Navigation – Plan du site
Articles

L’intégration de Varsovie au système migratoire européen

Warsaw’s Integration in the European Migration System
Gauthier Graslin
p. 287-299

Résumés

Les migrants sont des acteurs du processus de métropolisation tant sur le plan culturel qu’économique. À Varsovie, leur arrivée permet un renouveau du multiculturalisme polonais disparu après la Seconde Guerre mondiale. Depuis l’accession de la Pologne à l’espace Schengen, Varsovie apparaît comme un pont entre Union Européenne et Europe orientale. Tous les migrants ne sont cependant pas égaux dans l’espace métropolitain. Alors que les Français contribuent à l’intégration de Varsovie à la mondialisation de manière institutionnelle, les migrants informels ukrainiens cherchent leur place dans la nouvelle métropole.

Haut de page

Texte intégral

1Le terme de métropolisation englobe un ensemble de mutations affectant les espaces urbains des villes les plus importantes confrontées au processus de mondialisation. Ces transformations sont d’ordre économique, social, culturel et démographique [Sassen , 2000]. Les métropoles se dotent d’un paysage architectural propre, où les grands immeubles de bureaux deviennent les sièges de firmes multinationales. Les équilibres sociaux traditionnels sont bouleversés par une métropolisation porteuse de clivage entre habitants aptes à exploiter les opportunités de la mondialisation et les exclus. Elle entraîne en outre une profonde recomposition de la culture urbaine dans le sillage des émigrés attirés par la réussite économique des métropoles. Ils y transposent ou y adaptent leur culture au risque d’entraîner des réactions de rejet ou au contraire d’acculturation chez la population autochtone. Si la richesse économique métropolitaine repose sur des flux de capitaux invisibles, sa richesse culturelle née de l’immigration est observable par tous : l’immigré est devenu une image familière pour les habitants de la plupart des métropoles mondiales, même si certaines métropoles telles Tokyo restent à la marge des flux migratoires. L’irruption de l’étranger dans la métropole masque pourtant la grande diversité des situations des migrants. Du cadre expatrié français envoyé par une grande firme occidentale à l’ouvrier ukrainien non qualifié travaillant au noir, le terme « immigré » englobe des situations variées et décrit des mobilités diverses. Certains immigrés adoptent des modes de déplacement circulatoire, multipliant les courts séjours dans différents espaces, d’autres s’installent définitivement dans un espace et y entament un processus d’intégration.

2Cette variété des situations remet en cause l’hypothèse selon laquelle mondialisation et métropolisation seraient des processus homogènes, déconnectés des réalités sociales locales. Or, des études comme celles menées par Alain Tarrius sur le processus de création des Docklands à Londres révèlent la nécessité de s’appuyer sur un tissu social propice pour déployer des projets métropolitains ambitieux [Tarrius, 1992]. L’engagement des populations locales et leur capacité d’adaptation sont capitales afin de saisir les opportunités offertes par la mondialisation.Ces caractéristiques ne sont pas, à la différence des flux, des variables quantifiables. Elles sont issues de modèles culturels et idéologiques particuliers influencés par les rapports entre classes sociales. Sur l’échiquier social métropolitain, les migrants sont un acteur de plus. Leur particularité réside dans l’appartenance à une culture différente de celle de la culture majoritaire. Ils doivent donc s’appuyer sur d’autres réseaux d’acteurs, d’autres habitudes culturelles et d’autres stratégies pour réussir leur intégration économique et sociale. Cette originalité leur permet de créer des niches pour leur communauté dans l’espace économique métropolitain. Ce processus a été maintes fois étudié, tant pour les expatriés travaillant pour des multinationales [Beaverstock, 2004] que pour les migrants pauvres issus de pays moins développés économiquement [Diminescu, 2003 ; Weber, 2004 ; Grzymała-Kazłowska, 2004]. Elles se sont en général limitées à l’étude des communautés de migrants dans les villes des pays développés occidentaux. Elles ont en outre opéré un relatif cloisonnement entre les migrations « par le haut » formelles et légales, comme celle des expatriés, et les migrations « par le bas », informelles et souvent illégales. Or, n’existe-t-il pas un lien entre les deux types de migrations puisqu’elles contribuent toutes deux à une recomposition du tissu économique et socio-culturel de la ville ? Les capitaux de firmes étrangères entraînent l’arrivée de cadres expatriés et nécessitent la construction d’immeubles de bureaux modernes qui constituent un appel d’air pour les travailleurs non qualifiés immigrés illégaux. Parallèlement, l’habitude prise par les milieux expatriés de bénéficier partout où ils vont d’une culture mondiale est un des moteurs de la transformation des centres-villes des métropoles en espaces de loisir et où les habitudes de consommation mondiales s’imposent. Dans quelle mesure, Varsovie, métropole d’Europe de l’Est présente-t-elle des originalités sur le plan migratoire ? Celles-ci sont-elles seulement temporaires, nées de la parenthèse socialiste, ou bien la métropole est-elle en train d’entrer dans la mondialisation grâce à une position particulière qu’elle accorderait aux migrants dans son processus de développement ?

