonction de fermeture, elle ne signifie pas la fin de l’aire d’étendue d’un pouvoir. Si des limites existent, elles ne s’apparentent pas à une ligne, mais davantage à une marge, une zone floue, entre deux espaces. En outre, la limite spatiale n’est pas prépondérante, son rôle est minimisé. En revanche, les limites sociales s’immiscent entre les groupes, les traversent et régissent les relations sociales. Et, sans être remarquées dans l’espace, elles déterminent en retour les rapports spatiaux.

20La limite sociale précède la limite spatiale. Sans être inscrite dans le sol, elle reste en suspens dans l’espace, bien qu’ayant des implications spatiales. Combinée aux mobilités qui se déploient localement et à travers le vaste monde, la limite sociale est fondée sur des ressorts qui échappent au corsage des territoires juxtaposés. Elle s’appuie davantage sur des espaces en interaction, qu’il s’agisse des lieux, des réseaux, des espaces de vie, et s’intercale dans ce continuum spatial, sans se fixer une fois pour toute. La limite sociale se déplace. Ligne immatérielle et idéelle, elle sépare sans inclure ni exclure, elle fonde l’appartenance sans sceller l’identité, elle fait figure de passerelle, et non de barrière. Elle prend appui sur le continuum spatial sans traduire une discontinuité immédiate. Elle s’inscrit dans un processus permanent de négociation, à la fois sociale et spatiale. La limite est épaisse et se présente davantage comme une interface, loin de la ligne fine et « tranchante ».

21Aujourd’hui, les territoires politiques se recomposent, entraînant un glissement des lignes de partage au niveau des espaces de vie. Au Mali, les nouvelles communes créées depuis 1996 à la faveur d’une réforme de décentralisation, dessinent un paysage territorial inédit, très loin des maillages antérieurs, marqués au sceau de l’indifférence spatiale des réalités sociales. Et dans la mesure où le découpage communal repose sur une implication des populations, les migrants sont aussi partie prenante dans les concertations inter-villageoises. Ainsi, les limites communales résultent-elles du croisement d’une logique territoriale et d’une logique réticulaire.

22Dès 1994, la Mission de Décentralisation, structure en charge de l’application de la réforme de décentralisation, entreprend de consulter les migrants de la région de Kayes sur le futur découpage communal. Un de ses responsables, chargé de la Cellule « Réorganisation territoriale », se rend en France en novembre 1994 et organise une série de réunions dans les foyers, puis une rencontre générale à la mairie de Montreuil (haut-lieu de l’immigration malienne). Deux temps ont scindé le débat avec, d’une part, l’explication de la mise en place de la décentralisation et, d’autre part, la présentation des critères constitutifs des communes, soumis à la population.

23À l’issue de cette première rencontre, le positionnement des migrants sur le contenu des communes se partage en deux logiques. La première met en avant la réalité foncière des villages, qui détermine la primauté historique de certains et leur statut social. Dans ce sens, le découpage communal doit valoriser les villages anciens, auxquels reviendrait le chef-lieu de commune. À l’inverse, la seconde logique opte pour l’affranchissement des villages descendant de leur village-mère, et ce notamment dans le cas où ceux-ci seraient dotés d’infrastructures, au nom du critère de la fonctionnalité. Dans cette optique, les villages les plus avancés sur le plan des équipements sociaux seraient les mieux placés pour remplir la fonction de pôle communal. Les réactions contrastées des migrants lors de cette concertation lèvent un coin du voile sur la scène des représentations spatiales. Dans l’hypothèse d’une continuité entre les représentations spatiales des migrants et celles des villageois, il reste à déterminer quelles en sont les passerelles et les points d’articulation, ainsi que les points de rupture possibles.

