Navigation – Plan du site
Articles

Analyse de la localisation étudiante sur le territoire métropolitain : approche méthodologique et présentation de quelques résultats

Student Localization and Territory: Methodology and Analyses in Metrepolitan France
Mélanie Caillot
p. 413-428

Résumés

Après avoir posé les difficultés méthodologiques liées aux problèmes de mesure des interactions entre territoire et poursuite d’études supérieures, ainsi que le choix de la source de données qui en découle, cet article s’attache à l’étude des comportements résidentiels des étudiants et « anciens étudiants » selon un zonage de la France métropolitaine, déterminé en fonction de la présence ou non de sites d’enseignement supérieur et du degré d’urbanisation des communes. Ce travail mettant l’accent sur l’impact des flux d’étudiants et d’ « anciens étudiants » sur les structures des populations des diverses zones, amène à mesurer l’attractivité relative de ces dernières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D. Courgeau (1988), Méthodes de mesure de la mobilité spatiale, migrations internes, mobilité tempo (...)

1La localisation des étudiants de France sur le territoire métropolitain dépend de la répartition de l’offre d’enseignement supérieur sur ce même territoire. Si tous les futurs étudiants n’habitent pas sur leur futur lieu d’études, l’acquisition de ce statut va entraîner une répartition territoriale particulière (carte 1). Les étudiants se concentrent essentiellement là où l’ensemble de la population l’est déjà. La concentration urbaine étudiante semble toutefois plus marquée encore que celle de l’ensemble de la population. Un tel sujet aura pour but de mettre en évidence les interactions entre la poursuite d’études supérieures et le territoire. Comment mener une « analyse de la mobilité en interaction avec la vie familiale économique et sociale des individus » selon la terminologie de D. Courgeau1 ? Il convient en effet, non pas d’appréhender les migrations en tant qu’objet d’étude, mais comme préalable à une localisation liée à un statut particulier. Afin de répondre complètement à la question de l’influence de la poursuite d’études sur le lieu de résidence, il est nécessaire, non seulement de mesurer les choix de résidence induits par l’entrée dans les études, mais également ceux découlant de leur sortie. Un tel questionnement passe, dans un premier temps, par la sélection d’une source de données permettant de répondre à la question posée de la façon la plus globale et la moins biaisée, avant, dans un deuxième temps, de pouvoir présenter quelques résultats issus de la source sélectionnée.

  • 2 Ces derniers se définissent comme « un regroupement d’une ou plusieurs communes entières ». plus pr (...)

Carte 1 : Nombre d’étudiants par pseudo-canton2 (1 point = 200 étudiants)

Carte 1 : Nombre d’étudiants par pseudo-canton2 (1 point = 200 étudiants)

Source : Exploitation au 1/20° du recensement 1999

Données

2Le choix de la source de données doit, selon les questions posées par le sujet, répondre à une double difficulté.

3D’une part, il faut pouvoir isoler la population concernée, ici les étudiants en formation initiale. Si cette catégorie n’inclut pas les personnes en formation continue, elle comprend, par contre, les étudiants salariés en formation initiale qui, suivant les sources de données, pourraient ne pas avoir été considérés comme étudiants du fait de leur activité salariée.

  • 3 Atlas régional - les effectifs d’étudiants en 2004-2005, DEP, 2005.

4D’autre part, la présente étude se focalise sur la mesure d’une corrélation entre deux phénomènes : migration et suivi d’études supérieures. Par conséquent, une fois le problème de la définition de la population étudiée résolu, il est nécessaire d’avoir des données renseignant à la fois sur les changements de domicile et sur l’acquisition et la perte du statut d’étudiant. Dans la mesure où aujourd’hui la quasi-totalité des départements français abrite un site d’enseignement supérieur3, la réponse à la question de l’impact de la poursuite d’études supérieures sur le lieu de résidence doit pouvoir se faire à un échelon infra-départemental. Sinon, la plus ou moins grande attractivité territoriale de certaines régions ou départements pourra être dégagée mais cela ne permettra pas de déterminer les zones d’accueil et de départ des étudiants ; autrement dit l’impact des flux d’étudiants sur les populations concernées.

Sources de données possibles

5À première vue, la nécessité de connaître et de dater tous les événements liés aux études et aux changements de résidence des personnes considérées dans l’analyse, semble désigner l’enquête spécifique comme le recueil de données le plus adapté. Toutefois, en dépit de cet a priori théorique en faveur des enquêtes spécifiques, des sources « exhaustives » (fichiers des services d’éducation, recensement général de la population) seront examinées.

Les enquêtes

6Les étudiants peuvent y être clairement identifiés et la méthode rétrospective ou à passages répétés peut nous fournir une chronologie des événements suffisamment fine pour connaître les différents lieux d’habitation ainsi que le début et la fin des études supérieures. Cependant, la quantification du lien entre la poursuite des études supérieures et un changement de domicile est rendue difficile par la nature même de la relation. Ainsi, il est difficile de savoir si un mouvement migratoire d’un individu est lié à sa formation supérieure ou à d’autres raisons. Il ne suffit pas pour cela de disposer des mouvements migratoires des étudiants puisque le choix du lieu de résidence peut s’effectuer par anticipation de l’acquisition de ce statut. Un bachelier peut par exemple aller s’installer dans une commune abritant un site universitaire en vue d’une future inscription. Dans ce cas, le déménagement est bien lié à la poursuite d’études supérieures mais s’est déjà produit avant leur début. De façon plus complexe, l’anticipation des études peut se traduire, sinon par un maintien dans la résidence initiale, du moins par une absence de changement de commune. Ainsi, un futur étudiant peut ne pas s’installer dans une commune périphérique où migrent ses parents si l’offre de formation y est moins développée que dans la commune d’origine. Inversement, un étudiant en formation peut suivre ses parents dans une migration vers une commune plus centrale sans pour autant que cette migration soit une adaptation à l’offre de formation de la commune. Dans ce cas, l’installation s’est faite pendant que la personne était étudiante mais n’est pas entièrement liée à ce statut. Il est clair, au travers de ces exemples, qui sont loin d’être exhaustifs, que la localisation pour raison d’études n’implique pas nécessairement un mouvement migratoire associé, et qu’on doit pouvoir appréhender les cas de non-départs pour cause d’études ainsi que les migrations pour autre cause, de manière symétrique. Dès lors, le recours à une enquête peut permettre une analyse d’interactions entre phénomènes, à condition, non seulement que l’on dispose du lieu de résidence de l’individu interrogé avec ses dates de début et de fin d’études ainsi que de son parcours migratoire associé s’il y a lieu, mais encore que cette enquête s’adresse à toutes les personnes en âge de poursuivre des études supérieures en formations initiales qu’elles le fassent ou non. La localisation particulière pour raison d’études pourra alors être mise en avant.

