Navigation – Plan du site
Articles

Vulnérabilité sismique et inégalités socio-spatiales

Les cas d’Assise et de Noto (Italie)
Seismic Vulnerability and Social Inequality. The Examples of Assisi and Noto in Italy
Antoine Le Blanc
p. 55-70

Résumés

Alors que la vulnérabilité sismique des villes dépend de très nombreux facteurs, cet article tente de montrer combien une certaine approche de la vulnérabilité est source d’inégalités socio-spatiales. Dans un contexte patrimonial, la volonté de conservation du centre historique d’une ville redéfinit les valeurs accordées aux différents bâtiments et quartiers. Il s’ensuit un rééquilibrage des politiques de gestion du risque au détriment de quartiers périphériques qui, pour des raisons historiques, géographiques et économiques, abritent des populations plus vulnérables. Le critère patrimonial devient alors un facteur d’amplification des inégalités, non seulement territoriales et socio-économiques, mais aussi sur le plan de la vulnérabilité sismique. Les villes italiennes de Noto et d’Assise illustrent diversement ces dynamiques. À Noto, les contrastes de gestion du risque sismique se répercutent sur les caractéristiques socio-économiques des quartiers et accentuent l’inégalité face au risque. Dans le cas d’Assise, de récentes évolutions des politiques de gestion du risque sont dues à la prise de conscience de ces inégalités et à la volonté de les réduire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 dans cet article, toutes les mesures d’intensité font référence à l’échelle de Mercalli. L’échelle (...)
  • 2 Soit environ cinq cent millions d’euros.
  • 3 Boschie E., Bordieri F. (1998), p. 74 (notre traduction).

1Dans un ouvrage de vulgarisation co-écrit avec un journaliste et publié juste après le séisme qui a provoqué l’écroulement d’une partie de la basilique de Saint-François à Assise, le président de l’Institut National de Géophysique et de Vulcanologie italien, Enzo Boschi, affirme : « Toujours, en Italie, les tremblements de terre font des victimes et des dégâts de manière excessive par rapport à leur violence. Le cas du tremblement de terre de décembre 1990 en Sicile sud-orientale est exemplaire. Il atteignit le degré VII-VIII sur l’échelle de Mercalli1, mais provoqua la mort de 18 personnes, fit 15 000 sans-abri et un millier de milliards de lires2 de dommages. Une secousse similaire au Japon ou en Californie aurait fait, tout au plus, quelques blessés, quelques embouteillages et quelques heures d’interruption des activités ordinaires. Et les effets de la dernière crise sismique en Ombrie et dans les Marches sont également considérés comme excessifs par rapport à l’intensité des secousses3. »

  • 4 D’Ercole R. (1994), p. 94. Ce sont en particulier les recherches des géographes P. Pigeon et R. d’E (...)
  • 5 Antoine Bailly définit le risque comme « un danger éventuel, plus ou moins prévisible, dans une air (...)
  • 6 Cette ambivalence dans la définition de la vulnérabilité fait écho à l’ambiguïté de l’expression de (...)

2La vulnérabilité est donc considérée comme principale variable permettant d’appréhender le risque sismique. Nous entendons ici par vulnérabilité à la fois l’idée « d’endommagement potentiel des biens et des personnes » et celle de « capacité de réponse [des sociétés] à des crises potentielles4 ». Cette double définition correspond, d’après nous, à deux optiques complémentaires en termes d’analyse du risque, en particulier quand ce dernier est appréhendé dans une perspective de gestion du risque, comme dans cet article5. En effet, lorsqu’il s’agit de comprendre le risque sismique et les inégalités qui découlent de la gestion de ce risque, modifier les capacités de réponse d’une société revient à agir sur l’endommagement potentiel. Dans cet article, nous montrerons comment les deux aspects de la définition se combinent ou plus exactement sont utilisés, différemment, par les acteurs de la gestion du risque6. Ainsi, la vulnérabilité en tant qu’endommagement potentiel sert souvent les discours quelque peu fatalistes. Le contraste dénoncé par Enzo Boschi est fréquemment justifié par l’ancienneté du patrimoine urbain italien. Les bâtiments anciens seraient plus fragiles, auraient été construits sans normes parasismiques, leur consolidation serait plus complexe et plus coûteuse, surtout s’ils font l’objet d’un statut conservatoire. Et il est vrai que les logiques de gestion du risque sismique sont plus complexes quand elles concernent un patrimoine bâti varié, pour partie ancien, et parfois doté d’une grande valeur identitaire.