24En outre, si les migrants soulignent qu’ils ont « fait la décentralisation avant l’État », la réforme et le découpage des communes sont porteurs de bouleversements de plusieurs ordres pour les associations. D’un côté, les villages sont intégrés au territoire communal dans lequel les questions de « développement » se posent à l’échelle inter-villageoise et, de l’autre, l’émergence du pouvoir communal inscrit les associations, ici et là-bas, à un cadre de concertation inédit, au-delà des chefferies villageoises. Dans un premier temps, les associations ont opté pour une stratégie attentiste, un clivage s’opérant entre les structures à la démarche interventionniste et d’autres placées en retrait de la réorganisation territoriale. Ainsi, plusieurs logiques se sont affirmées lors des concertations inter-villageoises, en fonction des rapports de force entre les groupes sociaux, à l’échelle locale et entre ici et là-bas. Par exemple, dans le cercle de Kayes, où les associations sont nombreuses, il s’avère que sur 27 nouvelles communes, 6 ont un « profil associatif », c’est-à-dire que leur contenu reprend plus ou moins celui d’une association inter-villageoise. Derrière chacune de ces communes se trouve une association, la toponymie de certaines en témoigne directement, en reprenant le nom même de l’association. Les associations inter-villageoises ont donc eu un rôle indéniable dans le découpage communal. En effet, dans les villages, les commissions locales de découpage et les habitants eux-mêmes ont trouvé dans ces regroupements associatifs des « embryons » communaux correspondant aux critères fonctionnels.

25En définitive, il apparaît que le poids des relations a beaucoup compté dans les logiques de découpage. Face au projet de l’État de construire des territoires fonctionnels, à la croisée de plusieurs critères, l’examen des motivations des habitants dans les différentes étapes des concertations inter-villageoises, donne à voir des communes aux contenus déterminés par les enjeux relationnels, à la fois locaux et réticulaires. La nature à la fois sociale et politique de l’espace se révèle dans ce processus de découpage qui a pris appui sur des lignes immatérielles, tracées dans le temps long, en adéquation avec les rapports entre groupes sociaux. Ces lignes se sont déplacées à l’occasion de la fabrication des territoires politiques, et se sont arrêtées à un certain point. Cependant, elles ne sont pas figées, et font figure de limites « impossibles ». La définition du territoire a partie liée avec l’existence de limites spatiales. Dans le cadre de la communalisation au Mali, la question de la délimitation territoriale est reportée régulièrement et ce dossier apparaît comme le nœud gordien du découpage, qui se présente dès lors comme un exercice inachevé.

La terre et les limites : le nœud gordien du découpage

  • 1 « Pour l’essentiel, la législation foncière malienne a conservé la législation coloniale et en a pa (...)
  • 2 Ordonnance n°00-027/P-RM du 22 mars 2000, portant code domanial et foncier, articles 43 et 47.

26À l’origine, le statut de la terre est au centre de la problématique sur le découpage territorial des communes. La dichotomie qui existe dans la législation foncière rend complexe la procédure à mettre en œuvre pour attribuer aux nouvelles collectivités locales un domaine foncier propre et borné1. Ainsi, pour l’heure, la terre appartient à l’État, même si celui-ci reconnaît le droit coutumier2 et la procédure de transfert d’un domaine foncier aux collectivités territoriales achoppe sur plusieurs difficultés, dont celle de la purge des droits coutumiers et celle de l’immatriculation.

27Face à la complexité technique du dossier concernant le transfert d’un domaine foncier aux communes et de sa délimitation, se pose le regard pragmatique d’un administrateur régional qui a été partie prenante du processus de découpage. Moins qu’une approche en termes de territoires finis et découpés, le Directeur régional du plan et de la statistique propose la reconnaissance d’une territorialité ouverte, et donc plus proche des espaces sociaux des populations :

