Navigation – Plan du site
Articles

Les inégalités environnementales comme inégalités de moyens des habitants et des acteurs territoriaux

Pour que l’environnement soit un facteur réel de cohésion urbaine
The Environmental Inequalities as Means Inequalities for Inhabitants and Local Governments
Guillaume Faburel
p. 111-126

Résumés

Le thème des inégalités environnementales fait l’objet de tentatives de définition, tant par la recherche que dans certains documents officiels. La définition la plus conventionnelle, importée de l’étranger, ainsi que l’acception plus extensive çà et là rencontrée en France, ne permettent pas toujours de comprendre et saisir certaines situations urbaines, pourtant porteuses de telles inégalités. Il s’agit ici de montrer que cet effort de qualification impose une clarification sur les différentes conceptions de l’environnement en jeu. Sur cette base, et notamment au regard des décalages croissants entre d’une part l’acception administrative historique de ce qui fait environnement, le régime de gouvernement qui la porte et, de l’autre, ce qui fait de plus en plus sens pour les citadins, exprimé notamment par la conflictualité environnementale, nous proposons une définition moins statique et descriptive. Les inégalités environnementales en ville pourraient dès lors être d’abord des inégalités sociales et territoriales face aux capacités et moyens donnés aux populations et pouvoirs publics locaux d’agir pour améliorer leur environnement, en situation d’habiter.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : la nécessité de comprendre le rôle des mécanismes socio-économiques dans la construction des inégalités environnementales en ville

  • 1 Premier cas porté en justice en 1979 au Texas, où une communauté de l’est de Houston porte plainte (...)

1Malgré quelques textes officiels, orientations locales, études diagnostiques, recherches, ou encore séminaires et colloques, la thématique des inégalités environnementales n’a pas jusqu’à ce jour en France vraiment fait l’objet de portage politique [Theys, 2005]. À l’inverse, dans le sillage du mouvement pour les droits civiques et de la lutte contre les discriminations [Boulder, 1988 ; Bullard, 1990 et 1994], les États-Unis ont institutionnalisé la thématique de la Justice environnementale au milieu des années 1990 [Fol et Pflieger, 2005], après quelques études fondatrices produites depuis le fin des années 701. De même, la Grande-Bretagne se démarque par plusieurs travaux empiriques d’analyse sur l’équité et la justice face à certains objets d’environnement [McLaren et al., 1999 ; Walker et al. 2003], telle la qualité de l’air [McLeod, 2000 ; Brainard et al., 2002 ; Mitchell et Dorling, 2003], ainsi que des rapports officiels, dont celui de l’Agence Anglaise de l’Environnement en 2003 sur Pauvreté et environnement.

2Or, s’il subsiste un déficit de portage politique en France, cette thématique n’est pourtant pas sans adresser des questions saillantes tant à la production de connaissances qu’à la construction de l’action, que ces connaissances et/ou actions soient urbaines [Traisnel, 2005 ; Emelianoff, 2005], socio-environnementales [Faburel et Maleyre, 2007] ou plus largement territoriales [Laigle, 2005a].

  • 2 Pour une présentation rapide des courants et objets d’analyse qui traversent le thème à l’étranger, (...)

3Ce décalage persistant entre portage et enjeux a plusieurs causes que nous serions bien en peine de recenser et d’articuler avec précision. Toutefois, il découle selon nous aussi en partie de la définition même, la plus conventionnelle, des inégalités environnementales (i.e. expositions des populations modestes à des charges environnementales proportionnellement plus importantes), voire de l’acception plus extensive et très générale çà et là rencontrée en France [Laigle, 2005b]2. De notre point de vue, appliquées sans discernement, ces définition et acception détournent la connaissance de la compréhension fine des dynamiques à l’œuvre derrière les faits inégalitaires dans le champ socio-environnemental. Ceci nous semble particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’aborder la ville, sa complexité, donc la place qu’occupe l’urbain dans les modes contemporains de l’habiter.

4Par exemple, comment à partir de la seule exposition des populations situer le rôle de l’environnement dans les ségrégations socio-spatiales et, notamment, les choix résidentiels sous-jacents, donc éclairer la problématique des inégalités environnementales en ville ? Les inégalités environnementales n’y redoubleraient-elles dès lors les inégalités sociales ? Ne seraient-elles pas simplement des inégalités sociales qui, face à l’environnement urbain et aux attributs du cadre de vie, donneraient à voir d’autres visages du produit historique des divisions sociales de et dans l’espace ?

5À l’inverse, ne constituent-elles pas « l’un des défis les plus difficiles à relever en raison de leurs composantes économiques, culturelles, sociales, psychologiques, écologiques » [Emelianoff, 2005] ? Quels sont alors leur contenu spécifique, la délimitation de leur champ et leur portée axiologique ? Quelles pourraient-elles être pour s’affirmer, consubstantiellement, comme sujet scientifique et enjeu politique, et ce, dans un contexte, celui de la France, marqué par un abord et un traitement des faits socio-économiques et environnementaux assez différents du pays d’origine de ce thème (États-Unis) ? Faut-il alors construire ces inégalités comme sujet spécifique et penser des modalités d’actions dédiées, ou simplement les considérer comme une variable nouvelle dans la problématique "plus stabilisée" des inégalités sociales, pour d’abord interpeller leurs effets plus ou moins redistributifs des politiques existantes (sociales, foncières, transport…) ?

6Bref, n’y a-t-il pas lieu de d’abord définir de telles inégalités environnementales de manière plus dynamique que la seule lecture statique proposée habituellement ? N’en va-t-il pas des enjeux que de tels phénomènes recouvrent tant pour l’action publique mue par la volonté d’un développement durable territorialisé, que pour une production de connaissances tendue, au moins dans les discours, vers l’interdisciplinarité ?

7Partant de quelques exemples d’évolutions tendancielles qui affectent les métropoles urbaines (paragraphe 2), nous souhaitons ici, pour cet effort de définition, montrer plus précisément la nécessité de comprendre le rôle des logiques et priorités historiques d’action des politiques publiques dans l’émergence de situations socio-environnementales inégalitaires en ville (paragraphe 3). Dès lors, nous explorons la possibilité de faire de la capacité d’action individuelle et des moyens des pouvoirs publics locaux de lutter contre la vulnérabilité environnementale un sujet central de la problématique des inégalités environnementales, sur la base d’une conception plus actante de l’environnement, puis en déclinons quelques objets d’analyse (paragraphe 4). Le propos s’achève sur les nouveaux horizons et chantiers que cette nouvelle problématique d’analyse invite peut-être à ouvrir (paragraphe 5). L’ensemble de cette réflexion s’appuie notamment sur plusieurs des interventions faites au colloque Inégalités environnementales et sociales. L’environnement, facteur de cohésion urbaine, organisé par l’association Urba + en mai 2005 à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Université Paris XII), et poursuit une réflexion engagée notamment lors du séminaire Inégalités écologiques ou environnementales, organisé par le Laboratoire TVES à l’Université des Sciences et Technologies de Lille en mai 2007 [Faburel, 2007].

2. Quelques exemples tirés de l’urbain

8Plusieurs écrits ont d’ores et déjà tenté de définir les contours des inégalités environnementales, dans leurs liens aux sociétés locales et aux territoires urbains, voire ont souhaité livrer un premier cadre d’analyse pour la France. Selon Laigle et Oehler (2004), ces inégalités pourraient être caractérisées par :

  • des inégalités liées à l’héritage et au marquage des territoires urbains,

  • des inégalités d’accès à l’urbanité et au cadre de vie (habitat, équipements, services, transports, espaces verts et qualité de l’environnement urbain),

  • des inégalités d’exposition aux nuisances urbaines (bruits, pollutions, insécurités…) et aux risques (naturels, technologiques, industriels…),

  • des inégalités dans la capacité d’agir sur l’environnement et d’interpeller la puissance publique pour la transformation du cadre de vie.

  • 3 Voir par exemple le travail de Krieg et Faber (2004) sur cette question des cumuls, et notamment le (...)

