Navigation – Plan du site
Articles

Les réfugiés, figures visibles et invisibles dans une Europe élargie. Regard comparatif entre la France et la Bulgarie

Refugees, visible and Invisible Figures in an Enlarged Europe: A Comparison between France and Bulgaria
Albena Tcholakova
p. 271-285

Résumés

La recomposition des paysages migratoires en Europe élargie, induite par la chute des régimes communistes, a rendu plus perceptible une ancienne forme de migration, celle des réfugiés. Cet article va penser les réfugiés comme des figures visibles ou invisibles, mais spécifiques de migrants, en questionnant leurs carrières professionnelles dans deux contextes sociétaux différents : la France et la Bulgarie. Souvent discontinues, marquées par la non-reconnaissance de leurs compétences ou qualifications et par l’insécurité linguistique, ces carrières se tissent dans des brouillages identitaires.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1990, marquées par la chute des régimes communistes dans les pays d’Europe Centrale et Orientale, différentes transformations structurelles s’illustrent et recomposent les contours des migrations internationales et des marchés du travail, aussi bien à l’ouest qu’à l’est de l’Europe. Dans cette Europe désormais élargie, des migrants de la mondialisation par « le haut » et « par le bas » [Portes, 1999] circulent, en en croisant ou non d’autres marqués par une mobilité forcée : les réfugiés. Si la France a une longue tradition d’immigration, la Bulgarie, comme la plupart des pays d’Europe Centrale et Orientale (PECO) - et de manière moins prononcée que les pays du Sud de l’Europe - découvre simultanémentles migrations dans leurs deux aspects marquants d’émigration et d’immigration [Krasteva, 2005]. Celle-ci est beaucoup moins importante que dans les pays occidentaux, et la Bulgarie continue à être définie comme un pays de transit, aussi bien pour les migrants dits économiques que pour les réfugiés politiques.

  • 1  Les idées développées dans cet article se basent sur le travail de thèse en cours « Accès à l’empl (...)

2Cet article1 va penser les réfugiés comme des figures visibles ou invisibles, mais spécifiques de migrants, en questionnant leurs modes et formes d’inscriptions économiques [Roulleau-Berger, 2004] dans deux contextes sociétaux différents : la France et la Bulgarie. Un regard sera porté sur la spécificité des marchés du travail français et bulgare, en lien avec les processus et les politiques migratoires opérantes, mais aussi sur leur propre mobilisation de ressources pour comprendre leurs places dans les deux sociétés d’accueil. Nous posons l’hypothèse que la visibilisation de leurs compétences dans les marchés du travail est plus forte dans la société bulgare du fait du processus de transition économique et démocratique qui produit une plus grande plasticité des marchés du travail. À l’inverse, la précarisation et la segmentation des marchés du travail en France rendent plus problématique la visibilisation des inscriptions économiques des réfugiés.

3L’approche sera multisituée et va tenter de rendre compte des éléments comparables mais aussi de ceux qui divergent. Ceci s’effectuera par le prisme des inscriptions économiques des réfugiés dans les marchés du travail français et bulgare qui vont nous permettre de les envisager comme des migrants spécifiques. Il s’agit des réfugiés reconnus comme tels, que nous appellerons des réfugiés statutaires. Ce ne sont ni des demandeurs d’asile, ni des migrants économiques, encore moins des migrants sans papiers.

4Nous envisagerons dans un premier temps une contextualisation des tendances migratoires et des politiques d’asile pour essayer de décrire leur place dans les deux contextes sociétaux. Dans une deuxième partie nous présenterons les spécificités des marchés du travail qui nous permettront de comprendre ensuite le déroulement de leur carrière professionnelle et d’effectuer des ponts réflexifs entre les acteurs et les réfugiés dans les deux contextes sociétaux.

1. La place des réfugiés en France et en Bulgarie : contextualisation dans les tendances migratoires et les politiques d’asile

5Les paysages migratoires en Europe se redessinent depuis la chute des régimes communistes des années 1990 et l’élargissement de l’Union Européenne des années 2000, aussi bien en ce qui concerne les migrations volontaires que les migrations forcées. Nous assistons à l’intensification des mouvements migratoires sud-nord, est-ouest, à l’augmentation du nombre des demandeurs d’asile jusqu’en 2005, à la diversification et la mondialisation des migrants [Wihtol de Wenden, 2003] et à leur féminisation. Des migrations temporaires, frontalières, circulatoires, pendulaires et des formes de régionalisation s’observent aussi bien entre Est et Ouest, mais aussi entre les PECO [de Tinguy, 2003].

6Ces mouvements migratoires s’accompagnent de la transformation de pays anciennement définis comme pays d’émigration en pays d’immigration : c’est le cas, en Europe méridionale, de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal et, dans une moindre mesure aujourd’hui, en Europe centre-orientale. Les migrants de l’Est se rendent plus visibles dans les pays occidentaux, aussi bien sous des formes de migrations volontaires que forcées. De plus, on assiste à une externalisation des frontières dans l’espace européen. De nouveaux États membres de l’UE deviennent des « pays tampons » [Michalon, 2005], des terres d’accueil par choix ou par dépit. Des migrants « traditionnels » et des réfugiés de l’Est vers l’Ouest, d’une part, des migrants et des réfugiés vers l’Est (moins souvent originaires des pays de l’Est), d’autre part, reconfigurent les nouvelles mobilités en Europe.En effet, des changements structurels survenus dans les pays post-communistes, dans l’ex-Union soviétique, des conflits politiques plus récents comme ceux de l’Afghanistan ou de l’Irak ont accentué les mouvements des réfugiés en Europe Occidentale, mais aussi en Europe Centrale et Orientale.

1.1. Migrations Est/Ouest, migrants de l’Est en France

7Juste après la chute du Mur de Berlin qui a symbolisé la fin du communisme pour les PECO (ainsi que pour ceux de l’ex-Union Soviétique), et qui s’est accompagnée de difficultés économiques prégnantes, les pays occidentaux ont cru au « déferlement de ‘réfugiés de la faim’, qui quitteraient la misère pour se précipiter vers ‘l’Europe de la prospérité’. La réalité s’est montrée beaucoup plus complexe » [de Tinguy, 2003 , p.160]. Il est vrai qu’une grande vague migratoire a eu lieu au début des années 1990, mais elle ne s’est pas transformée en exode massif. La présence des Européens de l’Est, marginale à la fin des années 1980, devient plus visible à partir de 2000 et les réfugiés originaires d’Europe de l’Est voient leur nombre en forte progression. Nous observons également une plus forte proportion d’étudiants originaires d’Europe Centrale et Orientale (en incluant les pays de l’ex-Union Soviétique), dans les universités françaises. En dernier lieu, nous pouvons noter le travail saisonnier comme marqueur de la présence des Européens de l’Est en France. Reste enfin à oublier la présence des personnes venant de l’Est en France qui se trouvent dans une situation irrégulière, mais ce contingent est limité. En France, les migrants est-européens ont des profils différents, mais la plupart bénéficient d’un niveau de formation et de qualification très élevé, ce qui les distingue des autres flux migratoires. Cette spécificité est renforcée par l’absence d’écart selon le genre : les femmes et les hommes ont des niveaux d’études équivalents [de Tinguy, 2002].

1.2. Migrants vers l’Est, migrants en Bulgarie

  • 2  Conjoint de citoyen bulgare ou d’étranger avec une carte de séjour de longue durée ou permanente. (...)
  • 3  Selon des données partielles fournies par le Ministère bulgare du travail et la politique sociale (...)

