Navigation – Plan du site
Articles

Alphabétisation totale : le « modèle » éducatif du Kérala

Total Literacy and development: The Keralese Educational Model
Anne Buisson
p. 465-474

Résumés

Le Kérala, petit État du Sud-Ouest de l’Inde est connu pour ses records en matière de développement social. En 1991, il est le premier État indien à avoir été déclaré totalement alphabétisé (avec un taux d’alphabétisation de 89,9 %). Quelle réalité se cache derrière des indicateurs globaux apparemment satisfaisants ?
Une première réponse vient de l’évolution historique du processus éducatif au Kérala. Une scolarisation précoce visant à servir les intérêts des évangélistes pour la diffusion du christianisme et un intérêt gouvernemental accordé à l’éducation dès le 19ème siècle expliquent pour la plus large part cette réussite à l’échelle de l’État. Mais l’émancipation du Kérala en matière d’éducation doit être examinée de plus près : la persistance d’inégalités régionales vient remettre en cause ce modèle d’alphabétisation totale. Les formes spatiales de l’alphabétisation soulignent des espaces en marge du système.
Un examen de la progression de la scolarisation sur le territoire kéralais permettra de mettre en avant les différentes instances responsables du succès de cet État. Une approche spatiale de l’alphabétisation soulignera l’importance de la localisation des opportunités éducatives pour un résultat optimal de l’alphabétisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la ségrégation scolaire, bilans et perspectives

  • 1 Ce qui signifie qu’il a dépassé les 85 % d’alphabétisation si on se réfère aux définitions de l’UNE (...)
  • 2 Programme du gouvernement indien pour l’éradication de l’analphabétisme (mis en œuvre le 5 mai 1988
  • 3 Census of India 1991.

1Le Kérala est un État du sud-ouest de l’Inde connu pour ses records en matière de développement social et notamment dans le domaine de l’éducation. En avril 1991, le Kérala est déclaré totalement alphabétisé1 par la « National Literacy Mission2 » avec un taux d’alphabétisation de 89,8 %3 alors que la moyenne indienne ne dépasse pas les 53 %. En 2001, l’avance du Kérala se confirme : il reste en tête de l’Union Indienne avec un taux de 91 %. Si cette situation assez exceptionnelle en termes d’éducation, dans une région des pays du Sud, n’est qu’une partie de ce qui est salué comme un exemple de développement original, elle reste un aspect fondamental de ce qui caractérise la singularité de cet État. La région du Kérala, qui allie indicateurs de développement social de haut niveau et indicateurs économiques faibles, a bénéficié de ses échanges anciens avec les autres parties du globe. On peut alors se demander ce qui a forgé le « modèle éducatif kéralais ». (Figure 1)

Figure 1 : Comparaison inter-districts de l’alphabétisation en Inde en 1991 et en 2001

Figure 1 : Comparaison inter-districts de l’alphabétisation en Inde en 1991 et en 2001

A. Buisson, 2006
Source : Census of India, 1971, 1981, 1991

2L’attention toute particulière accordée à la sphère éducative, qui remonte à l’époque coloniale, est une clef pour comprendre la réussite actuelle du Kérala. Le développement des idées et des échanges de cet espace ouvert sur le monde extérieur a constitué un terreau fertile pour accueillir une scolarisation précoce, destinée à servir des intérêts différents.

3Pour cerner les raisons du succès apparent de l’alphabétisation au Kérala il faut donc mettre en évidence plusieurs façons d’appréhender le processus éducatif. Qu’elle soit perçue comme vecteur d’expansion religieuse, comme une base pour la construction d’un État, ou comme une arme pour le développement, l’éducation a été, au Kérala, une conquête de près de deux siècles.

1. Education au 19ème siècle

1.1. L’alphabétisation au service du christianisme

  • 4 Le Veda est composé de quatre ouvrages qui fondent la religion hindouiste.

