Navigation – Plan du site
Articles

Partir pour mieux durer : la migration comme réponse à la sécheresse au Sénégal ?

Leaving to Last Better: Migration as an Answer to the Drought in Senegal?
Dominique Roquet
p. 37-53

Résumés

La sécheresse au Sénégal a été à l’origine d’inégalités sociales et spatiales et a conduit à une redistribution du peuplement par le biais de la mobilité, véritable stratégie de gestion du risque et de durabilité des sociétés paysannes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les régions administratives de Thiès, Diourbel, Louga, Fatick et Kaolack correspondent pour tout ou (...)

1La sécheresse qui a affecté les pays du Sahel à partir des années soixante, et qui se prolonge encore à l’heure actuelle a mobilisé, à l’époque, l’attention de l’opinion publique internationale. Il est intéressant, près de quarante ans plus tard, de mesurer, au-delà des causes, dont l’analyse a été sujette à polémique, et des effets immédiats et tristement spectaculaires de cette dégradation de la pluviométrie, les conséquences plus profondes et plus durables de celle-ci. Cette crise climatique a touché le Sénégal qui est, pour une partie de son territoire, un pays du Sahel régulièrement soumis à de graves sécheresses. La partie sahélienne du Sénégal correspond aux régions de Saint-Louis et de Louga ainsi qu’au nord de celles de Thiès, Diourbel, Louga, Fatick et Kaolack1 (carte 1), soit environ un quart de son territoire. Il importe donc de se demander quelles ont été les solutions mises en œuvre par les populations et leurs dirigeants face à cette crise climatique, notamment en termes de stratégies spatiales. Cette analyse présente d’autant plus d’intérêt que les précipitations moyennes depuis 1985, année ultime pour certains de la « grande sécheresse », sont restées très en deçà des moyennes antérieures à 1970 ; il y a eu une véritable rupture climatique dont il est important de mesurer les effets.

Carte 1 : Les régions du Sénégal

Carte 1 : Les régions du Sénégal

dressée par D. Roquet

2L’objet de ce travail est d’une part d’évaluer l’ampleur de la sécheresse au Sénégal et de ses conséquences sur le plan social et spatial, d’autre part de prendre la mesure des mouvements migratoires qui, au même moment, ont conduit à une redistribution du peuplement à l’échelle nationale.

3Pour cela, nous utiliserons un travail de synthèse bibliographique concernant les effets de la sécheresse et une série d’enquêtes biographiques menées à la fin des années 90 dans deux secteurs du Sénégal particulièrement affectés par la sécheresse.

  • 2 La durabilité qui recouvre trois réalités, environnementale, économique et sociale est entendue ici (...)

4L’objectif de notre réflexion est de voir dans quelle mesure la migration constitue une réponse à la dégradation de la pluviométrie, en quoi elle est une composante locale de la lutte globale contre la pauvreté (telle qu’elle est définie par l’ONU dans les objectifs du millénaire pour le développement), et au-delà, en quoi elle contribue à la durabilité2 des paysanneries sénégalaises.

1. Le Sénégal au cœur de la crise climatique sahélienne

1.1. Une sécheresse exceptionnelle

5Les climats du Sénégal appartiennent à la catégorie des climats tropicaux secs, ce qui signifie qu’ils souffrent de façon saisonnière d’un déficit significatif en eau. Si l’aridité est une donnée permanente des climats sénégalais, la sécheresse quant à elle constitue a priori, une forme temporaire de déficit pluviométrique. Ce n’est pas au Sénégal, comme dans le reste du Sahel, un phénomène nouveau, et les populations avaient appris à composer avec ce risque majeur et récurrent. Dans un premier temps, la sécheresse des années soixante est apparue comparable à celles que ce même secteur d’Afrique de l’Ouest avait connues plus tôt au 20ème siècle. Entre 1912 et 1915, comme entre 1940 et 1944 [Mainguet, 1995], les déficits avaient atteint des niveaux de l’ordre de 50 à 60% par rapport à la pluviométrie normale. La dernière phase de sécheresse ne différait pas vraiment au départ de toutes celles qui l’avaient précédée, mais elle s’est très vite affirmée comme exceptionnelle.

6Elle est remarquable par son extension géographique, tous les pays entre le Sahara et l’équateur, de l’Atlantique au Tchad, donc bien au-delà des limites traditionnelles de la zone dite sahélienne, sont concernés.

7Elle est exceptionnelle aussi par sa durée. Entre 1968 et 1985, qui sont les dates extrêmes que l’on retient habituellement pour cette grande sécheresse, il y a au moins trois périodes pendant lesquelles le déficit est particulièrement marqué, il s’agit de 1970-1973, 1976-1977 et 1983-1984. Depuis 1985 les déficits sont moins spectaculaires, mais il n’y pas eu de retour à la normale. Au Sénégal, trois années ont connu des déficits importants : 1972, 1977 et surtout 1983, avec des déficits de l’ordre de 50 à 60%. Ils sont calculés par convention par rapport à la période de référence 1930-1961 [Le Borgne, 1990]. Cette sécheresse est d’autant plus durement ressentie par les populations qu’elle vient juste après une période qui comporte des années excédentaires comme 1950, 1955, 1958, 1965 et 1967, mais aussi des totaux annuels faiblement déficitaires notamment entre 1959 et 1963.

8Elle est enfin particulièrement intense. Dans certaines stations météorologiques, des déficits records ont été enregistrés. À Saint-Louis, où les précipitations normales calculées sur la période 1930-1961 étaient de 342 mm, le déficit de 56% observé en 1913, se retrouve en 1972, mais il est largement dépassé en 1977 et 1983 par un déficit de l’ordre de 70% ou plus. Les déficits des deux périodes 1970-1973 et 1976-1977 sont d’une gravité comparable, mais c’est en 1983-1984 que les minima absolus sont enregistrés dans la plupart des stations du Sénégal. L’intensité et la durée de cette sécheresse se traduisent spatialement par une translation des isohyètes vers le sud (carte 2). L’isohyète 500 mm qui pour le Sénégal est un bon point de repère car elle marque la limite septentrionale de l’agriculture sous pluie, passait pendant la période 1931-1960 nettement au nord de Linguère et de Matam, passe désormais depuis la période de sécheresse 1968-1984 juste au niveau de Fatick, soit une translation de 100 à 150 km vers le sud [Le Borgne, 1988].

carte 2 : La translation des isohyètes pendant la sécheresse

carte 2 : La translation des isohyètes pendant la sécheresse

Source : J. Leborgne 1980

Réalisation : D. Roquet

9Ce qui semble le plus inquiétant dans cette dégradation de la pluviométrie, c’est son caractère chronique : depuis la fin des années soixante-dix jusqu’à maintenant, les totaux pluviométriques inférieurs à la normale 1931-1960 sont devenus la règle, et plus grave encore, la saison des pluies tend de plus en plus à se raccourcir. Cette sécheresse dont personne ne voit la fin semblerait témoigner d’une péjoration climatique durable voire même, dans les secteurs les plus arides, d’un véritable changement du climat.

