Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrages

Christian Bouquet, Géopolitique de la Côte d’Ivoire

Paris, Armand Colin, 2005, 315 p. (ISBN 2-200-26839-4)
Jean-Luc Piermay
p. 488-489
Référence(s) :

Christian Bouquet : Géopolitique de la Côte d’Ivoire, Paris, Armand Colin, 2005, 315 p. (ISBN 2-200-26839-4)

Texte intégral

1 « À son tour, la Côte d’Ivoire est venue alourdir la désespérance ». Christian Bouquet s’inscrit nettement dans une tradition d’afro-pessimisme et ne laisse guère de possibilités d’espérer sur l’avenir de ce qui fut le fleuron de l’Afrique occidentale. C’est pourtant un livre informé et passionnant qu’il nous offre, avec l’objectif d’aider à démêler les fils d’une affaire qui réunit de manière complexe le social, l’économique, le temps long et l’événement, l’espace local et l’environnement mondial, le politique et les opportunismes politiques. Le principe du livre est simple. Une première partie, chronologique, propose un événementiel de la décennie écoulée depuis la mort du « Vieux », le président Houphouët-Boigny, père de l’indépendance et acteur principal de ce qui fut qualifié de « miracle ivoirien ». C’est un tableau utile, scandé par la progression dans la société ivoirienne du poison de l’» ivoirité », principe identitaire à géométrie variable, manipulé par des hommes politiques opportunistes aux abois. La seconde partie, avec le recul du temps long, reprend l’analyse d’un certain nombre de questions clefs : la construction de la nation, le problème de l’État, l’insertion du pays dans le contexte mondial, les acteurs et les enjeux du pouvoir. Le livre est porteur d’une thèse : la structuration des espaces africains a été contrainte depuis le début de la colonisation par des modèles venus d’Occident : modèle de l’État-nation, modèle de la frontière. Mais ces modèles ont été pris à contre-pied par les processus de mondialisation, que celle-ci soit institutionnelle (les plans d’ajustement structurels imposés par les organismes internationaux) ou marchande. Mais ils l’ont été également par une mondialisation que l’on pourrait qualifier d’éthique, plus précisément par une exigence de démocratisation, elle aussi imposée par les pays du Nord et qui, transposée dans les logiques de la société ivoirienne, s’est traduite par un glissement du multipartisme au multiethnisme, qui a posé lui-même la question de l’ivoirité.

2L’ouvrage de Christian Bouquet se veut essai de géopolitique. L’auteur est géographe et use de la carte pour rendre compte de la situation de manière saisissante. Ainsi, les populations étrangères, essentiellement venues des pays situés au nord, sont surtout concentrées au sud. Ainsi, les religions se disposent dans l’espace de manière surprenante du fait des migrations de populations, loin de l’image classique qui place l’Islam au nord, le christianisme et l’animisme au sud. Surtout, l’ouvrage est essai de géopolitique par la présentation d’une territorialisation complexe. Celle-ci est faite à la fois d’imbrications de groupes humains, de situations foncières superposant droits - acquis par le travail - des migrants et revendications des autochtones, de jeux politiques traçant des limites variables entre le nord et le sud du pays (ainsi, la ligne de démarcation dessinée par la géopolitique française n’est pas exempte de considérations économiques). L’ouvrage pose ainsi des questions fortes. C’est la question essentielle de l’État tel qu’il est et non tel que les modèles voudraient qu’il soit, mais c’est aussi la difficulté d’inventer l’État face aux logiques sociales et à leurs implications économiques, face aux logiques politiques extérieures. C’est la question du temps et de ses contradictions : ainsi, les populations immigrées paient aujourd’hui, à l’heure des ajustements structurels et des replis identitaires, le bon accueil que le président Houphouët-Boigny leur avait fait à l’heure de la prospérité économique. C’est aussi une question scientifique, l’évolution des sociétés africaines, contraignant les chercheurs du Nord à « l’humilité et peut-être même (à) une exigence de remise à plat de tout l’outillage intellectuel mobilisé jusqu’alors ». La critique est ici un peu sévère car, si l’exigence de refonder l’outillage intellectuel est bien réelle, la démarche est loin d’avoir été oubliée par les intéressés.

3Christian Bouquet peut être remercié pour nous aider à remettre de l’ordre dans des informations disparates et complexes. Il reste lui-même modeste dans son projet, mais son livre est extrêmement intéressant pour quiconque s’intéresse à la question ivoirienne sans en être un spécialiste. On peut toutefois regretter un manque de présentation de la manière dont fonctionnent aujourd’hui les deux parties divisées de la Côte d’Ivoire. Comment parvient à survivre le nord, officiellement sans État et isolé de l’extérieur ? Comment fonctionne au sud un État qui, depuis les accords de Marcoussis, englobe même les rebelles du nord, ou pour être plus précis, comment cet État organise t-il le partage du gâteau et comment vit-il (s’il vit) au-delà de ce partage ? C’est enfin la question de la pertinence de l’attitude afro-pessimiste qui se pose. Dans la désespérance même du présent, le chercheur peut-il prendre du recul sans susciter de faux espoirs ? En somme, la crise ivoirienne n’est-elle qu’un gigantesque potlach dans lequel sont consommées les richesses accumulées ou bien la crise cache t-elle des mutations profondes ? On pense en particulier à d’éventuels apprentissages autour de la question cruciale du mode d’emploi de l’argent au sein de la société, qui distingue la plupart des sociétés africaines dans l’actuel contexte mondialisant et qui fonde une partie importante de leur faiblesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Piermay, « Christian Bouquet, Géopolitique de la Côte d’Ivoire », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 488-489.

Référence électronique

Jean-Luc Piermay, « Christian Bouquet, Géopolitique de la Côte d’Ivoire », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/3060

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Piermay

Université Louis Pasteur, Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org