Navigation – Plan du site
Articles

Une périurbanisation officielle dans un site contraignant

Le cas de Nedjma dans l’agglomération oranaise
Abdellah Messahel
p. 89-99

Résumés

Le développement spatial de la ville d’Oran, au-delà de ses limites communales, se caractérise par l’occupation de terrains de différentes natures. La conséquence est la création d’espaces périurbains socialement distincts.

Le recasement constitue une forme de lotissement simplifié, destiné à une catégorie de population socialement défavorisée, à faible revenu. Il a été initié à la fin des années 1980, et a touché les grandes villes algériennes qui connaissaient une grave crise de logement.

Parmi les recasements, un des exemples les plus frappants est celui de Nedjma, confiné au sud-est de l’agglomération oranaise. Ce lieu dit, rural avant la nouvelle urbanisation, abrite le recasement le plus important sur le territoire national par son envergure : la création de plus 5700 lots sur une superficie de 250 hectares a fini par y regrouper plus de 50 000 habitants. La spécificité réside dans le fait que ce recasement a été réalisé, au su de tous les responsables locaux, sur un site marécageux, regroupant certes un habitat individuel traditionnel mais sous-équipé. Cédé, à un prix dérisoire, le recasement connaît encore aujourd’hui de grandes difficultés d’aménagement liées principalement à un site inondable, à un isolement géographique et à une marginalisation sociale.

Les contraintes d’ordre environnemental, l’origine géographique et les revenus modestes des ménages, le sous-équipement sont autant d’éléments qui contribuent à une ségrégation socio-spatiale dont l’origine est une périurbanisation officielle dans un site difficile.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’agglomération oranaise est constituée de quatre communes. Ces dernières forment le périmètre du p(...)

1De nombreuses villes des pays du Sud se caractérisent par une forte urbanisation, difficile à gérer. Oran, agglomération de presque un million d’habitants1 n’échappe pas à ce phénomène et à ses conséquences, tant sur le plan spatial que social.

2Parmi les nouveaux espaces urbanisés d’Oran, il y a ceux issus d’une politique nationale d’habitat individuel appelée « recasement ». Ce dernier, est une forme de lotissement simplifié destiné à une catégorie sociale à faibles revenus. Cette politique a été initiée à la fin des années 1980, et a touché les grandes villes algériennes. La taille des programmes varie selon les villes, mais aussi selon leur localisation. De quelques centaines à des milliers de lots, ils posent des problèmes d’intégration. Parmi les recasements les plus problématiques on peut citer ceux d’Oran ou de Saida dans l’Ouest algérien.

  • 2 Le mot signifie étoile. C’est un lieu dit où convergeaitune série de chemins ruraux formant à son n (...)

3Les extensions urbaines à Oran (figure 1), au-delà de la limite communale, se caractérisent par l’occupation de terrains de différentes natures. En dehors de l’habitat précaire et de son extension dans la partie ouest ou de quelques bidonvilles disséminés en périphérie, de vastes programmes d’habitat individuel et tout récemment de l’habitat collectif ont vu le jour. Nedjma2 dans la commune suburbaine de Sidi Chahmi, au sud-est de l’agglomération qui en fait partie. Son origine est une action des pouvoirs publics, menée dans la précipitation, sans concertation, occultant les conséquences qui peuvent en résulter. C’est un exemple type d’une des vastes opérations de recasement qu’ont connues les villes algériennes du temps des réserves foncières communales.

  • 3 Selon les estimations du plan directeur d’aménagement et d’urbanisme de l’agglomération oranaise de (...)

4Les politiques de lotissements et de coopératives immobilières avaient exclu la catégorie sociale la plus défavorisée. Cette dernière va très vite dénoncer les pratiques et les modalités d’accès à un lot de terrain. Ainsi, face à la pression populaire, au lendemain des émeutes d’octobre 1988, l’État, avec la collectivité locale, va décider d’une urbanisation massive, ex-nihilo, sur des terrains de très faibles valeurs foncières et dont personne ne voulait. La contestation populaire a mis en exergue la mal-vie de la catégorie sociale la plus défavorisée. On assiste alors à une arrivée massive de population à revenus modestes3 issue des quartiers populaires d’Oran et du monde rural. Celle-ci forme aujourd’hui un agrégat [Haumont,1996] dont l’intégration à la ville semble de plus en plus difficile, du moins comparativement aux autres extensions.

5Nedjma reste l’exemple le plus frappant d’une croissance rapide et démesurée d’un lieu-dit que rien ne prédestinait à une intense urbanisation. De quelques maisons à l’origine, il va, en moins d’une décennie (1987-1997), servir d’assiette à plus de 5700 lots pour un habitat individuel exclusivement. Ainsi de 4000 habitants en 1987, il passe à plus de 50 000 en 2007.

