Navigation – Plan du site
Articles

Les espaces locaux d’interdépendance entre collèges

L’exemple de la ville de Lille
Local Spaces of Interdependence between Schools: The Example of Lille (France)
Catherine Barthon et Brigitte Monfroy
p. 385-396

Résumés

À partir d’une analyse systémique, cette étude se propose de rendre compte des relations d’interdépendance qui se tissent entre les éta-blissements scolaires d’un même espace local, ici la ville de Lille. Après avoir montré la forte segmentation sociale organisant la répartition des élèves entre les collèges publics et privés locaux, l’observation des flux et des modes de répartition des élèves permet d’objectiver la hiérarchisation des établissements lillois en lien avec les choix et les perceptions des familles. Il apparaît alors que si les positions des collèges lillois renvoient de façon étroite à leurs caractéristiques sociales et scolaires, d’autres critères plus géographiques comme la localisation des établissements, leur densité, leur proximité ou leur distance spatiale sont aussi à prendre en compte. Les logiques sociospatiales à l’œuvre dans la répartition des élèves entre les collèges lillois obéissent au final à un modèle d’interdépendance complexe dont l’équilibre est rendu très instable par les dynamiques urbaines et les politiques scolaires locales.I

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. C. Barthon et B. Monfroy, Les espaces locaux d’interdépendance entre collèges : le cas de Lille (...)

1Les interdépendances entre établissements scolaires ont été, en France, peu analysées même si les espaces de concurrence, les processus d’évitement et de ségrégation scolaire ont fait l’objet de plusieurs études de la part des sociologues [Broccolichi, Van Zanten, 1997 ; Van Zanten, 2000 ; Oberti, 2004] comme des géographes [Barthon, 1998, 2001 ; François, 2004]. Le concept d’interdépendance « renvoie au fait que le fonctionnement d’un établissement est dépendant (dans une mesure plus ou moins large) de ce que sont et font les établissements voisins [...]. Autrement dit, des phénomènes d’ordre divers (fonctions du système de régulation) font en sorte qu’un établissement est affecté dans son fonctionnement interne par les autres établissements et, qu’en retour, son fonctionnement interne affecte les autres établissements1» . Les variables susceptibles d’alimenter ce système sont de plusieurs types. Ainsi, l’on peut distinguer d’une part, les processus de répartition entre établissements des différents éléments qui constituent ces établissements (élèves, enseignants, moyens financiers, offre d’enseignement) et d’autre part les réseaux et les individus par lesquels se diffusent d’un établissement à l’autre des représentations, opinions et pratiques. Ces variables étroitement dépendantes des systèmes d’acteurs et des modes de régulation locaux (existence d’une sectorisation, libre choix des familles ou laxisme à l’égard des choix « officieux... ») peuvent alors varier en intensité et en qualité suivant les espaces concernés.

2Dans cet article, nous tenterons d’éclairer en quoi l’ensemble des collèges situés dans un espace local précis sont interdépendants et comment se manifeste, dans le cas lillois, cette interdépendance entre établissements scolaires.

  • 2 La ville de Lille comptait 184 650 habitants au recensement de 1999, ce qui peut paraître modeste a (...)
  • 3 Pour les services statistiques du rectorat, les professions et catégories sociales défavorisées au (...)
  • 4 Afin de respecter l’anonymat des établissements et des personnes qui ont accepté de collaborer à ce (...)

3Plusieurs facteurs liés au contexte local nous ont guidées dans le choix de la ville de Lille2 pour cette étude de cas. Le premier est la forte polarisation sociale des collèges, liée à leur répartition géographique au sein de quartiers socialement très différenciés. Ainsi, à la rentrée 2001, les proportions d’élèves issus des PCS défavorisées3 variaient entre 17,2 et 88,7% dans les collèges publics et entre 1,4 et 60,2% dans le privé. Le second facteur est le poids local de l’enseignement privé qui prenait en charge à cette même période 49,5% des collégiens scolarisés sur le territoire lillois, dont 52,3% des élèves de 6e. La co-existence de ces deux espaces de scolarisation ne saurait toutefois justifier à elle seule l’hypothèse d’une interdépendance entre établissements scolaires. C’est bien parce que ces deux circuits sont régulés de façon différente – modèle d’une sectorisation « assouplie » pour l’enseignement public, modèle « du libre choix » pour l’enseignement privé – que l’on peut réellement parler d’interdépendance : « à l’interne » (entre établissements d’un même secteur d’enseignement) et « à l’externe » (entre les deux secteurs). Dix-sept collèges (neuf établissements publics et huit privés)4 se partageaient au total cet espace d’interdépendance à la rentrée 2000/2001, soit 8600 élèves.

1. Les positions des colleges dans l’espace local d’interdependance

4Les positions des collèges dans l’espace d’interdépendance lillois résultent de critères tout à la fois objectifs (caractéristiques sociales et scolaires, localisation) et subjectifs (perceptions des familles) dont nous allons essayer de rendre compte dans les paragraphes suivants.