4Tout d’abord, l’expansion de l’éducation au Kérala est à mettre en parallèle avec son histoire coloniale. Avant l’arrivée des Européens au 17ème, le Kérala dispose d’un double système éducatif. Les brahmanes (hautes castes) valorisent l’enseignement des Vedas4 et d’autres sujets considérés comme part essentielle de l’éducation des sections privilégiées de la population. L’éducation appartient à un monde oral et les membres des castes autres que les brahmanes ne bénéficient que d’un enseignement très parcimonieux, la rareté des infrastructures éducatives expliquant la faiblesse de l’alphabétisation de cette région. Selon M. Tharakan (1984), si l’alphabétisation a connu un lent essor du 16ème au 18ème siècle, elle n’a été en aucun cas un phénomène de masse. Les premières écoles modernes ont été établies par les missions chrétiennes, la contribution du gouvernement dans ce domaine ayant été plus tardive (figure 2).

Figure 2 : Évolution du taux d’alphabétisation dans les provinces constituant le Kérala actuel et en Inde de 1891 à 1951*

Figure 2 : Évolution du taux d’alphabétisation dans les provinces constituant le Kérala actuel et en Inde de 1891 à 1951*

*Ramachandran V.K. (1997), p. 257.

5Les activités des missions chrétiennes se retrouvent autour de deux courants : les catholiques, bien qu’ayant eu une influence limitée, et les protestants, ces derniers étant considérés comme les « pionniers » de l’éducation scolaire moderne [Ramachandran, 1997, p. 266].

  • 5 Respectivement, la « London Missionary Society» et la « Church Missionary Society ».

6L’histoire de l’éducation commence à la fin du 18ème siècle, avec une série d’évènements dont la fondation de la Société Missionnaire de Londres (composée essentiellement d’anglicans) et de la Société Missionnaire de l’Église5(groupe évangélique créé à l’origine pour aider à la propagation du gospel en Afrique et dans l’Est). De plus, la venue au Travancore en 1806 du docteur Claudius Buchanan, aumônier de la Compagnie des Indes à Calcutta, qui proposa la construction d’écoles à l’intérieur de son diocèse marque un tournant dans la diffusion du christianisme sur le territoire indien. En 1813 sont ajoutées à la Chartre de la Compagnie des Indes deux clauses relatives à l’établissement de l’Église en Inde et aux licences distribuées aux missionnaires pour leur prêche. La conjugaison de ces évènements forme un terrain propice aux tâches éducatives des sociétés missionnaires [Mathew, 1999].

  • 6 Les Ezhavas les Pulayas sont intouchables. Les Ezhavas ont une activité centrée sur le cocotier (cu (...)

7Si les objectifs de telles organisations étaient d’évangéliser la population kéralaise, leur activité a pris la forme de véritables mouvements éducatifs et de réformes sociales dans la mesure où ce sont les protestants qui, les premiers, donnèrent le droit à une éducation moderne aux personnes des classes défavorisées telles les Pulayas et les Ezhavas6.

8En 1817, est construite par la Société Missionnaire de l’Église la première école primaire dans le Travancore Central. Et en 1878, cette société missionnaire a le contrôle de 141 écoles. De son côté, la Société Missionnaire de Londres assure la construction d’écoles chrétiennes, dont la première école anglaise en 1819. L’accès à l’éducation chrétienne a été donc facilité par l’accroissement du nombre d’écoles grâce aux activités des missions chrétiennes. Mais leur contribution à l’éducation de la population kéralaise réside aussi dans la promotion de l’enseignement à travers les groupes de population défavorisée telles les femmes, les basses classes et les tribus.

  • 7 Ville du Sud du Kérala.

9Les deux sociétés ont en effet, toutes deux, accordé une attention toute particulière à l’éducation des femmes, chose innovante pour l’époque. Avec la construction de la première école pour filles en 1819 à Kottayam7, les missions chrétiennes prennent le pas sur le gouvernement et marquent un tournant dans la conception générale de l’éducation. Plus encore avec leurs différents efforts pour emmener les communautés défavorisées à fréquenter les écoles. Bien que les écoles séparées aient été maintenues au début de l’action des missions chrétiennes (c’est-à-dire jusqu’au milieu du 19ème siècle), celles-ci ont été les premières à encourager l’admission des enfants de basses castes dans les écoles, malgré les provocations et les oppositions des hautes castes, peu enthousiastes à l’idée d’une proximité des enfants intouchables dans le giron scolaire.

