Navigation – Plan du site
Articles

Inégalités écologiques : analyse spatiale des impacts générés et subis par les ménages belges

Ecological Inequalities: Spatial Analysis of Generated and Endured Impacts by Belgian Househoalds
Joël Dozzi, Moritz Lennert et Grégoire Wallenborn
p. 127-143

Résumés

L’objectif de l’article est d’explorer les méthodes pour présenter les inégalités écologiques sur un territoire donné. Nous commençons par définir les inégalités écologiques afin de rendre cette notion opératoire pour des traitements statistiques et cartographiques. Nous interprétons les inégalités écologiques en deux sens : inégalités face aux pollutions et aux dégradations de l’environnement, et inégalités en termes d’impacts sur l’environnement. Nous exposons ensuite ce qu’il est aujourd’hui possible de dire à propos des inégalités écologiques sur un territoire (la Belgique) pour lequel le système de collecte de données n’est pas toujours centralisé. Nous montrons les résultats de l’exploration systématique des bases de données quantitatives et comparables pour l’ensemble du territoire de la Belgique, en exposant les variables retenues, diverses corrélations et une analyse par composante principale. L’environnement est ainsi réduit à ce qui est mesuré et interprétable. Outre le résultat attendu que les ménages les plus favorisés économiquement sont ceux aussi qui échappent le plus souvent aux pollutions et qui génèrent le plus de pressions sur les ressources, nous révélons certains aspects culturels liés aux inégalités écologiques. Nous concluons par quelques remarques méthodologiques.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour objectif d’explorer les méthodes pour présenter les inégalités écologiques sur un territoire donné. Nous commençons par définir les inégalités écologiques afin de rendre cette notion opératoire pour des traitements statistiques et cartographiques. Nous interprétons les inégalités écologiques en deux sens : inégalités face aux pollutions et aux dégradations de l’environnement ; inégalités en matière d’impacts sur l’environnement. Nous exposons ensuite ce qu’il est aujourd’hui possible de dire à propos des inégalités écologiques sur un territoire pour lequel le système de collecte de données n’est pas toujours centralisé. Nous montrons les résultats de l’exploration systématique des bases de données quantitatives et comparables pour l’ensemble du territoire de la Belgique, en exposant les variables retenues, diverses corrélations et une analyse par composante principale.

Des chiffres et des cartes

  • 1 Voir l’introduction de Bruno Villalba et Edwin Zaccaï (2007), « Inégalités écologiques, inégalités (...)

2Le terme « inégalités écologiques » est apparu récemment, et il est utilisé dans de nombreux contextes différents, sans qu’on puisse en donner une définition univoque1. En quel sens les inégalités sont-elles écologiques ? Pour y répondre, il faut d’abord définir ce que l’on comprend par « écologie » et par « inégalités ».

  • 2 Cf. Gérard Bellan, Denise Bellan-Santini et Jean-Claude Dauvin, « À propos de quelques utilisations (...)

3Pour le dire rapidement, une analyse écologique vise à appréhender les interactions entre les organismes vivants et le milieu où ils vivent. L’écologie mobilise deux concepts-clef : l’interaction et l’adaptation2. Une approche écologique cherche à comprendre comment les entités (organismes vivants, éléments naturels, institutions humaines,…) d’un système donné agissent les unes sur les autres et s’adaptent à des changements.

  • 3 Voir comment Alain Bihr et Roland Pfefferkorn traitent systématiquement ce thème : Déchiffrer les i (...)
  • 4 Jacques Theys (2007), « Pourquoi les préoccupations sociales et environnementales s’ignorent-elles (...)

4Les inégalités sont des différenciations des entités et de leurs relations ; elles résultent de processus de distribution et de sélection différenciés. Les inégalités sont généralement envisagées sous un ou plusieurs critères, souvent socio-démographiques (revenus, instruction, sexe, emploi, âge, origine, lieu d’habitation, …)3. Dans cette perspective, la question est de savoir comment quantifier les inégalités. Or, les inégalités ne se résument pas à des statistiques, car des éléments plus qualitatifs - l’environnement ou la santé par exemple - jouent également et peuvent même être plus importants que les inégalités sociales4.

5Le but de cet article est donc d’explorer les relations inégales que les ménages entretiennent avec l’environnement, en se limitant au territoire de la Belgique. Pour cerner les inégalités écologiques, deux approches sont possibles. Soit on cherche à faire entrer l’environnement dans les inégalités, et on part donc des personnes. Cela revient à quantifier ce terme plurivoque d’» environnement », à estimer des différentiels en termes de pressions générées et de dégradations subies. Les graphiques et les corrélations statistiques sont de tels outils. Ou bien la recherche d’inégalités écologiques opère par le mouvement inverse : on fait entrer les inégalités dans l’environnement et on part des territoires. Les cartes sont alors d’excellents outils pour confronter les indicateurs et montrer les contrastes spatiaux. Les cartes ont en outre l’intérêt de rappeler la dimension irréductiblement territoriale de l’environnement. Finalement, une approche territoriale permet aussi de croiser des informations non liées par ailleurs dans les statistiques disponibles. Par conséquent, nous utiliserons les deux approches en fonction des données disponibles.

6Cet article explore la rencontre des inégalités (prises dans leur sens socioéconomique) et de l’environnement afin de saisir certains aspects de cette écologie entre l’environnement et les habitants d’un territoire donné. L’écologie que nous cherchons à décrire est donc composée des ménages, des ressources (renouvelables ou non) qu’ils utilisent, et des pollutions qu’ils subissent. Notons que l’environnement est ici extrêmement réduit : on ne parle pas d’écosystème, et on n’aborde quasiment pas la dimension globale comme celle relative, par exemple, aux changements climatiques. De même, les inégalités socioéconomiques sont ici réduites aux différences de revenu et de diplôme.

7L’intérêt de notre démarche n’est pas de montrer des causalités précises, mais d’explorer les possibilités existantes pour exposer la photographie partielle d’un paysage constitué d’habitants et de certaines de leurs relations (à l’environnement local, à l’environnement global, aux pollutions, aux autres, …). Les sections suivantes présentent les variables que nous avons retenues ainsi que les pistes que nous avons dû écarter. Beaucoup de nos commentaires proviennent de l’interprétation de cartes, réalisées pour chaque variable, mais que nous ne pouvons montrer par manque de place.