  • 4 C. Grignon, L. Gruel (1999), La Vie étudiante, PUF, 195 p.

7On trouve aujourd’hui en France plusieurs organismes producteurs d’enquêtes concernant directement ou indirectement les étudiants. L’Observatoire national de la Vie Étudiante (OVE) organise depuis 1994, et ce tous les trois ans, une enquête sur les conditions de vie des étudiants. Cette enquête s’adresse à « l’ensemble des inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur français»4. Cependant, la dernière enquête en date ne ciblait, en attendant de s’étendre, qu’environ les 3/4 des étudiants inscrits en 2002/2003. Le nombre de répondants s’élevait à un peu plus de 25 000 (pour une cible de 72 500 étudiants). Comme son nom l’indique, cette enquête s’intéresse aux conditions de vie des étudiants, cependant, les questions posées pourraient nous apporter des éléments de réponses sur la localisation induite par la poursuite d’études (dans la mesure où cette enquête ne sonde que des étudiants, il n’y aura aucune information sur les changements de résidence liés à l’arrêt des études). Le questionnaire est très complet sur le cursus des étudiants jusqu’au moment de l’enquête mais les seules informations géographiques sont les communes d’étude, ainsi que les départements de naissance et d’obtention du baccalauréat.

  • 5 Le CEREQ possède un département consacré aux «entrées dans la vie active ». Un de ses moyens de rec (...)

8Au travers de ses « enquêtes générations »5, les données du Centre d’Études et de Recherches sur les Qualifications (CEREQ) pourraient être adaptées à la problématique posée. Ce type d’enquêtes ne s’adresse qu’aux seuls étudiants en formation initiale, et, si elle ne retrace pas les changements de résidence liés à l’entrée dans les études, demande néanmoins aux enquêtés la commune de résidence à l’arrêt des études et au moment de l’enquête. Cette information manque de précision mais pourrait permettre une première approche sur le sujet. Malheureusement, la taille de l’échantillon n’autorise qu’un découpage régional des individus (pour la « génération » 1998).

  • 6 Sept enquêtes FQP ont eu lieu depuis 1964, date de la première, et la dernière a été réalisée en 20 (...)
  • 7 L’enquête emploi pose une question sur la résidence à la dernière enquête, mais cette dernière met (...)

9Pour terminer avec les enquêtes, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) réalise de nombreuses enquêtes. Les Enquêtes Emploi et Formation, Qualification Professionnelle retracent la biographie scolaire ainsi que le parcours professionnel des personnes sondées6. Chacun des deux types d’enquêtes s’intéresse à la mobilité géographique ainsi qu’au parcours scolaire mais aucune ne retrace l’ensemble des lieux de résidence des personnes enquêtées7. Là encore les renseignements enregistrés semblent insuffisants pour répondre à la problématique posée. À côté des enquêtes spécifiques concernant les étudiants, coexistent des sources de données exhaustives. C’est la seule source de données permettant de comparer les comportements migratoires des étudiants avec ceux des autres jeunes des mêmes générations.

Les sources de données exhaustives

10La première source de données exhaustive concernant les étudiants est la base de données du Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement et de la Recherche. La Direction de l’Évaluation et de la Prospective (DEP) collecte et compile les bases de données des divers établissements d’enseignement supérieur. Mis à part le fait qu’elle ne s’intéresse qu’aux individus en cours d’études et ne fournit donc aucune information sur les modifications de résidence consécutives à la perte du statut d’étudiant, les informations collectées ont avant tout un but administratif (compter les étudiants, savoir dans quelle filière et dans quelle année d’études ils sont...). On y trouve normalement, cependant, l’adresse de l’étudiant ainsi que la date de début d’études, mais cela ne s’accompagne que du département d’obtention du baccalauréat. Il est, lui aussi, très riche sur le parcours en tant qu’étudiant mais pauvre sur la provenance et le devenir de ces derniers, et ne donne aucune indication permettant la comparaison des comportements migratoires des étudiants et des autres jeunes des mêmes générations.

11Il reste une dernière source de données exhaustive à prendre en considération : le recensement général de la population. Ce n’est pas une source spécifiquement consacrée aux étudiants et elle n’est pas non plus la plus riche pour retracer les migrations éventuelles, en raison de l’importance des écarts inter-censitaires (on connaît juste la résidence au recensement précédent). Cependant, le questionnaire individuel identifie les personnes fréquentant un établissement d’enseignement, qu’il est possible de croiser avec le niveau d’études, et cette source est la seule à permettre un travail à un échelon local fin.

Les limites d’exploitation des données disponibles

Restrictions méthodologiques

  • 8 D. Courgeau, op cit.
  • 9 Plus précisément, les données au 1/20° du recensement général de la population de 1999.