8À l’est, le processus d’immigration diffère de celui des pays occidentaux. Il est en effet moins important et beaucoup plus récent, devenant plus prononcé à partir de la fin des années 1990. Si, en France, les immigrés représentent 8,1% de la population nationale [Borrel, 2006], en Bulgarie leur proportion avoisine les 1% [Guéorguiev, 2006]. Mais surtout, en Bulgarie, on émigre et immigre simultanément [Krasteva, 2005]. Pendant le régime communiste et malgré la nature fermée et réglementée de la société qui contrôlait la mobilité des Bulgares à l’étranger et des étrangers en Bulgarie, des flux, bien que modestes, existaient. Il s’agissait des mouvements migratoires vers la Turquie des citoyens bulgares d’origine turque, provoqués par la politique assimilationniste de la fin des années 1980, de l’accueil de militants de gauche, originaires des pays voisins (Turquie ou Grèce par exemple) mais également d’ étudiants venant des « pays frères » d’Afrique ou du Moyen-Orient. Une migration de travail s’est mise en place dans les années 1970 avec l’arrivée des travailleurs vietnamiens embauchés dans le secteur du bâtiment. À l’heure actuelle, les Chinois sont la population migrante la plus récente et celle qui augmente le plus rapidement. Des migrants  « de l’Est » sont également présents en Bulgarie et ont une tradition d’installation beaucoup plus ancienne. Il s’agit de Russes, de Macédoniens ou encore d’Arméniens. Les migrants récemment arrivés en Bulgarie sont présentés comme originaires de pays plus faibles économiquement et socialement [Kaltcvhev, 2005)], contrairement aux portraits sociaux des nouveaux migrants en France, parmi lesquels nous retrouvons les réfugiés originaires des pays postcommunistes. Les migrants en Bulgarie circulent ou s’installent - temporairement ou durablement - pour des raisons familiales2 et/ou économiques. Des migrants détenteurs de capitaux économiques, sociaux et éducatifs, hautement qualifiés ou ayant des compétences très spécifiques font également partie de la société bulgare : il s’agit de chefs d’entreprises, de professeurs d’université, de sportifs de haut niveau3 [Tcholakova, 2007].

1.3. De la confusion des politiques migratoires et d’asile dans les deux pays

  • 4  L’OFPRA présente la répartition des demandeurs d’asile ou bien de réfugiés statutaires par origine (...)
  • 5  Les prinicpaux pays de provenance des demandeurs d’asile en 2007 sont : la Serbie : 9,5%, la Turqu (...)

9Les pays d’origine des réfugiés sont différents dans les deux pays étudiés. En France, au 31 décembre 2007, le nombre de personnes placées sous la protection juridique et administrative de l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (OFPRA) est estimé à 130 926 (dont 129 090 réfugiés statutaires et 1836 bénéficiant de la protection subsidiaire) [OFPRA, 2008]. Malgré une baisse amorcée depuis 2004, la France reste en tête des pays européens d’accueil des demandeurs d’asile, juste derrière la Suède. L’Europe4 est le premier continent de provenance des demandeurs d’asile devant l’Afrique et le deuxième pour les réfugiés statutaires, après l’Asie [OFPRA, 2008]5.

  • 6 La convention de Genève de 1951 et le protocole de New York de 1967.
  • 7  Les dix premiers pays de provenance des demandeurs d’asile, par ordre décroissant sont : l’Afghani (...)

10La Bulgarie observe la même tendance de baisse des demandes d’asile que les autres pays européens, notamment la France. L’accueil des réfugiés y est récent et les premiers textes réglementaires en la matière6 ont été ratifiés en 1992 et ont commencé à s’appliquer en 1993. Le nombre de réfugiés statutaires s’élève à 5262, dont 1426 ayant obtenu le statut de réfugié et 3836 la protection subsidiaire7.

11Les politiques migratoires suivent le même esprit sécuritaire de fermeture des frontières en France et en Bulgarie. Mais si, en France, elles semblent clairement définies depuis des années et sont de plus en plus « utilitaristes » depuis les lois Sarkozy et Hortefeux de 2006 et 2007, en ajustant besoins économiques et accueil de migrants, en Bulgarie, comme dans d’autres PECO, elles restent difficilement saisissables dans la pratique. Le principal point de comparaison s’exprime dans le souhait d’harmonisation juridique européenne en matière d’immigration et de lutte contre l’immigration irrégulière, affiché dans les politiques bulgares. Les seuls indicateurs perceptibles de politique locale spécifique se trouvent dans l’ambition de mener une politique dite « ethnique », consistant dans la séduction de migrants d’origine bulgare, venant de Macédoine, Moldavie, Ukraine, Serbie ou encore de Russie. Cette politique est inspirée de celles d’autres PECO, rencontrant des déficits démographiques comparables à celui de la Bulgarie, mais jouissant d’une croissance économique enviablecomme la République Tchèque. Le dernier volet de préconisations en termes de politique migratoire se résume dans la stimulation du retour d’au moins une petite partie des Bulgares ayant émigré depuis la fin du régime (environ un million).

  • 8  Exceptés quelques programmes européens et nationaux, comme par exemple le programme EQUAL, dans la (...)
  • 9  Les termes  de réfugiés primo-arrivants et des réfugiés nouvellement installés sont synonymes dans (...)

12Quant aux politiques d’asile dans les deux pays, elles sont proches juridiquement, mais opèrent différemment dans les faits : la précarisation de la société bulgare, encore en transition économique, est plus forte, et les garanties sociales et professionnelles qui doivent être offertes aux réfugiés sont plus difficiles à mettre en place,ne serait-ce que parce que les acteurs socio-économiques chargés de les faire appliquer éprouvent eux-mêmes cette insécurité sociale et professionnelle. Dans les deux sociétés d’accueil, les politiques migratoires et d’asile entretiennent un certain état de confusion de langage entre l’asile, l’immigration irrégulière et la protection des réfugiés. L’esprit de la Convention de Genève, sur la protection des personnes en recherche de refuge et de protection et d’accueil par un État se voit bafoué par un voile de suspicion généralisée. Si des textes réglementaires concernant l’asile en France et en Bulgarie existent malgré leur contenu discutable, aucun texte spécifique ne trace les lignes d’une attention particulière envers les réfugiés statutaires8. En France, un contrat d’accueil et d’intégration est proposé aux réfugiés statutaires depuis 2003, au même titre que pour les étrangers primo-arrivants [Bisson, 2004]. En Bulgarie, la problématique de l’intégration des réfugiés statutaires est affichée depuis quelques années par l’Agence d’État auprès des réfugiés et un réseau actif d’ONG mais reste difficilement applicable dans les faits. Elle s’adresse en priorité aux réfugiés nouvellement installés, en leur permettant d’accéder à des cours de bulgare et en leur accordant des aides au logement pendant six mois. Les cours sont obligatoires si les réfugiés souhaitent bénéficier des maigres et insuffisantes aides pécuniaires. C’est pourquoi, ils préfèrent accéder directement au marché du travail ou deviennent des réfugiés en transit et quittent le pays pour des destinations leur paraissant plus prometteuses socialement et professionnellement. Pour remplir les objectifs en termes de mesures d’intégration, les dispositifs dévient et proposent des formations professionnelles plutôt aux réfugiés installés depuis plusieurs années en Bulgarie. Les réfugiés primo-arrivants9 en Bulgarie et les réfugiés de l’Est (eux aussi primo-arrivants) en France se voient relégués vers l’espace des étrangers de droit commun. Cette relégation se fait sous des modes différents dans les deux pays et produit des formes d’inscriptions économiques différentes sur les marchés du travail. Les réfugiés en Bulgarie deviennent ainsi plus visibles sur les marchés du travail que les réfugiés en France.

2. Marchés du travail en France et en Bulgarie : contexte structurel pour l’inscription économique des réfugiés

2.1. Précarisation et ethnicisation des marchés du travail en France

13Des transformations structurelles intervenues sur le marché du travail français depuis une trentaine d’années, se traduisent par des ruptures dans les débouchés, par des variations dans la croissance et dans la création d’emplois, [Nicole-Drancourt, Roulleau-Berger, 2001], par la tertiarisation du monde du travail [Maruani, Reynaud, 2001], la pesanteur du chômage de masse, la précarité des relations d’emploi, ainsi que par des rapports de plus en plus aléatoires au travail [Roulleau-Berger, 1999], une précarisation croissante dans l’ordre du travail [Castel, 1995]. Les métamorphoses du marché du travail le rendent de plus en plus fragmenté et segmenté. Cette fragmentation s’exprime par une précarisation du travail, par un effritement [Castel, 1995] de la société salariale, dans la fragilisation des formes d’emploi, l’apparition des emplois dits « atypiques », ainsi que l’exacerbation des modes de travail précaire. La forme la plus stable de l’emploi, à durée indéterminée, ne présente plus la configuration prégnante et hégémonique qu’elle avait, il y a une trentaine d’années. Le travail temporaire, le contrat à durée déterminée, le travail indépendant, le travail au noir, le travail à domicile, les emplois subventionnés et le travail saisonnier constituent ces nouvelles formes d’emploi. Cet éclatement du travail salarié est également visible dans le développement d’un domaine spécifique, les emplois de service faiblement rémunérés, parmi lesquels nous retrouvons les emplois de service aux particuliers. Les transformations du marché du travail se reflètent également dans la démultiplication des dispositifs d’aide à l’insertion professionnelle.

