Navigation – Plan du site
Articles

Formes spatiales de l’ouverture de la frontière franco-allemande. Analyse de la diffusion spatiale du travail frontalier (1968-1999)

Spatial Forms of the Opening of the French-German Border. Analysis of the Spatial Diffusion of Cross-Border Commuting (1968-1999)
Cécile Buxeda
p. 211-222

Résumés

La frontière d’état franco-allemande connaît, dans le cadre du processus d’intégration européenne, une évolution fonctionnelle majeure, qui se traduit notamment par une amplification des formes de mobilités transfrontalières de la population.

Nous proposons de saisir les effets spatiaux de l’ouverture de la frontière politique en étudiant, à l’échelle régionale (le grand Est français), les processus de diffusion spatiale d’un indicateur de la mobilité des individus : le travail frontalier vers l’Allemagne sur un pas de temps relativement long (1968-1999).

Nous montrerons ainsi en quoi l’atténuation de l’effet barrière de la frontière politique participe à la modification de sa nature spatiale en lui permettant d’affirmer son caractère zonal.

Haut de page

Texte intégral

Nous adressons nos remerciements à Claude GRASLAND, Professeur de géographie à l’Université Paris VII – Denis Diderot, pour l’aide et les conseils qu’il a pu nous apporter lors de la réalisation de cet article, ainsi qu’à l’INSEE pour nous avoir fourni les données statistiques nécessaires à cette étude et en particulier Bernard. Aubry de l’INSEE Alsace à l’initiative de la réalisation des fichiers SAPHIR.

Introduction

1Au cours du processus de construction européenne les frontières politiques internes de l’Union Européenne sont devenues de plus en plus perméables. Dans le cas de la frontière franco-allemande, cette ouverture a permis une augmentation des échanges de toutes sortes et, quels qu’en soient les motifs (travail, loisirs, commerce…), une amplification des formes de la mobilité des populations situées de part et d’autre de la frontière.

  • 1 Le grand Est inclut les quatre régions suivantes : Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine et Al (...)

2Le travail frontalier vers l’Allemagne, dont nous analyserons ici l’évolution et l’extension spatiale dans le grand Est français1 depuis les années 1960 jusqu’à la fin des années 1990, est particulièrement représentatif du développement de ces flux transfrontaliers.

3L’étude de la diffusion spatiale de ce phénomène, très structurant sur le plan économique et social, nous permettra de montrer que, comme le souligne J.-P. Renard (2002), la frontière politique, loin de s’effacer, se modifie plutôt : elle doit être davantage définie aujourd’hui comme un ensemble complexe de formes spatiales variées associant notamment des aires et une ligne, porteuse de discontinuité, dont la fonction devient de plus en plus symbolique.

1. Le développement historique du travail frontalier dans le grand Est

  • 2 Les données sur le travail frontalier utilisées dans cet article sont issues de la base SAPHIR (aut (...)

4Le travailleur frontalier est le plus souvent défini comme une personne exerçant son activité professionnelle habituelle dans un État et résidant dans un autre État où elle retourne si ce n’est chaque jour, au moins une fois par semaine. Les données dont nous disposons comptabilisent l’ensemble des personnes, résidant dans le grand Est français, qui déclarent travailler en Allemagne aux différents recensements de la population, l’existence d’une navette domicile-travail étant de ce fait supposée2 : il s’agit donc d’une acception plus large mais qui permet de donner a priori une image assez fidèle du phénomène. Nous n’analyserons pas les flux inverses de personnes résidant en Allemagne et travaillant en France, qui sont en tout état de cause beaucoup plus limités.

5En 1999, le travail frontalier reste un phénomène relativement concentré dans l’espace national puisque la façade nord-est du pays rassemble à elle seule 65 % des frontaliers français [Kayali, Van Gheluwe, 2001]. De même selon B. Aubry (1998), en 1990, seules six régions françaises sont concernées de façon significative par ce phénomène. Notre espace d’étude, le grand Est, est donc un espace charnière pour l’analyse de ce phénomène. En une trentaine d’années, l’Allemagne s’y est imposée face à la Suisse comme le pays de destination privilégié des frontaliers. Le Luxembourg s’affirme néanmoins de plus en plus, notamment depuis la dernière période intercensitaire, comme une destination privilégiée des frontaliers du grand Est, très loin devant la Belgique.

