Navigation – Plan du site
Articles

L’académie d’Amiens : des chances inégales d’accès au baccalauréat selon les bassins d’éducation

In the Amiens (North of France) Education District: Depending on the Catchment Area There Are Uneven Chances of Reaching the Final Exam
Cosima Bluntz
p. 397-412

Résumés

En France, la région picarde se distingue des autres régions par des indicateurs scolaires défavorables et par une forte proportion d’élèves quittant l’école sans qualification. Au sein même de l’académie d’Amiens, la situation n’est pas homogène et l’on observe de fortes différences selon les bassins d’édu- cation. Dans certains bassins, tels ceux de l’Oise, les élèves s’inscrivent plus souvent en lycée général et technologique ; dans d’autres tel celui de Santerre Somme, ils s’orientent plus souvent vers une filière professionnelle. En outre, une fois engagés dans l’une ou l’autre voie, les élèves n’ont pas les mêmes chances de parvenir en terminale pour présenter le baccalauréat ou d’obtenir le BEP, selon le bassin auquel ils appartiennent.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 ÉVRARD A. et HECQUET V. (2003), Dans toutes la Picardie des actifs moins diplômés qu’en moyenne, In (...)

1« Par la formation de sa population active, la Picardie présente des indicateurs particulièrement peu favorables qui la situent à l’avant-dernier rang des régions de France métropolitaine. Dans la région, parmi les personnes en âge de travailler, 22% n’ont aucun diplôme contre 16 % en moyenne ; la part des diplômés à bac+2 et plus n’est que de 16% pour 22% au niveau national. ... Les quatorze zones d’emploi de Picardie ont toutes des niveaux de formation très en retrait de la moyenne » 1

  • 2 MOLET A.-M. (2002), Le suivi des sortants sans qua- lification en Picardie, Éducation et Formations (...)

2« La conjonction des deux maillages, industriel et agricole, dans les deux cas ruraux, pourvoyeurs de nombreux emplois peu qualifiés et peu rémunérés, a eu pendant des décennies pour conséquence un très faible besoin d’école et un faible taux d’émigration. La tradition de l’accès à l’emploi peu qualifié sur place était créée ... Cet environnement socio-économique de la Picardie, marqué par le poids du secteur industriel, a eu des conséquences sur le système éducatif assez fortement tourné vers l’enseignement professionnel. » 2

3La Picardie est souvent citée pour son retard dans de nombreux domaines, en particulier dans celui de la formation. Dans cette région, la plupart des indicateurs scolaires sont défavorables : les filières généralistes sont déficitaires et les taux de scolarisation aux âges où celle-ci n’est plus obligatoire sont plus faibles qu’ailleurs : 80% à 16-19 ans et 23% à 20-24 ans, contre respectivement 86% et 33% dans l’ensemble de la France.

  • 3 MEN-DEP (2005), Géographie de l’École, n° 9, mai.

4À la fin de la classe de troisième, les élèves de l’académie d’Amiens choisissent moins fréquemment la voie générale que ceux des autres académies. Ainsi en 2003, 54% d’entre eux se sont inscrits en seconde générale et technologique contre 59% au niveau national. À l’inverse, les élèves picards sont plus nombreux à s’orienter vers un second cycle professionnel après la troisième : 28% contre 25% au niveau national3.

  • 4 MEN-DEP (2005), Géographie de l’École, n° 9, mai.
  • 5 Rectorat d’Amiens, Schéma prévisionnel des formations 2001-2007, Conseil régional de Picardie, nove (...)

5Non seulement les élèves quittent le système scolaire plus tôt qu’ailleurs, mais il le font plus souvent sans qualification. En 2002, 11% de ceux qui sont sortis au niveau collège, CAP ou BEP l’ont fait sans diplôme, c’est-à-dire sans qualification4. La même année, la moyenne française était de 6%, et seule la Corse connaissait un pourcentage plus élevé (12%). En Picardie, le taux d’abandon des études après l’obtention du CAP ou du BEP est également plus fort que le taux français moyen : 28% contre 26%. La situation s’est pourtant améliorée depuis 20 ans. Le taux d’accès au baccalauréat a fortement progressé entre 1985 et 1997 (+ 30%), mais il est encore faible par rapport au taux national puisqu’en 2003, 57% d’une génération a passé le baccalauréat contre 63% au niveau national. En outre, le rattrapage observé sur la période est essentiellement dû à la création du baccalauréat professionnel en 1987. Enfin ce taux global cache de fortes disparités territoriales au sein même de la région. En 1999, le taux d’accès au niveau IV (inscription en terminale) était de 66% dans l’académie d’Amiens, mais il était pratiquement deux fois plus important dans la zone d’emploi du Sud-Oise (80%) que dans celle de Vimeu (41%)5. Le taux de réussite au baccalauréat était également différent selon la zone d’emploi, compris entre 70% et 80%.

  • 6 Division Évaluation, Prospective et Logistique de l’Académie d’Amiens.

6À côté des bassins d’emploi définis par l’Insee et le Ministère du Travail en 1987, adaptés aux études locales sur l’emploi et l’environnement, le rectorat d’Amiens a défini 9 bassins d’éducation (BE) comprenant les écoles, les collèges et les lycées d’une zone correspondant approximativement aux zones d’emploi de l’Insee ou à un regroupement de certaines d’entre elles. C’est le découpage des BE (carte 1) qui a été adopté pour effectuer cette étude en collaboration avec la DEPL6.

Carte 1 : Bassins d’éducation de l’académie d’Amiens et effectifs des primo-entrants en troisième dans les cohortes 1994 à 1998

Carte 1 : Bassins d’éducation de l’académie d’Amiens et effectifs des primo-entrants en troisième dans les cohortes 1994 à 1998

7De cette étude, il ressort que les comparaisons entre bassins ne peuvent se réduire à la seule comparaison des taux d’accès et de réussite au baccalauréat car ceux-ci sont influencés par plusieurs facteurs. Les écarts observés ont plusieurs causes : l’origine sociale des candidats, la politique d’orientation en fin de classe de troisième, le type de baccalauréat préparé, la part des différentes séries dans chaque bassin et l’offre de formations dans les lycées.

  • 7 Certificat d’Aptitude Professionnelle.
  • 8 Brevet d’Études Professionnelles.

