Navigation – Plan du site

Editorial

Emmanuelle Bonerandi et Lydia Coudroy de Lille
p. 235-241

Texte intégral

  • 1 Le PIB moyen par habitant des États entrés en 2004 atteignait seulement 40% de la moyenne des PIB/h (...)

1L’élargissement de l’Union Européenne (UE) à dix nouveaux États membres en 2004, puis à deux autres en 2007, constitue le plus vaste et le plus brutal de tous ceux qui ont construit l’espace communautaire. Vaste par la superficie et les populations engagées, brutal parce que ces nouveaux États membres étaient sensiblement plus pauvres que ceux de l’UE à 151, et qu’ils étaient presque tous confrontés aux défis des transformations structurelles post-socialistes. Celles-ci ont profondément affecté le tissu économique et social, engendrant l’hyperinflation, le chômage, la désindustrialisation, à des degrés plus ou moins accusés. Parallèlement, ces pays avaient depuis 1990 intégré les champs de force de la mondialisation, qui y ont produit des flux d’investissements, de marchandises et d’hommes.

  • 2 Le numéro se concentre sur les nouvelles mobilités engendrées depuis 2004 entre est et ouest du con (...)
  • 3 Plusieurs publications récentes permettent de s’informer sur ce point : une bibliographie sur les m (...)

2Les élargissements de 2004 et 2007 ont donc profondément transformé l’espace et les sociétés est-européennes, mais aussi l’ensemble du continent, traversé par de nouvelles tensions et opportunités économiques et sociales. Dans le domaine migratoire, aux flux nord-sud entre Afrique/Asie et Europe2, se sont ajoutés des flux de direction est-ouest, à la fois à l’intérieur de l’Europe, et en provenance du voisinage européen (monde russe) voire du Sud. Ces nouvelles réalités migratoires constituent l’objet de ce numéro d’Espace Populations Sociétés, quatre ans après le premier élargissement vers l’est de l’UE. Les textes présentés dans ce volume n’ont pas la prétention de présenter un état des migrations, sous forme de revue des flux impulsés par les élargissements de l’Union Européenne3. Mais leur teneur reflète les paradoxes et la complexification à la fois des migrations et des modalités de leur réception dans les pays d’accueil. Ces articles reflètent les expériences et les points de vue de chercheurs issus de l’ouest et de l’est du continent, et plusieurs d’entre eux sont construits sur le principe de l’analyse comparative : en cela ils questionnent implicitement une éventuelle « européanisation » des mobilités et des migrations.

1. L’impact de l’élargissement : ruptures et continuités

3La question de fond concerne l’impact de l’élargissement de l’Union européenne sur les migrations de population. En réalité, celui-ci est indissociable de la bifurcation de 1990, consécutive à la chute des systèmes socialistes en Europe de l’est et en URSS. On se souvient que la presse occidentale, ainsi qu’une partie de la classe politique, avaient dès cette époque craint une « déferlante » migratoire sur l’ouest du continent à l’Union. Ce mouvement n’eut pas lieu, à deux exceptions près : le flux important des Aussiedler qui ont pu regagner l’Allemagne, et qui pour l’essentiel provenaient de l’ex-URSS, de Pologne et de Roumanie. Ce flux s’est à peu près tari vers le milieu des années 1990. L’autre singularité est celle des personnes déplacées et des réfugiés pris dans la tourmente des guerres de l’ex-Yougoslavie, qui ont été accueillies massivement en Allemagne. On voit bien que ces migrations, très conjoncturelles, liées pour l’une à l’application du droit du sang allemand, pour l’autre à des conflits, n’ont guère à voir avec les migrations à caractère économique tant redoutées.