  • 7 Cf. Duclos D. (1996), ainsi que Layton R., Stone P.G., Thomas S J. (dir.), (2001).

3Toutefois, lire la vulnérabilité comme capacité de réponse des sociétés à une crise permet d’adopter une perspective plus gestionnaire, et montre combien le discours précédent accentue des inégalités d’ordre socio-économique. La gestion est l’exercice du pouvoir sur un territoire donné : gérer le risque, c’est mettre en œuvre des choix politiques, dont les conséquences sociales peuvent se lire en termes d’égalités ou d’inégalités7. Ainsi, le discours précédent aboutit à des politiques privilégiant très largement la protection et la consolidation parasismique d’un patrimoine urbain monumental, essentiellement situé dans le centre des villes, au détriment d’un bâti plus populaire, pas toujours plus récent, en tout cas plus périphérique. Des populations économiquement et spatialement plus marginalisées se trouvent alors également laissées de côté par les politiques de gestion du risque, et leur vulnérabilité est amplifiée. Le critère patrimonial devient facteur d’inégalité face aux séismes. Cette inégalité se constate sur le territoire, avec un gradient centre-périphérie plus ou moins marqué selon les villes, mais est surtout d’ordre socio-économique puisque les populations les plus vulnérables sont aussi les moins aisées, avec un moindre accès à l’information, et bénéficiant d’une préoccupation mineure de la part des pouvoirs publics compétents en matière de gestion du risque sismique.

  • 8 Toutes deux sont classées sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

4Pour comprendre ces logiques, nous avons choisi de comparer les cas d’Assise et de Noto, deux petites villes d’une vingtaine de milliers d’habitants, la première située en Ombrie et la seconde dans le sud-est de la Sicile. Toutes deux sont des villes touristiques, au patrimoine urbain exceptionnel8, et toutes deux sont situées dans les régions de forte sismicité mentionnées par Enzo Boschi. Les politiques menées dans ces deux communes et leur comparaison permettent de comprendre les dynamiques spécifiques, potentiellement sources d’inégalités socio-économiques et territoriales, liées à la gestion du risque sismique dans des villes patrimoniales.

Le contexte sismique

  • 9 À Assise, comme à Noto, la ville s’est installée sur des pentes parfois supérieures à 30% (voir car (...)

5Les sites d’Assise et de Noto présentent des similitudes importantes. Ils sont situés à proximité de la ligne de collision des plaques tectoniques africaine et eurasiatique, et sont caractérisés par la présence de failles nombreuses, à l’origine de séismes d’intensité variable. Assise et Noto sont des villes de piémont, accrochées à des pentes assez fortes9, sur des roches sédimentaires. À six kilomètres de la mer, Noto est installée sur les premières pentes des monts Iblei (carte 1). La ville a été construite sur le sommet du petit plateau des Meti et sur ses pentes, particulièrement sur le versant méridional : bien que celui-ci soit plus abrupt et instable, les raisons de scénographie urbaine ont prévalu, la cathédrale à la pierre blonde faisant ainsi face au soleil. Assise également est située sur des pentes assez abruptes de piémont (carte 2). Adossée au mont Subasio (1290 mètres), la ville s’est aussi développée sur du matériel sédimentaire essentiellement calcaire. Elle domine une vaste plaine où coulent aujourd’hui le Tibre et ses affluents.

Carte 1 : Monumentalité et risque sismique à Noto

Carte 1 : Monumentalité et risque sismique à Noto

Source : Maugeri, 2000, et Le Blanc, 2007

Carte 2 : Le centre d’Assise, topographie et urbanisme

Carte 2 : Le centre d’Assise, topographie et urbanisme

Le Blanc, 2007

  • 10 Les raisons du transfert de la ville sur un autre site ont été largement étudiées ; des considérati (...)