Méthodologie et sources de données

  • 5 En Belgique, les Régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles) ont l’environnement pour compétence, et les (...)

8Pour réaliser cette contribution, nous avons essayé d’explorer systématiquement les données disponibles pour l’ensemble du territoire belge, en cherchant à traiter d’une part un maximum d’impacts sur l’environnement (impacts subis) et d’autre part différents secteurs de la consommation (impacts générés). Nous savions que nous ne pourrions pas étudier tous les impacts subis et générés par les ménages belges, mais la nécessité d’avoir des données quantitatives, disponibles, et homogènes sur l’ensemble des trois Régions de la Belgique5, nous a heureusement limités.

  • 6 http://statbel.fgov.be/census/
  • 7 http://statbel.fgov.be/surveys/hbs.asp
  • 8 http://www.iph.fgov.be/epidemio/hisia/index.htm

9Au niveau fédéral, il existe principalement trois types de sources qui concernent notre sujet : l’Enquête socioéconomique 20016 (parfois appelée « recensement » car elle est obligatoire), l’Enquête sur le budget des ménages7 (EBM) qui demande à plus de 3700 ménages par an de noter leurs moindres dépenses pendant un mois, et qui contribue, notamment, à la détermination de l’indice des prix à la consommation, et l’Enquête de santé par interview (2004)8 qui étudie la santé de la population en Belgique et qui a été menée auprès de 10 000 individus. Nous avons également utilisé les statistiques fiscales pour les revenus.

  • 9 Grégoire Wallenborn & Joël Dozzi, « Du point de vue environnemental, ne vaut-il pas mieux être pauv (...)

10Nous avons principalement envisagé les inégalités en fonction du revenu car l’accès à la consommation et la capacité à échapper à certaines pollutions dépend fortement du revenu9.

  • 10 Christian Vandermotten, « Territoires et inégalités », in Environnement et inégalités sociales, op. (...)

11L’Enquête 2001 permet de dresser des cartes très précises. Nous avons pris l’échelle de la commune, car avec ses 589 communes, la Belgique offre de beaux contrastes. Bien entendu, la commune est déjà une moyenne par rapport aux situations des ménages. Mais ce niveau décrit des relations qui s’inscrivent dans l’espace et le temps. « Même si dans un territoire donné les inégalités sociales sont bien plus importantes que les inégalités spatiales, l’étude des inégalités territoriales, géographiques, est pertinente parce que les espaces concrets sont les lieux dans lesquels se cristallisent et se révèlent les enjeux sociaux et les stratégies des acteurs. »10.

  • 11 Voir le chapitre « santé et environnement » dans la synthèse de l’étude 2004 : http://www.iph.fgov. (...)

12L’Enquête de santé aborde principalement l’appréciation que les personnes ont de leur propre état de santé, l’utilisation qu’ils font des services de santé tant curatifs que préventifs, et leur style de vie (activités physiques, habitudes nutritionnelles, consommation de tabac et d’alcool). En matière d’environnement, l’enquête évalue une série de nuisances subies, d’une part dans le quartier, et d’autre part dans le logement (accumulation d’immondices, nuisances sonores, olfactives, lumineuses, vibrations, etc.). Les résultats de l’enquête révèlent que les problèmes de nuisances environnementales dépendent principalement du lieu de résidence (urbain/rural) et moins du niveau d’instruction ou du revenu11. Malheureusement, les données récoltées par cette enquête ne peuvent être spatialisées au niveau souhaité, car les résultats ne sont pas désagrégés au niveau des communes.

13Il nous semble important de mentionner les limites de notre exercice en indiquant différentes variables que nous aurions aimé inclure dans notre recherche, mais pour lesquelles il manque des informations : poids des déchets par commune, nombre de décharges et de sites désaffectés, mesures de nuisances sonores, capacité à s’adapter à l’environnement ou à réagir face à une dégradation. Ces lacunes sont en partie liées à la régionalisation des matières environnementales.

Présentation succinte de la Belgique

14Petit territoire de 30 000 km2, la Belgique offre des régions contrastées, entre vieilles friches industrielles (principalement en Wallonie, dans le sillon Sambre-et-Meuse) et industries performantes entre Anvers (avec son port) et Bruxelles, Gand et Liège.

  • 12 Les secteurs NACE retenus sont DG (Industrie chimique), DH (Industrie du caoutchouc et des plastiqu (...)

15La figure 1 présente les revenus médians par commune et l’emploi dans quelques secteurs industriels représentatifs à la fois de vieilles industries lourdes (métallurgie) et d’industries plus performantes ; toutes étant des sources potentielles d’émissions polluantes.12 On observe que les métropoles sont plus riches, avec un contraste entre les centres urbains, relativement pauvres, et les banlieues, relativement riches. Ce phénomène particulièrement visible dans le territoire métropolitain de Bruxelles, et dans une moindre mesure de Gand, Liège, et Anvers, car ces communes sont plus grandes. Ne perdons pas de vue non plus les effets transfrontaliers du Luxembourg et d’Aix-la-Chapelle. Notons également que les régions industrielles sont plus pauvres que la moyenne, ainsi que certaines zones rurales. Il existe également un contraste entre le nord (la Flandre, plus riche) et le sud (la Wallonie, plus pauvre). L’emploi industriel se trouve le long de quelques axes principaux : Anvers-Bruxelles- Charleroi, Anvers-Gand-Lille, Anvers-Liège et Liège-Charleroi.

Figure 1 : Revenu médian par commune et emplois dans les industries polluantes

Figure 1 : Revenu médian par commune et emplois dans les industries polluantes

Découpage en classes : Algorithme de Fisher Jenks
Carte réalisée avec GRASS GIS et R

16Notons que la part des personnes avec un diplôme de l’enseignement supérieur est bien corrélée avec le revenu, mais avec des contrastes moins prononcés. Ainsi on trouve dans les centres urbains une plus grande proportion de diplômés avec des revenus relativement bas (probablement des jeunes), et les diplômés du supérieur sont mieux répartis sur l’ensemble du territoire. Il est intéressant d’analyser les deux variables de revenu et d’instruction car elles indiquent la capacité des ménages à accéder à diverses ressources (dont l’information) et à s’adapter à des dégradations de l’environnement (en déménageant par exemple).

