Navigation – Plan du site
Articles

La demande d’asile à Lyon : flux européens et centralités urbaines

Asylum Seeking in Lyon: European Flows and Urban Centralities
Aurélie Delage, Fanny Leostic, Marion Pollet et Emmanuelle Bonerandi
p. 301-317

Résumés

Cet article porte sur les flux de demandeurs d’asile et sur leur localisation dans la ville centrée sur l’agglomération lyonnaise. L’étude géographique offre une analyse des mouvements des demandeurs d’asile selon des emboîtements dans le temps et dans l’espace, tout en reflétant le vécu des demandeurs d’asile et les contradictions du milieu d’accueil. La première partie s’intéresse au flux de demandeurs d’asile sur la période 1994-2005, elle fait ressortir les grandes tendances d’un flux très majoritairement européen orienté Est-Ouest, mais aussi les fluctuations dans la composition nationale et régionale des origines des migrants. La seconde partie de l’article revient sur la géographie administrative des structures dédiées à l’accueil des demandeurs d’asile dans l’agglomération lyonnaise, structures qui dessinent de nouvelles centralités urbaines. Enfin, l’article met en relief la mobilité du demandeur d’asile dans l’agglomération, nomade urbain, qui investit parfois des espaces publics centraux au point de les transformer en « points chauds », comme ce fut le cas pour la place Carnot au début des années 2000.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le département du Rhône est, depuis 1995, le 3ème département français métropolitain pour les autor (...)

1Même si la France est passée en 2007 au deuxième rang des pays européens pour l’accueil des demandeurs d’asile (derrière la Suède), elle n’en demeure pas moins un des principaux pays d’accueil en enregistrant 23 804 primo-demandes en 2007 (OFPRA, 2008). Dans un contexte général de diminution de la demande d’asile depuis le pic enregistré en 2004 (52 204 primo-demandes), et malgré une répartition géographique moins centralisée des demandeurs d’asile, le département du Rhône se place, depuis 1995, entre le troisième et le cinquième rang des départements d’accueil au niveau national1. Il présente, en outre, la spécificité d’être historiquement l’une de ces destinations privilégiées des populations en provenance des pays d’Europe centre-orientale. Il constitue donc un laboratoire d’observation particulièrement intéressant pour étudier un type particulier de migrations entre l’Est et l’Ouest de l’Europe, celui qui concerne les flux de demandeurs d’asile.

2La notion de demandeur d’asile renvoie à un statut juridique. L’asile s’appuie sur l’article 1A.2 de la Convention de Genève de 1951, selon lequel « le terme de réfugié s’appliquera à toute personne (...) qui, (...) craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays. ». Cependant, le demandeur d’asile est également un migrant au sens géographique, c’est-à-dire une personne qui effectue le « passage d’un espace public à un autre » [Simon, 1995], et plus généralement un migrant international qui franchit une frontière nationale et change de pays de résidence pour échapper à la persécution dans son pays et demander protection dans un autre pays.

  • 2 Même si la Convention de Genève ne prend pas en compte les motivations économiques de la demande d’ (...)
  • 3 Qu’il s’agisse des primo-demandes (raisonnement en termes de démarches juridico-administratives) ou (...)

3L’intérêt de l’étude géographique des demandeurs d’asile est double : d’abord parce qu’on ne saurait nier la spécificité des motivations et des conditions du départ, qui s’inscrivent bien souvent dans le cadre de situations dramatiques liées à des contextes politiques, sociaux, mais aussi économiques instables2 ; ensuite parce que l’institutionnalisation de cette catégorie de migrants est la garantie d’un recensement fiable et régulièrement suivi du nombre de demandeurs d’asile, proposé notamment par l’OFPRA3. L’étude géographique des demandeurs d’asile permet de questionner les pratiques migratoires spécifiques des populations est-orientales à travers leur investissement du terrain juridique de la demande d’asile. L’analyse de leur évolution diachronique est révélatrice du contexte global du pays de départ et des politiques d’accueil conduites à la fois au niveau national et local. En outre, la procédure administrative inscrit le demandeur d’asile dans un « sas temporel prolongé » [Bonerandi, Richard, 2006]. Durant le temps de la procédure, il investit un nouvel espace et se construit de nouveaux territoires du quotidien. Dans ce cadre, le rôle joué par l’hébergement est essentiel, de même que la fréquentation, plus ou moins prolongée et visible des espaces publics dans la ville.

  • 4 L’article est issu de trois travaux de recherche menés entre 2005 et 2006 sous la direction d’Emman (...)

4Cet article s’appuie sur trois travaux de recherche réalisés sur les demandeurs d’asile dans l’agglomération lyonnaise4 Ces études ont été menées avec l’appui des associations en charge de l’accueil des demandeurs d’asile, notamment Forum Réfugiés, l’ALPIL (Association Lyonnaise pour l’Insertion par le Logement) et Médecins du monde. Elles permettent d’offrir une analyse des mouvements des demandeurs d’asile selon des emboîtements dans le temps et dans l’espace, tout en reflétant le vécu des demandeurs d’asile et les contradictions du milieu d’accueil. L’étude de la domiciliation associative des demandeurs d’asile par l’association Forum Réfugiés de 1994 à 2005 fait ressortir les grandes tendances d’un flux très majoritairement européen orienté est-ouest, mais aussi ses fluctuations dans la composition nationale et régionale des origines des migrants. Faisant ressortir une géographie administrative des structures dédiées dans l’agglomération lyonnaise (notamment des structures d’hébergement), il dessine également de nouvelles centralités urbaines. Si le demandeur d’asile se fixe dans la cité par l’hébergement, il demeure un être mobile, un nomade urbain, investissant parfois des espaces publics centraux au point de les transformer en « points chauds », comme ce fut le cas pour la place Carnot au début des années 2000.

1. L’investissement de la demande d’asile par les populations d’Europe de l’est : le cas du département du Rhône5

1.1. La spécificité européenne de l’asile dans le Rhône

  • 6 Les divisions géographiques étant changeantes au niveau de l’OFPRA, les rapports annuels de Forum R (...)

5Sur la période de référence étudiée (1994-2005), le département du Rhône présente la spécificité d’enregistrer un flux de demandeurs d’asile d’origine européenne6 nettement supérieur à celui enregistré au niveau national. Ainsi, les Européens représentent 80,1% des demandes de domiciliation de demandeurs d’asile délivrées par l’association Forum Réfugiés, contre 33,9% à l’échelle nationale sur la même période (figure 1). Ce poids des demandeurs européens sur le total tend d’ailleurs à se renforcer. Sur la période 2002-2005, il atteint les 82% (35,1% à l’échelle nationale).

  • 7 Tout en garantissant l’anonymat des personnes, chaque domiciliation fait l’objet d’un référencement (...)

6Le profil socio-démographique7 des demandeurs européens présente aussi des spécificités à l’échelle départementale. La classe d’âge la plus représentée, toutes provenances géographiques confondues, est celle des 25-34 ans, sauf en tout début de période (1994-1995). Depuis 2003 cependant, on observe un rattrapage de la classe des moins de 25 ans. Ces deux périodes coïncident avec les occurrences les plus fréquentes des demandeurs d’asile européens, signe de leur moyenne d’âge relativement plus basse, notamment parmi les Moldaves et les Roumains. La féminisation du flux, constatée presque unanimement, est plus prononcée chez les demandeurs d’asile européens, qui accusaient un net retard en début de période. On passe ainsi de 21,9% de demandeuses en 2001 à 38,1% en 2005 au sein de la division « Europe ». Ainsi, les pays d’Asie centrale (sauf la Géorgie) et d’Europe de l’Est (sauf la Biélorussie) enregistrent une féminisation importante des flux, féminisation qui atteint son maximum pour la Moldavie. En ce qui concerne les mineurs accompagnants, lorsqu’ils accompagnent un parent isolé, ils sont bien plus souvent accompagnés de leur mère que de leur père. Bosniaques, Azerbaïdjanais et Arméniens sont accompagnés d’un nombre d’enfants relativement plus élevé que les autres moyennes nationales.

