Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrages

David Rigoulet-Roze, Géopolitique de l’Arabie saoudite

 Armand Colin, 2005, 312 pages
Bouziane Semmoud
p. 490-491
Référence(s) :

David Rigoulet-Roze, Géopolitique de l’Arabie saoudite, Armand Colin, 2005, 312 p.

Texte intégral

1Cette géopolitique de l’Arabie saoudite vient enrichir les publications sur un des États les plus riches et les plus controversés de la planète. L’annonce, par l’auteur, d’une véritable perspective géopolitique présage une analyse « des rivalités de pouvoir... appréhendés à différents niveaux d’analyse spatiale ».

2L’auteur choisit, pour ce faire, une démarche chronologique. La première partie présente la formation de l’État saoudo-wahhabite et ses balbutiements jusqu’après la Seconde Guerre mondiale. Elle reconstitue longuement les conditions d’alliance entre Wahhabisme, idéologie musulmane rigoriste, et dynastie saoudienne, décrit les deux tentatives avortées avant de suivre pas à pas la mise en place, par Ibn Saoud, de l’État contemporain constamment placée dans le contexte international complexe des multiples enjeux stratégiques et économiques internationaux. L’État, né dans les oasis de Nejd, s’est ensuite formé par conquêtes successives en s’appuyant, non sans heurts, sur les tribus nomades sédentarisées constituées en Ikhwan dans des colonies militaro-agricoles et religieuses. Il est parachevé par la conquête du ‘Assir peu après la découverte du pétrole qui avait du reste servi d’instrument d’expansion. Cette genèse porte en elle-même la source de la fragilité de frontières récentes et mal fixées et des conflits récurrents qui ont opposé, jusqu’à une date récente, l’Arabie saoudite aux autres monarchies pétrolières et surtout au Yémen.

3La deuxième partie présente l’État saoudien ainsi constitué comme la fusion de quatre ensembles géopolitiques dont une présentation géographique régionale est faite, en les replaçant dans le processus de la formation de l’État et dans la dynamique économique nationale, en soulignant à l’occasion soit les inégalités sociales (Riyadh), soit le rôle de l’Arabie dans l’économie pétrolière (la Hassa) ou dans la civilisation musulmane (le Hedjaz).

4On y suit bien les stratégies conduites par le fondateur Ibn Saoud, pour consolider l’État, le pouvoir central et ses relais aux dépens de l’ordre tribal : poursuite de la sédentarisation avec passage du droit collectif à la propriété individuelle, urbanisation accélérée en rapport avec la centralisation du pouvoir et le pétrole, maillage administratif moderne qui rompt avec les territoires tribaux... Pour autant, les alliances tribales sont un fondement du régime saoudien : constitution du gouvernement par un subtil dosage des participations de différentes tribus, réseaux de pouvoirs résultant des multiples alliances matrimoniales tissés avec les grandes familles tribales par Ibn Saoud. L’auteur rappelle régulièrement, à raison, le pacte qui lie le pouvoir saoudien aux tribus : loyauté contre subsides et reconnaissance formelle du pouvoir local. Interrogeant les deux variables revendiquées de l’identité saoudite : arabité et islamité, l’auteur conclut à « un État sans véritable nation au sens occidental du terme », fragile du fait de son assise religieuse wahhabite. Preuve en est la mise en cause constante du régime depuis la révolte des descendants des Ikhwan en décembre 1979 puis les émeutes de la Mecque en 1987, et l’éveil des minorités chiites sur les riches marges orientales.

5La troisième partie analyse en détail les difficultés de l’État saoudien soumis constamment à une crise successorale qui traduit d’intenses rivalités de pouvoir émaillées d’intrigues de palais entre différentes composantes tribales de la famille royale, et fragilisé par les menaces islamistes. Ce sont en réalité ses propres assises wahhabites qui le contestent ouvertement et de manière récurrente, depuis la première guerre du Golfe dont la facture a contribué, comme la corruption, à provoquer une grave crise financière que reflète un important déficit budgétaire devenu structurel. Cette fragilité est d’autant plus marquée que les attentats du 11 septembre ont altéré le statut d’allié privilégié des États-Unis dont bénéficiait depuis plus d’un demi-siècle l’État saoudien convaincu de collusion avec les milieux terroristes. Certains cercles proches de la Maison blanche élaborent dès alors des scénarios qui vont jusqu’au démembrement de l’État saoudien. Les pressions américaines consignées dans le projet du « Grand Moyen-Orient » de Bush convergent avec des revendications internes et la volonté du pouvoir saoudien pour annoncer des réformes dans le sens d’une libéralisation des institutions, sur fond de reprise des attentats d’Al-Qaïda contre les éléments résiduels des forces armées américaines redéployées dans les autres États du Golfe et contre les infrastructures pétrolières du pays, d’autant protégées que les ressources financières qui en sont issues sont en hausse.

6Pour l’auteur qui envisage différents scénarios d’évolution géopolitique, l’État saoudien est condamné à « changer ou à être changé ».

7L’approche est argumentée par de nombreuses citations empruntées aux références bibliographiques et journalistiques, qui laissent, dans certaines sections de l’ouvrage, l’impression d’une lourde compilation, sans toutefois nuire à la démonstration. L’illustration gagnerait à être plus que de simples reproductions de cartes, et la transcription des noms et des formules arabes plus rigoureuse et plus uniformisée.

8Le lecteur trouvera, dans l’ensemble, une réponse aux objectifs annoncés, notamment l’analyse détaillée et inscrite dans la durée, des rivalités de pouvoir, en particulier au niveau des échelons centralisés de l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bouziane Semmoud, « David Rigoulet-Roze, Géopolitique de l’Arabie saoudite », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 490-491.

Référence électronique

Bouziane Semmoud, « David Rigoulet-Roze, Géopolitique de l’Arabie saoudite », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/3067

Haut de page

Auteur

Bouziane Semmoud

Université Paris VIII – Vincennes - Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org