1.1. Forte différenciation à l’interne et à l’externe

5Les collèges lillois se caractérisent par une double segmentation à l’externe et à l’interne. Une comparaison entre le secteur public et le secteur privé montre que, à Lille comme ailleurs, les élèves qui fréquentent un collège privé sont plus massivement issus de milieux sociaux privilégiés que ceux du public : 80% des enfants de chefs d’entreprise y ont recours localement, contre seulement 23% des élèves dont le père est au chômage. Le privé accueille deux fois plus d’enfants des couches sociales supérieures, et deux fois moins d’enfants des classes populaires que le public (tableau 1).

Tableau 1 : Profil socioprofessionnel des élèves scolarisés dans les collèges lillois, publics et privés, à la rentrée 2001

Collèges PCS
en %

Patrons
> 10 salariés

Cadres, prof. Intel.-
tup.

Prof.
inter-
médi-
aires

Arti-
sans com-
merç.

Em-
ployés

Ou_
vriers

In-
actifs*

Re-
trai
tés

Saint-
Luc

12,3

57,6

6,7

13,1

6,9

0,4

1,7

1,0

Saint-
Jean

4,1

46,6

22,9

9,3

4,4

4,7

7,5

0,6

Sainte-
Anne

2,9

41,5

16,6

11,6

19,8

2,9

4,0

0,6

Saint-
Benoît

1,1

21,4

23,4

9,4

23,6

11,3

8,5

1,1

Saint-
François

0,7

22,4

18,9

9,0

10,8

25,4

11,1

0,5

Saint-
Firmin

0,4

9,5

10,8

5,2

29,1

29,7

14,5

0,9

Saint-
Vincent

0,0

4,7

15,0

7,8

9,8

21,2

39,9

1,0

Saint-
Jacques

0,3

6,0

14,5

7,9

7,0

22,7

38,3

2,8

Privé

2,7

26,2

16,1

9,2

13,9

14,8

15,7

1,1

Renoir

1,5

42,7

15,7

5 ,3

7,9

8,8

8,6

0,8

Racine

0,5

18,3

18,3

3,5

20,3

12,8

25,8

0,5

Voltaire

0,3

15,8

12,8

3,5

12,8

18,3

35,7

0,8

Diderot

0,2

5,6

9,6

8,3

7,4

23,9

39,4

5,8

Lamar-
tine

0,2

4,3

9,1

6,8

10,5

50,5

16,1

2,4

Balzac

0,2

4,3

9,9

3,6

8,6

36,5

34,9

2,0

Marceau

0,0

2,3

6,1

3,8

5,1

40,8

38,0

3,8

Montes-
quieu

0,0

0,0

2,6

2,2

9,7

33,6

47,8

4,1

Montai-
gne

0,0

1,4

4,0

2,2

2,7

35,1

50,2

4,3

Public

0,3

10,5

10,8

4,4

9,4

28,9

32,9

2,7

*Inactifs : chômeurs n’ayant jamais travaillé, personnes sans activité professionnelle.
Également incluses dans cette catégorie, après recoupement, les professions non renseignées
Champs : Ensemble des élèves scolarisés dans un collège de la ville de Lille, quelle que soit leur commune de résidence.

Source : Rectorat (Enquête scolarité 2001)

6Parallèlement à cette ségrégation externe, les secteurs public et privé lillois se caractérisent par une forte ségrégation à l’interne. Dans le privé, la hiérarchisation sociale des collèges s’explique par la coexistence sur un même territoire d’établissements aux fonctions différentes [MEN, 2004]. Un premier groupe d’établissements se caractérise par son profil d’excellence (Saint-Luc, Saint-Jean, Sainte-Anne). Situés en centre urbain et caractérisés par une forte sélection à l’entrée, sociale et scolaire, les collèges de ce type accueillent presque exclusivement des enfants de chefs d’entreprise, de cadres du privé et de commerçants venant de la métropole entière. À l’autre extrémité de la hiérarchie, figurent les établissements de rattrapage ou de remédiation (Saint-Jacques). Ces collèges affichent leur « spécialisation » qui est d’accueillir et de scolariser des élèves en difficulté sociale et/ou scolaire majoritairement issus des classes populaires. Entre ces deux pôles (d’excellence et de rattrapage) se trouve enfin une troisième catégorie d’établissements qui, en contexte urbain ségrégué, peut revêtir une fonction de substitution : moins sélectifs que les premiers et bénéficiant d’une offre d’enseignement plus diversifiée, ces derniers constituent très fréquemment une concurrence de proximité pour les établissements publics voisins en offrant un « refuge » aux familles des classes moyennes et des fractions les plus mobilisées des classes populaires voulant « fuir » le collège public de leur secteur. Ils se distinguent généralement des autres établissements privés par la plus grande mixité sociale et culturelle de leurs élèves (Saint-Benoît, Saint-François, Saint-Firmin). Plus rarement, et pour les plus défavorisés d’entre eux, il arrive que la composition sociale de leurs publics soit très similaire à celle d’établissements publics voisins pourtant classés en Zone d’Éducation Prioritaire. Au regard du privé, la situation des collèges publics n’en paraît que plus contrastée. Le secteur public lillois se caractérise en effet par le clivage entre sept collèges « défavorisés», voire « très défavorisés » pour 3 d’entre eux, tous classés en ZEP et/ou en zone violence, et deux collèges « favorisés » qui ont chacun leur propre finalité : celle de l’excellence pour le collège Renoir (en direction des familles les plus aisées) et celle de refuge pour le collège Racine (à destination des familles des classes moyennes et populaires). C’est paradoxalement dans le secteur public que les écarts entre établissements sont actuellement les plus sensibles et que les conditions d’une mixité sociale au collège sont les moins réunies.