8La présente étude s’appuie sur l’exploitation du fichier « scolarité » de l’enseignement secondaire dans l’académie d’Amiens. Tous les élèves du secteur public y figurent depuis 1993 avec des renseignements socio-démographiques tels le sexe, l’année de naissance, la CSP des parents ; ceux du secteur privé y sont entrés progressivement entre 1996 et 1998 mais ceux des lycées agricoles et de l’apprentissage n’en font pas partie. L’historique de toutes les inscriptions dans les collèges et les lycées de l’académie a permis de suivre les parcours scolaires à partir de la troisième sur la période s’étalant de 1993 à 2004 et parce que les établissements du secteur privé ne figuraient tous dans le fichier qu’à partir de 1998, nous avons suivi les élèves essentiellement au cours de leur scolarité dans le secteur public et défini des cohortes de primo-entrants en classe de troisième dans ce secteur. Une cohorte regroupe donc l’ensemble des élèves entrés en troisième dans le secteur public une année scolaire donnée, alors qu’ils étaient en quatrième ou en classe préparatoire à l’apprentissage l’année précédente. Si nous avons choisi de suivre ces élèves à partir de la classe de troisième, c’est parce que la troisième est une classe charnière où les élèves choisissent leurs futures études. Deux voies d’orientation s’offrent alors à eux : la classe de seconde générale et technologique menant au baccalauréat général ou technologique et la filière professionnelle avec la préparation d’un CAP7 ou d’un BEP8, ce dernier pouvant ensuite mener au baccalauréat professionnel ou technologique. Afin de laisser la possibilité aux élèves de nos cohortes d’arriver en terminale et pour avoir des effectifs permettant d’effectuer une analyse toutes choses égales par ailleurs, nous avons regroupé les cohortes 1994 à 1998.

9Après avoir étudié l’orientation à la fin du collège, nous avons analysé d’une part les parcours en lycée général et technologique, d’autre part les parcours en lycée professionnel en mettant en lumière les similitudes et les différences entre bassins d’éducation qui sont au nombre de 9 à savoir d’ouest en est : Picardie Maritime, Amiens, Ouest-Oise, Centre-Oise, Santerre-Somme, Est-Oise, Saint-Quentin, Laon-Hirson-Chauny et Sud-Aisne.

10Le fichier « scolarité » est un fichier de gestion, aucun résultat scolaire n’y figure. On ne peut donc que suivre des parcours au sein de l’académie. On peut compter en combien de temps un élève de troisième parvient en terminale, on ne peut dire s’il obtient le bac, mais on peut calculer un taux de redoublement en comparant les inscriptions successives. Cependant ce taux de redoublement est un taux à minima puisqu’on n’appréhende pas les redoublements hors académie. On calcule des taux d’accès à un niveau donné à l’intérieur de l’académie et non des taux de réussite. On ne compare donc pas directement la réussite scolaire des uns et des autres selon leurs caractéristiques (âge, CSP des parents, type d’établissement), mais leur parcours scolaire à l’intérieur de l’académie.

11L’année où un élève ne figure plus dans le fichier « scolarité », on ne peut savoir si c’est parce qu’il a arrêté ses études, est parti dans une autre académie ou poursuit sa scolarité dans un lycée agricole, mais à défaut de pouvoir saisir les migrations d’élèves entre régions, on peut les quantifier entre bassins si les élèves ne partent pas vers un lycée agricole.

1. l’orientation en fin de troisième : des chances inégales d’accès à la seconde générale et technologique selon le bassin d’éducation

1.1. Le taux d’accès au niveau Vbis de formation

12Dans l’académie d’Amiens, 8 élèves de troisième sur 10 atteignent le niveau Vbis de formation, c’est-à-dire s’inscrivent en CAP, en BEP ou en seconde, mais les disparités territoriales sont fortes entre bassins d’éducation. Ainsi, 84% des élèves du BE de Saint-Quentin atteignent ce niveau, contre seulement 68% des élèves de Santerre-Somme.

13Le bassin de Santerre-Somme est, on le verra, un bassin qui se démarque souvent des autres. Les élèves d’origine sociale « défavorisée » y sont plus nombreux que dans les autres bassins, puisque plus de la moitié des élèves appartiennent à cette catégorie. Dans l’ensemble de l’académie, seuls 4 élèves sur 10 sont dans la même situation, et dans les bassins de l’Oise, cette proportion est encore plus faible (34% dans le BE Ouest-Oise). C’est aussi dans les BE de l’Oise que l’on observe la plus forte proportion d’élèves issus d’une famille « favorisée » (20% contre 17% pour l’ensemble de l’académie).

  • 9 Recensement de la Population de 1999.

14La situation scolaire est à rapprocher de la situation de l’emploi. Les zones d’emploi (ZE) qui composent le département de l’Oise apparaissent comme les plus favorisées, en particulier celles du Sud-Oise et de Compiègne. Leur niveau de qualification est le plus élevé de Picardie, à part celui observé dans la ZE d’Amiens. Il reste cependant bien inférieur à celui du reste de la France. Lors du recensement de 1999, dans l’Oise, 32% des 15-59 ans qui avaient achevé leurs études possédaient un diplôme égal ou supérieur au baccalauréat9, contre 29% pour l’ensemble de la région picarde, mais 36 % pour l’ensemble de la France. Dans l’Oise, la structure de la population active est plus favorable puisque la proportion de cadres est plus élevée que dans le reste de la Picardie : 12% de la population active de 15 ans et plus occupe un emploi de cadre, contre 9% pour l’ensemble de la région et 13% pour la France métropolitaine. La proximité de l’Oise avec la région Île-de-France explique en partie le fort pourcentage de cadres dans ce département, car plus du tiers des actifs de la ZE du Sud-Oise travaillent en Île-de-France.

15En suivant les parcours des élèves au sein d’un même bassin d’éducation, on constate que le faible taux d’accès au niveau Vbis de formation s’explique par un arrêt précoce de la scolarisation, un départ hors région, mais aussi par un changement de bassin. Entre 10 et 30% des sorties d’un bassin s’effectuent au bénéfice d’un autre. Par exemple, en Santerre-Somme où le taux de sortie en fin de troisième est de 29% (contre 23% dans l’ensemble de l’académie), un tiers des sorties s’expliquent par un changement de BE, (contre 17% en moyenne pour l’ensemble des bassins). En fait, les 4 bassins qui perdent au moins un quart de leurs élèves après la 3ème (Santerre-Somme, Ouest-Oise, Laon-Hirson-Chauny et Centre-Oise) les perdent pour 20 à 30% en faveur d’un autre bassin de l’académie d’Amiens et ce changement de bassin concerne majoritairement des élèves qui s’orientent vers des filières professionnelles. Ainsi 60% des élèves qui quittent Santerre-Somme et Centre-Oise et 80% des élèves qui quittent Laon-Chauny et Ouest-Oise le font pour intégrer un lycée professionnel.