6Si Noto a un passé antique et médiéval glorieux, la ville actuelle est entièrement née à la suite de l’événement sismique catastrophique de 1693 (tableau 1). Après sa destruction quasi-totale, la ville est reconstruite sur un nouveau site10, l’urbanisme est entièrement renouvelé, la population et l’économie sont restructurées. Au cours des dix-huitième et dix-neuvième siècles, les séismes sont nombreux, moins violents mais parfois assez destructeurs, comme en 1818. Au vingtième siècle, Noto a subi un nombre non négligeable de secousses telluriques : entre 1903 et 1980, au moins neuf séismes d’intensité égale ou supérieure à IV sur l’échelle de Mercalli ont touché la ville. Mais les intensités n’ont jamais dépassé VII, ce qui signifie que les séismes étaient peu violents et que les dégâts causés par ces secousses ont toujours été mineurs. Ainsi, le récent séisme du 13 décembre 1990 est intervenu après une longue période de relatif calme sismique : environ un siècle et demi. Ce séisme n’a pas été d’une violence exceptionnelle (5,6 de magnitude de Richter), mais il a causé des dégâts importants : 18 morts et 15 000 sans-abri dans la région touchée, beaucoup de petits écroulements à Noto, soldés quelques années plus tard, en 1996, par l’écroulement de la cathédrale.

Tableau 1 : Les plus forts séismes historiquement répertoriés dans la région de Noto

Date

Région épicentrale

Intensité à Noto

Magnitude à l’épicentre

04/02/1169

Sicile orientale

X

7,3

11/01/1693

Sicile orientale

X

7

  • 11 Ou peut-être IX : les estimations des intensités varient en fonction des sources.

7L’histoire sismique d’Assise montre également la grande fréquence de petits séismes ; en revanche, elle se distingue de celle de Noto par l’absence de traumatisme majeur : l’intensité maximale historiquement ressentie à Assise ne dépasse pas VIII11 (tableau 2). Au vingtième siècle, Assise a connu pas moins de 13 tremblements de terre dont l’intensité a été égale ou supérieure à IV. Le séisme de 1997 a été l’un des plus violents jamais ressentis à Assise. D’une magnitude de 5,8 et d’une intensité de degré VIII, il a causé la mort de quatre personnes à Assise et a provoqué écroulements, fissures et déséquilibres dans un grand nombre d’édifices de la ville.

Tableau 2 : Les plus forts séismes historiquement répertoriés dans la région d’Assise

Date

Région épicentrale

Intensité à Assise

Magnitude à l’épicentre

09/1349

Venafro

VIII

6,7

13/01/1832

Foligno

VIII

5,9

29/04/1984

Ombrie

VII-VIII

5,6

26/09/1997

Ombrie-Marches

VII-VIII

5,8

  • 12 Pour des études détaillées de ces cas précis, se reporter aux ouvrages fondamentaux suivants : Rocc (...)

8La situation tectonique et l’histoire sismique des deux communes confirment que l’aléa tremblement de terre est une donnée très importante pour les politiques de gestion urbaine. Toutefois, l’aléa n’est pas la seule composante du risque sismique et les dommages potentiels causés par un séisme doivent être jaugés à l’aune d’autres facteurs, en particulier la vulnérabilité liée aux variations des politiques de gestion du risque. En témoignent, pour les deux villes, deux événements récents majeurs : les écroulements partiels de la cathédrale de Noto en 1996 et de la basilique de Saint-François d’Assise l’année suivante. Ces deux écroulements sont dus en réalité à une combinaison de facteurs incluant un séisme d’intensité moyenne et des erreurs d’origine humaine : dans les deux cas, des défauts de construction et de travaux successifs, ainsi qu’une part d’incurie, ont rendu l’édifice plus vulnérable aux séismes12.

9C’est pourquoi nous avons choisi de centrer cet article sur la vulnérabilité. Si les communes sont dans une situation à peu près comparable face à la potentialité de l’aléa « séisme », il en résulte que les différences de risque encouru sont essentiellement dues aux différences de vulnérabilité et de gestion du risque, ces deux derniers aspects étant solidaires. En outre, la variabilité de l’aléa d’un quartier à l’autre d’une petite ville est, dans la grande majorité des cas, négligeable par rapport à la variabilité de la vulnérabilité. C’est sur cette variabilité de la vulnérabilité sismique que vont venir se greffer des inégalités socioéconomiques.