12Les enquêtes disponibles peuvent se révéler assez riches sur la reconstitution de l’ensemble du cursus scolaire suivi par les enquêtés. Elles fournissent aussi des indications de résidence, sans pour autant retracer le parcours migratoire associé à la poursuite d’études supérieures. Les indications de résidence sont ponctuelles et aucune enquête ne pose explicitement la question du choix de résidence relatif au suivi d’études supérieures. Même en ayant les lieux de résidence au moment de l’entrée en études supérieures et au moment de leur arrêt, nous ne pourrions avoir une mesure directe du phénomène, puisque nous n’aurions pas les causes directes de la migration. Même en imaginant un questionnaire posant explicitement cette question, et mis à part le problème du nombre de répondants, inhérent aux enquêtes (rendant toujours difficile, voir impossible un découpage infra-départemental), la mesure non biaisée du phénomène suppose que les personnes interrogées, dont la migration est liée à un statut, n’auraient pas migré dans ce même lieu sans l’acquisition de ce statut, et que les autres individus, étant restés, ou ayant émigré vers une autre destination, ne possèdent pas ce statut. Autrement dit, ici, pour mesurer sans biais un choix de résidence lié au fait de devenir étudiant, il faudrait être sûr que l’étudiant enquêté venu s’installer dans la commune A (et provenant de la commune B) pour cause d’études, ne serait pas venu en A s’il n’avait pas fait le choix de devenir étudiant, et qu’aucune autre personne de la commune B, non enquêtée, résidant encore en B ou ailleurs qu’en A ne soit étudiante. Il est donc visible que la seule adaptation du questionnaire à la problématique est insuffisante, la définition de la population ciblée par l’enquête (étudiants et autres jeunes du même âge) étant primordiale. De ce point de vue, c’est l’Enquête Emploi qui semblerait la plus adaptée, dans la mesure où il suffirait de rajouter un nombre limité de questions pour obtenir une mesure sans biais du lien entre une localisation particulière et le fait d’être étudiant, le large effectif échantillonné lors de cette enquête permettant un certain nombre de subdivisions spatiales dont les contours pourraient être définis à partir des données du recensement. En l’absence de ces questions dans l’Enquête Emploi, il convient d’entreprendre ici une analyse à partir des données du recensement, qui, du fait de leur couverture systématique du territoire et des populations, en fait un préalable nécessaire à toute exploitation d’enquête, fût-elle parfaitement adaptée. Cela conduit à travailler à partir d’une corrélation supposée entre plusieurs phénomènes. C’est ce qui est fait dans de nombreux cas similaires (étude de la localisation des actifs, de migrations liées au marché du travail...). Cette utilisation des sources de données exhaustives (administratives ou non) conduit la plupart des démographes « à élaborer des concepts qui peuvent paraître surprenants à une personne non avertie8» .Néanmoins, ces concepts apportent de l’information correcte, à condition de les prendre pour ce qu’ils sont et non pas d’imaginer ce qu’ils pourraient être. Non seulement les données d’enquêtes disponibles n’apportent pas les données nécessaires à une mesure parfaite de l’impact de la poursuite d’études supérieures sur les choix de localisation, mais encore ne permettent pas de travailler à un échelon géographique infra-départemental. Les données du fichier de la DEP, répondent à ce problème, cependant, elles ne concernent que les seuls étudiants. Par conséquent, ce travail s’effectuera à partir des données du recensement général de la population de 19999.

Restrictions d’exploitation des données du recensement

13L’utilisation des données du recensement général de la population de 1999 pose essentiellement deux problèmes quant à l’analyse de l’influence du statut d’étudiant sur le choix du lieu de résidence. Le premier tient au fait que l’exploitation de cette source ne permet pas de comptabiliser les migrations d’étudiants, puisqu’il ne dénombre que les étudiants n’ayant pas la même résidence à deux recensements successifs. Or le statut d’étudiant est susceptible d’être perdu par la quasi-totalité des gens l’ayant vécu. Aussi, en raisonnant à génération égale, ne seront considérés comme étudiants migrants au cours de la période inter-censitaire 1990-1999 que les personnes n’ayant pas la même résidence en 1990 et en 1999 et poursuivant encore des études en 1999, autrement dit seront sélectionnés les étudiants ayant mené de longues études supérieures ou ceux les ayant entreprises plus tardivement. Cet effet de sélection, bien que moins visible en mélangeant les générations, ne permet donc pas d’assimiler migrations étudiantes entre 1990 et 1999 et étudiants 1999 n’ayant pas la même résidence en 1990 et en 1999. C’est pourquoi, ici, seront moins ciblées les migrations pour cause d’études que leurs résultantes sur les populations d’origine et de destination.

  • 10 Proportion de personnes recensées en 1999 ayant déclaré une activité salariée parmi celles diplômée (...)
  • 11 Philippe Julien, Jean Laganier et Jacques Pougnard (2001), Les études supérieures : un motif de mig (...)