10La sécheresse météorologique et la diminution générale des précipitations sur l’ensemble du territoire sénégalais n’ont pas eu les mêmes conséquences dans toutes les régions. À l’évidence, ce sont les régions de climat sahélien dans le nord et le centre-ouest du pays où l’irrégularité interannuelle des précipitations est très forte qui ont le plus souffert au plan édaphique et agricole, d’autant que la couverture végétale est limitée surtout au nord et que les réserves en eau sont réduites.

11Ainsi dans le Ferlo, avant la sécheresse, le peuplement végétal, déjà très discontinu, était constitué d’une strate herbacée et d’une strate arborée où dominaient Acacia raddiana, Acacia senegal et Balanites aegyptiaca. Après la pluviométrie très déficitaire de l’année 1972, près de la moitié des Acacia senegal sont morts, et les espèces ligneuses se sont concentrées dans le fond des dépressions et des vallées où les conditions édaphiques et les ressources en eau étaient plus favorables. Dans cette région, la diminution de la pluviométrie et l’abaissement des nappes superficielles sont la cause principale du recul de la strate arbustive, mais les activités humaines ont contribué à accentuer cette dégradation du couvert végétal.

12De la même façon, dans la vallée du fleuve Sénégal, les forêts d’Acacia nilotica ont pratiquement complètement disparu, soit du fait de la disparition de la submersion naturelle par le fleuve, soit du fait des défrichements liés au développement des aménagements hydro-agricoles.

13En Casamance, où pourtant le déficit pluviométrique a été moindre que dans d’autres régions du Sénégal, la sécheresse s’est traduite par une diminution des apports en eau douce, et donc par une salinisation des nappes et des sols, dont les mangroves ont souffert, notamment les Rhizophora, mais aussi les palmiers à huile.

14En pays sereer, où les arbres occupent une place essentielle dans le paysage agraire, et notamment Faidherbia albida (photo 1), le déficit pluviométrique a conduit à une diminution importante des effectifs de la strate arborée. Ainsi, sur le terroir de Sob, entre 1965 et 1985, les effectifs de Faidherbia albida ont diminué de près de 34%. Certes, cette évolution ne s’explique pas seulement par la diminution de la pluviométrie, mais aussi et peut-être surtout par une utilisation excessive des ressources offertes par cet arbre, dans une société agraire où le parc arboré a une fonction essentielle, alimentaire et fourragère, entre autres [Lericollais, 1990].

Photographie 1 : Faidherbia albida

Photographie 1 : Faidherbia albida

Cet arbre, couvert de feuilles en saison sèche, a une fonction fourragère essentielle. Les écorces ont un usage médicinal. Il contribue aussi à l’amélioration des sols (zone de Niakhar). Août 2001.

Source : Xavier Kergoat

15La dégradation des paysages végétaux au Sénégal se traduit par une modification de la flore et une réduction du couvert forestier, par la disparition progressive des espèces soudaniennes et guinéennes de la flore locale, au profit des espèces sahéliennes. Le phénomène est particulièrement visible dans le nord et le centre du pays. Dans la vallée du fleuve Sénégal, la dénudation des sols favorise la morphodynamique éolienne et avive le modelé dunaire. Dans le centre du pays, la dégradation du parc arboré a induit un déséquilibre entre agriculture et élevage et nuit au renouvellement de la fertilité des sols.

16Cette dégradation a contribué à l’aggravation des contraintes que subit l’agriculture. Elle est plus ou moins marquée selon les régions du Sénégal.

1.2. Une sécheresse qui se traduit par une aggravation des contraintes

17Les répercussions de ce phénomène d’assèchement sont considérables notamment dans le domaine agricole et elles ont conduit les paysans à réorganiser leurs systèmes traditionnels de culture pour mieux les adapter à des conditions plus arides. Cette adaptation se révèle d’autant plus nécessaire, que la dégradation du total pluviométrique n’est qu’une des nombreuses données qu’il faut prendre en compte.

18La première donnée qui conditionne de manière essentielle les pratiques agricoles est la durée de la saison des pluies, plus précisément la date d’apparition des premières pluies, le nombre de jours de pluies sur l’ensemble de la saison, leur répartition et la fréquence des différents épisodes secs et humides pendant l’hivernage. Il va de soi que meilleure est la répartition des précipitations dans la saison, mieux cela vaut pour les cultures. Or non seulement les totaux pluviométriques ont considérablement diminué, mais l’irrégularité interannuelle et la variabilité des conditions de la pluviométrie (nombre de jours de pluie notamment) sont devenues systématiques, rendant particulièrement difficiles les choix des paysans en terme de calendrier cultural, une première pluie trop précoce peut se révéler dangereuse, car si elle n’est pas rapidement suivie d’autres averses, les semis seront à refaire. Une autre contrainte qui pèse sur les cultures, est le fait que les séquences sèches peuvent survenir à tout moment en plein cœur de la saison des pluies ; elles ont été particulièrement sévères en phase de floraison et de maturation après 1968. En effet, et c’est la seconde donnée à prendre en compte, de la durée de la saison des pluies dépend la longueur de la période active de la végétation qui conditionne la possibilité de culture de plantes à cycle plus ou moins long. Celle-ci diminue du sud vers le nord. Dans un secteur où les précipitations sont de l’ordre de 500 mm, la saison des pluies de 5 mois et le nombre de jours de pluie de 45 par an, la durée active de la végétation est de 2 mois et demi à trois mois. La dégradation de la pluviométrie et la variabilité de la saison des pluies ont conduit à un raccourcissement de cette période active de la végétation, singulièrement dans la zone sahélienne. À cela s’ajoute une dégradation des sols qui se traduit par des difficultés qui varient selon les régions et l’activité dominante, agricole ou pastorale, et qui concernent soit la gestion de la fertilité soit celle de la gestion du couvert végétal.

  • 3 Nebka : monticule de sable déposé sous le vent d’une touffe d’herbe ou d’un buisson.
  • 4 Barkhane : dune mobile en forme de croissant.