6Nedjma est le résultat d’une action foncière officielle qui, au lieu de produire de l’intégration, va aboutir à des exclusions [Semmoud, 1995]. Il est admis que, parfois, des actions officielles peuvent être à l’origine d’une ségrégation socio-spatiale. On peut définir cette dernière comme étant un isolement de population à revenus modestes dans un espace contraignant, sous-équipé et éloigné du reste de l’agglomération. Sommes-nous dans ce contexte dans le cas d’Oran ? Pour cela nous abordons de manière empirique trois aspects considérés comme les facteurs explicatifs d’une ségrégation : la dimension environnementale ou les contraintes du site, le contenu social des recasements, leur sous- équipement et leur isolement par rapport à la ville. C’est sur la base d’enquêtes sur le terrain et d’une cartographie appropriée que nous comptons montrer que le site choisi dans le cas de Nedjma a davantage pénalisé une population par rapport aux autres nouvelles extensions.

Figure1 : Situation de Nedjma dans l’agglomération oranaise

Figure1 : Situation de Nedjma dans l’agglomération oranaise

1. Un site contraignant, vulnérable et difficilement urbanisable

  • 4 Plus d’une dizaine selon les spécialistes que nous avons approchés.
  • 5 Il n’y pas de statistiques à ce propos pour tenter une comparaison entre les différents espaces urb (...)
  • 6 Fosse en général à fond perdu, en contact direct avec la nappe phréatique.

7La ségrégation socio-spatiale dans le cas d’Oran, mais aussi dans d’autres grandes villes algériennes, renvoie à une contrainte d’ordre environnemental. En effet, en général, des espaces peu propices à l’urbanisation sont proposés officiellement aux populations aux revenus modestes. C’est le cas de Nedjma. Situé dans la partie sud-est de l’agglomération oranaise, sur quelque 250 hectares, il se caractérise par une topographie de plaine (figure 2) où les altitudes maximales n’atteignent pas les 100 mètres. Les pentes sont très faibles, ce qui nécessite un système d’assainissement basé sur une série de stations de relevage4. Ce système inexistant aujourd’hui est très coûteux et de ce fait n’est pas envisagé, ni par la collectivité locale, ni par les services déconcentrés de l’État. Le réseau actuel est peu efficace sur une grande partie du site. Fondé sur le principe gravitaire, l’écoulement des eaux usées et des eaux pluviales vers des points de rejet dans les zones de dépression est presque nul. Les conséquences de cette situation sont les inondations (photo1), l’infiltration des eaux dans la nappe phréatique entraînant sa pollution, et accentuant les risques de maladies à transmission hydrique. À ce propos Nedjma fait partie des nouvelles extensions urbaines où ce type de maladie est présent, tout particulièrement en été5. Ceci est aggravé par des écoulements à ciel ouvert par endroit et par l’utilisation de fosses sceptiques très mal conçues6.

Figure 2 : Extrait de la carte topographique d’Oran au 1/25 000ème (1988)

Figure 2 : Extrait de la carte topographique d’Oran au 1/25 000ème (1988)

Photo 1 : Vue générale d’une placette impraticable durant plusieurs jours

Photo 1 : Vue générale d’une placette impraticable durant plusieurs jours

8L’aspect topographique, s’il ne constitue pas une contrainte majeure à l’urbanisation dans une ville des pays du Nord, est pénalisant dans le cas des nouvelles extensions urbaines à Oran.

  • 7 À ce propos, il est recommandé de prendre des précautions lors de la confection du béton, il est mê (...)

9Par ailleurs, d’après la carte géologique de la région d’Oran (figure 3), le site de Nedjma fait partie du quaternaire continental. Il se caractérise par des carapaces calcaires et des terres végétales plus ou moins encroûtées. Dans le cadre d’une étude de sol effectuée en 2007, une opération de carottage montre du remblai entre 0 et 20 cm, des argiles marneuses grisâtres à brunâtres, fortement concrétionnées, légèrement sableuses et gypseuses et renfermant par endroits des grès de 20 cm à 15 m. En vue de déceler la présence d’eau dans le terrain étudié, on a effectué un relevé piézométrique à l’endroit du carottage lors de cette opération. Le niveau d’eau a été trouvé à 3,50 m de profondeur. Cependant ce niveau peut fluctuer selon les saisons, l’eau refait surface en période pluviale. La remontée par capillarité des eaux chargées détériore les murs (photo 2). Les analyses chimiques montrent que l’eau de la nappe existante présente un certain degré d’agressivité par rapport aux constructions7.

Figure 3 : Extrait de la carte géologique d’Oran au 1/50 000ème (1952)

Figure 3 : Extrait de la carte géologique d’Oran au 1/50 000ème (1952)

Photo 2 : La remontée par capillarité des eaux chargées détériorent les murs (couleur noirâtre)

Photo 2 : La remontée par capillarité des eaux chargées détériorent les murs (couleur noirâtre)

10Ces aspects donnent à Nedjma un caractère d’espace peu urbanisé, aux rues boueuses et inondées, ce qui le dévalorise aux yeux des Oranais et contribue à son exclusion.