14La deuxième difficulté associée au recours au recensement provient de la diversité des situations socioprofessionnelles des étudiants. En effet, ces derniers sont a priori considérés comme une catégorie d’inactifs, et donc classés par le recensement en tant que tels, néanmoins une partie d’entre eux travaillent. Les étudiants salariés sont donc absents de nombreuses études concernant les étudiants, alors même que, d’après nos estimations, ils représentent presque 20% d’entre eux10. De façon à ne pas les écarter arbitrairement l’identification des étudiants repose ici non pas sur les seules catégorisations liées à l’activité mais sur le croisement de trois critères. On trouve dans le bulletin individuel du recensement une question concernant la fréquentation on non d’un établissement d’enseignement. En croisant cette donnée avec le niveau d’étude ou le plus haut diplôme obtenu, renseignés pour toutes les personnes de 15 ans ou plus, il est possible d’obtenir le nombre total d’étudiants de France. C’est le calcul effectué par Philippe Julien, Jean Laganier et Jacques Pougnard11 qui obtiennent un total de 2 044 000 étudiants. Cependant, ils se sont intéressés à toutes les personnes en formation, alors que seuls les étudiants en formation initiale sont ciblés dans ce travail, car ils sont les plus susceptibles d’avoir un comportement résidentiel différentiel lié à leurs études supérieures. Le calcul se restreint donc aux individus déclarant fréquenter un établissement d’enseignement, dont le dernier diplôme obtenu est au moins équivalent au baccalauréat et dont l’activité principale est d’être scolaire ou actif ayant un emploi. Les chômeurs, les retraités et les autres inactifs ont volontairement été exclus afin de se rapprocher au mieux du nombre d’étudiants en formation initiale. Afin de séparer les étudiants de l’ensemble des scolaires, le dernier diplôme obtenu a été retenu. Le recensement fournissant le niveau d’étude, cette variable aurait également pu être utilisée. Mais en faisant le calcul pour chacune des variables, il apparaît une différence de 172 112 personnes, avec 2 160 851 étudiants en utilisant le diplôme et 1 988 739 en choisissant une discrimination par niveau d’étude. A priori, l’écart peut résulter du fait qu’une partie des bacheliers suit une formation d’un niveau inférieur ou égal au baccalauréat, mais cela ne suffit pas pour expliquer une telle différence. Il est, en fait, probable qu’une partie des bacheliers inscrits en première année d’études supérieures ait considéré qu’elle avait un niveau d’étude égal au baccalauréat puisque le recensement ayant eu lieu en mars, leur année scolaire n’était pas achevée. Il a donc semblé plus pertinent de dénombrer les étudiants en fonction du plus haut niveau de diplôme obtenu (soit 2 160 851 étudiants).

15Si les étudiants de 1999 n’ayant pas la même résidence qu’en 1990 peuvent être dénombrés, rien n’est su sur la résidence antérieure des individus ayant arrêté leurs études. Dans l’ensemble de la population, rien ne permet d’identifier ces « anciens étudiants ». L’arrêt des études peut survenir après l’obtention d’un diplôme, mais ce n’est pas toujours le cas. Le recensement indiquant le niveau d’étude, la prise en compte des non-étudiants ayant un niveau d’études supérieures fournit l’effectif le plus proche des « anciens étudiants », même s’il omet ceux n’étant pas allé au bout de leur première année d’études supérieures ou du moins s’étant considérés comme tels. Afin de se rapprocher au mieux de ce qui se passe juste après l’arrêt des études supérieures, les « anciens étudiants » sont restreints aux seuls âgés de 18 à 30 ans. L’analyse étant effectuée dans les deux cas à partir des données de 1999, les « anciens étudiants » ne correspondent pas aux étudiants précédemment cités. Cependant, comme la carte de la répartition des étudiants en France métropolitaine est sensiblement la même depuis une dizaine d’années, et comme les comportements n’évoluent pas vite, la comparaison de ces deux populations va permettre de voir si les lieux de fortes concentrations étudiantes sont aussi ceux de forte concentration « d’anciens étudiants » récents.

16Afin d’isoler l’impact des études supérieures sur le lieu de résidence, plusieurs éléments sont à prendre en considération. D’une part, se pose la question du lieu de résidence des étudiants, et son rapport avec le lieu d’études et la résidence lors du recensement précédent. D’autre part, cette analyse peut être approfondie en mesurant l’impact de la présence, ou de l’absence, d’étudiants, sur la structure des populations et le poids des étudiants actuels et passés au sein de chaque génération.

Résultats

17La particularité géographique de l’offre de formation supérieure nécessite un travail à un échelon infra-départemental pour ne pas « gommer » les différents impacts territoriaux de la présence ou de l’absence d’étudiants. Cependant, il ne serait pas pour autant très pertinent de traiter l’ensemble des communes de manière individuelle. En revanche, l’exhaustivité territoriale du recensement offre la possibilité de regrouper les communes selon un zonage spécifique suivant des critères adaptés à l’étude de la localisation étudiante, et ainsi d’étudier l’impact de la présence ou non d’étudiants sur les populations des différentes zones.

Détermination et caractéristiques des zones

Critères et choix des zones d’étude

  • 12 Ce nombre de 200 permet d’éviter de comptabiliser une commune abritant un lycée offrant trois Breve (...)

18La détermination du zonage d’étude doit répondre à un objectif d’homogénéité maximale selon des critères de comportements résidentiels des étudiants. Cherchant à subdiviser le territoire métropolitain de façon à mettre en évidence les manifestations les plus homogènes du comportement résidentiel des étudiants et de leurs conséquences démographiques, la présence éventuelle de pôles d’études supérieures dans une commune s’impose naturellement comme critère premier. Néanmoins, afin d’éviter de trop grandes fluctuations liées à des communes n’abritant qu’un petit nombre de formations supérieures de type Brevet de Technicien Supérieur, n’ont été sélectionnées que les seules communes comptant au moins 200 étudiants inscrits12. Il y en a 644 sur le territoire métropolitain. Parmi les communes comportant des pôles d’études supérieures, leur niveau d’urbanisation et de centralité dans les aires urbaines semblait déterminer des comportements résidentiels différents (carte 1). Le choix du type d’espace s’impose donc comme deuxième critère de sélection des zones. Cette discrimination permet d’aboutir à 6 zones :

  • Zone 1 : Paris, 1 commune ;

  • Zone 2 : villes-centres des aires urbaines de plus de 200 000 habitants, 52 communes ;

  • Zone 3 : villes-centres des aires urbaines de 20 000 à 200 000 habitants, ayant au moins 200 étudiants inscrits, 158 communes ;

  • Zone 4 : banlieues et couronnes périurbaines des aires urbaines d’au moins 20 000 habitants ayant au moins 200 étudiants inscrits, 326 communes ;

  • Zone 5 : autres communes ayant au moins 200 étudiants inscrits, 88 communes ;

  • Zone 6 : reste des communes métropolitaines, 35 662 communes.