28« Les ressources du pays ne permettent pas de délimiter les communes de manière linéaire. Il faut privilégier la délimitation administrative, c’est-à-dire que tous les villages d’une commune sont du même ressort géographique que la commune. Il n’est pas question de territoire. Les emprises d’un village reviennent à l’emprise de la commune. Toutes les terres sur lesquelles les villages exercent une coutume traditionnelle continuent de l’exercer dans la commune. Il n’y a pas de limites linéaires mais une délimitation administrative : les villages et leurs hameaux sont rattachés à la commune ainsi que les terres qui vont avec. Même les cercles qui sont plus anciens n’ont pas de limites territoriales, et ce n’est pas avec les communes qu’on peut le faire. Le gouvernement souhaite faire un cadastre et c’est dans ce sens que la Direction Nationale des Domaines a été créée. Pour la dévolution du domaine, il faut immatriculer toutes les terres au nom de l’État qui peut ensuite les affecter au niveau des collectivités (…). Sur le territoire d’une commune, il y a aussi le domaine de l’État. C’est seulement le domaine bâti qui sera transféré au niveau de la commune, car c’est un domaine connu. Mais les autres domaines ne seront pas transférés avec des limites précises : il faut attendre 10 ou 20 ans pour aboutir à des limites plus précises » (entretien, Kayes, 2001).

29Il n’est donc pas question de territoire, mais de territorialité, et le découpage ainsi produit, sans limites, permet de ne pas laisser dans les angles morts des territoires politiques, finis, les espaces sociaux des populations.

30Le système foncier traditionnel repose sur une conception particulière de la limite. Ainsi la limite entre les terres est connue mais elle n’est pas matérialisée. En ce sens elle fait office de lien entre les communautés villageoises. L’absence de délimitation nette n’est pas synonyme d’espaces aux contenus flous. Au contraire, la limite floue marque des positionnements forts des groupes sociaux les uns par rapport aux autres, aussi bien à l’intérieur des villages qu’entre les villages eux-mêmes. Ainsi, comme l’affirme un administrateur local : « tant qu’il n’y a pas de limite matérialisée il y aura toujours interpénétration. Le sens de la limite est celui d’une barrière, ce qui provoque un blocage dans les actions et dans les esprits. » (entretien, Yélimané, 2001).

Choses dites sur la limite

31Poser une limite revient à remettre en cause l’origine et la place de chaque groupe par rapport à la terre, et finalement les relations entre les groupes. Les relations sociales risquent d’être bouleversées par le découpage territorial des communes, car l’enfermement n’est pas dans la nature spatiale de ces sociétés. Dans cette optique, les responsables locaux sont partisans de la continuité, en attendant une adaptation progressive des villageois au territoire communal :
« On ne peut pas parler de limites communales. Ce n’est pas la peine de les délimiter, ni de tracer des frontières, alors que chacun connaît ses limites, sinon, ça va amener des problèmes. On peut faire des plans de développement communal en sachant là où s’arrêtent les terroirs, en tenant compte du terroir tel qu’il est exploité. Il s’agit de temporiser et de maintenir le statut quo » (entretien, Yélimané, 2001).

32Les limites entre les terroirs apparaissent comme des objets de consensus, d’appropriation réciproque des terres. Elles sont connues et, dans le même temps, elles sont floues. De cette manière elles garantissent un lien, une interdépendance qui sous-tend des questions de statut social, d’alliances historiques qui remontent à l’origine du peuplement de ces espaces. Elles instaurent un face à face entre communautés villageoises, où chacun tient son rang. Par contre, la limite, au sens strict, voire la frontière, se présente, dans les représentations des habitants, comme un mur, qui met chacun dos à dos. Si elle est matérialisée, montrée, marquée dans le sol, elle pose problème. Elle enferme, elle délimite les ressources et c’est là que les convoitises apparaissent.

