Navigation – Plan du site
Articles

Campagnes d’information et traite des êtres humains à l’est de l’Europe

Information Campaigns and Human Trafficking in Eastern Europe
Céline Nieuwenhuys et Antoine Pécoud
p. 319-330

Résumés

La traite des personnes est un enjeu majeur dans le contexte des nouvelles mobilités entre l’est et l’ouest de l’Europe. Des campagnes d’information ont été lancées dans plusieurs pays est-européens afin d’informer les populations au sujet des dangers qui y sont liés et de prévenir ce phénomène. Cet article analyse la nature de ces campagnes, montrant qu’elles sont également utilisées dans la lutte contre l’immigration irrégulière et constituent ainsi un outil des politiques de contrôle des flux migratoires. Il propose une lecture critique des justifications de ces campagnes qui reflète les ambiguïtés liées à la traite des êtres humains

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cet article est partiellement issu d’un article publié en anglais en 2007 [Nieuwenhuys et Pécoud, 2 (...)

1Depuis la chute du bloc communiste sont apparues de nouvelles formes de mobilité entre l’Est et l’Ouest de l’Europe. Si, à l’époque du ‘rideau de fer’, les mouvements entre l’Europe occidentale et les pays de l’Est étaient fortement limités, de nouvelles dynamiques migratoires se sont mises en place après 1989 : accroissement des demandes d’asile (en particulier depuis les Balkans), migrations marchandes et pendulaires, ‘voyages touristiques’, migrations de travail (souvent irrégulières) et migrations ‘ethniques’ notamment. Ces différents types de flux, découlant des possibilités de mobilité accrue engendrées par la chute du mur de Berlin, ont généré des craintes d’«invasion» de l’Ouest par les ‘pauvres de l’Est’ qui, si elles se sont révélées infondées, n’en ont pas moins marqué les politiques migratoires des années quatre-vingt-dix.

2C’est dans ce contexte que s’est développé le phénomène connu sous le nom de ‘traite des personnes’, qui désigne une forme de mobilité associée à la contrainte, à l’exploitation et à l’implication de ‘professionnels’ de la migration souvent liés à la criminalité organisée. Ainsi, en Europe de l’Est, le parcours migratoire de femmes recrutées par des organisations mafieuses et contraintes à des activités comme la prostitution a été dépeint comme un ‘esclavage moderne’ et a suscité l’émotion du public et la réaction des politiques. La traite est rapidement devenue une préoccupation majeure pour la communauté internationale, dont l’engagement est motivé par au moins trois raisons : la protection des femmes concernées ; la répression des réseaux criminels internationaux qui prospèrent sur les défaillances des États post-communistes ; et le contrôle de l’immigration non-autorisée en provenance d’Europe de l’Est.

  • 2 Le Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, additionnel à la Conventi (...)
  • 3 Pour des analyses du phénomène de la traite, voir notamment Berman [2003], Gallagher [2001], Lazaro (...)

3La volonté de lutter contre la traite des personnes s’est notamment traduite par l’adoption, par les Nations Unies en 2000, de deux traités internationaux portant sur le trafic illicite de migrants (smuggling) et la traite des personnes (trafficking)2. Selon cette distinction, le trafic est l’activité consistant à faire franchir clandestinement une frontière à un migrant potentiel, tandis que la traite se réfère non seulement au passage de la frontière mais également à l’exploitation du migrant dans le pays de destination. Le trafic est généralement le fait des ‘passeurs’ et est associé aux hommes et à la criminalité ; la traite, en revanche, implique un ensemble d’activités plus large (du recrutement à l’exploitation en passant par le transport et l’hébergement) et évoque davantage les femmes et les enfants - perçus en principe comme des victimes plutôt que des criminels. Ces distinctions juridiques sont cependant difficiles à appliquer dans la pratique et les frontières entre ‘traite’, ‘trafic’, ‘asile’ ou ‘migration irrégulière’ sont souvent poreuses ; en conséquence, les estimations du nombre de personnes concernées par la traite varient beaucoup – alimentant les controverses sur le sujet3.

4Quelles que soient les incertitudes liées à sa définition et à son ampleur, il n’en demeure pas moins que la traite des personnes est devenue une priorité et a inspiré de nombreuses mesures. Du côté des acteurs, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a fait de la traite un de ses chevaux de bataille ; d’autres organisations (agences des Nations Unies, Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, Interpol, Commission européenne, notamment) participent également à cet effort qui est largement financé par les pays de destination occidentaux. Les mesures prises pour lutter contre la traite sont, entre autres, le renforcement des contrôles aux frontières ; la coopération régionale en matière d’échange d’information et de mise en réseaux des acteurs concernés ; la formation et le ‘renforcement des capacités’ dans les pays d’origine et de transit afin de leur permettre de mieux affronter le problème ; et la prise en charge des victimes (assistance médicale et juridique, ‘aide’ au retour, etc.).

  • 4 Créée en 1951, l’OIM est une agence intergouvernementale basée à Genève; sans être membre du systèm (...)

5Les campagnes d’information font également partie de cet arsenal de mesures anti-traite. Elles contribueraient à conscientiser les victimes potentielles au sujet des risques d’être ‘trafiqué’ et réduiraient donc leur vulnérabilité. Cet article analyse les enjeux soulevés par ces campagnes, les arguments qu’elles mobilisent, les moyens par lesquels elles sont diffusées, leurs fondements idéologiques ainsi que les problèmes éthiques qu’elles soulèvent. Il s’agit moins d’analyser empiriquement leur fonctionnement que d’enquêter sur les discours, les représentations et les arguments qu’elles mettent à l’œuvre. L’étude porte essentiellement sur les campagnes coordonnées par l’OIM4, sur la base de la documentation et des textes de présentation qui les accompagnent, sur des informations disponibles sur Internet ainsi que sur des documents non publiés qui nous ont été envoyés par l’OIM.

Les campagnes d’information

  • 5 Trafficking in Migrants, no 20, décembre 1999 – janvier 2000. Il faut noter que le phénomène de la (...)
  • 6 Dans la mesure où la traite est un phénomène mondial, et que l’OIM développe des activités dans tou (...)

6Depuis le début des années quatre-vingt-dix, l’OIM a organisé de nombreuses campagnes d’information en Europe Centrale et de l’Est. C’est en Roumanie et en Albanie que cette stratégie fut pour la première fois mise en place en 19925. Dans cet article, nous nous concentrons essentiellement sur des campagnes menées en Albanie, Arménie, Géorgie, Kazakhstan, Moldavie, Roumanie, Serbie et Monténégro, et Ukraine de 2001 à 20056.

