Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Gilles Boëtsch et Annie Hubert : L’alimentation en montagne

Éditions des Hautes-Alpes, 2007, 317 pages
François Moullé
p. 203-204
Référence(s) :

Gilles Boëtsch et Annie Hubert (dir.) : L’alimentation en montagne, Éditions des Hautes-Alpes, 2007, 317 pages

Texte intégral

1Le thème proposé est fondamentalement innovant dans son approche. Ce livre rassemble de manière convaincante les regards des anthropologues, ethnologues, historiens, géographes, nutritionnistes sans oublier celui plus technique de la médecine. Le milieu montagnard, bien que la définition proposée soit particulièrement large, est le plus souvent abordé dans sa dimension spatiale. Temporalité et spatialité permettent aux auteurs à travers des démonstrations argumentées de montrer l’enjeu alimentaire et son évolution dans les montagnes européennes et dans les montagnes présentées comme régions du Sud.

2Le plus frappant est la remarquable adaptation des organismes humains, des techniques culinaires et des techniques agricoles possibles en montagnes. Force est de constater que les montagnes ont été sur le long terme des milieux difficiles où l’alimentation est composée de plantes rustiques : céréales, fruits et légumes dont la pomme de terre va devenir, même tardivement un élément clé. Les versants permettent toujours des complémentarités grâce à l’étagement des productions agricoles. Les produits de l’élevage complètent réellement les rations alimentaires mais avec des nuances d’une région à l’autre dues essentiellement à l’approche culturelle et religieuse de l’animal. La baisse des températures avec l’altitude diminue fortement la saison agricole, l’enjeu - autrefois en Europe, et toujours dans certaines montagnes pauvres - est la conservation des aliments sur la longue durée. Cette contrainte est toujours abordée par les auteurs quand leurs sources le permettent. Se pose le problème de l’adaptation des organismes humains à des rations alimentaires le plus souvent insuffisantes et parfois déséquilibrées. Les groupes humains ne réagissent pas toujours de la même manière et cette diversité remet en partie en question les références occidentales. Par exemple, certaines populations notamment en Guinée arrivent à compenser de manière complexe le manque de protéine. Néanmoins, l’insuffisance de développement du fœtus pendant la grossesse dû à une alimentation insuffisamment riche explique la fréquence de tailles moyennes inférieures aux habitants des villes. Le problème des matières grasses nécessaires pour lutter contre le froid est analysé de manière originale puisque deux exemples sont abordés avec les populations traditionnelles du Grand Nord et celui des alpinistes en très hautes altitudes.

3Par contre, nous pouvons regretter une comparaison incomplète. Dans le chapitre « De l’autoconsommation à la marginalisation économique de la production agricole » l’auteur montre bien le processus qui a accompagné l’exode rural de certaines montagnes européennes notamment du 19ème siècle au milieu du 20ème siècle. Les montagnes répulsives se sont vidées et la production agricole faiblement concurrentielle par rapport à celle des plaines a décliné. En quelques lignes, l’auteur tente une comparaison pour l’Himalaya de nos jours. Sans démonstration éclairante, le lecteur reste sur sa faim.

4Un dernier aspect est à souligner. Les spécificités alimentaires, notamment la simplicité, ont participé à la construction de l’idée de « montagne » par les citadins. La mise en tourisme de la montagne, pour les habitants extérieurs, a véritablement participé à la patrimonialisation des spécialités culinaires montagnardes. L’image saine et authentique auréole les produits fermiers. Le résultat est la valorisation, parfois à travers certains labels de qualité, de l’agriculture de montagne après un long déclin économique dans des régions devenues attractives. Un véritable bouleversement historique auquel l’alimentation de montagne a participé.

5En conclusion, ce livre est fort bien argumenté, mais sa lecture en un seul repas risque d’être indigeste !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Moullé, « Gilles Boëtsch et Annie Hubert : L’alimentation en montagne », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 203-204.

Référence électronique

François Moullé, « Gilles Boëtsch et Annie Hubert : L’alimentation en montagne », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 29 novembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://eps.revues.org/2469

Haut de page

Auteur

François Moullé

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org