Impacts subis

17Comment étudier l’exposition à certaines nuisances et pollutions (pollution de l’air, bruit, voisinage de certains sites, …) ? L’étude des impacts subis par les ménages est compliquée parce qu’elle relève à la fois de la toxicologie (c’est-à-dire l’impact sur la santé physique) et des qualités (perçues ou non) du lieu de vie. Nous avons choisi deux approches: la première concerne la localisation géographique des sites d’émission de pollution et la deuxième se base sur la perception subjective de l’environnement telle qu’enregistrée par l’enquête socioéconomique 2001.

Les sites de pollution

  • 13 http://www.eper.cec.eu.int/eper/
  • 14 Voir entre autres WHO (2004), Health aspects of air pollution. Results from the WHO project. “Syste (...)
  • 15 Tel que cela a été fait dans les modèles GAINS/RAINS (http://www.iiasa.ac.at/rains/gains.html?sb=7) (...)

18Pour identifier certaines sources fixes d’émissions polluantes nous nous sommes référés à la liste des polluants repris dans le système EPER13 qui recouvre une cinquantaine de composés émis par les sites industriels en Europe. Notre choix s’est porté sur les principaux polluants qui constituent une menace avérée pour la santé des habitants14. Etant donné que leur nombre est relativement élevé et que leurs effets peuvent être très variables (effets directs ou indirects, interactions chimiques ou physiques entre substances, influence des conditions météorologiques, etc.), nous avons ciblé les composés selon les principaux critères suivants : degré relatif de dangerosité, effets connus, niveau de priorité porté par les institutions compétentes, et le monde scientifique. Nous avons également décidé de nous limiter aux polluants émis dans l’air puisqu’ils permettent une certaine approximation des impacts à petite échelle, les pollutions dans le sol et dans l’eau ayant des effets trop locaux. Il est évident qu’une étude approfondie de la spatialisation des pollutions nécessiterait un travail à plus grande échelle, tenant compte des conditions météorologiques et des géographies locales15. Notre approche doit donc être vue comme une démonstration sommaire des possibilités sur base des données EPER.

19Dans un premier temps, nous avions dégagé les substances suivantes :

  • les précurseurs d’ozone troposphérique comme les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils non méthaniques (COVNM) ; les effets de l’ozone sur les fonctions respiratoires étant connus et justifiant entre autres des mesures d’urgence durant les pics de pollution ;

    • 16 Les PM2,5 et les PM1 sont plus nocifs pour la santé que les PM10, mais EPER ne les reprend pas.

    les matières particulaires de type PM10, qui constituent également une menace pour la santé au niveau du système respiratoire (asthmes, capacités respiratoires, maladies pulmonaires, etc.)16 ;

  • les aromatiques du type benzène, dont les effets sur le système nerveux, mais aussi les effets cancérigènes, sont prouvés ;

  • les hydrocarbures polycycliques aromatiques (HAP), dont certains ont également des effets cancérigènes avérés (et d’autres pour lesquels des études sont en cours ou alors ont une toxicité faible).

  • 17 WHO (2004), Health aspects of air pollution – Results of the WHO project “systematic review of heal (...)

20In fine, nous avons choisi de spatialiser les pollutions uniquement pour les NOx et les PM10. Le benzène n’a pas été retenu pour deux raisons. D’une part, les sources émettrices sont surtout les modes de transports routiers, ainsi que les stations essence ; des sources non reprises dans la base de données EPER. D’autre part, le benzène est une substance fortement volatile, donc peu persistante dans l’air et rapidement biodégradable. Les HAP par contre sont davantage persistants dans la mesure où certains d’entre eux sont semi-volatils, et peuvent se combiner aux matières particulaires (PM)17. Toutefois, d’après la base de données EPER, les sources industrielles émettrices de HAP dépassant le seuil d’obligation de déclaration sont très peu nombreuses en comparaison aux NOx ou aux PM10, ne méritant donc pas de porter une attention particulière à cette catégorie de substances. Notons aussi que nous n’avons pas retenu les COVNM car les zones géographiques d’émissions sont identiques aux NOx. La carte de ces derniers suffit donc à montrer les zones concernées par la contamination en précurseurs d’ozone troposphérique d’origine industrielle.

21La figure 2, qui présente ces deux cartes, montre que ces émissions se superposent aux axes industriels indiqués à la figure 1. On observe que les ménages exposés à ces polluants vivent généralement dans des communes plus pauvres. Pour compléter les émissions industrielles, il faudrait ajouter celles dues au transport routier — grand contributeur aux émissions polluantes retenues ici. Malheureusement, nous ne disposons pas des données adéquates pour les désagréger au niveau communal. De même que toute la question de la pollution intérieure dans les habitations est exclue de notre démarche.

Figure 2 : Émissions industrielles de certains polluants atmosphériques

Figure 2 : Émissions industrielles de certains polluants atmosphériques

Source : EPER
Cartographie réalisée par Moritz Lennert avec GRASS GIS

La perception subjective de l’environnement

22L’enquête socioéconomique 2001 fournit les indicateurs de perception de l’environnement suivants :

part des ménages estimant que la qualité de l’air est « peu agréable » (partpollutair) ;

part des ménages estimant que la tranquillité est « peu agréable » (partpastranq) ;

part des ménages estimant que la propreté est « peu agréable » (partpaspropre).

23Sauf pour la propreté, la corrélation à l’échelle de la commune entre ces indicateurs et le revenu médian n’est pas très forte, mais toujours significative et négative. Le niveau d’éducation semble jouer moins, probablement à cause de la forte proportion de jeunes diplômés dans les centres urbains.

Tableau 1

Revenu médian

Part des diplômés du supérieur

Partpastranq

-0,126550762

**

0,014575815

Partpaspropre

-0,498222745

***

-0,140024725

partpollutair

-0,185757418

***

-0,079076986

Les étoiles indiquent le niveau de significativité: ***=99.9%, **=99%, *=95%

24La distribution spatiale de ces trois indicateurs est très semblable. On observe des pourcentages élevés de ces indicateurs dans les centres urbains ainsi que dans les zones industrielles (zones relativement pauvres). La qualité de l’air est l’indicateur le plus contrasté, tandis que celui de la tranquillité est le plus diffus. Quoique l’interprétation de ces données soit simple, il est nécessaire de rappeler qu’il s’agit d’indicateurs subjectifs, et que leurs contrastes pourraient être plus grands si des données objectives étaient disponibles, car on peut supposer que les personnes aux ressources culturelles élevées se plaignent davantage des nuisances environnementales que celles qui ont moins accès aux informations ou comparaisons.