7Le rôle de l’OIM dans ces campagnes est celui d’un intermédiaire et d’un prestataire de services. Ce n’est en principe pas cette organisation qui prend l’initiative de ces campagnes, mais ses États-membres ; ces derniers financent ces projets et les confient à l’OIM, dont le réseau de bureaux locaux permet un ancrage local et un accès plus aisé à tous les acteurs concernés dans les pays de départ et de transit. En règle générale, les financements viennent de l’Ouest tandis que les campagnes sont mises en œuvre à l’Est. Les pays de destination occidentaux peuvent ainsi coopérer avec les pays d’origine et de transit par le biais de l’OIM. Cela dit, l’OIM a développé une expertise dans ce domaine, qu’elle s’efforce de ‘vendre’ à ses États-membres, ce qui fait d’elle un véritable acteur de ces campagnes et non un simple exécutant.

8La majorité des campagnes visent un public composé de jeunes femmes et insistent sur les risques d’être piégées par des offres d’emploi à l’étranger qui conduiraient à leur exploitation sexuelle. Ce message est diffusé par le biais de différents supports - affiches et spots publicitaires, films, projets multimédias – ainsi que par le biais de partenariats avec les gouvernements et la société civile.

Les supports

  • 7 «‘Ouvrez les yeux !’ : tel est le message adressé par l’OIM aux femmes bulgares», OIM Infos, décemb (...)

9Les campagnes d’information ont notamment recours à des affiches publicitaires, avec des slogans directs et sans ambiguïtés comme ‘Vous n’êtes pas à vendre’, ‘L’être humain n’a pas de prix’, ‘Ouvrez les yeux !’ ou ‘Ne vous laissez pas piéger’7. Les affiches représentent de belles femmes blanches, souvent à moitié nues, dans des situations de détresse et dans des attitudes caractéristiques des travailleuses du sexe. Des annonces typiques sont reproduites (‘Agences honnêtes offrent aux femmes de bons emplois à l’étrangers’), complétées par des slogans tels que ‘Le retour à la maison ne sera pas facile’, ‘Es-tu certaine de savoir ce qui t’attend ?’, ‘La confiance aveugle a ouvert les yeux trop tard’ ou ‘Penses-tu que cela ne peut jamais t’arriver ?’. Un court texte à la première personne relate ce qui est arrivé à la femme sur l’affiche, comment elle souhaitait quitter son pays, a été abusée par des mafieux et forcée à se prostituer, comme l’illustre cet exemple de 1999 de la République tchèque :

  • 8 «République Tchèque : l’OIM lance une campagne d’information contre la traite des femmes», OIM Info (...)

À la fin du lycée, je voulais étudier les langues à l’université mais je n’ai pas réussi l’examen d’entrée. J’ai commencé à chercher du travail à l’étranger. Ayant lu dans un journal une offre d’emploi comme fille au pair en Italie, j’ai fait acte de candidature et j’ai été prise. À mon arrivée en Italie, j’ai été accueillie par un couple qui s’est présenté comme les parents des enfants dont j’étais censée m’occuper. J’ai signé un contrat et je leur ai donné mon passeport qu’ils ont gardé. On m’a emmenée dans une magnifique villa qui s’est révélée être un bordel, et l’on m’a contrainte à me prostituer. […] Si vous voulez travailler à l’étranger, demandez conseil8.

  • 9 Des exemples peuvent être aperçus sur http://www.belgium.iom.int/STOPConference/photos.shtm. Pour u (...)

10D’autres affiches montrent des femmes dans des situations vulnérables, comme dans une cage (avec le slogan ‘Veux-tu échanger ta dignité, ta liberté et ta santé pour une cage ?’) ou dans les mains d’un homme l’échangeant contre de l’argent (‘Tu seras vendue comme une poupée !’). En 2005 en Ukraine, on trouvait de grandes affiches représentant un passeport avec la photo d’une jeune femme barrée de l’inscription ‘vendue’. Figure également le numéro de téléphone d’une ligne offrant des conseils aux personnes désireuses de partir à l’étranger ou incertaines de la fiabilité d’une offre emploi9.

  • 10 «Lilya 4-Ever : Un film peut-il faire la différence ? », OIM Infos, mars 2004, pp. 18-19.

11Ces messages sont également relayés par des productions cinématographiques. En Moldavie, un film a été réalisé pour toucher un public d’adolescents et d’écoliers. Intitulé ‘Lylia 4-ever’, il raconte l’histoire d’une jeune fille de 16 ans devenue une victime de la traite des êtres humains et a été diffusé aussi bien sur les chaînes nationales que lors de projections organisées dans des villes et villages. Les écoles l’ont également inclus dans leur programme et des ONG ont été formées pour donner des conseils et répondre aux questions posées après les projections10. En Ukraine, un autre film (Victime du silence), diffusé sur les chaînes de télévision, avertit les femmes des dangers de la traite et appelle les Ukrainiennes de l’étranger à revenir au pays [Andrijasevic, 2004, p.162].

  • 11 Voir http://www.iom.org.ua/index.php?id=53&sub_id=54&public_id=70&action=public_det&wlng=e
  • 12 «Celebrities Spread the Word: ‘If you want to go abroad it’s OK… Get yourself informed. Find a litt (...)

12Outre les films, des spots publicitaires sont réalisés. En Ukraine, les chaînes de télévision ont diffusé un spot montrant un migrant préparant sa valise : la caméra s’attarde sur les différents documents officiels nécessaires au départ et, plus particulièrement, sur un passeport ouvert portant de manière très visible l’inscription LABOUR VISA (visa de travail) ; on voit ensuite l’émigrant à l’aéroport ou dans une gare, refusant de confier son passeport à quelqu’un d’autre11. En Moldavie, un spot télévisé fait la promotion d’une ligne téléphonique grâce à des artistes locaux qui donnent des ‘conseils amicaux’ à l’audience : ‘Si vous voulez aller à l’étranger, c’est OK. Je respecte votre décision mais ne vous précipitez pas. Informez-vous. Prenez le temps d’appeler la hotline’12.

  • 13 Voir http://www.mtvexit.org/.