19C’est dans la région du fleuve Sénégal que cette aggravation est la plus sensible. Tout au long du fleuve deux types de paysages s’opposent, le walo et le dieri (photo 2). Dans le walo, c’est-à-dire dans la vallée alluviale proprement dite, le modelé juxtapose des cuvettes de décantation argileuses et des bourrelets alluviaux argilo-sableux, les fonde. Avant la sécheresse, la crue du fleuve submergeait ces différents secteurs permettant la mise en culture lors de la décrue. La dégradation de la pluviométrie, qui est à l’heure actuelle de l’ordre de 200 à 300 mm, l’allongement de la saison sèche qui dure près de 10 mois et la diminution des débits du fleuve, ont réduit de façon considérable l’espace cultivable mais aussi le couvert végétal. En 1972, les cultures de décrue n’ont été possibles que sur 15 000 ha alors qu’auparavant, selon les années, de 80 000 à 180 000 ha étaient mis en culture. La principale conséquence de cet assèchement du climat est la prédominance de la morphodynamique éolienne, nebkas3 et barkhanes4 sont présentes localement dans cette vallée auparavant verdoyante. Dans le dieri, les paysans pratiquaient la culture sous pluie sur les terrains plus élevés situés en surplomb de la vallée alluviale. Désormais, dans ce secteur, le spectacle qui s’offre à la vue est celui d’un paysage de dunes totalement dénudées, du moins dans la moyenne vallée aval. Ce modelé dunaire, sous le coup d’une intense action éolienne, conduit à un remaniement du matériel sableux et à la formation de barkhanes. De plus, la pratique de l’agriculture sous pluie dans le dieri pendant l’hivernage est impossible sauf dans la moyenne vallée amont, le recours à l’irrigation est devenu vital dans le walo. La culture irriguée a pris un essor considérable au début des années 70. Le développement des aménagements hydro-agricoles a accentué les conséquences de la sécheresse. En effet, les défrichements et les déboisements ont accéléré la disparition des forêts d’Acacia nilotica qui occupaient les cuvettes argileuses. La forêt de Niaoulé, à l’intérieur de la boucle du fleuve en aval de Podor, a presque complètement disparu. L’agriculture n’est pas la seule à souffrir de cette aggravation des contraintes, de la même façon les années de faible pluviométrie, le nomadisme pastoral et la transhumance des troupeaux sont devenus le seul recours des pasteurs, en raison des incertitudes de la production fourragère. La variabilité interannuelle des précipitations, la fragilité de la végétation, la faible protection que celle-ci offre aux sols, très sensibles de ce fait à l’érosion éolienne, font que la quantité de biomasse produite est plus ou moins importante. De fait, la capacité de charge des zones de pâturage peut varier de façon notable d’une année à l’autre.

Photographie 2 : Paysage de dieri dans la moyenne vallée aval du fleuve Sénégal, secteur de Podor, décembre 1995 - Campement peul à l’arrière plan.

Photographie 2 : Paysage de dieri dans la moyenne vallée aval du fleuve Sénégal, secteur de Podor, décembre 1995 - Campement peul à l’arrière plan.

20Dans le Bassin arachidier, les contraintes sont aussi importantes, d’autant plus qu’élevage et activités agricoles s’y trouvent en situation de concurrence. Dans ce secteur, les pluies varient de 400 à 600 mm par an. Les sols sont de deux types, d’une part les sols dior, sablonneux, de couleur ocre, d’autre part, les sols dek, plus argileux dans les dépressions. Les premiers, malgré leur faible fertilité, sont cultivés en priorité par les paysans car ils sont plus faciles à travailler, mais leur capacité de rétention d’eau est faible. Les seconds sont chimiquement plus fertiles et leur réserve en eau est plus importante, en revanche ils sont plus difficiles à travailler. Les sols dior (photo 3) recouvrent les superficies de loin les plus importantes.

Photographie 3 : Sols Dior après la récolte en pays Sereer (Zone De Niakhar) - février 1999

Photographie 3 : Sols Dior après la récolte en pays Sereer (Zone De Niakhar) - février 1999

Le sol est recouvert d’un paillage de tiges de mil. Présence de Faidherbia agricoles.

21La dégradation de la pluviométrie, en réduisant la production de biomasse, a conduit les agriculteurs à une mise en valeur de tout l’espace disponible y compris des terres les plus argileuses des bas-fonds, au détriment de la jachère et de l’élevage et au risque d’un épuisement de la fertilité, ce qui se traduit par une baisse des rendements à l’hectare. La rotation biennale mil-arachide est devenue la règle. La sécheresse aggrave le risque de destruction des sols par l’acidification et l’érosion éolienne, d’autant plus que le parc arboré régresse et que les troupeaux, en transhumance, ne contribuent plus à l’entretien de la fertilité avec la fumure. La détérioration des conditions climatiques et l’aggravation des contraintes ont eu pour principale conséquence une dégradation du système agraire [Garin, 1999]. L’incidence de la pauvreté dans les régions rurales qui est de 44,4% alors qu’elle n’est que 16,4% dans la ville de Dakar montre bien les difficultés d’un développement durable des campagnes sénégalaises.

22Ces inégalités sociales et spatiales face à l’aléa climatique ont été à l’origine de dynamiques territoriales par le biais des migrations.

2. Migration, gestion du risque climatique et durabilité sociale

23La mobilité est une réalité ancienne au Sénégal, il semble pourtant que le phénomène ait connu une accélération parallèle à la dégradation de la pluviométrie et soit devenu une stratégie de gestion du risque destinée à assurer la permanence de paysanneries particulièrement vulnérables face aux aléas climatiques.

2.1. Une mobilité accrue au niveau global

24Les seules informations statistiques récentes et fiables sur la mobilité des populations rurales sénégalaises sont celles issues de l’enquête du Réseau sur les Migrations et l’Urbanisation en Afrique de l’Ouest (REMUAO). La mobilité a été étudiée de près à l’échelle nationale, et à travers l’analyse des itinéraires migratoires d’un certain nombre d’individus ou de groupes. Pour autant, la connaissance des migrations internes au Sénégal reste très fragmentaire. Cependant les enquêtes démographiques nationales de 1960 et 1970, les recensements de 1976 et surtout celui de 1988 permettent d’avoir une première approche de la situation [Pison, 1997] (Tableau 1). Les migrations internes s’entendent ici comme des déplacements à l’intérieur des frontières, mais au-delà des limites de la région de naissance. Le tableau montre que dans les 5 années qui précèdent le recensement de 1988 les régions qui présentent un solde migratoire négatif comme Louga ou Saint-Louis sont aussi celles qui ont été les plus touchées par la dégradation de la pluviométrie et l’aggravation des contraintes. À l’inverse, celles qui ont un solde migratoire positif sont soit des régions urbaines comme Dakar soit des régions rurales méridionales comme Ziguinchor.