14Si les marchés de l’emploi se recomposent et paraissent de plus en plus fragmentés à travers les formes diverses et discontinues des emplois, un autre phénomène, déjà ancien, est rendu plus visible pour les populations migrantes : la segmentation du marché du travail. De manière générale, les théories de la segmentation du marché du travail mettent en relief l’idée que les économies dans les sociétés occidentales, considérées comme des économies « développées » se caractérisent par l’existence de deux ou plusieurs segments du marché du travail. Les barrières existant entre les segments peuvent empêcher la circulation des personnes entre ces segments ou la rendre moins aisée. De ce fait, l’homogénéisation des conditions d’emploi et de rémunération est plus difficile [Michon, 1994]. La segmentation du marché du travail peut se traduire par la dichotomie entre, d’une part, le cumul des avantages du salariat pour les salariés bénéficiant des contrats les plus « typiques » (à durée indéterminée et si possible à plein temps) et, d’autre part, les autres salariés ayant accès à des formes d’emploi à durée déterminée, souvent intérimaire ou des contrats aidés, et qui sont éloignés d’une présence stable dans l’entreprise. Elle peut se résumer par ailleurs, par une division salariale et symbolique des modes de travail : d’un côté des modes légitimés, et légitimes, avec une main-d'œuvre plutôt qualifiée, bénéficiant d’une rémunération élevée et, d’autre part, des marchés de l’emploi moins légitimés (et peu légitimes), dans lesquels sont inscrits des salariés moins, ou peu, qualifiés et faiblement payés. C’est la raison pour laquelle nous parlons de marchés du travail au pluriel. La réflexion sur la segmentation du marché du travail a trouvé ses premières sources aux États-Unis, au début des années soixante-dix dans les travaux de Michael Piore (1969, 1979) qui développe notamment le concept de double marché du travail. Au-delà de la dualité de cette théorie, ce qui attire plus particulièrement notre attention à travers le concept de segmentation, c’est la problématique des modes de différenciation, d’ethnicisation, voire de discrimination dans l’accès au marché du travail, selon des critères à la fois symboliques et économiques des réfugiés, migrants forcés que l’on retrouvera sur des segments des marchés du travail similaires à ceux des migrants volontaires.

15Les marchés de l’emploi se recomposent et il s’avère que les migrants occupent plus souvent que les nationaux des emplois temporaires. Le taux de chômage des migrants ou des personnes d’origine étrangère est supérieur, parfois de plusieurs points, à celui des nationaux, non-migrants ou d’origine européenne [Tavin, 2005]. Leur accès au marché du travail est plus difficile et quand les migrants travaillent, ils exercent leur activité dans des secteurs moins légitimes et sur des emplois moins qualifiés et plus atypiques que la population nationale [Thave, 2000]. Le processus d’accès à l’emploi paraît hiérarchisé pour les personnes d’origine étrangère. Il entraîne un phénomène de disqualification sociale et professionnelle dans l’emploi, « d’insertions segmentées » en fonction de l’âge, du sexe, des ressources scolaires et de l’origine culturelle ou ethnique [Roulleau-Berger 2004].

  • 10  Le concept d’enclave ethnique fait référence aux travaux d’A. Portes et de ses collaborateurs [Por (...)
  • 11 La notion de niche ethnique fait référence aux travaux de Roger Waldinger (1994) et puise ses sourc (...)

16La plupart des migrants sont des acteurs contraints, par les inégalités structurelles du marché du travail, mais ils peuvent aussi mobiliser certaines ressources sociales, professionnelles ou expérientielles, pour résister à des formes d’assignation dans certaines formes précaires de l’emploi. D’autres concepts, comme celui d’enclave ethnique10ou de niche ethnique11, ont essayé de traduire la réalité d’un marché du travail moins pessimiste, en définissant les migrants comme créateurs d’espaces propres, avec des caractéristiques semblables à celles du marché principal. Ces mêmes migrants sont inscrits dans des réseaux sociaux, peuvent créer des niches, être des entrepreneurs ethniques, échappant de ce fait à une vision dichotomique et souvent misérabiliste. Bien évidemment, nous n’assistons pas toujours à des formes heureuses d’inscription des migrants sur le marché du travail français. L’exil pousse la plupart des réfugiés dans une insécurité et une précarité sociale et professionnelle qu’ils n’avaient pas connues antérieurement.Ils sont souvent invités à s’inscrire dans des secteurs d’activité très éloignés de leur formation initiale et des expériences professionnelles cumulées dans leurs pays d’origine et ainsi composer avec un sentiment de perte de statut, de compétences et de qualifications.

2.2. Transitions démocratiques et économiques de la Bulgarie et transformation des marchés du travail

  • 12 Ces réflexions s’inspirent de L. Roulleau-Berger (dir.) (2006) Nouvelles migrations internationales (...)

17Ces processus sont encore plus complexes en Bulgarie du fait du long chemin de transition démocratique et économique (passage d’une économie planifiée socialiste à une économie de marché) depuis la chute du régime communiste. Plusieurs étapes marquent ces transformations : juste après la chute du régime, les années 1990 et le début des années 2000. D’un pays méconnaissant l’indicateur du chômage pendant la période communiste, la Bulgarie a connu un très fort taux d’inemploi dans les années 1990, mais sa stabilisation, a laissé place à une croissance économique visible dès la fin des années 1990. Comme dans les autres PECO, bien qu’à des rythmes différents, les réformes visant à une stabilisation économique12, les réformes structurelles, la stabilisation financière, monétaire, la libéralisation des prix et du commerce ainsi que la privatisation du secteur public ont participé à la création des marchés du travail. Ils se segmentent et des changements importants se traduisent également dans les formes et les statuts de l’emploi. Nous assistons à une augmentation importante des emplois indépendants, des entrepreneurs, des commerçants, des démarcheurs à leur propre compte, des marchands ambulants et des employés. Comme dans la société française, en Bulgarie, la précarisation salariale s’exprime par l’apparition, ou plutôt l’exacerbation, des formes d’emploi atypiques et des emplois d’accords verbaux. Le nombre d’emplois à durée déterminée, temporaires ou aidés augmente très sensiblement. Mais la caractéristique essentielle du marché du travail bulgare est la forte « informalisation » de l’économie. Ce processus est à mettre en relation avec celui des autres sociétés postcommunistes en transformation, mais « les économies informelles sont l’aspect central de la dynamique économique et sociale de la Bulgarie d’aujourd’hui. Elles sont la chair et le sang sur le squelette abîmé de l’économie officielle » [Tchavdarova, 2001, p. 14]. La présence d’activités dans les réseaux informels puise ses sources dans le passé de la période communiste et des chercheurs la définissent comme la deuxième économie. En revanche la construction de multiples réseaux, qui provoquent la naissance et consolident un type spécifique de marché dans les sociétés postcommunistes en général et en particulier en Bulgarie, ne ressemble pas à l’exemple occidental des activités dans l’économie informelle. Le processus de fragmentation du marché du travail présente des spécificités nationales, régionales et locales qui reflètent les différences en termes historiques, politiques et juridiques des pays, notamment dans les PECO. En Bulgarie, le déclin du plein emploi, accompagné de l’augmentation drastique de la pauvreté a rendu l’emploi flexible par dépit. À la différence des formes d’emploi flexibles de l’Occident, du fait des tendances limitées de la décentralisation et la globalisation de l’économie, en Bulgarie, les formes flexibles sont issues de la désintégration économique et du besoin de survie, dans la vie de tous les jours et dans les activités économiques. De plus, cette flexibilisation des emplois est modestement encadrée par des cadres juridiques et la réglementation reste encore rigide en termes de relations de travail et d’embauche Le travail dans les secteurs informels du marché du travail s’est imposé comme une stratégie économique individuelle [Tchavdarova, 2001]. Toutes ces transformations rendent le marché du travail bulgare précaire, mais cette insécurité apparente lui donne des contours très plastiques.