4Les flux ont-ils augmenté lors des élargissements de 2004 et 2007, qui constitueraient alors le véritable élément déclencheur du processus tant redouté, et dont le spectre fut alors ravivé sous la forme du célèbre « plombier polonais » ? Plusieurs articles répondent positivement à cette question, et l’ampleur du phénomène autorise à employer le terme de rupture. D’ailleurs, le vocabulaire employé par les chercheurs est-européens est en lui-même révélateur de l’ampleur du changement impulsé par 2004, à travers la notion de migrations « post-accession ». En effet, les taux moyens annuels du solde migratoire sont devenus négatifs en 2006 pour presque tous les pays nouvellement entrés dans l’UE, sauf la République Tchèque (+ 4‰), la Slovénie (+ 3) et la Slovaquie (+ 1). Si l’on prend le problème du point de vue des foyers de départ majeurs, comme l’est la Pologne, Izabela Grabowska-Lusińska rappelle que les pics d’émigration, selon les statistiques nationales, se situent à deux moments forts de la vie politique interne à ce pays : les déplacements de population liés au glissement des frontières polonaises de 1945 et l’instauration de la loi martiale de 1981. La première décennie post 1989 n’apporta pas de changement majeur : le volume d’émigrants baissa même de 42 000 de 1990 à 1999. En 2004, en revanche, le nombre de départs s’envola. Dans le cas polonais, l’estimation généralement admise est qu’entre 1,5 et 2 millions de citoyens vivent aujourd’hui pour une période indéterminée en-dehors des frontières nationales, pour des raisons économiques (Marek Więckowski). L’ouverture de trois marchés du travail de l’UE (Royaume-Uni, Irlande, Suède) aux ressortissants de l’Est a en effet constitué la rupture majeure permettant cet exode. Rupture par l’ampleur des flux, et par la nouveauté de certaines destinations pour une communauté diasporique, la « Polonia », traditionnellement peu présente sur les Îles Britanniques. Comme le rappelle Izabela Grabowska-Lusińska, le Royaume-Uni est devenu le premier pays de destination de la migration polonaise. Plus au sud, le dernier recensement espagnol (2008) révèle que la première communauté étrangère présente est celle des Roumains (729 000), passée devant celle des Marocains (644 000).

5L’autre rupture apportée par les années 2000 réside dans le changement de statut migratoire de plusieurs pays dans le système européen. On sait que des pays traditionnellement d’émigration nette à l’ouest sont devenus des foyers d’immigration majeure (Espagne, Italie, Irlande). Mais on observe également dans les dynamiques migratoires actuelles l’émergence de nouvelles destinations, comme la plupart des pays d’Europe centrale et orientale. Elles mobilisent des effectifs peu nombreux, mais significatifs par leur surgissement récent. Il s’agit là d’un symptôme de l’intégration de l’Europe médiane aux dynamiques non seulement européennes, mais plus largement mondiales. Ainsi, l’article d’Albena Tcholakova jette une lumière sur les quelque 100 000 migrants présents sur le sol bulgare : parmi eux, des personnes originaires de foyers d’émigration ancienne vers ce pays (ex-URSS, Macédoine), mais aussi de plus en plus d’Africains, de Chinois. De même, la capitale polonaise résume bien le statut intermédiaire de la Pologne sur la carte migratoire : pays de départs massifs, elle est aussi une destination choisie par de nombreux Ukrainiens, ou encore des Vietnamiens, comme l’explique l’article de Gauthier Graslin. En outre, la chute du mur de Berlin a fait apparaître de nouveaux points sur la carte métropolitaine européenne, investis par des cadres expatriés, autant que par des travailleurs moins qualifiés. Le cas de Varsovie analysé ici est exemplaire de cette re-découverte de l’autre, dans un pays mono-ethnique à 98% depuis la Seconde Guerre mondiale. Alors que la figure de l’étranger avant la guerre était celle du voisin immédiat côtoyé au quotidien (l’Allemand, le Juif, l’Ukrainien, le Lituanien), celle de l’étranger d’aujourd’hui réapparaît sous des formes nouvelles