25La figure 3 expose la distribution des communes dans lesquelles les gens estiment que l’air est peu agréable. Il est intéressant de constater que l’on retrouve la structure des émissions indiquées aux cartes de la figure 2, auxquelles s’ajoute un effet urbain attendu. Cela montre que l’indicateur subjectif de perception de la qualité de l’air recoupe dans les grandes lignes l’indicateur plus objectif des émissions industrielles. Cela s’explique en partie parce que les axes routiers principaux — qui contribuent à la détérioration de la qualité de l’air — sont distribués le long des axes industriels.

Figure 3 : Part des ménages estimant que la qualité de l’air est «peu agréable»

Figure 3 : Part des ménages estimant que la qualité de l’air est «peu agréable»

Carte réalisée avec GRASS GIS
Découpage en classes : Algorithme de Fisher Jenks
Source des données : INS – enquête socio-économique 2001

Utilisation des ressources et impacts sur l’environnement générés par les ménages

  • 18 L’empreinte écologique a été popularisée par le WWF : voir « Rapport Planète vivante » (2004). Pour (...)

26Après s’être attachées à la prévention des sources industrielles de pollution, les politiques environnementales s’occupent désormais de plus en plus des ménages, notamment au travers des aspects de consommation. Les ménages sont vus comme des sources diffuses de pollution, mais aussi comme les destinataires de l’exploitation des ressources, renouvelables ou non. La consommation d’hydrocarbures fossiles est à la fois polluante et épuisante : elle entraîne des changements climatiques inquiétants et elle épuise une ressource précieuse. La biodiversité pâtit également de nos manières de nous alimenter et de nous déplacer. L’approche de l’empreinte écologique témoigne de cette critique croissante envers nos modes de consommation18. Les inégalités dans l’accès aux ressources non renouvelables sont criantes au niveau de la planète. De ce point de vue global, les inégalités en Belgique sont évidemment relatives : par exemple, les émissions de dioxyde de carbone par habitant sont élevées, même si elles peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre. Nous avons de nouveau choisi deux approches différentes. La première se base sur les données de dépenses des ménages et la seconde sur les réponses à l’enquête socioéconomique 2001.

Approche par les dépenses

27Dans la longue liste des achats des ménages disponible via l’Enquête sur le budget des ménages (EBM), il y a peu de postes qui peuvent s’interpréter facilement du point de vue de l’impact sur l’environnement : la consommation de diverses formes d’énergie (mazout, gaz, électricité, carburant), et la consommation d’eau de distribution. Une faible part de l’énergie provient actuellement de sources renouvelables. L’énergie est sans conteste le problème principal de nos modes de consommation contemporains. Quant à l’eau, quoique ressource renouvelable, son interprétation en termes de pression sur l’environnement est relativement simple. La figure 4 montre les dépenses pour diverses consommations (électricité, gaz et autres combustibles, carburants pour voiture et deux roues, eau) en fonction des déciles de revenus. On observe une nette corrélation entre les dépenses et les revenus. Cette corrélation est particulièrement frappante dans les cas de l’électricité et des carburants.

Figure 4 : Consommation d’énergie et d’eau en fonction des déciles de revenu

Figure 4 : Consommation d’énergie et d’eau en fonction des déciles de revenu
  • 19 G. Wallenborn, C. Rousseau, K. Thollier (2006), Détermination de profils des ménages pour une gesti (...)

28Les ménages appartenant aux déciles les plus élevés dépensent plus pour l’énergie destinée au chauffage, pour se déplacer et pour alimenter leurs équipements électriques que les déciles les plus bas. Ce constat est attendu. Il faut cependant noter que l’efficacité énergétique des ménages n’est pas égalitaire non plus. En effet, les ménages les plus riches possèdent généralement des équipements plus performants (meilleure enveloppe de l’habitation, véhicules plus récents, électroménagers plus efficaces, …)19. Cela signifie que les plus pauvres dépensent plus d’énergie pour obtenir un service identique.

29Mais ne perdons pas de vue qu’il s’agit ici de dépenses, et le lien vers les consommations physiques n’est pas toujours direct : le prix de l’eau varie d’une commune à l’autre ; les carburants comprennent aussi bien l’essence que le diesel.

30Pour d’autres éléments repris dans l’enquête, l’interprétation est moins évidente. Néanmoins, leur impact n’est pas négligeable. Parmi les produits alimentaires, la viande par exemple, est celui qui a le plus d’impact sur l’environnement (en termes de surfaces agricoles nécessaires et d’émissions de gaz à effet de serre). En prenant en compte les transports qu’il nécessite (animaux, aliments, etc.) et les rejets de méthane des systèmes digestifs des animaux, le secteur de l’élevage représente à lui seul 18% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Sur la figure 5 nous avons représenté la consommation de différents types de viande, également par déciles de revenus. Ces données indiquent une nette corrélation entre les dépenses pour l’achat de viandes et les déciles de revenus.

Figure 5 : Consommation de viandes par déciles de revenu

Figure 5 : Consommation de viandes par déciles de revenu

31Dans la mesure où les types de viandes ont des impacts différenciés, on peut se risquer à une interprétation. Considérant l’impact sur l’environnement via les équivalents CO2 (voir tableau ci-après), cette corrélation est amplifiée étant donné que la part du bœuf est croissante avec le revenu. Cependant, cette interprétation doit de nouveau être relativisée par le fait que nous ne connaissons que les dépenses et non les quantités achetées, ni la manière dont la viande a été produite.

Tableau 2

1 kg de viande de :

kg équivalent CO2*

bœuf

15 à 32,3

mouton

10,1 à 17,4

porc

6,3

poulet

4,6 à 6,7

* Observatoire Bruxellois de la Consommation Durable (2007), d’après des chiffres du Department for Environment, Food and Rural Affairs, UK.