6L’importance actuelle du travail frontalier vers l’Allemagne dans le grand Est français est le fruit d’une croissance quasi continue depuis les trente dernières années. Entre les recensements de 1968 et de 1999, le nombre de frontaliers travaillant en Allemagne a été multiplié par six et la part relative de ce phénomène au sein de la population active a été également en s’accentuant (Tableau 1). Cette croissance est essentiellement due à l’accentuation du phénomène dans les trois départements frontaliers (Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle), qui concentrent d’ailleurs la quasi totalité des travailleurs frontaliers du grand Est. Mais on peut distinguer les cas du Bas-Rhin et la Moselle d’une part et le cas du Haut-Rhin d’autre part. Pour les premiers, la part des actifs travaillant en Allemagne est la plus importante (Tableau 1) (ce qui peut s’expliquer simplement par l’existence d’une large bordure frontalière avec l’Allemagne) ; la croissance a été très rapide dans les années 1960 et 1970 avant de connaître un ralentissement lors de la période intercensitaire 1975 – 1982 (que l’on peut attribuer aux contrecoups des chocs pétroliers) puis de reprendre un rythme de croissance soutenu (Tableau 2). Dans le cas du Haut-Rhin, les proportions de frontaliers vers l’Allemagne sont moins importantes, ceci peut s’expliquer par la forte concurrence exercée par la Suisse, autre destination privilégiée des travailleurs frontaliers du département, notamment du fait de l’attraction du pôle d’emploi de Bâle. Mais on observe une accélération de la croissance pendant la dernière période intercensitaire (Tableau 2), que l’on peut attribuer à une stagnation du travail frontalier vers la Suisse [Buxeda, 2003-a].

Tableau 1. Le travail frontalier : une part croissante de la population active (proportion de frontaliers vers l'allemagne en % de la population active totale de 1968 à 1999)

Dates des différents recensements

1968

1975

1982

1990

1999

Moselle

1,28

3,10

3,09

3,82

5,14

Bas-Rhin

1,27

3,25

3,42

4,76

5,77

Haut-Rhin

0,52

0,80

1,03

1,22

2,07

Reste du grand Est

0,01

0,02

0,02

0,04

0,02

Ensemble

0,43

1,01

1,10

1,48

1,99

Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (sondages au quart), Fichiers Saphir, B. Aubry, INSEE Alsace

Tableau 2. Évolution du travail frontalier vers l'Allemagne de 1968 à 1999 (taux de croissance annuel des effectifs)

Dates des recensements

1968-75

1975-82

1982-90

1990-99

Moselle

14,8

0,9

2,9

4,4

Bas-Rhin

15,3

2,7

5,3

3,3

Haut-Rhin

7,9

5,2

2,8

7,1

Reste du grand Est

4,5

5,0

8,0

-8,2

Ensemble

14,2

2,1

4,1

4,0

Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (sondages au quart), Fichiers Saphir, B. Aubry, INSEE Alsace

7La croissance régulière des flux de travail frontalier de la France vers l’Allemagne est fondamentalement liée à l’exploitation des différentiels existant de part et d’autre de la frontière politique, comme le montre le caractère très dissymétrique de ces flux, orientés presque exclusivement depuis les années 1960 de la France vers l’Allemagne [Soutif, 1999 ; Aubry, 1981].

  • 3 Selon, un avenant datant de 1989 à la convention bilatérale signée entre la France et l’Allemagne e (...)

8Les flux de travail frontalier sont évidemment favorisés par la proximité linguistique existant de part et d’autre de la frontière (allemand/dialectes germaniques) et par la disparition de l’effet barrière de la frontière (développement de la coopération institutionnelle entre pays et régions frontalières, mise en place de la libre circulation des travailleurs dans le cadre de la construction européenne). Mais ces éléments ne font finalement que faciliter l’exploitation des différences existant entre les régions frontalières. Les différentiels salariaux, notamment, sont l’une des principales motivations des frontaliers du grand Est pour aller travailler en Allemagne. En effet, comme le démontrent plusieurs études [Cocher, 2001 ; Briand, Sinner-Bartels,1999], les salaires pratiqués dans les Länder frontaliers constituent une véritable « aubaine » pour les travailleurs frontaliers : c’est pour les ouvriers, qui restent majoritaires parmi eux, que les écarts de salaire sont les plus avantageux. Ils bénéficient ainsi d’un statut tout à fait favorable, car payés en Allemagne, ils consomment en France et y payent leurs impôts3 : ceci constitue un gain important en termes de niveau de vie car les cotisations sociales, les impôts et le coût de la vie sont plus élevés en Allemagne. Ils sont ainsi en mesure de se constituer une véritable « rente salariale transfrontalière » [Cocher, 2001].