6Pourtant, malgré l’ampleur des mutations en cours, il est nécessaire de penser l’impact de l’élargissement sur les migrations comme un moment où se conjuguent ruptures et continuités, comme le rappelle Izabela Grabowska-Lusińska. Au titre de ces dernières, elle souligne ainsi que les migrations pendulaires de travail à destination de l’Allemagne se sont multipliées dans les années 1990, dans la période de « pré-accession »…puis se sont amplifiées et déplacées vers les Îles Britanniques. Continuité également du côté des échanges ténus de population entre les pays du Sud et les pays de l’Est pendant le socialisme. Comme le montre le texte d’Albena Tcholakova, les étudiants invités en Bulgarie, sous le coup de l’aggravation de la situation interne de leur pays d’origine (Irak, Zambie, etc.) se retrouvent réfugiés. Finalement, les mouvements des populations demeurent résolument européens, y compris pour celles qui entretiennent depuis le 19ème siècle des relations étroites avec une communauté émigrée dans le Nouveau Monde (les Polonais), ainsi que le montrent les articles d’Izabela Grabowska-Lusińska et Marek Więckowski.

7Ce qu’on observe ailleurs depuis de nombreuses années entre Maghreb et Europe se vérifie également au sein du continent européen : les mouvements cycliques de population entretiennent une perception de plus en plus problématique entre migrations et mobilités et brouillent les distinctions traditionnelles entre pays de départ et pays d’accueil. L’article de Marek Więckowski rappelle combien les statistiques nationales sont faiblement armées pour mesurer les pratiques circulatoires qui se généralisent entre est et ouest. D’une part, la mesure de la migration par la déclaration de changement de résidence sous-estime largement la mobilité réelle des populations. À l’autre extrême, le recensement des franchissements de frontières pourrait être vu comme une approximation plus satisfaisante de la mobilité accrue (plus de 44 millions de passages en 2006). Mais ces chiffres englobent les flux de toutes temporalités et de toutes motivations (y compris ceux des touristes, en forte augmentation) et cumulent les déplacements itératifs d’un même individu.

2. La construction d’une Europe migratoire et « migrante »

8L’élargissement de l’Union européenne à l’Est produit depuis plusieurs décennies maintenant des dynamiques d’intégration continentale, à l’articulation entre des logiques descendantes et ascendantes. Les premières sont le fruit de politiques intergouvernementales et communautaires, elles contribuent à la construction de ce que nous appelons ici une Europe migratoire. Elles s’articulent avec plus ou moins de pertinence avec les pratiques, les expériences individuelles et collectives, qui produisent au jour le jour l’Europe » migrante », réalité sociale et spatiale de plus en plus complexe. Les textes présentés dans ce volume abordent de manière conjointe ou non ces deux dimensions.