Caractéristiques élémentaires des zones

Tableau 1 : Étudiants inscrits

zone

étud. inscrits

moy./com.

prop./zone

1

285 555

14 278

13,26

2

823 567

15 838

38,23

3

383 971

2430

17,82

4

530 885

1628

24,64

5

32 271

367

1,50

6

97 982

3

4,55

total

2 154 231

59

100,00

Source : exploitation au 1/20° des données du recensement 1999

Tableau 2 : Étudiants résidents

zone

étud. résid.

moy./com.

prop./zone

population

prop. étud.

1

183 218

9161

8,48

2 124 744

8,62

2

591 306

11 371

27,36

5 692 582

10,39

3

262 471

1661

12,15

6 043 376

4,34

4

425 612

1306

19,70

8 598 686

4,95

5

21 789

248

1,01

824 498

2,64

6

676 455

19

31,31

35 234 726

1,92

total

2 160 851

60

100,00

58 518 612

3,69

Source : exploitation au 1/20° des données du recensement 1999

19Bien que le premier critère de discrimination des communes soit la présence d’un site d’enseignement supérieur, la lecture du tableau 1 indique que plus de 30% des étudiants en 1999 résident dans la zone 6. Cependant, comme cette dernière zone compte 35 662 communes, cela ne représente en moyenne que 19 étudiants par commune (tableau 2), soit en fait moins de 2% de la population de cette zone. Paris, à elle seule, regroupe plus de 8% des étudiants de France métropolitaine et compte également plus de 8% d’étudiants dans sa population. Les étudiants représentent en moyenne 3,69% de la population métropolitaine. La proportion est à peine supérieure dans les zones 3 et 4, alors que ces zones concentrent respectivement 12,15 et 19,70% des étudiants. Il est à noter que la somme des étudiants inscrits dans une formation de niveau supérieur (2 154 231) n’est pas égale à la somme des étudiants résidant en France métropolitaine (2 160 851). Cette différence s’explique par le fait que des étudiants poursuivent un cursus en dehors des zones d’étude, notamment à l’étranger. Au final, plus de la moitié des étudiants sont inscrits dans les villes-centres des aires urbaines de plus de 200 000 habitants (y compris Paris), mais ils ne sont que 38% à y résider. Comme une part importante des étudiants résident dans des communes n’abritant pas de site de formation supérieure (zone 6), la proportion des étudiants résidant dans les zones offrant des formations supérieures sur l’ensemble des étudiants est toujours inférieure à celle des étudiants inscrits. Cela conduit à supposer que tous les étudiants ne migrent pas pour leurs études et préfèrent effectuer les allers-retours entre leur domicile et leur lieu d’études. Il convient maintenant de s’interroger sur l’influence des flux d’étudiants sur les structures des populations des diverses zones.

Impact de la présence ou de l’absence des étudiants et « anciens étudiants » sur la population

20S’intéresser à la localisation particulière des étudiants sur le territoire métropolitain amène à travailler sur les interactions entre ces deux entités. Il en ressort donc une interrogation sur l’influence des étudiants sur les structures par âge des différentes zones, ainsi que des questions sur l’attractivité des diverses zones. Comment exploiter les données du recensement afin d’y répondre ?

Surplus ou déficit d’étudiants

21Comment mesurer l’impact des étudiants sur les populations des différentes zones et comment savoir si une zone est plutôt un espace d’accueil ou de départ ? À la première partie de la question vient naturellement l’idée de tracer les pyramides des âges des différentes zones, et de simuler ce à quoi elle ressemblerait, sans les étudiants et « anciens étudiants ». Les données du recensement permettant de connaître la résidence lors du recensement précédent, il est également possible de représenter ces mêmes pyramides selon la résidence en 1990. Il en découle, par exemple, pour Paris, la pyramide des âges de la population résidente en 1990, et son allure en l’absence des futurs étudiants (c’est-à-dire des individus recensés comme étudiants en 1999) et « anciens étudiants ». La comparaison des deux types de pyramides met en avant les espaces d’accueil et de départ des étudiants et « anciens étudiants » par comparaison de l’importance de leur poids au moment des deux recensements (figure 1).

  • 13 Les pyramides ne commencent qu’à 1 an car le recensement ayant eu lieu au mois de mars 1999, seules (...)
  • 14 La figure 1 représente, pur chaque zone et suivant l’année de résidence, trois pyramides : la popul (...)

Figure 1 : Pyramides des âges (atteints en 199913) de la population recensée en 1999, en France métropolitaine, selon sa résidence en 1999 et 1990, avec et sans les étudiants et les « anciens étudiants » (pour 10 000 personnes recensées en 1999)14

Figure 1 : Pyramides des âges (atteints en 199913) de la population recensée en 1999, en France métropolitaine, selon sa résidence en 1999 et 1990, avec et sans les étudiants et les « anciens étudiants » (pour 10 000 personnes recensées en 1999)14

Source : exploitation au 1/20° des données du recensement 1999

22Pour 1999, trois types de zones sont à distinguer :

  • Paris et les villes-centres (zones 1 à 3), dont la pyramide s’élargit fortement aux âges des études supérieures ;

  • les communes situées en périphérie urbaine et les autres communes abritant des sites d’enseignement supérieur, dont les pyramides sont proches de la moyenne métropolitaine ;

  • et les autres communes métropolitaines, qui ont un rétrécissement visible autour de 20 ans. Les pyramides représentant la population en l’absence d’étudiants fait apparaître dans les trois cas un creux dans la pyramide de la population, y compris dans la zone 6, n’abritant pas de site de formation supérieure d’au moins 200 étudiants.