10Le rôle des évangélistes est essentiel pour comprendre les exploits du modèle kéralais en matière d’éducation. Mais il faut rappeler toutefois que si les activités des missions chrétiennes ont infléchi la progression de l’éducation au Kérala, ce n’est que bien après l’indépendance de l’Inde que l’explosion des taux d’alphabétisation aura lieu dans un contexte de réforme gouvernementale.

1.2. Premières interventions du gouvernement

  • 8 “The state should defray the entire cost of the education of its people in order that there might b (...)

11Le gouvernement n’entre véritablement dans la question de l’éducation qu’au milieu du 19ème siècle, bien que la première tentative étatique soit la déclaration de la princesse Lakshmi Bayi de Travancore en 1817 :
« L’État devrait prendre à sa charge le coût de l’éducation de son peuple entièrement, pour qu’il n’y ait pas de retard dans la diffusion de la connaissance, pour qu’ils puissent devenir de meilleurs sujets et de meilleurs serviteurs publics et pour promouvoir la réputation de l’État »8.

  • 9 Division administrative qui se situe à l’échelon au-dessous des districts, que l’on peut traduire p (...)

12La première mesure concrète du gouvernement pour encourager une éducation moderne est la construction de la Raja’s free school à Trivandrum en 1836. En 1866, le gouvernement fait construire une école par taluk9. Dans les domaines plus délicats des communautés défavorisées, l’abolition de l’esclavage et l’introduction du Mitchell’s Education Code, qui abroge la discrimination pour l’admission en classe sont les mesures gouvernementales qui ont le plus contribué à la croissance de l’accès à l’éducation.

13Progressivement, dans la région du Travancore au sud du Kérala, les écoles se construisent et leur accès se démocratise, tandis que le Malabar et le South Canare, sous la présidence de Madras, ne bénéficient pas des mêmes attentions gouvernementales. Néanmoins, la progression reste très lente tout au long du 19ème siècle : l’accès à l’école est refusé aux basses castes et l’éducation des femmes reste négligée.

1.3. Mouvements populaires et éducation de masse

  • 10 Rappelons qu’au Kérala, le système des castes en vigueur était l’un des plus vigoureux de toute l’I (...)

14Malgré les efforts accomplis par les missions chrétiennes et le gouvernement du Travancore, au début du 20ème siècle, 927 sur 1000 Ezhavas dans le Travancore sont illettrés. [Mathew, 1999]. Ce constat témoigne de l’emprise des règles de l’intouchabilité sur la société kéralaise de cette époque10.

15C’est en 1903 qu’est formé le Sri Narayana Dharma Paripalana Yogam, une organisation qui se donne comme objectif de supprimer les règles de discrimination relatives à l’admission en classe des Ezhavas dans les écoles gouvernementales. Ce qui aboutit en 1910 à l’ouverture des écoles gouvernementales aux Ezhavas.

16De leur côté, les Pulayas vont suivre l’exemple du SNDP Yogam et vont créer le Sadhu Jana Paripalana Sanghom, responsable de nombreux mouvements d’agitation sociale qui mettront fin dans les années trente à la ségrégation dans les écoles publiques.

  • 11 Langue du Kérala, établie au 12ème siècle par des brahmanes par le mariage d’un dialecte local déri (...)
  • 12 Census of India 1951.

17Ainsi, en 1956 lorsque ses frontières sont dessinées suivant un profil linguistique (c’est le territoire du malayalam11), l’État du Kérala a bénéficié de vagues d’éducation successives depuis le 19ème siècle, ce qui le place dans une position favorable en comparaison de l’Inde en général. (Le taux d’alphabétisation tourne autour des 40 % en moyenne selon le recensement de 1951, tandis que l’Union Indienne stagne à 16,6 %12).

2. La scolarisation pour le développement

18Les particularités de la chronologie politique du Kérala depuis sa formation en 1956 sont un élément essentiel pour comprendre l’expansion de l’éducation dans cet État. Le rôle des différents gouvernements communistes qui se sont succédé est primordial dans l’avancée de cette région en termes d’éducation. Et plus encore, les intellectuels baignant dans une ambiance générale de réforme sociale vont contribuer à la diffusion de l’éducation dans tout le Kérala.