9Ce cadre envisage deux approches complémentaires. La première est un cumul entre des inégalités sociales et des inégalités environnementales. La seconde est celle "des logiques territoriales de développement qui conditionnent pour une part les modalités de fragilisation des territoires et des populations qui y résident". Or, comme l’auteur L. Laigle le mentionne elle-même, ces deux approches ne sont pas totalement stabilisées. Ce déficit renvoie selon nous à la complexité des relations multiples que cette série d’inégalités entretiendrait avec les inégalités économiques et sociales, particulièrement en ville : Quels cumuls3 ? Quelles logiques ? Il découle de ce flou non seulement une orientation diachronique mais surtout une lecture segmentée des types d’inégalités recensées comme environnementales, alternant qui plus est états et processus : passé - héritages territoriaux ; présent - expositions et accès actuels ; avenir - capacité d’agir en vue d’une amélioration.

10Pour montrer la nécessité d’une définition peut-être plus explicative, dynamique et intégrée des inégalités environnementales, nous prendrons quelques exemples d’évolutions tendancielles attachés à l’urbain. Classiques pour les grandes agglomérations, ces évolutions contredisent l’acception livrée, et encore plus la définition conventionnelle, que l’on retrouve dans le troisième type proposé par Laigle et Oehler.

11Par exemple, il est de plus en plus constaté, en France comme à l’étranger, que les zones urbaines de faible qualité environnementale (pourtours d’équipements lourds, de friches industrielles, espace de faible dotation physique en nature…) accueillent des populations modestes. En ce sens, selon les deuxième et troisième types recensés de la définition relayée ci-dessus, on parle conventionnellement de zones d’inégalités environnementales : comparativement aux catégories les plus aisées, les populations de faibles niveaux de vie sont plus exposées à des pollutions, nuisances, risques… et moins pourvues d’une nature de proximité de qualité. Ceci a notamment été montré récemment à l’échelle de l’Île-de-France [Faburel, Gueymard, 2007].

12Toutefois, ces situations dépréciées permettent aussi parfois de maintenir ces populations dans des espaces péri-centraux des villes, i.e. banlieues proches, ou encore des « dents creuses » des tissus urbains. Donc, ces situations permettent dans le même temps souvent un accès un peu plus égalitaire aux équipements et services urbains qu’il ne l’aurait été si ces populations avaient pu s’éloigner de tels lieux, à condition cependant que ces derniers ne soient pas le siège de ségrégations multiples. Ainsi, le corollaire de telles inégalités environnementales pourrait être de permettre une plus grande facilité d’accès et une plus grande égalité de traitement face à d’autres biens et services urbains.

13Par ailleurs, lorsque les catégories sociales intermédiaires, mues notamment par une volonté d’accession à la propriété, disposent quant à elles de quelques moyens de réaction face à l’augmentation des coûts du foncier et de l’immobilier, elles exercent d’avantage de pressions sur l’environnement du fait de l’étalement urbain et des mitages des espaces naturels et agricoles auxquels elles contribuent ; et de leur dépendance à l’automobile et des trafics alors induits. Elles bénéficient toutefois sur leur lieu d’habitation d’un cadre de vie de meilleure qualité. Dans le même temps, les plus riches, disposant des moyens de rester dans les centres d’agglomération, sont de moins en moins possesseurs de véhicules, car bénéficiant d’un accès privilégié à l’offre de transports ferroviaires de desserte de proximité et inter-urbaine (cas des mégapoles et métropoles régionales), et recourrant de plus en plus aux services de location de véhicules. Les mo-mo (ou mobiles-moraux) y développent des valeurs morales pour donner sens à des actes qu’ils construisent de plus en plus comme pro-environnementaux.

14Ainsi, cette fois-ci à l’échelle régionale et non plus à l’échelle des espaces péri-centraux des villes :

  • les catégories sociales intermédiaires pourraient plus polluer, tout en bénéficiant sur leur lieu de résidence d’un environnement naturel de meilleure qualité,

  • lorsque les plus hauts revenus résident en nombre dans des environnements, naturels, en définitive de moins bonne qualité (les centres-villes) mais disposent des moyens de s’en soustraire régulièrement.

15L’un et l’autre de ces exemples, inscrits à des échelles différentes, fragilisent simultanément tant la définition minimale que l’acception maximaliste des inégalités environnementales. Pourquoi ?

3. … qui interrogent définition restrictive et acception extensive des inégalités environnementales

3.1. L’interpellation des logiques et priorités d’actions des politiques publiques : le laisser-faire en question ?

16Si les ménages aisés peuvent aussi être domiciliés dans des environnements naturels de qualité médiocre, la définition minimale des inégalités environnementales, c’est-à-dire le seul croisement descriptif des dotations et/ou pressions environnementales et des caractéristiques sociales des espaces, ne suffit pas à rendre compte non seulement des processus à l’œuvre mais aussi de la multiplicité des facteurs qui interviennent dans leur construction. Sans compter que des catégories intermédiaires, dont l’accès à une conscience écologique est un fait remarqué par la sociologie, résident dans des environnements d’une certaine qualité, tout en pouvant polluer d’avantage en moyenne, et être soumis à des risques sous-estimés par volonté d’accès à des aménités résidentielles (ex : inondations des berges).

17Si ces exemples questionnent les écarts entre les effets subis par les groupes sociaux et les impacts qu’ils créent, donc entre empreintes et devoirs écologiques des différents modes de vie en présence dans l’urbain [Emelianoff, 2006], ils interrogent en amont de concert les relations que les inégalités environnementales entretiennent avec la fabrique et la gestion de la ville. En fait, suivant en cela nos exemples, parler d’inégalités environnementales implique de se saisir de processus, par nature dynamiques, entremêlés et donc complexes. Dans cette remontée en dynamique, se pose alors certes inévitablement pour l’étude et la recherche la question de la pertinence des référents et des étalons socio-économiques plus ou moins établis pour en mesurer la réalité immédiate, et surtout pour en saisir les contours différentiels, évolutifs : par rapport à quoi cette situation serait-elle inégale ? Surtout, dans une perspective plus ostensiblement compréhensive, les quelques cas rapidement décrits interpellent l’axiologie de l’action publique.

18Concernant le premier cas de figure, pourquoi les populations modestes ne pourraient-elles bénéficier d’une certaine justice environnementale, en préférant continuer à habiter des lieux, aussi bien dotés environnementalement ? Le droit individuel égal à un environnement de qualité et sain n’est-il pas un droit transcrit dans plusieurs textes constitutionnels et législatifs, aux échelles nationale (ex : Charte d’Écologie et de Développement Durable adossée à la Constitution française) et internationale (ex : Charte d’Aalborg, Déclaration d’Istanbul…) ?

19De même, pour prendre cette fois-ci appui sur le second cas, le fait que les catégories intermédiaires seraient à ce jour parfois contraintes de polluer davantage tout en bénéficiant d’un environnement naturel de meilleure qualité sur leurs lieux de résidence ne justifie-t-il pas l’intensification d’une réflexion globale sur le poids de l’environnement dans l’étude des dynamiques urbaines ? Par l’emboîtement des échelles et l’intrication des écosystèmes, l’environnement de tous n’est-il pas impliqué par ces choix résidentiels, et par effet retour au premier chef celui des populations modestes dont les espaces de vie sont massivement traversés par les flux de transports engendrés par la périurbanisation ?

20Or, il se trouve que, pour la première interpellation (les lieux dépréciés), les dispositifs redistributifs existants, qui répondent majoritairement de politiques sociales, économiques, urbanistiques… déjà en vigueur, se prononcent tacitement. Ces dispositifs considèrent au mieux que la faible qualité environnementale des espaces péri-centraux des villes (i.e. banlieues proches) peut être compensée par ces politiques. L’environnement ne serait que peu l’objet de demandes prioritaires de la part de ces populations modestes, ou alors, si des politiques environnementales devaient être menées, elles le seraient à destination des seules classes moyennes [Theys, 2007]. Il est vrai que les politiques environnementales nationales mais aussi souvent locales, avec leurs instruments technico-normatifs (seuils légaux d’exposition aux pollutions, nuisances et risques, normes techniques des zonages planificateurs…), les doctrines et référentiels sous-jacents et la modicité des moyens qu’ont leur connaît [Lascoumes, 1994 ; Rumpala, 2003)] n’ont pas réussi à infléchir de telles situations. Ce qui revient, par cette cécité collective, à se représenter les réactions d’abord individuées, en l’occurrence la mobilité résidentielle, comme déterminants de premier rang. Cela conduit au final, quelles que soient les populations de ces espaces, à faire des inégalités environnementales un simple redoublement d’inégalités sociales : cette mobilité ne vient, par son accès inégalitaire, que renforcer certains marquages sociaux de l’espace, avec toutefois ici l’environnement comme motivation croissante des choix résidentiels [Gueymard, 2006], sans compter que le délaissement politique des espaces de « non droits environnementaux » a aussi pour corollaire la périurbanisation.

