Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrages

Viatcheslav Avioutskii, Géopolitique du Caucase

Paris, A. Colin, collection « Perspectives géopolitiques », 2005, 284 pages
Stéphane Rosière
p. 483-485
Référence(s) :

Viatcheslav Avioutskii : Géopolitique du Caucase, Paris, A. Colin, collection « Perspectives géopolitiques », 2005, 284 p.

Texte intégral

1Bien informé (par exemple en ce qui concerne la structuration de la société et de la guérilla tchétchène) utilisant de nombreuses sources russes de première main, le livre de Viatcheslav Avioutskii apporte un éclairage récent et intéressant sur la situation dans l’arc de crise caucasien. Ce livre utile laisse tout de même quelques regrets.

2Tout d’abord, et sans que cela ne nuise à la lecture, on regrettera que la géopolitique soit limitée à l’étude des conflits — puisque tel est le cas. La géopolitique qui envisage l’espace comme enjeu est certes l’étude des rivalités de pouvoir mais aussi des pratiques spatiales et des représentations territoriales. Elle sous-entend donc des acteurs, qui ne sont pas nécessairement opposés, et pour chacun d’entre eux des perceptions de l’espace, des représentations qui, le cas échéant, sont antagonistes et se développent en conflits. Ici, l’étude des acteurs dans la présentation générale du Caucase (chap. 1) est rapide, et celle des représentations succincte. Le point de vue de l’auteur restitue en effet essentiellement la vision russe de cet espace. À preuve, la représentation des Caucasiens par les Russes (« la civilisation caucasienne (...) trop rigide pour s’adapter et qui se fissure lorsqu’elle reçoit des chocs » (sic), (p. 6), les « montagnards », est développée (p. 6) avant la description méthodique des peuples de cette région (p. 22). Le regard russe apparaît aussi dans le choix des régions découpées : Ciscaucasie et Transcaucasie, ou dans la longue description de la situation au Daghestan alors que, d’une manière générale, les analyses les plus poussées concernent la Ciscaucasie — le Caucase russe.

3Dans cette logique, le traitement des conflits est largement centré sur la guerre en Tchétchénie — un sujet que connaît bien l’auteur. Sur les 286 pages de l’ouvrage, près de 110 y sont consacrées, soit près de 40% du volume total. À l’inverse, les conflits entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan (Haut-Karabagh et « nettoyages ethniques » réciproques) ainsi que les conflits de Géorgie (sécession et « nettoyages ethniques » en Ossétie du Sud et Abkhazie) ne représentent que 22 pages, soit 7% du volume total. Par leur richesse et leur intérêt, les développements sur le conflit tchétchène desservent les « autres conflits » (chap.3) qui apparaissent, en creux, superficiellement traités. L’ensemble de ces guerres aurait dû être examiné avec le même soin... sinon la même méthode. L’auteur rappelle que sa « méthode géopolitique » (présentée page 90 et non pas en introduction) est fondée sur la démarche d’Yves Lacoste (qui dirige cette nouvelle collection dont cet ouvrage est le troisième titre) qui privilégie l’étude des conflits à « plusieurs niveaux d’analyse » (local, régional, mondial). La présentation en une dizaine de pages des conflits du sud du Caucase ne permet pas de développer cette méthode. Qui plus est, la description des conflits est souvent, surtout et essentiellement chronologique.

4Par ailleurs, le chapitre 4 qui se propose d’envisager les conflits caucasiens à petite échelle — rôle des pays voisins (Moyen-Orient), influence des grandes puissances, se résume à une liste de pays analysés à travers une grille de lecture privilégiée : l’opposition Russie-Islam, sinon Occident-Islam, et interaction entre le terrorisme islamique fondamentaliste et le Caucase. L’existence d’un « couloir islamique des Balkans au Xinjiang » dont l’auteur soutient l’existence (pp. 229-230) n’est pas sérieusement étayée. L’existence de cette diagonale islamique déjà évoquée par d’autres auteurs à propos des Balkans (Alexandre Del Valle) ne résiste pourtant pas à l’analyse à grande échelle. Les liens entre les peuples sont plus complexes que ce que suggère leur appartenance à telle ou telle religion. Les Azéris n’ont jamais reçu de soutien des Nord-Caucasiens dans le conflit du Haut-Karabagh, et tous les peuples musulmans du Nord-Caucase ne sont pas entrés dans une guerre ouverte avec le centre moscovite pour soutenir les indépendantistes tchétchènes. La mise en exergue des liens entre une partie des combattants tchétchènes et Al Qaïda et le monde musulman relève d’une interprétation huntingtonienne de cette guerre qui ne convainc pas.

5Ainsi, ce livre intéressant paraît trop déséquilibré dans son contenu et trop relâché dans sa méthode pour mériter vraiment son titre — c’est plutôt une géopolitique du Caucase russe que nous propose ici Viatcheslav Avioutskii.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Rosière, « Viatcheslav Avioutskii, Géopolitique du Caucase », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 483-485.

Référence électronique

Stéphane Rosière, « Viatcheslav Avioutskii, Géopolitique du Caucase », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/3051

Haut de page

Auteur

Stéphane Rosière

Université de Nancy II

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org