Figure 1. Une demande d’asile majoritairement européenne dans le département du Rhône

Figure 1. Une demande d’asile majoritairement européenne dans le département du Rhône

Source : Forum réfugiés pour le Rhône, OFPRA pour la France
Conception et réalisation : M. Pollet, E. Bonerandi

  • 8 Qui sont des roumanophones.

7Moldaves8, Serbo-Monténégrins et Roumains dominent le flux européen. Les trois nationalités représentent 45,2% du total des arrivées 1994-2005, toutes provenances confondues. Si l’on y adjoint les flux bosniaque et russe, le poids relatif atteint 58,8% du total cumulé sur les 11 années et 73,3% du flux dit « européen ». Cependant, les effectifs nationaux totaux sont, malgré la pondération par le temps long de l’étude, très inégaux. En outre, les variations des effectifs nationaux ne sont pas simultanées (figure 2).

1.2. Des flux de demandeurs d’asile soumis à une forte variabilité

  • 9 52,1% exactement.

8Ainsi on distingue successivement des représentations régionales majoritaires. Les Européens de l’Est sont les plus présents en 1994 et 1995. Les Roumains sont ultra-majoritaires en début de période (plus de 2/3 des effectifs annuels en 1994 et 1995) mais le flux chute brutalement à partir de 1996 pour pratiquement disparaître en 1997. A la charnière des années 1999-2000, les mondes russophone et turcophone prennent clairement le dessus en termes d’effectifs cumulés. Russes, mais aussi Géorgiens et Arméniens, sont les plus nombreux, devant les Ukrainiens, les Turcs et les Azerbaïdjanais. Cependant, Bosniaques et Moldaves se partagent, dès 1998, la première place si l’on raisonne en termes d’effectif national isolé. Depuis 2004, les flux serbo-monténégrin, bosniaque et moldave deviennent les plus représentatifs de la demande d’asile rhodanienne, alors même que les effectifs globaux toutes provenances confondues sont en baisse : ils constituent à eux seuls plus de 50% du flux total9. La particularité du flux moldave est d’être étroitement couplée au flux roumain : après quelques années d’ajustements, le flux moldave semble prendre le relais du flux roumain (figure 2). Le rapprochement de la Roumanie de l’Union Européenne en 1993 et 1994 obérant les chances d’obtenir le statut de réfugié en se déclarant Roumain entraîne la chute et, très rapidement, la disparition du flux ont chuté. L’augmentation brusque du flux de demandeurs moldaves traduit la diversification des stratégies déployées à l’égard de l’institution asilaire. [Bonerandi, Richard, 2006].

Figure 2. Poids inégal et non correspondance temporelle des cinq premiers effectifs cumulés de 1994 à 2005

Figure 2. Poids inégal et non correspondance temporelle des cinq premiers effectifs cumulés de 1994 à 2005

Source : Base de données domiciliation de Forum réfugiés
Conception et réalisation : M. Pollet, E. Bonerandi

1.3. Des fluctuations qui trouvent une explication ici et là-bas

9Cette domination hégémonique et temporaire de certains pays émetteurs sur le flux départemental ne se retrouve pas à l’échelle nationale pour une même année. Si le choix de quitter son pays procède de difficultés inhérentes au contexte national, celui de la destination rend davantage compte de la capacité à faire fonctionner un certain nombre de ressources locales, notamment les structures d’encadrement lyonnaises (cf. infra), à exploiter des filières de transit efficaces et rôdées et à s’appuyer dans le pays d’accueil sur des solidarités communautaires.

10L’étude du flux serbo-monténégrin, le plus constant et le second en termes d’effectifs cumulés (2806 individus de 1994 à 2005) fait ressortir une géographie évolutive des zones de départ (figure 3). Ainsi, au sein même du Kosovo, principale région de départ avec 90% de la demande serbo-monténégrine, on voit émerger des axes de départ spécifiques en direction de la métropole rhône-alpine. La seule prise en compte des difficultés locales (Serbes craignant les représailles des Kosovars et population rom discriminée) ne permet pas d’expliquer l’engouement différencié dans le temps et dans l’espace pour Lyon. L’origine du flux se décale en effet d’ouest en est, et du sud vers le nord, tendance qui ne correspond pas spécifiquement à un front de crise politique mais qui traduit l’investissement par des populations en difficulté dans des trajectoires migratoires sans cesse renouvelées.

11Les frontières, les villes, les enclaves ethniques, principales zones de départ et théâtres de pressions de toutes sortes, constituent autant d’espaces qui témoignent de compétences en matière de « savoir-circuler », un savoir qui se construit aussi dans la perspective du retour [Diminescu, 2003], tant les taux d’accord OFPRA sont faibles (12,4% dans le cas serbo-monténégrin en 2005). Ce constat peut être dressé pour la plupart d’autres pays européens concernés par la demande d’asile, en particulier la Roumanie et la Moldavie.

Figure 3. Une géographie fluctuante des zones de départ. L’exemple de la Serbie-Monténégro

Figure 3. Une géographie fluctuante des zones de départ. L’exemple de la Serbie-Monténégro

Source : FR, fond de carte réalisé à partie d’une carte disponible sur Quid.fr
Conception et réalisation : M. Pollet, sur Adobe illustrator CS

  • 10 Taux d’accord national, l’OFPRA ne proposant pas des chiffres à l’échelle départementale.

12Pour conclure, on peut avancer que le flux européen de la demande d’asile en direction du Rhône se caractérise par des spécificités fortes, bien que nuancées à l’échelle des pays de départ. Quant bien même les taux d’accord au statut de réfugiés en direction des demandeurs européens sont faibles, et ce depuis déjà plus d’une dizaine d’années (0,5% dans le cas moldave en 2005 et jusqu’à 30,3% dans le cas russe, ce qui représente le taux maximal10), les flux de demandeurs d’asile européens restent élevés sur la période qui s’étend de 1994 à 2005. Si l’on admet bien volontiers que l’institution asilaire reste adaptée à un grand nombre de situations particulièrement critiques, l’investissement du canal de l’asile par des populations qui ne relèvent manifestement pas des motifs de persécution définis par la Convention de Genève est un fait qui ne doit pas être occulté [Bonerandi, Richard, 2006]. Il rend compte de l’existence de nouvelles stratégies migratoires qui savent composer avec les rigidités administratives et dénote d’une compréhension aigüe de l’organisation des sociétés d’accueil [Tarrius, 2002]. Si cette organisation des sociétés d’accueil permet, notamment par le biais des enregistrements associatifs, de retracer les flux des demandeurs d’asile sur le moyen terme (à défaut de pouvoir retracer les trajectoires individuelles), elle offre également l’occasion de se pencher plus finement sur l’organisation de la vie du demandeur d’asile dans la ville d’accueil. L’hébergement constitue un élément polarisant de cette construction de l’espace vécu quotidien construit dans le « sas temporel » de l’attente de la décision administrative relative à sa demande de protection.