  • 13 Le terme de compétences est envisagé comme « la capacité à reconnaître la pluralité des champs norm (...)

18Et si, en France, la précarisation touche davantage la population migrante, dans laquelle nous englobons également les réfugiés, en Bulgarie elle concerne les personnes disposant d’un faible niveau scolaire ou de formation professionnelle, les jeunes, les personnes proches de la retraite ainsi que les personnes faisant partie des « minorités ethniques bulgares » [Vladimirova, 2003] mais absolument pas les migrants économiques. En Bulgarie, ces derniers ont un taux d’activité supérieur à celui de la population bulgare [BHK, 2006] et créent des emplois, le plus souvent dans les secteurs du commerce, de la restauration, du bâtiment, et depuis peu, dans le care work. Des Bulgares, des migrants économiques et des réfugiés sont employés par des migrants provenant des pays du Moyen-Orient et parfois du Maghreb. La plasticité du marché du travail bulgare permet une inscription économique rapide des réfugiés. Leur visibilité, plus forte sur le marché du travail bulgare qu’en France, ne signifie toutefois pas automatiquement une traduction réelle de leurs compétences13 et qualifications de départ.

3. Figures de carrières14 professionnelles des réfugiés

3.1. Les réfugiés en Bulgarie : transition sociétale et inclinaison vers les enclaves ethniques

  • 14 Nous nous référons ici au concept de carrière à la fois au sens de Goffman et à celui d’Hughes, en (...)

19Les parcours migratoires et le déroulement des carrières professionnelles des réfugiés installés depuis longtemps en Bulgarie et de ceux nouvellement arrivés prennent des expressions différentes. La plupart des réfugiés travaillent et sont employés par des migrants installés depuis de nombreuses années dans le pays, souvent sans contrat et en majorité dans le secteur commercial, des services ou dans celui du bâtiment et des travaux publics. Les réfugiés originaires de pays africains, quelle que soit leur durée de séjour en Bulgarie, se voient proposer régulièrement des emplois de figurants dans des films américains tournés dans les studios bulgares à proximité de Sofia. Cela leur assure, ne serait-ce qu’occasionnellement, un revenu bien supérieur à leur salaire ou rémunération dans des emplois non déclarés et sous-payés. Une petite partie travaille sous des statuts proches des contrats aidés en France dans le domaine du nettoyage industriel et public. D’autres ont des activités de traducteurs dans des associations, des organisations non gouvernementales ou pour l’Agence auprès des réfugiés, où ils sont rémunérés comme vacataires ou sont même parfois bénévoles, en attente de contrat stable. Nous rencontrons également des réfugiés en formation, souvent très éloignée de leur niveau de formation professionnelle initiale, dans les domaines de la restauration, de la couture ou de la coiffure, tout en sachant que cela ne leur servira pas. Ils n’acceptent ces formations que pour avoir accès à des aides financières ou à la protection sociale, accès auquel ils n’ont pas droit en travaillant sans contrat. Ainsi, il arrive qu’ils cumulent un ou plusieurs emplois tout en suivant une formation professionnelle. Le système bulgare de protection sociale fait que beaucoup de réfugiés ne sont pas inscrits comme demandeurs d’emploi, ne reçoivent aucune aide étatique ou associative. Ils doivent alors mettre en œuvre leur art de la débrouille informelle [Tcholakova, 2006], mobiliser et combiner des ressources identitaires, sociales et communautaires.

  • 15 L’utilisation du concept de ressources est liée aux notions de rôles, de répertoires de rôles [Hann (...)

20Ce sont surtout des migrants économiques qui emploient les réfugiés. Les secteurs du commerce, des services ou du bâtiment sont les secteurs professionnels de prédilection des hommes. Les femmes sont plutôt employées dans le care work : elles gardent les enfants des familles de migrants aisés, donnent des cours de langue (arabe ou français) ou bien font des ménages chez des personnes de leur communauté d’origine. Ce qui différencie les femmes réfugiées en Bulgarie des hommes est qu’elles sont moins nombreuses et que leur parcours d’exil prend souvent une forme familiale. Elles sont aussi très engagées dans des activités associatives : malgré leur précarité professionnelle et pour beaucoup sociale, elles mobilisent leurs ressources15 expérientielles et communicatives [Pollak, 2000] et viennent en aide aux plus démunis (enfants, femmes ou hommes, réfugiés ou bulgares en grande difficulté économique). Elles recueillent les aides des associations ou mobilisent leurs propres réseaux communautaires, distribuent des colis alimentaires, des vêtements tout en prêtant une oreille attentive à des personnes que l’exil ou la difficile transition économique de la Bulgarie ont laissées en dehors du système de protection sociale et d’emploi garanti qui régnait durant le régime communiste. Elles organisent des fêtes nationales pour différentes communautés de migrants présentes en Bulgarie, des excursions, en lien ou non avec les réseaux des organisations non gouvernementales, s’occupent des réfugiés et des migrants. Si l’engagement humanitaire et humain les caractérise souvent, leurs carrières professionnelles demeurent discontinues, portant les traces de la rupture du statut social et professionnel d’avant l’exil, aussi bien pour les femmes installées depuis longtemps que pour les primo-arrivantes avec leur famille.

21Il en est de même pour les hommes. Leurs carrières professionnelles sont également discontinues, rarement cumulatives et prennent le plus souvent la dimension d’enclaves ethniques dans lesquelles les anciennes compétences ou qualifications professionnelles sont rarement traduites [Roulleau-Berger, 1999]. Les réfugiés éprouvent alors parfois un sentiment de dilemme de statut [Hughes, 1996]. Les écarts entre identité sociale réelle et identité sociale virtuelle [Goffman, 1975] se creusent, malgré la faible protection linguistique des enclaves ethniques, puisque la société d’accueil ne reconnaît pas leurs compétences et qualifications d’avant l’exil et les relègue vers des segments des marchés du travail demandeurs de main-d’œuvre, mais éloignés de leur formation initiale ou expériences professionnelles, segments de faible légitimité, majoritairement informels. Ceci concerne les trois figures de réfugiés de Bulgarie : réfugiés « anciens étudiants », réfugiés « classiques » et « primo-arrivants ou en transit », mais de façon un peu plus nuancée pour le dernier type [Tcholakova, 2007].