32Hormis les consommations d’énergie, d’eau et de viande, il est très difficile d’interpréter les dépenses des ménages en termes d’impacts environnementaux. Chaque produit est en effet le résultat d’une multiplicité de processus de production et de distribution, dans lesquels les emballages et le transport peuvent avoir un impact très important, mais pour lesquels les informations manquent généralement — comme en témoignent les difficultés à réaliser des analyses de cycle de vie fiables.

Approche par les données de l’enquête socioéconomique

33L’Enquête socioéconomique 2001 ne fournit pas les consommations directes, mais une série de questions donnent des pistes concernant les équipements liés à la consommation d’énergie domestique : présence de chauffage central (électrique ou non), isolation du toit et des tuyaux de chauffage, utilisation de sources alternatives (solaire ou autres). Pour ces questions, nous n’avons considéré que les propriétaires, c’est-à-dire les ménages susceptibles d’opérer des choix pour ces équipements, et parfois uniquement les propriétaires de maisons quand la question n’avait pas la même pertinence pour les appartements (ex : l’isolation du toit). Cette enquête répertorie également la possession d’un jardin privatif, c’est-à-dire l’usage du sol, ressource limitée et dont les effets sur la biodiversité peuvent, dans certains cas, être négatifs (en fonction des pratiques de plantation, d’entretien des pelouses, des arbres, du potager…).

34Nous avons retenu les variables suivantes:

  • part des ménages propriétaires de leur logement utilisant de l’électricité pour se chauffer (partelec). Étant donné le faible rendement de l’électricité, le chauffage exclusivement à l’électricité est particulièrement gaspilleur de ressources (même dans un pays fortement nucléarisé comme la Belgique). Ces ménages semblent vivre plutôt dans des maisons construites depuis 20 ou 30 ans.

  • part des ménages propriétaires de leur maison qui ont un chauffage central (partcc). Outre l’indicateur d’un standard de vie confortable, le chauffage central signale également une consommation plus élevée d’énergie. L’installation de chauffage central semble obéir à une logique territoriale précise dans la mesure où elle a lieu aussi bien dans des zones de constructions récentes que dans des régions bien délimitées où le bâti est plus ancien (Bruxelles par exemple).

  • part des ménages propriétaires de leur maison dont le toit est isolé (parisoltoit). L’isolation du toit est la première recommandation donnée à un ménage qui veut faire des économies d’énergie. Les ménages qui ont isolé le toit de leur habitation ont tendance à être urbains et diplômés de l’enseignement supérieur.
    part des ménages propriétaires de leur logement dont les tuyaux de chauffage (en dehors des pièces d’habitation) sont isolés (partisoltuy). Cet indicateur témoigne d’un réel souci pour les économies d’énergie. Quoique fortement corrélé avec le chauffage central, il obéit à une logique territoriale nette : il est beaucoup plus présent dans les régions frontalières avec les Pays-Bas, l’Allemagne et le Luxembourg. Cela soulève la question d’une sorte de « contamination culturelle » étant donné que ces pays ont une culture de l’énergie plus développée qu’en Belgique.

  • part des ménages propriétaires utilisant de l’énergie solaire (partsolaire). La part des ménages possédant des panneaux solaires était très réduite en 2001 (maximum 2,5% dans une commune). Les logiques semblent être plutôt d’ordre communal ou infra- communal, à l’exception de la région germanophone qui compte une proportion relativement élevée de panneaux solaires.

  • part des ménages propriétaires qui utilisent une autre énergie alternative (essentiellement biomasse) (partenaltautres). Outre la région germanophone, c’est principalement la région des Ardennes (rurale et boisée) qui utilise le plus la biomasse

  • part des ménages qui disposent d’un jardin privatif (parjardintot). La possession d’un jardin est surtout le fait des ménages qui ont un revenu relativement élevé et qui se chauffent à l’électricité. La carte de distribution des jardins montre bien que la dimension « revenu » domine la distinction urbain/rural.

35Une analyse des corrélations à l’échelle communale entre ces différentes variables, le revenu et le niveau de diplôme montre des corrélations positives significatives entre le revenu et la plupart des variables. Généralement, les corrélations avec le niveau d’éducation sont moins bonnes, sauf pour la part des propriétaires ayant isolé leur toit et ceux ayant du chauffage central. Mais il est difficile de savoir s’il s’agit du signe d’un niveau d’instruction plus élevé ou de situations urbaines (où les diplômés du supérieur sont plus nombreux).

Tableau 3

 

Revenu médian

 

Part des diplômés du supérieur

 

Partisoltuy

0,368258226

***

0,213194679

***

Partisoltoit

0,520006063

***

0,570999706

***

Partelec

0,43387163

***

0,124846546

**

Partcc

0,427054775

***

0,508965505

***

Partsolaire

0,175766092

***

0,052290427

Partenaltautres

-0,077800846

 

0,076958481

 

Partjardintot

0,327350639

***

-0,041522083

Les étoiles montrent le niveau de significativité: ***=99.9%, **=99%, *=95%

Tentative de synthèse

  • 20 Toutes les analyses statistiques ont été effectuées avec le logiciel libre R, la cartographie avec (...)

36Avec l’ensemble des variables retenues de l’Enquête socioéconomique 2001 (y compris celles concernant la perception de l’environnement) nous avons réalisé une analyse par composante principale (ACP) afin de dégager les tendances lourdes20. L’ACP est une méthode qui permet d’organiser les variables afin de faire apparaître les associations de variables qui contiennent le plus d’information. Ainsi, la composante principale est l’axe qui reprend le plus d’informations sur les variables, c’est-à-dire la plus grande variance. Le second axe, perpendiculaire au premier, contient le plus d’information restante. Et ainsi de suite21. Dans notre cas, les 2 premières composantes représentent plus de la moitié de la variance (voir aussi le tableau 9).

37La figure 6 présente les deux axes principaux de notre ACP. Pour faciliter l’interprétation, nous avons projeté sur le graphique le revenu médian (revmeddecl) et le niveau d’éducation (partdiplsup), ainsi que la part des ressortissants des pays limitrophes (partD, partF, partN, partL).

38La composante principale (CP1) oppose les ménages qui ont une mauvaise perception de leur environnement (propreté, air, tranquillité) à toutes les autres variables, mais avant tout à la possession de jardin. La figure 7 montre la spatialisation de cette composante. On observe que cette composante oppose principalement les ménages qui habitent dans des communes plus pauvres ou urbaines aux communes rurales ou plus riches. Ce résultat indique donc que les inégalités écologiques, telles que nous avons pu les appréhender au travers des variables retenues, vont en deux sens : les plus pauvres vivent dans un environnement qu’ils perçoivent comme de piètre qualité ; les plus riches jouissent d’espaces verts privatifs.