1. Migrations et minorités en pologne : une approche historique

1.1. La Pologne multinationale

3Selon les statistiques officielles, seulement 2% de la population polonaise appartiennent à une minorité ethnique [GUS, 2006]. Cette homogénéité démographique est néanmoins récente en Pologne. À l’époque moderne, le pays se nommait “République des deux Nations”, en référence à l’alliance passée entre Lituaniens et Polonais. Celle-ci constituait le socle d’un ensemble étatique original. Contrairement aux monarchies occidentales, le souverain polonais devait sans cesse composer avec les différentes nations de son royaume pour en maintenir l’unité. Parler de Pologne plurinationale à l’époque moderne reste néanmoins hasardeux. La notion de nationalité n’y avait pas le sens que lui donnera la Révolution française. Elle s’appliquait plutôt à une “Nation politique”: réseau de clientèles attachées à la défense des privilèges octroyés à ses représentants [Markiewicz, 2006]. Ukrainiens, Juifs, Lituaniens, Ruthènes, Allemands et Polonais s’y côtoyaient. Le dix-huitième siècle fut une période de rupture dans l’équilibre traditionnel entre les différentes composantes de la République polonaise. La minorité nationale allemande connut alors un fort tropisme, la dissociant de l’État polonais pour la rapprocher du puissant voisin prussien. En 1795, l’Autriche, la Prusse et la Russie se partagèrent l’ancienne république. La mort de la République transnationale héritière de la monarchie des Jagellon conduisit à une redéfinition du concept de nationalité. De simple statut juridique il évolua pour s’appuyer sur un ensemble de pratiques culturelles, d’appartenances ethniques et religieuses qui transcendaient les anciens liens clientélaires. Les puissances occupantes contribuèrent également à fixer les nationalités en introduisant la méthode des recensements modernes. Selon les critères de langue ou d’ethnicité retenus, les premières cartes ethniques de la Pologne furent dessinées. Celles-ci prétendaient s’appuyer sur des critères scientifiques pour déterminer l’appartenance aux groupes nationaux. Après la Première Guerre mondiale,la Pologne indépendante continua ces pratiques en les institutionnalisant. L’État polonais de l’Entre-Deux-Guerres maintint son caractère multinational. Il abritait en son sein des Ukrainiens, des Juifs, des Biélorusses et des Allemands. Ces minorités y constituaient un tiers de la population, faisant de la Pologne l’État d’Europe de l’Est le plus hétérogène sur le plan ethnique, devant la Roumanie (28%) et la Lettonie (27%) [Brzoza & Sowa, 2006].

1.2. Vers une réapparition de la question ethnique par les migrations ?

4Le divorce entre la Nation polonaise et les minorités qui la composaient se mit lentement en place dès les années vingt. La catastrophe de la Seconde Guerre mondiale joua principalement le rôle de catalyseur. Les Juifs polonais subirent la politique d’extermination des nazis, tandis que les occupants opposèrent les différentes nationalités entre elles pour contrôler le territoire polonais. L’alliance entre nationalistes ukrainiens et Allemands pendant la guerre acheva de rendre impossible le maintien d’une Pologne multiethnique. Entre 1946 et 1950, plus de deux millions d’Allemands furent expulsés de Poméranie pour laisser place aux Polonais chassés des territoires annexés par l’URSS [Brzoza & Sowa, ibid.]. Parallèlement, les forces de sécurité polonaises lancèrent en 1947 l’opération Action Vistule qui déporta 150 000 Ukrainiens du Sud-Est de la Pologne vers les territoires récemment perdus par l’Allemagne afin de pouvoir mieux les contrôler et les priver de leur assise territoriale traditionnelle.

  • 1 Tous ces franchissements de frontières ne correspondent pas à une installation en territoire polona (...)

5Après la chute du Mur de Berlin en 1989 et la fin des régimes communistes en Europe de l’Est, la Pologne dut composer avec une nouvelle donne migratoire. Les problèmes ethniques étouffés par les régimes communistes éclatèrent dès leur disparition. Les États multi-nationaux tels l’URSS et la Yougoslavie explosèrent sous la pression des nationalités. Dans ce nouveau contexte, la Pologne connut un revirement historique de sa balance migratoire. De pays traditionnel d’émigration, elle devint un pays d’immigration de transit, particulièrement pour les migrants de l’Europe de l’Est et de l’Asie. En 1989, près de 3 millions de citoyens de l’ex-URSS entrèrent en Pologne. Les années suivantes, leur nombre continua d’augmenter jusqu’à atteindre un pic de 14 millions de franchissements de frontière en 19971. Après les Russes, les Ukrainiens formaient le gros des contingents [Iglicka, 2001]. Initialement venus en Pologne attirés par les opportunités économiques informelles que ce pays leur offrait, de nombreux migrants se mettent à considérer actuellement la possibilité de s’y établir définitivement. Un tel revirement entraînerait le passage de la Pologne d’un statut de pays de transit à celui de pays d’accueil et d’installation [Iglicka, ibid.]. À l’heure actuelle, selon les estimations officielles, entre 1,2 et 2 millions d’Ukrainiens vivraient en Pologne, pour l’immense majorité dans l’illégalité. Varsovie en abriterait à elle seule de 200 000 à 500 000. Les Français sont en nombre plus restreint. Selon les chiffres de l’Union des Français à l’étranger, ils sont près de 5000 à résider à Varsovie, parmi lesquels une centaine d’entrepreneurs.

1.3. Quel modèle migratoire pour la Pologne ?

6Le passage d’un pays d’émigration à un pays d’immigration pose de nouveaux problèmes à la Pologne en matière de politique migratoire. D’anciennes querelles héritées de l’histoire plurinationale polonaise viennent s’y mêler, notamment dans le cas des Ukrainiens ou des Allemands. Parmi les experts polonais des migrations, le débat est vif pour savoir si la Pologne va connaître une trajectoire migratoire telle qu’elle a été théorisée pour les pays du monde occidental par Castles et Miller (1993). D’après ces derniers, l’immigration de masse se décompose en quatre étapes. Un processus dynamique de migration transforme dans un premier temps les séjours temporaires de travailleurs immigrants et de réfugiés en séjours permanents. Puis, on assiste à un processus de marginalisation sociale et économique des migrants qui forment en réaction, dans une troisième étape, des communautés migratoires. À terme, celles-ci permettent une plus grande interaction entre les migrants et la société d’accueil et obligent l’État à réagir pour gérer l’immigration et la diversité ethnique. Par rapport à ce schéma, les pays de l’Est constituaient une exception. Soumis à des politiques migratoires restrictives sous le socialisme, ils étaient restés à l’écart des flux de population mondiaux. Les rares migrants autorisés à y séjourner étaient principalement des travailleurs de “pays frères”, comme les Vietnamiens dans le cas polonais, ou des étudiants du Tiers-Monde venus y compléter leur formation. L’entrée de la Pologne dans la mondialisation l’a intégrée au système des mobilités transnationales complexes liées à la mondialisation. Au contraire des pays occidentaux qui avaient fait appel aux travailleurs étrangers dans le cadre de contrats officiels [Chédémaille, 1998], ces migrations sont pour l’instant informelles et échappent partiellement au contrôle des États. Certains chercheurs polonais pensent que le modèle de Castles et Miller s’appliquera sans réserve à la Pologne [Iglicka, ibid.]. D’autres recadrent plutôt l’évolution des migrations dans le processus général d’augmentation générale de la mobilité à l’intérieur de la société à mesure qu’elle connaît un processus de modernisation [Jerczyński, 1998]. Prise dans cette optique, l’évolution de la situation migratoire polonaise est moins la conséquence de la mondialisation au sens large que de la “modernisation” accélérée des sociétés d’Europe centrale et orientale libérées du communisme. Les migrations s’inscrivent dans l’explosion des formes de mobilité caractéristiques des sociétés modernes, selon l’hypothèse de la transition de la mobilité [Zelinsky, 1971] : pour répondre aux enjeux posés par le développement économique et les déséquilibres démographiques naissants, les pôles développés comme les villes font appel à une main-d’oeuvre mobile venue de plus en plus loin à mesure que les bassins d’emploi traditionnels de la proche campagne se modernisent à leur tour.