Tableau 1 : Migrations nettes pendant les cinq années précédant le recensement de 1988 par région

Région

Immigration

Émigration

Migration nette

Dakar

69 000

49 000

20 000

Diourbel

18 000

18 000

0

Fatick

12 000

14 000

- 2 000

Kaolack

18 000

20 000

- 2 000

Kolda

9 000

9 000

0

Louga

7 000

19 000

- 12 000

Saint-Louis

11 000

18 000

- 7 000

Tambacounda

8 000

7 000

2 000

Thiès

23 000

29 000

- 6 000

Ziguinchor

22 000

15 000

7 000

Source : Recensement général de la population-1988 - in : Pison, Hill, Cohen, Foote, Les changements démographiques au Sénégal.

  • 5 Projet de colonisation encadrée de nouvelles terres dans la région de Tambacounda (arrondissement d (...)

25Ces migrations internes sont anciennes : à l’époque coloniale elles étaient surtout le fait des classes d’âge les plus jeunes du monde rural. Les jeunes hommes des secteurs où ne se pratiquait aucune culture commerciale devenaient travailleurs saisonniers (navétanes) dans les secteurs de culture arachidière [David, 1980]. Les jeunes gens et les jeunes filles, des secteurs ruraux saturés du Bassin arachidier, se rendaient chaque année vers les Terres neuves5. Ces mouvements saisonniers spontanés ont abouti à des implantations pionnières.

26Depuis l’indépendance, et même dès après la Seconde Guerre mondiale pour le secteur de la vallée, parallèlement à ces migrations saisonnières essentiellement rurales, se sont développés des déplacements en direction des différentes villes du pays [Diop, 1965], grandes ou petites, mais, surtout, vers les agglomérations de la presqu’île du Cap Vert, Pikine et Dakar, qui regroupent désormais plus de la moitié de la population urbaine du pays. Il convient d’ajouter à ces flux au sein du monde rural et à ce mouvement des campagnes vers les villes, les migrations internationales [Robin, 1996].

27Au Sénégal en général et dans la région de Fatick en particulier, les migrations temporaires (circulaires et saisonnières) représentent une part importante des flux internes, en particulier l’émigration liée au travail domestique qui conserve une réelle importance. Les jeunes travailleurs quittent leur résidence habituelle en octobre, à la fin de la saison agricole, en direction des capitales régionales, ils rentrent chez eux juste avant les premières pluies en mai ou juin. Ils représentent près de 7% de la population totale dans la région de Fatick, les hommes constituent 53,6% des effectifs de migrants ; cependant dans les classes d’âge les plus jeunes (de 10 à 14 ans et de 15 à 19 ans), les filles sont majoritaires. Ces départs des plus jeunes ont souvent pour objectif d’accumuler un pécule avant le mariage, ils ont pour inconvénient d’effectuer une ponction de main-d’œuvre qui nuit aux activités agricoles, bien que les conséquences en soient limitées du fait du choix des dates de départ et de retour. L’impact des migrations sur l’organisation du travail agricole en milieu rural doit être relativisé, il dépend du moment du départ qui se situe soit en saison sèche (noranes), soit en hivernage (navétanes). Dans ce dernier cas, une pénurie relative de main-d’œuvre peut se faire sentir.

28Les enquêtes menées dans les différents arrondissements du Sine (actuelle région de Fatick) en 1967, montrent que le mouvement migratoire vers les villes est très inégal selon le sexe et l’arrondissement d’origine [Becker, 1999]. À cette date 41% des villages du Sine envoyaient toutes leurs jeunes filles en ville, mais seulement 17% voyaient leurs jeunes gens partir en ville. Dans ce tableau général, l’arrondissement de Fimela fait figure d’exception, puisque 40% des villages pour les jeunes gens et 67% pour les jeunes filles envoient tous leurs jeunes en migration. À l’opposé, dans l’arrondissement de Diakhao, il n’y a aucun migrant parmi les jeunes filles dans 60% des villages et quelques rares migrants parmi les jeunes gens dans 49% des villages. Les données du recensement de 1988 montrent une progression et une généralisation des départs vers la ville, en relation avec les crises de production et de subsistance consécutives à la sécheresse. La surveillance démographique établie entre 1963 et 1989 sur les huit villages de la zone de Ngayokhem [Garenne, 1999] montre que le mouvement conjoncturel des migrations semble particulièrement sensible aux aléas climatiques.

29Quel que soit le type de flux, les effets sur la dynamique du peuplement sont de deux ordres. Certains départs ont lieu dans un esprit de retour, c’est le cas des migrations saisonnières et même de certaines migrations internationales de jeunes. L’objectif est d’accumuler un pécule pour pouvoir ensuite revenir au village, se marier et s’établir définitivement dans la région d’origine [Gibbal, 1973]. Mais certains flux saisonniers pluriannuels, et même certaines migrations sur le court terme, sont souvent à l’origine d’un départ qui au bout de quelques années devient définitif, et se traduit par des transferts de population non négligeables du fait du regroupement familial.

30À l’échelle nationale cela fait évoluer de manière remarquable la distribution du peuplement. Les migrations génèrent des dynamiques territoriales qui se traduisent par une densification du peuplement soit dans les secteurs urbanisés, soit dans les espaces ruraux qui offrent des réserves foncières et où la dégradation de la pluviométrie a été moins marquée, telles les régions de Kolda et de Ziguinchor.

2.2. Une mobilité accrue qui permet la gestion du risque vivrier

31Ces migrations s’inscrivent dans le cadre des nouvelles stratégies de gestion du risque vivrier destinées à faire face à la dégradation pluviométrique, à la multiplication des invasions de criquets et de nuisibles, au dérèglement de l’écologie et à l’enchaînement de calamités qui ont conduit à l’effondrement des ressources.