9Le gradient économique ne cesse pourtant de se réduire le long de la frontière franco-allemande. Ainsi, en 1999, le PIB par habitant de l’Alsace (23 200 €/hab.) est encore très inférieur à celui de la région de Stuttgart (30 000 €/hab.) mais proche de celui de la région de Fribourg-en-Brisgau (23 600 €/ hab.). La Lorraine (18 900 €/hab.) est d’ailleurs plus différente de l’Alsace qu’elle ne l’est du Land de Sarre (22 000 €/hab.) [Grasland, Lizzi, 2003]. Les discontinuités économiques ne suivent donc plus exactement le tracé de la frontière. Cependant, même lorsque le différentiel économique s’atténue, les flux de travailleurs français vers l’Allemagne restent nettement impulsés par le gradient démographique qui sépare les deux pays et aurait même tendance à se renforcer (niveau de fécondité, structure par âge). Toutefois, là encore, le rythme d’évolution démographique de l’Alsace se rapproche davantage de celui des Länder allemands que de celui des régions françaises voisines [Reitel, 2004]. L’atténuation des gradients économiques et démographiques de part et d’autre de la frontière politique semble donc être, à terme, un processus irréversible, qui est la conséquence, comme le souligne B. Reitel (2004), des interactions de plus en plus nombreuses entre l’économie des espaces frontaliers français - Alsace et Moselle - et celle des régions allemandes voisines, dont le travail frontalier est l’une des principales expressions.

10On assisterait donc bien à un processus d’intégration spatiale, permis par l’affaiblissement de la fonction de barrière de la frontière et reposant principalement sur l’exploitation de la discontinuité que représente encore dans de nombreux domaines la ligne frontière. À terme ce processus contribuera sans doute à faire disparaître la discontinuité (non coïncidence des discontinuités économiques ou démographiques et de la frontière politique). On assiste donc de façon concomitante à un processus de recomposition spatiale de la frontière comme va le montrer l’analyse de la diffusion du travail frontalier.

2. Analyse cartographique de la diffusion du travail frontalier vers l’allemagne

11L’analyse cartographique du travail frontalier à différents niveaux (zones d’emplois et communes) et à différentes échelles (grand Est, Alsace et Lorraine) apporte un certain nombre d’informations sur les formes et les processus de diffusion spatiale de ce phénomène lors des trente dernières années.

12Entre les recensements de 1968 et de 1999, le travail frontalier vers l’Allemagne a connu une diffusion spatiale de plus en plus généralisée, puisque de plus en plus de zones d’emplois au sein du grand Est sont concernées par le phénomène, en particulier la totalité des zones d’emploi alsaciennes et lorraines, à une exception près, celle de Longwy (Figure 1). Toutefois, ce sont dans les zones d’emploi alsaciennes et mosellanes que les proportions de frontaliers sont les plus importantes et ce depuis 1968. On assiste donc également à un renforcement du phénomène dans une bande frontalière n’excédant pas une cinquantaine de kilomètres, en particulier là où, à grande échelle, la structure spatiale favorise une polarisation vers le pays voisin (proximité d’un pôle allemand et éloignement d’un pôle français). Ainsi, en 1999, les proportions de frontaliers vers l’Allemagne sont les plus importantes dans les zones d’emploi de Wissembourg et de Sarreguemines (Figure 1) : on peut l’expliquer par une attractivité très forte des pôles d’emploi allemands situés à proximité de la frontière (Sarrebruck, Karlsruhe, Rastatt,…) pour des actifs français qui résident dans des zones beaucoup plus rurales, moins industrialisées et où les offres d’emplois sont moins nombreuses (Outre-Forêt au nord de l’Alsace, pays de Bitche en Moselle) [Soutif, 1999]. De même, la précocité et la persistance de proportions élevées de frontaliers dans la zone d’emploi du bassin houiller peuvent s’expliquer car la reconversion et la diversification industrielles, plus précoces et rapides en Sarre qu’en Moselle, ont creusé, depuis le début des années 1970, un écart important en matière de dynamisme économique et de structure spatiale entre des espaces frontaliers qui avaient pourtant fondé leur développement économique sur un mode identique jusqu’aux années 1960 (exploitation du bassin houiller) [Ramm, 1999].

Figure 1. La diffusion du travail frontalier vers l’Allemagne dans le grand Est (1968-1999)

Figure 1. La diffusion du travail frontalier vers l’Allemagne dans le grand Est (1968-1999)

Source : RGP 1968, 1999 (Sondages au quart), Fichiers Saphir, B. AUBRY, INSEE Alsace
Cécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004

13Au niveau communal, on peut observer la formation des aires d’influence des principaux pôles d’emploi allemands avec des auréoles de décroissance progressive des proportions de frontaliers avec l’augmentation de la distance (Figure 2). Des années 1960 aux années 1990, la contraction des distances-temps liée à la diffusion de l’usage automobile, qui reste le moyen de transport privilégié pour les déplacement transfrontaliers [CUCES, 2002], ainsi que l’amélioration des infrastructures de communication expliquent l’extension spatiale progressive du phénomène, les salaires allemands plus élevés pouvant également justifier d’effectuer des distances domicile-travail plus longues et d’y consacrer un budget plus important.