11Compte tenu de la nature du matériau traversé, de ses caractéristiques géotechniques et de la présence de la nappe d’eau, un drainage périphérique tout autour des ouvrages est fortement recommandé. Celui ci, permettrait d’éviter toute inhibition et tout lessivage d’éléments fins sous les fondations. Cette étude déconseille toute végétation (espace vert) et son arrosage au voisinage immédiat des constructions sur une distance d’au moins trois mètres. Elle préconise, en présence d’eau, de prévoir lors de l’exécution des fondations des dispositions particulières. Enfin, elle conclut que la capacité admissible au sol ne dépasse pas 0,80 bar. Cette étude géotechnique montre la vulnérabilité du site, nécessitant des précautions à prendre quel que soit l’ouvrage à réaliser.

  • 8 Depuis les nouvelles dispositions en matière de permis de construire, prises à la suite du séisme d (...)
  • 9 Mouaziz Bouchentouf N. (1998), Urbanisation : législation et réalités, Le cas de l’agglomération d’ (...)

12Si pour les constructions publiques certaines recommandations techniques sont réellement prises en considération8, elles sont loin d’être appliquées pour les constructions à usage d’habitation. En effet, faute de moyens financiers, les populations concernées ont édifié leur maison il y a une dizaine d’années, pour la plupart en ayant recours à de simples dessinateurs pour les plans9 et à de simples ouvriers pour la réalisation. On constate, depuis des dégradations des murs de plusieurs constructions.

13Nedjma avait les caractéristiques d’une zone marécageuse propice à une utilisation extensive de type parcours. Une grande partie du site, la partie sud notamment, appartient à une jumenterie. La longue période de sécheresse actuelle, donne aujourd’hui l’illusion d’un terrain favorable à l’urbanisation dont la viabilisation serait possible ou réalisable.

  • 10 Au même moment les terres agricoles du domaine socialiste sont redistribuées à des exploitations ag (...)

14La qualité médiocre et impropre à l’urbanisation du terrain a été occultée dans un contexte de crise sociale. Répondre aux besoins des populations exaspérées était la seule préoccupation des pouvoirs publics. La contestation populaire d’octobre 1988 a trouvé une réponse dans un vaste programme de recasement sur un site contraignant et vulnérable. Cette réponse officielle s’est faite dans la précipitation, par une création ex-nihilo. Face à la demande en lots de terrain des catégories sociales les plus modestes, l’État va légitimer son action et surtout son choix par la préservation des terres agricoles, qu’il ne pouvait mobiliser pour ces catégories. En effet l’enjeu des terres agricoles a atteint son niveau le plus critique à ces moments-là10. Dans le cas d’Oran, les nouvelles extensions périphériques, situées sur des terrains à vocation agricole ont beaucoup moins de contraintes de viabilisation.

15Fabriqué de toute pièce à l’extrémité sud-est de l’agglomération oranaise sur des terres défavorables à une occupation humaine, Nedjma a été destiné à la catégorie sociale la plus démunie. Les autres catégories se sont déjà réparti les terrains des autres extensions sur des terrains offrant dès le départ des avantages compte tenu de la topographie et de la nature des sols.

2. Le contenu social : des populations à revenus modestes

  • 11 Source ONS (Office national des statistiques), Dénombrement Rgph 2008. Estimation faite dans le cad (...)

16On estime aujourd’hui la population de Nedjma à plus de 51 000 habitants occupant plus de 9000 logements11. L’idée d’urbaniser Nedjma est apparue au tout début des années 1980. En vue d’éradiquer un petit bidonville du quartier Filaoucene au sud-est d’Oran pour l’image de la ville, les pouvoirs publics de l’époque ont mené une opération d’auto- construction. Ce sont donc quelques 225 familles qui ont été transférées, pour ne pas dire délogées vers une périphérie lointaine, alors que jusqu’à cette date les populations des bidonvilles étaient relogées dans des logements sociaux de la ville. Malgré l’aide très substantielle de l’État pour le terrain et la réalisation de la construction, nombreuses sont les familles qui durent vendre leur logement et se réinstaller dans leur ancien quartier où elles finirent par être régularisées. Cet épisode conjoncturel sera à l’origine de l’urbanisation de Nedjma quelques années plus tard.

17En effet, dès la fin de l’année 1988 et jusqu’en 1991, un vaste programme d’habitat individuel va voir le jour. Un témoin relate qu’avec un groupe d’habitants de son quartier, il a tenu le discours suivant devant les élus de la commune : « vous vous êtes servis, c’est à notre tour d’avoir un lot de terrain », la réponse des élus « d’accord, nous allons vous recaser et vous ne paierez rien ». À ce propos le prix du terrain dans le recasement était tout à fait symbolique au départ, au moins 10 fois inférieur à celui pratiqué dans les lotissements classiques.

La politique du recasement : une production foncière, facteur d’une ségrégation

18La quasi-totalité des opérations foncières réalisée à Nedjma était destinée à de l’habitat individuel, aidée dans le cas de programmes d’auto-construction, non aidée dans le cas des tranches de recasement. En fait les deux types d’opérations sont similaires en matière de foncier mais surtout dans le contenu social. En effet, dans un cas comme dans l’autre ce sont les catégories de populations pauvres qui sont concernées. La forme de production foncière de type recasement représente plus de 80% du total (tableau 1, figure 4).