32Pour faire face au déficit de la production agricole et aux difficultés de la soudure, les producteurs adoptent différentes tactiques qui sont de trois ordres, d’une part la mobilisation des stocks issus de la récolte précédente, ensuite les achats de céréales vivrières grâce à la mobilisation des ressources monétaires disponibles, enfin la migration, quand toutes les autres solutions ont été épuisées. Le choix de l’une ou l’autre solution est le fait du chef de famille et anticipe généralement l’arrivée des premières difficultés. À ces stratégies s’ajoutent des systèmes autorégulateurs comme le report des naissances, dans la zone de Niakhar la natalité est en moyenne de 10% inférieure à la valeur attendue après la sécheresse [Garenne, 1999].

33Les enquêtes menées chez les Sereer [Lombard, 1999] montrent le souci des producteurs de ménager leur récolte et de conserver des stocks aussi longtemps que possible. Les stocks de l’année précédente sont consommés en priorité, puis la partie de la nouvelle récolte la moins susceptible de se conserver en raison de sa médiocre qualité, mais dans la mesure du possible, le paysan sereer conserve ce que l’on appelle un grenier d’hivernage, c’est-à-dire des céréales en quantité suffisante pour nourrir sa famille au début de la saison des pluies, moment des gros travaux agricoles.

34Les envois d’argent des migrants permettent également de faire face à une soudure difficile ; en effet, en dernière extrémité, quand la mise en œuvre de toutes les autres stratégies se révèle insuffisante, le chef de famille peut, s’il constate que les réserves s’épuisent, décider qu’une partie des membres de la famille doit partir en migration. Ceux qui partent sont généralement les plus jeunes, ils vont vers la ville chercher un emploi saisonnier. Les départs pour la migration saisonnière sont beaucoup plus importants quand la pluviométrie de l’hivernage précédent a été inférieure à la moyenne [Garenne et al, 1987], et que le déficit de production est important. Ainsi en 1983-84, celui-ci, dans les cinq villages de la communauté rurale de Ngayokhem où se sont déroulées les enquêtes, atteint 46% et se traduit par le départ de 243 migrants, alors qu’en 1985-86 où il n’est que de 12%, leur nombre n’est que de 142. Les départs commencent bien avant la récolte et s’échelonnent tout au long de la saison sèche, les jeunes filles partent les premières dès septembre ou octobre, les jeunes hommes suivent, le chef de famille part rarement lui-même sauf si la situation l’exige absolument. La sécheresse n’a pas déclenché le phénomène migratoire, mais elle en a accentué l’ampleur, par la suite ces migrations saisonnières sont devenues une habitude et ont lieu y compris les années de bonne récolte, même si le nombre de départs est moins important ces années-là.

35Dans la moyenne vallée aval du fleuve Sénégal, la sécheresse a conduit à une détérioration des ressources agro-pastorales aussi bien dans le dieri que dans le walo. De plus, la construction du barrage de Manantali, sur le cours supérieur du fleuve, dont l’objectif était de régulariser le débit, a eu pour conséquence d’écrêter la crue et donc de réduire les surfaces inondées et les possibilités de culture de décrue. L’aménagement de vastes périmètres irrigués, puis de périmètres irrigués villageois était donc une nécessité pour maintenir sur place, une population traditionnellement très mobile.

36La sécheresse des années soixante-dix a bouleversé l’organisation pastorale antérieure et suscité un mouvement d’exode vers les régions méridionales mieux arrosées. Pour les pasteurs, c’était la seule solution pour sauvegarder les troupeaux, en allant à la recherche de pâturages. L’abaissement des nappes phréatiques a conduit à une diminution du débit des puits, ensuite le tapis herbacé a presque totalement disparu certaines années. Face à cette situation, les éleveurs se sont adaptés et ont totalement réorganisé leurs transhumances. Nombre d’entre eux sont partis vers le sud, ceux qui sont partis le plus tôt et le plus loin au sud ont pu préserver leurs troupeaux. Les années où la pluviométrie est un peu meilleure, sans pour autant retrouver le niveau d’avant 1968, les éleveurs reviennent et reprennent leurs circuits traditionnels de transhumance.

37Malgré cela, il y a eu un effondrement de la production vivrière et des pénuries alimentaires particulièrement graves dans cette région du pays, en particulier dans la moyenne vallée aval (département de Podor) [Soumaré, 1997].

38Les migrations n’apparaissent, et souvent de manière ponctuelle, que comme une stratégie parmi d’autres de gestion du risque dans les régions les plus touchées par la dégradation de la pluviométrie. Pourtant l’ampleur prise par le phénomène tend à prouver qu’il est devenu désormais une véritable nécessité pour assurer la permanence, la durabilité de certaines sociétés paysannes.

2.3. Une mobilité accrue qui permet la durabilité des paysanneries à Niakhar et Ndiayène

  • 6 Dans les deux sociétés sereer et haalpulaar, le segment de lignage est une structure fonctionnelle (...)

39Parmi les stratégies mises en œuvre par les paysans sénégalais pour assurer la gestion du risque vivrier et au-delà assurer la durabilité de leurs sociétés dans un contexte de désengagement de l’État figure un certain nombre d’innovations techniques et le recours à la migration. Celui-ci revêt des formes et une importance variées selon le contexte climatique, démographique et les conditions de la mise en valeur. Pour ces raisons et du fait de la difficulté de collecte d’informations concernant les migrations nous avons limité nos investigations à deux zones restreintes (Carte 3) et choisi la méthodologie de l’enquête lignagère qui cherche à reconstituer les lignages6 et les migrations des différents individus au sein de celui-ci. Les deux secteurs d’enquête retenus sont d’une part la zone dite « de Niakhar », située dans le Bassin arachidier, dans le centre-ouest du pays, peuplée majoritairement de Sereer, le climat est de type sahélo-soudanien, la population y est très stable, les densités fortes et d’autre part la communauté rurale de Ndiayène-Pendao, localisée dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal, au nord du pays et peuplée essentiellement de Pulaar, le climat est de type sahélien, la population a recours aux migrations de longue date, les densités y sont relativement faibles. Par ailleurs la croissance démographique se situe dans les deux cas en dessous de la moyenne nationale, signe d’un exode rural particulièrement important ces dernières années.