9L’Europe migratoire résulte des actions non seulement des États, mais aussi des instances supra-nationales (la Commission ou le Conseil européens), internationales (l’OIM, le HCR), ou encore non gouvernementales (Forum Réfugiés par exemple). On connaît le paradoxe dans lequel évolue l’Union Européenne : le continent européen, soumis au vieillissement démographique, est devenu la première région d’immigration au monde (avec environ 2,5 millions d’entrées par an), mais c’est aussi la région où depuis une trentaine d’années l’immigration de travail est bannie de l’agenda politique. La chute du mur de Berlin et le calendrier de l’élargissement ont fait entrer les pays de l’est européen dans la dynamique de construction des politiques migratoires en Europe en plusieurs étapes que nous rappelons brièvement ici, car elles éclairent une bonne partie des textes présentés plus bas. Dans un premier temps, les logiques intergouvernementales l’emportent. Ainsi les prémisses d’une politique intégrée résident dans les accords de Schengen (1985, entrée en vigueur en 1990), qui inaugurent le schéma général de contrôles renforcés aux frontières externes, mais assurent une libre circulation au sein de l’espace ainsi délimité. En 1990, les États de l’UE-15 mettent en place avec les accords de Dublin une politique commune d’asile dotée de procédures de retour. Alors que les États d’Europe post-socialiste avaient choisi d’ouvrir leurs frontières, ils sont invités dès 1993 à signer des accords bilatéraux de réadmission avec les États de l’UE et leurs propres voisins orientaux et à revoir la législation sur l’entrée et le séjour des étrangers sur leur sol. À la fin des années 1990, les pays d’Europe entrent dans une étape de communautarisation des politiques migratoires. Le traité d’Amsterdam (1997, entré en vigueur en 1999) consacre l’acquis Schengen et inaugure des procédures standardisées (contrôle des frontières externes, liste commune de pays extra-communautaires soumis à l’obligation de visas, etc.). Les années 2000 sont marquées par une focalisation sur la question des réfugiés et de l’immigration clandestine. Les sommets de Séville (2002) et de Thessalonique (2003) appellent à une harmonisation accélérée des politiques nationales sur ces questions. Ainsi, à la veille de leur intégration, les pays candidats ont dû se conforter à ces dispositions regroupées dans le chapitre 24 de l’acquis communautaire. Appelés à entrer dans l’espace Schengen, mais freinés par des difficultés qualifiées de « techniques », les pays concernés ont prévu une clause de sauvegarde spéciale dans leur traité d’adhésion. Parallèlement, les États de l’UE-15 ont adopté des stratégies d’ouverture de leur marché du travail différenciées : immédiates ou progressives, au moyen de régimes transitoires. Les priorités nationales sont donc revenues s’articuler aux logiques communautaires à la veille de l’élargissement. Il en va de même depuis 2004, avec des choix nationaux de régularisation massive (Espagne, Italie) ou les modifications apportées aux régimes transitoires d’accès au marché du travail.

10Au cours de ce processus de construction d’une Europe migratoire, la demande d’asile a bénéficié d’un traitement particulier, orientée vers la mise au point d’une coquille procédurale particulièrement rigide, dès les accords de Dublin de 1990. En 2003 fut inaugurée la procédure du guichet unique pour accélérer le traitement de la demande d’asile : le premier État par lequel entre le requérant est responsable de sa demande. Cette disposition préparait l’implication croissante des nouveaux États membres dans la gestion de l’asile. L’agence Frontex, opérationnelle depuis 2005, en est le symbole. Basée à Varsovie, elle coordonne les actions de contrôle aux frontières et de rapatriements forcés. Il faut y ajouter l’ouverture d’une représentation régionale du Haut Commissariat aux Réfugiés à Budapest (2005) et surtout les nombreux centres de rétention situés en Europe et sur ses pourtours. Cette focalisation de l’attention sur la demande d’asile, ainsi que sur l’immigration clandestine avec laquelle l’amalgame est souvent fait, entretient l’image d’une « Europe forteresse », qui délègue, voire externalise ses actions de surveillance des flux sur ses périphéries internes (les nouveaux États membres) ou externes. Pourtant, dans le même temps, les mêmes instances communautaires plaidaient pour une meilleure intégration des étrangers dans les sociétés d’accueil. Les moyens mis en œuvre de ce côté-là sont insignifiants.