2. L’hébergement des demandeurs d’asile dans l’agglomération lyonnaise : entre réponse administrative et centralité spatiale

  • 11 La circulaire du 26 septembre 1991 réforme le statut des demandeurs d'asile, leur retirant le droit (...)

13Après avoir alimenté un flux de migrants, les demandeurs d’asile deviennent, le temps de l’examen de leur demande, un stock de personnes à la charge de l’État, qui ne peut, en application de la Convention de Genève, leur refuser l’accueil sur le territoire national durant cette période, accueil dont il a la charge. En effet, les demandeurs d’asile ont, depuis 199111 des droits réduits : ils ne peuvent pas travailler mais, en compensation, ils ont droit à un hébergement et à une aide sociale de l’État pour compenser l’absence de ressources financières au cours de la période de demande d’asile. Au terme de la migration qui les a conduits en France, les demandeurs d’asile investissent donc un espace nouveau, celui du territoire français, et, à une échelle plus fine, celui de la ville dans laquelle ils séjournent au cours de la période de demande d’asile.

  • 12 La méthodologie de cette étude a reposé sur une analyse spatiale des places d'hébergement dans les (...)

14Cette période d’entre-deux juridique, qui correspond également à une période d’attente pour les demandeurs d’asile, fait donc de ces derniers un public très particulier, car dépendant de l’État. En termes méthodologiques, cette situation particulière est une ressource, dans la mesure où les demandeurs d’asile sont recensés et suivis par différentes instances coordonnées par les préfectures et les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS) de chaque département. L’étude qui a porté sur l’hébergement des demandeurs d’asile dans l’agglomération lyonnaise12 révèle deux aspects de la période d’attente des demandeurs d’asile entre leur arrivée en France et le moment de la décision de l’OFPRA : d’une part, l’imbroglio administratif et la complexité du dispositif local d’accueil des demandeurs d’asile et, d’autre part, la façon dont les demandeurs d’asile, condamnés à l’oisiveté, s’approprient (ou non) l’espace d’accueil, de l’échelle de l’agglomération à celle de l’espace domestique.

2.1. Un contexte de crise du dispositif local d’accueil dans l’agglomération lyonnaise

  • 13 Les hébergements dédiés comprennent les Centres d'Accueil des Demandeurs d'Asile (CADA), les Accuei (...)
  • 14 931 places réparties comme suit : 440 pour quatre CADA, 106 pour le Centre de Transit, 300 pour les (...)

15En 2004 et 2005, le dispositif local d’accueil des demandeurs d’asile dans le Rhône fait face à une situation de crise. En effet, suite à plusieurs années consécutives d’arrivées massives de demandeurs d’asile dans le Rhône, les dispositifs d’hébergement dédiés13 sont complètement saturés, entraînant la mise en place de dispositifs d’hébergement d’urgence. En 2003, le Rhône a comptabilisé 1969 arrivées (3,8% du total national) et 3937 arrivées en 2004 (7,8%). Or, dans le même temps, le nombre de places d’hébergement a stagné. Le Rhône est pourtant le premier département français pour le nombre de places d’hébergement dans des dispositifs spécialisés pour demandeurs d’asile, avec 931 places14, soit plus de 5% du total national.

  • 15 En 2001 sont ouvertes des places réservées aux demandeurs d'asile dans le dispositif d'Allocation a (...)
  • 16 D’autant plus que la politique de l’État a été dans le même temps d’augmenter la capacité globale d (...)

16Malgré l’augmentation rapide de la demande d’hébergement, le choix de l’État, par le biais de la DDASS et de la Préfecture du Rhône, a été de ne pas provoquer un « appel d’air » en créant de nouvelles places d’hébergement spécialisé. En effet, partant du principe que le nombre déjà élevé d’hébergements dans le Rhône était un facteur d’attractivité pour les demandeurs d’asile, la Préfecture a préféré adopter des solutions temporaires15, illégales au regard de la loi de 1991 (qui prévoit des hébergements spécialisés). Avec quelques années de recul, on peut conclure aujourd’hui que cette politique a eu les effets escomptés puisque le nombre d’arrivées dans le Rhône a très largement diminué : les difficultés à obtenir un hébergement dans l’agglomération lyonnaise ont sans doute contribué à faire bifurquer les réseaux menant les demandeurs d’asile, vers des régions plus « accueillantes »16.

  • 17 Places d'hébergements réparties comme suit : 449 places en ALT Asile, 199 places dans le cadre du P (...)

17L’équation de l’hébergement dans le Rhône est devenue insoluble. En 2004, pour 3937 arrivées enregistrées dans le Rhône, il existait 931 places dans les hébergements spécialisés dans l’accueil des demandeurs d’asile et 2631 places en comptabilisant tous les hébergements gérés par la DDASS du Rhône17. La durée moyenne de la procédure de demande d’asile étant alors de vingt mois, la saturation du dispositif d’accueil est inévitable. Les conséquences pour les demandeurs d’asile sont évidentes : non seulement, les types d’hébergement non spécialisés tels que l’hôtel ou l’accueil par le Plan Froid sont inadaptés à la situation des demandeurs d’asile au regard du temps d’attente de réponse, mais encore un grand nombre d’entre eux ne reçoivent pas d’hébergement de l’État et sont contraints de se loger par leurs propres moyens, chez des compatriotes, voire en squat ou dans l’espace public (comme en témoigne alors la situation de tension de la place Carnot, cf. infra).

  • 18 Sont admis en priorité dans le dispositif d'accueil les demandeurs d'asile en famille avec des enfa (...)

18Cette diversité des hébergements est un facteur d’inégalités entre les demandeurs d’asile : d’une part, du fait de la saturation du dispositif d’accueil, la priorité de l’attribution des hébergements se fait sur critères sociaux18 et non sur le degré de persécution estimée, pourtant à l’origine de la demande d’asile; d’autre part, ces inégalités d’hébergement entraînent des inégalités dans la procédure asilaire, puisque l’encadrement des demandeurs d’asile pour mener à bien leur procédure, idéale en CADA, est bien moindre, voire inexistante dans les hébergements non spécialisés.

  • 19 Les demandes d’hébergement pour les demandeurs d’asile sont gérées à l’échelle locale par la Commis (...)

19Même si une mesure fiable est impossible en raison de l’absence de suivi des trajectoires individuelles par les services administratifs et associatifs, on observe une déperdition des demandeurs d’asile dans le dispositif local d’accueil au fil de la procédure asilaire19 (figure 4). Seule une infime partie des demandeurs d’asile du Rhône accède à un hébergement spécialisé (5% d’entre eux sont hébergés dans le dispositif local d’accueil, 3% dans un CADA de l’agglomération), tandis que l’écrasante majorité connaît des solutions de fortune, organisées par l’État (hôtel, ALT Asile, accueil en Plan Froid, etc.) ou trouvées par les demandeurs d’asile (squat, rue, hébergement par des compatriotes...).

Figure 4. Qui accède réellement à un hébergement ?

Figure 4. Qui accède réellement à un hébergement ?

Source : Forum réfugiés (statistiques 2004)
Conception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005

2.2. Les hébergements pour demandeurs d’asile : une position centrale dans l’agglomération

20La répartition spatiale des hébergements fait apparaître une grande inégalité à l’échelle départementale. Hormis un foyer AUDA, tous les centres d’hébergement sont situés dans l’agglomération lyonnaise.