Figure 2. La diffusion du travail frontalier vers l’Allemagne en Alsace et en Lorraine (1968-1999)

Figure 2. La diffusion du travail frontalier vers l’Allemagne en Alsace et en Lorraine (1968-1999)

Source : RGP 1968, 1999 (Sondages au quart), Fichiers Saphir, B. AUBRY, INSEE Alsace
Cécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004

  • 4 Une difficulté importante réside ici dans la source statistique utilisée qui ne permet pas de disti (...)

14Le phénomène va-t-il continuer à se propager de plus en plus loin à l’intérieur du territoire français ? La question reste posée mais on peut estimer que dans les conditions actuelles de mobilité il existe un seuil d’extinction du phénomène migratoire qui ne peut guère être dépassé et qui est lié au budget-temps que les individus peuvent consacrer quotidiennement à leurs déplacements4. Par ailleurs, on peut constater que l’aire d’extension du travail frontalier s’inscrit à l’intérieur de la limite linguistique, cela se vérifie notamment très bien en Moselle (Figure 2). Cette limite linguistique correspond à l’espace dialectophone qui est aussi celui où l’on apprend le plus l’allemand aujourd’hui [Buxeda, 2003-b] : si elle ne constitue pas forcément une barrière à la poursuite de l’extension spatiale du travail frontalier, il est évident que la maîtrise de la langue du voisin peut faciliter les échanges transfrontaliers et notamment le fait de trouver un emploi en Allemagne. L’apprentissage de l’allemand peut même constituer une stratégie dans les lycées professionnels d’Alsace et de Moselle pour permettre une meilleure insertion professionnelle de leurs élèves [Buxeda, 2003-b]. La perte du statut juridique de travailleur frontalier (et des avantages, notamment fiscaux, qui lui sont associés) peut en revanche constituer un facteur important de limitation de la diffusion spatiale du travail frontalier au-delà des trois départements alsaciens et mosellan.

  • 5 En 1999, le PIB/habitant du Luxembourg s’élève à 42 500 €/hab. ce qui est deux fois plus que celui (...)

15Un autre facteur pouvant gêner le processus de diffusion spatiale du travail frontalier vers l’Allemagne est la concurrence d’autres pays de destination. Le Luxembourg en particulier s’est hissé, lors de la dernière décennie, à la première place des pays de destination des frontaliers lorrains, historiquement occupée par l’Allemagne [Mathias, 2003]. Les privilèges fiscaux dont dispose cette région-État à l’intérieur de l’Union Européenne ont entraîné depuis les années 1980 une croissance vertigineuse de sa richesse par habitant5. L’extension de la zone d’attraction luxembourgeoise vers le sud peut donc expliquer le phénomène de « repli » que connaissent les taux de frontaliers vers l’Allemagne dans certaines communes lorraines (Figure 3) ou zones d’emplois (en particulier celles de Longwy, Meuse du Nord et Bar-le-Duc) (Figure 1). La récession observée dans quelques communes du Haut-Rhin, peut, de la même manière, s’expliquer par l’attractivité du pôle d’emploi de Bâle, qui offre des niveaux de rémunération nettement plus élevés que le Bade Wurtemberg et qui concentre en tout état de cause beaucoup plus d’emplois à proximité immédiate de la frontière.

16Enfin, la présence de pôles d’emploi français (Strasbourg, Mulhouse, Colmar, Metz) contribue à perturber la régularité de la diffusion spatiale du travail frontalier vers l’Allemagne : ceci est très visible dans le cas de Strasbourg (Figure 3) dont la présence introduit une rupture dans la bande frontalière où le travail vers l’Allemagne est le plus développé (du moins en termes relatifs, car en chiffres absolus ces grandes villes françaises envoient aussi des contingents importants de frontaliers vers l’Allemagne) [Buxeda, 2003-a].

Figure 3. Le travail frontalier vers l’Allemagne en Alsace et en Lorraine : noyaux durs et franges friables.

Figure 3. Le travail frontalier vers l’Allemagne en Alsace et en Lorraine : noyaux durs et franges friables.

Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (Sondages au quart), Fichiers Saphir, B. AUBRY, INSEE Alsace
Cécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004

17Ces phénomènes de rétraction demeurent toutefois mineurs et, envisagée dans la durée, l’analyse cartographique des modes d’extension spatiale continue du travail frontalier vers l’Allemagne révèle l’existence d’un processus de diffusion spatiale semblant obéir fondamentalement à une logique de proximité [Saint-Julien, 1985]. La distance aux foyers émetteurs d’emplois, c’est-à-dire les villes allemandes situées à proximité de la frontière, constitue un déterminant majeur du processus de diffusion générale du travail frontalier, même si d’autres éléments peuvent le renforcer (existence de différentiels à grande échelle) ou le perturber (présence de pôles d’emplois français, luxembourgeois ou suisses, limite linguistique, limite juridique déterminant l’obtention du statut de travailleur frontalier).