1.2. Comment objectiver la hiérarchie des collèges ?

7Si l’on admet que les flux d’élèves observés entre les collèges représentent un bon indicateur de leur « attractivité » relative, le passage en sixième (entre l’école primaire et le collège) semble a fortiori le moment le plus significatif pour l’observation de ces flux. En l’absence de sectorisation dans le premier degré, les familles lilloises ont eu le libre choix de leur école maternelle puis de leur école primaire. Cette règle prend fin à l’entrée au collège, avec l’obligation d’inscrire son enfant dans le collège du secteur géographique dont dépend le domicile. Face à cette injonction administrative, certaines familles n’hésitent pas à détourner la sectorisation pour accéder aux établissements perçus comme les « meilleurs » ou plus simplement pour éviter les établissements les plus disqualifiés. Comment rendre compte de ces perceptions et de ce classement subjectif ?

  • 5 Le suivi statistique mis en place par le Rectorat de Lille permet en effet de suivre la trajectoire (...)
  • 6 Cf. B. Delvaux et M. Joseph, Les espaces locaux d’inter- dépendance entre écoles : étude de cas en (...)

8Deux indicateurs seront ici privilégiés. Le premier s’appuie sur des flux virtuels et a été construit sur la base des vœux exprimés par les familles dans leurs demandes de dérogation à l’entrée en sixième. Le second prend en compte des flux bien réels et porte sur les mouvements d’élèves observés entre le cm2 et la sixième, après leur affectation définitive5. La méthodologie suivie reprend à quelques nuances près celle utilisée par B. Delvaux pour objectiver les positions des écoles dans la ville belge de Charleroi6.

9Dans le secteur public, l’analyse des demandes de dérogation révèle la structure hiérarchisée selon laquelle s’organisent les collèges lillois dans les perceptions des familles. Or cette hiérarchie subjective renvoie très clairement aux positions sociales des établissements (cf. figure 1a). Ainsi les deux collèges publics les plus favorisés (Renoir et Racine) concentrent sur eux toute l’attraction des élèves, tandis que les autres (à l’exception de Lamartine et Balzac, en position intermédiaire) se présentent tous comme des pôles de répulsion.

Figure 1a : Structure hiérarchique des collèges publics de Lille, basée sur l’analyse des flux de demandes de dérogations à l’entrée en sixième (2001/2002)

Figure 1a : Structure hiérarchique des collèges publics de Lille, basée sur l’analyse des flux de demandes de dérogations à l’entrée en sixième (2001/2002)
  • 7 Voir l’article de D. Trancart, L’enseignement public. Les disparités de l’offre d’enseignement, L’É (...)

10La correspondance presque parfaite de ce classement avec le classement social des établissements ne doit pas manquer de nous interpeller sur la légitimité des motifs avancés par les familles pour obtenir une dérogation. Ainsi, dans plus de 90 % des cas, les demandes de dérogation s’orientent vers un établissement socialement plus favorisé que l’établissement de rattachement théorique et ce, indépendamment du critère utilisé. Ce résultat nous invite à penser que les mesures d’assouplissement de la sectorisation prises au niveau local ont très certainement joué en faveur d’une plus grande segmentation sociale des publics lillois. C’est d’ailleurs le constat que dresse D. Trancart, pour la plupart des zones où de telles mesures ont été adoptées depuis 1984, et où l’on a pu constater un renforcement de la concentration des publics défavorisés7.

11Dans le secteur privé, c’est le modèle du libre choix des familles qui régit les affectations en sixième, il n’est donc pas possible de travailler à partir des demandes de dérogation. On peut toutefois tenter de raisonner à partir des flux d’élèves observés entre le cm2 et la sixième.