Figure 5. L’ensemble des hébergements dans lesquels peuvent résider les demandeurs d’asile

Figure 5. L’ensemble des hébergements dans lesquels peuvent résider les demandeurs d’asile

Fond : Grand Lyon Source : DDASS Forum Réfugiés ALPIL
Conception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005

  • 20 46,4% pour Lyon et 14,8% pour Villeurbanne, soit 61,2% pour les deux communes contribuant le plus a (...)

21Les demandeurs d’asile sont donc concentrés dans l’agglomération lyonnaise, ce qui renforce leur visibilité. Ce phénomène de concentration se répète à plusieurs échelles : si à l’échelle du département, c’est l’agglomération lyonnaise qui concentre les hébergements, à l’échelle de l’agglomération, ce sont les communes centrales (Lyon et Villeurbanne) qui concentrent plus de la moitié des hébergements (spécialisés ou non) 20. Enfin, à l’échelle de la commune de Lyon, ce sont le deuxième et le septième arrondissement qui comptabilisent plus de 20% des hébergements pour demandeurs d’asile.

  • 21 Même si certains foyers hébergent encore d’anciens travailleurs migrants aujourd’hui retraités.

22La centralité est donc la règle des hébergements pour demandeurs d’asile. Elle s’explique par la nature et la fonction originelle des hébergements. En effet, la plupart des places en hôtels sont localisées dans les arrondissements centraux de Lyon (notamment sur la presqu’île). En outre, plusieurs hébergements collectifs (CADA, AUDA) sont d’anciens foyers de travailleurs migrants reconvertis suite à la diminution des travailleurs immigrés21. L’explication de la localisation centrale est donc essentiellement liée à la prévalence d’une logique administrative gestionnaire. La localisation des hébergements correspond également à une réalité quotidienne pour les demandeurs d’asile, qui, pour leur démarche de demande d’asile, doivent fréquenter plusieurs lieux et notamment la préfecture du Rhône ainsi que le SSAE (Service Social d’Aide aux Émigrants). La proximité du centre, ou du moins un accès facile à ces différents lieux, apparaît donc comme une condition favorable. Par ailleurs, contraints à l’oisiveté depuis la loi de 1991 leur interdisant de travailler, les demandeurs d’asile peuvent bénéficier des activités permises par la position centrale des hébergements qui leur tiennent lieu d’espace domestique.

2.3. Les demandeurs d’asile et l’ » ici » : nouveau « nomadisme » ou ancrage dans l’espace lyonnais ?

23Le demandeur d’asile, une fois arrivé à Lyon, poursuit une mobilité en grande partie contrainte. En effet, l’engorgement du dispositif d’hébergement entraîne des changements fréquents de lieu de vie. L’exemple de Mme U., hébergée au centre de transit de Villeurbanne au moment de l’enquête, est représentatif (figure 6). Son passage d’hébergement en hébergement correspond à un parcours complexe dans la ville. Depuis son arrivée à Lyon, Madame U a connu 3 hébergements successifs en quatre semaines. Elle devra bientôt quitter le centre de transit pour un hébergement dans le dispositif local d’accueil ou dans le Dispositif National d’Accueil sans assurance de demeurer dans l’agglomération lyonnaise. Il est remarquable que, malgré ses changements fréquents, Mme U ait pris des repères dans l’agglomération et ait une pratique de l’espace très mobile, faisant varier les espaces selon l’activité. Certes, il n’y a rien d’exceptionnel dans cette pratique spatiale qui correspond aux nécessités quotidiennes ainsi qu’aux obligations de la demande d’asile et aux loisirs, mais cette connaissance fine de l’agglomération lyonnaise, après quelques semaines passées sur son territoire, au cours desquelles les déménagements se sont succédé, dans une période où les démarches pour la procédure asilaire sont nombreuses, témoigne d’une capacité indéniable à la mobilité. Il existe donc une tension entre deux aspects de la vie des demandeurs d’asile dans l’agglomération et de leur pratique de l’espace : d’une part, une mobilité « résidentielle », quel que soit le type d’hébergement auquel ils ont accès, qui donne à leur parcours une impression de nomadisme, voire, pour les plus défavorisés, d’errance (notamment pour les demandeurs d’asile vivant en squat) ; et de l’autre, un ancrage dans l’agglomération qui répond à une pratique quotidienne de l’espace, voire à une appropriation de cet espace.

Figure 6. L’exemple de Madame U : mobilités et pratiques de l’espace lyonnais

Figure 6. L’exemple de Madame U : mobilités et pratiques de l’espace lyonnais

Fond : Grand Lyon Source : Entretien Mme U.
Conception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005

24Cette errance urbaine compose parfois avec la fixation, plus ou moins temporaire et plus ou moins visible, sur certains espaces publics, généralement en situation de centralité dans la ville. Cette concentration géographique en certains lieux de personnes venues d’ailleurs et vivant dehors la plus grande partie de la journée (et parfois de la nuit) peut occasionner des tensions locales, interrogeant les capacités de la société locale à accueillir l’étranger. La Place Carnot en constitue ici un cas exemplaire.

3. Le « syndrome de la place Carnot »

3.1. Un espace public sous tensions

  • 22 O.Brachet, directeur de l’association Forum Réfugiés, propos reportés dans l’article « Lyon craint (...)
  • 23 Les « réfugiés » hébergés dans l’ancienne usine de fabrication des voussoirs d’Eurotunnel n’étaient (...)

25La Place Carnot située en plein cœur de la presqu’île, à dix minutes à pied au sud de la place Bellecour (figure 7), fut le théâtre au début des années 2000 de vives tensions sociales et politiques. Lieu de présence massive, diurne et parfois nocturne, de demandeurs d’asile, elle fut également le cadre de manifestations d’associations visant à sensibiliser l’opinion publique sur leurs difficultés (occupation d’un hôtel désaffecté, point d’arrivée de marches hebdomadaires), le point de mobilisation d’associations humanitaires, mais aussi le lieu de mécontentement des riverains exaspérés de voir « leur » place « volée ». Ce mélange de contestations, de confrontations et de crispations a créé un point chaud autour de la question de la demande d’asile et notamment de la pénurie d’hébergement face au flux des migrants en forte croissance. C’est à cette crise aux aspects multiples que fait référence l’expression « syndrome de la place Carnot »22 qui intervient par ailleurs dans le contexte tendu des réfugiés » du centre de d’hébergement de Sangatte, largement relayé par les médias nationaux23.

  • 24 L’étude a été menée au printemps 2005, soit lors du troisième printemps consécutif à de fortes tens (...)

26Interroger l’espace public d’arrivée apporte un éclairage supplémentaire sur ces nouvelles mobilités dans une Europe élargie, notamment sur la question de la gestion de ce flux qui devient un stock à son point de chute : en quoi l’arrivée de ces migrants d’un nouveau type conduit-elle les acteurs publics (et privés) à modifier leurs modes d’action ?24.

3.2. Chisinau – place Carnot : un aller simple, s’il vous plaît ?

27En situation atypique au sein de la ville, elle est à l’interface de deux quartiers forts différents, tant morphologiquement que sociologiquement, même s’ils font partie du même arrondissement et sont donc dans ce cadre gérés par la même mairie. Une vieille bourgeoisie catholique au nord de la place, notamment dans le quartier d’Ainay, s’oppose au quartier de la gare de Perrache, à la prison, au marché de gros et à l’ancien port de la ville au sud. La place elle-même est éclectique : façades d’immeubles cossus, espace vert et arboré, Centre d’Échange de Lyon-Perrache (CELP) au bâtiment moderne datant des années 1970, aujourd’hui un des carrefours multimodaux de la ville. La Place Carnot est un espace public paisible avec son parc de jeux pour enfants, à l’aire d’attraction limitée au quartier, si ce n’est pour les Sans Domicile Fixe (SDF) qui y convergent traditionnellement du fait de la présence de la gare, autrefois ouverte de jour comme de nuit.