2. La place de la pologne et de varsovie dans le système migratoire européen

2.1 La nouvelle donne migratoire polonaise

7L’inversion récente de la balance migratoire apparaît. À travers les séries statistiques sur la période 1988-1990, entre 300 000 et 450 000 Polonais quittèrent la Pologne pour l’Allemagne [Wojtan, 2004]. La principale cause de ces migrations semble avoir été le différentiel économique entre les pays d’Europe de l’Ouest libéraux et ceux d’Europe de l’Est contraints à la stagnation par l’échec de la politique économique communiste. Dès 1990, le nombre de Polonais quittant la Pologne pour l’Allemagne chute brutalement suite à l’amélioration de la situation politique du pays qui écarte les communistes du pouvoir. Selon Iglicka (2000), moins de 15 000 Polonais partent pour l’Allemagne ou les États-Unis en 1990, alors que plus de 105 000 avaient effectué ce choix en 1986. Le pays devient une destination attractive pour ses voisins après le retour de la croissance en 1993. Le nombre d’entrées annuelles sur le territoire polonais connaît alors une très forte croissance. L’attractivité de la Pologne est cependant inégale. Pour ses voisins de l’ex-URSS, c’est un pays de l’Est qui a réussi économiquement et où la migration peut se transformer en opportunité économique. Par contre, pour les Européens de l’Ouest, la Pologne reste tout au long des années 90 un pays périphérique et peu engageant. Ce déséquilibre se retrouve dans les données du Bureau de statistiques de l’Administration pour le Rapatriement des Étrangers. Les Ukrainiens y constituent la principale nationalité ayant demandé un permis de séjour en Pologne en 2001. Par rapport à ces populations, les pays d’Europe de l’Ouest représentent des contingents plus modestes. La France, si elle arrive derrière la Libye, en reste le premier pays en termes de demandes de permis de séjour, devant l’Allemagne.

2.2. La Pologne, frontière orientale de l’UE pour la politique migratoire

8Suite à la chute du communisme, la Pologne a libéralisé sa politique migratoire en ouvrant ses frontières, notamment à l’Est. Cette attitude fut cependant remise progressivement en cause au cours des années 90 à mesure que sa volonté d’intégrer rapidement l’Union européenne se renforçait. Ceci supposait l’acceptation par la Pologne des acquis communautaires européens en matière migratoire. L’Union européenne a en effet, à partir des années quatre-vingt-dix développé une politique commune en matière d’immigration. Elle est principalement motivée par la crainte de voir un afflux massif de migrants déstabiliser les économies et la culture nationales. Désormais, la volonté de freiner les migrations devient déterminante dans la politique commune européenne [Richmond, 1994]. À la libéralisation de l’immigration au sein de ses frontières intérieures, symbolisée par la proposition de la commission européenne de mettre en place un passeport commun au niveau européen dès 1975, s’oppose la volonté d’un contrôle plus strict des frontières extérieures de l’Union dans une logique de coopération inter-étatique.

  • 2 Source: Migration News Sheet 148/95-07 de Juillet 1995.
  • 3 Rapport d’Amnesty International de 1993.

9Les accords de Schengen de 1986 couronnent cette réflexion. Les pays de la communauté européenne souhaitaient dorénavant étendre leur contrôle des flux migratoires au-delà du groupe de Schengen par l’établissement d’accords bilatéraux avec leurs pays voisins [Collinson, 1996], notamment en matière de droit d’asile. La Pologne devint ainsi progressivement un État-tampon [Chay & Ross, 1986] entre l’Europe de l’Ouest et les flux migratoires issus de la CEI. L’une des clefs de ce nouveau contrôle des migrations par un État tiers reste la nouvelle politique d’asile politique. Confrontée à la fin des années 1980 à une recrudescence du nombre de réfugiés politiques, avec 700 000 demandes pour la seule année 19922, l’Europe de l’Ouest lance une série de mesures pour restreindre l’accès de son territoire aux demandeurs d’asile potentiel. L’imposition de visas d’entrée aux citoyens de pays susceptibles de demander l’asile politique réoriente alors les flux de migrants en direction de pays comme la Pologne ou la République Tchèque. Ces pays se dotent en conséquence à leur tour d’un système de visas entre 1993 et 1994 conditionnant l’entrée sur leur territoire des réfugiés de l’ex-Yougoslavie3. L’affirmation à la conférence du groupe de la communauté européenne ad hoc en novembre 1992 du principe du “Pays tiers sûr” compléta le dispositif visant à faire des pays d’Europe centrale des États tampons pour endiguer les flots de réfugiés et de déplacés. Ce principe prévoit le renvoi automatique des clandestins appréhendés dans un pays d’Europe de l’Ouest vers le pays par lequel ils ont transité avant de franchir les frontières de Schengen à condition que la vie des réfugiés ne soit pas menacée dans ce pays.

10En 2004, l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, en même temps que neuf autres pays, marque la réussite de sa stratégie de coopération [Wojtan, 2004]. Pour la politique migratoire polonaise, elle induit des bouleversements majeurs. La Pologne constitue désormais la frontière orientale de l’Union européenne, même si ses citoyens ne disposent que depuis fin 2007 de la libre circulation à l’intérieur de l’espace Schengen. Sur le plan géopolitique, son basculement de l’Est vers l’Ouest est achevé. Elle est désormais en porte-à-faux par rapport aux pays avec lesquels elle entretenait traditionnellement des relations fortes comme l’Ukraine. Ce pays reste en effet pour l’instant exclu de l’ensemble européen. Les migrations traditionnelles et informelles qui caractérisaient les relations entre la Pologne et l’Ukraine depuis la chute du mur sont entravées par les garanties qu’a dû donner la Pologne à ses partenaires de Schengen. Les visas du système Schengen coûtent en effet plus cher et sont plus longs à obtenir pour les Ukrainiens. Pour eux, le renchérissement du passeport diminue l’intérêt de venir travailler en Pologne. Les liens migratoires traditionnels unissant la Pologne et l’Ukraine risquent par conséquent d’être rompus puisque de nombreux Ukrainiens sont conscients qu’un passeport Schengen leur ouvre les portes de pays comme l’Allemagne où les salaires sont plus élevés. Parallèlement, l’arrivée de migrants et d’expatriés originaires d’Europe de l’Ouest se trouve simplifiée.

