Navigation – Plan du site
Articles

La mobilité des étudiants francs-comtois inscrits à l’université

Student Mobility: The Case of University Students from Franche-Comté
Florence Cuney
p. 443-452

Résumés

Près de 30 % des étudiants francs-comtois inscrits à l’université n’étudient pas en terre comtoise. La plupart fréquentent un établissement situé dans une académie limitrophe. Ces étudiants migrants se distinguent des sédentaires, tant au niveau de leur origine sociale que concernant leurs choix disciplinaires à l’université. La carte des formations joue un rôle non négligeable dans l’explication des mobilités, mais d’autres facteurs tels que la proximité spatiale ou encore l’attractivité des grandes villes universitaires contribuent également aux migrations des jeunes Comtois.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les migrations étudiantes sont par nature une caractéristique forte des études universitaires. Ce phénomène s’observe au fil de la riche histoire des universités ; il est d’ailleurs toujours d’actualité malgré la création récente de nouveaux établissements et la diffusion spatiale d’antennes universitaires dans les villes moyennes. Toutefois, au cours des trente dernières années, les mobilités étudiantes ont surtout été analysées d’un point de vue social, mais rarement à un niveau spatial. L’examen géographique de ces mobilités peut certes être réalisé lors de l’entrée à l’université, au cours des études universitaires ou encore lors de l’insertion professionnelle des sortants du système éducatif, mais il peut également se traduire par la mise en évidence des lieux de formation des étudiants originaires d’une région. Dans ce cas, la mobilité géographique d’un étudiant se définit comme l’écart qui existe entre le lieu de résidence de ses parents et son lieu d’étude.

  • 1 Même si l’analyse porte sur des données relativement anciennes, elles conservent leur pertinence ca (...)

2Partant de cette définition, la mobilité géographique des étudiants francs-comtois inscrits à l’université est analysée pour l’année 1997-19981. Les fichiers d’inscription des universités constituent la seule source fiable et suffisamment précise pour réaliser une telle analyse. En effet, ils permettent de recueillir des données qui décrivent précisément les individus francs-comtois (origine géographique, caractéristiques démographiques, sociales et scolaires, études poursuivies à l’université...) quel que soit leur lieu d’étude (en Franche-Comté ou dans une autre région).

3L’approche développée dans cet article s’organise en trois parties. La première vise à identifier les lieux d’étude des jeunes Comtois inscrits à l’université et à mettre en évidence le fort pouvoir d’attraction des universités localisées dans les académies limitrophes. La deuxième présente le profil social, scolaire et universitaire des migrants qui est très spécifique par rapport à celui des sédentaires. Enfin, la dernière a pour objectif de cerner le rôle des principaux facteurs susceptibles d’expliquer ces mobilités.

Les territoires de la mobilité géographique des étudiants

Un degré de polarisation régionale assez faible

4Parmi les Francs-Comtois qui s’orientent vers des enseignements dispensés à l’université, certains étudient dans leur académie d’origine alors que d’autres suivent une formation dans un établissement extra-régional. Pour déterminer la part de ceux qui préparent un diplôme universitaire en région, un taux de sédentarité étudiante est calculé. Il mesure le rapport entre le nombre d’inscriptions dans l’académie d’origine et le nombre total d’étudiants originaires de cette même académie. En 1997-1998, environ 25 000 Comtois fréquentent une université : 17 500 poursuivent leurs études dans l’académie de Besançon et 7400 sont inscrits ailleurs en France. Ainsi, près de 70 % des jeunes domiciliés en région sont intéressés par des enseignements proposés à l’Université de Franche-Comté. En contrepartie, 30 % suivent une formation sur un site extérieur. Ce pourcentage, qui peut être qualifié de taux d’évasion, mesure l’insuffisance de l’effet de polarisation des villes universitaires franc-comtoises.

  • 2 Les académies qui enregistrent un taux de sédentarité inférieur à 75 % sont les suivantes : Amiens, (...)
  • 3 Les Académies de Paris, Créteil et Versailles présentent un profil spécifique. Le taux de sédentari (...)