12À la différence des grosses institutions lilloises (Saint-Luc, Saint-Jean, Saint-François, Sainte-Anne) qui proposent un cursus scolaire complet, de la maternelle au lycée, les collèges fonctionnant « hors institution » se voient contraints de conclure des accords avec les écoles primaires pour se constituer une clientèle. Les liens privilégiés qui se tissent au sein d’une même institution ou d’un même réseau sont cependant loin d’être exclusifs comme le montrent certains transferts d’élèves observés au moment de l’entrée au collège. Nous faisons l’hypothèse que ces flux, mêmes peu importants quantitativement, sont un indicateur de l’attractivité inégale des collèges privés dans l’espace lillois.

13La figure 1b matérialise la structure hiérarchisée des collèges privés. On retrouve aux niveaux supérieurs de ce classement, les trois institutions situées en centre-ville (Saint-Luc, Saint-Jean, Sainte-Anne) qui retiennent 80% de leur public théorique. Quelques micro-glissements sont néanmoins remarquables entre les trois institutions, faisant de Saint-Luc le collège le plus recherché de la place lilloise. À l’inverse, les établissements plus mixtes socialement (Saint-Benoît) ou plus nettement défavorisés (Saint-Firmin) semblent éprouver plus de difficultés à retenir leurs « bons » élèves, ces derniers optant en sixième pour un établissement mieux « coté ». Dans le secteur privé comme dans le secteur public, l’échelle de perception des familles semble donc indexée à la « valeur sociale » accordée à chaque établissement.

Figure 1b : Structure hiérarchique des collèges privés de Lille, basée sur l’analyse des flux cm2-6e entre écoles primaires et collèges privés (2001/2002)

Figure 1b : Structure hiérarchique des collèges privés de Lille, basée sur l’analyse des flux cm2-6e entre écoles primaires et collèges privés (2001/2002)

(pas de données pour Saint-François et Saint-Jacques)

  • 8 Cette comparaison est néanmoins fragilisée par l’absence de sectorisation dans le premier degré. Ai (...)
  • 9 Ce pourcentage est de 15% si on prend uniquement les établissements privés situés dans le périmètre (...)

14Il paraît intéressant en dernière lecture d’observer comment les collèges publics et privés se positionnent les uns par rapport aux autres dans l’espace lillois. Dans un souci d’harmonisation statistique, nous utiliserons les données concernant les flux d’élèves entre le cm2 et la 6e, tous secteurs confondus8. La balance des échanges penche ici très nettement en faveur du privé : 228 élèves soit près de 20% des élèves quittent le public pour y poursuivre leur scolarité9 alors qu’ils sont moins de 5% (soit 21 élèves) à effectuer le parcours inverse.

15Comment expliquer une telle hémorragie à la sortie du cm2 ? L’absence de sectorisation dans le premier degré est sans doute un facteur d’explication : après avoir choisi l’école maternelle, puis l’école élémentaire de leur enfant, certains parents trouvent légitime de choisir leur collège. Cette revendication est particulièrement présente dans le contexte lillois où la plupart des collèges publics sont stigmatisés par la double étiquette « REP » et « zone violence ». Si l’assouplissement de la sectorisation permet alors d’apporter une réponse tacite à l’attente des plus avertis, les familles détenant moins de capitaux culturels ne trouveront pas toujours l’argumentaire adapté pour obtenir une dérogation. Elles opteront au final pour le privé. On peut également lire une partie de ces transferts comme le résultat de stratégies élitistes, conduisant les familles des classes dominantes à optimiser la scolarité de leurs enfants en les plaçant dans les segments les plus performants du marché éducatif local, indépendamment du secteur d’enseignement. Dans la ville de Lille, une trajectoire de ce type passe par deux anciennes écoles primaires publiques d’application pour se poursuivre dans des institutions privées comme Saint-Luc ou Saint-Jean.

2. Localisation des collèges dans l’espace d’interdépendance

16S’il est vrai que les positions scolaires des établissements lillois renvoient de façon étroite à leurs caractéristiques intrinsèques, nous pensons que les interdépendances liées à la répartition des élèves sont également structurées par leur localisation géographique, les notions de densité, de proximité et de distance prenant ici tous leurs sens (cf. figure 2).

2.1. Une attraction centre-périphérie

17Suivant un schéma classique dans les grandes métropoles urbaines, le centre de Lille concentre une grande partie de l’offre scolaire d’excellence qui rayonne sur toute la métropole, voire sur le département entier (cf. figure 2a). Sur le versant est de l’agglomération, l’aire d’influence du pôle lillois croise celle de deux autres pôles « périphériques » centrés sur Marcq-en- Barœul au nord et Villeneuve-d’Ascq au sud.

18Deux facteurs essentiels viennent souligner cette attraction du centre sur la périphérie : la capacité d’accueil surdimensionnée du privé et la présence d’un établissement public fonctionnant presque en dehors de toute contrainte territoriale. Ce pôle d’excellence central regroupe les trois grandes institutions privées (Sainte-Anne, Saint-Jean, Saint-Luc) ainsi que le collège Renoir. Le recrutement des élèves y fonctionne plus sur une logique privilégiant les résultats scolaires ou les réseaux institutionnels, que sur une logique de proximité géographique.

