Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrages

Jean-Jacques Bavoux, Francis Beaucire, Laurent Chapelon et Pierre Zembri : Géographie des transports

Paris, A. Colin, coll. U Géographie, 2005, 232 pages
Alain Barré
p. 485-486
Référence(s) :

Jean-Jacques Bavoux, Francis Beaucire, Laurent Chapelon et Pierre zembri : Géographie des transports,  Paris, A. Colin, coll. U Géographie, 2005, 232 p.

Texte intégral

1Spécialistes de Géographie des transports, J.-J. Bavoux, F. Beaucire, L. Chapelon et P. Zembri ont entrepris de dresser un bilan de cette branche de la Géographie, non pas selon une approche classique par mode, mais en présentant les grandes problématiques de la recherche actuelle et les principales notions en usage chez les professionnels du transport.

2L’ouvrage est subdivisé en dix chapitres. Les deux premiers sont consacrés à deux notions qui, en quelques décennies, ont bouleversé le monde des transports : l’accroissement de la mobilité et l’accélération des déplacements. Cette double évolution est, tout à la fois, la cause et la résultante de progrès techniques et économiques : l’augmentation de la capacité et de la vitesse des véhicules ont provoqué un abaissement du coût et de la durée des transports, stimulant en retour l’intensité des déplacements de personnes et des échanges de biens. Toutefois, les impacts de cette évolution sont très variables selon les lieux et les sociétés, comme l’illustrent les quatre chapitres suivants qui abordent successivement les concepts d’accessibilité, de rugosité, de réticularité et de nodalité.

3L’accessibilité, qui se définit comme la plus grande facilité de rejoindre un lieu « à partir d’un ou de plusieurs autres lieux », constitue un facteur primordial dans l’aménagement spatial, ce qui explique les efforts réalisés par les pouvoirs publics pour renforcer l’accessibilité des espaces majeurs d’un pays et assurer une meilleure desserte des zones enclavées. Cependant, l’accessibilité est entravée par la rugosité, notamment par les obstacles naturels (topographiques, climatiques, etc.) qui limitent, voire même interdisent, les déplacements. Pour contourner ou vaincre ces obstacles, de grands travaux ont été entrepris parfois très tôt dans l’Histoire mais, grâce aux progrès du génie civil, ils se sont multipliés dans la seconde moitié du 20ème siècle avec la réalisation d’ouvrages gigantesques, essentiellement des ponts et des tunnels qui réduisent distances, temps et coûts des transports. Les notions de réticularité et de nodalité sont explicitées à l’aide de la théorie des graphes qui permet de mesurer le degré de connectivité des réseaux et les capacités relationnelles des nœuds. Cette approche théorique est explicitée par la présentation d’exemples dans lesquels la recherche d’efficacité et de rentabilité conduit à regrouper les flux sur des itinéraires majeurs, reliant des points stratégiques conçus et aménagés à cet effet : c’est le cas du feedering maritime ou du transit par des hubs dans le transport aérien.

4Les chapitres 7 à 9 envisagent des questions relevant de la gouvernance des transports, ordonnées selon trois grands thèmes : la planification, le financement et l’environnement. Derrière le terme de planification, on voit poindre le rôle fondamental de l’État qui, au nom de la maîtrise et de l’aménagement du territoire, impulse et contrôle la politique des transports, notamment par la définition du tracé des grands axes et l’adoption des normes techniques des infrastructures et des véhicules. Pourtant, à côté de l’État, il existe d’autres acteurs : à l’échelon inférieur, on peut citer, pour le cas français, les communes ou agglomérations (transports urbains), les départements (transports scolaires et transports routiers interurbains) et les régions (TER) ; à l’échelon supérieur, le développement du transport international implique la conclusion d’accords inter-étatiques et l’on mesure, par exemple, le poids de plus en plus affirmé des mesures adoptées par l’UE dans l’organisation des transports. La question du financement, qui a toujours été délicate, se pose avec une acuité nouvelle dans la mesure où il faut assurer l’entretien des infrastructures existantes et en réaliser de nouvelles, au coût parfois très élevé (cf. tunnels transalpins). Si le recours au financement privé, au travers de la concession et du péage, est un moyen habituel de pallier l’insuffisance de fonds publics, cette solution est limitée aux seuls ouvrages assurés d’une bonne rentabilité. Par ailleurs, les transports constituent une activité particulièrement perturbatrice pour l’environnement : les infrastructures bouleversent les paysages et l’utilisation des véhicules engendre pollution atmosphérique et nuisances phoniques. Ces phénomènes sont maintenant bien connus et des mesures d’atténuation ont pu être mises en œuvre ; mais, à l’heure du développement durable, des progrès sont encore attendus et souhaitables, tant au niveau local, pour les riverains des infrastructures par exemple, qu’au niveau global, pour réduire l’effet de serre.

5Dans le dixième et dernier chapitre intitulé « Questionnements », les auteurs envisagent une série d’interrogations que se posent les spécialistes du transport comme les péages urbains, l’effet structurant des transports, le « droit au transport », etc. C’est l’occasion de rappeler que les transports sont au cœur des débats de nos sociétés et d’évoquer de nouvelles pistes de recherche pour les géographes.

6Sur le fond, il y a peu de reproches à formuler : sous un volume finalement réduit, de multiples notions sont abordées, discutées et illustrées par des exemples précis et probants. On pourrait simplement déplorer que la question des sources, en particulier la collecte des données statistiques et la critique de leur fiabilité, n’ait pas été plus amplement évoquée.

7L’ouvrage est accompagné d’une illustration claire et pédagogique, même si l’on peut regretter l’absence de photos. Chaque chapitre se termine par une bibliographie spécifique et une bibliographie générale est placée à la fin du livre. De plus, dans un domaine où les termes techniques et les expressions anglo-saxonnes abondent, un glossaire est particulièrement bienvenu.

8Au total, un manuel d’un abord agréable, bien conçu et de lecture facile qui devrait rendre service non seulement aux étudiants en Géographie et Aménagement, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent professionnellement ou non aux problématiques suscitées par les questions de transport.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Barré, « Jean-Jacques Bavoux, Francis Beaucire, Laurent Chapelon et Pierre Zembri : Géographie des transports », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 485-486.

Référence électronique

Alain Barré, « Jean-Jacques Bavoux, Francis Beaucire, Laurent Chapelon et Pierre Zembri : Géographie des transports », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/3054

Haut de page

Auteur

Alain Barré

Université de Lille1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org