Figure 6 : Les deux axes principaux de l’analyse par composante

Figure 6 : Les deux axes principaux de l’analyse par composante

Figure 7 : Représentation spatiale de la composante principale

Figure 7 : Représentation spatiale de la composante principale

Carte réalisée avec GRASS GIS
Découpage en classes : Algorithme de Fisher Jenks

39La deuxième composante (CP2) est plus intéressante car elle oppose d’un côté les personnes qui ont un chauffage central, qui ont isolé les tuyaux de chauffage et qui ont installé des panneaux solaires (ménages à diplômes supérieurs et à revenus relativement élevés), aux ménages qui se chauffent à l’électricité et qui ont un jardin. La figure 8 indique la logique territoriale de cette composante. Trois types de zones ressortent du coté positif de l’axe : les zones urbaines, les zones relativement riches et celles limitrophes de l’Allemagne et des Pays-Bas. Les zones présentant des scores négatifs sont probablement celles où les ménages ont construit des maisons à quatre façades depuis les années 1970. En effet, ces communes sont caractérisées par un bâti récent, avec une plus grande proportion de toits isolés. Cette deuxième composante est intéressante pour nuancer le tableau de la première opposition entre riches et pauvres, puisqu’elle révèle qu’une partie des ménages qui ont un capital financier et un capital culturel relativement élevés font des gestes (isolations des tuyaux) et des investissements (panneaux solaires) tendant à limiter leur impact sur l’environnement. En outre, la distribution spatiale et la projection des variables concernant les nationalités montrent qu’il y a une corrélation positive entre les communes dont les ménages isolent les tuyaux de chauffage et la présence de Néerlandais, de Luxembourgeois, d’Allemands, et une corrélation négative avec la présence de Français.

Figure 8 : Représentation spatiale de la deuxième composante

Figure 8 : Représentation spatiale de la deuxième composante

Carte réalisée avec GRASS GIS
Découpage en classes : Algorithme de Fisher Jenks

40La troisième composante, qui ne représente que 15% de la variance est moins pertinente : elle représente essentiellement l’opposition entre, d’une part, ceux qui utilisent la biomasse pour se chauffer et qui ont isolé leurs tuyaux de chauffage et, d’autre part, ceux qui se chauffent à l’électricité et qui ont isolé le toit de leur maison. La dimension territoriale s’explique principalement par l’accès au bois de chauffage.

Tableau 4

  • 21 A.F. Zuur, E.N. Ieno and G.M. Smith (2007). Analysing Ecological Data, Springer [ACP : chap. 12].

Part de la variance de chaque composante

34%

21%

15%

Saturations des variables:

 

 

 

Partisoltuy

-0,243

0,52559

-0,13632

Partisoltoit

-0,003

0,30953

0,632653

Partsolaire

-0,238

0,30653

0,009759

Partelec

-0,188

-0,2049

0,645043

Partcc

-0,02

0,64634

-0,01892

Partpastranq

0,4649

0,15656

0,121045

Partpaspropre

0,4838

-0,036

-0,1229

Partpollutair

0,4585

0,11141

0,122693

Partjardintot

-0,393

-0,1883

0,061846

Partenaltautres

-0,185

0,02396

-0,34058

en gras: significatif à 95%

Conclusions

41Les différentes analyses ci-dessus ne sont qu’une approximation rudimentaire des réalités vécues par les ménages. Nous avons voulu réaliser un exercice d’exploration pour montrer les possibilités d’analyse quantitative et pour lancer des pistes de réflexion et d’études plus approfondies sur base des possibles liens démontrés. Néanmoins, nous pouvons déjà tirer certaines conclusions.

42Dans la littérature existante, les inégalités écologiques ont principalement été étudiées sous l’aspect des pollutions subies par certaines catégories de population d’un territoire donné. L’originalité de notre approche réside dans la tentative d’étendre l’analyse des inégalités écologiques aux impacts générés par les ménages. Pour rapprocher les impacts subis des impacts générés nous avons dû multiplier les hypothèses — ce qui est normal pour un article dont le but avoué est une exploration méthodologique — afin de pallier les lacunes des données.

  • 22 Voir par exemple, P.S. Wenz (1988), Environmental Justice, Albany, State University of New York Pre (...)
  • 23 Nous développons cette idée dans : Grégoire Wallenborn& Joël Dozzi, « Du point de vue environnement (...)

43En résumé, nous pouvons identifier deux classes de ménages : ceux qui vivent dans un environnement relativement dégradé et ceux qui utilisent une proportion plus grande de ressources environnementales (renouvelables ou non, surfaces au sol,…) et qui polluent relativement plus. La question de l’environmental justice nous montrait déjà que ces deux classes de ménages ne sont pas identiques22. L’opposition entre ménages riches et ménages pauvres domine les résultats, tant statistiques (consommation par déciles de revenus) que territoriaux (nouvelles résidences versus anciens centres urbains ou industriels). Nous pouvons conclure que ce sont en moyenne les classes supérieures qui produisent le plus de nuisances mais en subissent le moins. Notons d’ailleurs que cela a des implications au niveau des politiques de sensibilisation menées, puisque ce sont en moyenne les plus riches qui sont aussi les plus sensibilisés aux problèmes environnementaux23. L’approche territoriale permet cependant de nuancer ce constat : la conjonction d’un capital financier et d’un capital culturel permet à certains ménages de réduire leurs impacts sur l’environnement. Nous avons également observé un phénomène de « contamination culturelle » depuis les frontières avec les pays du nord, dont les mécanismes restent à expliquer.

44Sur le plan méthodologique, il est évident qu’il reste beaucoup à faire pour récolter des données permettant de construire des indicateurs fiables à propos des impacts générés et subis par les ménages. Les données directes sont rares et partielles. Les consommations d’énergie et d’eau s’analysent statistiquement mais pas territorialement. En raison de la protection de la vie privée et du caractère stratégique des données pour des entreprises privatisées, il est en effet impossible aujourd’hui en Belgique d’obtenir via les distributeurs des données individuelles sur ces consommations. Les études épidémiologiques sont très rares. La seule source générale sur les émissions de polluants (EPER) résulte d’une obligation européenne. Mais cette base de données est partielle en regard des inégalités écologiques car toutes les substances n’y sont pas mentionnées et elle ne comprend que les sources d’émissions dépassant un certain seuil.