Tableau 2 : Répartition des élèves de 6e par origine géographique

Collège

Lille

1ère couronne

Dép. Nord

dont public

Racine

89,0%

6,8%

4,2%

94,0%

Renoir

81,3%

9,7%

9,0%

96,0%

Saint-Benoît

53,4%

19,5%

27,1%

58,0%

Sainte-Anne

42,8%

29,5%

27,7%

22,0%

Saint-Luc

32,0%

18,0%

50,0%

41,5%

Saint-Firmin

32,0%

51,6%

16,4%

22,0%

Saint-Jean

9,8%

25,0%

65,0%

23,5%

Source : Rectorat (2001).

2.2. Des micro-espaces de concurrence

19À l’échelle des quartiers, apparaissent des phénomènes de concurrence liés à la proximité géographique d’établissements situés différemment dans l’échelle locale. En toute logique, la concurrence la plus exacerbée vient se cristalliser là où les discontinuités sont les plus fortes, mais des micro-glissements sont également perceptibles entre collèges de même niveau. On peut sur cette base identifier quatre sous-ensembles que nous qualifierons de « micro-espaces de concurrence » (cf. figure 2b).

20Un premier englobe les établissements de centre-ville déjà cités. Bien que différenciées à l’échelle métropolitaine, leurs zones de recrutement se recouvrent partiellement au niveau local ce qui peut favoriser des « micro-glissements » entre collèges de niveau équivalent ou voisin (Renoir et Saint-Luc).

21Les secteurs est, ouest et sud sont déjà plus hétérogènes. Commandés par des établissements moyennement attractifs, ils restent placés sous la domination du pôle central. Dans le secteur est de la ville, on observe une concurrence interne au secteur public entre deux établissements voisins. L’un moyennement attractif recrute une large partie de ses élèves sur dérogation (Racine) et sert de refuge aux élèves cherchant à éviter à tout prix le second (Diderot). Ces deux collèges sont eux-mêmes concurrencés par leurs voisins du privé (Saint-Benoît et Saint-Jacques) qui occupent des positions légèrement supérieures dans la hiérarchie locale. On rencontre des logiques similaires dans les autres secteurs de Lille avec, à l’ouest, les collèges Balzac, Saint-François, et Montesquieu et, au sud, les collèges Saint-Firmin, Montaigne et Marceau.

22Les collèges Lamartine et Voltaire, situés à l’extérieur de la ville de Lille « intra muros » semblent en revanche plus sensibles aux interdépendances avec les collèges des versants sud-est et nord-est de la métropole, qu’avec les collèges lillois.

2.3. Des transgressions communales sur les marges

2315 % des collégiens résidant à Lille ne sont pas scolarisés dans un établissement lillois. Ce chiffre assez élevé illustre en partie les phénomènes de transgression de limites communales observés dans les quartiers périphériques (cf. figure 2c). Si le recours à l’offre limitrophe est alors présenté par les familles comme un moyen d’accéder à un établissement géographiquement moins éloigné, on peut également y voir une tactique pour s’affranchir d’un collège de secteur jugé moins attractif. On rencontre une telle logique dans les quartiers de Bois-Blancs (au nord-ouest) et de Pellevoisin (au nord-est) qui fournissent les plus grands contingents d’élèves scolarisés hors commune (entre la moitié et les deux tiers des élèves du quartier). Dans le premier cas, la scolarisation dans les établissements publics et privés très favorisés de Lambersart permet d’éviter le collège Balzac, au demeurant assez éloigné. Dans le second cas, c’est le recours aux établissements « très cotés » de Marcq-en-Baroeul, Mons-en-Baroeul et La Madeleine qui permet aux familles les plus aisées de contourner le collège Voltaire dont le déficit d’image semble tenir à la fois à un passé « peu prestigieux » (ancien CEG) et à une localisation périphérique au contact du faubourg populaire de Fives.

24C’est donc sur ce modèle complexe que s’organisent les dynamiques socio-spatiales à l’œuvre dans la répartition des élèves entre les collèges lillois. Or cet équilibre est rendu très instable par l’évolution des positions des collèges dans l’espace local d’interdépendance.

Figure 2 : L’espace d’interdépendance des collèges lillois

Figure 2 : L’espace d’interdépendance des collèges lillois

25Les années 90 semblent marquées localement par une amplification des problèmes sociaux, et par une précarisation des publics scolarisés dans l’enseignement public. Doit-on y voir le résultat d’une accélération des processus locaux de ségrégation et de polarisation urbaine ? Ou est-on en train d’assister à une l’aggravation de la concurrence des collèges privés ? À moins que d’autres facteurs ne soient à l’œuvre...