22Les réfugiés anciens étudiants sont originaires d’Irak, d’Iran, de Zambie, du Niger, du Cameroun, etc. et sont arrivés en Bulgarie dans le cadre des accords bilatéraux entre pays socialistes pendant la période communiste. Ils ont suivi des études supérieures en médecine, pharmacie, philologie ou philosophie, ou à la Polytechnique, en bénéficiant des bourses d’études gouvernementales, qu’ils ont perdues avec la chute du régime, avec souvent aussi leur titre de séjour. Nombreux sont ceux qui se sont retrouvés sans papiers, sans protection sociale... et ont vécu ainsi pendant des années. La situation de leur pays d’origine devenant trouble, leur retour s’est avéré impossible et ils ont demandé l’asile politique en Bulgarie. D’étudiants, ils sont devenus réfugiés. C’est la figure la plus complexe, voire paradoxale. Contrairement aux réfugiés primo-arrivants, ils n’éprouvent pas le sentiment d’insécurité linguistique [Cammarota, 2001]. Malgré une parfaite maîtrise de la langue du pays d’accueil, un niveau d’études élevé et de très nombreuses expériences professionnelles, leurs carrières professionnelles sont éloignées de leur formation universitaire initiale. Ils ont recours, le plus souvent, aux ressources de la communauté d’origine ou bien aux enclaves ethniques des migrants économiques. Ce sont également ceux qui vivent de manière la plus prononcée la disqualification professionnelle et ont le sentiment profond de perte, de non-traduction de leurs compétences et qualifications [Roulleau-Berger, 1999]. Des philosophes, des ingénieurs de formation travaillent dans le secteur du commerce, des services, du bâtiment, de la restauration. Ils peuvent cumuler des emplois de traducteurs, d’agents de sécurité et employés de commerce. Avec l’entrée de la Bulgarie dans l’UE, certains partent travailler dans des pays voisins comme la Grèce, ou plus lointains comme l’Allemagne ou l’Angleterre, d’autres vont jusqu’en Nouvelle-Zélande. Les attaches familiales et affectives en font revenir certains, d’autres se heurtent aux difficultés des marchés du travail à l’Ouest et reviennent, réessayent et reviennent, mais d’autres ne reviennent pas. Cette figure de carrière est masculine, porteuse du stigmate de la différence d’origine ethnique et éprouve un sentiment de racisme, plus que de discrimination au quotidien ; ces migrants travaillent davantage en mobilisant les ressources des enclaves ethniques.

23Les réfugiés « classiques », quant à eux sont des hommes et des femmes installés en Bulgarie depuis peu ou depuis le milieu des années 1990. Ils sont originaires d’Afghanistan, du Liban, d’Irak, d’Iran, d’Algérie, etc. Certains sont faiblement dotés scolairement, d’autres fortement au contraire et ont eu de très diverses expériences professionnelles dans leur pays d’origine : chefs d’entreprise, commerçants, instituteurs, coiffeurs, militaires de carrière. Comme dans la figure précédente, eux aussi éprouvent des difficultés d’accès au marché du travail bulgare dans des secteurs d’activité proches de ceux qu’ils occupaient dans leur pays d’origine. Les anciens commerçants ou chefs d’entreprise ont tenté d’exercer les mêmes activités en Bulgarie, notamment dans le domaine du textile, mais la situation économique très instable des années 1990 les a poussés à fermer leurs commerces. Aujourd’hui on les retrouve soit au chômage (mais rarement déclarés comme chômeurs), soit inscrits dans des programmes « d’intégration » professionnelle proposés par des institutions spécifiques d’aide aux réfugiés. Ils effectuent des formations professionnelles ponctuelles, parfois rémunérées, mais qui ne leur permettent pas d’accéder par la suite au marché du travail ou en tous cas pas aux secteurs d’activité en lien avec ces formations. C’est dans cette figure que nous retrouvons les femmes engagées décrites plus haut, et les familles, les deux autres figures étant masculines.

24Enfin les réfugiés « primo-arrivants » ou « en transit » originaires, de Somalie, d’Éthiopie, d’Irak, d’Iran, de Syrie, d’Afghanistan, de Turquie… sont moins diplômés et moins qualifiés que les précédents, exceptés les Irakiens nouvellement arrivés en Bulgarie (souvent en famille). Ils choisissent et définissent très souvent le pays comme un espace de transit. Leurs carrières professionnelles en Bulgarie sont courtes, mais visibles, et ceci malgré les nombreux non-dits caractérisant leurs récits. Ce sont surtout les acteurs socioprofessionnels qui parlent d’eux, non sans une tentative d’amputation de nouvelle identité, voire de stigmatisation, en les qualifiant de « faux réfugiés ». Ils refusent souvent de suivre les cours de langue obligatoires pour faire partie du plan national d’intégration. Mais ces barrières linguistiques sont souvent utilisées plus ou moins consciemment par les acteurs socioprofessionnels pour masquer d’autres compétences [Cammarota, 2001] professionnelles, sociales, expérientielles et communicatives des réfugiés.

25Les récits recueillis auprès des réfugiés dévoilent qu’ils travaillent toujours dans l’économie dite informelle, dans le secteur du bâtiment et des travaux publics ou comme manutentionnaires ou employés de commerce, non déclarés et rémunérés très faiblement. Ils éprouvent un fort sentiment d’insécurité linguistique, ce qui les pousse à se tourner d’emblée vers des enclaves ethniques. Mais ils nous confient ne pas souhaiter mobiliser leurs ressources autrement que dans la construction de leur projet migratoire à long terme, en quittant le pays pour un autre. C’est dans cet Autre pays qu’ils pensent pouvoir et désirent envisager leurs inscriptions sociales et économiques plus stables. Cette figure est essentiellement masculine, très peu demandeuse d’aides institutionnelles et se définit comme lucide face aux formes de dominations complexes, dominations économiques et structurelles du pays, poussant les citoyens bulgares à des pluriactivités économiques [Roulleau-Berger, 2007] et laissant peu de place à des engagements envers les réfugiés. L’Autre - le réfugié - peut difficilement être reconnu, en termes sociaux et professionnels, quand le Proche - l’autochtone - éprouve lui-même des difficultés de non-reconnaissance ou de reconnaissance dépréciative [Honneth, 2000].

3.2. Les réfugiés en France : « traduction »16 ou « invisibilisation » des compétences

  • 16 Ce titre est très proche de ce que Laurence Roulleau-Berger développe dans ses travaux. La traducti (...)

26Le contexte français ne permet pas la construction des mêmes typologies analytiques. En effet, l’ancienneté de l’expérience française en termes d’accueil des réfugiés politiques s’oppose à la récente histoire de l’accueil et de « l’intégration » en Bulgarie. Au-delà des divergences en termes de nationalité, de spécificités des marchés du travail ou de politiques migratoires opérantes, les carrières des réfugiés en France sont caractérisées par l’inexistence de système d’équivalence des diplômes, la non-reconnaissance des qualifications et des compétences ainsi que l’orientation des réfugiés vers des secteurs spécifiques (définis comme demandeurs) du marché du travail. Pour les hommes, il s’agit essentiellement du domaine du bâtiment et des travaux publics et de la sécurité des entreprises ; pour les femmes, de celui de la restauration, des services aux particuliers ou bien du domaine médical et paramédical (aide-soignant, auxiliaire de vie). La majorité des réfugiés doivent envisager leur carrière professionnelle d’abord par un accès à une formation professionnelle, qualifiante ou pré-qualifiante. Contrairement à la Bulgarie, ces formations suivies débouchent plus souvent sur des emplois en rapport avec elles. En ce qui concerne les réfugiés originaires des pays post-communistes, qui représentent la plus grande partie des réfugiés primo-arrivants en France, il s’agit en priorité d’un accès à la formation linguistique et d’une orientation vers des entreprises d’insertion. À partir de ce constat, nous pouvons émettre l’hypothèse que la formation professionnelle ou/et linguistique est un espace provisoire, de passage pour les réfugiés dans leur carrière professionnelle. Les formations proposées correspondent plutôt aux « réalités » du marché du travail et aux secteurs demandeurs de main-d’œuvre qu’à la formation initiale des réfugiés.

27Si les figures des réfugiés en Bulgarie étaient surtout des figures masculines, en France, nous rencontrons plutôt des figures familiales. Une exception peut être faite toutefois pour les hommes originaires d’Afrique subsaharienne qui viennent seuls la plupart du temps, maîtrisent la langue française, accèdent à l’emploi en utilisant leurs réseaux de compatriotes et en mobilisant leur ressources de communication et de solidarité communautaire. S’ils accèdent plus facilement à l’emploi que les réfugiés originaires des pays postcommunistes, nous les retrouvons dans des secteurs d’activité éloignés de leur formation initiale : des enseignants, des commerçants ou techniciens supérieurs travaillent comme agents de sécurité, agents de nettoyage industriel ou dans les transports en commun, souvent en contrat aidé.