Figure 4 : Les différentes opérations foncières et les équipements de Nedjma

Figure 4 : Les différentes opérations foncières et les équipements de Nedjma

Source : Commune de Sidi Chahmi & Terrain juillet 2007 - Messahel

Tableau 1 : Les opérations foncières à Nedjma

Type d’opération

Année

Nombre de lots

Observation

Recasement
1ère Tranche
2ème Tranche
3ème Tranche A
3ème Tranche B
3ème Tranche C
4ème Tranche
5ème Tranche
6ème A Tranche
6ème B1 Tranche
6ème B2 Tranche
7ème Tranche
Recasement 418
Recasement 332
Sous-total
Autres Programmes
Auto-construction
Auto-construction
Auto-construction
Auto-construction
Auto-construction
Lotissement
Lotissement
Lgt de fonction (école)
Lotissement Eboueur
Lotissement jumenterie
Sous-total

Total


1989
1989
1989
1990
1991
1989-1990
1989-1990
1990
1990
1991
1990-1991
1990
1990


1982
1983
1983
1982
1987
1989
1988
1983
1990
1991


281
267
448
157
211
270
265
830
272
420
1537
418
332
5708

67
225
100
152
132
261
64
18
301
100
1420

7128




Nouveau recasement
Transfert voie ferrée
Fosse


Nouveau recasement
Extension de 6ème A
Extension de 6ème A





Transfert de population
Habitat rural


Habitat rural



Lots aux éboueurs d’Oran

Lots aux ouvriers jumenterie

Source : Commune de Sidi Chahmi, Terrain juillet 2007

  • 12 La taille moyenne des lots dans un lotissement ou dans les coopératives immobilières dépasse largem (...)
  • 13 La loi sur les réserves foncières communales de 1974 donne le monopole du foncier urbain aux commun (...)

19Le recasement, comme nous l’avons déjà souligné, est une forme simplifiée de lotissement avec un parcellaire sommaire, souvent sans cahier des charges, où les surfaces des lots sont très petites, en moyenne 120 m2 et où le prix de rétrocession du terrain est quasi symbolique12. En général ce type de programme est initié par les services déconcentrés de l’État, en collaboration avec les communes concernées dans la mesure où celles-ci ont le monopole du foncier sur leur territoire13. À la différence des lotissements ou des coopératives immobilières, les recasements sont en général pris en charge financièrement par l’État, notamment en ce qui concerne leur viabilisation. C’est pourquoi ils sont destinés aux populations à faibles revenus. Ils donnent lieu, en général, à des transferts de populations habitant des quartiers populaires, dans les vieux centres urbains ou dans des bidonvilles et issues en grande partie du monde rural. Ce type de production foncière contribue de manière décisive à une ségrégation socio-spatiale. De plus le caractère uniforme (un seul type), l’absence totale de logements collectifs sociaux ou promotionnels donnent un caractère monotone à cette nouvelle extension et l’image d’un camp péri- urbain [Prenant,1953] où le caractère rural n’est pas absent.

  • 14 En effet durant la période 1975-1980, la politique des ZHUN (zone d’habitat urbain nouveau) a permi (...)

20Souvent, le recasement servait, non pas pour aider les mal logés de la ville, mais plutôt pour soigner l’image du paysage urbain. C’est une politique d’éradication de poches d’habitat de type bidonville par la démolition et le transfert de population. La logique d’intervention ne tient pas compte des conséquences qui peuvent surgir dans ce cas, comme le souligne à juste titre Durand-Lasserve « Foncier et immobilier sont le support de rapports sociaux spécifiques, toucher au foncier c’est modifier ces rapports, donc s’engager dans une logique d’intervention qui dépassait souvent les objectifs traditionnellement assignés à un urbanisme bien pensant, normatif, ordonnateur et régulateur. » [Durand-Lasserve, 1986, p.12]. Dans le discours, il s’agit de l’aide au relogement de catégories sociales défavorisées ; dans la pratique, on a « parqué » une population que l’on aurait pu intégrer dans les autres extensions par de petites opérations d’habitat individuel ou collectif et ainsi aboutir à une mixité sociale que la politique du logement social antérieure a essayé de produire14.