21Quant au deuxième cas, des politiques, pour certaines décentralisées, ont dans le prolongement historiquement accompagné la périurbanisation (choix communaux d’extension des zones résidentielles, décisions nationales de dessertes lourdes de transport routier rapide…). Sans considérations véritables pour ses effets environnementaux à des échelles plus larges, le moteur à ce jour peut-être le plus puissant de ce phénomène est la concurrence territoriale. De plus en plus de politiques locales se fondent sur l’offre environnementale de certains lieux pour faire de l’attractivité le ressort premier de l’action, avec pour effet de renforcer les phénomènes ségrégatifs. Or, « Il semble que l’internalisation des paramètres environnementaux dans l’architecture et l’urbanisme au motif de l’attractivité résidentielle accroisse les inégalités environnementales (…) Cela crée de la différenciation et de la ségrégation (…) Si on glisse vers l’attractivité, on glisse vers le marché. Cela a aussi ses limites. » [Emelianoff, 2005].

22Bref, dans le contexte actuel, parler d’inégalités environnementales renvoie peut-être d’abord au primat :

  • non seulement des mécanismes marchands et appartenances sociales sur les choix de localisation des ménages,

  • mais surtout des référentiels et doctrines institutionnelles dans l’implantation des activités polluantes, dans la structuration des systèmes de transport, dans l’aménagement de zones résidentielles, dans les décisions d’offre de nature... [Theys, 2005], bref dans les politiques publiques.

3.2. Une hiérarchie des priorités d’intervention abritée par les approches usuelles des inégalités environnementales

23La complexité de quelques relations pointées entre types d’inégalités (sociales, économiques, environnementales) et le déficit de mise sur l’agenda politique du thème des inégalités environnementales traduiraient en fait une hiérarchie tacite des priorités d’action, hiérarchie incarnée par les postures développées et par les moyens alloués : une certaine idée de la justice sociale, a-environnementale. L’environnement a bien longtemps été considéré comme une caractéristique secondaire de territoires urbains. Or, cette hiérarchie tacite, enchâssée dans des choix et mécanismes plus amples, est abritée :

  • tant par la définition conventionnelle des inégalités environnementales, qui fait de l’environnement un réceptacle statique abordé de manière descriptive (i.e. les dangers liés à des expositions), sans considérations relatives aux choix qui y ont concouru ;

  • que par le cadre référentiel [Laigle, op. cit.] qui, par la segmentation temporelle proposée et par l’alternance désorganisée d’états et processus, détourne des dynamiques intégrées à l’œuvre, et particulièrement celles découlant des demandes sociales et territoriales d’environnement.

24Remarquons d’ailleurs que ce sont des leviers socio-urbains que le Schéma National de Développement Durable propose dernièrement de mobiliser au premier chef pour faire face à ce nouveau venu dans l’actualisation 2006 du dit schéma : "Réduire ces inégalités (environnementales) : engager la rénovation urbaine pour améliorer les conditions d’habitat et d’environnement dans les quartiers prioritaires" (2006, p. 16). Constatons en outre la reconnaissance de problèmes spécifiques d’environnement pour les quartiers considérés comme prioritaires (pour notre raisonnement, espaces péri-centraux des villes, i.e. banlieues proches, ou encore « dents creuses »). Il est vrai que, comme la Délégation Interministérielle à la Ville le mentionne, il est difficile de prétendre à une mixité sociale dans des quartiers dont l’environnement est fortement dégradé (Observatoire des Zones Urbaines Sensibles, 2004). Et, nous retrouvons cet objet nouveau que constituent les inégalités environnementales, ainsi que cette inclinaison pour la mobilisation de leviers socio-urbains (par exemple la compensation territoriale), dans le projet de Schéma Directeur de la Région Île-de-France, entré en enquête publique en octobre 2007.

25En d’autres termes, beaucoup de signaux semblent depuis peu converger pour faire entrer l’urbain, ses mécanismes constructeurs, et donc les choix d’actions qui y ont contribué, dans la compréhension de ce qui fait les inégalités environnementales. Or, si des réflexions se sont engagées depuis 3-4 ans en France sur ce thème (textes officiels, orientations locales, diagnostics, études et recherche, colloques…), ses liens à la complexité des faits urbains n’a pas, à notre connaissance, réellement fait l’objet d’une approche réflexive, exception faite de quelques démarches menées dans le cadre du programme de recherche Politiques territoriales et développement durable, piloté par C. Larrue (Université de Tours), sous l’égide du Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement Durable.

26Puisque la conscience environnementale semble dorénavant traverser l’ensemble des pensées sociales et, quoiqu’il en soit, celles des acteurs de l’urbain et de plus en plus de mobilisations associatives, un préalable essentiel à leur mise en culture est donc selon nous de définir plus précisément de telles inégalités dans leurs rapports : aux inégalités sociales et économiques spatialisées, à leurs mécanismes fondateurs et aux politiques qui, notamment dans leurs effets ségrégatifs, y ont contribué, phénomènes eux-mêmes appréhendés de longue date par des conventions et étalons de mesure spécifiques (nomenclatures statistiques).

4. Pour une conception renouvelée et une définition plus dynamique des inégalités environnementales

4.1. Les capacités et moyens d’action individuelle et territoriale comme véritables inégalités

27En fait, repartant des différents types d’inégalités environnementales proposés par le cadre livré précédemment, un terme, qui apparaît en filigrane d’au moins un, voire deux types d’inégalités livrés, devrait selon nous aider à préciser les contours de ce qui fait peut-être plus précisément inégalité dans le champ de l’environnement urbain, et alors peut-être articulation dans l’acception extensive des quatre types avancés. Pour le révéler, repartons des exemples pris.

28On a indiqué que les zones urbaines péri-centrales de faible qualité environnementale permettaient aussi parfois de maintenir les populations modestes dans des espaces denses, avec par ailleurs une meilleure offre de services urbains (administrations, commerces, transports…). Or, on reconnaît de plus en plus dans le même temps le droit pour chacun de vivre dans un environnement de qualité (supra). Et ces contextes environnementaux focalisent d’autant plus nouvellement l’attention des pouvoirs publics que refaire la ville sur la ville, en garantissant mixité sociale et durabilité, s’est affirmé comme mot d’ordre politique à la suite de la mise en œuvre de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (2000).

29Dès lors, par exemple, le devenir des populations modestes, celui des territoires dans lesquels ils résident, leur captivité économique, ainsi que les contraintes induites pour les politiques territoriales (attractivité/répulsivité, vulnérabilité/résilience…), recouvrent une acuité nouvelle, lorsque des années durant le laisser-faire environnemental primait (supra) et que certaines franges de ces populations venaient, de manière inégalitaire, alimenter les rangs des périurbains.

30Aussi, s’il s’agit pour nous de définir plus précisément la dynamique complexe des liens entre inégalités environnementales et socio-économiques, les captivités et contraintes orientent la manière de définir de tels liens et, ainsi, de concevoir les modalités d’une intervention qui viserait à lutter contre les inégalités environnementales. En fait, au regard du laisser-faire passé et des enjeux à venir (ex : re-densification), de telles inégalités nous semblent d’abord devoir être à relier aux capacités des résidents ainsi que des territoires qui les accueillent :

  • non pas à pouvoir, par la mobilité résidentielle des ménages face à l’attractivité différentielle des territoires, s’extirper de telles situations environnementales (mécanisme ayant concouru à la construction des situations décrites) ;

  • mais plutôt à tout à la fois peser et faire évoluer ces environnements déjà habités, donc aussi à infléchir les mécanismes et conditions qui contraignent les populations à s’éloigner des environnements dégradés ou encore certains pouvoirs locaux à ne privilégier que des réponses fondées sur la concurrence environnementale.

31Ce qui revient en fait à placer les capacités et moyens individuels et sociaux du changement et ses modalités de construction concomitamment au cœur de la question scientifique et des enjeux politiques liés aux inégalités environnementales.