11Plusieurs articles dans ce numéro analysent les facettes de la construction d’une Europe migratoire : certains montrent en quoi les pays dits « de l’élargissement » sont de facto devenus des États tampons, voire des destinations par défaut de la demande d’asile, celle-ci ayant été considérablement freinée dans les pays d’accueil traditionnels (G. Graslin, A. Tcholakova). On y voit également comment le refus d’ouvrir les frontières aux migrations de travail - notamment à partir de 2004 -a orienté en France les stratégies des populations de l’est vers la demande d’asile (Bonerandi et al.). Parallèlement, Les acteurs internationaux collaborent activement à ce mouvement : l’Organisation Internationale pour les Migrations fournit un travail de communication à l’égard des candidats au départ pour les mettre en garde contre les dangers de toutes les formes de traite, depuis le début des années 1990, dans les pays balkaniques et d’Europe orientale notamment. Mais, ainsi que le montre l’article de Cécile Nieuwenhuys et Antoine Pécoud, cet organisme participe de fait à une démarche très ambiguë, car à travers des campagnes de communication en apparence d’essence humanitaire, il participe de facto à une politique de dissuasion de l’émigration dans les pays de départ, en amalgamant la traite des êtres humains et l’immigration illégale….voire en communiquant sur les risques liés à l’immigration légale, et ceci dès 2004. Preuve que l’élargissement a en effet réveillé les craintes de la fameuse « déferlante migratoire ».

12L’Europe migrante, celle des populations en mouvement, se lit à travers les stratégies des personnes elles-mêmes. Parfois, les migrants doivent inventer des modalités d’insertion résidentielle devant une offre publique défaillante (le cas des réfugiés à Lyon, Bonerandi et al.), parfois ils prennent une décision de départ à l’encontre de discours de mise en garde contre la traite d’êtres humains (Nieuwenhuys et Pécoud), et s’avèrent prêts à entrer dans la mondialisation via un douloureux détour par l’anti-monde de la traite. Parfois enfin, ils refusent d’endosser l’identité sociale qui leur est proposée au motif qu’ils sont réfugiés, en situation d’insécurité linguistique, et donc de faiblesse (Tcholakova). Les « expatriés » ou « spécialistes », à l’instar des migrants français installés à Varsovie participent quant à eux à l’insertion de la capitale polonaise dans le réseau métropolitain européen. Dans tous les cas, les flux observés et leurs grandes fluctuations s’expliquent par la compréhension et la perception qu’ont les migrants de l’offre d’accueil d’un territoire donné, laquelle ne dépend pas que des acteurs institutionnels (Bonerandi et al.).

3. Vivre dans la mobilité

13De plus en plus d’Européens ou de non-Européens vivent donc des situations de mobilités sociales autant que géographiques, selon des temporalités et des spatialités variables : la migration « classique », associée à une perspective d’installation, coexiste avec des mobilités circulatoires qui posent problème aux autorités politiques. Comment vit-on cette mobilité aujourd’hui entre est et ouest ?

