Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Raymonde Séchet et Vincent Veschambre : Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale

Presses universitaires de Rennes, 2006, 397 pages
Frédérique Cornuau
p. 206-208
Référence(s) :

Raymonde Séchet et Vincent Veschambre (sous la direction de) : Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Presses universitaires de Rennes, 2006, 397 pages

Texte intégral

  • 1 Page 353.

1La géographie sociale a aujourd’hui une trentaine d’années. Les termes de géographie sociale sont en effet apparus à la fin des années 70 « en prolongement à la fois des travaux sur l’espace vécu et des recherches sur le changement social »1. La géographie sociale se définit comme une géographie de l’action et des acteurs. Elle se veut utile et prédictive et doit constituer une réponse à la demande sociale. Elle privilégie l’individu comme acteur. La géographie sociale est « engagée » et cela transparaît dans les thèmes traités : inégalités sociales, exclusions, drames humains, regards sur les rapports sociaux de domination, etc.

2Si l’appréhension sous l’angle d’une géographie de l’action constitue un premier signe distinctif de la géographie sociale au sein de la géographie, elle s’en distingue également par la place spécifique qu’elle donne à l’espace. En effet, la géographie sociale refuse d’autonomiser l’espace et de le déconnecter de la société. Selon elle, l’espace doit au contraire être considéré comme une production sociale. Et du coup la géographie sociale tente d’étudier les sociétés dans leur dimension spatiale, en référence à la notion de « renversement de l’ordre des facteurs » évoquée par Renée Rochefort, et énoncée plusieurs fois au cours de l’ouvrage.

3Si les orientations de la géographie sociale semblent très nettes, sa naissance ne s’est toutefois pas faite sans heurts. Les principales critiques entourant la géographie sociale s’orientent autour du manque d’intérêt qu’elle porte à la théorie. Elle serait trop empirique, n’articulerait pas suffisamment théorie et terrain. Pourtant il semblerait que cette critique ne tienne plus aujourd’hui. Et c’est ce que s’attache à démontrer cet ouvrage. Ainsi la géographie sociale aujourd’hui tend à se situer entre nouvelle dynamique et remise en cause critique.

4L’ouvrage dont il est ici question est le premier volume d’une série de trois. Il a été réalisé suite au colloque « Espaces et sociétés aujourd’hui. La géographie sociale dans les sciences sociales et dans l’action » qui s’est déroulé à Rennes en octobre 2004. La problématique centrale de ce colloque concernait l’action et l’inscription de la géographie sociale dans les sciences de l’action. Le but de ce premier volume est « de rendre compte tout à la fois des enjeux scientifiques et méthodologiques actuels pour la géographie sociale ». Il regroupe 20 contributions réparties en deux parties, chacune abordant l’un des deux aspects de la définition de la géographie sociale, à savoir l’engagement d’une part, et le rapport à l’espace d’autre part.

  • 2 Page 150.
  • 3 Page 29.

5La première partie revient sur le caractère engagé de la discipline et sur la responsabilité du chercheur. La place occupée dans bon nombre d’articles de l’ouvrage par la question de l’engagement témoigne de son importance. Elle fait référence à la question du rapport au politique. Un des thèmes de cette première partie est en effet le questionnement des politiques territorialisées et la définition de la place du chercheur par rapport à ces politiques. En effet si l’engagement est visible dans les thèmes abordés, il l’est aussi par la place que devrait occuper le chercheur en géographie sociale. Selon Benoît Raoulx, le chercheur est « un citoyen, sensible aux inégalités sociales. Cela conduit à l’action pour contribuer à une plus grande justice sociale, à restituer la recherche vers les populations rencontrées, enfin à diffuser la recherche vers les autres citoyens.»2 Au-delà de l’interrogation sur la place du politique, cette première partie se réclame aussi d’une « exigence théorique d’un questionnement des postures de la géographie sociale et d’un approfondissement de son ambition critique »3. Enfin, un troisième point fondamental de cette première partie vise à « contrer » la critique posée au départ à l’égard de la géographie sociale, et selon laquelle elle n’articulerait pas suffisamment théorie et terrain, en insistant justement ici sur l’importance du « terrain », sur sa définition et sur les méthodes mises en œuvre dans la construction de l’objet de recherche. Plusieurs textes proposent une réflexion sur les concepts, les méthodes et la relation du chercheur à son objet, thématique centrale dans cette recherche de contributions à une épistémologie de la géographie sociale.