2.3. La Pologne : un pont entre deux Europes ?

11Désormais, la Pologne joue un rôle nouveau dans l’organisation géopolitique de l’Europe centrale et orientale. Elle constitue un pont entre l’Union Européenne et une Europe orientale toujours dans l’orbite de la Russie. À cet égard, la coopération transnationale entre l’Ukraine et la Pologne a pour but de détacher l’Ukraine de la Russie en en faisant un partenaire privilégié de l’Union Européenne. Des métropoles proches de la frontière, comme Varsovie, semblent plus aptes à remplir ce rôle car elles constituent des pôles de développement importants, au contraire des régions frontalières encore très faiblement développées. La politique migratoire est un pilier de cette ambition géopolitique. Elle permet de faciliter la démocratisation et la responsabilisation progressive des émigrés ukrainiens en intégrant leur mobilité dans un cadre légal et contrôlé. Le défi pour la Pologne dans les années futures est de conserver de bonnes relations avec ses voisins malgré son accession à Schengen. Les autorités polonaises misent à présent sur une politique migratoire sur le long terme vis-à-vis de l’Ukraine. Elles entretiennent l’espoir de contribuer à la modernisation du pays, notamment en multipliant les échanges académiques et la formation de cadres afin de préparer le terrain à une éventuelle intégration de l’Ukraine dans l’Union européenne, une fois l’obstacle russe levé.

12L’insertion de la Pologne dans les flux migratoires mondiaux influe sur la trajectoire économique de la métropole : les migrants y apportent des activités économiques et culturelles y favorisant la mondialisation, que celle-ci vienne “du haut” ou “du bas”.

3. Le rôle des migrants dans le développement de la métropole de varsovie

1.1. Migrants français et investissements internationaux : la mondialisation par le haut

  • 4 Polska Agencja Informacji I Inwestycji Zagranicznych (Agence Polonaise d’Information et d’Investiss (...)

13Les entreprises étrangères occupent un rôle prépondérant dans l’intégration “par le haut” de Varsovie à la mondialisation grâce aux investissements qu’elles y effectuent [Dziemianowicz & Jałowiecki, 2004]. En 2003, la Pologne est la première destination des investisseurs internationaux dans les pays d’Europe centrale et orientale, attirant 1% du total des investissements directs étrangers (IDE) mondiaux. Elle cumule donc depuis le début des années 1990 un total de 69,44 milliards de dollars US selon la PAIiIZ4. Àl’échelle nationale, Varsovie reste la principale destination pour les investissements étrangers en Pologne. La métropole attire 9% des investissements directs industriels , contre 5% pour la seconde ville dans le classement, Poznań. Si on considère l’ensemble de l’espace de la Mazovie qui dépend directement de la métropole, elle concentre 19% de l’ensemble des investissements [Dziemianowicz & Jałowiecki, 2004]. Malgré la forte concurrence des autres villes polonaises, Varsovie semble maintenir sa position prépondérante en Pologne. Elle polarise les investissements étrangers dans le tertiaire à forte valeur ajoutée [Siemińska, 2005]. L’économie polonaise héberge désormais 993 enreprises étrangères originaires de 36 pays. Selon la PAIiIZ, les entreprises françaises sont les premières en termes d’investissement en Pologne depuis 2000. Plus de 95% des investissements directs réalisés en Pologne proviennent des pays de l’OCDE, dont 68% pour les pays de l’Union européenne, devançant les États-Unis qui fournissent 15% des IDE. Le stock d’IDE de la France est de 13,9 milliards de dollars US. Le renforcement de la présence française doit beaucoup aux opérations de privatisation importantes qui ont permis aux groupes français d’acquérir des fleurons polonais, à l’image de France Telecom qui a acquis Telecom Polska et propose désormais son produit Livebox en Pologne. Cette évolution permet à la France de compter dorénavant, selon les chiffres établis par la Chambre de Commerce et d’Industrie Française à Varsovie en 2005, plus de 640 filiales ou participations en Pologne, pour un total de 150 000 employés. Elle compte 8 investisseurs majeurs sur la liste des 25 plus importants investisseurs étrangers recensés en Pologne (dans l’ordre d’importance : France Télécom, Vivendi Universal, Géant Casino - qui a revendu en 2006 ses activités polonaises à l’Allemand Real -, Carrefour, Crédit Agricole, Indosuez, Auchan, Saint Gobain, EDF).

  • 5 Source : Rapport annuel de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Pologne.

14Les investissements français en Pologne restent centrés sur les fleurons du savoir-faire français. Cette concentration apparait dans les chiffres de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Pologne de 2005 : si les télécommunications représentent encore 36,5% des IDE français en Pologne, les investissements industriels au sens strict, accaparent 33% du total. Le secteur de la distribution ferme la marche avec 30,2% des IDE. Les secteurs d’activité connaissant le plus fort dynamisme sont diversifiés : distribution, électronique et électricité, BTP, équipementiers automobiles, agro-alimentaire, industrie pharmaceutique et secteur financier. Cette réussite des grands groupes français ne masque pas les faiblesses de PME françaises face aux concurrentes allemandes et américaines. Parmi les investisseurs de plus de un million de dollars US recensés par la PAIiIZ en 2005, la France ne compte que 93 entreprises, soit 27% de moins que les États-Unis (128 entreprises) et 2,5 fois moins que l’Allemagne (231 entreprises)5.