5Les comparaisons avec les résultats de S. Vassal, qui avait calculé ce même taux de sédentarité à la fin des années 70, montrent que la proportion d’étudiants francs-comtois migrants a légèrement diminué (le taux de mobilité extra-régionale approchait alors les 40 %). Néanmoins, le degré de polarisation régionale reste assez faible. L’académie de Besançon fait partie des 11 académies2 qui enregistrent un taux de sédentarité inférieur à 75 %. La plupart abritent des universités de taille modeste. Elles n’offrent vraisemblablement pas assez de possibilités d’études et souffrent généralement de la proximité d’une puissante voisine. Dans les autres académies (hormis celles de Paris, de Créteil et de Versailles3), la proportion de jeunes mobiles est toujours inférieure à 30 %. Les taux les plus faibles sont observés dans les académies de Lille (7 %), de Lyon et de Strasbourg (15 % environ) où les universités, du fait de leur taille associée à une offre de formation diversifiée, favorisent la rétention des étudiants.

6Une analyse plus précise des mobilités géographiques des jeunes Comtois laisse entrevoir des relations de proximité. Certes, ces étudiants sont, en proportion, assez nombreux à étudier hors de leur région d’origine, mais ils effectuent rarement des déplacements de longue distance. En effet, même si certains migrent vers les universités franciliennes (10 %) ou vers de grandes villes universitaires telles que Marseille, Lille ou encore Bordeaux, près de 70 % des Francs-Comtois qui n’étudient pas en terre comtoise privilégient des destinations relativement proches : ils suivent une formation dans une université située dans une académie limitrophe (Strasbourg, Nancy, Reims, Dijon ou Lyon). Compte tenu du fort pouvoir d’attraction des établissements localisés en périphérie de la région, ce travail s’intéresse seulement aux départs de jeunes Comtois vers les universités proches. (Figure 1)

Figure 1 : Le réseau universitaire du Nord-Est de la France en 1997-1998

Figure 1 : Le réseau universitaire du Nord-Est de la France en 1997-1998

© THEMA – UMR 6049
Source : Direction de l’Enseignement Supérieur, 1998
« Annuaire des établissements d’enseignement supérieur », MENRT, Paris, 254 p.

Des taux de départ importants aux marges de la région

7Les taux de départ s’organisent en auréoles concentriques selon des valeurs qui augmentent du centre de la région vers la périphérie. Ce constat est moins net à l’est où l’attraction de Besançon se maintient jusqu’à la frontière suisse. D’ailleurs, dans la montagne jurassienne, voisine de la Confédération helvétique, l’attraction des sites universitaires comtois est très puissante : toujours proche de 90 %. La frontière est ici un obstacle aux migrations étudiantes. Dans la région bisontine, les taux de départ sont également faibles : ils n’excèdent pas 10 % alors que le taux moyen franc-comtois avoisine les 18 %. Ils augmentent progressivement pour dépasser 30 % aux confins de la région, espaces les plus éloignés de Besançon. À titre d’exemple, dans le Territoire de Belfort, petit département situé dans le nord-est de la région, plus du tiers des Comtois est inscrit dans un établissement extérieur, soit au total 850 étudiants, et ce malgré la présence de deux antennes universitaires dans ce secteur. (Figure 2)

Figure 2 : Les taux de départ des étudiants francs-comtois vers les universités limitrophes

Figure 2 : Les taux de départ des étudiants francs-comtois vers les universités limitrophes

© THEMA – UMR 6049
Source : Universités de Franche-Comté et des Académies limitrophes, 1998

8L’existence de forces centrifuges assez importantes s’explique par la position très centrale du site universitaire principal (Besançon). Celui-ci est très attractif pour les jeunes Comtois et surtout pour ceux qui résident dans les périphéries proches de Besançon. En revanche, les pôles secondaires (Belfort, Montbéliard et Vesoul) sont plus excentrés, proposent une offre de formation beaucoup moins diversifiée et rassemblent seulement 15 % de l’ensemble des étudiants inscrits à l’Université de Franche-Comté.