Les différences de vulnérabilité à l’échelle intra-urbaine

10À l’échelle intra-urbaine, dans les deux villes, un centre historique ancien se détache nettement des autres quartiers. C’est la différence de vulnérabilité entre ces deux types d’espaces qui nous intéresse : quelle gestion du risque est mise en place, et avec quelles conséquences spatiales et sociales, en fonction de quelle définition de la vulnérabilité ?

  • 13 Cf. Fabietti W. (1999).

11La structure urbaine de Noto est extrêmement lisible (carte 1). En effet, après avoir été entièrement reconstituée au dix-huitième siècle, la ville s’est endormie pendant un siècle et demi, avant de connaître une forte extension, due notamment à l’apparition d’un flux touristique et à la construction illégale, à partir des années 1970. On distingue donc très nettement le centre historique noble sur la pente méridionale (le centre historique proprement dit, protégé, couvrant 21 hectares), le centre historique populaire sur le plateau, les quartiers dits arabes, plus populaires, anciens, dans les interstices, et les quartiers périphériques récents. À Assise, la ville est très tôt descendue dans la vallée, le développement autour du centre ancien étant bloqué par les murs de la ville médiévale et par l’importance des terrains de propriété de l’Église (carte 2). Assise est devenue une ville bipolaire, avec un fort contraste entre la ville d’Assise proprement dite, à l’intérieur du centre ancien (couvrant 19 hectares), bien conservé, et la ville basse, appelée Santa Maria degli Angeli, distante de plusieurs kilomètres sans continuité du bâti. Dans les deux villes, les différents quartiers se distinguent donc nettement par leur site, leur architecture et leur urbanisme. L’échelle du quartier s’impose pour les comparaisons, d’autant plus qu’elle est justifiée également par rapport à une échelle plus grande : souvent, en milieu urbain, les bâtiments sont solidaires les uns des autres, et il faut donc raisonner en termes d’ensemble bâti ou de quartier13. En outre, les différents quartiers sont le plus souvent construits à une même époque : les centres historiques d’une part, les quartiers périphériques d’autre part, ont été construits avec certaines techniques de construction et avec des matériaux spécifiques, plus ou moins communs à l’ensemble du quartier. Il est donc pertinent, voire nécessaire, de raisonner à l’échelle de quartiers, pour comprendre les différences de risque à l’échelle intra-urbaine.

  • 14 Une étude précise de la vulnérabilité exige de disposer de données très nombreuses. Notre objectif (...)

12Or, si le risque n’est pas le même dans des quartiers différents, il faut se garder des simplifications excessives. Ainsi, la relation entre la situation du centre patrimonial sur les pentes et l’importance du risque sismique n’est pas linéaire, elle est complexe. Les caractéristiques du relief sont un élément à prendre en compte puisque le risque dépend aussi de certains effets de site, mais la construction de ces centres a pu intégrer des normes parasismiques avant la lettre, tant sur le plan de l’urbanisme qu’à l’échelle des bâtiments. Pour mieux appréhender cette complexité et les conséquences qui en découlent en termes d’inégalités socioéconomiques, il convient d’étudier plus précisément la vulnérabilité des quartiers considérés, en entendant tout d’abord par vulnérabilité l’endommagement potentiel, pour montrer ensuite comment la vulnérabilité au sens de capacité de réponse des sociétés amène à de tout autres conclusions14. Prenons l’exemple de Noto.

  • 15 Même si le centre historique est lui-même construit sur des pentes fortes (supérieures à 10%). La s (...)
  • 16 Dato G. (1995), « Pianificazione antisismica per i centri storici », in P La Greca, E.D. Sanfilippo (...)
  • 17 Différents experts ont proposé des méthodologies de mesure de la vulnérabilité, en calculant des in (...)