15Les emplois occupés par les Français à Varsovie ne sont donc généralement pas obtenus après une mise en compétition sur le marché de l’emploi polonais mais dépendent directement des multinationales ayant réalisé ces investissements. Les expatriés viennent à Varsovie pour y transférer des technologies, des compétences ou des innovations apparues dans les centres d’impulsion d’Europe de l’Ouest [Smith & Timberlake, 1995]. Leur tâche est d’accélérer l’intégration de la ville au réseau de leur entreprise pour en faire un relais de l’influence des centres d’impulsion qui les envoient. Pour les expatriés de multinationales, ces centres d’impulsion correspondent aux sièges sociaux de leur entreprise et à ceux de leurs concurrents qui les obligent constamment à repenser et à modifier leurs stratégies.

16En Pologne, l’arrivée des expatriés dans les entreprises françaises correspond à deux périodes. Dans un premier temps, au cours des années 90, les entreprises françaises ont pénétré le marché polonais avec de nouvelles manières de faire des affaires. Elles ont eu de la peine à trouver des cadres polonais formés selon les normes occidentales. Le besoin d’expatriés qualifiés a donc été fort pour former les futurs cadres de l’entreprise en Pologne. Le recours à de tels expatriés n’était qu’une mesure transitoire. Ils étaient appelés à être remplacés par des employés polonais moins onéreux pour l’entreprise. À partir des années 2000, on assiste à une réduction du nombre de ce type d’expatriés français car les Polonais ont intégré les us et coutumes des entreprises occidentales et sont capables de répondre à leurs exigences sans formation complémentaire intensive. Les Français expatriés en Pologne ne disparaissent pas pour autant : les postes les plus haut placés restent leur apanage. Parallèlement, la multiplication des activités des entreprises françaises en Pologne et leur dispersion géographique dans l’ensemble de la Pologne les incitent à recourir au système du volontariat international. Il permet de distribuer des postes à responsabilité à de jeunes Français moins bien formés et moins onéreux que les expatriés : ils sont payés au salaire polonais et l’entreprise est exemptée de charges sociales pour leur emploi. Si le processus de transfert des responsabilités à des Polonais est enclenché dans de nombreuses entreprises françaises en Pologne pour des raisons de coût, on observe une certaine difficulté à confier la direction d’une filiale polonaise à un Polonais. Selon l’annuaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Pologne, la plupart des multinationales françaises conservent un chef français, même si les échelons intermédiaires de gestion accueillent une majorité de cadres polonais.3.2. Zones grises et mondialisation par le bas : le rôle des Ukrainiens

17Les activités des Ukrainiens à Varsovie sont d’un ordre différent. Spontanées, elles ne sont que faiblement encadrées par les États. Elles prospèrent plutôt dans les zones grises de l’économie métropolitaine et trouvent leur origine dans le chaos des mutations économiques induites par la chute du communisme. La désintégration de l’économie planifiée en Ukraine grossit les rangs d’une véritable armée de travailleurs faiblement qualifiés, de jeunes, de handicapés mais aussi d’anciens membres déclassés de l’intelligentsia n’ayant que peu d’avenir dans l’économie ukrainienne. Trois facteurs rendent Varsovie attractive pour ces travailleurs : l’omniprésence de l’économie souterraine, y compris pour les travailleurs polonais, leur permet de se fondre dans la masse. Les anciens réseaux ethniques ukrainiens ont survécu en Pologne malgré l’homogénéisation du pays, particulièrement dans les grandes villes polonaises et leur réactivation au début des années 90 avec l’essor du commerce informel et de la contrebande entre anciens pays communistes fournit un point d’attache pour les Ukrainiens cherchant des contacts en Pologne. Enfin, Varsovie reste la métropole polonaise la plus proche de l’Ukraine, ce qui limite les coûts de transport et rend les trajets entre la Pologne et l’Ukraine plus faciles.

18Un effet d’entraînement a eu lieu puisque les migrants ukrainiens impliqués dans ce commerce se sont en priorité installés dans les espaces où ils avaient des relations ou de la famille. La présence d’Ukrainiens fut donc un catalysateur qui explique à l’heure actuelle les mouvements de cette population et l’importance que Varsovie occupe dans son système migratoire. Les Ukrainiens ne sont plus, comme dans la période suivant immédiatement la chute du communisme, des acteurs solitaires avec une mentalité de pionniers. Les chemins de la migration ont été balisés par les premiers d’entre eux et constituent désormais des réseaux interpersonnels denses nourris par la coopération entre migrants. Les Ukrainiens ont adopté un système d’organisation hérité des mouvements pendulaires transfrontaliers du début des années 90 [Morokvasic & de Tinguy, 1993]. Ces réseaux sont caractérisés par la grande souplesse et la mobilité des Ukrainiens qui y travaillent. Ils restent principalement fondés sur des relations familiales ou amicales entre des Ukrainiens et des employeurs polonais. Le chômage y est quasiment inconnu puisque la survie dépend de la capacité à trouver un emploi. La perte d’un emploi y est rapidement compensée par un autre travail informel, exigeant souvent de changer de lieu de résidence. Les déplacements incessants sont facilités par l’abondance des lignes de bus bon marché. Les conditions de travail des Ukrainiens sont extrêmement rudes puisqu’ils occupent toutes les niches économiques délaissées par les Polonais. Ils travaillent généralement 7 jours par semaine, pour à peine 1200 złotys (300 euros) par mois en tant que femmes de ménage, gardes-malades ou agents d’entretien

19Les stratégies mises en oeuvre par les Ukrainiens diffèrent grandement. Ils peuvent s’adapter avec souplesse, pour survivre, aux règles changeantes de l’économie informelle selon leurs besoins. Pour beaucoup, ils ne se considèrent pas réellement comme des migrants en Pologne. Ils reprennent à leur compte la stratégie des commerçants transfrontaliers des années 1990 en travaillant régulièrement en Pologne pour pouvoir continuer à survivre en Ukraine. Paradoxalement, si l’activité en Pologne est souvent synonyme de déclassement par rapport à l’activité jadis exercée en Ukraine, les Ukrainiens tirent une certaine fierté de l’indépendance financière gagnée grâce à leur salaire en Pologne, une fois rentrés en Ukraine.Pour les familles plus jeunes, le travail en Pologne peut constituer une ressource d’appoint pour faire face aux dépenses en biens d’équipement pour lesquels les salaires ukrainiens sont insuffisants. De nombreux Ukrainiens viennent également travailler en Pologne pour payer des études à leurs enfants restés au pays : seule l’éducation universitaire y est garante d’une certaine promotion sociale, mais la corruption généralisée pour obtenir les examens oblige les familles ukrainiennes à trouver des ressources d’appoint pour assurer l’avenir de leurs enfants.