Graphique 1 : Proportions de sortants inscrits dans un autre BE de Picardie après la 3ème générale selon le bassin d’origine et le type du lycée d’accueil (%)

Graphique 1 : Proportions de sortants inscrits dans un autre BE de Picardie après la 3ème générale selon le bassin d’origine et le type du lycée d’accueil (%)

16Les transferts entre bassins concernent surtout des élèves qui s’inscrivent en filière professionnelle (CAP ou BEP) parce que tous les bassins n’offrent pas les mêmes spécialités ; certains proposent des formations axées sur les services, d’autres axées sur la production et ce souvent en fonction de la spécificité des emplois des différents bassins. La plupart des zones d’emplois proposent de 65 à 70% de ces emplois dans le secteur tertiaire ; toutefois des zones comme le Vimeu, le Santerre-Oise, la Thiérache en proposent respectivement 58, 45 et 42% dans le secteur industriel.

  • 10 La picardie et ses zones d’emploi, Insee Picardie, 2004

Tableau 1 : Répartition des emplois dans les secteurs agricole, industriel et tertiaire dans les différentes zones d’emploi de l’Insee (en %)10

Tableau 1 : Répartition des emplois dans les secteurs agricole, industriel et tertiaire dans les différentes zones d’emploi de l’Insee (en %)10

1.2. L’orientation en fin de troisième

17Dans l’académie d’Amiens, à la fin de l’année scolaire, en moyenne 45% des primo-entrants en troisième générale, technologique ou d’insertion s’inscrivent en seconde, 26% partent vers la filière professionnelle, tandis que 7% redoublent. Toutefois, alors que les élèves de certains bassins s’orientent plutôt en filière professionnelle, les élèves d’autres bassins s’inscrivent plutôt en seconde générale et technologique. Selon la direction prise par les élèves poursuivant leurs études à l’issue de la troisième, on peut classer les bassins en trois groupes, un premier où environ 75% des collégiens s’inscrivent en lycée d’enseignement général et technologique (Ouest-Oise et Centre-Oise), un second où cette proportion oscille entre 67 et 69%, et un dernier où 60% seulement font ce choix (Santerre-Somme, Picardie Maritime et Saint-Quentin). Parmi les élèves restant dans le système scolaire, la proportion de ceux qui se dirigent vers une filière professionnelle varie donc de 25 à 40%.

Graphique 2 : Répartition des BE selon l’orientation en fin de troisième des élèves poursuivant leurs études dans le secteur public (en %)

Graphique 2 : Répartition des BE selon l’orientation en fin de troisième des élèves poursuivant leurs études dans le secteur public (en %)
  • 11 Les résultats obtenus dépendent de la composition socio-économique de chaque bassin. Pour pouvoir p (...)
  • 12 Lycée d’Enseignement Général et Technologique.

18Les causes de l’orientation vers les filières généralistes ou professionnelles en fin de troisième ne sont pas toujours évidentes. Si à une extrémité de l’éventail, on trouve l’Ouest-Oise avec les plus faibles proportions d’élèves en retard à l’entrée en 3ème et d’élèves appartenant à un milieu défavorisé, et à l’autre extrémité, Santerre-Somme avec les plus fortes de ces deux proportions (respectivement 39 et 54%) ; les bassins de Picardie Maritime et Saint-Quentin ont moins d’élèves en retard que la moyenne et celui de Centre-Oise se situe juste dans cette moyenne. Une analyse par régression logistique11 montre que la variable la plus discriminante pour l’orientation à la fin de l’année est, toute chose égale par ailleurs, le retard à l’entrée en 3ème. Être en retard diminue de 75% la probabilité de passer en seconde et augmente de 175% celle d’être orienté en BEP. Par ailleurs, être un garçon plutôt qu’une fille diminue de près de 20% la probabilité d’entrer en seconde et augmente légèrement celle d’entrer en BEP. Appartenir à un milieu favorisé ou moyen augmente la probabilité de s’inscrire dans un LEGT12, mais appartenir à un milieu très favorisé n’augmente pas plus cette probabilité qu’appartenir à un milieu favorisé.

  • 13 Définition de l’Insee.
  • 14 Recensement de la population de 1999.

19Le milieu socio-familial des élèves du BE Santerre-Somme explique en grande partie leur parcours scolaire marqué par plus d’orientations en filière professionnelle, plus de sorties en cours de scolarité qu’ailleurs. En effet, plus longues sont les études des parents, plus les enfants ont de chances de poursuivre loin leurs études. Or d’après le recensement de 1999, c’est dans la zone d’emploi du Santerre-Somme13, dont le découpage est proche de celui du bassin d’éducation du même nom, que la part des non diplômés14 parmi les 15-59 ans ayant achevé leurs études est la plus élevée (29% contre 22% pour l’ensemble de la Picardie). C’est aussi dans cette zone, et dans celle du Vimeu, que l’on compte à la fois la plus forte proportion d’ouvriers dans la population de 15 ans et plus (respectivement 43% et 47% contre 33% pour l’ensemble de la Picardie), et le plus faible pourcentage de cadres et de professions intellectuelles (respectivement 6% et 5% contre 10% en moyenne).

  • 15 Lycée d’Enseignement Professionnel.

20L’examen des graphiques 3 et 4 où n’apparaissent que les variables jouant sur les probabilités d’aller en LEGT ou en LEP15 à la fin de la troisième, montre que l’appartenance à un bassin plutôt qu’à un autre a également un impact, moindre il est vrai que le retard ou la CSP des parents, mais qui est souvent plus important que celui d’être un garçon plutôt qu’une fille. Les élèves des autres bassins ont entre 5 et 15% moins de chances de s’inscrire dans un LEGT que les élèves de Centre-Oise ou d’Amiens, les élèves des autres bassins ont une probabilité plus grande d’être orientés en BEP (de +11% dans le bassin d’Amiens à +34% en Picardie Maritime) que ceux de Ouest-Oise.