33Cependant, les appétences sont déjà là, et l’inexistence de limites réelles a permis que des conflits surgissent entre communes à propos de l’accès à telle ou telle ressource. D’où un autre discours, tout à fait différent des précédents, sur la délimitation communale, tenu par un professeur de sociologie à la retraite (entretien, Nioro, 2001) :
« La délimitation est un impératif, une urgence, pour ne pas donner lieu à des chocs entre les différentes communes. Si chaque commune connaît avec précision les limites de son territoire, il y aura de l’harmonie dans la cohabitation. Il y a encore des personnes âgées qui connaissent les limites de chaque terroir ; le service géographique à lui seul ne peut pas et ne doit pas réaliser et atteindre cet objectif sans l’apport de ces personnes ressources. Il y a lieu de sensibiliser les citoyens concernant le sens des délimitations communales. Il faut qu’on ait une idée objective de la limite qui n’est pas une séparation mais plutôt un trait d’union, un pont que l’on doit enjamber (…). La matérialisation est nécessaire pour mettre les collectivités à l’abri, sinon chacun se croira possesseur de tout et les conflits sont possibles. Il faut sensibiliser les citoyens sur la vocation humaine de la délimitation, son sens humain. Quand ce sens n’est pas compris, la délimitation devient un danger, on sera porté à croire qu’on doit vivre à l’étouffé dans sa zone, se calfeutrer dans un domaine restreint. La délimitation territoriale doit favoriser l’ouverture des cœurs, elle doit donner un terrain favorable à la cohabitation, à la collaboration au profit de tous. Il faut que les citoyens soient édifiés sur la nature objective de la délimitation ».

  • 3 « Mais un découpage, c’est une théorie, les gens continuent à se contacter. Il y a le problème des (...)

34Ces propos rejoignent les préoccupations des élus communaux, qui ne savent ni quelle est leur population exacte, ni quelles sont les ressources dont ils peuvent disposer. La limite est donc utile et nécessaire sur le plan fonctionnel. Cette dichotomie de la frontière est bien perçue au niveau des différents acteurs. Elle apparaît nécessaire, elle doit exister, et en même temps, il n’est pas question de se focaliser dessus. Une fois tracée, elle doit seulement servir de périmètre fonctionnel, mais non de barrière sociale, ce que les gens redoutent. C’est ce que m’ont expliqué différents interlocuteurs3.

35Ainsi, la logique de la limite floue, telle qu’on la voit apparaître dans la construction des territoires communaux au Mali, ré-interroge notre vision du territoire qui, par définition, est une forme spatiale délimitée. En outre, une autre conception de la frontière émerge, qui s’attache davantage aux « coutures » qu’aux « coupures » des territoires. La frontière se présente comme une interface, intégrée dans un processus qui fait du territoire un espace de négociation sociale, et non pas une surface à découper. Il semblerait que les acteurs de la communalisation aient opté, même si c’est par défaut, pour la territorialisation et non pas le territoire, au sens strict. En cela, la territorialisation entremêle dans un même mouvement différentes formes spatiales : territoires politiques, espaces de vie et réseaux sociaux. C’est donc la territorialité, ou l’identité spatiale des sociétés, qui sort enrichie de cette diversité, et qui redonne à la notion de frontière une épaisseur, au-delà de la simple ligne.

Pour l’interaction spatiale

36Au final, le constat qui s’impose est celui d’une population prise entre deux espaces : le territoire communal, d’une part, et l’espace social, d’autre part. Le retour au local prôné par la réforme de décentralisation entraîne dans son sillage des choix qui bouleversent les pratiques et les représentations spatiales des habitants.

Le partage de l’espace

37En effet, alors qu’ils ont pu croire qu’ils allaient retrouver leur « ancien terroir » et que seule la volonté « d’être entre soi » comptait, les villageois se retrouvent face à la question du cloisonnement de leur espace de vie, à laquelle ils n’ont pas encore de réponse. Cette situation est flagrante pour les hameaux dispersés sur des terroirs autres que celui de leur village-mère, elle l’est aussi pour les villages à la marge des territoires communaux qui vont devoir se pencher sur leurs limites.