32Cela serait par exemple le moyen de resituer l’environnement, et plus spécifiquement l’évolution de la demande environnementale, au cœur de la problématique, tout en régulant les effets territoriaux délétères livrés par les exemples donnés. Ceci reviendrait alors, pour ne pas dire surtout, à considérer que la manière dont de telles inégalités sont définies ne peut s’écarter d’un point de vue plus général et politique sur le principe de justice, véritable moteur pour l’action, donc sur les moyens d’y tendre, sur les échelles nécessairement emboîtées de sa mise en œuvre... En effet, Peter Wenz estime que l’environnement est spécifiquement du ressort d’une réflexion sur la justice, du fait des inégales pressions exercées sur la qualité de vie des sujets et des distributions qui en découlent [Wenz, 1988]. « Poser la question de la justice environnementale en France a donc un sens fort, qui est de ramener sur le devant de la scène la question des inégalités, souvent masquée derrière des constructions collectives à caractère technique, social ou politiques larges (…) » [Charles, Emelianoff, Ghorra-Gobin, Roussel, Roussel, Scarwell, 2007, p. 2].

33Toutefois, d’aucuns objecteront que ces capacités individuelles et collectives à infléchir de tels situations et mécanismes ne permettent pas, en l’état, de réduire le primat des mécanismes socio-économiques. On sait d’assez longue date que la capacité individuelle d’agir sur l’environnement et sur l’action collective visant sa protection demeure distribuée de manière non moins socialement inégale que les choix résidentiels des ménages. Sandrine Rui le montre clairement à partir du fonctionnement des dispositifs dits de débats publics en France (2005). De même, comme les politiques fondées sur l’attractivité locale en attestent, les possibilités d’action sont territorialement inégales : les moyens de lutter contre les dégradations et pesanteurs environnementales des lieux (ex : héritages et vestiges industriels) dépendent beaucoup de facteurs économiques (ex : nombre et types d’activités économiques) et sociaux (ex : profils des populations résidentes), eux-mêmes inégalement répartis dans l’espace (cf. travail de Laigle sur l’agglomération Lilloise).

34En fait, que ce soit par la participation individuelle à la vie démocratique, ou par le renouvellement des principes de l’action collective, l’environnement est bien encore souvent représenté comme un bien ou facteur somptuaire. La hiérarchie tacite exprimée des années durant par l’action publique en résulte (supra). Cependant, comme J. Theys le rappelle (2005), des travaux, principalement anglo-saxons, tendent à montrer que les pauvres ne sont pas insensibles et désintéressés par l’environnement, bien au contraire. Leur enrôlement dans des combats locaux est même devenu aux États-unis un enjeu pour les autres catégories sociales, afin de mobiliser le principe de justice environnementale comme revendication [Faburel, 2003 sur le cas des pourtours aéroportuaires]. Plus largement, remarquons ici que c’est par l’entremise des conflits d’environnement liés à des projets d’aménagement et par les demandes participatives qui guidaient les oppositions locales aidées en cela par des contre-experts, que le principe de justice environnementale s’est affirmé aux États-Unis comme un principe réglementaire, qui promeut des politiques visant à éviter toute discrimination de race, de sexe, de religion, ou de revenu dans la distribution des risques environnementaux (Executive Order 12898 du 11 février 1994 : Federal Actions to Adress Environmental Justice in Minority Population and Low-Income populations ; EPA, 1995 et 2004).

35On pourrait alors répondre que les contextes socio-culturels apposent leur empreinte sur la manière de transformer des objets en sujets scientifiques, des questions environnementales (ou sociales ?) en enjeux politiques [Fol et Pflieger, 2005]. Mais, comme Lolive le développe pour le cas de la France (2006), paysages et ambiances représentent le ferment d’un rapport multiple à l’environnement des lieux et territoires, de demandes variées… rapports et demandes qui, dans leur foisonnement, interpellent directement la politique dans sa justification axiologique et dans sa construction, notamment participative. Pourquoi alors continuer à faire de l’environnement et des inégalités dont il serait le siège une caractéristique secondaire de l’action ? Pourquoi globalement continuer à laisser seul le marché (ex : immobilier) se saisir de la demande sociale en matière d’environnement, composer avec et ainsi amplifier le fonctionnement par les seuls capacités et moyens individuels ?

4.2. Une conception plus actante de l’environnement : l’environnement comme facteur de cohésion urbaine ?

36En fait, par cette considération accordée à la demande sociale d’environnement, sa nature et ses attributs, nous nous trouvons face à une acception renouvelée, plus active et fractale, de ce qui semble de nos jours faire environnement. Par l’entremise de la capacité des populations ou encore de la résilience socio-spatiale des territoires, donc par une lecture centrée sur les demandes sociales et territoriales d’environnement en situation, c’est une autre acception de l’environnement qui est conviée.

37Dorénavant accompagné de la notion programmatique de développement durable [Godard, 2003], l’environnement est un facteur de lente refondation du gouvernement conjoint des hommes et de la nature ; il préfigure même selon certains auteurs [Latour, 1999] un nouvel âge du politique, âge dans lequel la mise en lien symbolique, l’appropriation et les rapports à l’identité, notamment spatiale, se recomposent [Abélès, Charles, Jeudy et Kalaora, 2000], au point de malmener, par exemple par le sensible et le paysage (cf. travaux de Berque, notamment 1991), le chaînage historique de construction de l’action publique : une certaine production de rationalité (technico-scientifique) et un certain exercice de la démocratie (hiérarchique) [Stengers, 1997].

38Ainsi, dans cette perspective plus actante de l’environnement, donc dans celle de faire de l’environnement un réel facteur de cohésion urbaine :

  • s’il n’est pas donné - au nom d’une certaine justice (environnementale ?) - aux populations modestes la capacité de s’impliquer, notamment pour faire des inégalités environnementales un enjeu politique (cf. lanceurs d’alertes sanitaires),

  • et si, peut-être en conséquence, il n’est pas donné aux territoires la possibilité de faire face par des moyens dédiés aux situations héritées, aux assignations à résidence…

  • alors certains mécanismes socio-économiques connus et quelque peu a-environnementaux continueront à ségréger populations et espaces, notamment par la mobilité résidentielle, les politiques locales d’attractivité ou encore les logiques d’implantation des équipements sources d’externalités négatives.

39Par exemple, sans de véritables politiques d’accompagnement social (urbanisme, habitat, transports…) centrées sur l’évolution de la demande d’environnement des plus modestes, l’implantation d’un nouveau tramway en ville améliorera toujours la desserte et permettra souvent un embellissement des espaces publics, tout ceci renchérissant le coût de l’immobilier, avec pour effet direct l’éloignement des plus pauvres. De même, sans garantie d’implication pérenne des populations locales dans la construction et le suivi de l’action, l’intervention urbaine, encore souvent à forte teneur en cosmétique environnementale, pourra continuer à produire des effets contraires à ceux vantés dans les discours, malgré l’injonction à la durabilité. La gentrification décrite par Emelianoff (2005) suite à l’effet de standing induit par la réhabilitation en quartier vert de Västra Hamnen à Malmö en est un exemple saisissant, malgré la volonté initiale de la municipalité de conserver une certaine mixité sociale.

40Ici comme ailleurs, le champ du possible en matière de construction politique et de problématisation scientifique doit composer avec l’évolution de la pensée et de l’agir, donc avec les mouvements que l’on a commencé à entrevoir dans et par l’environnement. Les inégalités environnementales devraient ainsi s’inscrire autant que participer d’un mouvement qui interroge d’abord, par l’idée de justice et la capacité d’intervention, les liens entre environnement, territoires urbains et action publique. Tenir compte de cette évolution est selon nous un critère premier pour tenter de définir de manière pertinente des inégalités environnementales insérées dans des mécanismes urbains de plus grande envergure spatiale et temporelle, et alors envisager leur mise en culture politique, dans un horizon de changement marqué par la durabilité ou encore la gouvernance.

41Au final, si les quatre types d’inégalités alternent, selon leurs auteurs, deux approches (cumuls et logiques territoriales), si elles mélangent des lectures statiques et dynamiques, elles mêlent surtout différentes conceptions de l’environnement. Ces conceptions impliquent des temps bien différents dans l’évolution de la construction de l’action, ainsi que corrélativement des moments précis de la pensée. Pour une première lecture des démarches de qualification d’ores et déjà engagées sur les inégalités environnementales, distribuées selon les conceptions de l’environnement qu’elles impliquent, nous renvoyons à la tentative de Theys (2007), qui distingue ostensiblement vision statique et approches dynamiques (pp. 24-25).