13D’ambitieux programmes multimédia diffusent également des messages anti-traite auprès des jeunes. C’est notamment le cas du programme EXIT de la chaîne de télévision MTV, qui entend ‘arrêter l’exploitation et la traite’ et est soutenue par l’Agence Suédoise Internationale de Coopération au Développement en partenariat avec l’OIM13. Elle consiste en un site Internet (disponible dans quatorze langues, de l’Europe de l’Est et de l’Ouest), des spots radios ou télévisés, des clips vidéo, des documentaires et des courts-métrages. Des célébrités interviennent pour toucher une audience de jeunes : la star hollywoodienne Angelina Jolie présente ainsi un document intitulé ‘Trafic inhumain’ qui offre une introduction au phénomène de la traite au travers d’histoires réelles. Le groupe de rock R.E.M. a également été impliqué, sa tournée européenne de 2005 ayant été suivie par le programme MTV EXIT : des associations de lutte contre la traite étaient présentes aux concerts pour distribuer du matériel de prévention aux fans.

Coopération et partenariats

  • 14 «L’être humain n’a pas de prix», op. cit.
  • 15 Prevention of irregular migration from Romania to Belgium, Rapport final au ministère de l’Intérieu (...)

14Les campagnes d’information reposent également sur des partenariats avec un large éventail d’acteurs sociaux. L’OIM coopère avec les écoles et les universités pour atteindre les jeunes, considérés comme les plus susceptibles de partir à l’étranger ; les enseignants sont formés pour introduire le sujet de la traite et de l’immigration irrégulière dans leur programme tandis que des stages d’été sont organisés pour conscientiser les jeunes gens. Les églises sont également mises à contribution ; en Roumanie, un accord a ainsi été signé entre l’OIM et le Patriarche de l’Église orthodoxe roumaine afin d’introduire dans les écoles religieuses des informations relatives à la traite14. Outre les médias, d’autres entreprises privées participent, comme la compagnie de bus Eurolines, empruntée par les Européens de l’Est voyageant vers l’Europe de l’Ouest, qui a distribué des prospectus de lutte contre la traite à bord15.

  • 16 «Quitter l’Ukraine pour émigrer légalement et en toute sécurité», Migrations, décembre 2005, pp. 24 (...)

15L’OIM est également présente dans des activités dites de ‘renforcement des capacités’ (capacity-building) dont le but est de permettre aux régions d’origine des migrants de lutter contre la traite par eux-mêmes – formation des travailleurs sociaux, des journalistes, des fonctionnaires et des membres des agences du gouvernements, tables rondes réunissant les acteurs étatiques et la société civile pour améliorer la coordination de la lutte. Cela peut mener à la création d’institutions, comme des centres de conseil : avec des fonds provenant de l’Union Européenne, l’OIM a par exemple créé les ‘Centres d’information pour migrants’ en Ukraine et en République Tchèque ; ils sont gérés par des ONG dont le personnel est formé par l’OIM et les ambassades des pays occidentaux. Des consultations et des lignes téléphoniques d’informations y sont mises sur pied, dans le but d’expliquer aux migrants comment émigrer ‘légalement et en toute sécurité’, c’est à dire en consultant les ambassades des pays de destination et en s’assurant du sérieux des offres d’emploi avant de partir16.

16Les ONG sont généralement impliquées dans ces initiatives. Les campagnes de l’OIM sont en effet établies en partenariat avec des associations qui sont formées et financées pour gérer des centres d’information, répondre aux appels téléphoniques, distribuer des fascicules, organiser des pièces de théâtre itinérantes, etc. L’OIM a créé et soutient des réseaux internationaux d’ONG, dont l’objectif est d’échanger des expériences et des informations – on peut notamment mentionner l’association La Strada, réseau d’associations sponsorisées par l’UE en Pologne, Bulgarie, Biélorussie, Moldavie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine et en Ukraine. Si ces initiatives anti-traite sont présentées comme des réalisations conjointes de l’OIM et des ONG, les représentants de la société civile se plaignent parfois du peu d’influence qu’elle ont sur leur conceptualisation [Andrijasevic, 2004]. Schwenken (2005) souligne également que les ONG actives dans la promotion des droits de l’homme et la protection des femmes se trouvent dans une relation ambiguë et déséquilibrée vis-à-vis des organisations gouvernementales et inter-gouvernementales avec lesquelles elles collaborent dans la lutte contre la traite.

Traite des êtres humains et migration irrégulière

  • 17 «Programme d’information pour le Maroc : l’OIM et l’Espagne signent un protocole de projet», OIM In (...)

17Les campagnes d’information ne sont pas exclusivement utilisées dans le cadre de la traite des personnes, mais servent également à la lutte contre l’immigration irrégulière. C’est en particulier le cas dans des régions moins affectées par la traite que l’Europe de l’Est : au Maroc par exemple, un projet de l’OIM financé par le gouvernement espagnol vise à empêcher l’immigration irrégulière en diffusant des informations sur ‘les risques et les conséquences de la migration clandestine’ par des méthodes qui ressemblent fortement à celles utilisées en Europe Centrale et de l’Est17. Le message ne porte plus sur les risques de la traite, mais sur le danger pour les migrants d’atteindre l’Europe et sur le destin peu attrayant des migrants en situation irrégulière.

  • 18 Prevention of irregular migration from Romania to Belgium, op. cit.
  • 19 Voir http://www.iom.sk/index.php?menu=61&subMenu=82 et http://www.iom.cz/english/projects-detail.sh (...)

18Certaines campagnes informent de même des conséquences du non-respect des lois et des procédures d’asile dans les pays européens. En Roumanie, par exemple, une campagne financée par le gouvernement belge présente des informations sur ‘les risques et les conséquences dérivant de la violation des procédures légales d’immigration en vigueur’18. Les campagnes peuvent même faire référence à la migration légale. Le Royaume-Uni par exemple, qui n’impose pas de restrictions aux migrations issues des nouveaux pays de l’UE, a demandé à l’OIM de lancer des campagnes en République tchèque, Pologne, Hongrie et République slovaque pour ‘clarifier les mythes et les réalités de la migration vers le Royaume-Uni’ et pour ‘fournir des informations objectives sur la migration et le travail au Royaume-Uni, les droits et devoirs des immigrés et les risques et conséquences liés aux abus des lois et du système de sécurité sociale’19. Ces campagnes eurent lieu immédiatement après l’élargissement de l’Union Européenne en 2004 et reposent sur les mêmes méthodes que les campagnes de lutte contre la traite (posters, lignes téléphoniques, etc.). L’avertissement est ici que les migrants qui violent les lois relatives à l’immigration, à l’asile ou à l’État-providence s’exposent à de sérieuses conséquences.