2.1. Des réformes en faveur de l’éducation

19Il n’est pas essentiel d’énumérer les décisions politiques prises en faveur d’une amélioration générale de l’éducation dans la continuité des processus engagés le siècle précédent. Il faut souligner au moins deux des choix qui ont guidé les différents gouvernements soucieux de promouvoir un développement social, une amélioration de la qualité de vie qui passe par l’acquisition de compétences scolaires.

20L’État kéralais a investi dans le secteur de l’éducation dans le but de :

  • réduire les disparités régionales entre le nord et le sud du Kérala. (La province du Malabar n’a pas profité de l’engouement des princes de Cochin et du Travancore pour la diffusion de la connaissance) ;

  • rapprocher les écoles privées de celles gérées par le gouvernement. De plus, le Kérala est, depuis les années soixante, l’État indien qui alloue la part la plus importante de son budget à la question éducative, à tous les niveaux d’études (Tableau 1).

Tableau 1 : Intervention du gouvernement dans la réduction des disparités régionales dans le secteur de l’éducation*

 

Travancore-Cochin

Malabar

Année

Nombre total

Écoles

Nombre total

Écoles

d’écoles

publiques ( %)

d’écoles

publiques ( %)

1950-1951

4249

43,56

4282

3,04

1955-56

4666

40,87

4669

2,7

1960-61

5264

38,24

4524

31,63

1965-66

5684

43,07

4905

32

1980-81

6274

39,85

5236

34,15

1985-86

6672

39,22

5464

33,93

1990-91

6656

39,66

5477

34,07

* Ramanathaiyer S., Mcpherson S. (2000), p. 64.

2.2. Mobilisation et éducation militante : le rôle de la Kerala Sastra Sahitya Parishad13

  • 13 Regroupement académique pour la science formé en 1963 : les premiers pas vers la « science pour tou (...)
  • 14 Langue du Kérala.

21À cette volonté étatique s’ajoutent les efforts de la Kerala Sastra Sahitya Parishad (KSSP), qui instaure dans les années soixante-dix un mouvement de diffusion de la science dans tout le Kérala [Zachariah M., Sooryamoorthy R., 1994]. Au niveau historique la KSSP est inauguré formellement le 10 septembre 1962 même si ce regroupement scientifique fonctionne déjà depuis 1957, notamment par la publication commune d’articles en malayalam14 pour un prix modique de 1 roupie.

  • 15 Événements artistiques et déambulatoires.

22Le projet principal de la KSSP est de rendre accessible la science aux Kéralais et de promouvoir l’éducation. Pour cela, les membres de ce regroupement vont sensibiliser les Kéralais aux sciences naturelles en développant les traductions de textes scientifiques en malayalam. En plus des efforts soutenus de publication et le recrutement croissant de nouveaux membres, la KSSP se distingue par l’utilisation de jathas15 pour une mobilisation massive de la population. Elle insiste sur la nécessité de la connaissance pour la société et conduit de nombreuses processions à vocation éducative et la diffusion de la « science dans la rue » s’étend dans tout le Kérala à partir des années quatre-vingt. La réceptivité de la population face au message de la KSSP se dessine par la création progressive de forums de village de manière spontanée.

23Les différentes politiques éducatives du Kérala et la composante populaire inspirée par la lutte de la KSSP expliquent donc pour la majeure partie le bond en avant de cet État en matière d’éducation, surtout une fois replacé dans le contexte indien. Les années quatre-vingt-dix sont dans le prolongement de cette évolution vers une alphabétisation totale, notamment avec la Total Literacy Campaign.( Figure 3.)

Figure 3 : Alphabétisation au Kérala : comparaison inter-taluks entre 1971 et 1991*

Figure 3 : Alphabétisation au Kérala : comparaison inter-taluks entre 1971 et 1991*

A. Buisson, 2006
Source : Census of India, 1971, 1981, 1991
* Ramachandran V.K. (1997), p. 257.

2.3. La « Total Literacy Campaign »

  • 16 Front démocratique de gauche mené par le PartiCommuniste de l’Inde Marxiste (CPIM).
  • 17 « I do hereby solemnly pledge that I will do everything within my capacity to liberate my motherlan (...)