28La place Carnot constitue, en outre, un point d’aboutissement de la migration asilaire pour plusieurs raisons. La première tient à la configuration même de cet espace public accueillant par ses bancs et ses pelouses ombragées, ses points d’eau et sanitaires publics (figure 8). La seconde tient à la situation de la place, bien desservie par les transports en communs, elle est aussi pratique car sur le chemin ou à proximité immédiate de nombreux services utiles aux demandeurs d’asile (figure 9), notamment la présence d’hôtels d’hébergement d’urgence à proximité de la place. Les demandeurs d’asile disposant d’une chambre dans ce type d’établissement ne peuvent y rester le jour, la place Carnot constitue alors un point de chute, sorte de refuge prolongé par le centre d’échange de Perrache en cas de pluie ou de froid. Enfin, en raison de la présence en grand nombre de demandeurs d’asile qui, de fait, sont en situation de précarité sociale et sanitaire au même titre que les SDF, des Organisations Non Gouvernementales (ONG) interviennent régulièrement sur la place. Cela crée donc comme un pôle de services humanitaires dont les demandeurs d’asile peuvent bénéficier gratuitement : une soupe, un soin ou encore un vêtement chaud.

Figure 7. Situation de la place Carnot dans Lyon

Figure 7. Situation de la place Carnot dans Lyon

Fond : Grand Lyon (2002)
Conception et réalisation : A. Delage, ENS-LSH 2005

Figure 8. Les espaces de la place Carnot

Figure 8. Les espaces de la place Carnot

Fond : Grand Lyon (2002)
Conception et réalisation : A. Delage, ENS-LSH 2005

Figure 9. La concentration des hébergements pour demandeurs d’asile dans le sud de la presqu’île

Figure 9. La concentration des hébergements pour demandeurs d’asile dans le sud de la presqu’île

Fond : Grand Lyon Source : DDASS Forum Réfugiés ALPIL
Conception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005

29Par conséquent, et par effet cumulatif, se forme de fait une sorte de « communauté » de demandeurs d’asile d’origines diverses, principalement d’Europe de l’Est, qui trouvent là d’autres personnes parlant leur langue et connaissant les mêmes difficultés. Pour certains, en l’absence de réseau social et communautaire, et dans un contexte d’engorgement des structures d’hébergement d’urgence, la place devient aussi un refuge pour la nuit : des familles dormaient ainsi en 2005 sur les caillebotis près des quais du tramway, au niveau zéro du centre d’échange, situation qui a provoqué un vif émoi au sein de la population riveraine.

  • 25 Voire par le personnel de l’association : nous nous sommes vue conseiller à une famille ne sachant (...)

30Ainsi, si l’origine de leur installation sur cette place reste complexe, la rapidité de la circulation de l’information a vite érigé la place Carnot en point de repère et en point de rassemblement. Si l’on ne saurait avancer que rendez-vous de se retrouver à cet endroit-là est pris dès le point de départ de la migration, du moins les nouveaux arrivants apprennent vite le « tuyau », par leur passeur ou par des gens rencontrés25 dans la file d’attente devant l’association Forum Réfugiés. C’est sans doute là le facteur d’explication majeur de leur présence qui s’auto-entretient par effet cumulatif. Au total, ce sont environ 400 personnes qui se retrouvent quotidiennement sur la place.

3.3. La visibilisation des dysfonctionnements de l’espace public

31La présence de demandeurs d’asile sur l’espace public de la place Carnot a donc conduit à révéler à Lyon les nouvelles mobilités d’une Europe élargie. L’occupation de la place publique a créé un « effet de masse » et porté à la connaissance de l’opinion publique en général et des décideurs politiques en particulier une situation inédite : des demandeurs d’asile à la rue, contraire aux principes réglementaires de l’asile en France.

32La Place Carnot peut assurément être définie comme un espace public, en tant qu’» espace accessible à tous », avec cette « capacité de résumer la diversité des populations et des fonctions d’une société urbaine dans son ensemble » [Lévy, 2003]. En effet, la place est fréquentée par une grande variété de publics : outre le flux d’usagers des transports en commun la traversant pour rallier le CELP (100 000 personnes par jour), la place accueille des personnes âgées du quartier ou de plus loin venues discuter, des enfants de riverains utilisant l’aire de jeux accompagnés de leurs parents ou de l’aide maternelle, mais aussi des populations socialement plus marginales – SDF, jeunes en errance souvent pris de boisson ou sous l’influence de substances illégales. Ces groupes « classiques » occupent chacun « préférentiellement » un espace de la place (figure 10).

33La présence des demandeurs d’asile crée alors un déséquilibre : de par leur nombre élevé sur un espace somme toute assez restreint, ils créent un effet de groupe inhabituel sur la place. D’autre part, leur occupation de l’espace est plus mobile que celle des autres groupes : si les femmes occupent en général les pelouses avec les enfants en bas âge, les hommes sont davantage en mouvement, navigant d’un banc à l’autre, jouant au ballon sur le terre-plein central pour les adolescents. Néanmoins, s’ils s’approprient en quelque sorte la place, on ne peut pas parler de « communautarisation » de celle-ci, pour reprendre un thème souvent abordé au sujet des espaces publics, dans la mesure où il n’y a pas de modification réelle de la place au-delà du fait de leur simple présence.

  • 26 Source : extrait d’un mail exposant les plaintes déposées en mairie du 2ème arrondissement, mars 20 (...)
  • 27 Acronyme de « Not In My BackYard », c'est-à-dire « pas dans mon arrière-cour », qui fait référence (...)

34Les demandeurs d’asile ont donc accès de plein droit à cet espace qui appartient à tous en général et à personne en particulier. Mais, au vu de la réaction hostile des usagers habituels de la place, elle n’apparaît plus alors comme une place publique au même titre pour tout le monde. Force est de constater qu’au plus fort de la présence des demandeurs d’asile sur la place, la coprésence pacifique des divers groupes était bien loin d’être atteinte, au vu des lettres de récriminations que la mairie du 2ème arrondissement a reçues de la part des riverains se plaignant de « l’agressivité des enfants de réfugiés », « et surtout [de] la saleté du square (excréments sous le toboggan, canettes de bière…) » et d’un « sentiment général d’insécurité dans le square »26. On pourrait aisément rapprocher ces plaintes du phénomène NIMBY27. Manifestement, la confrontation à l’Autre, une des fonctions de la place publique, n’était pas efficiente, les riverains se plaçant davantage en situation de « citadelle assiégée par les hordes venues de l’Est » (les termes employés avaient souvent une connotation militaire).

Figure 10. Diversité des publics de la place Carnot, occupations spatiales différenciées

Figure 10. Diversité des publics de la place Carnot, occupations spatiales différenciées

Conception et réalisation : A. Delage, ENS-LSH 2005

35Ainsi, la venue de ces migrants d’un nouveau type, ne pouvant pas travailler, contraints de rester sur l’espace public faute d’autre endroit où aller, a créé localement un foyer de tensions sociales qui ne pouvait manquer d’avoir des répercussions politiques.