13La carte du microzonage sismique de Noto (carte 1) fait apparaître que l’accélération sismique est plus grande, par un effet de site, sur certaines pentes fortes ; précisément là où s’est développée l’urbanisation récente15. Cette conjonction peut être interprétée comme un choix plus ou moins conscient : le centre de Noto a été reconstruit après 1693 sur un site moins endommagé par le séisme, tandis que l’urbanisation récente a conquis des pentes plus fortes. Toutefois, les variations des accélérations des ondes entre les différents quartiers ne sont pas très marquées et interviennent assez peu, dans l’évaluation de la vulnérabilité, par rapport à d’autres facteurs, d’origine anthropique. Pour la reconstruction de Noto ont été mis en œuvre des principes d’urbanisme qui ne sont pas seulement liés à l’esprit baroque, mais qui ont une composante véritablement parasismique16. En effet, le centre historique de Noto est organisé en longues rues rectilignes se croisant à angle droit, avec des artères secondaires, de nombreuses places publiques qui sont autant d’aires potentielles de rassemblement d’urgence. Sur le plan architectural, les bâtiments du centre sont plus bas qu’avant la destruction, tandis qu’ont disparu les loggias, les portiques et les campaniles élancés, éléments architecturaux plus vulnérables. Ces éléments font penser que la vulnérabilité du centre historique est moindre, structurellement, que celle des quartiers périphériques. De surcroît, une grande partie de l’habitat périphérique a été construite sans permis de construire, rapidement, dans les années 1960 et 1970 : ce sont d’anciennes habitations dites abusives, aujourd’hui légalisées, construites sans architecte et sans les moindres normes parasismiques. Cependant, d’autres critères font apparaître des logiques inverses sur le plan de la vulnérabilité. Les quartiers périphériques, de construction plus récente, sont constitués d’édifices non solidaires, non contigus, contrairement au centre historique. En outre, les édifices récents sont construits, pour la plupart, avec des structures en béton armé. Le matériau de construction n’est pas forcément un gage de moindre vulnérabilité aux ondes sismiques, mais il offre une résistance plus grande aux dégradations secondaires qui fragilisent beaucoup les édifices construits en pierre calcaire du centre de Noto (désintégration des pierres par le vent sableux, par l’humidité, invasion et fissuration des pierres par la végétation). À tous ces facteurs matériels s’ajoutent des facteurs fonctionnels, économiques, sociaux et culturels : les dégâts causés par un séisme ne sont pas seulement d’ordre matériel. Au final, les facteurs de vulnérabilité au sens d’endommagement potentiel sont non seulement nombreux, mais aussi très divers, et il est difficile de les confronter et de les combiner les uns avec les autres17.

  • 18 Le questionnaire était adressé directement aux habitants de Noto, par quartiers. Malgré le nombre r (...)

14La prise en compte de la vulnérabilité en tant que capacité de réponse des sociétés à une crise potentielle fait appel à une perspective plus gestionnaire du risque sismique, et permet de poursuivre l’analyse de la vulnérabilité intra-urbaine. Or, de ce point de vue, on constate qu’à Noto, les politiques de prévention du risque sismique favorisent largement le centre historique au détriment des quartiers périphériques. Le délaissement de ces derniers constitue, en ce sens, une aggravation de la vulnérabilité. L’enquête que nous avons menée auprès de la population de Noto18 indique clairement ce sentiment, puisque du centre vers les périphéries, l’information est jugée de moins en moins suffisante, et il en va de même pour les politiques de prévention (carte 3).

Carte 3 : Information et prévention du risque sismique à Noto

Carte 3 : Information et prévention du risque sismique à Noto

Le Blanc, 2007

15En réalité, les politiques de gestion du risque se calquent, dans les cas d’Assise et de Noto, villes patrimoniales, sur les politiques de développement touristique. En effet, la dynamique touristique joue un rôle fondamental par l’équation coût/bénéfice qu’elle instaure, par la différenciation qu’elle opère entre monuments et habitations et entre centre et périphérie, et par les choix de gestion urbaine qu’elle provoque, ensemble de facteurs qui se répercutent sur la vulnérabilité sismique.

Le facteur touristique, à la charnière des politiques de gestion urbaine

16Le tourisme est un secteur d’activité en pleine croissance à Noto, plus ancien et en stagnation à Assise ; dans les deux cas, un afflux de touristes plus de dix fois supérieur à la population de la ville justifie l’attention que les deux municipalités portent à la cible privilégiée de ce tourisme : le patrimoine culturel et architectural.