Graphiques 3 et 4 : Régression logistique de la probabilité d’être orienté en 2nde et d’être orienté en BEP à la fin de la troisième

Graphiques 3 et 4 : Régression logistique de la probabilité d’être orienté en 2nde et d’être orienté en BEP à la fin de la troisième
16

Tableau 2 : Répartition des différents type de BEP dans chaque bassin (en %)

Tableau 2 : Répartition des différents type de BEP dans chaque bassin (en %)

L’origine socio-familiale
Les catégories de milieu socio-familial des élèves ont été créées à partir de la CSP la plus élevée de leurs deux parents. Ces dernières ont été classées selon le niveau d’études qu’elles supposaient. En effet, ce niveau induit de plus ou moins grandes possibilités d’aider les enfants dans leurs devoirs et un niveau d’information plus ou moins important au moment de prendre les décisions d’orientation ou de faire des choix de parcours . Après ce premier classement, on a procédé à un regroupement en quatre grandes catégories, définissant ainsi des origines socio-familiales « favorisée A », « favorisée B », « moyenne » et « défavorisée ». Le premier qualificatif concerne les CSP impliquant généralement des études assez longues et une culture générale assez grande : cadres supérieurs, professions libérales, chefs d’entreprise de plus de dix salariés, professeurs et instituteurs, membres du clergé, ingénieurs ainsi que les retraités correspondants. Le deuxième qualificatif englobe les professions intermédiaires administratives et commerciales de la fonction publique ou du secteur privé, ainsi que les professions intermédiaires de santé et du travail social. Le troisième correspond aux agriculteurs-exploitants, artisans, commerçants, techniciens, policiers et militaires ainsi qu’aux différents employés. Enfin, le dernier qualificatif regroupe les ouvriers, les chômeurs et les inactifs. Un enfant qui vit avec ses deux parents est donc dit « favorisé A ou très favorisé » si l’un des deux parents appartient à la première catégorie, « favorisé B » si aucun ne fait partie de la première, mais au moins un appartient à la seconde catégorie, « moyen » si aucun ne fait partie des deux catégories précédentes mais au moins un appartient à la troisième et « défavorisé » si aucun des deux parents n’est membre des trois premières catégories. Lorsqu’une seule CSP est connue, suite au décès de l’un des parents, à un divorce ou à un oubli au moment de l’inscription, on a attribué à l’enfant
le milieu socio-familial défini par la seule profession connue.

Graphique 5 : Répartition des élèves de troisième des différents bassins selon l’origine socio-familiale (en %)

Graphique 5 : Répartition des élèves de troisième des différents bassins selon l’origine socio-familiale (en %)

Graphique 6 : Répartition des BE selon la proportion d’élèves en retard en troisième et la proportion d’élèves d’origine sociale « défavorisée » (en %)

Graphique 6 : Répartition des BE selon la proportion d’élèves en retard en troisième et la proportion d’élèves d’origine sociale « défavorisée » (en %)

21Bien que la probabilité de redoubler la classe de troisième, preuve de difficultés scolaires, soit plus faible dans le bassin de Santerre-Somme – 5% contre 7% pour l’ensemble de l’académie parmi les élèves de troisième générale – 29% des élèves ne se réinscrivent pas dans un établissement scolaire de ce bassin, alors que dans le bassin de Saint-Quentin, seuls 18% sont dans le même cas.

22Selon le bassin, les politiques d’orientation varient. La proportion d’élèves entrant en seconde après avoir ou non redoublé la troisième est de 53% dans l’ensemble de l’académie, mais varie de 41% en Santerre-Somme à 56% en Centre-Oise. En Santerre-Somme, seuls 17% des entrants en seconde ont au moins un an de retard, contre 22% des entrants en seconde en Centre-Oise ou Ouest-Oise. En Santerre-Somme, le pourcentage d’élèves orientés en BEP alors qu’ils n’ont aucun retard est deux fois plus important qu’en Centre-Oise ou Ouest-Oise (17% contre 9).

23Orientés après la troisième en filière générale et technologique ou en filière professionnelle, les élèves s’arrêtent plus ou moins rapidement et sont donc plus ou moins nombreux à poursuivre jusqu’en terminale selon le BE.

2. Les parcours dans les lycées d’enseignement général et technique : des chances inégales d’atteindre la terminale selon le bassin

2.1. Des différences significatives entre BE dans les taux d’accès de la seconde à la terminale

24Dans la plupart des bassins de Picardie, plus de 40% des primo-entrants en classe de troisième générale parviennent en terminale générale ou technologique, mais pas dans les BE de Picardie Maritime et de Santerre-Somme où la proportion n’est respectivement que de 36 et 31%.

25En effet, les élèves de ces deux bassins qui sont déjà moins nombreux à entrer dans un lycée d’enseignement général et technologique, ont aussi moins de chances que les autres d’atteindre la classe de terminale quand ils y sont inscrits. Seuls 76% des élèves de seconde parviennent en terminale, alors que la moyenne académique dépasse 80% et atteint même 85% dans le BE de Saint-Quentin.

Graphique 7 : Proportions d’élèves de seconde arrivant en terminale selon la durée pour y parvenir et le BE (en %)

Graphique 7 : Proportions d’élèves de seconde arrivant en terminale selon la durée pour y parvenir et le BE (en %)

2.2. Des sorties en cours de scolarité des lycées d’enseignement général et technique plus fréquentes en Santerre Somme et en Picardie Maritime

26La proportion d’élèves de seconde atteignant la terminale diffère d’un bassin à l’autre, essentiellement parce que la proportion d’élèves réorientés en cycle professionnel et celle d’élèves quittant le lycée en cours de formation varient d’un bassin à l’autre. Presque un quart des élèves entrés en seconde en Picardie maritime et en Santerre-Somme ne s’inscrivent pas en classe de terminale générale et technologique dans leur bassin d’origine, soit parce qu’ils se réorientent en filière professionnelle (8% en Santerre-Somme et 11% en Picardie Maritime contre 6% en moyenne dans l’académie), soit parce qu’ils quittent l’école ou la région (respectivement 16% et 12% contre 13% en moyenne).

Tableau 3 : Probabilité de quitter le LEGT avant la classe de terminale selon le BE (en %)

Tableau 3 : Probabilité de quitter le LEGT avant la classe de terminale selon le BE (en %)

* sortie = sortie du fichier d’observation (arrêt de la scolarisation ou départ vers le privé)
** orientation = départs vers un lycée professionnel (cap, bep ou 1ère professionnelle)

27Tous les bassins ont à peu près les même taux de passage de première en terminale, environ 95%, mais la proportion d’élèves de seconde passant en première au sein du bassin suivant l’année de leur entrée au lycée varie notablement d’un bassin à l’autre. Elle n’est que de 80% en Santerre-Somme et en Picardie Maritime, contre plus de 85% dans le reste de la région. Les sorties en cours de formation et les réorientations sont plus importantes dans ces deux bassins que dans le reste de la Picardie et se font pour la grande majorité en fin de seconde. En Santerre-Somme, 6% des élèves changent de bassin avant d’arriver en terminale, contre seulement 2% en moyenne. Ces changements correspondent principalement à des inscriptions en lycée professionnel (en BEP, moins fréquemment en CAP), probablement pour intégrer des formations qui n’existent pas en Santerre-Somme qui ne propose que 8 grandes filières de BEP, alors que les bassins de l’Aisne ou de l’Oise en proposent 13, celui d’Amiens 15.