38La mise en territoires est une épreuve qui traverse plusieurs sphères de la vie sociale. Les acteurs sociaux pris dans cette recomposition territoriale ne partagent plus la même aire de référence qui, auparavant, était celle du village, lieu central dans l’espace social des habitants. Désormais, s’opère une dissociation des espaces de référence, des acteurs et des groupes sociaux. L’entité villageoise n’est plus la seule, et il s’agit désormais de « faire avec » la commune. Le village est devenu une composante d’un ensemble qui se veut territorialement défini. La mise en œuvre de la délimitation n’est pas une nouveauté. Déjà les cantons, pendant la colonisation, puis les arrondissements, à l’Indépendance, ont été au service de la géométrisation de l’espace. Cependant, cette logique de la discontinuité fonctionnelle au service du territoire a été expérimentée jusqu’à présent sur des mailles de taille assez large, et ce à partir d’anciennes marges qui partageaient les aires d’influence des royaumes pré-coloniaux. La limite communale ne s’inscrit pas dans le même canevas. La maille est plus fine, plus serrée, et ne peut plus contenir les tronçons, activés ponctuellement, au gré des évènements sociaux, fonciers ou politiques, des espaces réticulaires qui formaient l’enveloppe spatiale des villages.

L’ouverture des territoires

39En définitive, si la limite doit exister, à un moment donné, pour des nécessités de gestion, la « linéarisation » du territoire communal est précédée par une série d’interactions qui se dessinent dans les marges floues des espaces inter-villageois, que ce soit sur le mode de la proximité locale ou sur le mode réticulaire. Sans limites arrêtées, les entités communales s’inventent un territoire dans lequel la place des réseaux sociaux tient une place considérable.

40La territorialisation ne tient pas tant du découpage que de la mise en réseaux des groupes sociaux et des individus à partir de lieux appropriés et identifiés. En cela, la limite spatiale ne semble pas structurante pour les rapports de la société avec l’espace. La « terre » avec laquelle les familles entretiennent une relation forte depuis plusieurs générations n’a jamais été abornée, au sens strict, car elle apparaît comme une matière vivante, dont le morcellement signifierait une rupture dans l’ordre des représentations sociales attachées au caractère « sacré » de la « terre-mère ». Dans le même temps, c’est le rapport à la terre qui a permis d’instaurer une hiérarchie entre les individus et leur groupe d’appartenance sociale. Entre les localités villageoises, où l’association d’un pouvoir à un territoire date de la période coloniale, et avec l’instauration des « chefs de village », les relations foncières n’ont pas conduit à l’enfermement spatial. Le pouvoir, qui contrôle des individus, n’a jamais utilisé la forme bornée des territoires continus pour asseoir sa légitimité. La preuve en est que les conflits de terres ou de chefferies se règlent bien souvent par l’intervention de groupes extérieurs à l’espace local, dont le bon droit repose sur une origine sociale partagée, et dont l’ancrage spatial tient du réseau et non pas du territoire. L’enveloppe spatiale des villages n’est pas déterminante sur les interactions sociales qui mettent en jeu aussi bien des lieux dispersés que des réseaux multiscalaires. En cela, le pouvoir politique s’appuie bien moins sur des limites que sur des espaces ouverts et réticulaires.

41Le panorama des formes spatiales locales qui se sont succédé au Mali en quelques siècles, donne à voir une accumulation d’enveloppes territoriales plus ou moins achevées, dont aucune ne correspond vraiment à un tissu territorial exhaustif et exclusif. Les espaces réticulaires pré-coloniaux, les cantons coloniaux, les arrondissements, puis les communes sont des entités attachées à l’exercice de pouvoirs différents les uns des autres, tant par leur origine que par leur nature. Les modalités de passage de l’une à l’autre apparaissent très inégales, avec des compatibilités plus ou moins prononcées. Le retour à une forme antérieure semble, quant à lui, improbable. Dans le même temps, les formes spatiales plus difficilement saisissables que sont les réseaux se déploient à différentes échelles, ce qui provoque une différenciation des lieux les uns par rapport aux autres, selon qu’ils sont raccrochés ou non à ces vecteurs de changement économique, social, ou politique, souvent bien plus puissants que les enveloppes territoriales modelées au fil des découpages imposés par « le haut ».