42Par exemple, les inégalités d’exposition aux pollutions, nuisances et risques urbains renvoient d’abord à des lectures techniques et à des approches centralisées de l’environnement, loin peut-être des liens symboliques, de l’appropriation et des rapports à l’identité que l’environnement amène à reconsidérer. Ce type de lecture et d’approche considère encore globalement cet environnement comme un espace sans attaches, doté seulement de caractéristiques géo-physiques, mises en statistiques par les services, sectoriels, de l’État : densité d’espaces verts de différentes natures ; distances des habitations aux fleuves, rivières et plans d’eau ; taux de polluants atmosphériques dans l’air ; niveaux sonores d’exposition ; probabilité d’occurrence et spatialité des risques… Tout ceci croisé avec des niveaux sociaux, des échelons de revenu, des informations démographiques... non moins renseignés par des indicateurs statistiques élaborés par ces mêmes autorités, aux mêmes échelles, poursuivant les mêmes finalités (rationaliser l’action au nom de l’égalité de traitement défendue par l’intérêt général). Or, il est dorénavant admis grâce aux travaux de psychologie et de sociologie de l’environnement que la seule lecture physicaliste de l’environnement, reposant qui plus est sur de seuls instruments techniques de mesure, ne permet pas de renseigner avec justesse l’état et l’évolution de telles sensibilités et opinions (cf. par exemple Charles - 2007 - pour la pollution atmosphérique en ville, et Faburel, Polack et Beaumont - 2007 – pour le bruit des transports). Les dotations physiques sont de moins en moins explicatives des sensibilités et opinions environnementales des populations, et alors des processus pouvant en découler.

43De même, cette lecture et les données qu’elle livre ne pacifient que peu les rapports avec les associations locales de défense de l’environnement, du fait notamment de la figure experte et de la structuration des pouvoirs que cette dernière incarne dans leurs esprits. Dans le champ environnemental, la "prolifération du social", pour reprendre les termes de Callon, ne saurait être abordée sans la subtilité des sciences humaines et sociales. « Il n’est pas question de hiérarchiser ces savoirs mais de les compliquer les uns par rapport aux autres, l’enjeu n’étant pas ici de faire "progresser" les sciences mais d’être à la hauteur de ce qu’exige un problème posé par la société. » [Stengers, 1997, p. 98]. Ainsi, conflictualité environnementale et rapports sensibles à l’environnement, deux des interrogations majeures de l’action publique aménagiste historique, rappellent le caractère hétérotopique des substrats urbains, le poids de leur histoire et des phénomènes à l’œuvre dans les relations tissées entre inégalités environnementales et sociales. L’environnement construit administrativement observe encore souvent des espaces lorsque les revendications et demandes sociales proposent de plus en plus, par l’environnement, de considérer des lieux et territoires, des attaches et des ancrages, des ressentis et des représentations [Faburel et Manola, 2007].

44De même, autre type d’inégalités proposé dans l’acception la plus fourre-tout, les inégalités d’accès à l’urbanité et au cadre de vie ont, bien que plus dynamiques et a priori plus ancrées, d’ores et déjà fait l’objet d’analyses sociologiques, économiques… Ces dernières montrent, souvent séparément, que ces inégalités sont avant tout dépendantes des possibilités données aux mobilités sociales, résidentielles, transports… de s’exercer. Dès lors, comme indiqué précédemment, par ce filtre de l’accès différencié à ces mobilités entremêlées, cela reviendrait à faire des inégalités environnementales la stricte dépendance, voire le doublon d’inégalités sociales spatialisées. Cela reviendrait surtout ici à perpétuer le poids relatif de l’environnement et ainsi sa représentation, administrative, commune et héritée de temps historiques passés : une offre passive de facteurs environnementaux, d’objets de nature… et non pas une source active de demande de bien-être.

4.3. Quelques objets nouveaux d’explora- tion pour nourrir cette proposition de définition

45Dès lors, dans cette perspective plus actante de ce qui fait environnement, ce ne sont pas tant les contextes d’expositions aux pollutions, nuisances et risques qui définissent de telles inégalités en ville, que :

    • 4 Ce que préconise notamment le guide Agenda 21 (2004) des Villes qui ont signé la Charte d’Aalborg.

    les situations de vécus d’ambiances environnementales, d’aménités naturelles…4,

  • et les héritages environnementaux avec lesquels la construction de l’action territoriale doit à ces endroits composer.

46De même, toujours pour reprendre les types de l’acception extensive, ce sont peut-être moins les accès actuels à l’urbanité et au cadre de vie qui doivent focaliser l’attention que la participation effective des populations aux politiques de protection, aux mesures de réhabilitation, aux démarches de planification urbaine ou encore aux débats relatifs aux projets d’équipement [Rui, op. cit.]. Si accès il y a, ce serait plutôt celui fourni par les moyens donnés à l’exercice d’une « éco-citoyenneté », comme pendant au respect du droit à un environnement de qualité.

  • 5 « Les inégalités environnementales sont des inégalités de situation (…) résultant des variations qu (...)
  • 6 Nous emprunterons volontiers ici le terme d’« inégalités de gouvernance » à Bellan, Bellan-Santini (...)

47Selon cette entrée double, centrée sur l’évolution des demandes sociales d’environnement : les différences qualitatives de situation5, les héritages et vestiges plus ou moins patrimonialisés dont ces situations témoignent, les ancrages territoriaux, l’implication citoyenne et plus largement la gouvernance locale6, l’expertise habitante et les controverses socio-techniques, ainsi que le bien-être environnemental et ses liens à la qualité de vie, les rapports psychosociologiques à la nature… deviennent des objets essentiels à la réflexion sur les inégalités environnementales. Ces objets ont d’ailleurs, à l’exemple des héritages et patrimoines urbains, leur prise en compte dans différents types d’évaluation des inégalités environnementales, fait l’objet d’échanges répétés lors des débats qui se sont tenus dans le cadre du colloque que cette réflexion ponctue. Les nouvelles régulations socio-politiques, comme les gouvernances qui leur sont associées, misent désormais : sur la société civile, l’engagement citoyen et les parties prenantes ; sur de nouvelles valeurs touchant à la qualité de vie, à la démocratie et au respect de l’environnement [Lévesque, 2007, p. 36].

5. Conclusion : synthèse et chantiers

5.1. Synthèse : la nécessité d’une réflexion sur le rôle des conceptions de l’environnement

48Pour peut-être sortir de l’indétermination politique et l’indécision à une échelle fine, nous nous sommes ainsi efforcé de montrer que la réflexion sur les inégalités environnementales en ville devrait probablement en France les considérer comme des inégalités sociales et territoriales face aux capacités et moyens donnés aux populations et pouvoirs publics locaux d’améliorer leur environnement, en situation d’habiter. Cette acception aurait alors pour épicentres d’analyse :

    • 7 Le public doit avoir « la possibilité de participer au processus décisionnel et a accès à la justic (...)
    • 8 Impliquant selon nous de privilégier alors, notamment du fait des inégalités d’accès à la mobilité, (...)

    la capacité des ménages et sociétés locales à changer, notamment par l’implication démocratique dans les arènes de débat7, leur environnement, à améliorer sa qualité, plutôt qu’à changer d’environnement par la mobilité résidentielle8 ;

  • la capacité des territoires et de leurs pouvoirs, notamment par des modalités participatives et les nouvelles régulations de la gouvernance territoriale, à faire face tant aux situations de vulnérabilités induites par leurs héritages environnementaux qu’à leurs moyens inégaux pour améliorer le bien-être des populations résidentes.

49Cette acception est rendue selon nous nécessaire par ce qui fait à ce jour environnement dans nos sociétés, notamment par son nécessaire rapprochement des faits sociaux en ville [Theys, 2007], rendant alors possible (faisable ?) la conciliation revendiquée par les initiatives qui se réclament du développement durable. Or, ceci interroge alors aussi, car en découlant partiellement, ce qui a construit cet environnement, politiquement et administrativement [Theys, op. cit.]. Il en va en fait vraisemblablement de la mise en culture politique de ce thème que d’interroger concomitamment, pour leur qualification première :

    • 9 « La planification des infrastructures et des activités tend à concentrer les sources de nuisances (...)

    ce que l’on conçoit de l’environnement dans la volonté d’agir, dans les orientations politiques, et alors les outils et instruments encore à ce jour dominants dans l’intervention environnementale en ville (indicateurs statiques, zonages réglementaires figés, référentiels techno-centrés des choix de localisation des équipements structurants des territoires…)9,

  • et ce qui fait environnement pour les citadins, donc aussi dans leurs ressentis (ex : bien-être), attitudes (ex : démocratie participative) et comportements (ex : résidentiels),

  • au point de peut-être, par les liens et distances entre ces conceptions, par les ajustements mutuels entre ces offres et demandes d’action publiques et privées, donner à voir certaines dynamiques de construction des inégalités environnementales en ville.