Carte 3 : Localisation des zones de Niakhar et Ndiayène-Pendao

Carte 3 : Localisation des zones de Niakhar et Ndiayène-Pendao

40Dans la communauté rurale de Ndiayène-Pendao, l’enquête s’est basée sur le recensement exhaustif réalisé en 1993-1994 (enquête Lericollais) de tous les chefs de concession et de tous les chefs de cuisine des 13 villages administratifs de la communauté rurale. Parmi les lignages identifiés un échantillon de 51 a été tiré au sort. Les chefs de lignage tirés au sort étaient tous résidents de 12 des 13 villages de la communauté rurale. Dans un second temps, les chefs de lignage tirés au sort ont été interrogés un par un pendant le mois de juillet 1998. Il leur a été d’abord demandé de confirmer leur statut de chef de lignage, d’indiquer leur date et leur lieu de naissance, d’indiquer la composition du lignage et de reconstituer les itinéraires migratoires des différents membres du lignage. La migration a été définie comme un séjour de plus de 6 mois à l’extérieur de l’arrondissement. Les questions posées concernaient la date de la migration, l’âge du migrant au moment de celle-ci, le lieu d’installation et le motif de celle-ci.

41Dans la zone de Niakhar, le travail d’enquête a été grandement facilité par l’existence d’une base de données, régulièrement mise à jour, et par la présence d’enquêteurs rompus à la pratique de questionnaires de natures très diverses. Par ailleurs, chaque habitant de la zone disposant d’un numéro d’identification, cela a permis de simplifier le travail de vérification des informations collectées et de localisation des chefs de lignage. L’enquête a permis de recenser 926 chefs de lignage, parmi lesquels un échantillon de 100 a été tiré au sort. Ces chefs de lignage tirés au sort résidaient sur 26 des 30 villages de la zone. La seconde partie de l’enquête s’est déroulée dans les mêmes conditions que dans la communauté rurale de Ndiayène Pendao, les chefs de lignage, après avoir confirmé leur statut, ont reconstitué le lignage et répondu aux questions des enquêteurs concernant les itinéraires migratoires des membres de leur lignage.

42Au cours de nos enquêtes, la reconstitution des migrations par les chefs de lignage s’est limitée par commodité aux hommes adultes, chefs de concession. À Niakhar Le motif « sécheresse » n’apparaît à aucun moment dans les causes déclarées par les migrants (tableau 2). Cependant, le fait que près d’un tiers des causes enregistrées invoque la recherche de terres témoigne de la saturation du terroir sereer qui est, à la fois, une conséquence du croît démographique et de la dégradation pluviométrique. La famille dans son ensemble quitte la zone à la recherche de nouvelles terres à cultiver ou de bons pâturages pour les troupeaux. Trois types de situations ont pu être identifiés : les lignages en manque de terres, les lignages à la recherche de pâturages pour leurs troupeaux, les lignages où les déplacements saisonniers sont nombreux.

Tableau 2 : Motifs de départ et de retour invoqués par les migrants

Ndiayène

Niakhar

Principaux motifs de départ invoqués (en % du total des départs)

Emploi non agricole (114) : 46,2

Terres (111) : 27,7

Motif scolaire (121) : 10,9

Travail saisonnier (113) : 16,4

Aide au conjoint, ascendant ou collatéraux (135) : 7,6

Départs parents (133) : 13,2

Transhumance (117) : 6,7

Emploi non agricole (114) : 12,2

Service militaire (123) : 5,9

Service militaire (123) : 4,9

Principaux motifs de retour invoqués ( en % du total des retours)

Non motivé (280) : 71,7

Retour définitif de mouvement saisonnier (216) : 21,7

Retour définitif de mouvement saisonnier (216) : 13

Héritage, décès du père (231) : 15,8

Retraite (214) : 4,3

Non motivé (280) : 14,6

Retour chez le père (235) : 11,1

Devenir chef de concession (234) : 6,7

43De ces enquêtes biographiques, il ressort que les Sereer, malgré leur grande stabilité et leur attachement au terroir, n’ignorent pas les migrations. Celles-ci sont anciennes, mais elles ont connu une accélération depuis les années 70. Elles témoignent d’une saturation du terroir, phénomène ancien mais que la dégradation pluviométrique a accentué. Le profond attachement des Sereer au terroir se traduit par le fait que l’immense majorité des migrants se dirigent vers d’autres espaces ruraux (tableau 3), plus rarement vers la ville. Les terroirs sereer, cantonnés jusque-là à une petite portion du centre-ouest du Bassin arachidier se sont étendus vers l’est et vers le sud.

Tableau 3 : Principales destinations des migrants à Ndiayène et Niakhar

Ndiayène

Niakhar

Principales destinations des migrants (en % du total des départs)

Dakar : 25,8

Fatick : 27

Dagana : 14,2

Tambacounda : 10,9

Podor : 11,7

Kaolack : 10,7

Mauritanie : 9,2

Gossas : 9,4

Kaolack : 5

Mbour : 9,2

Ziguinchor : 3,3

Dakar : 7,7

Guinée Conakry : 2,5

Kaffrine : 1,8

Matam : 2,5

Nioro du Rip : 1,8

Mali : 1,7

Foundiougne : 1,6

Linguère : 1,7

France : 1,2

44Ces migrations sont un facteur de durabilité car elles sont sources de revenus monétaires, elles permettent les plus mauvaises années l’achat de produits vivriers. Elles allègent la charge démographique, mais elles ont aussi l’inconvénient d’effectuer une ponction de main-d’œuvre qui peut nuire aux travaux agricoles. La dispersion des terroirs sereer n’a pas engendré (du moins pas encore) de rupture entre migrants et villages d’origine. Les relations à distance entre membres du même lignage restent fortes, elles permettent de comprendre le maintien de fortes densités dans le Bassin arachidier. Les migrations des uns vers de nouvelles terres, l’argent gagné par les autres lors de déplacements saisonniers permettent au plus grand nombre de rester sur les terroirs d’origine.

45À Ndiayène, le principal motif invoqué (46,7 %) pour le départ en migration (tableau 2) est la recherche d’un emploi non agricole, ce qui confirme les difficultés financières de bon nombre de familles. Une partie de l’argent gagné par le migrant servira à ceux qui sont restés au village pour acheter de la nourriture, mais aussi pour acheter les équipements nécessaires à la culture irriguée. Dans ce cas, le départ en migration est davantage une démarche individuelle, même s’il ne peut avoir lieu sans l’accord des proches. Ces migrations des habitants de la vallée prennent la direction des grandes villes du Sénégal ou des pays voisins (tableau 3), où ils exercent des métiers dans l’administration, le commerce ou le bâtiment.