2.3. Les parcours en LEGT diffèrent selon le bassin

28D’après le graphique 8, on constate que l’on peut classer les bassins en deux catégories, ceux où presque un élève sur 4 redouble la seconde (Sud-Aisne et les 3 bassins de l’Oise), ceux où plus d’un élève sur 4 redoublent la terminale (Santerre, Amiens et Saint-Quentin).

29Dans les bassins d’Amiens et de Santerre-Somme, presque 8 sur 10 des élèves qui arrivent en terminale n’ont pas redoublé.

Graphique 8 : Probabilité de redoubler une classe pour la première fois selon la classe et le bassin d’éducation (en %)

Graphique 8 : Probabilité de redoubler une classe pour la première fois selon la classe et le bassin d’éducation (en %)
  • 17 Les résultats du baccalauréat ne figurent pas dans le fichier scolarité fourni par le rectorat.

30En Santerre-Somme, la faible proportion d’élèves en retard à l’entrée en seconde (17%), révélatrice d’une scolarité sans problème à l’école primaire et au collège pour la plupart des élèves, peut expliquer le faible taux de redoublement en seconde, et l’on peut en trouver confirmation dans le fait que les élèves de Santerre-Somme arrivent alors moins souvent en retard en classe de terminale (30% ont au moins un an de retard à l’entrée en terminale contre 36% dans l’académie). Pourtant, ces élèves obtiennent plus difficilement le baccalauréat17 puisqu’ils redoublent plus souvent la terminale (28% contre 20% en moyenne académique et même 14% dans le BE de Sud-Aisne).

31Les écarts enregistrés à chaque niveau laissent supposer des pratiques différentes de passage d’une classe à l’autre selon le bassin. Mais en fait d’autres facteurs peuvent jouer, telle la série de baccalauréat préparée. Tous les lycées ne proposent pas les mêmes séries et les taux de réussite différent selon les séries. Ainsi, en 2002, le taux de réussite dans les séries générales (L, ES et S) a été de 75% contre 70% dans les séries technologiques (STT, SMS, STI et STL). Or, parmi les élèves entrés en troisième générale depuis 1994 et parvenus en terminale générale et technologique, on compte en moyenne 64% d’élèves préparant un baccalauréat général. Toutefois cette proportion varie de 60% (BE du Centre-Oise et de Laon) à 70% (BE d’Amiens). Ces différences dans la structure des baccalauréats suivis peuvent donc expliquer en partie les redoublements plus ou moins fréquents de la classe de terminale dans les différents BE, et donc une scolarisation plus ou moins lente au lycée.

Tableau 4 : Répartition des élèves inscrits en terminale générale et technologique selon le type de baccalauréat préparé dans chaque bassin (en %)

Tableau 4 : Répartition des élèves inscrits en terminale générale et technologique selon le type de baccalauréat préparé dans chaque bassin (en %)

2.4. Dans les BE de l’Oise, les parcours au lycée sont plus lents mais la réussite au baccalauréat est plus importante

  • 18 PASCAL C. (2005), Une approche de la sélectivité et de l’attractivité des lycées généraux et techno (...)

32On a vu précédemment que les élèves des bassins de l’Oise s’inscrivaient plus souvent que les autres en classe de seconde à l’issue de la troisième générale. Plus de la moitié des primo-entrants en troisième de l’Oise sont dans ce cas, contre 39% en Santerre-Somme. La sélection18 est-elle moins « forte » à l’entrée au lycée général et technologique dans ces bassins que dans celui de Santerre-Somme, ou les élèves sont-ils meilleurs dans l’Oise ?

33En étudiant leurs parcours, on constate que les élèves de l’Oise mettent plus de temps que les autres pour arriver en classe de terminale : seuls 70% des entrants en seconde sont inscrits en terminale trois ans après, c’est-à-dire sans redoublement, alors que la moyenne académique est de 74% et atteint même 78% en Santerre-Somme. Les redoublements sont donc plus fréquents dans l’Oise, où 24% des élèves redoublent la seconde contre 21% en moyenne académique et 18% en Santerre-Somme. Finalement, dans les bassins de l’Oise, 44% des élèves de troisième générale parviennent en terminale pour seulement 31% en Santerre-Somme.

34Par conséquent, les élèves de l’Oise sont plus souvent en retard que ceux de Santerre-Somme quand ils passent le baccalauréat (4 élèves sur 10 ont au moins un an de retard, contre 3 sur 10 en Santerre-Somme), mais ils sont plus nombreux à atteindre ce niveau.

Tableau 5 : Proportions d’élèves ayant au moins 1 an de retard à l’entrée en seconde ou en terminale selon le BE (en %)

Tableau 5 : Proportions d’élèves ayant au moins 1 an de retard à l’entrée en seconde ou en terminale selon le BE (en %)

35Les parcours au lycée des élèves des BE de l’Oise sont plus lents que dans les autres bassins, 30% des élèves passent 4 ans ou plus au lycée, contre 25% en moyenne. Toutefois, la proportion de redoublants en classe de terminale est plus faible qu’ailleurs : 17% des élèves de l’Oise redoublent la classe de terminale contre 20% pour l’ensemble de l’Académie et même 28% en Santerre-Somme.

36Les redoublements ne se font donc pas au même niveau : les élèves des BE de l’Oise redoublent plus souvent la troisième et la seconde, moins souvent la terminale. Ceux de Santerre-Somme arrivent plus rapidement en terminale, mais redoublent celle-ci.

2.5. Conclusion

37Selon l’endroit où ils effectuent leur classe de troisième, les élèves n’ont pas les mêmes chances d’accéder au baccalauréat. À âge égal à l’entrée en troisième, ils n’ont pas la même probabilité de s’inscrire en LEGT ou en LEP. Inscrits en seconde, ils n’ont pas les mêmes chances d’arriver en terminale. La régression logistique de la probabilité d’arriver en terminale quand on est en seconde met bien en évidence la situation défavorable du Santerre-Somme et de la Picardie Maritime où les élèves ont 1,4 fois moins de chances d’arriver en terminale que ceux du BE d’Amiens et 1,3 fois moins de chances que ceux des bassins de l’Oise et de l’Aisne.

38Si, une fois inscrits en filière générale les élèves n’ont pas les mêmes chances d’arriver en terminale et ne mettent pas le même temps pour y parvenir selon le bassin d’origine, on peut se demander si ceux qui choisissent la filière professionnelle BEP mettent plus ou moins de temps pour obtenir le BEP selon le BE et s’ils vont poursuivre plus ou moins souvent leurs études quand ils seront titulaires de ce diplôme selon le BE où ils résident.