50Il est vrai que, dans cette perspective explicative par les conceptions, nous devons par exemple admettre que « Le mouvement écologique a construit un universalisme. Il fallait montrer que tout le monde était exposé aux risques et on a construit une globalisation des problèmes (…) Cela correspond à une certaine étape historique. On entre peut-être dans une seconde étape, plus affinée » [Emelianoff, débats lors du colloque à l’Institut d’Urbanisme de Paris, 2005]. Cette nouvelle étape pourrait être celle d’une axiologie s’écartant de la seule justice distributive (distribution égalitaire des sources de dangers et de risques), pour cheminer vers une justice plus productive.

51Cependant, toujours dans ce registre des conceptions et construits socio-politiques et culturels, dont Theys fait aussi une pierre d’angle du raisonnement sur les inégalités environnementales, insistant notamment sur le rôle de la bifurcation épistémologique des années 1960, en défaveur de ce qui fait relations et dynamiques dans l’environnement urbain (2005), remarquons que le tout premier rapport officiel sur la question, celui de l’Inspection Générale de l’Environnement et du Conseil Général des Ponts et Chaussées [Diebolt, Helias, Bidou, et Crepey, 2005] ne considère pas de tels capacités et moyens comme ferments d’inégalités environnementales, contrairement à la définition donnée outre-Atlantique à la justice environnementale : le traitement équitable et l’implication significative de tout individu, indépendamment de sa race, couleur, origine nationale ou de son revenu, en ce qui concerne le développement, l’application et le renforcement de lois, politiques et règlements environnementaux [EPA, 1995]. Le poids historique, mais de plus en plus inadapté si l’on en juge la conflictualité environnementale, d’une régulation « égalitariste » par l’État central français, par opposition au rôle des combats communautaires outre-Atlantique dans une régulation plus sélective et individuée, n’est pas étranger à ce délaissement volontaire. Et, d’ailleurs, le terme de gouvernance est aussi absent du dit rapport.

52Ce délaissement devrait selon nous être révisé. Cela permettrait peut-être de combler quelques lacunes de la définition conventionnelle sectorielle des inégalités environnementales. En portant plus avant regard sur les continuités ou discontinuités intersectorielles (habitat, transport, foncier…) exprimées dans les demandes sociales et actions territoriales, cette révision cesserait d’abriter la propension à la totalité explicative de l’acception extensive (4 types d’inégalités), propension pourtant bien plus descriptive (quels cumuls ? quelles logiques d’actions ?...) et statique (ex : expositions) que réellement compréhensive (effets environnementaux, dynamiques résidentielles, processus politiques…). Donc, cela permettrait de dépasser le creuset de ce flou, c’est-à-dire l’entre-deux des conceptions de l’environnement, tendu entre une acception institutionnelle historique et une acception ordinaire plus foisonnante.

5.2. Horizons et chantiers dessinés : l’habitant comme pierre de touche d’une définition dynamique et actante des inégalités environnementales ?

  • 10 Outre le fait que cet éclairage par les conceptions est, avec ce qu’elles livrent de la constructio (...)

53Cet appel à révision ne pouvait toutefois, à ce stade de la conclusion, en rester à l’état incantatoire. La réflexion développée ici, fondée sur les conceptions, ainsi que l’esquisse de définition, basée sur les demandes, capacités et moyens, dessinent en fait de notre point de vue plusieurs horizons, que nous proposons d’énoncer rapidement pour peut-être nourrir le débat10. L’horizon premier pourrait être balisé par deux chantiers emboîtés. Le premier chantier pourrait être centré, concomitamment :

  • sur les objets (différences qualitatives de situation, héritages et vestiges dont ces situations témoignent, ancrages territoriaux, implication citoyenne, gouvernance locale, expertise habitante, bien-être environnemental, rapports psychosociologiques à la nature… supra

  • et sur les objectifs de l’action (par exemple la justice ou plutôt les justices comme axiologies intégrées de l’intervention, donc pas seulement environnementale).

54Nous nous sommes efforcés d’en poser quelques jalons. L’autre chantier, non moins important, serait dédié aux moyens requis pour aider à mettre ces objets et objectifs en culture politique : l’évolution des systèmes de connaissances (cf. par exemple IFEN 2006 sur l’appareillage statistique) et l’articulation des productions de savoirs ; l’analyse des registres, échelles et instruments de l’action, par le truchement de la mise en pratique du développement durable, et de sa volonté de concilier aussi les dimensions sociales et environnementales (cf. travaux du programme de recherche Politiques territoriales et développement durable évoqué plus haut).

55Toutefois, ces deux chantiers convergent selon nous pour faire peut-être de l’habiter [Paquot et Lussault., 2007], et alors notamment de l’habitant, la pierre de touche de l’acception des inégalités environnementales proposée ici et du référentiel de proximité ou encore du régime de territorialité réflexive proposé par Mélé (2007), des cadres pertinents pour l’analyse.

56En effet, remarquons que se multiplient dans le champ opérationnel des barèmes et classements de la qualité de vie, des expériences innovantes de mesure du bien-être à partir d’enquêtes de satisfaction… « La qualité de vie, la protection de l’environnement, la valorisation des ressources naturelles contribuent fortement à la préservation d’un environnement de qualité, garant de la santé des populations comme de l’aménité des lieux de vie. » [Direction Régionale de l’Équipement d’Île-de-France, 2005, p. 5]. À une lecture classique des capacités circulatoires, industrielles… bref géo-fonctionnelles des territoires s’est ajoutée plus récemment, par la rencontre entre la territorialisation de l’action publique et la facture dialogique du développement durable [Faburel, 2006], une autre approche plus soucieuse de l’expérience des sujets.

57Or, « n’oublions pas que les enjeux du développement durable se déclinent au niveau local et qu’il s’agit aujourd’hui de répondre aux attentes sociales des habitants-usagers par des projets de qualité et une concertation préalable systématique » [Gausson, in Ferri, 2005]. Il existe dès lors une volonté de partir « du point de vue des habitants, de leurs besoins imaginés à l’échelle de deux décennies » [Ferri, 2005]. Et cette approche renvoie directement aux doutes émis sur la définition usuelle des inégalités environnementales. « L’expérience des sujets nous aide à comprendre comment une réalité apparemment insupportable peut parfois être une source positive de bien-être et de qualité de vie » [Leplège, 1999, p. 19]. Voici en fait, par l’action, l’entremise plus opératoire de l’évolution de la pensée de et par un environnement plus socialisé, actant, mue par d’autres valeurs (esthétiques, patrimoniales, symboliques…). « L’environnement doit être entendu comme l’ensemble des problématiques à intégrer pour faire de l’aménagement durable en respectant les conditions vitales et en apportant des aménités. » [Thibault, 2005].

58Cette évolution dans le champ opérationnel, qui fait à ce jour de l’environnement l’un des filtres les plus puissants de la considération du cadre de vie par les sujets (un opérateur réflexif selon Charles), invite à faire de l’habitant, de ses expériences, des connaissances inductives et savoirs pratiques qu’il pourrait apporter aux débats disciplinaires (Place-based knowledge), une des parties prenantes de cet enjeu de définition et de caractérisation plus dynamique de ce qui fait inégalités environnementales en situation. Il en va certainement des « angles morts de l’action politique » officiellement présentés comme le produit d’incertitudes scientifiques [Emelianoff, 2006].

59Or, remarquons l’existence de plus en plus prégnante de discours disciplinaires souhaitant faire des ressentis (ex : de la pollution atmosphérique), des représentations (ex : effets sur la santé) et des pratiques (ex : de l’habitat), des objets scientifiques de caractérisation et de qualification des inégalités environnementales [TO’Neill, Mielck, 2004 ; Krieg, Faber, 2004 ; Kohlhuber, Mielck, Wieland, Bolte, 2005]. Cette potentialité est notamment explorée par Corburn à partir de l’analyse des mobilisations sociales à Brooklyn sur les questions de la pollution de l’air et de la contamination au plomb (2005). Nous suivrons d’ailleurs particulièrement Blanc et Lolive (2005) lorsqu’ils proposent, analysant pour cela l’intervention d’artistes sur les espaces publics urbains, de faire du jugement esthétique et du sensible (paysage, patrimoine…) des objets centraux de l’accès égalitaire aux biens d’environnement (« droits d’accès et droits de regard »).