  • 4 Roland Pourtier, 2002, « La production des territoires de développement : concepts, modèles et inno (...)

42Les territoires politiques, aboutissant à une « mise à plat » des relations entre le pouvoir et l’espace, dans un temps donné, appartiennent à une lecture de l’espace en surface. D’où les lignes (frontières) et les points (centres), que les représentations cartographiques utilisent et qui alimentent notre imaginaire spatial. Cependant, cette lecture du territoire achoppe aujourd’hui sur les questions de mobilités, de transversalités, d’entre-deux, d’interfaces, d’espaces flous, qui « brouillent l’image des pavages statiques » [Pourtier, 2002]4. Le modèle territorial n’est plus celui du pavage, qui a essaimé sur tous les continents, et l’innovation territoriale est en quête de nouvelles références, à la fois du point de vue des sociétés, des acteurs politiques et des scientifiques. Les fondements de la territorialisation ne sont plus les mêmes, car, d’une part, les pratiques spatiales dépassent les cadres territoriaux « modernes » et, d’autre part, les mobilités d’aujourd’hui ne sont pas comparables aux formes réticulaires du passé. « L’ampleur prise par les flux et les réseaux dans un monde de mobilité et de communication démultipliée fait exploser les cadres rigides des territoires de la modernité. On ne revient pas pour autant à la fluidité d’antan : les nouvelles modalités de territorialisation ne se développent que sur le substrat d’un espace préalablement ordonné par la découpe des géomètres. » [Pourtier, 2002]. Il ne s’agit donc pas d’un retour en arrière, comme le laisserait entendre le binôme « dé-territorialisation/re-territorialisation », mais d’une « continuation » qui place la dimension spatiale des sociétés dans le registre de l’incertitude et de la transition, véritables moteurs de re-création des rapports du social avec le spatial.

43« L’espace est d’abord un système de références partagées avant d’être un lieu concret. » [Husson, 1996, p.1]. C’est bien cette proposition que défendent les habitants « mobiles » de la Région de Kayes. Longtemps présentés comme antinomiques, les termes de « réseau » et de « territoire » trouvent dans l’expérience de la communalisation au Mali un terrain d’entente inattendu. Le découpage communal a révélé la nature indiscutablement sociale de l’espace, dans la mesure où les acteurs locaux ont fondé le regroupement des villages sur un « entre soi » social associé à des réseaux du même ordre. En cela, les territoires communaux, initiés par l’État, font figure de territoires inachevés, au regard des critères fonctionnels pour lesquels la légitimité d’un pouvoir est indissociable d’une aire définitive sur laquelle celui-ci s’exerce. Rien n’est moins vrai pour les nouvelles communes maliennes qui n’ont pas de limites territoriales, ni de domaine foncier. À l’inverse, la forme inaboutie de ces territoires institutionnels donne à voir des espaces et des territoires dont la mobilité est moins la caractéristique d’une carence de territorialité que la preuve d’un excès de territorialité.

Conclusion : l’espace entre lien et distance

44Au final, la territorialisation ne signifie pas l’ancrage de l’espace dans des découpages qui le cloisonnent. À l’inverse, l’espace mobile est une réalité plus prégnante que celle des territoires figés et des limites spatiales qui sont des constructions abstraites, et qui n’existent pas en dehors de la représentation qui est imposée aux sociétés « par le haut », c’est-à-dire le plus souvent l’État, seul maître d’œuvre des découpages territoriaux. Or, dans cette partie du monde, les États qui se sont constitués, sous forme d’Empires, se caractérisent par une organisation territoriale spécifique qui n’a jamais mis en œuvre de limites, ni de partition administrative. Ces bâtisseurs d’empires ont mobilisé des réseaux sociaux pour asseoir leur pouvoir, et non pas des quadrillages. La territorialité fondée sur des espaces réticulaires, et sur la mobilité, produit des marges, des marches, mais ne fabrique pas de limites.