  • 28 C'est-à-dire favorable à une alliance avec l’Extrême-Droite pour gagner la majorité aux élections m (...)

36En effet, la sphère politique a été fortement interpellée sur la question. La mairie d’arrondissement a dû gérer une situation dont elle n’était pas responsable car la demande d’asile en tant que procédure juridique relève de l’État central, argument largement repris en 2003 par Martine Roure, adjointe au maire de Lyon, déléguée au affaires sociales (« La Ville n’est pas chargée de s’occuper des demandeurs d’asile, mais elle est responsable des gens à la rue »). Les moyens d’action de la mairie d’arrondissement, en première ligne face aux riverains mécontents, sont cependant limités dans la mesure où la place Carnot relève de plusieurs autorités : le Grand Lyon et la mairie centrale gèrent le nettoyage, alors que la mairie d’arrondissement n’a de pouvoir qu’en matière d’arrêtés municipaux appliqués par la police municipale (interdire la consommation d’alcool en réunion sur la voie publique, par exemple). À cela s’ajoute, dans le contexte lyonnais de 2005, le jeu des couleurs politiques : l’État est alors gouverné par la droite, quand la mairie centrale de Lyon est majoritairement socialiste, et la mairie du 2ème arrondissement dirigée par un élu de droite de tendance milloniste28.

  • 29 La première expression est de M. Delolme, directeur de la Veille Sociale Mobile de Lyon, reformulan (...)

37Quant aux acteurs de la sphère sociale, ils se sont naturellement davantage mobilisés sur la place Carnot à partir du moment où les demandeurs d’asile y ont été nombreux, créant ainsi une nouvelle demande de soins d’urgence. Si la place Carnot est un endroit traditionnellement fréquenté par des populations marginales, la présence massive de ces nouveaux migrants a créé une urgence sociale nouvelle conduisant de nombreuses ONG à intervenir. La Croix Rouge, Médecins du Monde, l’Armée du Salut, ainsi que deux autres associations lyonnaises ont ainsi mis en place une présence hebdomadaire sur la place. La plupart procédaient à des distributions de nourriture et de vêtements, d’autres s’y refusaient (Médecins du Monde), préférant créer un moment social, un point de rendez-vous, relais d’une visite en centre spécialisé. Les demandeurs d’asile ont donc bénéficié des mêmes services que les populations autochtones en grande précarité sociale. À cette dispersion des énergies associatives s’ajoute un certain amateurisme de personnes intervenant sur la place à titre bénévole. En outre, la présence massive des demandeurs d’asile sur la place Carnot a entraîné une lutte pour la visibilité de chacune des ONG comme si les demandeurs d’asile étaient instrumentalisés au bénéfice de la promotion de ces associations, au point de pouvoir parler de « grand cirque de l’urgence sociale », façon de mettre en scène l’urgence comme « méthode pour sortir de l’urgence »29 .

38Ainsi, comme espace public d’arrivée des migrants, la place Carnot fait en 2005 figure de « point chaud », non seulement au sens biogéographique de biodiversité (un espace aux publics représentatifs de la diversité au sein de l’agglomération lyonnaise, rappelant ainsi que la capitale rhône-alpine est un carrefour migratoire d’un type nouveau), mais aussi en tant que point de focalisation des tensions et des attentions de la part des acteurs sociaux et politiques. On pourrait aller jusqu’à la qualifier de « haut-lieu » de ces nouvelles mobilités dans le cadre d’une Europe élargie, au sens d’un « lieu de condensation sociale et territoriale », une « forme d’expression du système de valeurs que se donne une société par le biais de son territoire » [Debarbieux, 1995]. Dès lors, la présence des demandeurs d’asile sur la place Carnot visibilise d’une part les dysfonctionnements du dispositif local d’accueil ainsi que le détournement d’institutions sociales par des migrants exploitant au mieux l’offre existante dans l’espace d’accueil. D’autre part, cela illustre la complexité de l’intégration d’une population nouvelle dans une société préexistante. L’année suivant l’étude, le « syndrome de la place Carnot » ne s’est pas reproduit. Est-ce grâce à une gestion plus raisonnée de la question par les acteurs politiques et sociaux ? Ou est-ce tout simplement à cause de la diminution brutale des flux venant d’Europe de l’Est ?

39Même si l’on ne peut réduire la politique menée à l’égard des demandeurs d’asile à la politique migratoire, elle n’en constitue pas moins un élément. De même, les nouvelles mobilités qui se mettent en place dans le contexte d’une Europe élargie ne se limitent pas, bien entendu, aux seules migrations internationales provoquées par la recherche de protection.

  • 30 Nous réservons le terme de réfugiés pour les demandeurs d’asile ayant obtenu le statut.

40Cependant, l’instabilité géopolitique aux portes de l’Union a entraîné l’apparition de nouveaux flux de demandeurs d’asile30, flux dont l’agglomération lyonnaise a été l’une des principales portes d’accueil, qu’il s’agisse dans un premier temps des Roms roumains puis des ressortissants des anciennes républiques soviétiques et des Kosovars.

41L’étude de la place lyonnaise dans ces mouvements fait ressortir une approche de l’organisation spatiale et de la construction territoriale à plusieurs échelles. À l’échelle du continent, la situation de l’agglomération au débouché de routes de migrations européennes est déterminante dans l’organisation des flux essentiellement terrestres entre l’Est et l’Ouest. À l’échelle locale, la demande d’asile dessine une nouvelle centralité dans la ville (et l’agglomération). Cette centralité s’appuie largement sur la localisation des structures administratives et associatives en charge de la procédure d’asile, avec une attention particulière donnée aux rôles des structures d’hébergement, qu’elles soient permanentes ou temporaires. L’inscription spatiale de la demande d’asile dans la cité se joue également dans la construction de territoires circulatoires du quotidien pour des populations en place dans le « sas temporel » de l’attente des résultats d’une procédure administrative. Enfin, le registre de visibilité des demandeurs d’asile, notamment en période de forte pression comme ce fut le cas à Lyon entre 2003 et 2005, contribue à de nouvelles perceptions d’espaces publics existants.

42L’attractivité lyonnaise ne saurait cependant s’expliquer par les seuls arguments géographiques, elle renvoie également au rôle joué par les acteurs du système asilaire, qu’ils soient locaux (politiques, administratifs ou associatifs), nationaux (notamment en ce qui concerne l’attribution des financements de prise en charge sociale), mais aussi acteurs de l’ombre, qu’ils soient passeurs, employeurs ou simples membres de la communauté exilée.

Haut de page

Bibliographie

BONERANDI E., RICHARD X. (2006), L’antimonde de l’asile : figures, échelles et discours, Géographie et cultures, n° 57, pp. 29-48.

BONERANDI E., BOURGEOIS F. et RICHARD X. (2004), Cartographier la demande d’asile en France. Tendances nationales, représentations départementales et réalités locales, Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, pp. 127-152.

DEBARBIEUX B (1995), Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique, L’espace géographique, n° 2, pp. 97-112.

DELAGE A. (2005), La place Carnot, point chaud lyonnais : un espace public sous tension, Mémoire de Master 1, ENS-LSH, 111 p.

DIMINESCU D. (dir.) (2003), Visibles mais peu nombreux, les circulations migratoires roumaines, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 339 p.

EMMANUELLI X. (2005), L’Homme en état d’urgence, Hachette Littératures, Paris, 180 p.

FORUM REFUGIÉS (2005), L’asile en France et en Europe, État des lieux 2005, Lyon, 189 p.