19De manière plus générale, il faut souligner que la plupart des messages anti-traite sont également pertinents pour la lutte contre l’immigration irrégulière. La nécessité d’obtenir un visa et un permis de travail, la recommandation de se présenter soi-même à l’ambassade du pays de destination et l’insistance sur la nécessité de prendre toutes les précautions avant de partir sont des arguments qui peuvent facilement être utilisés pour empêcher toutes formes de migrations non-autorisées, et non seulement la traite. Il devient donc difficile de distinguer les campagnes luttant contre la traite et celles contre l’immigration irrégulière, étant donné que tant les messages que les méthodes se ressemblent. Même si la présentation des campagnes insiste fortement sur leur composante anti-traite, les messages véhiculés sont compatibles avec la lutte contre l’immigration irrégulière.

Campagnes d’information et politiques migratoires

20Les campagnes d’information apparaissent donc comme un outil des politiques migratoires, qui vise à donner des informations aux habitants des pays émetteurs de migrants au sujet de leur éventuel départ pour l’étranger. Dans les termes de l’OIM :

  • 20 «Information campaigns aim at helping potential migrants make well-informed decisions regarding mig (...)

« Les campagnes d’information visent à aider les migrants potentiels à prendre des décisions informées au sujet de la migration. L’expérience a montré que l’information la plus crédible est équilibrée et neutre et qu’elle doit offrir des faits sur les possibilités et les avantages de la migration légale ainsi que sur les désavantages de la migration irrégulière. […] Dans les campagnes de lutte contre la traite des êtres humains, l’information diffusée concerne les risques et les dangers qu’elle engendre20 ».

  • 21 «L’Indonésie demande l’aide de l’OIM», OIM Infos, septembre 2000, p. 3

21L’information devient ainsi un instrument dans la lutte contre la traite et les migrations clandestines. Les campagnes tentent d’atteindre non pas ceux qui ont déjà migré (comme le font les contrôles aux frontières et la répression des sans-papiers), mais ceux qui sont susceptibles de partir. Elles usent de méthodes dites ‘préventives’ qui ‘conscientisent’ les migrants potentiels et qui ambitionnent de réduire la pression migratoire à la racine, en réduisant le désir de migrer dans les pays d’origine. L’objectif de cette stratégie est ainsi de convaincre les migrants potentiels de ne pas partir ou, du moins, de ne partir que dans des conditions légales – dont on sait qu’elles ne sont pas faciles d’accès. Ces campagnes partent du principe qu’il est à la fois possible et souhaitable de décourager et de dissuader les migrants potentiels de partir : ‘L’OIM estime […] que le meilleur moyen de maîtriser le problème [de l’immigration irrégulière] consiste à décourager à la fois les passeurs et les migrants dans leur pays d’origine ou dans les pays de transit avant qu’ils n’atteignent leur destination’21.

22Le contexte dans lequel s’élaborent ces campagnes est celui d’un durcissement des contrôles de l’immigration et d’un sentiment d’impuissance face aux développements récents des dynamiques migratoires qui aboutit notamment à l’élaboration de nouvelles mesures pour contrôler les déplacements de personnes. La surveillance classique des frontières est complétée par de nouvelles formes de contrôle qui débordent du cadre géographique de la frontière pour s’implanter à la fois en amont et en aval de celle-ci. En aval, on assiste au renforcement des frontières internes aux pays dits d’accueil, de nature plus institutionnelle que territoriale, qui portent notamment sur l’accès aux droits, aux prestations de l’État-providence ou au marché du travail et à l’intensification de la recherche des migrants en situation irrégulière.

23En amont, des dispositifs de contrôle délocalisé tentent d’assurer un filtrage des étrangers dès les pays d’origine ou de transit, de façon à réduire le nombre de ceux qui atteindront les frontières. C’est notamment le cas des politiques de visa, devenues plus sophistiquées, notamment dans le contexte de l’espace Schengen. La coopération entre États de destination, d’origine et de transit s’accroît également, par le biais de partenariat et de financement visant à maîtriser le départ des migrants et à garantir le retour des migrants expulsés. On assiste par ailleurs au recours à des acteurs privés, comme les entreprises de sécurité ou les compagnies aériennes chargées de contrôler le droit de leurs passagers à entrer dans les pays de destination. Ces mesures de surveillance à distance créent des frontières virtuelles qui ne coïncident plus avec le territoire de l’État qui les met en place. Les migrants potentiels voient leur mobilité contrôlée et réduite bien avant d’atteindre le pays de destination.

24En intervenant à l’intérieur des pays d’origine des migrants, les campagnes d’information décrites dans cet article participent de ce contrôle à distance. Elles illustrent également la manière dont les politiques de contrôle des flux usent de nouveaux outils, comme le recours aux médias et la diffusion quasi publicitaire d’informations destinées à inciter les migrants potentiels à rester chez eux. La surveillance est de plus partiellement déléguée à des acteurs comme les organisations intergouvernementales ou les ONG. Seulement, à la différence des mesures de contrôle mentionnées ci-dessus, les campagnes d’information affichent une nature humanitaire. Fournir des informations n’est pas, en théorie, un acte de contrôle ; c’est une démarche destinée à aider le public. Naturellement, la séparation entre campagne d’information et propagande est parfois ténue mais il n’en demeure pas moins que l’une comme l’autre doivent prétendre œuvrer pour le bien des destinataires du message – en l’occurrence les migrants potentiels. C’est ce qui explique la justification principale de ces campagnes, axées sur l’ignorance des migrants potentiels et les dangers qu’elle implique.

Ignorance et victimisation

25Les campagnes d’information reposent sur l’ignorance des migrants potentiels. Le postulat est que ces derniers ignorent tout de ce qui les attend en cas de migration vers l’étranger et que c’est en raison de cette ignorance qu’ils décident de partir ; s’ils savaient, ils ne partiraient pas. Cela implique que :

  • 1-les migrants manquent d’information sur l’immigration,

  • 2-ils prennent leurs décisions sur la base des informations disponibles et

  • 3-ces dernières sont suffisamment sombres pour les décourager de partir.