45L’ouverture des espaces les uns par rapport aux autres est un fondement essentiel des pratiques et des représentations spatiales, alors que les groupes sociaux ont toujours été organisés sous forme de réseaux, et ce
à différentes échelles. À cela s’ajoute la mobilité spatiale qui, dans la région de Kayes, accroît le poids des réseaux sociaux, du fait de leurs incidences sur les localités villageoises. C’est pourquoi le sens du découpage glisse du registre de la division à celui de l’interaction spatiale. L’espace est une construction sociale dans laquelle les limites sont avant tout d’ordre social et précèdent toute inscription matérielle de séparation dans le sol. Ici, on se trouve en présence de nouvelles territorialités, puisque l’absence de fermeture des territoires politiques permet à des formes de pouvoir localisées dans des lieux distants et discontinus d’intervenir sur le territoire local. Les territoires fonctionnent donc autrement, et cette ouverture se fait au profit de leur développement.

46Aujourd’hui, la coupure territoriale n’a pas été imposée et les marges qui entourent les communes font figure d’espaces d’interface, dans lesquels peut se jouer l’articulation de ces nouvelles mailles. Ici, les espaces flous participent de la construction territoriale, et l’émergence de la limite, si cela arrive, se présente davantage sous le signe de la négociation permanente plutôt que d’une fixation une fois pour toute. En effet, l’inexistence de limites spatiales, bornées et figées, entre les nouveaux territoires communaux maliens, permet le développement d’interstices spatiaux, dans lesquels les enjeux entre les groupes spatiaux, relatifs à la construction territoriale, se déplacent. À la marge se jouent les articulations entre différentes formes spatiales en recomposition : les territoires politiques, les espaces de vie, les réseaux sociaux, dont ceux produits par les migrations internationales. La marge, espace de subordination dans la conception centralisée des territoires, devient ici un espace de liberté et d’expression de la complexité des rapports sociaux avec l’espace. Et la frontière, présente, mais effacée, devient un espace participant à la territorialisation, entre lien et distance.

Haut de page

Bibliographie

BLANC-PAMARD Chantal et Luc CAMBRÉZY (1995), Terre, terroir, territoire. Les tensions foncières, Paris, ORSTOM, Colloques et séminaires (Dynamique des systèmes agraires).

GONIN Patrick (1997), D’entre-deux territoires, circulations migratoires et développement entre le bassin du fleuve Sénégal et la France, Villeneuve d’Ascq, Université des sciences et technologies de Lille, Laboratoire de Géographie Humaine, (Mémoire d’Habilitation à diriger les recherches).

GONIN Patrick et Jean-Pierre RENARD (1993), Frontières, migrations et développement, Travaux et documents du LGH : «Frontières ambivalentes», série Études, n° 11, pp. 39-67.

GTZ, MDRE-PREMA (1996), Programme de Développement Rural Régional de Manantali - Analyse régionale réduite de la région de Manantali.

Institut Panos (1993), Quand les immigrés du Sahel construisent leur pays, Paris, L’Harmattan.

LIMA Stéphanie (2003), Découpage entre espace et territoire : la fin des limites ? La fabrique des territoires communaux dans la Région de Kayes (Mali), Thèse, Université de Poitiers, 532 p. + annexes.

MAHARAUX Alain (1994), « Le géographe et le tracé des espaces coloniaux et postcoloniaux, » in Michel Bruneau et Daniel Dory (eds.), Géographies des colonisations, XVème-XXème siècles, Paris, L’Harmattan, pp. 349-367.

OFFNER Jean-Marc et Denise PUMAIN (1996), Réseaux et territoires. Significations croisées, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube (Territoire).

POLLET Éric et Grace WINTER (1971), La société Soninké (Dyahunu, Mali), Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles.

POURTIER Roland (2002), « La production des territoires de développement : concepts, modèles et innovations », in Actes des rencontres scientifiques franco-sud africaines de l’innovation territoriale, Université d’Avignon.