3. Les parcours en LEP : des chances inégales d’arriver en terminale après le bep selon le bassin d’éducation

  • 19 Mention complémentaire (1 an) ou Formation complémentaire d’initiative locale (6 à 9 mois).
  • 20 La très grande majorité des BEP se prépare sur deux années. On a éliminé les quelques BEP qui se pr (...)

39Après un BEP, les élèves peuvent décider d’arrêter leurs études et de se présenter sur le marché du travail ou de poursuivre leur scolarité. Ils intègrent alors un baccalauréat professionnel en deux ans ou une première d’adaptation puis un baccalauréat technologique ou encore une formation complémentaire19. La proportion de ceux qui poursuivent leurs études après l’obtention du BEP varie fortement d’un bassin à l’autre. Ainsi, 38% des primo-entrants en BEP atteignent la classe de terminale professionnelle ou technologique dans le BE de Laon-Hirson-Chauny contre à peine 20% dans celui de Santerre-Somme. Par ailleurs, avant même d’être en position de poursuivre leurs études au-delà du BEP, les élèves n’ont pas partout les mêmes chances d’obtenir ce diplôme ni même de passer en deuxième année20.

3.1. Les taux de passage en deuxième année de BEP varient de 77% à 86%

40La probabilité d’accéder à la deuxième année de BEP n’est pas la même dans tous les bassins. Ainsi 86% des primo-entrants en BEP du bassin de Sud-Aisne passent en deuxième année (avec ou sans redoublement), contre 77% des primo-entrants de Santerre-Somme.

41Comme au moment de l’orientation en fin de troisième, les élèves du Santerre-Somme sortent plus souvent d’observation et changent plus souvent de bassins après leur première année de BEP. À ce moment, 20% des élèves n’apparaissent plus dans le fichier, 2% changent d’orientation et 1% changent de bassin. Au total, c’est donc 23% des primo-entrants en BEP en Santerre-Somme qui ne poursuivent pas leur BEP dans le même bassin l’année suivante, contre 17% en moyenne académique.

42Et pourtant, les élèves de ce bassin inscrits en BEP sont moins souvent en retard (76% contre 80% en moyenne), mais ils sont aussi plus souvent issus d’un milieu socio-familial « défavorisé » (70% contre 58% en moyenne).

3.2. Les redoublements de deuxième année de BEP sont plus fréquents dans le Santerre-Somme

43La première année de BEP est pratiquement deux fois moins souvent redoublée que la seconde (un peu moins de 8% contre un peu moins de 15%). De ce point de vue, la Picardie Maritime se distingue cependant du reste de la région avec deux taux proches l’un de l’autre : 9% en première année, 9% en deuxième année, c’est-à-dire plus fort que la moyenne régionale en première année et beaucoup moins fort en deuxième année.

44Parmi les autres bassins qui ont des taux très différents aux deux niveaux, deux se démarquent avec de faibles taux de redoublement aussi bien en première qu’en deuxième année, le Sud-Aisne et l’Ouest-Oise, deux se démarquent avec de forts taux de redoublement aux deux niveaux, le bassin d’Amiens et celui de Santerre-Somme.

Tableau 6 : Taux de redoublement en 1e et 2e années de BEP selon le bassin d’éducation (en %)

Tableau 6 : Taux de redoublement en 1e et 2e années de BEP selon le bassin d’éducation (en %)

45Bien que souvent plus jeunes que ceux des autres bassins au moment de leur inscription en BEP, les élèves de Santerre-Somme réussissent moins bien. Ils redoublent plus souvent la première ou la deuxième année de BEP, ils partent plus fréquemment en cours de formation. Par ailleurs, ils poursuivent aussi moins souvent leurs études au-delà du BEP.

3.3. La poursuite d’études après le BEP

46Après l’obtention du BEP, deux choix se présentent si l’on veut continuer ses études : poursuivre vers un baccalauréat, technologique ou professionnel, et continuer un parcours en lycée technologique ou professionnel (aucun élève ne réintègre la filière générale après un BEP), ou se spécialiser en faisant une formation complémentaire d’un an.

  • 21 Après un BEP, l’élève peut s’inscrire en première d’adaptation puis en terminale technologique ou e (...)

47Dans l’académie d’Amiens, plus de 4 élèves sur 10 parmi ceux qui obtiennent le BEP poursuivent leurs études en première d’adaptation ou professionnelle21 mais peu effectuent une formation complémentaire (2%). Là encore, les disparités sont fortes entre bassins d’éducation : 54% des élèves de Laon-Hirson-Chauny poursuivent leurs études en première d’adaptation ou professionnelle, seulement 35% dans le bassin d’Ouest-Oise et 38% dans celui de Santerre-Somme.

Tableau 7 : Taux de poursuite d’études après le BEP selon le bassin d’éducation (en %)

Tableau 7 : Taux de poursuite d’études après le BEP selon le bassin d’éducation (en %)

48Plus rapidement un élève obtient son BEP, plus il a de chances de poursuivre des études au-delà de ce diplôme. Quand ils ont obtenu le BEP sans avoir redoublé, 47% des élèves de Picardie poursuivent leurs études en première ou en formation complémentaire. Ils ne sont que 29% dans ce cas quand ils ont connu un redoublement que ce soit en première ou en deuxième année de BEP. Ceci est illustré par le faible taux de poursuite d’études dans le bassin du Santerre-Somme qui connaît la plus forte proportion de redoublements en deuxième année de BEP.

3.4. Sept élèves sur dix qui poursuivent leurs études s’inscrivent en première professionnelle

49Après un BEP, parmi les élèves s’inscrivant en classe de première, la très grande majorité le fait en première professionnelle, moins d’un tiers choisit la filière technologique. Là aussi, on observe de fortes disparités entre les bassins. Dans ceux de Saint-Quentin, du Santerre et de Laon, les élèves vont plus souvent en première d’adaptation, respectivement 39, 37 et 35%, alors que dans tous les autres bassins cette proportion est inférieure à 30%.

50Graphique 9 : Type de première choisi après le BEP selon le bassin d’éducation (en %)

3.5. Huit élèves de première professionnelle et d’adaptation sur dix passent en terminale

51En moyenne, 82% des élèves de première d’adaptation ou première professionnelle venant de BEP passent en terminale. Ce taux de passage est plus faible que pour les élèves issus d’une seconde générale et technologique où 95% des élèves de première passent en terminale. Mais là encore, les variations sont fortes d’un bassin d’éducation à l’autre. Ainsi, le taux de passage de première en terminale n’est que de 74% dans le Santerre, mais atteint 84% à Laon ou dans le Sud-Aisne. Mais quel que soit le bassin les redoublements de première sont peu fréquents (3% en moyenne).