Proximité géographique et influence des universités limitrophes

  • 4 Cette typologie ne tient pas compte des départs vers l’académie de Reims qui n’attire qu’une petite (...)

9La réalisation d’une typologie4 de l’attractivité des académies limitrophes sur les cantons francs-comtois permet d’esquisser les logiques géographiques qui participent à l’explication des migrations étudiantes. Elle est établie en considérant qu’une académie est attractive si plus de la moitié des jeunes migrants y poursuit des études.

10Les académies de Nancy-Metz, Lyon et Strasbourg présentent des profils sensiblement identiques : elles sont principalement attractives lorsque le temps d’accès au lieu d’étude est minimum. Les deux premières ont respectivement une influence sur le nord et le sud de la Franche-Comté alors que la dernière, qui abrite les universités de Strasbourg et de Haute-Alsace, recrute principalement des étudiants au nord-est de la région. L’aire d’influence de cette académie ne paraît guère plus vaste que les deux précédentes, cependant le quart nord-est franc-comtois perd beaucoup plus d’étudiants au profit des universités alsaciennes (environ 1400) que n’en perdent les espaces polarisés par les académies nancéennes et lyonnaises (respectivement 300 et 100 comtois migrent vers ces académies). Certes, les migrations sont dépendantes de la distance au lieu de formation, mais elles sont également tributaires de l’organisation du peuplement de l’espace franc-comtois. Ainsi, les différences observées sont notamment liées au fait que le secteur de Belfort-Montbéliard qui alimente les sites alsaciens est très peuplé. (Figure 3.)

Figure 3 : Typologie des cantons francs-comtois selon l’attractivité des académies limitrophes

Figure 3 : Typologie des cantons francs-comtois selon l’attractivité des académies limitrophes

© THEMA – UMR 6049
Source : Universités de Franche-Comté et des Académies limitrophes, 1998

11L’aire de recrutement de l’université de Dijon est quant à elle la plus originale car le rayonnement de cet établissement ne se restreint pas à la frange ouest de la Franche-Comté. Au contraire, une très forte polarisation est observée dans toute la partie centrale de la région, de la frontière bourguignonne à la frontière suisse, à l’exclusion de la région bisontine. Cette particularité est vraisemblablement liée à la relative proximité du site dijonnais et à la présence de la voie ferrée Paris-Lausanne qui représente un bon moyen de transport pour se rendre à Dijon.

12Enfin, certains secteurs sont polarisés par plusieurs académies. Il s’agit notamment du cœur franc-comtois (autour de Besançon) où tous les sites universitaires extérieurs sont représentés de manière significative et des périphéries des aires d’influence de chaque académie limitrophe où rayonnent généralement deux établissements.

Les migrants : un profil spécifique par rapport aux sédentaires

Des mobilités déterminées en partie par l’origine sociale des étudiants

13Alors que l’origine sociale de la population estudiantine comtoise est plus modeste que celle des étudiants français, les Francs-Comtois qui quittent la région sont, en revanche, issus de milieux plus aisés que ceux qui poursuivent des études dans l’académie de Besançon. En effet, les enfants de cadres représentent respectivement 34 % et 23 % de l’effectif. En revanche, les étudiants issus de familles d’ouvriers sont en proportion plus nombreux parmi les sédentaires (22 % contre 17 % chez les migrants). Il en est de même pour les jeunes dont les parents sont employés ou exercent une profession intermédiaire, cependant les écarts sont moins marqués.

14La mobilité semble donc dans une certaine mesure liée à l’aisance familiale. Le calcul des taux de départ des étudiants selon leur origine sociale confirme cette réalité. La part des jeunes migrants est la plus élevée parmi les enfants de cadres (près de 30 %), la plus faible lorsque les parents sont employés ou ouvriers (16 %). Les familles aux revenus modestes n’ont vraisemblablement pas toujours la possibilité de financer les études supérieures de leurs enfants dans une université éloignée du domicile familial.

