Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Marcel Roncayolo, Territoires en partage. Nanterre, Seine-Arche : en recherche d’identité(s)

Marseille, Éditions Parenthèses, 2007, 192 pages, 155 illustrations en couleurs
Gilles Montigny
p. 205-206
Référence(s) :

Marcel Roncayolo, Territoires en partage. Nanterre, Seine-Arche : en recherche d’identité(s), Marseille, Éditions Parenthèses, 2007, 192 p., 155 ill. en couleurs

Texte intégral

  • 1 Entre autres fonctions, professeur émérite à l’Université Paris X-Nanterre (où il enseigna à partir (...)
  • 2 Voir, notamment, L’Imaginaire de Marseille : port, ville, pôle (1990), Les Grammaires d’une ville. (...)

1Quittant momentanément son « laboratoire » marseillais favori Marcel Roncayolo1 applique ici ses méthodes de lecture de ville2 à l’une des plus importantes communes de la banlieue parisienne, promue au rang de préfecture lors du redécoupage administratif de la région intervenu en 1964.

2Sous l’effet de l’afflux d’une population immigrée (dans des bidonvilles), de l’édification des premiers grands ensembles, des débuts de la construction du centre d’affaires de La Défense, de l’installation de l’une des premières universités parisiennes déconcentrées, Nanterre avait alors déjà cessé d’être une banlieue ordinaire. Une première partie (« Les territoires du temps ») retrace l’histoire de la commune, d’abord étape (à mi-chemin entre Paris et Saint-Germain-en-Laye) des équipages des chasses royales, transformée au cours du 19ème siècle en une sorte d’arrière-cour besogneuse de Paris suite à l’installation de carrières, de sablières, d’entrepôts, d’un abattoir, de diverses usines, de l’asile départemental de la Seine. À partir du début des années 1960, alors qu’elle se rapprochait de son maximum de population (95 000 habitants, au recensement de 1975), Nanterre a commencé d’être tiraillée entre deux tendances. D’une part, celle de jouer un rôle de centre local et régional en raison de ses nombreux emplois industriels (elle est longtemps restée un important site de construction automobile, de montage de cycles et de vélomoteurs, de productions agroalimentaires), de ses nombreux logements, de l’implantation de la future Université Paris X, de l’essor des services administratifs liés à la fonction de préfecture. D’autre part, sous l’impulsion de l’Établissement public d’aménagement de La Défense (EPAD), partageant ce destin avec les communes voisines de Puteaux et de Courbevoie, celle de se fondre dans la dynamique métropolitaine parisienne. La présence de nombreuses voies de communication transversales, héritées de différentes époques (grandes routes puis autoroutes A 14 et A 86, lignes de chemin de fer puis RER, extensions du Port autonome de Paris), le maintien d’activités dévoreuses d’espace (réservoirs de gaz et d’hydrocarbures, dépôt de la RATP, emprises ferroviaires et fluviales), la présence de parcelles non encore affectées, l’occupation pavillonnaire d’une partie des pentes du Mont-Valérien contribuent à compliquer la perception et l’image d’une commune présentant un territoire divers, inégalement dense et fortement fragmenté.

  • 3 Dans son Traité d’architecture (1852-1856), cité p. 17.Il est surtout connu pour avoir construit, d (...)

3C’est cette diversité morphologique, économique et sociale, mais aussi une vitalité et une potentialité certaines (outre la présence des étudiants de Paris X, Nanterre possède une population jeune et en renouvellement permanent), que l’auteur aide à découvrir en proposant - deuxième partie, « Voyages dans les fragments d’une ville » - cinq itinéraires de découverte à travers les quartiers de la préfecture des Hauts-de-Seine. Ces parcours, richement illustrés par des photographies, comme l’ensemble de l’ouvrage, sont une manière originale de pratiquer, in situ, l’analyse espace-temps. Le déplacement du promeneur est une rencontre permanente avec les héritages urbains. Il fait traverser des paysages extrêmement contrastés qui permettent de reconstituer les étapes de l’occupation de l’espace, de repérer les vagues successives du peuplement, de suivre l’évolution du bâti, et, finalement, de comprendre la complexité actuelle de la ville. Comme le disait Léonce Reynaud : « Le tracé d’une ville est œuvre de temps plutôt que d’architecte »3.

4La troisième partie est consacrée à ce qui constitue, en principe, l’objet principal de l’ouvrage : l’étude du projet, dit « Seine- Arche », de prolongement sur Nanterre de l’axe historique qui, par-delà les Champs-Élysées, l’Étoile et la Porte Maillot, relie déjà le Louvre et l’Arche de La Défense. Déjà évoquée dans les premiers grands documents d’urbanisme de la région parisienne, dont le plan Prost de 1934, sa reprise a suscité, à partir de 1989-1990, une empoignade entre la Ville de Nanterre, désireuse de promouvoir un urbanisme local à dimension humaine capable de gommer certaines des discontinuités et fragmentations évoquées précédemment, et l’EPAD, organe de la volonté planificatrice de l’État, porteur de projets à visée internationale destinés à intégrer encore plus étroitement Nanterre au quartier d’affaires et d’activités de La Défense, cela au risque d’aggraver les déséquilibres préexistants. Ce bras de fer, dont les épisodes et rebondissements sont fidèlement rapportés, a finalement abouti, en 1998, au terme de longues tractations, à la signature d’un protocole d’accord entre la Ville de Nanterre et l’État autour d’un projet conciliant les vues des différentes parties prenantes.

5Là, manifestement, ce qui intéresse Marcel Roncayolo est moins le détail du contenu de chacun des différents projets élaborés en ces circonstances par les architectes et les urbanistes que le jeu des acteurs urbains, le contenu et l’évolution des conflits d’intérêts, l’opposition entre différentes logiques, publiques et privées, se déroulant à des échelles variées (locale, régionale, internationale). Comme dans les parties précédentes, la problématique de la « fabrication de la ville » domine.

6Au-delà de cette leçon d’histoire et de géographie urbaine appliquée, ce livre apporte surtout un regard renouvelé sur la banlieue. Au cours des dernières décennies, actualité et médiatisation obligent, celle-ci a été surtout vue sous l’angle de la crise urbaine, de la dérive des quartiers dits « sensibles », de la montée des exclusions, de la délinquance et de la violence. Le travail de Marcel Roncayolo vient fort opportunément rappeler que les banlieues, aussi bien que les villes-centres, rêvent, de la part de leurs élus et de leurs habitants, d’être améliorées et peuvent susciter d’ambitieux projets d’aménagement. S’il ne dissimule pas la difficulté de la tâche pour les Nanterriens, c’est cependant à une vision plus positive et plus optimiste de la banlieue parisienne qu’il nous conduit.

Haut de page

Notes

1 Entre autres fonctions, professeur émérite à l’Université Paris X-Nanterre (où il enseigna à partir de 1987).

2 Voir, notamment, L’Imaginaire de Marseille : port, ville, pôle (1990), Les Grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille (1996), Lectures de villes. Formes et temps (2002).

3 Dans son Traité d’architecture (1852-1856), cité p. 17.Il est surtout connu pour avoir construit, de 1845 à 1847, la première Gare du Nord à Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Montigny, « Marcel Roncayolo, Territoires en partage. Nanterre, Seine-Arche : en recherche d’identité(s) », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 205-206.

Référence électronique

Gilles Montigny, « Marcel Roncayolo, Territoires en partage. Nanterre, Seine-Arche : en recherche d’identité(s) », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/2472

Haut de page

Auteur

Gilles Montigny

Groupe de géographie sociale et d’études urbaines, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org