23Pour Paris, enlever les étudiants amène un rétrécissement important entre 20 et 22 ans, mais le pic de population à 27 ans demeure. Il n’est donc pas imputable à cette population. Il s’explique en effet par la présence des « anciens étudiants », comme l’indique la pyramide de la population en l’absence des ces derniers. Considérant cette pyramide de Paris 1999 et ce qu’elle serait si y résidaient encore les Parisiens de 1990 recensés en 1999 en France métropolitaine, deux constats sont à formuler:

  • les échanges migratoires 1990-1999 ont augmenté le nombre d’étudiants, notamment les plus âgés d’entre eux (au-delà de 20 ans),

    • 15 Bernard Aubry, Christophe Bergougnian,Nicolas Cauchy-Duval, Alain Parant, « L’évolution de la popul (...)

    les échanges migratoires 1990-1999 ont augmenté le nombre « d’anciens étudiants » relativement jeunes (avant 30 ans), « traduisant surtout des migrations professionnelles en provenance prédominante de la banlieue parisienne et des grands pôles urbains de province »15, et réduit celui des « anciens étudiants » plus âgés et de leurs enfants, qui semblent à ce titre partager les comportements migratoires des autres Parisiens de ces âges.

24En ce qui concerne les villes-centres des aires urbaines de plus de 200 000 habitants, le poids des étudiants y est plus important, surtout aux jeunes âges. Au-delà de 27 ans, la fin du « pic » est en grande partie imputable au départ des « anciens étudiants ». Là encore, les échanges migratoires 1990-1999 ont augmenté le nombre d’étudiants, mais cette augmentation concerne aussi les plus jeunes d’entre eux. En revanche, les échanges migratoires 1990-1999 ont diminué le nombre « d’anciens étudiants ». Ce déficit migratoire « d’anciens étudiants » provient probablement à la fois de facteurs professionnels, notamment la mobilité résidentielle vers Paris, et de facteurs familiaux et locatifs, mobilité résidentielle vers des espaces plus périphériques.

25Pour les villes-centres des aires urbaines de 20 000 à 200 000 habitants, le léger renflement aux jeunes âges adultes, en particulier pour les étudiants, résulte d’un modeste excédent migratoire 1990-1999. En comparaison de la situation observée dans les villes-centres des plus grandes aires urbaines, cette moindre augmentation d’origine migratoire du nombre d’étudiants implique naturellement une plus faible réduction migratoire du nombre « d’anciens étudiants ». Ces derniers constituent ici un réservoir moins vaste et sans doute d’un niveau d’éducation plus faible incitant moins aux migrations vers Paris.

26En ce qui concerne les autres zones comprenant des pôles d’études, la présence d’étudiants inscrits n’amène pas à un élargissement de leurs pyramides pour les jeunes adultes, mais leur absence induirait un creux important. Il semble donc que l’existence de sites d’enseignement supérieur dans ces zones, si elle n’amène pas d’étudiants, évite du moins un déficit migratoire en la matière.

27Bien que les communes n’abritant pas de site de formations supérieures (zone 6) subissent déjà un déficit de jeunes adultes, le retrait des étudiants entraîne un creux encore plus important en 1999. L’absence de pôle d’enseignement supérieur induit un déficit migratoire important d’étudiants, entre 1990 et 1999.

Mesure de l’attractivité des zones

28Les pyramides précédemment étudiées (figure 1) ont constitué une première approche afin de dégager les lieux de provenance et d’arrivée des étudiants. Cependant, cette représentation, si elle figure bien les impacts sur les populations, ne donne pas une bonne image des soldes migratoires entre les deux recensements des hommes et femmes étudiants et « anciens étudiants ». Pour apporter une réponse plus précise à la question de l’attractivité relative des diverses zones, il convient donc de faire figurer sur un même graphique les proportions d’étudiants et « d’anciens étudiants » selon leur lieu de résidence en 1999, et selon qu’ils étaient déjà présents on non en 1990 (figure 2). La différence entre les deux courbes mesure le solde migratoire (aux allers-retours près) de chacune de ces deux populations dans les différentes zones.

Figure 2 : Proportion d’étudiants et « d’anciens étudiants ».

Figure 2 : Proportion d’étudiants et « d’anciens étudiants ».

Source : exploitation au 1/20° des données du recensement 1999

29Si la proportion d’étudiants au sein de la population de chaque âge atteint en 1999, est maximale entre 19 et 22 ans quelle que soit la zone métropolitaine de résidence en 1999 (figure 2), le niveau de ce maximum varie fortement d’une zone à l’autre, et, dans une moindre mesure, d’un sexe à l’autre. Ainsi, au sein des communes dépourvues de pôle d’études supérieures, à peine plus du quart des jeunes hommes de 21 ans, y résidant en 1999, poursuivent de telles études, a contrario, les trois quarts des jeunes femmes du même âge, résidant en 1999 dans les villes-centres de grandes aires urbaines sont inscrites dans un établissement d’enseignement supérieur. Entre ces deux situations extrêmes s’observe toute une gamme de proportions allant :

  • des communes comprenant des pôles d’études supérieures dont la taille est trop faible pour que plus de 40% des jeunes adultes de 21 ans y soient étudiants ;

  • à Paris, ville pour laquelle la situation diffère, sur ce plan, peu de celle des villes centres de province ;

30en passant par les communes urbaines périphériques et les villes-centres de moindre importance pour lesquelles la proportion d’étudiants dans la population de 21 ans y résidant en 1999 varie autour des 50%.Ces disparités géographiques en matière de poids des étudiants au sein des jeunes adultes résidents en 1999, résultent pour une grande part des migrations différentielles associées de façon plus ou moins directe à la poursuite des études supérieures. Le poids des étudiants au sein des jeunes adultes de 21 ans en 1999 résidant dans les différentes zones en 1990, varie de 37% (hommes résidant en 1990 dans les communes sans pôle d’études supérieures) à 65% (femmes résidant en 1990 à Paris) et non plus de 25% à 75% comme c’est le cas lorsque l’on considère la résidence 1999. On peut néanmoins constater que, malgré cette quasi-neutralisation du facteur migratoire, de fortes disparités subsistent encore, les zones où la concentration résidentielle des étudiants est la plus forte en 1999 étant aussi celles au sein desquelles la concentration des futurs étudiants était, en 1990, la plus forte. Le maintien de cette corrélation territoriale peut provenir à la fois de la composition sociale des populations de ces zones et de l’accès différentiel aux équipements d’enseignement supérieur, la présence de ces derniers contribuant à déterminer le zonage. Quoi qu’il en soit, la séparation du rôle de ces deux facteurs résiduels de différence territoriale paraît ardue tant les différences d’accès aux équipements collectifs dépendent à la fois de leur proximité et des moyens économiques des familles mais possiblement aussi de leurs représentations sociales.