52Ces différences dans les taux de passage ne s’expliquent pas par les redoublements, qui sont quasi identiques dans tous les bassins, mais par les départs en cours de formation : 25% des élèves du Santerre n’apparaissent plus dans le fichier « scolarité » à la fin de la première contre 15% de ceux scolarisé à Laon ou dans le Sud-Aisne. Tout au long de leur parcours en BEP puis en première et terminale, les élèves scolarisés dans le BE du Santerre ont une probabilité d’interrompre leurs études beaucoup plus élevée que dans les autres bassins.

3.6. Des taux d’accès en terminale plus élevés en première professionnelle qu’en première d’adaptation pour les élèves venant de BEP

53En Picardie, les taux d’accès de la première à la terminale sont plus élevés dans la filière professionnelle que dans la filière technologique. En moyenne, 84% des élèves de première professionnelle passent en terminale pour seulement 78% des élèves de première technologique. Par ailleurs, les redoublements sont plus fréquents dans la filière technologique que dans la filière professionnelle (6% contre 1%), et les élèves de première technologique semblent interrompre plus souvent leurs études que ceux de première professionnelle (21% contre 16%).

Graphique 10 : Type de première choisi après le BEP selon le bassin d’éducation (en %)

Graphique 10 : Type de première choisi après le BEP selon le bassin d’éducation (en %)

54Enfin, le taux de passage de première en terminale est toujours plus élevé quand l’élève a effectué son BEP sans redoublement, c’est à dire en 2 ans. Ainsi, 84% des élèves de première qui n’ont pas redoublé en BEP passent en terminale, contre 74% de ceux qui ont connu au moins un redoublement. Ceci explique en partie les plus faibles taux de passage observés en Santerre puisque c’est le bassin qui a la plus forte proportion de redoublements en BEP.

Conclusion

55L’orientation en fin de troisième n’est pas la même dans tous les bassins d’éducation. Elle est beaucoup plus importante vers la filière professionnelle dans certains d’entre eux. C’est le cas en Picardie Maritime et en Santerre-Somme qui sont les bassins où la proportion d’élèves issus d’un milieu socio-familial « défavorisé » est la plus fréquente.

56Une fois inscrit en BEP, les chances d’accéder à la deuxième année puis de poursuivre des études après l’obtention du BEP diffèrent aussi selon le bassin. C’est encore en Santerre-Somme que les chances d’accéder à la terminale BEP sont les plus faibles, les redoublements et les sorties à la fin de la première année y étant plus fréquents qu’ailleurs. C’est également dans ce bassin que, d’après le recensement, la proportion de diplômés parmi les 15-59 ans est la plus faible. Les élèves n’évoluent donc pas dans un environnement familial et social qui les incite fortement à poursuivre leurs études.

57La même situation défavorable se retrouve dans les mêmes bassins quand il s’agit de poursuivre des études au-delà du BEP. C’est encore en Santerre-Somme que les élèves s’inscrivent le moins souvent en première d’adaptation ou professionnelle après le BEP. Aux causes précédemment citées concernant l’environnement socio-familial et probablement en lien avec lui, on peut ajouter la répartition des lycées professionnels et technologiques sur le territoire ; tous les établissements n’offrent pas toutes les filières d’enseignement et la poursuite d’études trop loin de son domicile est trop onéreuse pour certaines familles.

58Les disparités entre bassins sont fortes aux différents niveaux du parcours scolaire, mais les bassins de Santerre-Somme et de Picardie Maritime apparaissent dans tous les cas comme les plus défavorisés. Leurs élèves ont moins de chances que les autres d’aller en seconde et d’arriver en terminale générale ou technologique. Et quand ils poursuivent en filière professionnelle après la troisième, s’ils obtiennent le BEP, ils ont aussi moins de chances que les autres d’arriver en terminale professionnelle ou technologique. À l’opposé, les élèves des bassins de l’Oise ont des chances plus élevées d’arriver jusqu’au baccalauréat, quelle qu’en soit la série.

59Finalement dans les cohortes de troisièmes 1994-1998, en suivant les élèves qui n’ont pas changé de bassins d’éducation, on constate que de 36% (Santerre-Somme) à 52% (Amiens) d’entre eux parviennent en terminale, que ce soit directement après une seconde ou en passant par un BEP. La série de baccalauréat auquel ils se présentent diffère donc selon leur parcours : 46% des élèves de terminale passent un baccalauréat général dans le bassin Laon-Hirson-Chauny, 59% dans celui d’Amiens, le bassin de Centre-Oise compte à la fois la plus forte proportion d’élèves inscrits en terminale technologique et la plus faible en terminale professionnelle, la Picardie Maritime a le plus faible pourcentage d’inscrits en terminale technologique et le plus fort en terminale professionnelle.

Tableau 8 : Proportions d’élèves de troisième atteignant la terminale et répartition des élèves selon le type de baccalauréat préparé (en %)

Tableau 8 : Proportions d’élèves de troisième atteignant la terminale et répartition des élèves selon le type de baccalauréat préparé (en %)

60Cependant, une partie des différences observées entre bassins n’a pu être expliquée. Le découpage actuel en neuf bassins n’est pas satisfaisant, l’hétérogénéité interne est semble-t-il trop importante. C’est pourquoi, en ce moment, le rectorat d’Amiens met en place un nouveau découpage de l’académie en bassins plus homogènes qui permettra probablement de mieux lier les parcours et l’environnement des élèves qu’il s’agisse du milieu socio-familial ou des offres de formation et d’emploi.

Haut de page

Bibliographie

CAILLE J.-P. (1994), Les panels d’élèves du Ministère de l’Éducation Nationale, Courrier des statistiques, n° 71-72.

ÉVRARD A. et HECQUET V. (2003), Dans toutes la Picardie des actifs moins diplômés qu’en moyenne, Insee Picardie Relais, n° 117.

HÉRIN R. et ROUAULT R. (1994), Atlas de la France scolaire de la maternelle au lycée, La documentation française.

LAMY-FESTY M. (1990), La réussite scolaire dans un collège du Val-de-Marne, Travaux et Recherches de l’IDP, n° 3.

Ministère de l’Éducation nationale - DEP (2005), Géographie de l’école, n°9.

MOLET A.-M. (2002), Le suivi des sortants sans qualification en Picardie, Éducation et Formations, n° 62, pp. 69-72.

PASCAL C. (2005), Une approche de la sélectivité et de l’attractivité des lycées généraux et technologiques à l’entrée en seconde, Note d’information, n° 05.36.