60Ne serait-ce pas une trace ostensible de la modernité réflexive dont parlent U. Beck, A. Giddens ou encore S. Lash ? Ne serait-ce pas un moyen pour que les sciences sociales et humaines exercent aussi une fonction centrale dans la généralisation d’une réflexion sociétale, fondée sur la prise de conscience du caractère intrinsèquement instable du monde, instabilité à laquelle participent de plus en plus ostensiblement l’environnement actant et les inégalités auxquelles, selon nous, il donne lieu de manière dynamique en ville ?

Haut de page

Bibliographie

ABÉLÈS M., CHARLES L., JEUDY H.P. et KALAORA B. (dir.) (2000), L’Environnement en perspective : contextes et représentations de l’environnement, L’Harmattan, Paris.

BELLAN G., BELLAN SANTINI D., DAUVIN J.-C., 2007, À propos de quelques utilisations des termes « Inégalités écologiques » : simples impropriétés de langage ou accaparement abusif ?, Développement durable et territoire, http://developpementdurable.revues.org, 14 p.

BERQUE A. (1991), « La transition paysagère comme hypothèse de projection pour l’avenir de la nature » in Alain Roger et François Guéry (eds.), Maîtres et protecteurs de la Nature, Champ vallon.

BLANC N. et LOLIVE J. (2005), Les inégalités environnementales au prisme de l’esthétique, Actes du Colloque Inégalités environnementales et sociales : L’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, Urba +, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, juin, 12 p., (à paraître).

BOULDER WENZ P.S. (1988), Environmental Justice, State University of New York Press, 315 p.

BRAINARD J.S, JONES A.P., BATEMAN I.J., LOVETT A.A., FALLON P. J. (2002), Modelling environmental equity: access to air quality in Birmingham UK, Environmental and Planning (4), pp. 695-716.

BULLARD R. (1990), Dumping in Dixie: Race, Class, and Environmental Quality, Boulder, Co, Westview Press.

BULLARD B. (ed.) (1994), Unequal protection: Environmental Justice and Communities of Color, San Francisco, Sierra Club Books.

CHARLES L. (2007), « La pollution atmosphérique, entre individu et collectif », in L. Charles, I. Roussel, A. Weill (dir.), Évaluation et perception de l’exposition à la pollution atmosphérique, Paris, La Documentation française, pp. 121-142.

CHARLES L., EMELIANOFF C., GHORRA-GOBIN C., ROUSSEL I., ROUSSEL F.-X., SCARWELL H. (2007), Les multiples facettes des inégalités écologiques, Développement durable et territoire,

http://developpementdurable.revues.org, 16 p.

CORBURN J. (2005), Street Science. Community Knowledge and Environmental Health Justice, MIT Press, Cambridge, London.

CORNUT P., ZACCAÏ E. (2007), « Introduction », in P. Cornut, T. Bauler et E. Zaccaï (coord.), Environnement et inégalités sociales, Éditions de l’Université de Bruxelles, pp. 7-19.

Délégation Interministérielle à la Ville (2004), Observatoire des Zones Urbaines Sensibles, Éditions de la DIV, Paris, 96 p.

DIEBOLT W., HELIAS A., BIDOU D. et CREPEY G. (2005), Les inégalités écologiques en milieu urbain, Rapport de l’Inspection Générale de l’Environnement et du Conseil Général des Ponts et Chaussées, 68 p.

Direction Régionale de l’Équipement d’Île-de-France (2005), La qualité de vie en Île-de-France : indicateurs, comparaisons, analyses, Rapport Territoires Sites et Cités pour la DREIF, 86 p. 

EMELIANOFF C. (2005), « Recherche d’attractivité résidentielle et inégalités environnementales : quels liens de causalité ? », in Actes du Colloque Inégalités environnementales et sociales : L’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, Urba +, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, juin, 10 p., (à paraître).

EMELIANOFF C. (2006), Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ?, ESO, Travaux et Documents n° 25, décembre, pp 35-43.

Environmental Protection Agency – EPA (1995), Environmental Justice Strategy, Note, EPA, Washington, 41 p.

Environmental Protection Agency – EPA (2004), Toolkit for Assessing Potential Allegations of Environmental Injustice, Report, EPA, Washington, 66 p.

FABUREL G. (2006), « Développement durable et territorialisation de l’action urbaine en France », in E. Dorier-Apprill (dir.), Ville et Environnement, SEDES - Armand Colin, pp. 101-106.

FABUREL G. (2007), « L’environnement comme facteur de cohésion urbaine. Pour une définition dynamique et actante des inégalités environnementales », Intervention au séminaire Inégalités écologiques ou environnementales, Université des Sciences et Technologies de Lille, Laboratoire TVES, 31 mai, 10 p. 

FABUREL G., GUEYMARD S. (2007), Vécu environnemental et qualité de vie en région Île-de-France. Une approche des inégalités environnementales, Rapport intermédiaire, Programme Politiques territoriales et développement durable, PUCA-MEDD, janvier 2007, 58 p.

FABUREL G., MALEYRE I. (2007), « Le bruit des avions comme facteur de dépréciations immobilières, de polarisation sociales et d’inégalités environnementales. Le cas d’Orly », Développement Durable et Territoires, Dossier 9 : Inégalités écologiques, inégalités sociales, 13 p., http://developpementdurable.revues.org/document2775.html.

FABUREL G. et MANOLA Th. (coord.) (2007), Le sensible en action. Le vécu de l’environnement comme objet d’aide à la décision. Tome 1 Sensible, ambiance, bien-être et leur évaluation, en situation territoriale, Rapport final pour l’Observatoire de l’Environnement Sonore du Val-de-Marne (ODES), mars, 84 p.

FABUREL G., POLACK J.-D., BEAUMONT J. (2007), Bruit des transports : état et perspectives scientifiques, La Documentation française, 79 p.

FERRI M. (2005), « Offrir un cadre de vie harmonieux dans chacun des territoires d’Île-de-France : améliorer le lien social et la qualité de vie », Révision du SDRIF - Le fil du débat, atelier thématique 3, 17 juin.

FOL S. et PFLIEGER G. (2005), « Justice environnementale et inégalités sociales aux États-Unis », Actes du Colloque Inégalités environnementales et sociales : L’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, Urba +, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, juin, 10 p., (à paraître).

GODARD O. (2003), « Développement durable et principes de légitimité », Social Science Information, London, Sage Pub., vol. 42, n° 3, pp. 375-402.

GUEYMARD S. (2006), « Facteurs environnementaux de proximité et choix résidentiels », Développement durable et territoire, Dossier 7 : Proximité et environnement, mis en ligne le 4 mai 2006. URL : http://developpementdurable.revues.org/document2716.html.

HIRSCHMAN Albert O. (1970), Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations and States, Cambridge, MA, Harvard University Press, 284 p. 

IFEN (2006), « Les inégalités environnementales », in L’environnement en France, collection Les synthèses, pp. 419-430.

KOHLHUBER M, MIELCK A., WIELAND S.K, BOLTE G. (2005), Social Inequality in perceived environmental exposures in relation to housing conditions in Germany, Environmental Research, 17, 10 p.

KRIEG E.J., FABER D.R. (2004), Not so Black and White: environmental justice and cumulative impact assessments, Environmental Impact Assessment Review, vol. 24, pp. 667-694.

LAIGLE L. (2005a), « Inégalités écologiques : un nouvel enjeu pour les politiques d’urbanisme ? » Actes du Colloque Inégalités environnementales et sociales : L’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, Urba +, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, juin, 16 p, (à paraître).

LAIGLE L. (2005b), Les inégalités écologiques de la ville : caractérisation des situations et de l’action publique, rapport intermédiaire PUCA-MEDD, programme « Politiques territoriales et développement durable », 122 p.

LAIGLE L., OEHLER V. (2004), Les enjeux sociaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques, Rapport final du CTSB pour le PUCA MELT (février), 100 p.

LASCOUMES P. (1994), L’éco-pouvoir. Environnement et politiques, Paris, La découverte, 316 p.