LEOSTIC F. (2005), L’hébergement des demandeurs d’asile dans l’agglomération lyonnaise, approche géographique, Mémoire de Master 1, ENS-LSH, 104 p.

LEVY J. (2003), « Espace public »,in Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

OFFICE FRANÇAIS DE PROTECTION DES RÉFUGIÉS ET APATRIDES (2008), Rapport annuel 2007, Paris, OFPRA, 74 p.

POLLET M. (2006), La demande d’asile dans le Rhône entre 1994 et 2005. Évolutions, et perspectives, Mémoire de Master 1, Université Lyon 2, 178 p.

SIMON G. (1995), Géo-dynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, PUF, 411 p.

TARRIUS A. (2002), La mondialisation par le bas, les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Balland, Paris, 169 p.

Haut de page

Notes

1 Le département du Rhône est, depuis 1995, le 3ème département français métropolitain pour les autorisations provisoires de séjour, hors mineurs accompagnants, derrière Paris et la Seine-Saint-Denis. Troisième département français métropolitain pour la résidence des demandeurs d’asile, hors mineurs accompagnants, de 1995 à 2006, il est passé au 5ème rang en 2007, derrière Paris, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d’Oise (source : OFPRA, rapport d’activité, 2005, 2007).

2 Même si la Convention de Genève ne prend pas en compte les motivations économiques de la demande d’asile, les difficultés politiques, sociales, parfois raciales et économiques peuvent être intimement liées. Pour de nombreuses personnes, l’asile est devenu, depuis l’arrêt de la migration de travail en France en 1974 et le filtrage croissant de l’ « immigration choisie », le seul moyen de séjourner, un temps au moins, légalement sur le territoire. Nous nous refusons à discuter la légitimité de cette démarche.

3 Qu’il s’agisse des primo-demandes (raisonnement en termes de démarches juridico-administratives) ou plus généralement de demandes globales qui incluent les individus en procédure de recours (raisonnement en termes d’individus, même si les mineurs accompagnants ne sont pas comptabilisés).

4 L’article est issu de trois travaux de recherche menés entre 2005 et 2006 sous la direction d’Emmanuelle Bonérandi dans le cadre du Master « Systèmes, Développement durable, Aide à la décision » de l’ENS Lettres et Sciences Humaines. Celui de Marion Pollet porte sur l’évolution de la demande d’asile dans le Rhône entre 1994 et 2005, celui de Fanny Leostic porte sur l’hébergement des demandeurs d’asile dans l’agglomération lyonnaise, et celui d’Aurélie Delage porte sur la Place Carnot, analysée comme un espace public sous tension.

5 L’étude a été menée à partir des statistiques de domiciliation des demandeurs d’asile établies par l’association lyonnaise Forum Réfugiés de 1994 à 2005 (http://www.forumrefugies.org/). La construction de cette base ne s’inscrit pas dans une démarche administrative, il ne s’agit donc pas de chiffres officiels. Forum Réfugiés propose un accompagnement du demandeur d’asile, sur la base du volontariat, en aval d’une première déclaration obligatoire en Préfecture et en amont de la délivrance par la Préfecture de l’autorisation provisoire de séjour (APS), qui doit permettre de constituer et d’envoyer, dans un délai de 21 jours après réception de l’APS, un dossier de candidature auprès de l’OFPRA. Les deux bases de données associative et préfectorale se recouvrent assez largement (à hauteur de 80% selon les estimations réalisées par le responsable de la domiciliation de Forum Réfugiés en poste de 2003 à 2007). Cependant, si l’on se fonde sur la base de Forum Réfugiés, on note des écarts qui se concentrent sur certains nationalités : parfois en déperdition (cela touche essentiellement les Roumains domiciliés à Forum réfugiés qui ne poursuivent pas la procédure jusqu’à la demande d’APS), parfois en sous-estimation (les Algériens et certains Rwandais obtenant une domiciliation amicale ou familiale dans l’agglomération sans passer par Forum Réfugiés). Pour compléter le propos, la déperdition entre le dépôt d’APS et les chiffres de l’OFPRA qui font état de l’examen du dossier de demande d’asile sont eux négligeables (estimés à moins de 5%). Nous avons considéré que ces personnes non comptabilisées comme demandeurs d’asile par l’administration, se sont, au moins un temps, présentées en France au titre de l’asile, rendant compte d’une intentionnalité, sanctionnée par une migration internationale. Ces populations ont donc été incluses dans l’étude.

6 Les divisions géographiques étant changeantes au niveau de l’OFPRA, les rapports annuels de Forum Réfugiés ont systématisé les chiffres de l’Office sous forme de tableaux pour les rendre comparables sur la durée. La division « Europe » comprend, en sus des pays communément admis, la Turquie, les pays de l’ancien bloc soviétique, y compris ceux d’Asie centrale.

7 Tout en garantissant l’anonymat des personnes, chaque domiciliation fait l’objet d’un référencement dans la base de données associative renseignant la civilité des personnes, leur situation familiale, leurs dates et lieux de naissance, leur nationalité et leur origine géographique, le pays dans lequel elles résidaient avant l’arrivée en France (ces trois dernières données pouvant être différentes).

8 Qui sont des roumanophones.

9 52,1% exactement.

10 Taux d’accord national, l’OFPRA ne proposant pas des chiffres à l’échelle départementale.

11 La circulaire du 26 septembre 1991 réforme le statut des demandeurs d'asile, leur retirant le droit de travailler, et, en contrepartie, organisant leur accueil en France dans des hébergements spécialisés, les Centres d'Accueil pour Demandeurs d'Asile (CADA).

12 La méthodologie de cette étude a reposé sur une analyse spatiale des places d'hébergement dans les différents dispositifs ainsi que sur l'exploitation d'enquêtes réalisées auprès de responsables de l'accueil des demandeurs d'asile, et sur de rares entretiens avec des demandeurs d'asile (la courte durée de l'enquête, de même que les difficultés linguistiques à interroger des demandeurs d'asile ont limité, et nous le regrettons, le nombre de ces entretiens)

13 Les hébergements dédiés comprennent les Centres d'Accueil des Demandeurs d'Asile (CADA), les Accueils d'Urgence pour Demandeurs d'Asile (AUDA), les Centres de Transit et les Centres Provisoires d'Hébergement (CPH), qui accueillent des réfugiés statutaires.

14 931 places réparties comme suit : 440 pour quatre CADA, 106 pour le Centre de Transit, 300 pour les quatre AUDA et 85 pour les deux CPH.

15 En 2001 sont ouvertes des places réservées aux demandeurs d'asile dans le dispositif d'Allocation au Logement Temporaire (ALT), en principe réservées aux personnes en grande précarité disposant d'un titre de séjour d'au moins trois mois. Les Centres d'Hébergement et de Réinsertion Sociale accueillent des demandeurs d'asile, alors que leur vocation est d'accueillir des personnes marginalisées et de les aider à se réinsérer dans la société. Les demandeurs d'asile sont nombreux à être accueillis dans le cadre du Plan Froid (déclenché entre novembre et avril en moyenne) où ils occupent la moitié des places. Depuis 2001, la DDASS finance des places des chambres d'hôtel gérées par l'Association Entretemps et par Forum Réfugiés. Enfin, depuis 2004-2005, pendant la période du Plan Froid, deux salles d'accueil d'urgence pour les demandeurs d'asile offrent un accueil pour la nuit.