6La seconde partie de l’ouvrage regroupe des communications traitant de l’espace ; les objectifs annoncés étant bien de poser les jalons de la construction d’une théorie de la dimension spatiale du social, toujours en refusant l’autonomisation de l’espace. Il s’agit d’organiser une réflexion sur le statut de l’espace en l’articulant autour de trois questions. La première tente de présenter une « approche dimensionnelle de l’espace d’un point de vue théorique ». La seconde s’interroge sur « le vocabulaire de la discipline, autour des catégorisations sociales et spatiales ». Enfin dans un troisième temps, des communications présentent des entrées spécifiques en termes de terrain, de thématiques et de confrontations disciplinaires pour « envisager la dimension spatiale des inégalités sociales et des rapports de domination ».

  • 4 Page 20.
  • 5 Page 20.
  • 6 Page 42.
  • 7 Page 46.

7Finalement, le but de cet ouvrage est d’approfondir l’identité de la géographie sociale, de discuter autour de son engagement et de son inscription dans les sciences sociales. Il insiste sur la dimension spatiale du social. L’espace reste omniprésent mais il est « indépendant » de la société ; « il s’agit de réaffirmer que l’espace est une production sociale au sens de Lefebvre (1974) »4. Il met également l’accent sur l’engagement des chercheurs – citoyens qui se réclament de la géographie sociale. Aujourd’hui il ne s’agit plus de mettre en évidence les inégalités par des représentations cartographiques, des atlas (comme on a pu le lui reprocher) mais d’envisager « comment se fabriquent, comment se construisent, comment se reproduisent par l’espace et dans l’espace, ces inégalités sociales. »5 Selon Julien Aldhuy, la géographie sociale « a contribué à faire entrer la géographie dans le champ des sciences sociales et à renouveler la conception de l’espace géographique, à la fois production sociale et consubstantiellement social »6 et « ce n’est ni un objet (les inégalités sociales) ni un sentiment face à ce même objet (l’injustice) qui devraient permettre de fonder la géographie sociale contemporaine, mais une réflexion sur le type de connaissance à produire en fonction de son utilité sociale. »7 La géographie sociale doit s’adapter, coller aux plus près des évolutions, économiques, culturelles, sociales, politiques et idéologiques, très rapides de la société dans un contexte de mondialisation et de globalisation.

8Cet ouvrage a l’intérêt de poser, à travers les 20 contributions présentées, les bases théoriques, méthodologiques et les enjeux de la géographie sociale. Il l’inscrit également dans une approche pluridisciplinaire en établissant des ponts avec la sociologie voire l’ethnologie. Pour un lecteur non initié à la discipline et aux questions épistémologiques, la lecture peut paraître de prime abord peu aisée. Cependant l’utilité revendiquée de la géographie sociale, son engagement social et politique méritent que l’on s’y arrête. Et la variété des thèmes traités permet de glaner des informations enrichissantes. En outre, cet ouvrage est à conseiller pour qui cherche à comprendre de manière approfondie la démarche et les enjeux de la géographie sociale.

Haut de page

Notes

1 Page 353.

2 Page 150.

3 Page 29.

4 Page 20.

5 Page 20.

6 Page 42.

7 Page 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Cornuau, « Raymonde Séchet et Vincent Veschambre : Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 206-208.

Référence électronique

Frédérique Cornuau, « Raymonde Séchet et Vincent Veschambre : Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/2473

Haut de page

Auteur

Frédérique Cornuau

Université des Sciences et Technologies de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org