3. Modélisation de la diffusion spatiale du travail frontalier

  • 6 Les différents stades de diffusion décrits par Hägerstrand sont les suivants : stade primaire carac (...)
  • 7 La distance à la frontière allemande a été calculée de la façon suivante : pour chacune des commune (...)
  • 8 Les communes urbaines et rurales ont été définies en fonction du découpage en unités urbaines de 19 (...)

18L’analyse du gradient de décroissance de l’intensité du travail frontalier en fonction de la distance à la frontière allemande aux dates des recensements successifs permettra de déterminer si l’on retrouve un processus équivalent à celui décrit par T. Hägerstrand6 (1952) ou plus spécifique lié au contexte frontalier. L’analyse cartographique a permis de montrer que l’extension maximale de la zone concernée de façon significative par le travail frontalier ne dépasse guère la cinquantaine de kilomètres dans la plupart des cas. Nous avons toutefois pris une marge de sécurité en retenant toutes les communes situées à moins de 90 km de la frontière allemande pour procéder à la modélisation du gradient de décroissance7. On a ensuite établi des classes de distance de 5 km de 0 à 50 km puis de 10 km au-delà car les effectifs de travailleurs sont alors très faibles et on risquerait d’aboutir à des fluctuations aléatoires si on conservait le pas de distance initial. Les effectifs communaux d’actifs et de travailleurs frontaliers vers l’Allemagne ont ensuite été agrégés par classe de distance mais en distinguant les communes rurales et les communes urbaines8 car des analyses précédentes ont montré que les niveaux de diffusion du travail frontalier vers l’Allemagne étaient très différents selon le type d’habitat. On aboutit ainsi à un tableau présentant l’intensité du travail frontalier vers l’Allemagne en fonction de la distance à la frontière et du type d’habitat à chacune des dates de recensement (Tableau 3).

Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (sondages au quart), Fichiers Saphir, B. Aubry, INSEE Alsace

19Ces données sont ensuite traduites sous la forme de graphiques semi-logarithmiques sur lesquels on a fait figurer les courbes d’ajustement correspondantes (Figure 4). Parmi les différentes fonctions mathématiques classiques disponibles pour modéliser la forme du gradient de décroissance de la présence du travail frontalier en fonction de la distance à la frontière, nous avons constaté que les meilleurs ajustements étaient obtenus à l’aide d’une fonction puissance négative : f(D)=α . D β. Dans le cadre de ce modèle, le résultat global de la diffusion est donc une fonction de la distance à la frontière allemande (D) qui dépend à la fois de l’intensité des navettes à proximité immédiate de la frontière (c’est ce que mesure le paramètre a) et de la décroissance plus ou moins rapide de la proportion de travailleurs frontaliers au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la frontière (c’est ce que mesure le paramètre β).

Figure 4. Gradient de décroissance du travail frontalier vers l’Allemagne dans les communes rurales et urbaines (1968-1999)

Figure 4. Gradient de décroissance du travail frontalier vers l’Allemagne dans les communes rurales et urbaines (1968-1999)

Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (sondages au quart), Fichiers Saphir, B. Aubry, INSEE Alsace
Cécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004

20Dans le cas des communes rurales comme des communes urbaines (Tableau 3 et Figure 4), le modèle met en évidence une évolution très contrastée des deux formes de diffusion du travail frontalier à proximité de la frontière et vers l’intérieur du grand Est. Entre 1968 et 1975, on observe un net renforcement de la diffusion du travail frontalier dans la bande la plus proche de l’Allemagne (accroissement rapide du paramètre ?) mais une diffusion beaucoup plus limitée vers l’intérieur du territoire français de sorte que la pente du gradient se renforce (augmentation de ?). Entre 1975 et 1982, au contraire, on assiste à une relative stagnation de la diffusion le long de la frontière (stabilité ou baisse du paramètre ?) et un rattrapage très net des zones situées plus à l’intérieur du territoire national (réduction de ?). La situation évolue peu entre 1982 et 1990 (paramètres stables). Puis entre 1990 et 1999 on assiste, comme entre 1968 et 1975, à un fort accroissement du travail frontalier à très courte distance (forte augmentation du paramètre ?) associé à une stagnation voire un recul du travail frontalier à plus longue distance, ce qui renforce très nettement la pente de décroissance du nombre de travailleurs frontaliers en fonction de la distance (augmentation nette de).

21Le fait que l’on retrouve une évolution similaire pour les communes rurales et urbaines montre que le phénomène observé doit être lié à une conjoncture globale et ne caractérise pas un type d’espace en particulier. Jusqu’en 1990, on observe un processus de diffusion qui correspond aux deux premiers stades décrits par Hägerstrand : les zones frontalières arrivant à des niveaux proches de la saturation, le phénomène du travail frontalier se propage à des territoires plus éloignés.