4. Migrants français et ukrainiens dans l’espace varsovien

4.1 L’entrée sur le territoire

20Alors que les Français effectuent majoritairement leur séjour de manière légale, dans un cadre prédéfini par leur contrat de travail, les Ukrainiens exploitent en général les failles du système de contrôle migratoire pour mener leurs activités économiques à Varsovie. Ils entrent parfois même dans la clandestinité. Le statut des Français ne changera généralement pas pendant leur séjour tandis que les Ukrainiens luttent souvent avec l’administration pour obtenir des permis leur accordant des facilités pour rester en Pologne. La majeure partie des Ukrainiens arrive pour la première fois en Pologne avec un visa de touriste dont la durée de validité varie entre trois et six mois. Ce visa ne leur permet pas théoriquement de travailler et ils doivent exercer leur profession de manière illégale, principalement sur les chantiers de construction. Afin de s’adapter aux exigences européennes, la Pologne a récemment introduit une nouvelle loi stipulant que les visas à court terme ne peuvent être donnés qu’une fois pendant un intervalle de six mois, afin de limiter les allers-retours trop rapides de travailleurs ukrainiens illégaux qui se contentaient de passer la frontière pour obtenir un nouveau visa. Cependant, le système des visas polonais restait relativement souple jusqu’à l’accession à Schengen, afin de ne pas trop freiner les mouvements transfrontaliers d’Ukrainiens nécessaires à la bonne marche de l’économie polonaise. En 2004, les consulats polonais en Ukraine continuent d’en fournir un grand nombre. Cette politique ne tend pas à fermer la frontière. Elle sert principalement à mieux mesurer les flots d’Ukrainiens arrivant en Pologne. Pour eux, s’installer en Pologne pour une longue durée exige une carte de séjour ou une autorisation de résidence permanente. La permière carte est donnée à tous les résidents étrangers qui peuvent présenter une bonne raison pour résider en Pologne pendant plus de six mois. Il s’agit principalement des travailleurs ayant déjà été embauchés par un employeur polonais, des membres de leur famille ou des épouses de citoyens polonais. Ces permis sont également donnés aux étudiants étrangers. De nombreux Ukrainiens effectuent leur premier séjour en Pologne en tant qu’étudiants. Dans l’étude réalisée par le groupe PAUCI [Bieniecki et al., 2005), sur la centaine d’Ukrainiens interrogés à Varsovie, près du tiers étaient venus pour la première fois en Pologne dans le cadre de leurs études. La vie étudiante leur offre un bon point de départ pour sonder les opportunités qui s’ouvrent à eux en Pologne avant d’y revenir, une fois les études terminées. Ils sont alors devenus des travailleurs légaux ou illégaux. Pour 80% des étudiants ukrainiens, un travail illégal vient s’ajouter aux études. 18% d’entre eux travaillent même dans une autre ville que Varsovie et considèrent principalement leurs études comme un expédient pour séjourner légalement en Pologne ou pour percevoir une bourse d’études. En 2005, 36,7% des permis de séjour accordés en Pologne l’étaient à des Ukrainiens (contre moins de 2% pour les Français. Alors qu’un Ukrainien avec un permis de séjour doit faire des démarches supplémentaires pour obtenir en sus un permis de travail, les citoyens français, membres de l’UE, en sont dispensés depuis janvier 2007. L’inégalité entre ces deux nationalités au regard de la loi polonaise sur les étrangers en sort renforcée.

21Pour pouvoir rester dans la société d’accueil, les Ukrainiens sont forcés de multiplier les contacts pour s’y intégrer. Ceci explique le plus grand nombre de mariages mixtes qu’ils contractent avec des ressortissants polonais. Le mariage est en effet un des moyens pour obtenir la nationalité polonaise et une autorisation de séjour. En 2004, 4080 mariages mixtes ont été célébrés avec des Polonais. Une grande inégalité selon les sexes reste observable. En 2004, 59% des mariages mixtes concernaient une femme polonaise qui épousait un étranger. L’origine géographique du mari était très diverse, même si l’Allemagne occupait une place prépondérante. Les pays d’Europe de l’Ouest étaient très représentés, ce qui reflète la volonté des femmes polonaises de disposer de facilités pour s’intégrer dans ces pays. La logique est complètement inversée si l’on observe les mariages mixtes où la femme est étrangère. Dans l’écrasante majorité des cas, c’est une femme ukrainienne qui se marie à un Polonais. Cela traduit également la volonté de sortir d’une situation illégale afin de pouvoir trouver du travail en Pologne sans difficultés. Le mariage mixte reste pour les Ukrainiennes un ascenseur social. La multiplication des mariages mixtes entre Ukrainiennes et Polonais symbolise également la plus grande facilité qu’elles ont à s’insérer dans la société polonaise et à y tisser des relations stables avec les Polonais. Les expatriés français sont au contraire caractérisés par un fort degré d’endogamie alors que le nombre de célibataires y est plus restreint que pour les Ukrainiens.

4.2 L’accès au logement

22Les Français et Ukrainiens sont également inégaux devant le logement. L’offre des agences immobilières pour les clients français se limite aux quartiers les plus huppés de Varsovie : les quartiers centraux tels Mokotów, Śródmiescie ou Saska Kępa ou bien les quartiers plus périurbains de Wilanów ou Waver. Selon les études menées des chercheurs polonais auprès des agences immobilières, il apparaît que les expatriés français disposent d’un salaire leur donnant accès à la plus grande partie du marché immobilier à Varsovie, au contraire des citoyens de pays moins développés [Grzymała-Kazłowska, 2004]. Pour les familles, le quartier des Français, Saska Kępa, présente un intérêt majeur : le lycée français situé rue Walecznych. Cette polarisation du logement des Français à Varsovie apparaît après l’étude du lieu de résidence des 181 familles françaises inscrites à l’Association des Français de Varsovie. Les chiffres marquent une très forte polarisation de l’habitat des Français à Varsovie puisque 77,6% des ménages français vivent dans cinq quartiers. Saska Kępa, au Sud de Praga Poludnie, domine largement le classement avec 26% des ménages, confirmant la place centrale du lycée français dans la vie quotidienne des Français à Varsovie. Si on ajoute les 6,6% de Français vivant à Sadyba, où se trouve l’école primaire française, c’est près d’un tiers des ménages français qui vit à proximité d’une école francophone. Les deux quartiers préférés suivants correspondent à deux catégories distinctes. Wilanów, en deuxième position avec 18% des ménages, accueille principalement des familles attirées par le moindre prix du terrain par rapport à Saska Kępa. Il est possible d’y habiter dans des villas plus grandes. Au contraire, parmi les 17% de ménages français habitant le centre, les célibataires sont surreprésentés, puisqu’ils y forment 29% des ménages. Sans contraintes familiales, les célibataires français peuvent choisir un logement de taille plus modeste. Enfin, le cinquième quartier, le plus populaire parmi les Français à Varsovie, semble être Mokotów, qui regroupe 10% des ménages de l’échantillon. Mokotów profite ainsi de sa proximité avec le centre, rendant le quartier attractif aux jeunes actifs à la recherche d’une qualité de vie meilleure et des prix moins élevés que ceux pratiqués dans le centre.