L’avancement dans les études universitaires s’accompagne d’un accroissement de la mobilité

15Moins de la moitié des étudiants migrants (48 %) est inscrite en premier cycle. Cette proportion est bien inférieure à celle qui s’observe chez les sédentaires (57 %). Cet écart doit être interprété comme le révélateur d’une mobilité qui va croissant avec le niveau d’étude. Ce phénomène semble somme toute fort logique. Les formations initiales universitaires (DEUG et DUT notamment) sont à la fois abondantes et largement diffusées sur le territoire régional (à Besançon et sur les sites délocalisés) ; par voie de conséquence, elles conduisent à limiter l’émigration. Ainsi, à ce niveau d’étude, le taux de départ est le plus faible (moins de 18 %). En progressant dans le cycle supérieur, les étudiants se spécialisent pour réaliser leur projet d’insertion professionnelle. La mobilité s’accentue alors progressivement en deuxième et en troisième cycles (les taux de départ atteignent 22 puis 24 %). En fait, même si en chiffres absolus, les migrants sont de moins en moins nombreux avec l’avancement dans les études, les taux de départ augmentent, renforçant ainsi l’attractivité des universités voisines.

Des départs importants chez les jeunes intéressés par des études littéraires

16Si les jeunes Comtois titulaires d’un baccalauréat technologique ont une nette tendance à rester dans leur académie d’origine lorsqu’ils poursuivent des études universitaires (le taux de départ s’élève à 12 % contre 20 % toutes séries confondues), il n’en est pas de même pour les diplômés des séries littéraires qui sont beaucoup plus représentés parmi les migrants que chez les sédentaires (26 % contre 18 %). En d’autres termes, plus de 27 % n’étudient pas en région.

17Il est raisonnable de penser que ces différences vont se retrouver dans les choix disciplinaires effectués à l’université car ces derniers sont en partie conditionnés par la série du diplôme obtenu à la fin des études secondaires. L’analyse des taux de départ des étudiants francs-comtois selon la filière d’inscription confirme pleinement ce constat. C’est en Lettres, Langues et Sciences Humaines que les jeunes Comtois sont en proportion les plus nombreux à quitter la région pour étudier dans une université située dans une académie limitrophe (le taux de départ est de 25 %).

18Il est permis de s’interroger sur les causes de ces départs en pensant qu’il existe peut-être un problème d’image de marque de ces formations en Franche-Comté qui nuirait à leur attractivité. On peut également avancer l’hypothèse que la carte des formations pourrait expliquer une partie de ces migrations. Il est vrai que des taux de départ aussi prononcés induisent probablement des déplacements pour cause de diplôme inexistant.

Les facteurs explicatifs des mobilités5

Le rôle du facteur « carte des formations »

19La carte des formations joue un rôle important mais non essentiel en faveur des migrations. En effet, moins de 30 % des déplacements sont induits par l’inexistence de certains enseignements dans l’académie de Besançon.

20L’analyse fine de ces migrations contraintes par l’offre de formation montre tout d’abord que le pouvoir explicatif de la carte des formations s’accroît avec l’élévation du niveau d’études. En premier cycle, moins de 3 % des Francs-Comtois s’inscrivent dans un établissement limitrophe pour poursuivre des études inexistantes dans leur région d’origine. Deux raisons expliquent le faible impact de ce facteur « carte des formations » dans les premières années d’études supérieures. D’une part, l’offre proposée en premier cycle est abondante localement, elle est même quelquefois dédoublée avec le jeu des sites délocalisés. D’autre part, les premières années d’études constituent pour bon nombre d’étudiants un parcours initiatique (une sorte de propédeutique) qui conduit à chercher progressivement sa voie. Le taux de départ est en revanche plus prononcé en deuxième et surtout en troisième cycle (respectivement 7 % et 48 %). Dans ce dernier cas, le taux n’est pas très significatif car il concerne une population numériquement modeste et il ne s’attache qu’aux formations de DESS qui par nature invitent à une certaine mobilité des étudiants.