28Il existe au moins trois particularités relatives aux insertions économiques des réfugiés, originaires des pays post-communistes. Tout d’abord, ils sont réfugiés, porteurs de toutes les spécificités de l’exil. Deuxièmement, ils sont globalement très diplômés et qualifiés et troisièmement, leur carrière professionnelle débute pour la majorité d’entre eux par un processus d’accès vers une formation professionnelle et linguistique, avant un accès à l’emploi. On trouve parmi eux des citoyens de Russie (des Tchétchènes), des Kazakhs, des Arméniens, des Géorgiens, des Azéris, des Bosniaques, etc. Ils sont médecins généralistes, infirmiers, ingénieurs, techniciens supérieurs, photographes, comptables, professeurs, avec une longue carrière dans l’enseignement secondaire, certains dans l’enseignement supérieur. Le sentiment de perte de statuts professionnel et social en France s’exprime très fortement chez eux. On trouve aussi des commerçants, des mécaniciens, des charpentiers, des chauffeurs, des coiffeurs, des menuisiers, des fermiers, des fleuristes, , certains de formation, mais d’autres le sont devenus après la chute des régimes communistes.

29Beaucoup de réfugiés mentionnent l’importance des formes de solidarité dans le déroulement de leurs carrières professionnelles, tant dans leur pays d’origine qu’en France. Ces trajectoires comprennent parfois des périodes de non-emploi ou de travail non rémunéré. Dans le pays de départ, des transformations sociétales poussent les migrants potentiels à composer avec d’autres compétences professionnelles que celles liées uniquement à leur formation initiale. La plupart d’entre eux s’engagent ensuite dans un processus de traduction des compétences acquises, développées, composées, dans le pays d’origine, sur les routes migratoires, (Roulleau-Berger, 2004) et pour quelques-uns d’entre eux ici en France, dans des formes de travail « au noir ». Ces modalités d’inscription économique s’accompagnent de situations de disqualification sociale et professionnelle et d’insécurité linguistique.

30À la différence des réfugiés primo-arrivants en Bulgarie, les carrières des réfugiés originaires des pays post-communistes en France s’inscrivent peu dans des enclaves ethniques, excepté pour les Bosniaques récemment arrivés. Souvent employés par des entrepreneurs migrants dans le bâtiment, ils doivent alors composer avec les acteurs socio-économiques participant à leur socialisation professionnelle. Ils sont pris alors dans une construction sociale de l’aide aux réfugiés, dans laquelle la création institutionnelle de leur projet prend une place importante. Celle-ci procède par traduction et/ou invisibilisation de leurs compétences, de leurs qualifications professionnelles, de leurs ressources de différentes natures. Le déroulement de la carrière des réfugiés dépend en grande partie de cette conciliation difficile, de la possibilité d’accepter les normes institutionnelles (proposées ou imposées) d’un projet professionnel « réaliste », correspondant aux besoins du marché du travail français et à la réalité de l’offre de logement.

  • 17  « C’est le destin de ces individus placés en porte-à-faux dans cette conjoncture où la liberté leu (...)

31L’engagement des acteurs socioprofessionnels a un rôle très important dans le déroulement de la carrière des migrants, qu’ils soutiennent dans un processus d’autonomisation. La reconnaissance des compétences et qualifications revendiquées par les réfugiés (ou son déni) se lisent dans la définition institutionnelle de la réalité sociale et professionnelle en France. Les réfugiés oscillent entre la résignation à cette image de la réalité proposée, enseignée, expliquée par les différents acteurs et le désir de ne pas y participer, d’y échapper. Il s’agit de cette expression troublante du double-bind au travail17 [Castel, 1995]. Pour de nombreux acteurs socio-économiques, le travail devient non seulement source « d’autonomisation sociale », mais un « gage d’insertion ». La norme d’un parcours professionnel « réaliste » se construit par paliers : accepter un premier emploi, peu importe sa légitimité ou sa proximité avec la formation initiale, pour accéder plus tard à un autre emploi, plus proche des attentes de la personne. Cette rencontre entre les réfugiés et les acteurs socio-économiques, voire les employeurs potentiels est ressentie par la majorité comme une tentative d’imposition non seulement de normes mais également d’une nouvelle identité. Cette « croisade morale » [Becker, 1985], peut s’exprimer dans l’idée partagée par la plupart des acteurs socio-économiques que les réfugiés doivent s’engager en acceptant les formations proposées, mais également à travers un processus de non-reconnaissance ou de fausse reconnaissance de leurs compétences et qualifications [Roulleau-Berger, 1999].

32On peut noter que l’insécurité linguistique éprouvée par une majorité de réfugiés originaires des pays post-communistes peut être utilisée plus ou moins consciemment par les acteurs socio-économiques pour invisibiliser certaines compétences professionnelles et sociales des réfugiés. C’est le cas des Bulgares en France. Certains acteurs les poussent à sélectionner chez eux des ressources expérientielles, se rapprochant du domaine des savoir-faire pratiques : peinture, musique, couture, broderie, ménages, cuisine, pour les femmes, et pour les hommes, peinture industrielle, expériences en bricolage, en construction ou tout ce qui nécessite l’usage de la force corporelle.

33Les carrières professionnelles des réfugiés évoluent différemment, selon qu’ils ont pu ou non travailler en France pendant la période de l’attente du statut de réfugié politique. Les réfugiés très diplômés et qualifiés qui n’ont pas eu d’expériences professionnelles s’éloignant de leur formation initiale, dans des secteurs d’activités disqualifiants ou considérés comme tels, développent une carrière professionnelle plus lente et discontinue. L’engagement des acteurs socio-économiques s’avère ici également un facteur très important. En effet, les réfugiés moins diplômés, ayant déjà mobilisé des ressources expérientielles, ayant déjà été inscrits dans des secteurs d’activité et/ou des sphères économiques peu légitimes, accèdent plus facilement à l’emploi, en mobilisant très fortement des ressources relationnelles, communicatives et expérientielles.

Conclusion : des carrières plus « installées » aux « sédentarités en mouvement »

34En France comme en Bulgarie, les réfugiés ont des parcours professionnels et migratoires très diversifiés et accèdent au marché du travail selon des trajectoires multiples. Ce qui les unit est toutefois l’écart entre ce qu’ils détiennent et revendiquent comme compétences multiples et leur réelle traduction (ou non) dans les sociétés d’accueil, . En outre, leur insertion économique s’avère plus ou moins visible. En effet, les marchés du travail sont segmentés et fragmentés et nous assistons à une ethnostratification de certains secteurs, notamment en France. Le contexte socio-économique français est placé sous le signe de la précarisation ; la Bulgarie connait encore aujourd’hui les difficultés de la transition post-socialiste vers l’économie libérale. Mais le marché du travail bulgare s’avère plus plastique et les réfugiés développent des carrières professionnelles rapides, quel que soit le degré de proximité avec leur formation initiale et les formes d’inscriptions économiques d’avant l’exil.

  • 18 Parmi lesquels : contexte migratoire et des marchés du travail, âge, sexe, âge d’arrivée dans les p (...)
  • 19 Parmi lesquels : les manières dont se construisent les engagements des acteurs socio-économiques à (...)

35Des éléments objectifs18 et d’autres plus subjectifs19 s’ajoutent à ces effets structurels, et participent au déroulement de leur carrière professionnelle. Tous composent les carrières professionnelles des réfugiés, permettant ou non la réconciliation des écarts identitaires (souvent exprimée) et la lutte pour leur reconnaissance.

36La mobilisation des ressources diffère dans ces deux contextes. Si, en France, le sentiment d’insécurité linguistiquedes réfugiés est défini et vécu avec force, leurs carrières professionnelles s’inscrivent davantage en lien avec l’engagement des acteurs socio-économiques. Ils se tournent très rarement vers les enclaves ethniques, mais en règle générale s’inscrivent dans des secteurs d’activité éloignés de leur formation d’origine. En Bulgarie, nous assistons à des formes de domination visibles et invisibles plus complexes, caractéristiques des sociétés en mutation plus instables. Les acteurs socio-économiques sont moins engagés envers les réfugiés puisqu’ils vivent eux-mêmes parfois également ces dominations structurelles . Ainsi, certains occupent plusieurs emplois (travailleur social auprès des réfugiés, tâche mal payée, et employé de commerce). C’est pourquoi les réfugiés revendiquent moins d’aides, moins d’engagement et se tournent davantage, voire exclusivement, vers les enclaves ethniques où ils sont des employés de commerce, de restauration ou travaillent dans le bâtiment. Ils définissent très souvent la société bulgare comme une société de transit.