45Les données indirectes sont un peu plus nombreuses, mais nettement plus difficiles à interpréter. Les enquêtes de perception de l’environnement semblent être de bons indicateurs, mais ceux-ci devraient être corrigés par des facteurs culturels en les croisant avec des données mesurées — songeons aux cartes des nuisances sonores qui sont en cours de réalisation. Les équipements de chauffage et l’enveloppe des habitations sont des indicateurs plus difficiles à interpréter car deux facteurs vont en sens opposé : le revenu donne accès à de plus grands volumes à chauffer, mais combiné à l’instruction, le revenu permet de mieux isoler son habitation, voire de placer des panneaux solaires. L’indicateur de possession de jardin est encore plus compliqué à évaluer puisque les pratiques de plantation et d’entretien sont pratiquement inconnues (même si on peut supposer qu’elles ne favorisent en général pas la biodiversité). De même la consommation de viande est indiquée en termes monétaires, ce qui n’a qu’un lien indirect avec l’utilisation de ressources et l’impact sur l’environnement.

46Nous avons essayé de pallier ces difficultés d’interprétation en croisant les méthodes statistiques avec les représentations spatiales. Et nous avons en effet constaté que les inégalités écologiques ont des dimensions territoriales fortes, bien que les mécanismes qui génèrent ces inégalités soient compliqués, et pas toujours facilement analysables avec les données existantes. Par ailleurs, les données de consommation ne sont encore pas spatialisables. Et si elles l’étaient, d’autres aspects devraient être pris en compte, comme les différents « styles de vie », dimensions également difficiles à mesurer. C’est pourquoi il nous semble qu’il est aujourd’hui plus facile de voir les inégalités environnementales sous les aspects d’impacts subis (les riches évitent les sites pollués, peu agréables et délétères) que les inégalités d’accès aux ressources (les aspects de consommation sont très variés et dépendent beaucoup des infrastructures, mais aussi du revenu, de la culture, de l’effet rebond, …).

47Le domaine des études sur les inégalités écologiques en est à ses balbutiements. Outre la collecte de données fiables et comparables, de nombreuses pistes restent à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Bases de données

http://www.inegalites.fr

http://statbel.fgov.be/census/

http://statbel.fgov.be/surveys/hbs.asp

http://www.iph.fgov.be/epidemio/hisia/index.htm.

http://www.eper.cec.eu.int/eper/

Cellule État de l’Environnement Wallon. 2007. Rapport analytique sur l’état de l’environnement wallon 2006-2007. MRW-DGRNE. Namur. 736 p.

Articles et ouvrages scientifiques

BIHR Alain & PFEFFERKORN Roland (1999), Déchiffrer les inégalités, Paris, Éditions Syros/La Découverte.

BIRCH R., BARRETT J., WIEDMANN T. (2004), Exploring the consumption and related environmental impacts of socio-economic groups within the UK, Stockholm Environment Institute – York, University of York. http://www.env.leeds.ac.uk/~hubacek/leeds04/5.4%20leeds%20conference%20paper.pdf

BRAINARD J. S., JONES A. P., BATEMAN I. J., LOVETT A. A., FALLON P. J. (2002), Modelling environmental equity: access to air quality in Birmingham UK, Environment and Planning A (4), pp. 695-716.

CORNUT P., BAULER T. & ZACCAÏ E. (éds.) (2007), Environnement et inégalités sociales, Éditions de l’Université de Bruxelles.

DIAMANTOPOULOS A., SCHLEGELMICH B., SINKOVICS R., BOHLEN (2003), Can socio-demographics still play a role in profiling green consumers ? A review of the evidence and an empirical investigation, Journal of Business research, vol. 56, pp. 465-480.

DOBSON A. (1998), Justice and the Environment: Conceptions of Environmental Sustainability and Theories of Distributive Justice, New York, Oxford University Press.

GATERSLEBEN B., STEG L., VLEK C. (2002), Measurement and determinants of environmentally significant consumer behavior, Environment and behavior, vol. 34 (3), pp. 335-362.

LEE C. (2002), Environmental Justice: building a unified vision of health and the environment, Environmental Health Perspectives, Supplements, vol. 110, pp. 141-144.

LEHOTONEN M. (2004), The environmental–social interface of sustainable development: capabilities, social capital, institutions, Ecological Economics, vol. 49, pp. 199-214.

LUCAS K., WALKER G., EAMES M., FAY H., POUSTIE M. (2004), Environment and Social justice : rapid research and evidence review, final report, SDRN, DEFRA.

Ministère de l’Écologie et du Développement durable (MEDD) (2005), Les inégalités écologiques en milieu urbain, Paris.

Observatoire Bruxellois de la Consommation Durable (2007), Consommation de viande : un lourd tribut environnemental, CRIOC-IBGE.

OECD (2004), Working party on national environmental policy – Environment and Distributional issues: Analysis, Evidence and Policy.

POORTINGA W., STEG L. and VLEK Ch. (2004), Values, Environmental Concern, and Environmental Behavior: A Study into Household Energy Use, Environment and Behavior, vol. 36, pp. 70-93.

VILLALBA Bruno & ZACCAÏ Edwin (2007), « Inégalités écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités ? », Dossier 9 de Développement durable et territoire, 2007 : http://developpementdurable.revues.org/

WALLENBORN G., ROUSSEAU C., THOLLIER K. (2006), Détermination de profils des ménages pour une gestion plus efficace de la demande d’énergie, Rapport final, Politique Scientifique Fédérale Belge, PADDII.

WENZ P. S. (1988), Environmental Justice, Albany, State University of New York Press.

WHO (2004), Health aspects of air pollution – Results of the WHO project “systematic review of health aspects of air pollution in Europe”. World Health Organization Regional Office for Europe. Denmark. 30 p.

ZUUR A.F., IENO E.N. & SMITH G.M. (2007), Analysing Ecological Data, Springer.