22Toutefois, l’espace urbain se caractérise par un niveau beaucoup plus faible de travail frontalier associé à un gradient plus modéré de décroissance des navettes avec la distance à l’Allemagne, tout au moins au cours des premières périodes. Cela signifie que, jusque vers 1990, les habitants des villes étaient moins attirés par le travail en Allemagne (car ils disposent de davantage d’opportunités d’emplois sur place et de salaires plus élevés) mais semblaient plus indifférents que ceux des campagnes à la longueur du trajet permettant de trouver un travail en Allemagne. Ceci peut sans doute s’expliquer par le fait que nous avons raisonné en distances kilométriques et non pas en distance temps : or, les villes sont mieux reliées aux axes de communication les plus rapides vers l’Allemagne. Il est également probable que les navetteurs urbains français qui vont travailler en Allemagne soient plus qualifiés que les navetteurs ruraux et donc de ce fait plus aptes à accepter le coût marginal d’un trajet routier important pour obtenir un salaire élevé. Cette différence tend toutefois à s’atténuer au cours du temps : si le frein de la distance observé dans les communes urbaines était très inférieur à celui des communes rurales en 1968 (-1,64 contre -1,95) (Figure 4), il est désormais pratiquement identique voire légèrement supérieur pour les communes urbaines en 1999 (-2,13 et -2,05).

23La forte reprise du travail frontalier à proximité immédiate de la frontière et la stagnation voire le recul du phénomène à plus longue distance, observés sur la dernière période inter-censitaire, semblent remettre en cause le processus de diffusion du phénomène à l’ensemble de l’espace et réaffirment la spécificité de la bande frontalière. On peut avancer l’hypothèse que cette reprise serait liée au phénomène des migrations résidentielles. On compte en effet entre 1990-1999 de plus en plus d’Allemands venus s’installer en Alsace ou en Moselle [Schmitt, Wahl, 2003 ; Mulic, 2000] tout en conservant leur emploi dans leur pays d’origine : en 1999, ils représentent 15 % des frontaliers alsaciens vers l’Allemagne [Kayali, Van Gheluwe, 2001] et 23 % des frontaliers lorrains [Cocher, 1999] Ils s’installent en France mais à proximité de la frontière pour bénéficier des différentiels en terme de fiscalité ou en termes de prix des terrains, de coûts de la construction et du logement tout en continuant à travailler et à consommer en Allemagne voire à y scolariser leurs enfants [Ramm, 1999]. En revanche, une conjoncture économique moins favorable peut expliquer que le phénomène n’ait pas poursuivi sa diffusion dans les zones les plus éloignées de la frontière. Par exemple, selon V. Soutif (1999), la situation économique du Bade-Wurtemberg a connu une certaine dégradation au début de la décennie 1990 (perte d’emplois et augmentation du chômage).

24En conclusion, on observe à la fois un renforcement continu du travail frontalier dans une bande frontalière relativement étroite (une vingtaine de kilomètres) et une diffusion plus sporadique vers l’intérieur du territoire, qui ne marque pas de progrès nets et semble davantage dépendre d’effets conjoncturels. Le travail frontalier constitue donc un excellent marqueur de la nature zonale de la frontière renforcée par l’atténuation de sa fonction de barrière : le développement de flux transfrontaliers liés à l’exploitation des différentiels économiques amènerait à une sorte de « décollement » de la frontière économique et de la frontière politique [Guichonnet, Raffestin, 1974] et redonnerait une certaine actualité à la conception ratzelienne de la frontière [Ratzel, 1988] qui prévoit l’existence fréquente d’un « ourlet frontalier » tombant dans l’orbite économique du pays voisin.

Conclusion

25L’ouverture de la frontière politique franco-allemande (atténuation de l’effet barrière) se traduit par une forte croissance des flux de travail frontalier, qui exploitent les différentiels existant de part et d’autre de cette ligne de discontinuité, tout en participant à son atténuation sur le long terme. L’extension spatiale du phénomène s’apparente à un processus de diffusion fortement structuré par une logique de proximité aux principaux pôles d’emploi allemands. Elle traduit également un renforcement du caractère zonal de la frontière, qui, au-delà d’un ourlet frontalier relativement étroit (une vingtaine de kilomètres) fortement marqué par le phénomène, apparaît plus sensible aux effets conjoncturels.

26Néanmoins, le caractère très asymétrique de ces flux transfrontaliers révèle une situation de dépendance d’un côté de la frontière par rapport à l’autre, ce qui amène certains auteurs [Schulz, 2002] à s’interroger sur la pérennité des relations transfrontalières et sur la mise en place d’un véritable processus d’intégration : la cohésion territoriale entre les populations sera-t-elle suffisamment forte si les différentiels motivant des déplacements transfrontaliers essentiellement opportunistes venaient à disparaître ? Cette vision peut cependant apparaître assez pessimiste car elle néglige l’inertie des flux et des structures spatiales : à partir du moment où des bassins d’emplois se sont constitués sur une base transfrontalière, ils n’ont plus nécessairement besoin du gradient économique pour se maintenir, d’autant plus qu’une multitude de flux de tous ordres, matériels ou immatériels, ont accompagné la montée en puissance du travail frontalier.