14La majeure partie des textes présentés ici expose des cas de migrations dont la motivation principale est l’amélioration des conditions de vie ; et c’est bien là la tendance de fond des migrations suscitées par l’élargissement européen. Elles révèlent le différentiel économique, salarial qui en constitue le principal moteur. Mais du côté des migrants, la quête de meilleures conditions de vie les force tous à composer avec la perspective d’une déqualification professionnelle et sociale à leur arrivée, ce que subissent les migrants réfugiés en Bulgarie, en France, ou les migrants économiques d’origine polonaise dans leur territoire d’accueil (Tcholakova, Grabowska-Lusińska). L’article de Nieuwenhuys et Pécoud touche semble-t-il au fond de la déqualification sociale et humaine, en questionnant la traite des êtres humains. Il suggère que les jeunes femmes entraînées dans des filières de prostitution ne sont pas seulement des victimes objectives des traitements auxquelles elles sont soumises, et qu’on ne peut se contenter de les considérer sous le signe de la victimisation et de l’ignorance. Mieux vaut se demander alors ce qui les pousse à faire le choix d’émigrer pour améliorer à moyen ou long terme, au prix de conditions sans doute connues et assumées - ce que ne font pas les campagnes d’information. Il existe toutefois des exceptions notables à ce schéma de déqualification professionnelle : ainsi l’article de G.Graslin montre que la première profession pour laquelle des permis de travail sont accordés aux Ukrainiens en Pologne est celle de professeur d’anglais…leurs collègues polonais ayant déserté leur pays pour travailler dans des pays anglophones. Certes, il ne s’agit que des chiffres officiels, et une majorité d’Ukrainiens alimentent les zones grises de l’économie métropolitaine, ce qui renvoie à la question difficile de la mesure statistique du fait social de la migration. La situation familiale et résidentielle des migrants témoigne par ailleurs dans certains cas d’une stratégie attentiste, dans une perspective de mouvements itératifs (« l’imprévision intentionnelle » pour reprendre les termes employés dans le texte de Grabowska-Lusińska). Il en résulte la fréquente cohabitation de plusieurs célibataires dans un même logement (au Royaume-Uni, des réfugiés en Bulgarie). Les migrants réfugiés constituent un cas à part, qui est étudié ici dans différents contextes. Les « nouveaux » pays d’accueil sont plus faiblement préparés à encadrer ces migrants, ce que montre bien l’article de Tcholakova, qui pointe à ce titre le contraste entre la Bulgarie où ceux-ci sont pris en charge par le réseau ethnique, et la France où ils sont accompagnés dans un processus de « construction sociale de l’aide aux réfugiés » qui ne va pas de soi. L’insertion sociale et professionnelle des migrants dans les villes de l’Est procède parfois par appui sur les réseaux ethniques, qu’ils soient récents (cas des réfugiés en Bulgarie étudiés par Tcholakova) ou réactivés sur la base d’une présence « minoritaire » plus ancienne (cas des Ukrainiens à Varsovie expliqué par Graslin). Cette ressource n’est pas l’apanage des personnes venues chercher une amélioration de leurs conditions de vie : les expatriés français, qui non seulement travaillent, mais aussi consomment et scolarisent leurs enfants dans des institutions qui les rapprochent de leur pays d’origine et de la petite communauté francophone, fonctionnent à leur manière également sur une base ethnique à Varsovie (Graslin).

15L’insertion spatiale des migrants est vue à plusieurs échelles dans les différentes contributions. Les Polonais installés dans les Îles Britanniques se livrent à une dispersion spatiale croissante : ils ont d’abord convergé vers les métropoles et les villes en général, avant de se répandre après 2005 vers le péri-urbain, le milieu rural et enfin dans des régions périphériques (Grabowska-Lusińska). Cet auteur montre bien en quoi l’insertion sociale, les stratégies déployées par les migrants « post-accession » diffère de celles de leurs prédécesseurs. Elles peuvent être interprétées parfois comme des stratégies d’installation, ou au contraire comme des mises en situation d’attente par rapport au territoire et à la position sociale d’origine – ce qui semble être le cas des Polonais installés en Irlande qui, pour 60% d’entre eux, arrivent seuls. À l’échelle métropolitaine, l’étude du cas varsovien présente un cas de figure intéressant puisque les migrants s’installent dans un espace qu’on pourrait dire « vierge », sans points d’appui communautaire pour les étrangers nouvellement arrivés. Les stratégies spatiales des Ukrainiens et des Français diffèrent profondément, et reflètent naturellement des capacités économiques et institutionnelles contrastées. Les premiers se révèlent finalement moins enfermés dans des territoires construits socialement : en effet, les Français sont guidés dans leur territorialité par les institutions et les sociétés qui les emploient, alors que les Ukrainiens explorent des espaces plus diversifiés, puisqu’ils doivent construire des trajectoires d’intégration sociale et spatiale par eux-mêmes. À très grande échelle, l’article de Bonerandi et al. montre enfin comment un espace public près d’une gare joue le rôle de point d’ancrage et de repère pour des populations contraintes à une forte mobilité résidentielle au cours de la procédure de demande d’asile. Ici comme à Varsovie, la compétence migratoire revient à savoir exploiter les ressources spatiales (et pas seulement socio-économiques) de la métropole.

Haut de page

Bibliographie

Numéros spéciaux de revues

(2001), La nouvelle donne de l'immigration en Europe, Migrations Sociétés, n° 74.