3. L’évolution des positions des collèges lillois dans les années 90

3.1. Une accentuation de la ségrégation socio-spatiale et scolaire

26Entre les recensements de 1990 et de 1999, la différenciation sociale des quartiers lillois s’est accentuée : certains quartiers se sont paupérisés davantage (Lille-Sud, Faubourg de Béthune, Moulins) tandis que d’autres se sont « embourgeoisés » (Vauban, Centre, Vieux Lille, Saint-Maurice et, dans une moindre mesure, Wazemmes et Bois-Blancs). Cette évolution est inégalement perceptible dans les collèges publics : si les collèges Montaigne, Diderot, Montesquieu et Marceau (Lille-Sud, Moulin et Faubourg de Béthune) scolarisent une population effectivement de plus en plus défavorisée (plus de 80% de leur public), les collèges Voltaire (Saint-Maurice) et Balzac (Wazemmes-Vauban-Bois-Blancs) ne « bénéficient » pas des effets des phénomènes récents de gentrification de leur quartier de recrutement. En outre, dans tous les établissements publics à l’exception du collège Renoir, la mixité scolaire reste moins importante que la mixité résidentielle. Cela signifie-t-il pour autant que la concurrence avec les collèges privés s’est accentuée sur la période ?

3.2. Une aggravation de la concurrence entre collèges publics et privés ?

27L’examen de l’évolution des effectifs de sixième du secteur privé montre globalement une relative stabilité depuis une dizaine d’années (le secteur privé gagne environ 46 élèves entre 1990 et 2000 soit 4% de ses effectifs, alors que le secteur public en perd 172 soit 14%) Durant cette période, le rapport public/privé s’est inversé au bénéfice du privé (les collèges publics qui scolarisaient 53% des élèves de 6e en 1990, n’en scolarisaient plus que 48% en 2000). Dans un contexte marqué par la baisse des effectifs des collèges, le secteur privé semble donc renforcer son audience sur la scène locale. Cette tendance est d’ailleurs confirmée par les chefs d’établissement des collèges privés qui notent une légère augmentation de la part des Lillois dans leurs effectifs depuis peu (c’est-à-dire deux à trois ans) au détriment des élèves habitant à l’extérieur de la commune. Deux catégories d’établissements, situés aux antipodes profitent plus particulièrement de ce regain d’attractivité : les plus favorisés (Saint-Luc et Saint-Jean) et les plus défavorisés (Saint-Jacques, rejoint plus tardivement par St-Firmin). Or un examen systématique des courbes de chaque collège public montre que ce sont principalement les collèges Diderot (Moulins-Wazemmes), Montaigne et Marceau (Lille-Sud) en forte proximité géographique avec Saint-Jacques et Saint-Firmin qui ont perdu le plus d’effectif pendant la même période L’hypothèse d’un transfert d’élèves de milieu modeste, des collèges publics les plus stigmatisés vers le secteur social du privé semble donc se vérifier.

28Il paraît cependant réducteur de conclure à un simple phénomène de « vase-communicant » entre le secteur public et le secteur privé pour expliquer les évolutions décrites précédemment. Nous avancerons plutôt un autre schéma explicatif.

3.3. Le rôle du contexte institutionnel et des politiques d’établissement

  • 10 Collège de centre-ville, ancien premier cycle d’un lycée prestigieux fondé en 1887.

29Jusqu’aux années 1990, le collège Racine10 se présente, en raison de son histoire, comme le collège public élitiste local. En effet, les élus et l’administration scolaire, en lui attribuant un secteur de recrutement insuffisant, ne lui permettent d’exister que grâce à des entrées sur dérogation. Cet établissement, jusqu’à la fin des années 80, constitue le collège public attractif de la ville de Lille qui permet aux familles des classes moyennes et supérieures (et d’enseignants en particulier), fidèles à l’enseignement public, de scolariser leurs enfants dans un établissement réputé d’excellence.

  • 11 Les sections européennes ont été officiellement créées en 1992.
  • 12 Nous rappellerons que le collège Racine ne peut « structurellement » fonctionner que grâce à un app (...)

30Cette situation prend fin au début des années 90 quand le collège Renoir, bénéficiant de la dynamique d’embourgeoisement de son secteur de recrutement (Vieux Lille) et de l’arrivée d’un chef d’établissement à l’identité manageriale crée des sections européennes avant l’heure11 en sixième, et, change rapidement d’image en captant la population qu’attirait le collège Racine12 qui, de ce fait, voit fondre ses demandes de dérogation. Les places libérées au collège Racine par les familles aisées à la recherche d’un établissement d’excellence, sont alors briguées par des familles de milieu plus modeste qui cherchent à fuir le collège public de leur secteur, instaurant ou amplifiant les stratégies d’évitement des autres collèges publics.