21Le site de Nedjma semble saturé, aucune extension n’est envisagée à part la réalisation de quelques équipements ou l’apparition de quelques baraques, servant à de l’habitat et à de l’élevage en stabulation. Cependant on assiste à la naissance d’un marché foncier, immobilier et locatif informel très dynamique. Ainsi sont apparus un système de location d’une pièce ou d’une maison, des transactions sur des lots, sur des constructions ou même sur des plateformes et la subdivision de lots. Ce marché reste à ce jour dans une illégalité plus ou moins tolérée. En effet toutes les transactions se font grâce à l’acte sous-seing privé, un document établi par un écrivain public où on évoque tantôt un désistement tantôt une promesse de vente ou carrément une vente en présence des deux parties et de deux témoins. Ce document est reconnu par la collectivité locale au moment de la régularisation. La commune a en effet entamé un vaste programme de régularisation depuis 2000 au fur et à mesure de l’intégration des terrains ayant servi de recasement aux réserves foncières communales. À titre d’exemple, en ce qui concerne les lots de terrain, les transactions sur 229 lots se répartissent de la manière suivante : 101 n’ont fait l’objet d’aucune transaction, 94 une fois, 29 deux fois, 4 trois fois, 1 quatre fois. Le recours à un notaire ne concerne que les lots déjà régularisés par la commune. De plus, il n’y a aucune annonce classée dans la presse ou dans les agences immobilières officielles qui fasse référence au site de Nedjma, alors que l’on assiste à l’émergence d’un marché foncier et immobilier légal dans le reste de l’agglomération. Le développement d’un marché locatif, les transactions illégales se font en général à l’intérieur de la même catégorie sociale.

Des populations issues des quartiers populaires, des bidonvilles ou du monde rural, pauvres et sans qualification.15

  • 15 Messahel A., (2000), Lecture de l’espace périphérique oranais, Magister en géographie, université d (...)

22Les zones géographiques de naissance des chefs de ménage de Nedjma sont révélatrices d’une origine du monde rural lointain de l’agglomération oranaise. En effet près de 60% des chefs de ménages recasés sont originaires de seulement trois zones géographiques, celles de Mascara, de Relizane et de Tiaret. Si on ajoute les chefs de ménage nés à Oran et dont une grande partie se trouvent être les descendants des trois zones citées, la part avoisine les 80%. Cet aspect, est différent dans les autres extensions urbaines. Il montre une tendance au regroupement par lieu géographique d’origine dans le cas de Nedjma. Ces trois espaces d’appartenance géographique vont donner des candidats à un exode qui a atteint son paroxysme entre 1993 et 1995. Les conditions d’insécurité dans les régions précitées sont les causes des arrivées vers l’agglomération oranaise.

23Près de 70% des chefs de ménage ont transité par un quartier d’Oran avant d’arriver à leur lieu de résidence actuel. La tendance observée est une arrivée en ville, soit dans un bidonville, soit dans un quartier populaire avant de se retrouver ensuite dans l’un des recasements. Les quartiers populaires demeurent toujours un réceptacle assez important pour les nouveaux immigrants. Les solidarités familiales, le système locatif (symbolique et informel) permettent l’installation des nouveaux. En effet, les ménages peuvent tant bien que mal s’entasser dans un haouch, le temps de trouver mieux et le temps d’avoir les moyens. D’une manière générale un ménage sur deux provenant d’Oran est un ancien résident des quartiers populaires, en particulier des quartiers sud tels que Le Petit Lac, Victor Hugo ou Sanchidrian (quartiers les plus proches du site de recasement).

  • 16 Emplois très instables, liés à l’activité du bâtiment, telle que l’auto-construction dans le privé (...)
  • 17 301 éboueurs de cette commune ont bénéficié d’un lot de terrain à la suite d’une grève au moment de (...)

24Sur les 1115 chefs de ménage enquêtés, 6% se sont déclarés comme retraités et seulement 2,5% comme chômeurs ou sans travail. Ceci laisse supposer que la quasi-totalité des chefs de ménages sont occupés. Cependant, plus de 20% se considèrent comme faisant de petits métiers et de petits commerces. La catégorie des manœuvres représente 25% d’entre eux16. La part des ouvriers est très importante, elle est de presque 45%. Par ouvrier, on entend ceux du bâtiment et des travaux publics, des industries ou des services communaux en particulier ceux de la ville d’Oran17.

25Nedjma, grâce à la proximité de la zone de dépôt, de la ferraille, de la brocante et de quelques dizaines de gros revendeurs de matériaux de construction offre du travail aux manœuvres. Cependant c’est l’agglomération oranaise dans son ensemble qui est le lieu de travail de la plupart des travailleurs. Les zones d’emploi les plus fréquentées sont la ville d’Oran et tout particulièrement le quartier commercial traditionnel de Medina Jdida et les zones industrielles d’Es-Sénia.

26Les transactions foncières et immobilières se faisant seulement entre les habitants de Nedjma d’origine rurale, en provenance uniquement de trois régions, concernant des populations dont le niveau d’activité est modeste sont le trait révélateur d’une ségrégation sociale.

3. Un sous-équipement, des contraintes urbaines : un vécu difficile

27Le vécu actuel dans le site de Nedjma se caractérise par les conditions de vie difficiles dues à un sous-équipement, ainsi qu’au sentiment d’isolement par rapport au reste de l’agglomération oranaise (figure 4).

Un sous-équipement caractérisé

28Deux niveaux de sous-équipements caractérisent Nedjma.

  • 18 Un véritable commerce de l’eau existe, par des citernes sur des tracteurs.