Rectorat d’Amiens (2001), Schéma prévisionnel des formations 2001-2007, Conseil régional de Picardie.

ROUX S. et DAVAILLON A. (2001), Le processus d’orientation en fin de troisième, Éducation et formations, n° 60, pp. 41-53.

SOULIE C. (2000), L’origine sociale des collégiens et des lycéens en France : une analyse des conditions sociales de la production statistique, Population, n° 55.

THÉLOT C. (1993), L’évaluation du système éducatif : coûts, fonctionnement, résultats, Nathan Universités.

THÉLOT C., VALLET A. (2000), La réduction des inégalités sociales devant l’école depuis le début du siècle, Économie et statistiques, n° 334.

Haut de page

Notes

1 ÉVRARD A. et HECQUET V. (2003), Dans toutes la Picardie des actifs moins diplômés qu’en moyenne, Insee Picardie Relais, n° 117.

2 MOLET A.-M. (2002), Le suivi des sortants sans qua- lification en Picardie, Éducation et Formations, n° 62, janvier-mars, pp. 69-72.

3 MEN-DEP (2005), Géographie de l’École, n° 9, mai.

4 MEN-DEP (2005), Géographie de l’École, n° 9, mai.

5 Rectorat d’Amiens, Schéma prévisionnel des formations 2001-2007, Conseil régional de Picardie, novembre 2001.

6 Division Évaluation, Prospective et Logistique de l’Académie d’Amiens.

7 Certificat d’Aptitude Professionnelle.

8 Brevet d’Études Professionnelles.

9 Recensement de la Population de 1999.

10 La picardie et ses zones d’emploi, Insee Picardie, 2004

11 Les résultats obtenus dépendent de la composition socio-économique de chaque bassin. Pour pouvoir prendre en compte l’effet propre de chaque variable, et en particulier celui de la variable bassin de scolarisation, nous nous sommes appuyée sur des régressions logistiques. Nous avons analysé les parcours « toutes choses égales par ailleurs », ce qui a permis de mettre en évidence les seules différences liées au BEF. Cette méthode a en effet l’avantage de neutraliser les effets respectifs des autres variables. Nous avons pris comme référence pour chaque variable, la modalité qui apparaissait le plus souvent, à savoir : être une fille, appartenir à un milieu défavorisé, entrer sans retard ni avance (à l’heure) en 3ème et résider dans le bassin de Centre-Oise.

12 Lycée d’Enseignement Général et Technologique.

13 Définition de l’Insee.

14 Recensement de la population de 1999.

15 Lycée d’Enseignement Professionnel.

16 ROUX S. et DAVAILLON A (2001)., Le processus d’orientation en fin de troisième, Éducation et formations, n° 60, juillet-septembre, pp. 41-53.

17 Les résultats du baccalauréat ne figurent pas dans le fichier scolarité fourni par le rectorat.

18 PASCAL C. (2005), Une approche de la sélectivité et de l’attractivité des lycées généraux et technologiques à l’entrée en seconde, Note d’information, n° 05.36, décembre.

19 Mention complémentaire (1 an) ou Formation complémentaire d’initiative locale (6 à 9 mois).

20 La très grande majorité des BEP se prépare sur deux années. On a éliminé les quelques BEP qui se préparaient en un ou trois ans pour pouvoir comparer les différents parcours sur une même durée de référence.

21 Après un BEP, l’élève peut s’inscrire en première d’adaptation puis en terminale technologique ou en première professionnelle puis en terminale professionnelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Bassins d’éducation de l’académie d’Amiens et effectifs des primo-entrants en troisième dans les cohortes 1994 à 1998
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Titre Graphique 1 : Proportions de sortants inscrits dans un autre BE de Picardie après la 3ème générale selon le bassin d’origine et le type du lycée d’accueil (%)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 1 : Répartition des emplois dans les secteurs agricole, industriel et tertiaire dans les différentes zones d’emploi de l’Insee (en %)10
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-3.png
Fichier image/png, 47k
Titre Graphique 2 : Répartition des BE selon l’orientation en fin de troisième des élèves poursuivant leurs études dans le secteur public (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Graphiques 3 et 4 : Régression logistique de la probabilité d’être orienté en 2nde et d’être orienté en BEP à la fin de la troisième
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-5.png
Fichier image/png, 53k
Titre Tableau 2 : Répartition des différents type de BEP dans chaque bassin (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-6.png
Fichier image/png, 17k
Titre Graphique 5 : Répartition des élèves de troisième des différents bassins selon l’origine socio-familiale (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-7.png
Fichier image/png, 24k
Titre Graphique 6 : Répartition des BE selon la proportion d’élèves en retard en troisième et la proportion d’élèves d’origine sociale « défavorisée » (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-8.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graphique 7 : Proportions d’élèves de seconde arrivant en terminale selon la durée pour y parvenir et le BE (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-9.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 3 : Probabilité de quitter le LEGT avant la classe de terminale selon le BE (en %)
Légende * sortie = sortie du fichier d’observation (arrêt de la scolarisation ou départ vers le privé)** orientation = départs vers un lycée professionnel (cap, bep ou 1ère professionnelle)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-10.png
Fichier image/png, 15k
Titre Graphique 8 : Probabilité de redoubler une classe pour la première fois selon la classe et le bassin d’éducation (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-11.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 4 : Répartition des élèves inscrits en terminale générale et technologique selon le type de baccalauréat préparé dans chaque bassin (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-12.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 5 : Proportions d’élèves ayant au moins 1 an de retard à l’entrée en seconde ou en terminale selon le BE (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Tableau 6 : Taux de redoublement en 1e et 2e années de BEP selon le bassin d’éducation (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-14.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 7 : Taux de poursuite d’études après le BEP selon le bassin d’éducation (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-15.png
Fichier image/png, 13k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-16.png
Fichier image/png, 22k
Titre Graphique 10 : Type de première choisi après le BEP selon le bassin d’éducation (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-17.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 8 : Proportions d’élèves de troisième atteignant la terminale et répartition des élèves selon le type de baccalauréat préparé (en %)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2578/img-18.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cosima Bluntz, « L’académie d’Amiens : des chances inégales d’accès au baccalauréat selon les bassins d’éducation », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 397-412.

Référence électronique

Cosima Bluntz, « L’académie d’Amiens : des chances inégales d’accès au baccalauréat selon les bassins d’éducation », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2578 ; DOI : 10.4000/eps.2578

Haut de page

Auteur

Cosima Bluntz

CRIDUP – Université Paris 1
90 rue de Tolbiac
75634 Paris cedex 13
cosima.bluntz@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org