Haut de page

Bibliographie

AUBRY Bernard (1981), Mouvement et gain des frontaliers, Chiffres pour l’Alsace, n° 4, pp. 23-34.

AUBRY Bernard (2000), « Les frontaliers », in AIDELF, Régimes démocratiques et territoires : les frontières en question, colloque international de La Rochelle (22-26 septembre 1998), Paris, PUF, pp. 97-105.

BRIAND P., SINNER-BARTELS B. (1999), Bade-Wurtemberg : des salaires attractifs pour les Alsaciens, Insee Première, n° 660, 4 p.

BUXEDA Cécile (2003-a), Évolution et diffusion spatiale du travail frontalier en Alsace (1968-1999), Cybergeo, Revue européenne de géographie, n° 245, 05/09/2003, 15 p. (http://www.cybergeo.presse.fr).

BUXEDA Cécile (2003-b), « L’apprentissage de l’allemand dans le grand Est Français : une approche à différents niveaux géographiques », in C. Tannier, H. Houot, S. Chardonnel (éd.), Actes des sixièmes rencontres de Theo Quant, 20-21 février 2003, Besançon Université de Franche-Comté, 12 p. http://thema.univ-fcomte.fr/ theoq/2003/fr/index.php.

COCHER Ch. (1999), Frontaliers lorrains : 4000 emplois de plus, Économie Lorraine, n° 192, pp. 12-14.

COCHER Ch. (2001), Salaires sarrois, une aubaine pour les frontaliers lorrains, Économie Lorraine, n° 205, pp. 22-26.

CUCES Universités (2002), Les comportements transfrontaliers des habitants de l’espace Sarre-Moselle-Est, quelle prise en compte dans le concept « polycentrisme, renouvellement urbain et maîtrise de la croissance urbaine » ?, Étude réalisée pour la Direction Régionale de l’Équipement de Lorraine à la demande de la Préfecture de région Lorraine et du PUCA (ministère de l’Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer), Rapport final, 97 p.

GRASLAND Claude, LIZZI L. (2003), ESPON Project 3.1 Integrated Tools for European Spatial Development - Annex A : Multiscalar territorial Analysis (version October 2004), ESPON, 61 p. http://www.espon.lu/ online/documentation/projects/ cross_thematic/index. html.

GUICHONNETPaul, RAFFESTIN Claude (1974), Géographie des frontières, Paris, PUF, 223 p.

HÄGERSTRAND T. (1952), The propagation of innovation waves, Lund Studies in Geography, série B, n° 4.

KAYALI M.-L., Van GHELUWE J.-L. (2001), De plus en plus de travailleurs frontaliers de Saint-louis à Dunkerque, Chiffres pour l’Alsace, n° 3, pp. 3-6.

MATHIAS J. (2003), Le profil du frontalier : entre choix et opportunités, Économie Lorraine, n° 229, pp. 6-14.

MULIC S. (2000), Les mobilités frontalières dynamisent la Moselle, Économie Lorraine, n° 202, pp.9-12.

RAMM M. (1999), Frontière, espaces et territoires transfrontaliers : quel avenir pour l’est mosellan ?, Doctorat de géographie, Université de Metz.

RATZEL Friedrich (1988), Géographie politique, Paris, Economica-ERESA, 385 p.

REITEL Bernard (2004), D’une région urbaine à une région périurbaine : l’évolution du peuplement en Alsace (1950-2000), Revue d’Alsace, n° 130, pp. 131-157.

RENARD Jean-Pierre (2002), La frontière : limite géopolitique majeure mais aussi aire de transition, in Limites et discontinuités, SEDES, collection DIEM, pp. 40-66.

SAINT-JULIEN Thérèse (1985), La diffusion spatiale des innovations, Reclus Mode d’emploi, Maison de la Géographie de Montpellier, 38 p.

SCHMITT M., WAHL D. (2003), 15 800 Allemands ont choisi l’Alsace, Chiffres pour l’Alsace, n° 13, pp. 7-10.

SCHULZ Ch. (2002), L’agglomération Saarbrücken – Moselle est : ville frontière ou villes frontalières ?, in B. Reitel et al., Villes et frontières, Paris, Economica, Anthropos, coll. Villes.

SOUTIF Véronique (1999), Le travail frontalier, phénomène en voie de structuration, l’exemple de l’espace Rhin supérieur nord (Allemagne/France), Mosella, tome XXIV, n° 1-2, pp. 145-151.