(2004), Union européenne: élargissement à l'est et migrations, Migrations Sociétés, vol. 16, n° 92.

(2007), L'immigration à l'est de l'Europe, Le Courrier des Pays de l'Est, n° 1060.

(2008), Les migrations face au défi européen, Migrations Société, n° 116.

De TINGUY A. (éd.) (2001), Europe: ouvertures à l'est, Hommes et migrations, n° 1230, 152 p.

MICHALON B. (éd.) (2003), Migrations et diasporas, Balkanologie, vol. VII, n°1.

MICHALON B. & DEVAUX S. (eds.) (2006), Europe centrale et orientale: mobilités et lien social, La Nouvelle Alternative, vol. 21, n° 71, 122 p.

Articles et ouvrages

ANDRIJASEVIC R. (2005), La traite des femmes d’Europe de l’Est en Italie, Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, n° 1.

CRISTESCU T. & MUNTELE I. (2007), Les conséquences humaines et territoriales du processus d’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne, L'information géographique, vol. 71, n° 4, pp.121-141.

DIMINESCU D. (2003), Visibles mais peu nombreux: les situations migratoires roumaines, Paris, MSH, 339 p.

MISSAOUI L. & TARRIUS A. (2006), Villes et migrants, du lieu-monde au lieu-passage, Revue européenne des migrations internationales, vol. 22, n° 2, pp.53-65.

MOROKVASIC-MULLER M. (2005), La mobilité transnationale comme ressource : le cas des migrants de l'Europe de l'est, Cultures et conflits.

MOROKVASIC M. & HEDWIG R. (eds) (1996), Migrants. Les nouvelles mobilités en Europe, Paris, L'Harmattan.

POTOT S. (2002), Les migrants transnationaux: une nouvelle figure sociale en Roumanie, Revue d'Études Comparatives Est Ouest, vol. 1, pp. 149-177.

SIMON G. (1995), Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Paris, PUF.

SIMON G. (2008), Migrants et migrations du monde, Paris, La Documentation Française.

WEBER S. (2004), Des chemins qui mènent à Rome. Trajectoires et espaces migratoires roumains, ukrainiens et polonais à Rome 2000-2004, Thèse de doctorat, ENS-LSH.

WEBER S. (2007), Nouvelle Europe, nouvelles migrations: frontières, intégration, mondialisation, Paris, Éd. du Félin, 116 p.

WIHTOL de WENDEN C. (2001), L'Europe des migrations, Paris. La Documentation Française, 87p.

WIHTOL de WENDEN, C. (2005), Atlas des migrations dans le monde, Paris, Autrement, 79 p.

Haut de page

Notes

1 Le PIB moyen par habitant des États entrés en 2004 atteignait seulement 40% de la moyenne des PIB/hab de l’UE-15.

2 Le numéro se concentre sur les nouvelles mobilités engendrées depuis 2004 entre est et ouest du continent.

3 Plusieurs publications récentes permettent de s’informer sur ce point : une bibliographie sur les migrations est-ouest en Europe est présentée à la fin de l’éditorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Bonerandi et Lydia Coudroy de Lille, « Editorial », Espace populations sociétés, 2008/2 | 2008, 235-241.

Référence électronique

Emmanuelle Bonerandi et Lydia Coudroy de Lille, « Editorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/2 | 2008, mis en ligne le 28 octobre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2493

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Bonerandi

Université de Lyon – ENS Lettres et Sciences Humaines
UMR 5600 Environnement Ville Société
15, parvis René Descartes
BP 7000 Lyon Cedex 07
Emmanuelle.bonerandi@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Lydia Coudroy de Lille

Université Lumière-Lyon 2
Faculté de Géographie, Histoire, Histoire de l’Art et Tourisme
5, avenue Pierre Mendès-France – Case 11
69676 Bron Cedex
Lydia.coudroydelille@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org