21Les taux de départ sont par ailleurs très variables selon le type de diplôme préparé. Ils sont de l’ordre de 3 % lorsque les étudiants s’orientent vers des enseignements généraux alors qu’ils dépassent 13 % pour ceux qui suivent une formation à finalité professionnelle. Ils sont relativement faibles en DEUST et en DUT, plus élevés en IUP et en MST et très forts en DESS. La carte des formations peut pour partie expliquer ces différences. Si en 1997, l’Université de Franche-Comté propose 60 % des spécialités qui existent à l’échelle nationale au niveau des DUT, la situation est loin d’être identique concernant les autres diplômes. En IUP, MST et DESS, moins de 10 % de la gamme des formations est proposée en terre comtoise. C’est d’ailleurs en DESS que cette proportion est la plus faible (1,8 %). Les diplômes de santé, classés à part dans cette analyse, connaissent également des taux de départ assez élevés (11,5 %). La présence d’une offre de formation plus diversifiée dans les académies limitrophes que dans celle de Besançon explique vraisemblablement cette situation.

22Si les taux de départ varient selon le cycle d’étude et le type de diplôme préparé, ils sont également très différents d’un secteur disciplinaire à l’autre. Les jeunes migrants qui choisissent des enseignements dispensés dans les filières littéraires, juridiques, scientifiques et tertiaires des IUT sont, en proportion, assez peu nombreux à quitter la région pour suivre une formation qui n’est pas proposée localement (entre 3 et 6 % des étudiants sont concernés). Les taux de départ élevés observés dans les disciplines littéraires lors de la présentation du profil de l’ensemble des migrants ne sont donc pas exclusivement liés à l’absence de certains diplômes en Franche-Comté. La carte des formations joue un rôle plus important dans les disciplines de santé et dans les spécialités secondaires des IUT : près de 12 % des Comtois sont inscrits sur un pôle périphérique. L’attractivité de ces diplômes a déjà été clairement mise en évidence précédemment, mais ici leur importance est précisée, notamment pour les DUT à vocation industrielle. En 1997-1998, quatre spécialités ne sont pas proposées en Franche-Comté (Génie biologique, Génie civil, Génie chimique et Génie des procédés ainsi que Sciences et Génie des matériaux) et intéressent particulièrement les jeunes Comtois.

23En fait, les jeunes Comtois qui migrent vers les universités limitrophes pour cause de formation inexistante sont plutôt intéressés par des enseignements spécialisés. Les diplômes proposés sur les sites extérieurs attirent alors par leur rareté. Il est donc probable qu’ils disposent d’une aire de recrutement homogène en Franche-Comté. Or, il n’en est rien. L’analyse géographique (à l’échelle cantonale) des taux de départ des jeunes Comtois pour cause de formation inexistante met en évidence la présence d’une véritable organisation spatiale qui invalide l’hypothèse énoncée précédemment. En effet, les taux de départ sont généralement moins prononcés au cœur de la Franche-Comté qu’en périphérie de la région. L’origine géographique des étudiants joue donc vraisemblablement un rôle sur le choix des formations inexistantes. Cela pourrait alors signifier que les Francs-Comtois domiciliés à proximité du site universitaire bisontin préfèrent choisir un diplôme parmi ceux qui existent localement plutôt que de quitter la région. Les jeunes qui résident aux marges de la Franche-Comté se sentiraient vraisemblablement plus libres de leurs choix étant donné que poursuivre des études à l’université implique de se déplacer, quel que soit le lieu de formation retenu (en région ou dans une académie limitrophe). Le diplôme souhaité par l’étudiant serait alors une condition possible mais pas toujours suffisante pour induire une mobilité géographique. (Figure 4)

Figure 4 : Les taux de départ des étudiants migrant pour cause de formation inexistante en Franche-Comté

Figure 4 : Les taux de départ des étudiants migrant pour cause de formation inexistante en Franche-Comté

© THEMA – UMR 6049
Source : Universités de Franche-Comté et des Académies limitrophes, 1998

24Pour conclure, signalons que le pouvoir explicatif réel de la carte universitaire est sans doute plus marqué que ne le laisse apparaître cette analyse. Des étudiants quittent probablement la région dès leur entrée à l’université bien que le diplôme soit proposé localement car ils envisagent de préparer une formation de deuxième ou de troisième cycle qui n’existe pas dans l’académie de Besançon.