24En décembre 1988, le Left Democratic Front16, arrive au pouvoir et lance la Total Literacy Campaign dans le district de Ernakulam, sous le slogan « Sakshara Keralam, Sundara Keralam » (un Kérala éduqué est un Kérala magnifique). Ainsi le 21 janvier 1989 démarrent cinq processions de différentes parties du département de Ernakulam. Les groupes ont marché pendant 5 jours à travers les villages et les villes, en s’arrêtant pour proposer des pièces de théâtre et des chants, pour organiser des débats publics et appeler les personnes illettrées à venir apprendre à lire. Les communautés locales ont fourni le gîte et le couvert pour les participants à la procession. En arrivant à la ville de Ernakulam, le 26 janvier 1989, ils rejoignirent des milliers d’étudiants dans un meeting massif pour éclairer la « torche de l’éducation » et réciter la promesse suivante :
« Je jure solennellement de faire mon possible pour libérer ma mère l’Inde de l’analphabétisme et de donner à ceux qui souffrent et qui sont dans la peine l’arme de l’éducation. »17

25Les classes commencèrent en mai 1989 et la campagne continua d’encourager les « élèves » à se joindre aux activités proposées. En février 1991, le district d’Ernakulam passe la barre des 85 % d’alphabétisation et la campagne est étendue aux autres districts kéralais. Cette politique, entièrement dévouée à l’éducation des populations en marge dans l’acquisition de compétences scolaires (principalement les femmes des castes et classes défavorisées), a permis au Kérala d’être le premier État de l’Union Indienne à avoir achevé une « alphabétisation totale ».

26Il semble donc que la campagne totale d’alphabétisation soit un élément majeur de l’accès à l’éducation sous la forme d’un mouvement de masse au Kérala. Mais il apparaît aussi que ce succès soulève un certain nombre de questions quant à sa durabilité.

3. Pour une approche géographique de l’alphabétisation

  • 18 En 1991, le PIB du Kérala est de 380 dollars par habitants contre 450 pour l’Inde et, à titre compa (...)

27La réussite du modèle éducatif à l’échelle globale ne peut être remise en cause que par la crise du chômage qui touche le Kérala depuis les dix dernières années. Une large part du personnel qualifié trouve des débouchés à l’extérieur du territoire kéralais et notamment dans les pays du Golfe. Cette dynamique de migrations alimente des échanges financiers informels chiffrés à un quart du P.I.B. du Kérala [Zachariah K.C., Kannan K.P., Irudaya Rajan S., 2002]. Ce qui se présente comme un retour favorable du processus éducatif vient atténuer la faiblesse mesurée du développement économique18 .

28Par contre, si on se place à une échelle régionale, les disparités spatiales qui apparaissent soulignent quelques déséquilibres de ce « modèle éducatif ». Parmi les facteurs qui pèsent le plus sur l’éducation, on remarque que les différences de genre expliquent une large part du retard relatif de certaines zones. Mais les formes spatiales qui se dégagent favorisent la façade littorale : les régions montagneuses de l’Est du Kérala sont moins alphabétisées que les autres en moyenne. Ce qui laisse à penser que le bon fonctionnement d’un processus éducatif va résulter en partie de sa localisation. (Figure 4)

Figure 4 : Inégalités de genre et alphabétisation au Kérala en 1991

Figure 4 : Inégalités de genre et alphabétisation au Kérala en 1991

A. Buisson, 2006
Source : EMIS, Census of India, 1991.

  • 19 Les Scheduled Castes correspondent aux intouchables et les Scheduled Tribes incluent les communauté (...)
  • 20 Comme celles de la CSI : Church of South India

