Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Guy Burgel, La Revanche des villes

Paris, Hachette Littératures, 2006, 239 pages, 17 tableaux, 2 schémas
Gilles Montigny
p. 204-205
Référence(s) :

Guy Burgel, La Revanche des villes, Paris, Hachette Littératures, 2006, 239 pages, 17 tableaux, 2 schémas

Texte intégral

1Cet essai consacré à la ville contemporaine livre une intéressante réflexion d’ensemble sur les grands changements urbains intervenus au cours des derniers siècles, même si leurs diversité et complexité ne peuvent qu’en rendre, de l’aveu même de l’auteur, l’appréhension difficile.

2« À chaque étape du cheminement suivi jusqu’ici, deux termes récurrents sont apparus : l’incertitude et le défi. La ville actuelle est incertitude, parce que ses réalités matérielles et symboliques sont mouvantes, ambiguës, trop rapides pour en saisir le sens … » (début du chapitre VII, p. 185). Cela n’empêche pas de discerner un double mouvement historique majeur : d’unification de l’urbain sous l’influence de la Révolution industrielle, de division et d’éclatement de cet espace au cours des deux ou trois dernières décennies. Le premier correspondait à une économie dans laquelle la production primait sur la consommation, où l’urbanisation reposait sur des localisations géographiques précises (bassins miniers, nœuds de voies de communication, abondance de la main-d’œuvre, …) et des fonctions (économiques, administratives, juridiques, militaires, …) aisément identifiables. Le second, récent et lié à la tertiarisation des activités, résulte de poussées contradictoires (dissémination accrue des activités courantes, parallèlement, centralisation croissante des activités innovantes et stratégiques dans des technopoles, des pôles de compétitivité, des centres et districts d’affaires) alors que de nouvelles valeurs urbaines, correspondant à l’essor des actions culturelles et d’animation, tendent à supplanter celles liées au travail et aux activités traditionnelles. Le type d’urbanisme qui a caractérisé les métropoles occidentales (Manhattan, La Défense) s’étend maintenant aux pays du Sud émergents (Chine, Inde, Asie du Sud-Est) ; partout, la gouvernance urbaine est pourtant menacée par l’affaiblissement des pouvoirs dans la ville et l’émiettement des responsabilités.

3Ce double mouvement contemporain oblige à revoir les classifications et les schémas explicatifs traditionnels et à repenser la ville. La multiplication des appellations récentes appliquées aux grandes villes – « ville postindustrielle », « ville informationnelle » ou « communicationnelle », « ville archipel », « ville globale », … - dissimule mal une perception floue, fluctuante et partielle des réalités. Sur le plan des politiques urbaines, une grande incertitude domine également. Faut-il continuer à accepter l’étalement urbain et périurbain, favorisé par l’automobile, les transports publics et la maison individuelle ? Au contraire, faut-il redensifier le tissu urbain existant quitte à réhabiliter l’habitat collectif ? Est-il raisonnable de se focaliser autant sur la question de la localisation de l’habitat alors que la mobilité des citadins s’accroît ? Faut-il même aller jusqu’à abandonner toute référence au zoning des populations et des activités ? Si oui, jusqu’à quel point conviendrait-il d’encourager la mixité sociale et spatiale ?

4Pour surmonter certaines de ces difficultés, et agir, G. Burgel propose de définir des « territoires institutionnels de projet » (pp. 54-55). L’actualité montre l’intérêt mais aussi, vu le risque de conflits de projets, toute la difficulté d’une telle démarche. Le lancement, par la Mairie de Paris, en mai 2006, d’une « Conférence métropolitaine » réunissant la capitale et un certain nombre de communes de sa proche banlieue marque une volonté de dépassement par la concertation des divisions administratives et territoriales établies, celles de la Ville de Paris, des départements et de la région Île-de-France, tandis que, dès juin 2007, Nicolas Sarkozy annonce son intention de relancer l’idée, déjà débattue dans l’entre-deux-guerres, de délimiter un « Grand Paris » par la création d’une communauté urbaine.

5Même si la ville contemporaine est, pour le moins, déconcertante, elle appelle des études rigoureuses. Dans le chapitre VII, derrière l’essayiste revient l’enseignant et l’universitaire. Viennent alors de précieuses mises au point méthodologiques sur l’approche contemporaine du phénomène d’agglomération, la mesure de l’extension périurbaine (voir notamment, pp. 189-190), la connaissance des mécanismes de la croissance démographique urbaine. Elles s’achèvent par une réflexion, plus académique mais actualisée, sur la définition de la ville.

6Cet ouvrage, instruit de l’observation de nombreuses expériences française et étrangères, retiendra l’attention d’un large lectorat, allant des spécialistes et étudiants en géographie et aménagement urbain au grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Montigny, « Guy Burgel, La Revanche des villes », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 204-205.

Référence électronique

Gilles Montigny, « Guy Burgel, La Revanche des villes », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/2471

Haut de page

Auteur

Gilles Montigny

Groupe de géographie sociale et d’études urbaines, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org