  • 13 Robert Ballion, La bonne école, Paris, Hatier, 1991.

31On assiste alors dans les collèges publics lillois au processus de « glissement généralisé » repéré ailleurs par R. Ballion13. L’évolution du positionnement des collèges publics lillois durant les années 90, en amplifiant les phénomènes d’évitement, a manifestement contribué à faire émerger et accélérer les processus de ségrégation scolaire. Par ricochet, ce renforcement de la ségrégation dans les collèges publics a vraisemblablement eu pour conséquence d’augmenter les départs vers les collèges privés : l’augmentation des effectifs de sixième dans les collèges privés est en effet sensible à partir de l’année scolaire 1996-1997. Ces départs sont surtout le fait de familles de milieux modestes cherchant à fuir leur collège de secteur dont la réputation se détériore et qui ne peuvent prétendre à une dérogation pour un autre collège public. Ceci expliquerait l’augmentation de la part des publics lillois dans le secteur privé constatée ces dernières années par les directeurs de certains collèges privés (notamment ceux des collèges à recrutement populaire).

32Dans le même temps, on peut percevoir l’existence de « micro-glissements » entre deux collèges publics proches géographiquement. Ces micro-glissements de proximité sont de nature plus conjoncturelle et tiennent à des effets de réputation, notamment du chef d’établissement, touchant à la prise en charge des problèmes de discipline. Comme nous avons pu l’observer dans une réunion de présentation du collège Balzac à des parents dont le collège de secteur était le collège Montesquieu, ils sont le fait de familles de milieu populaire n’ayant pas la possibilité de mettre en œuvre d’autres stratégies (choix du secteur privé, dérogation pour Racine).

33On peut s’attendre dans les prochaines années à de nouveaux déplacements qu’autorise l’évolution actuelle et donc à une aggravation des processus de ségrégation dans les collèges publics lillois.

Conclusion : un système dynamique

34L’évolution du positionnement des collèges publics lillois durant ces dix dernières années, et ses conséquences en termes de segmentation des publics scolaires, mettent en évidence l’existence de relations d’interdépendance entre ces établissements scolaires du point de vue de la répartition des élèves. Le changement de position d’un seul établissement a pour effet de bouleverser l’équilibre local et a des répercussions sur l’ensemble des collèges de la ville (publics et privés), transformant dans le même temps les rapports de dépendance et de concurrence entre tous ces établissements :

35Ainsi, la forte ségrégation scolaire qui caractérise aujourd’hui les collèges publics lillois, loin d’être imputable à la dégradation de la composition sociale des quartiers et/ou à la concurrence avec le secteur privé, tient d’abord à l’existence de phénomènes d’interdépendance entre les établissements scolaires qui se traduisent, dans le cas de Lille, par ce processus de glissement généralisé dont nous avons essayé de rendre la complexité.

Haut de page

Bibliographie

BALLION R. (1987), Nouvelles expériences concernant l’assouplissement de la sectorisation à l’entrée en sixième, CNRS, Laboratoire d’économétrie de l’École Polytechnique.

BALLION R. (1991), La bonne école, Paris, Hatier.

BARTHON C. (1997), Enfants d’immigrés dans la division sociale et scolaire. L’exemple d’Asnières-sur-Seine, Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 75, pp.70-78.

BARTHON C. (1998), La ségrégation comme processus dans l’École et dans la Ville, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 14, n° 1, pp. 93-105.

BARTHON C., OBERTI M. (2000), « Ségrégation spatiale, évitement et choix des établissements », in Van Zanten (sous la direction de), L’école : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, pp. 302-310.

BARTHON C., MONFROY B. (2003), Les espaces locaux d’interdépendance entre collèges : le cas de Lille, Rapport pour la commission européenne, 5e PCRD. Lille, CLERSE/IFRESI.

BARTHON C., MONFROY B. (2004), Privé, public et ségrégation scolaire, Ville École Intégrations, n° 139, décembre 2004, pp. 97-106.

BROCCOLICHI S. (1998), Inquiétudes parentales et sens des migrations d’élèves. L’évitement croissant des collèges publics dans un district de la banlieue parisienne, Les dossiers d’éducation et formation, n° 101, pp. 103-123.

BROCCOLICHI S., VAN ZANTEN A. (1997), Espaces de concurrence et circuits de scolarisation. L’évitement des collèges publics d’un district de la banlieue parisienne, Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 75, pp. 5-17.

FRANCOIS J.-C. (2004), L’évitement scolaire, la fuite des collégiens vers Paris , Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 1, pp. 45-58.

HÉRAN F. (1996), École publique, école privée : qui peut choisir ?, Économie et statistiques, n° 293, pp. 17-39.

Ministère de l’Éducation nationale (2004), Public-privé, quelles différences ?, Éducation et formations, n° 69, juillet.

OBERTI M. (2004), Ségrégation urbaine et scolaire dans l’Ouest parisien, Paris, OSC.