31L’analyse des écarts entre : la courbe du poids des étudiants au sein de la population des jeunes adultes de chaque âge en 1999, selon la zone de résidence en 1999 et la courbe du poids des futurs étudiants au sein de la population des jeunes adultes de chaque âge en 1999 selon la zone de résidence en 1990 met en évidence une forte attractivité migratoire des étudiants pour les villes-centres des grandes aires urbaines de province, et, dans une bien moindre mesure, pour Paris. Les villes-centres des aires urbaines plus modestes et les communes urbaines périphériques pourvues d’un pôle d’études supérieures montrent une situation proche de l’équilibre recouvrant probablement de forts mouvements d’émigration sélective comme d’immigration sélective. Enfin, la faible taille des pôles d’études supérieures des autres communes qui en sont pourvues ne leur permet guère de se différencier des communes n’en ayant pas, dans les deux cas elles s’illustrent par une répulsion migratoire des étudiants.

32Précédemment, il a été vu que pour une même zone de résidence en 1999, la proportion d’étudiants au sein des jeunes adultes d’un même âge est plus faible chez les hommes que chez les femmes, un écart variant entre 5 et 10% pouvant être observé pour chacune des six zones. En se basant, non plus sur la résidence 1999, mais sur la résidence 1990, et en effectuant la même comparaison, il est à remarquer une différence encore plus nette, notamment dans les communes dépourvues de pôle d’études supérieures, comme si les jeunes femmes s’adaptaient davantage par la mobilité résidentielle à l’absence d’équipements à proximité. Dans toutes les zones analysées la proportion « d’anciens étudiants » au sein de la population de chaque âge atteint en 1999, augmente à partir de 20 ans pour atteindre un maximum vers 26-27 ans et décroître très progressivement au fil des âges ultérieurs. Dans la mesure où le niveau d’études atteint par une personne ne peut régresser, cette diminution de la proportion « d’anciens étudiants » après 28 ans reflète l’augmentation du niveau d’études au sein des générations les plus récentes. À l’inverse, le statut d’étudiant pouvant se perdre, la baisse de la proportion d’étudiants à partir de 22 ans, traduit davantage l’âge de fin des études supérieures que son évolution, certes non négligeable, au fil des générations en âge d’étudier en 1999.

33De façon générale, les proportions « d’anciens étudiants » à 27 ans sont d’autant plus élevées que les proportions d’étudiants parmi les 21 ans de chaque zone sont importantes, mais cette corrélation est tempérée par la relative faiblesse de la sélection migratoire des « anciens étudiants ». C’est pourquoi, les différences entre zones de résidence 1999 en matière de proportion « d’anciens étudiants » au sein de la population de chaque âge, sont nettement plus faibles que les différences précédemment observées en matière de proportion d’étudiants. Ainsi, pour la plupart des zones, la proportion « d’anciens étudiants » parmi la population de chaque âge atteint en 1999, diffère peu, qu’on la mesure au sein des résidents de 1999 ou des anciens résidents de 1990. Paris et, dans une moindre mesure, les villes-centres des grandes aires urbaines de province, se distinguent cependant par des effets non négligeables de sélection migratoire des « anciens étudiants ». Paris présente une forte attractivité migratoire vis-à-vis des « anciens étudiants », leur proportion parmi la population de 23 à 34 ans en 1999, étant bien supérieure au sein des résidents de 1999 à ce qu’elle est au sein des anciens résidents de 1990. Les villes-centres des grandes aires urbaines de province se caractérisent au contraire par une modeste répulsion migratoire des « anciens étudiants », la proportion « d’anciens étudiants » parmi la population de 28 à 40 ans en 1999, étant légèrement inférieure au sein des résidents de 1999 à ce qu’elle est au sein des anciens résidents de 1990. Malgré cette réduction migratoire du poids des « anciens étudiants » dans ces villes-centres, leur proportion, à un même âge et pour un même sexe, reste un peu supérieure à ce qui peut être observé dans la plupart des zones moins urbanisées et/ou moins centrales.

Vue d’ensemble

34Travailler sur des interactions entre phénomènes, et particulièrement sur celles faisant intervenir des migrations, pose des problèmes de mesure. L’analyse parallèle de la manifestation de ces phénomènes permet toutefois la production de certains résultats. L’exploitation des données au 1/20° du recensement de 1999 a permis, au travers la réalisation d’un zonage d’études, de mettre en avant la concentration des étudiants dans les zones leur offrant des formations, comme on pouvait s’y attendre, mais également l’absence de migration, moins évidente, d’une partie des étudiants des zones qui en sont dépourvues, les amenant donc à effectuer des allers-retours. Pour ce qui est des « anciens étudiants », les migrations que l’arrêt des études a pu entraîner sont d’autant plus difficiles à évaluer qu’elles font entrer en jeu d’autres paramètres qui ne sont pas seulement la proximité d’un emploi (déjà difficile à appréhender), comme la volonté de trouver un habitat correspondant à l’évolution de leur situation familiale.

Haut de page

Bibliographie

Atlas régional des effectifs étudiants en 2004-2005 (2005), Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement et de la Recherche.