29Au niveau des infrastructures, l’installation originelle des premières écoles semble avoir été décisive. Les traces de la scolarisation dans le Travancore, et surtout celle des filles, se lisent encore dans la configuration de l’alphabétisation. La région de Kottayam et Alappuzha est connue pour être la plus développée de l’Inde au niveau éducatif. A contrario, la zone des Ghâts, à l’est n’a profité que tardivement de l’engouement général pour l’éducation. Outre le manque d’infrastructures de niveau supérieur, l’enclavement de ces régions se répercute à différents niveaux sur la géographie de l’alphabétisation au Kérala. La présence marquée des populations défavorisée telles les Scheduled Castes et les Scheduled Tribes19 vient nuancer le succès du Kérala : ces populations qui devraient bénéficier le plus des opportunités éducatives en ont moins que les autres. De plus la dépendance hiérarchique des écoles privées20 à une administration située sur la côte, le manque d’attrait des écoles gouvernementales aboutissent sur un système éducatif moins performant dans ces régions. L’intégration de l’ensemble du territoire kéralais à un processus d’alphabétisation, comme en témoigne les vagues éducatives successives, laisse en marge une partie de la population et n’est pas total.

Conclusion

  • 21 Les chrétiens constituent 19 % des kéralais contre 25 % pour les musulmans et 56 % pour les hindous (...)

30En conclusion, la position très enviée du Kérala en Inde au niveau de l’éducation est le résultat d’une habile concomitance entre le travail des missions chrétiennes et les volontés politiques d’émancipation. L’ouverture du territoire kéralais sur l’extérieur a facilité l’innovation et en a fait le précurseur des programmes d’éducation de masse, objectif de l’État fédéral encadré depuis l’Indépendance dans la Constitution Indienne. Les efforts éducatifs sont couronnés à l’échelle globale par des taux d’alphabétisation et de scolarisation très élevés. En dépit des différences religieuses et des inégalités de caste, la majorité des Kéralais a l’opportunité d’être éduquée. En ce sens, l’originalité du paysage religieux du Kérala21 a joué en faveur du développement de la scolarisation même si des comportements dépendants des cadres de l’éducation réapparaissent : la prédominance des écoles privées et la recherche d’un enseignement en langue anglaise (plus qualifiante et donc plus coûteuse) induisent de nouveau une hiérarchie des opportunités.

31Des éléments viennent donc contrebalancer une vision globale un peu trop positive. Une approche spatiale de l’alphabétisation fait apparaître une géographie des inégalités qui pénalise les populations les plus fragiles. De plus, les espaces en marge du territoire kéralais sont aussi ceux dont le système est le moins performant. Le reflet de cette éducation de masse réussie reste plus pâle dans les districts du Nord et de l’Est où les castes défavorisées sont dominantes. Se pose alors un certain nombre de questions : dans quelles conditions l’accès à l’éducation réforme-t-il la pression sociale ou renforce-t-il les inégalités déjà existantes ? Comment évaluer le changement social réel induit par l’accès à l’éducation ? Et enfin comment mesurer la diffusion progressive du système éducatif sur le territoire kéralais ?

32Une approche théorique qui met en évidence le rôle de l’espace dans le processus éducatif peut aider à répondre à ces interrogations :

au niveau micro il entretient une relation avec les individus dans sa configuration qui influence l’accès à la scolarité par la présence des infrastructures adéquates ;

au niveau macro : il est dépendant des aménagements effectués en faveur de la démarche éducative.

33L’éducation est un phénomène dynamique qui doit être perçue à travers le jeu des échelles temporelles. Le circuit éducatif relatif à l’individu, son cycle de vie et aux sphères sociales qui l’influencent est à replacer dans une évolution historique qui, au Kérala, a déjà laissé ses traces.

Figure 5 : Alphabétisation des populations défavorisées en 1991

Figure 5 : Alphabétisation des populations défavorisées en 1991

A. Buisson, 2006
Source: Census of India, 1991.

Haut de page

Bibliographie

ABDUL SALIM A. (1999), Educational Development at Micro Level: Case study of two villages in Kerala, Discussion paper n° 7, Kerala Research Programme on Local Development, Thiruvananthapuram, Centre for Development Studies, 60 p.

CHANDRASEKHAR C. P., RAMACHANDRAN V. K., RAMAKUMAR R. (2001), « Issues in school education in contemporary Kerala », Paper prepared for UNICEF, New Delhi, April 2001.