29Le premier est celui des voiries tertiaires et des réseaux divers tel que l’assainissement, l’alimentation en eau potable ou l’électricité. Si la faiblesse du réseau d’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales a été signalée précédemment, le reste des réseaux est sommaire et par endroits obsolète. C’est le cas de l’alimentation en eau potable dont l’insuffisance ou parfois l’absence oblige les populations à en acheter18, à la stocker dans des bâches d’eau mal faites à l’intérieur des cours des maisons, à creuser des puits. Cette situation de pénurie, ajoutée au problème de l’évacuation des eaux, contribue à la propagation des maladies à transmission hydrique telles que les gastro-entérites ou la typhoïde.

30Dans les différentes tranches de recasement, les rues ne sont pas bitumées et peu matérialisées (absence de trottoirs). Elles sont boueuses en hiver et peu praticables. Cette situation entraîne une circulation piétonne difficile, parfois sur plus d’un kilomètre, et n’incite guère à la mise en place de transports collectifs à l’intérieur de cet immense « quartier ». Assuré par des propriétaires privés de bus, le transport qui existe se limite essentiellement aux liaisons du centre de Nedjma, excentré au nord, avec l’agglomération et avec Oran.

31Les principales revendications des habitants de Nedjma se situent à ce niveau. On ne trouve cependant qu’une seule association de quartier et quelques comités informels actifs qui ont soumis des doléances à ce sujet auprès des élus. Ces derniers tentent de trouver des solutions ponctuelles. Il n’y a pas eu à ce jour d’affrontements habitants-collectivités locales tels que nous en voyons dans les autres quartiers. Cette absence relative de lutte urbaine marque le caractère changeant des populations (fortes transactions, locations périodiques). Il n’y a pas, nous semble-t-il, de composition sociale définitive. En d’autres termes, nous sommes face à un espace, certes urbanisé, mais en formation sociologiquement parlant.

  • 19 On est loin, aujourd’hui, de la situation des années précédentes où dans certaines écoles on trouva (...)

32Le second niveau de sous-équipement concerne les équipements sociaux d’accompagnement : écoles, centres de santé, administration (tableau 2). L’effort des pouvoirs publics en la matière se voit uniquement dans l’infrastructure scolaire. Cependant si le nombre d’écoles primaires semble satisfaisant19, les collèges restent en deçà des normes. Par ailleurs la récente réalisation d’un lycée a permis aux élèves de ce cycle d’éviter de longs déplacements vers les lycées de la ville. L’infrastructure scolaire est plus ou moins satisfaisante, cependant le niveau pédagogique est faible par rapport à l’ensemble des établissements de la wilaya d’Oran. Le classement des collèges et du lycée de Nedjma aux examens du brevet et du bac est souvent en dessous de la moyenne de l’agglomération. Aux résultats du baccalauréat 2007, le lycée de Nedjma s’est classé 42ème des 49 lycées de la wilaya d’Oran. Les déperditions à tous les niveaux scolaires sont importantes. Cette situation veut être jugulée à l’avenir par la réalisation d’un centre de formation professionnelle.

33Selon la population, les deux dispensaires sont insuffisants et offrent peu de services. L’absence d’une maternité les oblige à se déplacer vers la ville d’Oran.

Tableau 2 : Les principaux équipements d’accompagnement à Nedjma

Types d’équipements

Nombre

Observation

École primaire

08

Collège

04

Lycée

01

Antenne administrative

01

En cours d’extension

Dispensaire

02

Besoin d’une polyclinique avec maternité

Mosquée

04

Il existe aussi quelques petites salles de prières

Centre de formation

01

En projet

Marché

01

Non couvert, sur un espace libre

Brigade de gendarmerie

01

Brigade de la garde communale

01

Antenne Sonelgaz

01

Administration de l’électricité

Stade

01

Aire de jeu non aménagée

Source commune de Sidi Chahmi-Terrain, juillet 2007

34Les autres équipements sociaux d’accompagnement existant sont en nombre insuffisant. Plusieurs types d’équipements sont absents comme les centres culturels ou les espaces de loisirs.

35L’activité commerciale se concentre à l’entrée nord de Nedjma, pour se diluer dans le reste du tissu urbain. C’est un centre très animé où se concentrent les activités commerciales mais surtout de services (cafés, gargotes, douches, arrêts de bus…). Dans le reste du « quartier » il n’y a que le petit commerce d’alimentation générale offrant peu de produits, ce qui contraint les populations à de longs déplacements vers le centre et parfois vers la ville d’Oran.

Les contraintes urbaines

  • 20 Messahel A., (2004),’’ Stratégies d’évitement de procédures trop complexes : Le cas de la zone d’ac (...)
  • 21 Il s’agit en fait d’une route nationale, la RN 2A, qui a le caractère d’une autoroute sur quelque 3 (...)

36L’ensemble des grandes infrastructures à proximité de Nedjma telles que la grande zone de dépôts20 et l’autoroute Oran-Alger21, loin de désenclaver le site, constitue de véritables obstacles physiques. En effet il n’y a pas de liaisons directes aujourd’hui avec le reste de la périphérie sud de l’agglomération oranaise. Ce caractère d’espace enclavé accentue l’effet d’isolement. Paradoxalement plusieurs chemins aboutissaient au site à l’origine, d’où son appellation Nedjma. Aujourd’hui une seule entrée est fonctionnelle, celle du nord, qui vient d’Oran et aboutit au centre de Nedjma.