À Noto, un tourisme en forte croissance

17Dans le sud italien, en particulier en Sicile, la tendance qui consiste à favoriser le tourisme est amplifiée par l’échec des tentatives d’industrialisation et par le contexte économique et social déprimé, facteurs qui font apparaître le tourisme comme une sorte de ressource miraculeuse. Le tableau 3 montre de fait une augmentation très sensible du nombre de touristes dans la commune de Noto.

Tableau 3 : Évolution du tourisme dans la commune de Noto

1997

1998

1999

2000

2001

Évolution 1997-2001

Nombre de touristes

113 759

140 000

154 426

169 517

198 000

+ 74 %

Durée moyenne du séjour des Italiens (nuitées)

3,5

3,5

5

4,2

4,2

+ 20 %

Durée moyenne du séjour des étrangers (nuitées)

2,5

2

2,1

2,1

4,1

+ 64 %

Source : Le Città tardo-barocche del Val di Noto. Piano di Gestione, 2002

18Si l’on ne considère que les chiffres fournis par les structures hôtelières, le nombre de touristes s’est accru de manière constante et constitue un flux non négligeable : 113 759 touristes en 1997, 198 000 en 2001, soit une augmentation de plus de 74% en 5 ans. Le flux de touristes est en augmentation plus importante à Noto que dans les communes voisines ou dans les autres provinces de Sicile : le rythme annuel de croissance du tourisme à Noto est en moyenne d’environ 16%, tandis que celui des provinces de Syracuse, Raguse et Catane varie entre 3 et 6%.

  • 19 La question était la suivante : « que pensez-vous du développement du tourisme à Noto ? ».
  • 20 Cf. Le Città tardo-barocche del Val di Noto. Piano di gestione, 2002, p. 256.
  • 21 Ordre de grandeur estimé par nous en fonction de deux critères : la part de Noto dans les divers ta (...)

19Le nombre de structures hôtelières est important pour une commune de 20 000 habitants : 11 hôtels, 7 « agritourismes », et 18 structures variées (Bed & Breakfast, auberge de jeunesse…), plus de 1500 lits au total. La ville investit plus d’un million d’euros dans les secteurs culture et tourisme. D’après notre enquête, 80% des personnes interrogées considèrent que le tourisme est une « bonne chose » pour la ville19. Dans ce contexte, Noto essaie de valoriser ses atouts par le biais d’une alliance intercommunale reconnue par l’UNESCO, les huit « villes baroques du Val de Noto », système devenu en 2004 le « district culturel du sud-est ». La mise en place de ce système intercommunal pourrait, selon le scénario optimiste du plan de gestion20, faire augmenter de 157 millions d’euros le PIB annuel des huit communes considérées (113 millions d’euros dans le scénario moyen). La croissance du tourisme pourrait représenter pour la commune de Noto une hausse très substantielle de son PIB à moyen terme : jusqu’à 10% en cinq ans21.

Une ressource vitale pour la ville d’Assise

20Le nombre de touristes visitant la ville d’Assise équivaut au quart du nombre total de touristes de la région Ombrie (1,98 million de touristes en 2001). La part des touristes étrangers est très élevée : 610 000 étrangers ont visité l’Ombrie en 2001, dont plus du tiers a visité Assise (210 000). Ainsi la ville d’Assise, bien qu’elle ne représente que 3% de la population de la région, accueille pourtant un tiers des touristes étrangers qui y arrivent.

21Le tourisme religieux et culturel constitue le flux régulier le plus massif et un apport économique très important. La plupart des secteurs d’activité dynamiques de la commune sont liés au tourisme : artisanat, commerce, hôtellerie, restauration. Assise accueille aussi un grand nombre de congrès : la ville présente une offre considérable pour une ville de vingt mille habitants, avec une dizaine de salles de plus de 500 places (dans d’anciens édifices, hôtels, couvents, théâtres…). Assise compte 55 hôtels, tant dans la ville ancienne que dans les écarts (Santa Maria degli Angeli propose à elle seule plus de 4000 lits), auxquels s’ajoutent une dizaine d’autres structures, 5 campings, et une quinzaine d’institutions religieuses qui hébergent les pèlerins ; il est également courant de se loger chez l’habitant. Les acteurs du tourisme sont regroupés en associations efficaces pour la coordination de la promotion de la ville, comme l’association Proloco de Santa Maria degli Angeli ou le Consorzio Albergatori ed Operatori Turistici di Assisi. Le Système Touristique Local, récemment mis en place par la commune, est un instrument qui doit organiser et coordonner de manière encore plus intégrée l’offre touristique. Le tableau 4 montre l’ampleur du flux touristique et sa stabilité.

