Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrages

Corinne Régnard, Immigration et présence étrangère en France en 2003

Rapport annuel de la Direction de la population et des migrations, Direction de la population et des migrations, La documentation française, 2005, 165 pages
Frédérique Cornuau
p. 489-490
Référence(s) :

Cotinne Régnard : Immigration et présence étrangère en France en 2003, Rapport annuel de la Direction de la population et des migrations, Direction de la population et des migrations, La documentation française, 2005, 165 pages.

Texte intégral

1La France est depuis longtemps un pays d’immigration. Au recensement de 1999, la population étrangère représentait 5,5 % de la population totale et la proportion d’immigrés s’élevait à 7,4 %. Le thème de l’immigration et de la présence étrangère en France est souvent présent au cœur des débats publics et législatifs. La loi du 26 novembre 2003 « relative à la maîtrise de l’immigration, au séjour des étrangers en France et à la nationalité, plus communément appelée la loi Sarkozy » ainsi que l’avant-projet de loi actuellement en préparation sur l’immigration pour ne citer que ces deux, en sont des exemples parlants. La place qu’occupe ce phénomène dans le débat public nécessite une connaissance précise de la population étrangère, tant au niveau des définitions que des flux et des stocks. La question essentielle est de savoir qui sont les étrangers et/ou immigrés présents ou arrivants en France.

2L’effectif et la structure de la population étrangère en France se modifient sous l’effet, d’une part, de flux d’entrées et d’autre part, de flux de sorties. Les premiers sont constitués d’immigrants temporaires et permanents (c’est-à-dire ayant un titre de séjour d’au moins un an). Les seconds sont de trois ordres : les départs vers l’étranger, les acquisitions de la nationalité française et les décès. Le rapport annuel de la DPM, ici présenté, a pour objet la réalisation d’une synthèse des flux migratoires entrants et de la présence étrangère en France en 2003. Il propose le plus souvent une rétrospective des flux en 2001 et 2002. De plus, sa continuité avec les précédents rapports sur le thème, existants depuis 1986, lui confère un avantage certain en terme d’étude de l’évolution du phénomène. S’il est fondamental de quantifier et de mesurer l’évolution de l’immigration en France, ce n’est pas une tâche aisée. En effet, lorsque nous abordons le thème des migrations, nous nous heurtons à des difficultés méthodologiques et statistiques fortes très bien énoncées dans l’ouvrage.

3Dès le premier chapitre, Corinne Régnard nous livre des définitions importantes pour la compréhension du sujet et une présentation succincte des sources de données utilisées. L’auteur met bien en évidence les difficultés inhérentes à la collecte statistique des données sur l’immigration qui ont au départ un caractère administratif et non pas statistique, aux limites des sources utilisées et surtout aux difficultés de leur mise en cohérence. Elle apporte d’ailleurs tout au long de l’ouvrage des mises en garde sur les interprétations que nous pouvons tirer des chiffres et des concepts en gardant bien à l’esprit qu’une partie des flux reste inconnue et que les définitions administratives ne correspondent pas toujours à la réalité. Nous ne connaissons, par exemple, que la part d’immigration régulière. D’autre part, le flux migratoire enregistré une année donnée correspond non pas à une entrée réelle de la personne sur le territoire mais à une première apparition statistique des individus dans les fichiers administratifs or les deux peuvent ne pas coïncider.

4Les quatre chapitres suivants dressent un portrait quantitatif de l’immigration en France en tenant compte de l’origine géographique des migrants, du statut des migrants, des raisons « administratives » de la migration en prenant là encore des précautions d’interprétation, etc. Le chapitre 2 caractérise de manière détaillée les flux d’entrée en distinguant les migrations temporaires des migrations permanentes. Les chapitres 3 et 4 présentent plus succinctement les flux de sortie de la population par départs et par acquisition de la nationalité française. Nous nous étonnons cependant qu’aucun tableau ne nous informe sur les décès des migrants, ces derniers constituant le troisième mode de sortie de la population étudiée.

5Enfin, le chapitre 5 présente quelques caractéristiques démographiques et économiques de la population étrangère en France. Nous regrettons ici l’absence de certaines variables chères au démographe et qui auraient enrichi la présentation. Je pense ici en particulier à la variable âge. En effet, nous n’avons aucune idée, à la lecture de l’ouvrage, de la répartition par âge des migrants. Aucun tableau ne présente la structure par âge de la population étrangère ou la structure par âge des flux. Une pyramide des âges aurait pu illustrer le propos.

6Finalement, cet ouvrage est à retenir. Le rapport annuel de la DPM nous apporte un éclairage net et précis sur la présence étrangère en France et sur les caractéristiques des flux d’immigration. Il est très bien documenté et de lecture agréable. De nombreux tableaux illustrent les discours et le lecteur peut, pour plus de détail, se rapporter aux annexes très riches. C’est un ouvrage à retenir tant pour les spécialistes cherchant à actualiser leurs données ou à trouver des informations statistiques sur le sujet, que pour un plus large public souhaitant découvrir le phénomène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Cornuau, « Corinne Régnard, Immigration et présence étrangère en France en 2003 », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 489-490.

Référence électronique

Frédérique Cornuau, « Corinne Régnard, Immigration et présence étrangère en France en 2003 », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/3065

Haut de page

Auteur

Frédérique Cornuau

Université des Sciences et Technologies de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org