37Par ailleurs la traversée du site par une conduite de gaz, constitue un danger pour la population, il en est de même pour les lignes électriques aériennes à l’est du site.

38Ces contraintes urbaines accentuent d’avantage l’isolement de Nedjma.

Conclusion

39Le recasement de Nedjma n’est pas un cas unique en Algérie. Il est la conséquence d’un choix officiel qui n’a pas intégré dans sa démarche les contraintes environnementales. Peu approprié à une forte urbanisation c’est un espace naturel que l’on devait nécessairement préserver.

40La décision d’urbaniser un terrain de faibles pentes et marécageux, une forme de production foncière exclusive -le recasement-, le sous-équipement sont autant de facteurs d’exclusion.

41C’est un véritable camp périurbain. La politique dite de recasement qui l’a produit, loin d’intégrer la couche de population la plus vulnérable a engendré une ségrégation socio-spatiale. Celle-ci, peut se définir, dans le cas d’Oran, par la combinaison d’un site contraignant et difficilement urbanisable, une composante sociale déshéritée et un sous-équipement caractérisé.

42Dans le reste des nouveaux espaces urbanisés d’Oran, que les pouvoirs publics ont initiés pour satisfaire les besoins d’habitat individuel, l’intégration à la ville est plus ou moins assurée. Dans les lotissements comme dans les coopératives immobilières, l’État a tant bien que mal réalisé des équipements collectifs. Le transport urbain collectif, public et privé, est assuré par de nouvelles lignes. De nouvelles centralités voient le jour dans ces nouveaux quartiers. Les sites choisis dans ce cas sont moins contraignants, plus intégrés physiquement aux autres espaces urbanisés. Ils sont en général en continuité de la ville d’Oran ou autour des anciens villages de l’agglomération. C’est le cas des coopératives immobilières de l’est de la ville ou des lotissements du sud. Espaces mieux équipés, ils présentent une certaine homogénéité quant à leur contenu social.

43Avec plus de 50 000 habitants, Nedjma ne peut être qualifié aujourd’hui ni de petite ville, ni de village encore moins de quartier. C’est une simple extension urbaine dont l’intégration à Oran est difficile. L’office national des statistiques classe officiellement Nedjma comme une agglomération secondaire, dépassant en superficie urbanisée et en nombre son propre chef-lieu de commune Sidi Chahmi. Nedjma pourra-il régler son devenir en accédant au statut de chef-lieu d’une nouvelle commune ? Ce débat en cours, mais non mis sur la table des décideurs, pose au moins le problème de l’intercommunalité et de la solidarité entre les quatre communes qui forment l’agglomération oranaise ou le grand Oran tel que décidé par le plan d’urbanisme de 1998. Nedjma reste exclu des grands travaux menés ces dernières années, tels que les grandes infrastructures en matière d’assainissement, d’amenée d’eau potable, de rocades, d’échangeur de transport (train, tramway…).

Haut de page

Bibliographie

DURAND-LASSERVE A. (1986), L’exclusion des pauvres dans les villes du tiers monde, Paris, l’Harmattan, Villes et entreprises.

HAUMONT N. (1996), Agrégation et ségrégation sociales, Paris, l’Harmattan.

MESSAHEL A. (2000), Lecture de l’espace périphérique oranais, Magister en géographie, Université. d’Es-Sénia, Oran.

MESSAHEL A. (2004), « Stratégies d’évitement de procédures trop complexes : Le cas de la zone d’activité de Chteibo », in Aménageurs et aménagés en Algérie, L’Harmattan, Paris.

MOUAZIZ BOUCHENTOUF N. (1998), Urbanisation : Législation et Réalités, Le cas de l’agglomération d’Oran, Magister en Urbanisme, USTO, Oran.

Office National des Statistiques (ONS Algérie).

PRENANT A. (1953), Facteurs du peuplement d’une ville de l’Algérie intérieure : Sétif, Annales de géographie, n° 334.

SEMMOUD B. (1995), Croissance urbaine, mobilité et changement social dans l’agglomération oranaise-Algérie-, Cahier du Gremamo, n° 12, Université de Paris VII.

URSA (1998), Données du PDAU (plan directeur d’aménagement et d’urbanisme) du Groupement urbain d’Oran.

Haut de page

Notes

1 L’agglomération oranaise est constituée de quatre communes. Ces dernières forment le périmètre du plan directeur d’aménagement et d’urbanisme délimité en 1998. Un dénombrement dans le cadre de la préparation du prochain recensement national (2008) a estimé la population totale de cet espace à 938 410 habitants.

2 Le mot signifie étoile. C’est un lieu dit où convergeaitune série de chemins ruraux formant à son niveau une étoile d’où son appellation. Officiellement ce nouvel espace urbanisé porte ce nom tandis que les populations oranaises le dénomme Chteibo qui, semble-t-il, est une déformation du nom d’un ancien propriétaire de ferme, Thibault, ou du sigle d’une ancienne manufacture de boulons la Stibo (société de boulonnerie…).