26Les campagnes d’information considèrent que les migrants potentiels sont incapables d’évaluer leur situation en raison d’un manque d’informations correctes. Leur ignorance du pays qu’ils comptent atteindre ainsi que des dangers et des obstacles qui les attendent, les rendraient vulnérables aux faux espoirs de vie meilleure dans une Europe réputée riche et prospère :

  • 22 «Programme d’information pour le Maroc : l’OIM et l’Espagne signent un protocole de projet», op. ci (...)

Le programme insiste sur la nécessité pour les migrants de se procurer des informations appropriées et ne fonder leurs espoirs que sur des faits concrets [...]. Il expose en outre les risques et les conséquences de la migration clandestine […]. Le mirage du monde occidental où vivrait une population infiniment riche continue d’attirer un nombre considérable de jeunes migrants sans-papiers […]. On a considéré que la décision de partir est largement déterminée par les idées que se fait l’émigrant et par ses motivations. Il est donc essentiel de fournir aux migrants potentiels des informations correctes22.

27Les migrants potentiels sont donc sensibilisés aux dures conditions de vie des immigrés clandestins et des victimes de la traite, afin qu’ils ne perçoivent plus l’émigration comme une opportunité, mais comme une source de dangers et de vulnérabilité.

  • 23 http://www.iom.sk/index.php?menu=59
  • 24 Voir : « Prostitution forcée= esclavage : l’histoire de Maria », OIM Infos, septembre 2000, pp.. 5- (...)

28Les migrants sont de plus exposés aux propositions alléchantes mais malhonnêtes des passeurs, qui prospèrent grâce aux espoirs de vie meilleure à l’étranger qui habitent les candidats à l’émigration. Des informations ‘justes’, ‘objectives’ et ‘fiables’ sont dès lors nécessaires pour corriger ces erreurs d’appréciations – et contrer les passeurs. D’où une vision presque exclusivement négative des réalités migratoires : ‘Les campagnes d’information de l’OIM visent à conscientiser le public au sujet de certains problèmes liés à la migration et à le sensibiliser aux dangers et aux souffrances qui sont liés à la migration’23 . Les ‘réalités’ de la migration seraient donc sombres et toutes les formes de mouvements illicites – qu’il s’agisse d’immigration irrégulière ou de traite – sont assimilées aux atrocités de la traite des êtres humains. La diversité des expériences migratoires et la possibilité de s’en sortir ne sont jamais mentionnées. Il n’existerait qu’un seul type de parcours migratoire, semé des pires embûches, passant par la traite et menant systématiquement à l’échec, à l’exploitation et au malheur. L’ignorance des migrants va de pair avec leur ‘victimisation’. Les femmes, en particulier, seraient naïves, vulnérables et sans défense face à de cruels trafiquants masculins. En revanche, celles qui ont vécu les horreurs de la traite et s’en sont sorties ne sont plus ignorantes et jouent un rôle central dans les campagnes, leur expérience servant à convaincre les autres jeunes filles de ne pas quitter leur pays. Les publications de l’OIM sont remplies de récits de jeunes femmes qui, grâce aux programmes de l’OIM, rentrent heureuses et en sécurité à la maison24

  • 25 Des programmes ont été ainsi mis sur pied pour des clandestins du Honduras aux Etats-Unis, ainsi qu (...)

29Cette perception des migrants comme des victimes qu’il convient d’aider est également sous-jacente aux campagnes de retour volontaire. L’OIM mène de nombreux programmes pour aider les migrants à rentrer dans leur pays et se réintégrer. Le postulat est que ces migrants sont partis par erreur, sans savoir ce qui les attendait et que, désormais conscients de la dure réalité qu’ils affrontent à l’arrivée, ils souhaitent revenir sur ce choix et rentrer. S’ils visent essentiellement les victimes de la traite, ces programmes concernent également les migrants clandestins25

30Cette représentation du départ comme un choix rationnel basé sur les informations disponibles est à bien des égards problématique. Elle va à l’encontre des nombreuses recherches qui soulignent la dimension collective de l’émigration. Massey et al. (1998) proposent par exemple une approche ‘cumulative’ de l’émigration, selon laquelle un ensemble de macro-facteurs – familiaux, sociaux, culturels et économiques – convergent pour créer une dynamique et une ‘culture’ migratoires qui font de l’immigration un élément socialement structurant et presque normatif aux yeux des individus, processus qui risque de n’être que marginalement influencé par la diffusion d’informations négatives sur les conditions de vie des migrants.

  • 26 En 2003 par exemple, plus d’une femme sur trois résidant dans un centre d’assistance aux victimes d (...)
  • 27 Dans un registre littéraire, cela est éloquemment illustré dans Partir, un roman récent de Tahar Be (...)

31De plus, les migrants sont souvent au courant des risques et dangers liés au départ. Les bureaux régionaux de l’OIM, proches de la réalité du terrain et peut-être plus réalistes quant à l’impact des campagnes d’information, semblent être conscients de cette situation ; leurs documents mentionnent notamment l’hypothèse selon laquelle les migrants savent ce qui les attend, mais décident tout de même de partir26 – un fait corroboré par d’autres recherches indépendantes [Agustin, 2006]27. Comme le note Kelly (2005), la recherche sur la traite est en grande partie subventionnée et inspirée par les États, ce qui laisse peu d’espace à des perspectives critiques et incite la recherche à répondre essentiellement à des impératifs de justifications des actions menées.

Les ambiguïtés de la traite

32Les campagnes d’information mettent en évidence les ambiguïtés morales et politiques inhérentes à la question de la traite des êtres humains. Si cette dernière est indéniablement une grave violation des droits de l’homme, son apparition en tant qu’enjeu politique majeur et le rôle qu’elle joue dans les politiques migratoires ne va pas sans problème. On peut notamment citer deux ambiguïtés majeures qui se dégagent des campagnes décrites ci-dessus.

33La première a trait à leur nature ‘préventive’. Les campagnes d’information seraient préventives dans la mesure où elles entendent lutter contre la traite avant qu’elle n’ait lieu ; elles compléteraient ainsi les politiques répressives qui criminalisent les acteurs de la traite. Cependant, la prévention se concentre exclusivement sur la nécessité pour les victimes potentielles d’être conscientes des dangers, et nettement moins sur le contexte. Peu d’efforts sont par exemple déployés pour réduire la demande de main-d’œuvre et de services bon marché ou pour améliorer les conditions de vie dans les régions d’origine des migrants. De plus, la traite et le trafic sont en en grande partie le produit des politiques migratoires elles-mêmes et, en particulier, de la fermeture des frontières des pays occidentaux qui ne laissent guère d’autre choix aux candidats à la migration que de se tourner vers des professionnels pour réaliser leur objectif.