Le rôle du facteur « distance »

25Compte tenu de l’organisation géographique des taux de départ des jeunes Comtois, il est clair que la distance entre les lieux d’origine et de formation des étudiants joue un rôle non négligeable dans les migrations. Il convient donc de déterminer, parmi les jeunes dont les choix ne sont pas guidés par la carte des formations, ceux qui se déplacent en raison d’un gain de temps de transport. Pour les identifier, l’accessibilité aux pôles universitaires extérieurs est comparée à celle des sites francs-comtois.

26Cette approche pose un problème méthodologique dans la mesure où l’académie de Besançon compte quatre sites universitaires principaux dont la position géographique n’est pas la même par rapport aux établissements extérieurs. En outre, ces quatre pôles disposent d’un pouvoir d’attraction différent car ils ne présentent pas le même panel de formations. Celui de Besançon est de loin le plus important. Situé au cœur de la région, il dispense des enseignements diversifiés et capte la plupart des étudiants inscrits à l’Université de Franche-Comté. Ce site est donc pris en compte dans l’analyse. En revanche, celui de Vesoul n’est pas retenu en raison d’une offre de formation très incomplète et par conséquent d’une faible attractivité (il n’existe qu’un IUT). Deux autres sites délocalisés (Belfort et Montbéliard) abritent une UFR et un IUT et présentent un éventail de formations plus important. Ils sont intégrés dans l’étude relative aux universités de Strasbourg et de Haute-Alsace dans la mesure où ces établissements attirent essentiellement des étudiants originaires du nord-est de la région.

27Le temps d’accès à chacun des sites francs-comtois est défini depuis chaque chef-lieu de canton. Les calculs sont effectués sur le site Internet http://www.iti.fr en supposant que les étudiants empruntent un itinéraire routier sans péage. Ces mesures permettent de réaliser des cartes en isochrones où chaque courbe joint les points situés à la même distance de Besançon, Belfort et Montbéliard. Le temps de transport qui sépare le domicile des étudiants et leur lieu de formation (Strasbourg, Lyon, Dijon, Nancy ou Mulhouse) est déterminé de la même manière. L’accessibilité aux différentes universités limitrophes est à nouveau représentée par des cartes en isochrones.

28La superposition des deux types d’information (temps d’accès à un site franc-comtois d’une part et à un établissement limitrophe d’autre part) permet de classer les lieux de résidence des étudiants en trois zones géographiques : une première depuis laquelle une université extérieure est accessible en moins de temps que le pôle de Besançon, Belfort ou Montbéliard, une deuxième où la distance-temps est sensiblement équivalente quel que soit le lieu d’étude (on peut qualifier ce secteur d’aire d’indifférence) et une troisième à partir de laquelle on accède plus rapidement à un site franc-comtois qu’à un pôle universitaire périphérique.

29Parmi les quelque 2500 Comtois qui quittent la région pour d’autres raisons que la carte des formations, seulement 200 ont un réel avantage en termes de temps de transport à s’inscrire sur un pôle périphérique, 430 sont domiciliés dans l’aire d’indifférence alors que les autres sont plus proches d’un site franc-comtois que d’un établissement extérieur. Le rôle de la distance-temps est important sur l’attractivité de l’Université de Haute-Alsace, sensible pour les déplacements vers Dijon et très faible en faveur des départs vers les établissements lyonnais, strasbourgeois et nancéens. Au final, le facteur distance joue un rôle marginal dans l’explication des mobilités ; il intervient dans moins de 20 % du total des migrations.