37Les formes mêmes des mobilités de ces migrants forcés elles aussi divergent.. Plus une société propose des garanties sociales et économiques, plus les migrants s’installent. Dans ce sens, les réfugiés conçoivent aussi leur carrière professionnelle, bien que discontinue, de manière plus « sédentarisée ». À l’inverse, plus une société éprouve des difficultés à reconnaître ses citoyens et les migrants qui la composent, plus ceux-ci entreprennent des routes transnationales , situation fréquente chez les réfugiés en Bulgarie. Nous pourrions ainsi formuler l’hypothèse que les réfugiés en Bulgarie vivent des « sédentarités en mouvement » relatives à leurs projets migratoires, mais aussi à leurs carrières professionnelles, tout en ayant une plus grande visibilisation économique. Au contraire, les réfugiés en France développent des carrières plus lentes et « installées », mais sont moins visibles dans le marché du travail.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

BHK (Balgarski Helzinski Komitet) (2006), Izsledvane na pravata na migrantite v Balgaria, finalen doklad, Sofia (novembre).

BECKER H. (1985), Outsiders.Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

BISSON A. (2004), Le contrat d’accueil et d’intégration, Regards sur l’actualité (Immigration, intégration), La documentation française, n° 299, (mars), pp. 41-51.

BORREL C. (2006), Enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005. Près de 5 millions d’immigrés à la mi-2004, INSEE Première, n° 1098 (août).

CAMMAROTA J. J. (2001), « Barrière linguistique et d’évaluation des compétences dans l’emploi des immigrés hispaniques dans la restauration rapide aux États-Unis », in L. Roulleau-Berger, M. Gauthier (dir.), Les jeunes et l’emploi dans les villes d’Europe et d’Amérique du Nord, Paris, Éditions de l’Aube.

CASTEL R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Éditions Fayard.

DAB (Darjavna Agencia za Bejanci) (2008), Informacia za licata potarseli zakrila i vzeti rechenia za perioda 01.01.1993 – 31.01.2008, Sofia.

DE TINGUY A. (2002), « L’ouverture du rideau de fer : la France peu concernée », in Immigration, marché du travail, intégration, Rapport du commissariat général du plan, Rapport du séminaire, présidé par François Héran, pp. 195-202.

DE TINGUY A. (2003), Europe de l’Est : quelles migrations après l’élargissement ?”,Esprit (L’Europe face aux migrations), n °12, (décembre), pp. 159-169.

GOFFMAN E. (1968), Asiles. Études sur la construction sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit.

GOFFMAN E. (1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit

GUEORGUIEV J. (2006), Obshtestvenite naglasi kum inigrantskite obshnosti v Bulgaria. – Bulgarskite imigratzionni praktiki v konteksta na formiraneto na obshtoevropeiska imigratzionna politika, Sofia, 24.10.2006.

HANNERZ U. (1983), Explorer la ville. Éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Éditions de Minuit.

HONNETH A. (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

HUGHES E. C. (1996), Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

KALTCVHEV J. (2005), « Vachnata grancia na naselenieto – tendencii i strukturi”, in Evropeiskoto badechte na Balgaria i razvitieto na naselenieto, Centar za izsledvane na naselenito pri BAN, Nauchna Konferencia, Sofia, 26 mai 2005.

KRASTEVA A. (dir.), (2005), Imigraciata v Balgaria, Sofia, IMIR.

LEPETIT B. (1995) Les formes de l’expérience, Paris, Éditions Albin Michel.

MARUANI M., REYNAUD E. (2001), Sociologie de l’emploi, Paris, Éditions La Découverte et Syros, coll. Repères.

MICHALON B. (2005), Dynamiques frontalières et nouvelles migrations internationales en Roumanie, Revue d’études comparatives Est-Ouest (Les nouvelles frontières européennes à l’Est), vol. 36, n° 3, (septembre), Paris, Éditions Armand Colin, pp. 43-69.

MICHON F. (1994), « Les grands paradigmes de l’économie du travail. La découverte du fonctionnement inégalitaire du marché du travail », in M. Lallement (dir), Travail et emploi : le temps des métamorphoses, Paris, Éditions L’Harmattan.

NICOLE-DRANCOURT C., ROULLEAU-BERGER L. (2001),  Les jeunes et le travail, 1950-2000, Paris, Éditions PUF.

OFPRA (2008), Rapport d’activité 2007, Paris.

PIORE M.J. (1969), “On-the-Job Training in the Dual Labour Market ; Public and Private Responsibilities in on-the-Job Training of Disadvantaged Workers”, in A.R. Weber (éd), Public and Private Manpower Politicises, Madison, Wisconsin.

PIORE M. J. (1979), Birds of Passage, Migrants Labour and Industrial Societies, Cambridge, Cambridge University Press.

POLLAK M. (2000), L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, ÉditionsMétailié.

PORTES A. (1999), La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, n °1, pp. 15-25.

PORTES A. et JENSEN L. (1987), What’s an Ethnic Enclave ? The Case for Conceptual Clarify, American Sociological Review, n° 52, pp. 768-771.

PORTES A. et ZHOU M. (1993), The New Second Generation : Segmented Assimilation and its Variants among Post-1965 Immigrant Youth, Annals of the American Academy of Political and Social Sciences, n° 535, pp.74-96.

REA A., TRIPIER M. (2003), Sociologie de l’immigration, Paris, Éditions La Découverte, coll. Repères.

ROULLEAU-BERGER L. (1999), Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, La Tour d’Aigues, Édition de l’Aube.

ROULLEAU-BERGER L., (2004) « Insertions segmentées, travail des femmes immigrantes et leurs filles », in Femmes d’origine étrangère. Travail, accès à l’emploi, discrimination de genre, Paris, La Documentation française

ROULLEAU-BERGER L. (dir.) (2006),Nouvelles migrations internationales, genre et travail : inscriptions économiques, discriminations et histoires de femmes d’Afrique subsaharienne, de Chine continentale, d’Europe de l’Est et du Maghreb, Rapport remis à la DARES en 2006.

ROULLEAU-BERGER L. (2007), « Circulations transnationales et pluralité des carrières de travail de femmes chinoises en France », in L. Roulleau-Berger (dir.), Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. Socio-logiques, pp. 179-206.

TAVIN C. (2005), Les immigrés en France : une situation qui évolue, INSEE Première, (septembre), n° 1042.

TCHAVDAROVA T. (2001), Neformalnata ikonomika, Sofia, Lik.

TCHOLAKOVA A. (2006), « Bejanci i pazar na truda », in A. Krasteva (dir.), Figurite na bejaneca, Sofia, NUB, pp. 69-95.

TCHOLAKOVA A. (2007), Nouvelles circulations migratoires et figures de réfugiés en Bulgarie, Hommes & Migrations (Nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée), n° 1266, (mars-avril).

THAVE S. (2000), L’emploi des immigrés en 1999, cellule statistique et études sur l’immigration, INSEE Première, n° 717.

VLADIMIROVA K. (2003), « Les politiques de l’emploi en Europe de l’Est : politiques de deux transitions », Communication au Colloque Emploi, cohésion sociale, mondialisation, NTIC, Shanghai 11-13 septembre 2003.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

WALDINGER R. (1994), The making of an Immigrant Niche, International Migration Review, vol. 28, n° 1, pp. 3-30.
DOI : 10.2307/2547023

WIHTOL de WENDEN C., (2003) Penser la mobilité, Esprit (L’Europe face aux migrations), n° 300, (décembre), pp. 78-79.