46Les enquêtes montrent par ailleurs une disparité dans les âges de départ en migration (tableaux 4 et 5). L’âge moyen et l’âge médian des migrants, quel que soit le rang de la migration, sont plus tardifs à Ndiayène qu’à Niakhar. Il y a près de 3 ans de différence dans l’âge médian au 1er départ. L’écart est encore plus important dans l’âge médian au dernier retour, puisqu’il est de près de 7 ans. Cette disparité dans les âges de départ en migration s’explique aussi par le fait que de nombreuses migrations en pays sereer se sont faites en famille, ce qui inclut de jeunes enfants, alors qu’en pays pulaar, la migration est davantage le fait de jeunes hommes. Ces différences ont pour conséquence une disparité importante dans la durée de la période de migration de chaque individu entre les deux zones, elle est de 9 ans à Niakhar et de 13 ans à Ndiayène.

Tableau 4 : Âge au départ et au retour des migrants de Ndiayène

Âge moyen au départ

Âge au 1er départ

Âge moyen au retour

Âge au dernier retour

Moyenne

30,6

30,3

38,3

40,4

Médiane

26

25

35,5

38

Minimum

7

7

16

16

Maximum

74

74

72

72

Tableau 5 : Âge au départ et au retour des migrants de Niakhar

Âge au départ

Âge au 1er départ

Âge au retour

Âge au dernier retour

Moyenne

25

22.6

31,3

32,4

Médiane

25

22

29

31

Minimum

1

1

3

4

Maximum

66

66

78

78

47À Niakhar, les années où les départs sont les plus nombreux (plus de 15 dans l’année) correspondent à la période de sécheresse. Les années 1968, 1969, mais aussi 1972, 1973 et 1977, 1978 apparaissent comme une période où la fréquence des départs est forte, au même titre d’ailleurs que l’année 1940 ou les années 1950, 1955 et 1960. À Ndiayène, le contraste est moins saisissant, les départs s’échelonnent tout au long de la période considérée, avec, il est vrai, un pic autour des deux années 1974, 1976, ainsi qu’autour des années 1958 et 1960 (graphiques 1 et 2). Les années où les départs sont les plus nombreux diffèrent parfois d’une zone d’étude à l’autre en raison de la variabilité de la pluviométrie.

Graphique 1 : Fréquence des départs en migration par année à Niakhar

Graphique 1 : Fréquence des départs en migration par année à Niakhar

Graphique 2 : Fréquence des départs en migration par année à Ndiayène

Graphique 2 : Fréquence des départs en migration par année à Ndiayène

48Cette analyse doit être nuancée par le fait que l’enquête se fonde uniquement sur la mémoire des seuls survivants, il est donc logique que plus on se rapproche de la période actuelle, plus le nombre de migrations soit important, comme c’est le cas à Ndiayène.

49Pourtant, il semble bien qu’à Niakhar, le nombre de migrations, important tout au long de la période connaisse une augmentation à la suite d’années difficiles. À l’opposé, à Ndiayène, la constance du phénomène migratoire semble se confirmer, malgré le plus grand nombre de départs des années 1974 et 1976.

50De cette double enquête, il ressort que la migration revêt une importance comparable dans les deux secteurs retenus, mais les populations concernées, les causes invoquées, les destinations sont différentes. En pays sereer, elle concerne autant les jeunes gens que les jeunes filles, est le plus souvent saisonnière ou circulaire (le migrant revient au village entre deux migrations saisonnières), et prend à la fois la direction des campagnes et des villes proches. En pays pulaar, elle contribue au déséquilibre entre les sexes, prend plus fréquemment la direction des grandes villes, y compris hors du Sénégal et a un caractère plus durable. Cette mobilité n’est pas vécue comme un pis-aller par les migrants, mais bien comme une stratégie comme une autre, à laquelle les différents membres du groupe se soumettent tour à tour. Elle témoigne de l’insertion des économies paysannes dans le circuit monétaire, or la seule possibilité de se procurer des revenus monétaires est bien de trouver un emploi agricole ou non. Le recours à la migration s’inscrit sur le long terme dans une évolution structurelle où il constitue une solution à la pénurie de numéraire, de produits vivriers et donc à la pauvreté. C’est particulièrement vrai en pays pulaar où il constitue un phénomène structurel ancien, même si l’intensité du phénomène est plus marquée lors des crises climatiques. En pays sereer, la migration apparaît davantage comme un phénomène conjoncturel, ce dont témoigne l’importance du nombre des départs lors de la sécheresse. Cependant, la dégradation de la pluviométrie, jointe au croît démographique, en fait, à l’heure actuelle une nécessité, au même titre que dans la vallée du fleuve Sénégal.

Conclusion

51La sécheresse, conjuguée au croît démographique et au désengagement de l’État du secteur agricole a accru la vulnérabilité des sociétés paysannes au Sénégal, généré d’importants flux migratoires et accéléré la redistribution du peuplement à l’échelle nationale.

52Mais la sécheresse n’est pas seule à l’origine des flux migratoires, elle a probablement accéléré un phénomène qui existait de longue date. Localement, la mobilité est un recours parmi d’autres et s’inscrit dans une stratégie plus large de lutte contre la pauvreté, de durabilité, de préservation du capital social et humain, mise en œuvre par les paysans eux-mêmes. L’absence de retour à une pluviométrie normale depuis la grande sécheresse des années 70 et 80 a contribué au maintien de ces flux et à une redistribution du peuplement à l’échelle nationale au profit des régions mieux arrosées (régions de Tambacounda, Kolda et Ziguinchor) et des espaces urbains de la presqu’île du Cap Vert (Dakar et Pikine).

53Cependant les limites de cette durabilité semblent être atteintes sur le plan environnemental du fait de l’absence de gestion durable des ressources naturelles, en particulier de la fertilité des sols. Sur le plan social, elles risquent aussi d’être rapidement atteintes du fait du retrait progressif de l’État du secteur agricole, de la fin du processus de transition migratoire et donc de la rupture des liens entre les migrants et leurs villages d’origine, mais aussi de l’application de la loi d’orientation agro-sylvo-pastorale de 2004 qui prévoit une sécurisation du foncier par l’attribution de titres individuels de propriété, ce qui risque de remettre en cause l’accès égalitaire à la terre.

54La question se pose de savoir si cette loi d’orientation qui se fixe également comme objectifs la lutte contre la pauvreté en milieu rural, la conservation des écosystèmes et des sols tout en assurant de fortes productions agricoles et pastorales parviendra à empêcher que ne se dirigent un peu plus vers les villes des paysans pauvres à la recherche d’un emploi qu’ils ne trouveront pas.

Haut de page

Bibliographie

BECKER C., MBODJ M. (1999), « La dynamique du peuplement sereer. Les sereer du Sine », in: A. Lericollais (éd.), Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal, ORSTOM Éditions, collection À travers champs, Paris.