Le jeu complexe de critères multiples et difficiles à quantifier

30Au terme de cette analyse, il reste plus de la moitié des Comtois qui quittent la région pour des raisons indéterminées. D’autres facteurs, d’ordre qualitatif, semblent alors intervenir pour susciter ces migrations. Un premier élément est relatif à l’attractivité générale des villes universitaires. En effet, la taille d’une ville, son image de marque, sa localisation, son accessibilité, son rayonnement culturel, la diversité et la richesse des activités proposées sont autant de critères susceptibles de jouer un rôle déterminant dans le choix d’un lieu d’étude.

31L’existence de liens familiaux ou amicaux peut également susciter la mobilité de certains étudiants. Pour des parents qui ont déjà un enfant inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur en dehors de la région de résidence, il est souvent plus avantageux de financer les études supérieures des autres enfants là où le frère ou la sœur est déjà installé. Des poursuites d’études sur un autre site occasionneraient des frais supplémentaires en transport et en logement notamment. Des étudiants peuvent également manifester un attachement à une académie en raison de la présence d’amis qui préparent un diplôme dans un établissement extra-régional.

32Ces aspects sont difficilement mesurables, mais jouent sans doute un rôle important dans l’explication des mobilités étudiantes. Leurs poids respectifs n’ont pas été appréciés, faute d’informations. Seule une enquête permettrait de mieux cerner le rôle de ces facteurs extra-universitaires.

Conclusion

33Au total, près de 7500 Comtois préparent un diplôme universitaire dans une autre région française (70 % fréquentent une université située dans une académie limitrophe). Ils échappent ainsi à l’influence de l’Université de Franche-Comté qui voit son potentiel nettement diminué. De plus, ces migrations ne sont que très partiellement compensées par des mouvements inverses (environ 4700 étudiants sont inscrits sur un site universitaire franc-comtois alors qu’ils sont originaires d’une autre région).

34En raison de la petite dimension de la région, celle-ci subira toujours l’influence des pôles périphériques qui, de fait, absorbent une partie du potentiel d’étudiants de l’Université de Franche-Comté. Il en tient tout simplement à la morphologie du réseau urbain régional qui n’est pas doté de grandes villes complémentaires de Besançon à l’image de l’armature urbaine alsacienne, rhônalpine ou lorraine.

35Trois principales pistes de recherche permettraient d’enrichir ces travaux. La première se soucierait de la relation entre renommée des laboratoires de recherche et attractivité des formations associées. La deuxième s’intéresserait à l’impact de la mobilité de formation sur la mobilité d’emploi. Il s’agirait plus particulièrement de regarder si les migrations des étudiants s’expliquent ou non par une anticipation économique de leur future insertion professionnelle. Enfin, la troisième s’attacherait à identifier et qualifier les facteurs qui président aux retours des migrants dans leur région d’origine à l’issue de leur formation ; toutefois, s’agit-il d’une éventualité sérieuse ou d’une vaine utopie ?

Haut de page

Bibliographie

BARON M., CARO P., CUNEY F. et PERRET C. (2005), Mobilités géographiques étudiantes : Quelles disparités régionales, UMR ThéMA, Besançon et UMR Géographie-cités, Paris, rapport pour le Ministère de l’Education nationale, le Ministère de la recherche et la DATAR, 136 p.

BROCARD M., HÉRIN R. et JOLY J. (1996), Formation et recherche, Atlas de France Volume 4, Reclus La Documentation française, 128 p.

GRASLAND C. et al. (1999), Les migrations étudiantes contraintes, Les déterminants individuels de la migration non contrainte, MENRT et UMR 8504 « Géographie-cités », Universités Paris 1, Paris 7, 50 p.

JULIEN P., LAGANIER J. et POUGNARD J. (2001), Les études supérieures : un motif de migration, INSEE Première, n° 813, 4 p.

MAIRE F. (2001), Franche-Comté : toujours plus de départs que d’arrivées, INSEE, L’essentiel, n° 42, 4 p.