16 D’autant plus que la politique de l’État a été dans le même temps d’augmenter la capacité globale des places d’hébergement dédiées aux demandeurs d’asile, tout en assurant une meilleure répartition sur le territoire national (au moins un CADA par département). Ainsi, entre 2000 et 2004, le nombre de places en CADA a été multiplié par trois sur le territoire national, passant de 5020 à 15 470. La France compte, en 2006, 265 CADA, dont 158 créés depuis 2002.

17 Places d'hébergements réparties comme suit : 449 places en ALT Asile, 199 places dans le cadre du Plan Froid, 932 places dans le dispositif Hôtel Asile, 120 places en salles d'accueil d'urgence Asile et des places en Centres d'Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) dont le nombre ne nous a pas été communiqué.

18 Sont admis en priorité dans le dispositif d'accueil les demandeurs d'asile en famille avec des enfants, puis les femmes seules avec enfants, les « moins prioritaires » étant les adultes isolés, sauf en cas de problèmes de santé.

19 Les demandes d’hébergement pour les demandeurs d’asile sont gérées à l’échelle locale par la Commission Locale d’Admission (CLA), chargée de la gestion des places dans les différents dispositifs d’accueil, spécialisé ou non, local ou national, en fonction des demandes d’asile déposées en préfecture. Les dossiers de tous les demandeurs d’asile passent donc par cette commission, et ils sont présentés à la CLA jusqu’à ce qu’une place dans un hébergement spécialisé se libère et soit accordée au demandeur ou, le cas échéant, jusqu’à la décision de l’OFPRA sur l’accord de l’asile politique. Dans le contexte de forte pression des années 2004-2005, la CLA n’a fait que gérer la pénurie.

20 46,4% pour Lyon et 14,8% pour Villeurbanne, soit 61,2% pour les deux communes contribuant le plus au dispositif local d'accueil.

21 Même si certains foyers hébergent encore d’anciens travailleurs migrants aujourd’hui retraités.

22 O.Brachet, directeur de l’association Forum Réfugiés, propos reportés dans l’article « Lyon craint le phénomène Sangatte », paru dans l’édition locale du quotidien national Lyon Figaro du 01/10/2002, à partir d’une dépêche AFP.

23 Les « réfugiés » hébergés dans l’ancienne usine de fabrication des voussoirs d’Eurotunnel n’étaient pas demandeurs d’asile, car leur objectif était de franchir le pas de Calais pour rejoindre la Grande-Bretagne afin, notamment, de déposer leur demande d’asile dans ce pays et non en France. Ils quittaient régulièrement le centre d’hébergement pour tenter, la nuit, de se cacher dans un véhicule embarquant sur un transbordeur à destination de Douvres. Ceci occasionnait de multiples allers et retours entre Sangatte et Calais … déplorés par les habitants de Sangatte et de Calais, tout comme les riverains de la place Carnot peuvent s’émouvoir de l’afflux de demandeurs d’asile sous leurs fenêtres.

24 L’étude a été menée au printemps 2005, soit lors du troisième printemps consécutif à de fortes tensions sur la place ; elle prend donc place au faîte de l’exacerbation des positions mais aussi à un moment où des solutions s’amorcent. L’analyse repose essentiellement sur des entretiens semi-directifs menés auprès de l’ensemble des acteurs en charge de la place (élus, commissaire divisionnaire, responsables d’ONG, chef de gare, etc.). Nous n’avons malheureusement pas pu interroger directement de demandeurs d’asile présents sur la place en raison de la barrière de la langue, mais nous sommes en mesure de dire que c’étaient effectivement des personnes en procédure asilaire car nous les avions vues pour certaines auparavant à la plate-forme de Forum Réfugiés à Perrache, au cours d’un stage d’observation participante.

25 Voire par le personnel de l’association : nous nous sommes vue conseiller à une famille ne sachant où aller de se rendre place Carnot ; nous avons donc participé au phénomène de concentration place Carnot.

26 Source : extrait d’un mail exposant les plaintes déposées en mairie du 2ème arrondissement, mars 2005.

27 Acronyme de « Not In My BackYard », c'est-à-dire « pas dans mon arrière-cour », qui fait référence aux associations de riverains combattant notamment l’implantation d’infrastructures dans leur voisinage par crainte d’une baisse de la qualité de vie dans le quartier.

28 C'est-à-dire favorable à une alliance avec l’Extrême-Droite pour gagner la majorité aux élections municipales précédentes.

29 La première expression est de M. Delolme, directeur de la Veille Sociale Mobile de Lyon, reformulant les analyses de Xavier Emmanuelli, fondateur du Samu Social de Paris, et auteur de L’Homme en état d’urgence, 2005, Hachette Littératures, Paris, 180 p. (seconde citation).

30 Nous réservons le terme de réfugiés pour les demandeurs d’asile ayant obtenu le statut.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une demande d’asile majoritairement européenne dans le département du Rhône
Crédits Source : Forum réfugiés pour le Rhône, OFPRA pour la FranceConception et réalisation : M. Pollet, E. Bonerandi
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 2. Poids inégal et non correspondance temporelle des cinq premiers effectifs cumulés de 1994 à 2005
Crédits Source : Base de données domiciliation de Forum réfugiés Conception et réalisation : M. Pollet, E. Bonerandi
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Figure 3. Une géographie fluctuante des zones de départ. L’exemple de la Serbie-Monténégro
Crédits Source : FR, fond de carte réalisé à partie d’une carte disponible sur Quid.frConception et réalisation : M. Pollet, sur Adobe illustrator CS
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Figure 4. Qui accède réellement à un hébergement ?
Crédits Source : Forum réfugiés (statistiques 2004)Conception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Figure 5. L’ensemble des hébergements dans lesquels peuvent résider les demandeurs d’asile
Crédits Fond : Grand Lyon Source : DDASS Forum Réfugiés ALPILConception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Figure 6. L’exemple de Madame U : mobilités et pratiques de l’espace lyonnais
Crédits Fond : Grand Lyon Source : Entretien Mme U.Conception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 7. Situation de la place Carnot dans Lyon
Crédits Fond : Grand Lyon (2002) Conception et réalisation : A. Delage, ENS-LSH 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 8. Les espaces de la place Carnot
Crédits Fond : Grand Lyon (2002) Conception et réalisation : A. Delage, ENS-LSH 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 9. La concentration des hébergements pour demandeurs d’asile dans le sud de la presqu’île
Crédits Fond : Grand Lyon Source : DDASS Forum Réfugiés ALPILConception et réalisation : F. Léostic, ENS-LSH mai 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 10. Diversité des publics de la place Carnot, occupations spatiales différenciées
Crédits Conception et réalisation : A. Delage, ENS-LSH 2005
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2612/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 949k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Delage, Fanny Leostic, Marion Pollet et Emmanuelle Bonerandi, « La demande d’asile à Lyon : flux européens et centralités urbaines », Espace populations sociétés, 2008/2 | 2008, 301-317.

Référence électronique

Aurélie Delage, Fanny Leostic, Marion Pollet et Emmanuelle Bonerandi, « La demande d’asile à Lyon : flux européens et centralités urbaines », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/2612 ; DOI : 10.4000/eps.2612

Haut de page

Auteurs

Aurélie Delage

Aurelie.Delage1@univ-lyon2.fr

Fanny Leostic

Fanny.leostic@gmail.com

Marion Pollet

Marionet_609@hotmail.com

Emmanuelle Bonerandi

Université de Lyon
ENS Lettres et Sciences Humaines
15, Parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07
Emmanuelle.Bonerandi@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org