LATOUR B. (1999), Politiques de la nature, Comment faire entrer les sciences en démocratie, Éditions la Découverte, collection Armillaire, 383 p. 

LEPLÈGE A. (1999), Les mesures de la qualité de la vie, PUF, Que sais-je?, Paris.

LÉVESQUE B. (2007), « Le développement durable, une occasion pour la nouvelle sociologie économique, pp.31-62, in C. Gendron et J.-Y. Vaillancourt (dir.), Environnement et sciences humaines : les défis de l’interdisciplinarité, Les Presses de l’université de Laval, 335 p.

LOLIVE J. (2006), Des forums hybrides à l’esthétisation des espaces publics en France, Cahiers de Géographie du Québec, vol. 50, n° 140, septembre, pp. 151-171.

LOLIVE J., SOUBEYRAN O. (2007), L’émergence des cosmopolitiques, La Découverte, 383 p.

MANUSSET S., BRODACH A., MARCHAIS L. (2007), « Pour une approche des inégalités écologiques à travers les définitions de la qualité du cadre de vie », Développement Durable et Territoires, dossier 9, 8 p. 

McLAREN D., COTTRAY O., TAYLOR M., PIPES S., BULLOCK M. (1999), The Geographic Relation between Household Income and Polluting Factories, A report for Friends of the Earth, 91 p.

McLEOD H., LANGFORD I.H., JONES A.P., STEDMAN J.R., DAY R.J., LORENZONI I., BATEMAN I.J. (2000), The relationship between socio-economic indicators and air pollution in England and Wales: implications for environmental justice, Regional Environmental Change, pp. 78-85.

MÉLÉ P. (2007), « Identifier un régime de territorialité réflexive », Colloque Territoires, territorialité, territorialisation : et après ?, UMR Pacte Territoire, CNRS, Université Joseph Fourier, Grenoble, 7-8 juin.

MITCHELL G., DORLING D. (2003), An environmental Justice Analysis of British Air Quality, Environment and Planning A, vol. 35, pp. 909-929.

O’NEILL, MIELCK A. (2004), "Differences in noise and air pollution exposure according to household income", in: G. Bolte, A. Mielck (eds.), Environmental Justice. The social distribution of environmental exposures, Weinheim, Juventa.

PAQUOT Th., LUSSAULT M. et YOUNÈS Ch. (dir.) (2007), Habiter le propre de l’humain. Villes, territoires et philosophie, La Découverte, coll. Armillaire, 380p.

RUI S. (2005), « La participation démocratique au défi des inégalités », Actes du Colloque Inégalités environnementales et sociales : L’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, Urba +, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, juin, 10 p., (à paraître).

RUMPALA Y. (2003), Régulation publique et environnement. Questions écologiques, réponses économiques, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 373 p.

STENGERS I. (1997), Sciences et pouvoirs. La démocratie face à la technoscience, Paris, La Découverte, coll. Sciences Sociétés, 116 p. 

THEYS J. (2005), « Les inégalités écologiques, dimension oubliée de l’action publique : entre raisons politiques et explications épistémologiques », Actes du Colloque Inégalités environnementales et sociales : L’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, Urba +, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, juin, 11 p., (à paraître).

THEYS J. (2007), « Pourquoi les préoccupations sociales et environnementales s’ignorent-elles mutuellement. Essai d’interprétation à partir du thème des inégalités écologique », in Environnement et inégalités sociales, P. Cornut, T. Bauler et E. Zaccaï (coord.), Éditions de l’université de Bruxelles, pp. 24-35

THIBAULT C. (2005), « Protéger, restaurer, valoriser l’environnement et les ressources naturelles en Ile de France », révision du SDRIF, Au fil du débat 4, 1er juillet.

TRAISNEL J.-P. (2005), « Quartiers durables, éco-quartiers : quelles ruptures environnementales avec la ville émergente ? », Actes du Colloque Inégalités environnementales et sociales : L’environnement, facteur de cohésion urbaine ?, Urba +, Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris XII, juin, 9 p., (à paraître).

VILLALBA B. et ZACCAÏ E. (2007), « Inégalités « écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités », texte introductif du dossier 9 : Inégalités écologiques, inégalités sociales, Revue de développement durable et territoires, http://developpementdurable.revues.org/document3502.html

WALKER G.P. MITCHELL G., FAIBURN J., SMITH G. (2003), “Environmental quality and social deprivation”, Phase II: National analysis of flood hazard, IPC Industries and Air Quality, R&D project record, The Environment Agency, Bristol, 73 p.

WENZ P. (1988), Environmental Justice, Albany, State University of New York Press, 217 p.

Haut de page

Notes

1 Premier cas porté en justice en 1979 au Texas, où une communauté de l’est de Houston porte plainte contre l’implantation d’une décharge dans leur commune, estimant que celle-ci n’avait été placée là que pour des motivations raciales ; Publication du General Accounting Office d’une étude intitulée Sitting Hazardous waste landfills and their correlations with Racial and Economic Status Surrounding Communities confirmant l’existence d’injustices environnementales ; réalisation en 1987 d’une étude par la United Church of Christ intitulée Toxic wastes and Races in the United state: A national report on the racial and socioeconomic characteristics of communities with hazardous Waste Sites, confirmant aussi que les caractéristiques ethniques et financières des territoires jouaient un rôle déterminant dans la prise de décision.

2 Pour une présentation rapide des courants et objets d’analyse qui traversent le thème à l’étranger, cf. le texte introductif du dossier 9 « Inégalités écologiques, inégalités sociales » de la revue en ligne Développement durable et territoires (Villalba et Zaccaï, in http://developpementdurable.revues.org/document3502.html).

3 Voir par exemple le travail de Krieg et Faber (2004) sur cette question des cumuls, et notamment les indices proposés pour prendre en compte la diversité des vulnérabilités sociales qui se conjuguent avec une multiplicité de dangers environnementaux (17). Ces vulnérabilités sociales ne sont pas sans rappeler celles prises en compte par Amartya Sen, dans son indice de capabilities, pour contredire la vision utilitariste et tenir compte des capacités réelles des choix de vies lors d’évaluation des inégalités.

4 Ce que préconise notamment le guide Agenda 21 (2004) des Villes qui ont signé la Charte d’Aalborg.

5 « Les inégalités environnementales sont des inégalités de situation (…) résultant des variations qualitatives de l’environnement urbain » (Diebolt, Helias, Bidou et Crepey, 2005).

6 Nous emprunterons volontiers ici le terme d’« inégalités de gouvernance » à Bellan, Bellan-Santini et Dauvin (2007).

7 Le public doit avoir « la possibilité de participer au processus décisionnel et a accès à la justice en matière d’environnement sans discrimination fondée sur la citoyenneté, la nationalité ou le domicile » (art. 3.9 de la Convention d’Aarhus, 1994, dont les pays de l’Union Européenne sont signataires).

8 Impliquant selon nous de privilégier alors, notamment du fait des inégalités d’accès à la mobilité, la première des deux options comportementales (Voice et Exit), qualifiées, problématisées et mises en lien sous l’angle de la justice par Hirschman (1970).

9 « La planification des infrastructures et des activités tend à concentrer les sources de nuisances chez les plus pauvres, laquelle concentration des nuisances accentue elle-même la dévalorisation foncière et donc la ségrégation sociale » [Diebolt, Helias, Bidou et Crepey, 2005, p. 14].

10 Outre le fait que cet éclairage par les conceptions est, avec ce qu’elles livrent de la construction historique des liens au social et à l'urbain, la raison première pour laquelle nous considérons qu'il conviendrait plutôt de parler, pour la ville, d'inégalités environnementales que d'inégalités écologiques. Notons à ce titre que le Schéma National de Développement Durable intitule son chapitre dédié "Inégalités environnementales des territoires".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Faburel, « Les inégalités environnementales comme inégalités de moyens des habitants et des acteurs territoriaux », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 111-126.

Référence électronique

Guillaume Faburel, « Les inégalités environnementales comme inégalités de moyens des habitants et des acteurs territoriaux », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/2430 ; DOI : 10.4000/eps.2430

Haut de page

Auteur

Guillaume Faburel

Centre de recherche Espace, Transport, Environnement et Institutions Locales (CRETEIL)
Institut d’Urbanisme de Paris
Université Paris 12
61, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil Cedex
faburel@univ-paris12.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org