Haut de page

Notes

1 Le grand Est inclut les quatre régions suivantes : Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine et Alsace.

2 Les données sur le travail frontalier utilisées dans cet article sont issues de la base SAPHIR (auteur : B. Aubry, INSEE Alsace). Sont comptabilisées comme travailleurs frontaliers les personnes qui déclarent travailler hors métropole. Il s’agit de données issues d’exploitations complémentaires au Recensement Général de la Population (sondages au quart pour les années 1968, 1982, 1990 et 1999, sondages au cinquième pour 1975).

3 Selon, un avenant datant de 1989 à la convention bilatérale signée entre la France et l’Allemagne en 1959, les travailleurs frontaliers français sont autorisés à s’acquitter de leurs impôts dans leur pays de résidence s’ils résident dans les trois départements limitrophes (Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle) et s’ils exercent leur profession dans une commune allemande située à moins de trente kilomètres de la frontière.

4 Une difficulté importante réside ici dans la source statistique utilisée qui ne permet pas de distinguer les travailleurs frontaliers rentrant à leur domicile de façon quotidienne ou hebdomadaire et qui ne permet pas d’avoir une information sur les phénomènes de double domiciliation. Les navettes quotidiennes ne peuvent guère dépasser une distance-temps de 2 heures (soit une amputation de 4 h du budget-temps de la journée) mais il en va tout autrement dans le cas des navetteurs hebdomadaires disposant d’un domicile secondaire sur leur lieu de travail. L’évolution géographique de l’aire d’extension du travail frontalier dépend donc moins d’hypothétiques progrès dans les transports que d’un accroissement de cette pratique de la double domiciliation qui semble actuellement encore très limitée.

5 En 1999, le PIB/habitant du Luxembourg s’élève à 42 500 €/hab. ce qui est deux fois plus que celui de toutes les régions voisines : Luxembourg belge (16 800), Liège (17 600), Sarre (22 000), région de Trêves (19 500), Lorraine (18 900). Le passage en parité de pouvoir d’achat ne réduit guère l’écart qui fait de la frontière luxembourgeoise sur tout son pourtour la plus importante discontinuité économique en Europe de l’Ouest [Grasland, Lizzi, 2003].

6 Les différents stades de diffusion décrits par Hägerstrand sont les suivants : stade primaire caractérisé par un gradient très fort et une diffusion limitée à la zone frontalière ; stade de diffusion, caractérisé par un affaiblissement progressif du gradient et une propagation vers l’intérieur du territoire national ; stade de condensation caractérisé par la généralisation du phénomène à tout le pays et le passage du gradient d’une forme concave à une forme linéaire ; stade de saturation caractérisé par l’annulation finale du gradient et l’homogénéisation de l’ensemble du territoire.

7 La distance à la frontière allemande a été calculée de la façon suivante : pour chacune des communes du grand Est, on a calculé la distance (à vol d’oiseau) la séparant de chacune des 97 communes limitrophes de la frontière allemande, puis seule la distance la plus courte a été retenue.

8 Les communes urbaines et rurales ont été définies en fonction du découpage en unités urbaines de 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La diffusion du travail frontalier vers l’Allemagne dans le grand Est (1968-1999)
Crédits Source : RGP 1968, 1999 (Sondages au quart), Fichiers Saphir, B. AUBRY, INSEE AlsaceCécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2. La diffusion du travail frontalier vers l’Allemagne en Alsace et en Lorraine (1968-1999)
Crédits Source : RGP 1968, 1999 (Sondages au quart), Fichiers Saphir, B. AUBRY, INSEE AlsaceCécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 3. Le travail frontalier vers l’Allemagne en Alsace et en Lorraine : noyaux durs et franges friables.
Crédits Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (Sondages au quart), Fichiers Saphir, B. AUBRY, INSEE AlsaceCécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Crédits Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (sondages au quart), Fichiers Saphir, B. Aubry, INSEE Alsace
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3081/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 4. Gradient de décroissance du travail frontalier vers l’Allemagne dans les communes rurales et urbaines (1968-1999)
Crédits Source : RGP 1968, 1975, 1982, 1990, 1999 (sondages au quart), Fichiers Saphir, B. Aubry, INSEE AlsaceCécile Buxeda, Claude Grasland © UMR Géographie-cités - 2004
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3081/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Buxeda, « Formes spatiales de l’ouverture de la frontière franco-allemande. Analyse de la diffusion spatiale du travail frontalier (1968-1999) », Espace populations sociétés, 2005/2 | 2005, 211-222.

Référence électronique

Cécile Buxeda, « Formes spatiales de l’ouverture de la frontière franco-allemande. Analyse de la diffusion spatiale du travail frontalier (1968-1999) », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/2 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/3081 ; DOI : 10.4000/eps.3081

Haut de page

Auteur

Cécile Buxeda

Université Paris 1, UMR 8504 Géographie-cités
13, rue du Four
75006 Paris
cecile.buxeda@parisgeo.cnrs

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org