AUBRY Bernard, BERGOUIGNAN Christophe, CAUCHI-DUVAL Nicolas, PARANT Alain (2005), La population de la France, évolutions démographiques depuis 1946, in L’évolution de la population de la France depuis 1946 : tendances et perspectives, tome I, CUDEP, 427 p.

COURGEAU Daniel (1988), Méthodes de mesure de la mobilité spatiale, migrations internes, mobilité temporaire, navettes, INED, 301 p.

GRIGNON Claude, GRUEL Louis (1999), La Vie Etudiante, PUF, 195 p.

JULIEN Philippe, LAGANIER Jean, POUGNARD Jacques (2001), Les études supérieures : un motif de migration, INSEE Première, n° 813, 4 p.

Sites Internet :

www.cereq.fr,

www.education.gouv.fr

www.insee.fr

Haut de page

Notes

1 D. Courgeau (1988), Méthodes de mesure de la mobilité spatiale, migrations internes, mobilité temporaire, navettes, INED, 301 p.

2 Ces derniers se définissent comme « un regroupement d’une ou plusieurs communes entières ». plus précisément, « dans les agglomérations urbaines, chaque canton comprend en général une partie de la commune principale et éventuellement une ou plusieurs communes périphériques et pour la ou les communes périphériques, le "Canton-ou-ville" est identique au vrai canton amputé de la fraction de la commune principale qu’il comprenait ». www.insee.fr.

3 Atlas régional - les effectifs d’étudiants en 2004-2005, DEP, 2005.

4 C. Grignon, L. Gruel (1999), La Vie étudiante, PUF, 195 p.

5 Le CEREQ possède un département consacré aux «entrées dans la vie active ». Un de ses moyens de recueil de données sur le sujet sont les « enquêtes générations » qui retracent l’insertion professionnelle des jeunes sortis de l’enseignement supérieur une même année (1992, 1998 et 2001). Si les sortants de 1992 n’ont été interrogés qu’une fois en 1997 ceux de 1998, l’ont déjà été trois fois (55 000 en 2001, puis 22 000 en 2003 et 16 000 en 2005). Quant à l’enquête concernant les sortants de 2001, elle a eu lieu en 2004. www.cereq.fr

6 Sept enquêtes FQP ont eu lieu depuis 1964, date de la première, et la dernière a été réalisée en 2003 auprès de 40 000 personnes de 18 à 65 ans. Les enquêtes emploi, quant à elles se faisaient par série (4 au total entre 1968 et 2002) et l’échantillon était renouvelé par tiers chaque année. Depuis le troisième trimestre 2001, l’enregistrement s’effectue en continu et l’échantillon est renouvelé par sixième chaque trimestre (environ 36 000 logements). www.insee.fr

7 L’enquête emploi pose une question sur la résidence à la dernière enquête, mais cette dernière met en avant, soit un maintien dans le même logement, soit une modification à l’échelle départementale. Quant aux enquêtes FQP, les modifications de résidences sont enregistrées à l’échelle communale, mais seulement entre le premier emploi et la date de l’enquête.

8 D. Courgeau, op cit.

9 Plus précisément, les données au 1/20° du recensement général de la population de 1999.

10 Proportion de personnes recensées en 1999 ayant déclaré une activité salariée parmi celles diplômées du baccalauréat et inscrites dans un établissement d’enseignement.

11 Philippe Julien, Jean Laganier et Jacques Pougnard (2001), Les études supérieures : un motif de migration, Insee première, n° 813, novembre.

12 Ce nombre de 200 permet d’éviter de comptabiliser une commune abritant un lycée offrant trois Brevets de Technicien Supérieur, comprenant chacun 2 niveaux d’étude, soit 6 classes, comme ville offrant des formations de niveau supérieur.

13 Les pyramides ne commencent qu’à 1 an car le recensement ayant eu lieu au mois de mars 1999, seules les naissances survenues entre le mois de janvier et le moment du recensement sont comptabilisées. Ce groupe a une influence négligeable, surtout sur une population concentrée sur les jeunes adultes.

14 La figure 1 représente, pur chaque zone et suivant l’année de résidence, trois pyramides : la population totalela population sans les étudiants (d’où la dénomination « étudiants » dans l’écart séparant les deux pyramidesla population sans les étudiants et sans les « anciens étudiants » (d’où la dénomination « anciens étudiants » dans l’espace entre les trois pyramides).

15 Bernard Aubry, Christophe Bergougnian,Nicolas Cauchy-Duval, Alain Parant, « L’évolution de la population de la France depuis 1946 : tendances et perspectives », in la population de la France, évolution depuis 1946, tome1

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Nombre d’étudiants par pseudo-canton2 (1 point = 200 étudiants)
Crédits Source : Exploitation au 1/20° du recensement 1999
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2631/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 1 : Pyramides des âges (atteints en 199913) de la population recensée en 1999, en France métropolitaine, selon sa résidence en 1999 et 1990, avec et sans les étudiants et les « anciens étudiants » (pour 10 000 personnes recensées en 1999)14
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2631/img-2.png
Fichier image/png, 97k
Crédits Source : exploitation au 1/20° des données du recensement 1999
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2631/img-3.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 2 : Proportion d’étudiants et « d’anciens étudiants ».
Crédits Source : exploitation au 1/20° des données du recensement 1999
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2631/img-4.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Caillot, « Analyse de la localisation étudiante sur le territoire métropolitain : approche méthodologique et présentation de quelques résultats », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 413-428.

Référence électronique

Mélanie Caillot, « Analyse de la localisation étudiante sur le territoire métropolitain : approche méthodologique et présentation de quelques résultats », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/2631 ; DOI : 10.4000/eps.2631

Haut de page

Auteur

Mélanie Caillot

Université Montesquieu – Bordeaux IV
Institut d’Études Démographiques (IEDUB)
Avenue Léon Duguit
33608 Pessac Cedex
caillot@u-bordeaux4.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org