DRÈZE J., SEN A. (1995), Economic development and social opportunity, New York, Oxford University Press, 292 p.

DRÈZE J., SEN A. (2002), India, development and participation, New York, Oxford University Press, 512 p.

FRANKE R.W., CHASIN B.H. (1994), Kerala: Radical Reform as development in an Indian state, Food first Development report n° 6, Oakland, California and New Delhi, Institute for food and development policy, 140 p.

GUILMOTO C., OLIVEAU S., CHASLES V., DELAGE R., VELLA S. (2004), Mapping out Social Change in South India, Pondy Papers in Social Sciences, Pondichéry, Institut Français de Pondichéry.

JEFFREY R. (1992), Politics, women and well-being, how Kerala became a model, London, The Macmillan Press, 285 p.

MATHEW E.T. (1999), Growth of Literacy in Kerala State Intervention, Missionary Initiatives and Social Movements, Economic and political weekly, 25 September 1999.

MICHAEL THARAKAN P.K. (2004), « Ernakulam revisited: A study of literacy in the first totally literate district in India », in M. Karlekar, Paradigms of learning, the Total Literacy Campaign in India, New Delhi, Londres, Sage publications, pp. 48-92.

MICHAEL THARAKAN P.K., Socio-economic Factors in Educational Development: The Case of Nineteenth Century Travancore, Working Paper n° 190, Thiruvananthapuram, Centre for Development Studies, 82 p.

MICHAEL THARAKAN P.K. (1984), Socio-Economic Factors in Educational Development: Case of Nineteenth Century Travancore, Economic and Political Weekly, XIX, n° 45 et n° 46, 17 November.

MONTAUT A. (2004), L’anglais en Inde et la place de l’élite dans le projet national, Hérodote, n° 115 (Géopolitique de l’anglais), Paris, La découverte.

PARAMESWARAN M.P. (2000), « What does the Kerala Model Signify? Towards a possible ‘fourth world’« , in G. Parayil, Kerala, the development experience, reflections on sustainability and replicability, London and New York, Zed Books, pp. 230-248.

PARAYILl G. (2000), Kerala, the development experience, reflections on sustainability and replicability, London and New York, Zed Books, 274 p.

RAMACHANDRAN NAIR S. (2004), Freedom struggle in Colonial Kerala, Trivandrum, Saint Joseph’s Press, 180 p.

RAMACHANDRAN V.K. (1997), « On Kerala’s development achievements », in J. Drèze, A. Sen, Indian development, selected regional Perspectives, New York, Oxford University Press, pp. 205-356.

RAMANATHAIYER S., McPHERSON S. (2000), Social development in Kerala: Illusion or reality?, London, Ashgate Publishing Compagny, SOAS, Studies in development geography, 211 p.

SHAH S.Y. (1999), An encyclopedia of Indian Adult Education, New Delhi, National Literacy Mission, 365 p.

SHRUM W., RAMANATHAIYER S. (2000), « Knowledge, democratization and sustainability: The Kerala ‘Model’ of scientific capacity building », in G. Parayil, Kerala, the development experience, reflections on sustainability and replicability, London and New York, Zed Books, pp. 157-177.

THARAMANGALAM J. (1998), « The Perils of Social Development without Economic Growth: The Development Debacle of Kerala, India », The Bulletin of Concerned Asian Scholars, vol. 30, n° 1.

THOMAS ISAAC M.T., MICHAEL THARAKAN P.K. (1995), Kerala, The Emerging Perspective: Overview of the International Congress on Kerala Studies, Social Scientist, vol. 23, n° 1-3, Jan-March 1995, 260-262, pp. 3-36.

ZACHARIAH K. C., KANNAN K.P., IRUDAYA RAJAN S. (2002), Kerala’s Gulf Connection: CDS Studies on International Labour Migration from Kerala State in India, Thiruvananthapuram, Centre for Development Studies, 230 p.

ZACHARIAH M., SOORYAMOORTHY R. (1994), Science in participatory development, The Achievements and dilemmas of a development movement – The Kerala Sastra Sahitya Parishad, London, Zed Books, 187 p.