34Même si l’OIM mentionne à juste titre la nécessité d’accroître les possibilités de migration légale, l’essentiel des efforts se concentrent sur le découragement des migrants, incités à rester chez eux. La confusion entre immigration irrégulière et traite rend cette dimension ‘préventive’ encore plus problématique et contribue à faire de ces campagnes d’information un outil supplémentaire de contrôle des flux. On entend souvent les politiciens européens justifier leurs mesures répressives en matière de politiques migratoires par la nécessité d’envoyer un message clair  aux migrants potentiels ; et en effet, les campagnes d’information utilisent l’argument des mesures punitives dirigées envers les clandestins pour décourager les migrants. La frontière entre ‘prévention’ et ‘répression’ est donc pour le moins floue.

35La seconde ambiguïté concerne la victimisation des personnes trafiquées. Si on ne peut contester les nombreuses souffrances humaines générées par la traite, cette ‘victimisation’ fait de tous les migrants potentiels des victimes qu’il convient d’assister, plutôt que des acteurs sociaux dotés de stratégies et faisant preuve d’initiatives. Est donc négligée la possibilité que les migrants aient choisi l’option du trafic ou de la traite pour émigrer : pourtant, dans un contexte de fermeture des frontières, quitter un pays et demander l’asile à l’étranger peut par exemple n’être possible que par ce biais [Koser, 2001]. De même, selon Andrijasevic (2004), la traite et la prostitution sont pour certaines femmes une étape – plus ou moins librement consentie – dans un itinéraire qui leur permet de fuir la misère et la stagnation de leurs vies. Si la traite est un risque, elle peut aussi représenter une opportunité pour certains migrants – au point que Lazaroiu et Ulrich (2003) parlent des femmes trafiquées comme des ‘innovateurs sociaux’, qui évaluent les risques et les opportunités avant de prendre la décision de partir.

36Selon la rhétorique de ces campagnes, les migrants potentiels qui détiennent des informations seraient capables de résister aux offres des trafiquants ; c’est par l’information que le public visé perdrait sa qualité de victime et s’émanciperait (empowerment). Outre que, comme le note Andrijasevic (2004), cette ambition d’émancipation est difficilement compatible avec la présentation sensationnaliste et sexualisée faite des femmes dans ces campagnes, il faut noter que les campagnes ont une représentation idéaliste du pays d’origine : elles encouragent les migrants potentiels à rester chez eux ou à rentrer au pays, comme si exploitation et violations des droits de l’homme ne pouvaient pas se produire ‘à la maison’. Pourtant, certaines recherches ethnographiques montrent qu’il existe une continuité entre la traite et l’exploitation dans le pays d’origine, soit parce que les victimes étaient précisément en train de fuir des situations de vulnérabilité ou parce que la traite s’inscrit dans la continuité de relations de pouvoir et d’injustices pré-migratoires [Moujoud et Pourette, 2005].

37Il est possible d’avancer que ces ambiguïtés – entre prévention et répression, entre victimisation et émancipation et, plus largement, entre traite et migration irrégulière – sont constitutives des politiques de lutte contre la traite. Elles permettent en effet un compromis entre les intérêts des différents acteurs en présence, en particulier les gouvernements des pays d’origine et de destination et les ONG. Ces acteurs ont des intérêts et des préoccupations différents : certains veulent apporter un soutien humanitaire aux victimes de la traite tandis que d’autres cherchent à remédier à la porosité de leurs frontières ou à lutter contre la criminalité transnationale. Dans ce contexte, la lutte contre la traite permet de poursuivre ces différents objectifs, tout en les présentant différemment selon l’audience ; cette plasticité rhétorique assure une adhésion aux politiques anti-traite qui ne serait pas la même si elles visaient exclusivement à lutter contre l’immigration irrégulière.

38C’est donc grâce à ces relations ambiguës entre humanitaire, migration et criminalité qu’émerge l’opportunité de lancer des actions d’envergure dans le domaine de la traite. Cette approche enferme de façon regrettable la question des migrations dans un cadre sécuritaire étroit, mais cela pourrait être compris comme le prix à payer pour aborder d’autres enjeux tels que la violation des droits humains ou la situation des femmes. Il est dès lors difficile d’affirmer que ces ambiguïtés sont entièrement délibérées : elles sont sans doute, dans certains cas, volontairement et cyniquement produites par des politiques qui veulent donner un visage humain à leurs politiques de contrôle des flux ; mais elles constituent également le produit presque structurel de la coopération entre pays d’origine et de destination et acteurs non-gouvernementaux qui doivent trouver un terrain d’entente pour travailler ensemble [Turnbull, 1999].

Conclusion

39Les campagnes d’information analysées dans cet article soulignent la complexité morale et politique de la lutte contre la traite des êtres humains. Dans des situations où distinguer traite, asile et immigration (ir)régulière est difficile, la reconnaissance de la traite comme une violation des droits de l’homme à combattre est certes nécessaire, mais semble abusivement utilisée pour justifier le contrôle des déplacements de personnes en général. Ces campagnes reposent sur – et alimentent – une confusion conceptuelle entre différentes formes de mobilité qui, si elle n’est peut-être pas entièrement volontaire, tend à concevoir la question des migrations dans un cadre étroitement sécuritaire de lutte contre la criminalité : le crime représenté par la traite finit par criminaliser toutes les formes de déplacements.

40À cet égard, les campagnes d’information s’inscrivent dans les politiques de contrôle des flux migratoires. En présentant le départ comme un danger à éviter, elles ambitionnent d’ériger dans les têtes des migrants potentiels les frontières qu’elles peinent à contrôler entre États. Ironie de l’histoire, les États d’Europe de l’Ouest et leur allié américain ont, tout au long de la guerre froide, cherché à promouvoir une image de l’Occident comme une ‘terre promise’ ; ces images de liberté et de richesses visaient les populations des pays du bloc soviétique et usaient plus ou moins des mêmes méthodes que les campagnes d’information décrites ici – la publicité et les outils de communication de masse. Il convenait alors de condamner les efforts des pays communistes pour empêcher le départ de leurs citoyens, sur la base notamment de l’article 13-2 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui stipule que ‘toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays’. Il est sans doute trop tôt pour voir dans ces campagnes d’information un retour vers les heures sombres des interdictions de sortie ; mais elles n’en préfigurent peut-être pas moins une époque à venir ou quitter son pays sera, sinon interdit, du moins fortement désapprouvé.