RETAILLÉ Denis (1993), Afrique : le besoin de parler autrement qu’en surface, Espaces Temps, n° 51-52, pp. 52-62.

SAUTTER Gilles (1982), Quelques réflexions sur les frontières africaines, Pluriel-débat, n° 30, pp. 41-50.

TARRIUS Alain (2002), La mondialisation par le bas, Paris, Balland.

TARRIUS Alain (2000), Les nouveaux cosmopolitismes, Paris, L’aube.

TIMERA Mahamet (1996), Les Soninké en France. D’une histoire à l’autre, Paris, Karthala. 

Haut de page

Notes

1 « Pour l’essentiel, la législation foncière malienne a conservé la législation coloniale et en a parfois renforcé la tendance centralisatrice dans le but de la consolidation de l’intégration nationale. Avec la reconnaissance du principe de domanialité des terres (surtout le domaine privé de l’État) les droits d’usage des populations locales ont été très souvent tolérés (art. 127 du code domanial et foncier de 1986). Les autorités coutumières et institutions locales se sont vu en général dénier dans la pratique toute responsabilité officielle dans la gestion et la réglementation en matière foncière. La législation foncière de 1986 se fonde sur des principes juridiques complexes et inapplicables en milieu rural (immatriculation des terres) et une conception du droit fondamentalement déclarée par rapport aux principes coutumiers et aux pratiques foncières des ruraux [Le Roy, 1987]. Cette dichotomie crée une situation de pluralité juridique : droit étatique, droit traditionnel, droit coranique et droit de la pratique où différentes normes incompatibles entre elles se superposent. » [Atelier sur la décentralisation en Afrique occidentale, Bamako, novembre 1999, p. 5].

2 Ordonnance n°00-027/P-RM du 22 mars 2000, portant code domanial et foncier, articles 43 et 47.

3 « Mais un découpage, c’est une théorie, les gens continuent à se contacter. Il y a le problème des hameaux qui peuvent quitter leur commune pour aller dans une autre (…). Mais les villages-mères ne sont pas d’accord. C’est la même famille, on paye les impôts pour les mêmes chefs de village. Il y a une rupture qui se crée au niveau de la grande famille et les gens ont peur de ça. On pense qu’on commence à s’abandonner petit à petit. Mais le découpage géographique ne peut pas enlever les liens de parenté » (entretien, Sagalo, 2001) ;
« Il faut préparer les gens pour qu’ils acceptent de se faire recenser sur le territoire où ils sont et non en fonction de leur village d’origine : les liens de parenté, ça peut toujours rester, quant aux devoirs civiques, il faut appliquer la proximité, mais ne pas aboutir à un déchirement. La politique ne doit pas provoquer de choc » (entretien, Kéniéba, 2001).

4 Roland Pourtier, 2002, « La production des territoires de développement : concepts, modèles et innovations », intervention à Avignon (22 janvier), in « Les rencontres scientifiques franco-sud africaines de l’innovation territoriale ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les régions du Mali
Crédits Source : Carte Ign du Mali au 1 / 2 000 000, 1993Carte S. Lima, Migrinter, 2003 adaptée par J. Désiré, UPJV.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 1. Le centre de santé de Marena Diombougou: une réalisation de l’Association « Djama Dfigui »
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Carte 2. Associations de développement et découpage communal dans le cercle de Kayes
Crédits Source : « Cartographie des communes rurales en République du Mali », Mission de Décentralisation, 1997.Carte S. Lima, Migrinter, 2003, adaptée par J. Désiré, UPJV.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Lima, « La frontière « impossible » ? », Espace populations sociétés, 2005/2 | 2005, 277-291.

Référence électronique

Stéphanie Lima, « La frontière « impossible » ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/2 | 2005, mis en ligne le 16 novembre 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/3103 ; DOI : 10.4000/eps.3103

Haut de page

Auteur

Stéphanie Lima

Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines
Géographie
47, boulevard Vauban
78280 Guyancourt Cedex
Stephanie.lima@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org