Haut de page

Notes

1 Voir l’introduction de Bruno Villalba et Edwin Zaccaï (2007), « Inégalités écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités ? », au Dossier 9 de Développement durable et territoire :
http://developpementdurable.revues.org/document3502.html

2 Cf. Gérard Bellan, Denise Bellan-Santini et Jean-Claude Dauvin, « À propos de quelques utilisations des termes « Inégalités écologiques » : simples impropriétés de langage ou accaparement abusif ? », in Développement durable et territoire, Dossier 9, op. cit.

3 Voir comment Alain Bihr et Roland Pfefferkorn traitent systématiquement ce thème : Déchiffrer les inégalités, Paris, Editions Syros/La Découverte, 1999. Le site de l’Observatoire des inégalités explore aussi systématiquement les variables socio-démographiques : http://www.inegalites.fr.

4 Jacques Theys (2007), « Pourquoi les préoccupations sociales et environnementales s’ignorent-elles mutuellement ? », in P. Cornut, T. Bauler & E. Zaccaï (eds.), Environnement et inégalités sociales, Éditions de l’Université de Bruxelles.

5 En Belgique, les Régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles) ont l’environnement pour compétence, et les modes de collecte et de présentation des données diffèrent d’une Région à l’autre.

6 http://statbel.fgov.be/census/

7 http://statbel.fgov.be/surveys/hbs.asp

8 http://www.iph.fgov.be/epidemio/hisia/index.htm

9 Grégoire Wallenborn & Joël Dozzi, « Du point de vue environnemental, ne vaut-il pas mieux être pauvre et mal informé que riche et conscientisé ? », in Environnement et inégalités sociales, op. cit., pp. 47-59.

10 Christian Vandermotten, « Territoires et inégalités », in Environnement et inégalités sociales, op. cit., p. 156.

11 Voir le chapitre « santé et environnement » dans la synthèse de l’étude 2004 : http://www.iph.fgov.be/epidemio/hisia/index.htm

12 Les secteurs NACE retenus sont DG (Industrie chimique), DH (Industrie du caoutchouc et des plastiques), DI (Fabrication d’autres produits minéraux non métalliques), DJ (Métallurgie et travail des métaux), DM (Fabrication de matériel de transport).

13 http://www.eper.cec.eu.int/eper/

14 Voir entre autres WHO (2004), Health aspects of air pollution. Results from the WHO project. “Systematic review of health aspects of air pollution in Europe”, téléchargé de http://ec.europa.eu/environment/air/cafe/activities/pdf/e83080.pdf.

15 Tel que cela a été fait dans les modèles GAINS/RAINS (http://www.iiasa.ac.at/rains/gains.html?sb=7) et EMEP (http://projects.dnmi.no/~emep/index_model. html), mais à trop petite échelle pour notre propos ici.

16 Les PM2,5 et les PM1 sont plus nocifs pour la santé que les PM10, mais EPER ne les reprend pas.

17 WHO (2004), Health aspects of air pollution – Results of the WHO project “systematic review of health aspects of air pollution in Europe”, World Health Organization Regional Office for Europe, Denmark, 30 p.Cellule État de l’Environnement Wallon (2007), Rapport analytique sur l’état de l’environnement wallon 2006-2007, MRW-DGRNE, Namur, 736 p.Sites Internet : http://www.sante.gouv.fr/ ; http://www.who.int/en/

18 L’empreinte écologique a été popularisée par le WWF : voir « Rapport Planète vivante » (2004). Pour une analyse critique de cet indice, voir les discussions dans Ecological Economics (2000), vol. 32.

19 G. Wallenborn, C. Rousseau, K. Thollier (2006), Détermination de profils des ménages pour une gestion plus efficace de la demande d’énergie, Rapport final, Politique Scientifique Fédérale Belge, PADDII.

20 Toutes les analyses statistiques ont été effectuées avec le logiciel libre R, la cartographie avec le SIG libre GRASS.

21 A.F. Zuur, E.N. Ieno and G.M. Smith (2007). Analysing Ecological Data, Springer [ACP : chap. 12].

22 Voir par exemple, P.S. Wenz (1988), Environmental Justice, Albany, State University of New York Press.

23 Nous développons cette idée dans : Grégoire Wallenborn& Joël Dozzi, « Du point de vue environnemental, ne vaut-il pas mieux être pauvre et mal informé que riche et conscientisé ? », op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Revenu médian par commune et emplois dans les industries polluantes
Crédits Découpage en classes : Algorithme de Fisher Jenks Carte réalisée avec GRASS GIS et R
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2 : Émissions industrielles de certains polluants atmosphériques
Crédits Source : EPERCartographie réalisée par Moritz Lennert avec GRASS GIS
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-2.png
Fichier image/png, 198k
Titre Figure 3 : Part des ménages estimant que la qualité de l’air est «peu agréable»
Crédits Carte réalisée avec GRASS GISDécoupage en classes : Algorithme de Fisher JenksSource des données : INS – enquête socio-économique 2001
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-3.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 4 : Consommation d’énergie et d’eau en fonction des déciles de revenu
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-4.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 5 : Consommation de viandes par déciles de revenu
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-5.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 6 : Les deux axes principaux de l’analyse par composante
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-6.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 7 : Représentation spatiale de la composante principale
Crédits Carte réalisée avec GRASS GISDécoupage en classes : Algorithme de Fisher Jenks
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 8 : Représentation spatiale de la deuxième composante
Crédits Carte réalisée avec GRASS GISDécoupage en classes : Algorithme de Fisher Jenks
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2443/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Dozzi, Moritz Lennert et Grégoire Wallenborn, « Inégalités écologiques : analyse spatiale des impacts générés et subis par les ménages belges », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 127-143.

Référence électronique

Joël Dozzi, Moritz Lennert et Grégoire Wallenborn, « Inégalités écologiques : analyse spatiale des impacts générés et subis par les ménages belges », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 28 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/2443 ; DOI : 10.4000/eps.2443

Haut de page

Auteurs

Joël Dozzi

Moritz Lennert

Grégoire Wallenborn

Institut de Gestion de l’Environnement
et d’Aménagement du Territoire (IGEAT)
Université Libre de Bruxelles
CP 130/02
50 av. F.D. Roosevelt
1050 Bruxelles
jdozzi@ulb.ac.be
Moritz.lennert@ulb.ac.be
Gregoire.wallenborn@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org