Haut de page

Notes

1  Les idées développées dans cet article se basent sur le travail de thèse en cours « Accès à l’emploi et processus de remaniement identitaire des réfugiés politiques. Approche comparative France-Bulgarie» qui s’effectue en co-tutelle entre l’Université Lumière Lyon 2 et la Nouvelle Université Bulgare. Le dispositif méthodologique de cette recherche comporte deux approches analytiques : qualitative et quantitative. La première mobilise des entretiens biographiques avec des réfugiés, originaires de différents pays, ayant entre 18 et 65 ans, des entretiens avec des acteurs socio-économiques, ayant un rôle dans la socialisation professionnelle des réfugiés et des observations de situations d’interactions entre des réfugiés et ces différents acteurs socio-économiques. L’approche quantitative porte sur une analyse de données statistiques des politiques migratoires et des marchés du travail français et bulgare. 140 entretiens ont été réalisés dans les deux contextes, avec des réfugiés et des acteurs socio-économiques, ainsi que des observations et des analyses de données quantitatives.

2  Conjoint de citoyen bulgare ou d’étranger avec une carte de séjour de longue durée ou permanente.

3  Selon des données partielles fournies par le Ministère bulgare du travail et la politique sociale portant sur la nature des autorisations de travail accordées aux étrangers en Bulgarie, entre janvier 2000 et décembre 2005.

4  L’OFPRA présente la répartition des demandeurs d’asile ou bien de réfugiés statutaires par origines géographiques (continents géographiques). Les données relatives au continent européen incluent la Turquie.

5  Les prinicpaux pays de provenance des demandeurs d’asile en 2007 sont : la Serbie : 9,5%, la Turquie : 8,6%, la Russie : 8,4%, le Sri Lanka : 7,8 %, la République Démocratique du Congo : 7,6%, l'Arménie : 6,3%, la Chine : 5,3%, le Bangladesh : 3,9%, l'Algérie : 3,6%, le Congo : 3,5%, Autres pays : 35,7% [OFPRA, 2008].

6 La convention de Genève de 1951 et le protocole de New York de 1967.

7  Les dix premiers pays de provenance des demandeurs d’asile, par ordre décroissant sont : l’Afghanistan, l’Irak, l’Arménie, l’Iran, la Serbie et Monténégro, les apatrides, le Niger, l’Algérie, la Turquie et le Bangladesh [DAB, 2008].

8  Exceptés quelques programmes européens et nationaux, comme par exemple le programme EQUAL, dans la lignée duquel s’inscrit le programme ACCEL’AIR, piloté par l’association lyonnaise Forum Réfugiés, ainsi que le dispositif CERF de l’association France Terre d’Asile. Dans le cadre du contrat d’accueil et d’intégration, les réfugiés peuvent bénéficier d’une formation civique et linguistique. La dernière est très souvent jugée insuffisante par les réfugiés ne maîtrisant pas le français.

9  Les termes  de réfugiés primo-arrivants et des réfugiés nouvellement installés sont synonymes dans le texte. Celui d’étrangers de droit commun désigne tous les autres étrangers présents dans les deux sociétés d’accueil, sauf les réfugiés.

10  Le concept d’enclave ethnique fait référence aux travaux d’A. Portes et de ses collaborateurs [Portes et Jensen, 1987 et Portes et Zhou, 1993] et s’inscrit dans la théorie de la segmentation du marché du travail. Les réseaux ethniques « ne sont pas seulement un intermédiaire lors de l’installation, ils deviennent une ressource dans un marché du travail où les opportunités sont inégalement réparties. L’enclave ethnique se caractérise par une concentration spatiale d’un groupe d’immigrants et par une stratification interne au groupe ethnique. Alors que l’ethnic business offre des biens et des services aux personnes du même groupe ethnique, l’enclave ethnique peut se spécialiser dans un type d’activité économique qui s’adresse à tous.» [Réa, Tripier, 2003, p.45].

11 La notion de niche ethnique fait référence aux travaux de Roger Waldinger (1994) et puise ses sources dans une critique faite à celle d’enclave ethnique et, plus particulièrement, en détournant les définitions ethniques par l’origine nationale. Waldinger parle de « division ethnique du travail » ainsi que de « concentrations » économiques ethniques. C’est justement l’approche des mécanismes de recrutement qui lui permet d’expliquer cette « concentration ethnique » sur le marché du travail. [Réa, Tripier 2003]. La notion de niche ethnique définit un groupe, une minorité, un secteur s’y référant quand, par rapport au volume total de l’emploi, ces derniers paraissent surreprésentés de plus de 50 % (par rapport à leur propre poids dans la population totale active).

12 Ces réflexions s’inspirent de L. Roulleau-Berger (dir.) (2006) Nouvelles migrations internationales, genre et travail : inscriptions économiques, discriminations et histoires de femmes d’Afrique subsaharienne, de Chine continentale, d’Europe de l’Est et du Maghreb, rapport remis à la DARES en 2006.

13 Le terme de compétences est envisagé comme « la capacité à reconnaître la pluralité des champs normatifs et à identifier leurs contenus respectifs ; l’aptitude à repérer les caractéristiques d’une situation et les qualités de ses protagonistes ; la faculté, enfin, à se glisser dans les espaces interstitiels que les univers de règles ménagent entre eux, à mobiliser à leur profit le système de normes ou des taxinomies le plus adéquat, à construire à partir de règles et de valeurs disparates les interprétations qui organiseront différemment le monde. Sur tous ces points, aucune égalité n’est postulée entre les acteurs. Leur liberté est en proportion de leur position du moment, de la multiplicité des mondes auxquels leurs expériences biographiques leur ont donné accès, et de leurs capacités inférentielles. » [Lepetit, 1995, p.20].

14 Nous nous référons ici au concept de carrière à la fois au sens de Goffman et à celui d’Hughes, en essayant d’englober les changements de positions spatiales et sociales des réfugiés et les transformations subjectives accompagnant leur processus de redéfinition identitaire dans la socialisation professionnelle.

15 L’utilisation du concept de ressources est liée aux notions de rôles, de répertoires de rôles [Hannerz, 1983], de distance au rôle [Goffman, 1975], de reconnaissance ou d’invisibilisation des compétences et des qualifications des réfugiés. Sa mobilisation est inspirée des travaux de Pollak (ainsi que de ceux de Goffman et d’Hannerz) pour dépasser la stabilité apparente de certains concepts relatifs à la socialisation des individus.

16 Ce titre est très proche de ce que Laurence Roulleau-Berger développe dans ses travaux. La traduction « naît de parcours d’hybridations culturelles, de raccords entre les mondes. Elle naît de la capacité de faire partager des normes communes à des membres qui appartiennent à des mondes différents, les uns apparaissent moins légitimes que les autres. » (Roulleau-Berger, 1999, p. 228).

17  « C’est le destin de ces individus placés en porte-à-faux dans cette conjoncture où la liberté leur advient comme une malédiction que l’on va essayer de retracer. Ils sont en situation de double-bind, pris entre l’injonction de travailler et l’impossibilité de travailler sous les formes prescrites.» [Castel, 1995, p. 139].

18 Parmi lesquels : contexte migratoire et des marchés du travail, âge, sexe, âge d’arrivée dans les pays d’accueil, niveau de formation et de qualification, origine ethnique, position générationnelle, statuts social et professionnel occupés avant l’exil, capital scolaire, social, etc.

19 Parmi lesquels : les manières dont se construisent les engagements des acteurs socio-économiques à l’égard des réfugiés, la reconnaissance ou la non-reconnaissance de leurs qualifications et compétences, leurs expériences professionnelles d’avant et pendant l’exil, leur rapport au travail, à la langue, la mobilisation de ressources de différente nature, les formes de mobilisation des réseaux sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albena Tcholakova, « Les réfugiés, figures visibles et invisibles dans une Europe élargie. Regard comparatif entre la France et la Bulgarie », Espace populations sociétés, 2008/2 | 2008, 271-285.

Référence électronique

Albena Tcholakova, « Les réfugiés, figures visibles et invisibles dans une Europe élargie. Regard comparatif entre la France et la Bulgarie », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 25 avril 2014. URL : http://eps.revues.org/2532

Haut de page

Auteur

Albena Tcholakova

Université de Lyon
IUT Lumière Lyon 2
160, boulevard de l'Université
69676 Bron Cedex
albena.tcholakova@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - INSHS
  • Revues.org