Haut de page

Notes

1 Ce qui signifie qu’il a dépassé les 85 % d’alphabétisation si on se réfère aux définitions de l’UNESCO sur le sujet

2 Programme du gouvernement indien pour l’éradication de l’analphabétisme (mis en œuvre le 5 mai 1988)

3 Census of India 1991.

4 Le Veda est composé de quatre ouvrages qui fondent la religion hindouiste.

5 Respectivement, la « London Missionary Society» et la « Church Missionary Society ».

6 Les Ezhavas les Pulayas sont intouchables. Les Ezhavas ont une activité centrée sur le cocotier (cueillette et fabrication d’alcool), les Pulayas sont des ouvriers agricoles de rang encore inférieur.

7 Ville du Sud du Kérala.

8 “The state should defray the entire cost of the education of its people in order that there might be no backwardness in the spread of enlightenment among them, that by diffusion of education they might become better subjects and public servants and that the reputation of the state might be enhanced thereby”.

9 Division administrative qui se situe à l’échelon au-dessous des districts, que l’on peut traduire par départements bien que leur surface corresponde à des régions selon la nomenclature française.

10 Rappelons qu’au Kérala, le système des castes en vigueur était l’un des plus vigoureux de toute l’Inde puisque au concept d’intouchabilité était ajouté celui d’invisibilité dans le sens où certaines personnes étaient jugées comme tellement impures qu’elles ne pouvaient être vues ou du moins être vues à un certain moment de la journée par certaines personnes.

11 Langue du Kérala, établie au 12ème siècle par des brahmanes par le mariage d’un dialecte local dérivé du tamoul (langue dravidienne du Tamil Nadu) et du sanskrit.

12 Census of India 1951.

13 Regroupement académique pour la science formé en 1963 : les premiers pas vers la « science pour tous ».

14 Langue du Kérala.

15 Événements artistiques et déambulatoires.

16 Front démocratique de gauche mené par le PartiCommuniste de l’Inde Marxiste (CPIM).

17 « I do hereby solemnly pledge that I will do everything within my capacity to liberate my motherland India from illiteracy and to arm the toiling and suffering millions with the weapon of the letter »

18 En 1991, le PIB du Kérala est de 380 dollars par habitants contre 450 pour l’Inde et, à titre comparatif 25 000 pour les États-Unis.

19 Les Scheduled Castes correspondent aux intouchables et les Scheduled Tribes incluent les communautés qui refusent le système des castes et préfèrent habiter dans la forêt ou dans les montagnes, loin de la population.

20 Comme celles de la CSI : Church of South India

21 Les chrétiens constituent 19 % des kéralais contre 25 % pour les musulmans et 56 % pour les hindousces derniers représentant à l’échelle de l’Inde 84 % de la population.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Comparaison inter-districts de l’alphabétisation en Inde en 1991 et en 2001
Crédits A. Buisson, 2006Source : Census of India, 1971, 1981, 1991
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : Évolution du taux d’alphabétisation dans les provinces constituant le Kérala actuel et en Inde de 1891 à 1951*
Crédits *Ramachandran V.K. (1997), p. 257.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3 : Alphabétisation au Kérala : comparaison inter-taluks entre 1971 et 1991*
Crédits A. Buisson, 2006Source : Census of India, 1971, 1981, 1991* Ramachandran V.K. (1997), p. 257.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4 : Inégalités de genre et alphabétisation au Kérala en 1991
Crédits A. Buisson, 2006Source : EMIS, Census of India, 1991.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2836/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 5 : Alphabétisation des populations défavorisées en 1991
Crédits A. Buisson, 2006Source: Census of India, 1991.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2836/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Buisson, « Alphabétisation totale : le « modèle » éducatif du Kérala », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 465-474.

Référence électronique

Anne Buisson, « Alphabétisation totale : le « modèle » éducatif du Kérala », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/2836 ; DOI : 10.4000/eps.2836

Haut de page

Auteur

Anne Buisson

Université de Provence
U.M.R. ESPACE
Bureau B273
UFR de Sciences Géographiques
Université de Provence (Aix-Marseille 1)
29, avenue Robert Schuman
13621 Aix-en-Provence
annebuisson@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org