23Les Ukrainiens n’abordent pas le marché du logement de la même manière que les Français. Ils ne correspondent pas à une clientèle identifiée ou convoitée par les agences immobilières. De plus, leur situation est beaucoup plus instable, ce qui entraîne de fréquents changements de logement. Comme pour l’emploi, les relations informelles et les relations ethniques sont très importantes pour trouver un appartement. Elles permettent de contourner l’hostilité de nombreux propriétaires polonais à l’idée de louer leur bien à des Ukrainiens. Le rôle des intermédiaires officieux ou des réseaux familiaux est déterminant pour la quête du logement. Les Ukrainiens vivent souvent en colocation dans des appartements de deux pièces qu’ils louent à plusieurs, dans les quartiers pauvres de Targówek ou de Praga Północ. Ils n’y sont pas tous présents en permanence, puisque chacun fait des allers-retours réguliers entre l’Ukraine et Varsovie. Un autre foyer d’habitation pour les Ukrainiens reste le quartier de Willanów en proie à une frénésie de construction : les ouvriers illégaux ukrainiens y travaillant dorment dans les immeubles qu’ils sont en train de bâtir.

4.3 L’accès à l’emploi

  • 6 Catégorie utilisée par les statistiques polonaises correspondant aux travailleurs hautement qualifi (...)

24En 2004, 12 381 permis de travail ont été accordés pour toute la Pologne. Varsovie y apparait comme un pôle d’emploi majeur pour les étrangers puisque 62% des permis de travail étaient accordés dans la voïvodie de Mazovie, qui comprend Varsovie. Cette domination de Varsovie est accentuée par rapport à l’année 2003 où la proportion n’était que de 53%. La domination de Varsovie est encore plus importante pour les travailleurs qualifiés venus de l’Ouest, même si les Français n’arrivent qu’en quatrième position, avec 6% des permis de travail délivrés en 2000 à Varsovie [Kępińska & Okólski, 2004]. L’emploi des étrangers venus de l’Europe des 15 est extrêmement spécialisé : 31% des bénéficiaires de permis de travail sont des experts6 et 56% des patrons venant pour établir un commerce en Pologne. Il existe donc deux catégories principales de travailleurs de l’Ouest en Pologne: ceux qui créent leur propre emploi en fondant un restaurant ou un commerce à Varsovie et les expatriés envoyés en Pologne par leur entreprise. Dans les deux cas, Varsovie constitue pour eux le meilleur marché d’emploi. La capitale demeure la ville la plus cosmopolite de Pologne, où l’émergence d’une nouvelle classe aisée fournit une clientèle pour les restaurants de luxe et les boutiques important des produits français. Sur 655 permis de travail, 30% ont été accordés à des Français se livrant à des activités commerciales. Pour les Ukrainiens, l’étude des permis de travail est d’un intérêt moindre puisqu’elle ne permet pas de prendre en compte la masse des travailleurs illégaux. En 2004, 2588 permis de travail ont été octroyés à des Ukrainiens, soit 20,9% du nombre total de permis accordés. Ils ont des qualifications plus variées que les Français, puisque 20% d’entre eux sont des experts, 16,5% des patrons et 17,5% des travailleurs qualifiés. Les professeurs ukrainiens sont cependant la première catégorie socio-professionnelle à obtenir des permis de travail en Pologne, soit 29% des permis. Alors que le métier de professeur est extrêmement mal rénuméré pour les Polonais, plus particulièrement à Varsovie où le coût de la vie est très élevé, ceci montre que la situation des professeurs ukrainiens est encore plus critique dans leur pays. Les statistiques officielles de l’emploi ukrainien donnent un autre résultat étonnant : seulement 2% des Ukrainiens travailleraient dans la restauration et l’hôtellerie et 1,8% dans le bâtiment! Le moindre habitant de Varsovie serait dubitatif quant à ces chiffres qui traduisent seulement le basculement de l’immense majorité des Ukrainiens employés dans ces secteurs dans l’économie informelle.

Conclusion

25L’accession dela Pologne à l’espace Schengen fin 2007 marque un tournant dans l’histoire migratoire du pays. De pays d’émigration d’Europe centrale pauvre, longtemps séparé de l’Europe de l’Ouest par un rideau de fer, il devient un poste avancé de la “Forteresse Europe” pour contrôler les flux migratoires sur sa frontière orientale. Pour les Polonais, cette intégration symbolise la fin d’un traumatisme né de la partition de la Pologne en 1795 et de son exclusion du continent européen auquel ils estiment appartenir de plein droit. L’arrivée de multinationales et d’expatriés d’Europe de l’Ouest dans leur pays, la transformation de Varsovie en une métropole européenne symbolisent pour eux le rattachement à l’Occident et au monde développé. Pourtant, il semble que pour relever les défis de la métropolisation, la société polonaise ne puisse encore se passer des immigrés clandestins. L’Euro 2012, fête censée symboliser l’accession de Varsovie au statut de métropole européenne à part entière ne semble être possible que par l’afflux d’une main-d’oeuvre non qualifiée et illégale, ne serait-ce que pour tenir les délais de construction. Varsovie pourrait au cours de la prochaine décennie devenir une métropole européenne où marché informel et activités internationales de commandement coexistent dans le même espace. Pour les autorités polonaises du ministère de l’Intérieur gérant les questions migratoires, les travaux nécessaires pour accueillir un tel événement prennent en outre une valeur de test : si le déficit de main-d’oeuvre risque de menacer les préparatifs, elles envisagent des actions pour favoriser le renforcement de l’immigration en Pologne.