NONN H. (1993), L’attraction universitaire de Strasbourg et ses spécificités, Rapport au Plan Urbain dans le cadre du programme l’Université et la ville, 63 p.

NONN H. (1994), La population étudiante à Strasbourg : provenance géographique et origines sociales, Revue Géographique de l’Est, n° 2, pp. 146-156.

NORMANDIN N. (1983), Aires de recrutement des villes universitaires, Éducation et Formations, n° 4, pp. 67-88.

SAINT-JULIEN T. (2003), « Les migrations des étudiants entre villes universitaires en France », in A. Ciattoni et Y. Veyret (sous la direction de), Les fondamentaux de la géographie, Paris, Armand Colin, Collection Campus, pp. 163-168.

VASSAL S. (1986), Recherche sur la géographie des enseignements universitaires en Europe occidentale, thèse de doctorat en géographie, Université de Paris I, 601 p.

Haut de page

Notes

1 Même si l’analyse porte sur des données relativement anciennes, elles conservent leur pertinence car la géographie des mouvements migratoires demeure globalement stable. Le passage au système LMD et les récentes discussions entre les universités de Bourgogne et de Franche-Comté auront peut-être des conséquences sur ces mobilités, mais il est encore trop tôt pour détecter d’éventuels changements.

2 Les académies qui enregistrent un taux de sédentarité inférieur à 75 % sont les suivantes : Amiens, Besançon, Limoges, Reims, Poitiers, Dijon, Orléans-Tours, Nice, Corse, Nantes et Grenoble.

3 Les Académies de Paris, Créteil et Versailles présentent un profil spécifique. Le taux de sédentarité est inférieur à 75 %, cependant les jeunes mobiles se déplacent essentiellement vers les académies franciliennes.

4 Cette typologie ne tient pas compte des départs vers l’académie de Reims qui n’attire qu’une petite centaine d’individus. Par ailleurs, elle ne concerne qu’environ 75 % des migrants vers les universités limitrophes (soit près de 3800 étudiants) car le lieu de résidence des parents n’est pas disponible pour l’ensemble des individus.

5 Ce travail se base à nouveau sur une population de 3800 étudiants pour lesquels le lieu de résidence des parents est connu. Par ailleurs, près de 300 étudiants comtois préparant un DEA ou un doctorat dans les établissements périphériques sont écartés de cette analyse des facteurs explicatifs des mobilités car, à ce niveau d’étude, les choix des lieux de formation se justifient plutôt par l’intérêt pour des thèmes de recherche que par d’autres facteurs tels que l’inexistence de certains diplômes ou la proximité géographique. Précisons également que cette analyse a pour objectif de mesurer le rayonnement pédagogique des universités limitrophes et non leur rayonnement par la recherche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le réseau universitaire du Nord-Est de la France en 1997-1998
Crédits © THEMA – UMR 6049Source : Direction de l’Enseignement Supérieur, 1998« Annuaire des établissements d’enseignement supérieur », MENRT, Paris, 254 p.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2 : Les taux de départ des étudiants francs-comtois vers les universités limitrophes
Crédits © THEMA – UMR 6049Source : Universités de Franche-Comté et des Académies limitrophes, 1998
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 : Typologie des cantons francs-comtois selon l’attractivité des académies limitrophes
Crédits © THEMA – UMR 6049Source : Universités de Franche-Comté et des Académies limitrophes, 1998
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4 : Les taux de départ des étudiants migrant pour cause de formation inexistante en Franche-Comté
Crédits © THEMA – UMR 6049Source : Universités de Franche-Comté et des Académies limitrophes, 1998
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2819/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Cuney, « La mobilité des étudiants francs-comtois inscrits à l’université », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 443-452.

Référence électronique

Florence Cuney, « La mobilité des étudiants francs-comtois inscrits à l’université », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/2819 ; DOI : 10.4000/eps.2819

Haut de page

Auteur

Florence Cuney

UMR CNRS 6049 ThéMA
Université de Franche-Comté
32 rue Mégevand
25030 Besançon Cedex
florence.cuney@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org