Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrages

Brigitte Bertoncello : Colporteurs africains à Marseille – Un siècle d’aventures,

Éditions Autrement, n°145, octobre 2004, 167 pages
Jérôme Lombard
p. 486-487
Référence(s) :

Brigitte Bertoncello : Colporteurs africains à Marseille – Un siècle d’aventures, Éditions Autrement, n°145, octobre 2004, 167 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage fort bien documenté, B. Bertoncello et S. Bredeloup décrivent le chemin quotidien des multiples colporteurs africains à Marseille. Avec elles, pas à pas, rue après rue, cartes et photos à l’appui, nous suivons les itinéraires locaux d’Africains qui, à un moment ou à un autre de leur vie, s’installent dans la capitale phocéenne. La fine connaissance des quartiers et des gens permet aux auteurs de raconter par le menu le parcours des uns et des autres – quand ils passent par Belsunce ou Noailles – et de décrire l’évolution des relations au sein des groupes de migrants, entre groupes ou avec la société marseillaise.

2Trois parties rythment cet ouvrage et font glisser le lecteur de la figure de l’immigré, trop souvent retenu comme emblème de l’étranger, à celle du citoyen, marseillais de surcroît et investissant les arcanes de la vie économique et sociale locale. Les marins, décrits comme première figure, sont arrivés au milieu du siècle dernier. Ils ont vécu de la mer et semblent aujourd’hui être restés « entre deux » : entre la mer et le quai, entre le vie de marin et la vie à terre. Les bars, les tentatives de commerce ne les ont pas stabilisés. Cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas chez eux à Marseille, au contraire. Mais le caractère mobile de leur activité les rend un peu inquiets, dans cette ville qui change sous leurs yeux. Le colporteur – c’est la deuxième figure décrite – est plus ou moins intégré. Selon les produits, les périodes, les générations, il appartient à une communauté insérée dans la vie marseillaise qui peut se redéployer à tout moment vers d’autres lieux du monde. Les vieux colporteurs, les premiers arrivés, jouent moins la carte de l’insertion que les plus jeunes qui se lancent dans la construction de projets économiques. Avec les aventuriers, présentés comme troisième figure africaine, nous entrons dans le Marseille du 21ème siècle où tout est d’autant plus possible au migrant, au jeune Africain, au colporteur, que l’individualisme, la course à l’argent modèlent les comportements, structurent les échecs comme les réussites. Nous comprenons que chaque vie de migrant recouvre différentes identités et statuts qui se succèdent l’un après l’autre, et que l’étudiant peut un jour avoir été colporteur, avant d’être commerçant, le marin, barman puis boutiquier.

3Dans le foisonnement présent des activités, dans cette histoire marseillaise des générations d’Africains qui débarquent dans la ville, les femmes migrantes constituent le lien entre tous. Si les marins errent dans Belsunce, les « mamans », elles, ancrent la vie dans les rues, par des activités multiples, par le commerce, par les associations, par la conversation. Les Africains ont besoin de ces lieux de vie, de ces points de rencontre, eux, marins éparpillés aux quatre coins du globe, dockers en prise avec des métiers durs et des conflits sur les quais, émigrés de passage, colporteurs ou étudiants dont les logements, foyers ou meublés, sont dégradés. Ces cafés ou ce qu’il en reste (pp. 102-109), ces restaurants, ces immeubles, ces quais des pages 121 à 127 constituent un réseau de lieux, une mémoire pour certains, qui, pris ensemble, forment un territoire. Le franchissement de la frontière entre quartiers Nord et Sud, représentée par la Canebière, n’amoindrit pas la teneur symbolique de ce réseau ; elle renforce l’impression de colporteurs africains fragiles qui, quel que soit l’endroit où ils se posent et habitent, sont rattrapés par l’évolution de la ville, par le développement urbain, par l’aménagement local.

4C’est alors dans la communauté que les Africains se ressourcent. Mais laquelle ? Les marins ont de tous temps eu des difficultés pour s’entendre entre eux ou avec les dockers. Avec l’islam, des ententes ont rapproché à égalité Noirs et Maghrébins autour d’intérêts partagés bien compris, notamment dans le commerce. Quant aux étudiants africains, ils ont cultivé le lien avec la société locale et transgressé les barrières en fréquentant d’autres jeunes, en créant des associations, en surfant sur la vague exotique qui a envahi la France des années 1990, sa musique, sa danse, ses lettres. Cependant, le sentiment qui progresse au cours de la lecture est que le rapprochement entre individus, groupes, communautés, s’il est réel, reste emprunt de doutes, méfiances, superficialité. Les auteurs rappellent que les conflits entre migrants ne sont jamais resitués dans le contexte économique local (tarissement des embauches, compétition pour l’emploi et les trafics de toutes sortes, pauvreté) et que l’avenir des Africains à Marseille, finalement, ne tiendrait qu’à eux. La précarité de leurs positions, renforcée aujourd’hui par l’individualisme, est signe que l’accrochage, parfois la symbiose, avec la société marseillaise est fragile, voire temporaire. Le multiculturalisme des années 90 est remplacé par le business pour lequel le contact avec la société locale est nécessaire, des « communautés de circonstance » se créent. Les entrepreneurs africains de Marseille, spécialisés en import-export, composent alors avec les institutions, se jouent des réglementations en montant des coups, des associations fantoches.

5Le relatif échec du multiculturalisme local conduit-il ces migrants à « surdévelopper » les comportements affairistes et profiteurs ? Ces Africains de Marseille semblent en phase avec l’époque du « tout possible » : le libéralisme aidant, ces acteurs internationalisés font des affaires et mobilisent des registres différents selon le moment, telles que l’ethnie, la nationalité, la jeunesse, l’exotisme, qui leur servent à se mouvoir dans les méandres de la vie marseillaise. Ce n’est pas la moindre des qualités de cet ouvrage que de montrer à la fois le savoir-faire local des colporteurs et leur inscription permanente dans un territoire réseau. Encore plus qu’à l’époque des marins, les Africains de Marseille, même s’ils ne font que passer, sont d’ici et de là-bas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lombard, « Brigitte Bertoncello : Colporteurs africains à Marseille – Un siècle d’aventures, », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 486-487.

Référence électronique

Jérôme Lombard, « Brigitte Bertoncello : Colporteurs africains à Marseille – Un siècle d’aventures, », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/3058

Haut de page

Auteur

Jérôme Lombard

IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org