CERPOD, CILSS (1998), Enquête sur les migrations et l’urbanisation au Sénégal (EMUS), 1992-1993, CERPOD, CILSS, Bamako

DAVID P. (1980), Les navétanes : histoire des migrations saisonnières de l’arachide en Sénégambie des origines à nos jours, NEA, Dakar.

DIOP A.B. (1965), Société toucouleur et migrations (Enquête sur la migration toucouleur à Dakar), Initiations et études, IFAN, Dakar.

GARENNE M., MAIRE B., FONTAINE O., DIENG Kh, BRIEND A. (1987), Risques de décès associés à différents états nutritionnels chez l’enfant d’âge préscolaire, Dakar, ORSTOM/ORANA, 246 p.

GARENNE M., SARR I., CANTRELLE P. (1999), « Ngayokhem 1963-1989 », in A. Lericollais (éd.), Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal, ORSTOM Éditions, collection À travers champs, Paris.

GARIN P., GUIGOU B., LERICOLLAIS A. (1999), « Les pratiques paysannes dans le Sine », in A. Lericollais (éd.), Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal, ORSTOM Éditions, collection À travers champs, Paris.

GIBBAL J.M. (1973), Le retour au village des nouveaux citadins. Résultats d’une enquête et amorce de réflexion méthodologique, Cahiers d’Études Africaines, XIII, n° 51, pp. 549- 574.

LE BORGNE, J. (1988), La pluviométrie au Sénégal et en Gambie, document multigraphié, ORSTOM, Coopération française, Dakar.

LE BORGNE J. (1990), « La dégradation actuelle du climat en Afrique, entre Sahara et Équateur », in J.-F. Richard, La dégradation des paysages en Afrique de l’Ouest, La Documentation française-PUD, Dakar.

LERICOLLAIS A. (1990), « La gestion du paysage ? Sahélisation, surexploitation et délaissement des terroirs sereer au Sénégal », in J.-F. Richard, La dégradation des paysages en Afrique de l’Ouest, La Documentation française-PUD, Dakar.

LOMBARD J. (1999), « Des soudures aux crises : les réponses paysannes dans le Sine », in A. Lericollais (éd.), Paysans sereer. Dynamiques agraires et mobilités au Sénégal, ORSTOM Éditions, collection À travers champs, Paris.

MAINGUET M. (1995), L’homme et la sécheresse, Paris, Masson.

METGE P. (1968), « Politiques migratoires : les migrations et les transformations de la société rurale traditionnelle au Sénégal », in : Maxence Petit-Pont (éd.), Structures traditionnelles et développement, Paris, Eyroles, pp. 39-58.

MICHEL P. (1990), « La dégradation des paysages au Sénégal », in J.-F. Richard, La dégradation des paysages en Afrique de l’Ouest, La Documentation française-PUD, Dakar.

PISON G., HILL K., COHEN B., FOOTE K. (1997), Les changements démographiques au Sénégal, Travaux et Documents n°138, INED, Paris, 240 p.

ROBIN N. (1996), Atlas des migrations ouest-africaines vers l’Europe, 1985-1993, ORSTOM-Eurostat, Paris.

ROQUET D. (2003), D’une sécheresse à l’autre : la paysannerie sénégalaise entre permanence et mobilité, Thèse de doctorat d’Université, Paris I.

SOUMARE M.-A. (1997), Évolution des systèmes de production agro-pastoraux de la moyenne vallée du Sénégal, Thèse de troisième cycle, Université Cheikh Anta Diop, Dakar.

Haut de page

Notes

1 Les régions administratives de Thiès, Diourbel, Louga, Fatick et Kaolack correspondent pour tout ou partie à ce que l’on appelle parfois le Bassin arachidier.

2 La durabilité qui recouvre trois réalités, environnementale, économique et sociale est entendue ici au sens de durabilité sociale, c’est-à-dire de préservation voire même d’augmentation pour les générations futures du capital social (relations et interactions qui existent entre individus) et du capital humain (capital éducatif et capital santé). Cette notion nouvelle recouvre des préoccupations anciennes des paysanneries : préserver la fertilité des sols, vivre de leur travail, nourrir et éduquer convenablement leurs enfants.

3 Nebka : monticule de sable déposé sous le vent d’une touffe d’herbe ou d’un buisson.

4 Barkhane : dune mobile en forme de croissant.

5 Projet de colonisation encadrée de nouvelles terres dans la région de Tambacounda (arrondissement de Koumpentoum) avec pour objectif la décongestion des terres surpeuplées et surexploitées du vieux Bassin arachidier.

6 Dans les deux sociétés sereer et haalpulaar, le segment de lignage est une structure fonctionnelle de l’organisation de la société, à laquelle les individus se réfèrent. Chaque segment de lignage a son chef, c’est généralement l’ancien du lignage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les régions du Sénégal
Crédits dressée par D. Roquet
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre carte 2 : La translation des isohyètes pendant la sécheresse
Crédits Source : J. Leborgne 1980
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photographie 1 : Faidherbia albida
Légende Cet arbre, couvert de feuilles en saison sèche, a une fonction fourragère essentielle. Les écorces ont un usage médicinal. Il contribue aussi à l’amélioration des sols (zone de Niakhar). Août 2001.
Crédits Source : Xavier Kergoat
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photographie 2 : Paysage de dieri dans la moyenne vallée aval du fleuve Sénégal, secteur de Podor, décembre 1995 - Campement peul à l’arrière plan.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photographie 3 : Sols Dior après la récolte en pays Sereer (Zone De Niakhar) - février 1999
Légende Le sol est recouvert d’un paillage de tiges de mil. Présence de Faidherbia agricoles.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carte 3 : Localisation des zones de Niakhar et Ndiayène-Pendao
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 1 : Fréquence des départs en migration par année à Niakhar
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-7.png
Fichier image/png, 14k
Titre Graphique 2 : Fréquence des départs en migration par année à Ndiayène
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2374/img-8.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Roquet, « Partir pour mieux durer : la migration comme réponse à la sécheresse au Sénégal ? », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 37-53.

Référence électronique

Dominique Roquet, « Partir pour mieux durer : la migration comme réponse à la sécheresse au Sénégal ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2374 ; DOI : 10.4000/eps.2374

Haut de page

Auteur

Dominique Roquet

Université Paris X- Nanterre, UFR SSA
Laboratoire Espace Santé et Territoires
200 Avenue de la République
92000 Nanterre
dominique.roquet@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org