Haut de page

Bibliographie

AGUSTIN Laura (2006), The Disappearing of a Migration Category: Migrants Who Sell Sex, Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 32, no 1, pp. 29-47.

ANDRIJASEVIC Rutvica (2004), Trafficking in women and the politics of mobility in Europe, Université d’Utrecht, thèse de doctorat non publiée.

BEN JELLOUN Tahar (2006), Partir, Paris, Gallimard.

BERMAN Jacqueline (2003), (Un)Popular Strangers and Crises (Un)Bounded: Discourses of Sex-Trafficking, the European Political Community and the Panicked State of the Modern State, European Journal of International Relations, vol. 9, no 1, pp. 37-86.

GALLAGHER Anne (2001), Human Rights and the New UN Protocols on Trafficking and Migrant Smuggling: A Preliminary Analysis, Human Rights Quarterly, vol. 23, no 4, pp. 975-1004.

GOVERNMENT ACCOUNTABILITY OFFICE (2006), Human Trafficking. Better Data, Strategy, and Reporting Needed to Enhance U.S. Antitrafficking Efforts Abroad, Washington, GAO (disponible à http://www.gao.gov/new.items/d06825.pdf).

KELLY Liz (2005), ‘You can find anything you want’: A critical reflection on research on trafficking in persons within and into Europe, International Migration, vol. 43, no 1-2, pp. 235-265.

KOSER Khalid (2001), « The Smuggling of Asylum Seekers into Western Europe: Contradictions, Conundrums, and Dilemmas », in David Kyle et Rey Koslowski (coord.), Global Human Smuggling. Comparative Perspectives, Baltimore, The John Hopkins University Press, pp. 58-73.

LAZAROIU Sebastian, ULRICH Louis (2003), « Le trafic de femmes : une perspective sociologique », in Dana Diminescu (coord.), Visibles mais peu nombreux… : les circulations migratoires roumaines, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, pp. 265-300.

MASSEY Douglas S., ARANGO Joaquin, HUGO Graeme, KOUAOUCI Ali, PELLEGRINO Adela, TAYLOR, J. Edward (1998), Worlds in Motion. Understanding International Migration at the End of the Millennium, Oxford, Clarendon Press.

MOROKVASIC Mirjana (2006), Une circulation bien particulière : la traite des femmes dans les Balkans, Migrations Société, vol. XVIII, no 107, pp. 119-143.

MOUJOUD Nasima, POURETTE Dolorès (2005), ‘Traite’ de femmes migrantes, domesticité et prostitution. À propos de migration interne et externe, Cahiers d’Études Africaines, no 179-180, pp. 1093-1121.

NIEUWENHUYS Céline, PÉCOUD Antoine (2007), Human Trafficking, Information Campaigns and Strategies of Migration Control, American Behavioral Scientist, vol. 50, no 12, pp. 1674-1695.

RAGARU Nadège (2007), Du bon usage de la traite des êtres humains. Controverses autour d’un problème social et d’une qualification juridique », Genèse, no 66, pp. 69-89.

SCHWENKEN Helen (2005), The Challenges of Framing Women Migrants’ Rights in the European Union, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 21, no 1, pp. 177-194.

TURNBULL Penelope (1999), « The Fusion of Immigration and Crime in the European Union: Problems of Cooperation and the Fight Against the Trafficking in Women », in Phil Williams (coord.), Illegal Immigration and Commercial Sex. The New Slave Trade, Londres, Frank Cass, pp. 189-213.

Haut de page

Notes

1 Cet article est partiellement issu d’un article publié en anglais en 2007 [Nieuwenhuys et Pécoud, 2007].

2 Le Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et le Protocole additionnel à la convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier les femmes et les enfants. Ces deux protocoles font partie de la Convention des Nations Unies contre la Criminalité Transnationale Organisée, adoptée à Palerme en 2000.

3 Pour des analyses du phénomène de la traite, voir notamment Berman [2003], Gallagher [2001], Lazaroiu et Ulrich [2003], Morokvasic [2006] et Ragaru [2007]. L’estimation la plus fréquemment citée du nombre de personnes victimes de la traite provient du Département d’Etat américain, qui la chiffre entre 600 000 et 800 000 annuellement. Cette estimation a cependant été régulièrement critiquée pour le flou qui entoure les sources et la méthode employées, qui permet de déboucher sur une estimation haute justifiant l’inflation des mesures anti-traite. De façon révélatrice, cette critique a même été émise en 2006 par l’Accountability Office du gouvernement américain (GAO, organe d’audit des politiques), qui estime que les efforts politiques, humains et financiers déployés pour lutter contre la traite nécessitent de meilleures évaluations quantitatives (GAO [2006]).

4 Créée en 1951, l’OIM est une agence intergouvernementale basée à Genève; sans être membre du système des Nations Unies, elle constitue l’organisation de ce type la plus importante dans le domaine des migrations. Sa présentation souligne que «les migrations organisées, s’effectuant dans des conditions décentes, profitent à la fois aux migrants et à la société toute entière». En l’absence d’étude indépendante sur les activités et le fonctionnement de l’OIM, son site web représente la principale source d’informations (www.iom.int). On y trouve notamment certaines des publications citées dans cet article (IOM Infos, Migrations, Trafficking in Migrants).

5 Trafficking in Migrants, no 20, décembre 1999 – janvier 2000. Il faut noter que le phénomène de la traite n’est pas propre à l’Europe de l’Est et que, en conséquence, des campagnes ont été lancées dans d’autres régions comme l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Amérique Centrale.

6 Dans la mesure où la traite est un phénomène mondial, et que l’OIM développe des activités dans toutes les régions du monde, nous avons été amenés à quelques reprises à citer des exemples particulièrement éloquents portant sur d’autres continents. Si les enjeux discutés dans cet article sont en partie spécifiques à l’Est de l’Europe, des liens n’en existent pas moins entre les évolutions à l’œuvre dans cette région et ailleurs dans le monde.