Carte 1. L’espace de la communauté française à Varsovie

Carte 1. L’espace de la communauté française à Varsovie

Graslin, 2008, UMR5600

Carte 2. L’espace de la communauté ukrainienne à Varsovie

Carte 2. L’espace de la communauté ukrainienne à Varsovie

Graslin, 2008, UMR5600

Haut de page

Bibliographie

BEAVERSTOCK J.V. (2004), Managing across borders: knowledge management and expatriation in professional service legal firms, Journal of Economic Geography, n° 4, pp. 157-179.

BIENIECKI M. et al. (2005), Regulacja Migracji Zarobkowej – Wyzwania dla Ukrainy w Kontekście Polskich Doświadczeń (Régulation des migrations de travail-Défis pour l’Ukraine à la lumière de l’expérience polonaise), Instytut Spraw Publicznych, PAUCI, 35 p.

BRZOZA C., SOWA A.L. (2006), Historia Polski 1918-1945 (Histoire de la Pologne 1918-1945), Wydawnictwo Literackie, 745 p.

CASTLES S., MILLER M. (1993), The Age of Migration, Macmillan, 338 p.

CHAY J., ROSS T.E. (eds) (1986), Buffer States in World Politics, Westview Press, Boulder Co, 245 p.

CHÉDÉMAILLE S. (1998), Migrants Internationaux et Diasporas, Armand Colin, 188 p.

COLLINSON S. (1996), Visa requirements, carrier sanctions, safe third countries and readmission: the development of an asylum buffer zone in Europe, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 21, n°1, pp. 76-91.

DIMINESCU D. (2003), Visibles mais peu nombreux, les circulations migratoires roumaines, MSH, 340 p.

DZIEMIANOWICZ W., JAŁOWIECKI B. (2004), Polityka Miejska a Inwestycje Zagraniczne w Polskich Metropoliach (Politique de la ville et investissements égrangers dans les métropoles polonaises), Wydawnictwo Naukowe, 134 p.

GRZYMAŁA-KAŁOWSKA A. (2004), « Migranci z krajόw mniej rozwiniętych gospodarczo niż Polska : przypadek Wietnamczykόw » (Les migrants des pays moins développés que la Pologne: l’exemple des Vietnamiens), in J. Grzelak, T. Zarycki (eds) Społeczna Mapa Warszawy, Wydawnictwo Naukowe, pp. 389-415.

IGLICKA K. (2001), Poland’s Post-War Dynamic of Migration, Ashgate, Aldershot, 162 p.

JERCYCZYŃSKI M. (1998), « Ruchliwość przestrzenna ludnośći-formy i procesy » (Mobilité spatiale de la population-formes et processus), in D. Szymanskiej (ed.), Ruchliwość przestrzenna ludności w okresie przemian ustrojowych, Uniwersytet Milolaja Kopernika, pp. 31-41.

KĘPIŃSKA E., OKÓLSKI M. (2004), « Zagraniczne migracje zarobkowe w Warszawie » (Les migrations internationales de travail à Varsovie), in J. Grzelak, T. Zarycki (eds), Społeczna Mapa Warszawy, Instytut Studiόw Społecznych Uniwersytetu Warszawskiego, pp. 426-453.

MARKIEWICZ M. (2006), Historia Polski 1492-1795 (Histoire de la Pologne 1492-1795), Wydawnictwo Literackie, 753 p.

MOROKVASIC M., de TINGUY A. (1993), “Between East and West: A new migratory space”, in H. Rudolph and M. Morokvasic (Eds.), Bridging states and markets: International Migration in the early 1990s, Sigma, Berlin.

RICHMOND A.(1994), Global Apartheid: Refugees, Racism and the New World Order, Oxford University Press, 342 p.

SASSEN S. (2000), Cities in a World Economy, Second ed., Sage Publications, 288 p.

TARRIUS A. (1992), Les fourmis d’Europe, L’Harmattan, 207 p.

WEBER S. (2004), Des chemins qui mènent à Rome. Trajectoires et espaces migratoires roumains, ukrainiens et polonais à Rome 2000-2004, Thèse de doctorat.

WOJTAN M. (2004), Proces Akcesji Polski do Unii Europejskiej w Zakresie Przepływu Osόb a Doświadczenia Niemiec (Le processus d’accession de la Pologne à l’Union européenne dans la perspective des mobilités de personnes et à la lumières de l’expérience allemande), Wydawnictwo Universytetu Wrocławskiego, 348 p.

ZELINSKI W. (1971), The hypothesis of the mobility transition, Geopolitcal Review, vol. 61, n° 2, pp. 219-249.

Haut de page

Notes

1 Tous ces franchissements de frontières ne correspondent pas à une installation en territoire polonais, mais souvent à des pratiques de mobilités circulatoires, notamment dans les régions transfrontalières.

2 Source: Migration News Sheet 148/95-07 de Juillet 1995.

3 Rapport d’Amnesty International de 1993.

4 Polska Agencja Informacji I Inwestycji Zagranicznych (Agence Polonaise d’Information et d’Investissements Étrangers).

5 Source : Rapport annuel de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Pologne.

6 Catégorie utilisée par les statistiques polonaises correspondant aux travailleurs hautement qualifiés

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. L’espace de la communauté française à Varsovie
Crédits Graslin, 2008, UMR5600
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Carte 2. L’espace de la communauté ukrainienne à Varsovie
Crédits Graslin, 2008, UMR5600
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gauthier Graslin, « L’intégration de Varsovie au système migratoire européen », Espace populations sociétés, 2008/2 | 2008, 287-299.

Référence électronique

Gauthier Graslin, « L’intégration de Varsovie au système migratoire européen », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://eps.revues.org/2515 ; DOI : 10.4000/eps.2515

Haut de page

Auteur

Gauthier Graslin

Université de Lyon
ENS-LSH
UMR 5600 Environnement Ville Société
15, parvis René Descartes
BP 7000
69342 Lyon Cedex 07
gauthier.graslin@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org