Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrages

Gilles Antier : Les stratégies des grandes métropoles. Enjeux, pouvoirs et aménagement

Paris, Armand Colin, 2005, 253 p (ISBN 2-200-26975-7)
Christian Vandermotten
p. 481-482
Référence(s) :

Gilles Antier : Les stratégies des grandes métropoles. Enjeux, pouvoirs et aménagement

Paris, Armand Colin, 2005, 253 p

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui apporte beaucoup d’informations sur les grandes métropoles du monde, les manières dont elles abordent les problèmes qu’elles affrontent, les formes de gouvernance urbaine. Pourtant, le livre nous a quelque peu déçu.

2En ne prenant pas de position tranchée, sous prétexte d’une synthèse qui n’est dès lors souvent qu’une juxtaposition de situations exemplatives, d’idées d’auteurs, de grilles classificatoires floues, l’auteur ne contribue pas suffisamment à la clarification des concepts, à commencer par ceux, très polysémiques, de gouvernance urbaine, métropolisation et mondialisation.

3Le premier chapitre tente de caractériser la grande métropole. Si chacun est convaincu qu’un classement démographique est limité – on devrait plutôt dire non pertinent – il ne nous paraît pas suffisant pour autant d’additionner des points pour fonder une réelle analyse multicritères : sur les 10 points obtenus par Moscou, 6 le sont grâce à la population de la ville et à la longueur de son métro ; cela pèse sans doute peu en réalité, pour positionner Moscou dans les réseaux urbains mondiaux, face aux 9 points de Francfort, parmi lesquels 7 sont liés à l’insertion économique internationale de la métropole financière allemande. Encore faudrait-il avoir des valeurs comparables et assurées de la population des villes, ce que l’auteur n’a certainement pas fait avec suffisamment de soin quand on lit que l’agglomération de Bruxelles ne couvrirait que 130 km2 (on se demande d’ailleurs d’où peut bien provenir ce chiffre, puisque c’est moins que la seule Région de Bruxelles-Capitale, dont les 161 km2 sont en outre confondus avec la région métropolitaine dans son ensemble), alors qu’Amsterdam couvrirait 825 km2 !

4Le deuxième chapitre est consacré aux pouvoirs métropolitains. Ici aussi, les affirmations sont parfois rapides : ainsi, indiquer que, de manière générale, l’État est toujours présent dans la gestion des grandes métropoles est sûrement inexact, ne fut-ce qu’en Belgique. L’inventaire des formes de gestion métropolitaine et des aires sur lesquelles elles s’exercent manque d’une analyse plus approfondie des rapports politiques réels entre les forces économiques dominantes, les pouvoirs d’État et les autorités des grandes villes et des causes qui les déterminent, même si l’auteur reconnaît la place croissante du privé dans la gestion des villes et le rôle accru des pouvoirs locaux face au désengagement de l’État. La conclusion qu’il y a finalement pratiquement autant de formes de pouvoir que de métropoles condamne-t-elle la géographie à n’être qu’un inventaire à la Prévert ? Même énumération, dans le troisième chapitre, qui traite des politiques d’aménagement des territoires métropolitains, d’actions urbanistiques en faveur des centres-villes, qui ne nous apprennent pas grand-chose de manière raisonnée sur les rapports entre la bourgeoisie urbaine et l’État au 19ème siècle, les liaisons entre les politiques de revitalisation des centres à partir du milieu des années 1970 et le passage du fordisme au post-fordisme, etc. On se limite à situer de manière formelle les générations successives des plans et à indiquer que certaines villes se sont dotées de planifications prônant le développement durable (quelle ville oserait de nos jours affirmer qu’elle ne le vise pas ?). Mais il manque une analyse du contenu réel de ces plans, des comparaisons de leurs objectifs, des forces qui les promeuvent.

5Après un chapitre sur les dilemmes de la mobilité (chap. 4), on aborde les impératifs des services urbains (chap. 5). À nouveau, indiquer qu’on passe progressivement de politiques visant l’accès des pauvres à l’eau à des politiques visant l’efficience est faire peu de cas des contradictions sociales croissantes entraînées dans les pays de la périphérie par le développement des politiques néo-libérales. De même simplement se réjouir que EMOS, la compagnie de distribution d’eau de Santiago du Chili, transformée en société à but commercial, verse maintenant des dividendes au gouvernement, qui reste actionnaire, et rembourse par anticipation ses emprunts à la Banque mondiale, même si, quelques pages plus loin et juxtaposition oblige, l’auteur reconnaît les limites des privatisations prônées dans les pays de la périphérie sous la contrainte des ajustements structurels.

6Dans les chapitres suivants, qui traitent des nouvelles politiques environnementales et des empreintes écologiques des écosystèmes métropolitains (chap. 6), de la montée des risques (chap. 7), de la question de l’accession au sol et au logement (chap. 8), des limites financières face aux stratégies de développement économique (chap. 9) et du marketing urbain (chap. 10), on retrouve toujours cette propension à l’énumération ou à des notations à l’emporte-pièce qui ne permettent pas d’apprécier véritablement les réalités politiques urbaines et leurs spécificités : ainsi, qu’apprend-on de la complexité et des enjeux politiques de la question du bruit des avions à Bruxelles en lisant seulement que « de véritables formes de concertation se sont mises en place ces dernières années à Bruxelles » ? Qu’apporte une liste des catastrophes urbaines en tous genres, des tours les plus hautes, des villes ayant abrité des expositions universelles, etc. ? Ou une expédition superficielle de la nouvelle question foncière dans les pays ex-socialistes ?

7En conclusion, la déception éprouvée à la lecture de ce livre est sans doute la conséquence même de son ambition encyclopédique : la masse d’informations est trop fournie en vrac, tantôt pour une ville, tantôt pour une autre ; on sait qu’ici telle solution est proposée, ailleurs une autre, mais on aurait préféré un traitement plus critique des politiques menées, mettant mieux en évidence les spécificités des rapports de force en jeu dans les différents systèmes socio-économiques et dans les différents espaces. L’auteur termine son livre en disant qu’il ne conclura pas plus avant, parce que son propos n’est ni de donner des recettes, ni de prôner une doctrine. On ne lui demandait ni l’un, ni l’autre, ni non plus un inventaire d’informations ponctuelles, sans doute accumulées pour une part à travers les contacts internationaux noués par l’auteur à l’IAURIF, mais plutôt une analyse solide des mécanismes qui reconfigurent et recomposent les grandes villes contemporaines et de ceux qui modifient leurs positions dans l’économie-monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Vandermotten, « Gilles Antier : Les stratégies des grandes métropoles. Enjeux, pouvoirs et aménagement », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 481-482.

Référence électronique

Christian Vandermotten, « Gilles Antier : Les stratégies des grandes métropoles. Enjeux, pouvoirs et aménagement », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/3045

Haut de page

Auteur

Christian Vandermotten

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org