7 «‘Ouvrez les yeux !’ : tel est le message adressé par l’OIM aux femmes bulgares», OIM Infos, décembre 2000, p. 5 ; «‘Ne vous laissez pas piéger’ – la campagne anti-traite de l’OIM en Hongrie», OIM Infos, juin 2000, p. 5 ; «‘L’être humain n’a pas de prix», OIM Infos, juin 2002, p. 16.

8 «République Tchèque : l’OIM lance une campagne d’information contre la traite des femmes», OIM Infos, no 2, 1999, p. 9.

9 Des exemples peuvent être aperçus sur http://www.belgium.iom.int/STOPConference/photos.shtm. Pour une analyse approfondie, voir Andrijasevic (2004).

10 «Lilya 4-Ever : Un film peut-il faire la différence ? », OIM Infos, mars 2004, pp. 18-19.

11 Voir http://www.iom.org.ua/index.php?id=53&sub_id=54&public_id=70&action=public_det&wlng=e

12 «Celebrities Spread the Word: ‘If you want to go abroad it’s OK… Get yourself informed. Find a little time to call the hotline’», IOM News, juin 2004, pp. 21-22.

13 Voir http://www.mtvexit.org/.

14 «L’être humain n’a pas de prix», op. cit.

15 Prevention of irregular migration from Romania to Belgium, Rapport final au ministère de l’Intérieur de Belgique, 2005.

16 «Quitter l’Ukraine pour émigrer légalement et en toute sécurité», Migrations, décembre 2005, pp. 24-25. Notons que ces institutions ressemblent à des projets en cours au Mali, ou sont en train d’être créés : une ‘Maison des Maliens de l’Extérieur’ et un ‘Centre d’Information et de Gestion des Migrations’, dont l’objectif sera de diffuser des informations sur les opportunités de travail à l’étranger, sur les risques de l’immigration clandestine et sur les possibilités de retour et de réinsertion des migrants. Si les autorités maliennes sont responsables de ces projets, le soutien et la contribution de l’Union Européenne semblent déterminants (voir le communiqué de presse IP/07/167 de l’UE ‘Réunion de Haut Niveau Union Européenne – Mali sur les Migrations et le Développement – 8 février 2007’). Derrière les différences de contexte, une approche commune rassemble ces différentes initiatives – autre illustration des liens entre les évolutions à l’œuvre en Europe de l’Est et ailleurs (voir note 6).

17 «Programme d’information pour le Maroc : l’OIM et l’Espagne signent un protocole de projet», OIM Infos, no 2, 1999, p. 9.

18 Prevention of irregular migration from Romania to Belgium, op. cit.

19 Voir http://www.iom.sk/index.php?menu=61&subMenu=82 et http://www.iom.cz/english/projects-detail.shtml?x=194153.

20 «Information campaigns aim at helping potential migrants make well-informed decisions regarding migration. Experience has shown that the most credible information is a balanced and neutral one that offers facts on the possibilities and advantages of regular migration, as well as on the disadvantages of irregular departures. … In the anti-trafficking campaigns, information is given about the risks and dangers involved», Trafficking in Migrants, n° 20, décembre 1999 – janvier 2000, p. 1.

21 «L’Indonésie demande l’aide de l’OIM», OIM Infos, septembre 2000, p. 3

22 «Programme d’information pour le Maroc : l’OIM et l’Espagne signent un protocole de projet», op. cit.

23 http://www.iom.sk/index.php?menu=59

24 Voir : « Prostitution forcée= esclavage : l’histoire de Maria », OIM Infos, septembre 2000, pp.. 5-6 ; « Retour et réintégration des victimes de la traite en Ukraine », OIM Infos, septembre 2002, pp. 16-17 ; « Des vies brisées dont il faut recoller les morceaux », OIM Infos, décembre 2003, p. 8 ; 3une seconde chance pour les femmes victimes de la traite », Migrations, décembre 2005, pp. 18-19 ; « Le supplice d’Héléna » - Histoire d’une victime de la traite » , Migrations, décembre 2005, pp.20-22

25 Des programmes ont été ainsi mis sur pied pour des clandestins du Honduras aux Etats-Unis, ainsi que pour des Maliens bloqués au Maroc après avoir échoué dans leur tentative de gagner l’Europe.(« L’OIM facilite le retour des migrants », OIM Infos, septembre 200, p. 12 ; 3Piégés au Maroc : des migrants en détresse reçoivent l’assistance de l’OIM », Migrations, décembre 2005, pp. 16-17

26 En 2003 par exemple, plus d’une femme sur trois résidant dans un centre d’assistance aux victimes de l’OIM en Albanie avait été trafiquée plus de deux fois ; l’OIM note que «si dans le passé la majorité des victimes n’étaient pas conscientes des dangers de la traite, un pourcentage croissant de victimes se trouvent dans une situation tellement désespérée qu’elles étaient prêtes à prendre un tel risque» (IOM Counter-Trafficking Service, «Changing patterns and trends of trafficking in persons in the Balkan region. Assessment carried out in Albania, Bosnia and Herzegovina, the Province of Kosovo, the Former Yugoslav Republic of Macedonia and the Republic of Moldova», juillet 2004, pp. 21-24).

27 Dans un registre littéraire, cela est éloquemment illustré dans Partir, un roman récent de Tahar Ben Jelloun [2006], qui décrit les aspirations des jeunes de Tanger désireux d’atteindre l’Europe : bien que conscients des morts dans le détroit de Gibraltar et des difficultés de la vie des sans-papiers en Europe, ces jeunes hommes et femmes sont obsédés par l’émigration, perçue comme leur seul espoir d’échapper à la stagnation de leur existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Nieuwenhuys et Antoine Pécoud, « Campagnes d’information et traite des êtres humains à l’est de l’Europe », Espace populations sociétés, 2008/2 | 2008, 319-330.

Référence électronique

Céline Nieuwenhuys et Antoine Pécoud, « Campagnes d’information et traite des êtres humains à l’est de l’Europe », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/2588 ; DOI : 10.4000/eps.2588

Haut de page

Auteurs

Céline Nieuwenhuys

Fédération des Centres de Service Social (FCSS)
49, rue Gheude
1070 Bruxelles
Belgique
Celine.vigilance@gmail.com

Antoine Pécoud

Unité de Recherches Migrations et Société (URMIS)
Université Paris 7 Denis Diderot
Case courrier 7027
75205 Paris Cedex 13
antoinepecoud@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org