3 Selon les estimations du plan directeur d’aménagement et d’urbanisme de l’agglomération oranaise de 1998, durant la période 1987-1995, la ville intra-muros enregistre un faible taux d’accroissement annuel moyen (2%), tandis que les centres suburbains atteignent des taux très forts, ainsi, 13% à Sidi El Bachir dans la commune de Bir El Djir, 35% à Nedjma dans la commune de Sidi Chahmi.

4 Plus d’une dizaine selon les spécialistes que nous avons approchés.

5 Il n’y pas de statistiques à ce propos pour tenter une comparaison entre les différents espaces urbanisés de l’agglomération oranaise.

6 Fosse en général à fond perdu, en contact direct avec la nappe phréatique.

7 À ce propos, il est recommandé de prendre des précautions lors de la confection du béton, il est même conseillé l’utilisation d’un ciment résistant aux sulfates en milieu modérément agressif.

8 Depuis les nouvelles dispositions en matière de permis de construire, prises à la suite du séisme de Boumerdes -Alger- de 2004.

9 Mouaziz Bouchentouf N. (1998), Urbanisation : législation et réalités, Le cas de l’agglomération d’Oran, Magister en Urbanisme, USTO Oran, pp. 92-93.

10 Au même moment les terres agricoles du domaine socialiste sont redistribuées à des exploitations agricoles collectives et à des exploitations agricoles individuelles. Cette nouvelle disposition allait durcir la négociation entre les exploitants et les pouvoirs publics en ce qui concerne la consommation de terrains agricoles pour l’urbanisation. Face à cette difficulté l’État va reculer et développer un discours sur la préservation des terres agricoles. C’est ainsi qu’il va justifier l’occupation de terres non agricoles, comme dans le cas de Nedjma.

11 Source ONS (Office national des statistiques), Dénombrement Rgph 2008. Estimation faite dans le cadre de la préparation du recensement national prévu en 2008.

12 La taille moyenne des lots dans un lotissement ou dans les coopératives immobilières dépasse largement les 250 m2.

13 La loi sur les réserves foncières communales de 1974 donne le monopole du foncier urbain aux communes. Les opérations de recasement de Nedjma ont été initiées dans le cadre de cette disposition réglementaire. Depuis 1990 la loi d’orientation foncière a mis fin à ce monopole.

14 En effet durant la période 1975-1980, la politique des ZHUN (zone d’habitat urbain nouveau) a permis tant bien que mal d’aboutir à une mixité sociale, parfois à l’intérieur d’un même immeuble. Ainsi à travers les affectations de l’office du logement (OPGI) la répartition prenait en ligne de compte les cadres des entreprises, les employés et les populations dont les logements menaçaient ruine ou celles des bidonvilles. De ce fait toutes les catégories sociales étaient représentées.

15 Messahel A., (2000), Lecture de l’espace périphérique oranais, Magister en géographie, université d’Es Sénia, Oran.

16 Emplois très instables, liés à l’activité du bâtiment, telle que l’auto-construction dans le privé ou liés à la manutention dans la zone de dépôts à proximité.

17 301 éboueurs de cette commune ont bénéficié d’un lot de terrain à la suite d’une grève au moment des opérations de recasement de Nedjma.

18 Un véritable commerce de l’eau existe, par des citernes sur des tracteurs.

19 On est loin, aujourd’hui, de la situation des années précédentes où dans certaines écoles on trouvait 3 élèves par table.

20 Messahel A., (2004),’’ Stratégies d’évitement de procédures trop complexes : Le cas de la zone d’activité de Chteibo’’, in Aménageurs et aménagés en Algérie, Éd. L’Harmattan, Paris, pp. 171-173.

21 Il s’agit en fait d’une route nationale, la RN 2A, qui a le caractère d’une autoroute sur quelque 30 km.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1 : Situation de Nedjma dans l’agglomération oranaise
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 : Extrait de la carte topographique d’Oran au 1/25 000ème (1988)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 1 : Vue générale d’une placette impraticable durant plusieurs jours
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3 : Extrait de la carte géologique d’Oran au 1/50 000ème (1952)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2408/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photo 2 : La remontée par capillarité des eaux chargées détériorent les murs (couleur noirâtre)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2408/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 4 : Les différentes opérations foncières et les équipements de Nedjma
Crédits Source : Commune de Sidi Chahmi & Terrain juillet 2007 - Messahel
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2408/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdellah Messahel, « Une périurbanisation officielle dans un site contraignant », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 89-99.

Référence électronique

Abdellah Messahel, « Une périurbanisation officielle dans un site contraignant », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2408 ; DOI : 10.4000/eps.2408

Haut de page

Auteur

Abdellah Messahel

Département d’Architecture
Université Mohamed Boudiaf
USTO (Université des Sciences et de la Technologied’Oran)
BP 1505
El Mnaouer
Oran (Algérie)
messahelabdellah@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org