VAN ZANTEN A. (2001), L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Cf. C. Barthon et B. Monfroy, Les espaces locaux d’interdépendance entre collèges : le cas de Lille, rapport pour la commission européenne, 5e PCRD, Lille, Clerse /Ifresi, 2003.

2 La ville de Lille comptait 184 650 habitants au recensement de 1999, ce qui peut paraître modeste au regard des 1 000 900 habitants recensés sur le territoire métropolitain.

3 Pour les services statistiques du rectorat, les professions et catégories sociales défavorisées au regard de la réussite scolaire sont : les ouvriers, les retraités ouvriers et employés, les chômeurs n’ayant jamais travaillé, les personnes sans activité professionnelle, les PCS non renseignées.

4 Afin de respecter l’anonymat des établissements et des personnes qui ont accepté de collaborer à cette recherche, les noms des collèges ont été changés.

5 Le suivi statistique mis en place par le Rectorat de Lille permet en effet de suivre la trajectoire scolaire de tous les élèves inscrits dans un collège public ou privé de Lille à la rentrée scolaire 2001. À quelques exceptions près cependant, puisque certains établissements privés échappent encore à ce recensement (Saint-François et Saint-Jacques).

6 Cf. B. Delvaux et M. Joseph, Les espaces locaux d’inter- dépendance entre écoles : étude de cas en Belgique francophone, rapport pour la commission européenne, 5e PCRD, CERISIS, Université catholique de Louvain, 2003.

7 Voir l’article de D. Trancart, L’enseignement public. Les disparités de l’offre d’enseignement, L’École. L’état des savoirs, sous la direction de Agnès Van Zanten, Paris, La découverte.

8 Cette comparaison est néanmoins fragilisée par l’absence de sectorisation dans le premier degré. Ainsi, un collège public peut être situé à proximité d’une école sans pour autant accueillir tous les élèves de cette école. En effet, c’est le lieu de résidence et non l’école d’origine qui est déterminant pour l’affectation en sixième. Or dans le contexte lillois, nous avons vu qu’un certain nombre de parents utilisaient les écoles de centre-ville non seulement pour des raisons pratiques (proximité du lieu de travail) mais aussi pour éviter l’école du quartier. On peut néanmoins faire l’hypothèse que ces parents vont continuer d’opter pour les mêmes stratégies au moment de l’entrée au collège si celui-ci se révèle insuffisamment attractif. 9 Ce pourcentage est de 15% si l’on prend uniquement les établissements privés situés dans le périmètre de la ville de Lille.

9 Ce pourcentage est de 15% si on prend uniquement les établissements privés situés dans le périmètre de la ville de Lille

10 Collège de centre-ville, ancien premier cycle d’un lycée prestigieux fondé en 1887.

11 Les sections européennes ont été officiellement créées en 1992.

12 Nous rappellerons que le collège Racine ne peut « structurellement » fonctionner que grâce à un apport d’élèves extérieurs à sa zone de recrutement. En effet le sous-dimensionnement de cette dernière ne lui assure pas l’effectif nécessaire à son bon fonctionnement et un certain nombre de places est maintenu artificiellement par l’administration pour des élèves entrant sur dérogation. À titre indicatif, les effectifs prévisionnels de 6ème pour la rentrée 2002 prévoyaient en juin un effectif initial de 54 élèves (effectifs de cm2 + redoublants + réorientations du privé). Or après les résultats de la commission de dérogation, 98 élèves étaient finalement affectés au collège Racine.

13 Robert Ballion, La bonne école, Paris, Hatier, 1991.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1a : Structure hiérarchique des collèges publics de Lille, basée sur l’analyse des flux de demandes de dérogations à l’entrée en sixième (2001/2002)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2566/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 1b : Structure hiérarchique des collèges privés de Lille, basée sur l’analyse des flux cm2-6e entre écoles primaires et collèges privés (2001/2002)
Légende (pas de données pour Saint-François et Saint-Jacques)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2566/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure 2 : L’espace d’interdépendance des collèges lillois
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2566/img-3.png
Fichier image/png, 101k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Barthon et Brigitte Monfroy, « Les espaces locaux d’interdépendance entre collèges », Espace populations sociétés, 2005/3 | 2005, 385-396.

Référence électronique

Catherine Barthon et Brigitte Monfroy, « Les espaces locaux d’interdépendance entre collèges », Espace populations sociétés [En ligne], 2005/3 | 2005, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/2566 ; DOI : 10.4000/eps.2566

Haut de page

Auteurs

Catherine Barthon

EA 2468, Dynamique des réseaux et territoire
(Université d’Artois/IFRESI)
2 rue des Canonniers, 59000 Lille
cbarthon@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Brigitte Monfroy

CLERSE/IFRESI
2 rue des Canonniers, 59000 Lille
Brigitte.monfroy@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org