Tableau 4 : Évolution des flux touristiques à Assise entre 1995 et 2004*

ASSISE

Nombre de touristes

Nombre de nuitées

Durée moyenne du séjour (jours)

Nombre de touristes étrangers

1995

495 675

996 012

2,01

226 812

1996

495 174

991 857

2,00

237 958

1997

404 023

842 034

2,08

190 401

1998

270 333

512 910

1,90

155 489

1999

380 103

784 003

2,06

173 349

2000

532 574

1 040 132

1,95

238 245

2001

483 919

987 574

2,04

209 781

2002

485 574

1 014 757

2,09

195 267

2003

458 802

972 134

2,12

183 686

2004

469 518

979 773

2,09

189 475

*C’est par souci de clarté de lecture que les années ne sont pas mises en colonnes dans ce tableau.

22Depuis 1995, le nombre de touristes et la durée moyenne du séjour sont extrêmement stables (malgré une légère régression), avec deux exceptions notables. La première concerne les fêtes du jubilé qui, en l’an 2000, ont engendré une hausse du nombre de touristes : de 380 000 à 530 000 touristes, soit une augmentation considérable de 40%. La deuxième exception à cette stabilité de l’évolution du tourisme à Assise est l’année 1998, au cours de laquelle le nombre de touristes a très fortement chuté : de 404 000 à 270 000 touristes, soit une diminution de 33%. La même année, la durée moyenne de séjour baisse aussi substantiellement et atteint un minimum de 1,9 nuitée par séjour. Cette forte diminution s’explique par le séisme de septembre 1997 et ses conséquences, notamment sur la basilique de Saint-François. Ces données confortent l’hypothèse selon laquelle le risque sismique et le tourisme sont liés. Un événement sismique comme celui du 26 septembre 1997 à Assise a causé une diminution très sensible du flux touristique, et est donc à l’origine d’une perte économique nette dans une ville dont l’économie est largement basée sur les rentes issues de ce secteur.

23Ainsi, dans le cas d’Assise comme dans celui de Noto, nous pouvons avec pertinence établir un lien coût/bénéfice entre, d’une part, les bénéfices issus du tourisme et d’autre part, les investissements dans la conservation du patrimoine et la prévention du risque sismique. À Assise, un séisme d’intensité moyenne fait chuter d’un tiers les revenus touristiques de la ville ; cela justifie l’investissement de sommes importantes dans la prévention du risque sismique. À Noto, le tourisme s’est développé en même temps que le lancement d’une série de travaux de rénovation urbaine concernant particulièrement le patrimoine monumental du centre historique, ce qui semble confirmer que la mise en valeur du patrimoine architectural est source de bénéfices économiques pour la ville.

24Toutefois, le bénéfice produit par la ressource touristique justifie-t-il l’investissement dans la restauration monumentale du centre historique, série d’interventions extrêmement coûteuses qui marginalisent d’autres bâtiments et quartiers ? C’est au nom de l’attente d’un bénéfice lié au tourisme que sont mises en place des politiques de gestion privilégiant les centres monumentaux, mais la conséquence principale de ces politiques est l’accentuation des inégalités territoriales et socio-économiques.

Les politiques de gestion du risque à l’origine d’inégalités socio- spatiales

  • 22 En témoignent de nombreux indices : les périodes de l’année les plus touristiques, à part l’été, so (...)

25Le tourisme est un facteur de différenciation du patrimoine à l’échelle intra-urbaine, facteur qui peut changer substantiellement la hiérarchie des priorités des politiques communales. Ainsi, à Assise, le tourisme est motivé avant tout par la religion et secondairement par la qualité esthétique du patrimoine architectural22, ce qui se traduit par des choix de priorités et une véritable hiérarchisation des bâtiments patrimoniaux : après le séisme de 1997, la priorité a été donnée à la restauration des basiliques de Saint-François et de Sainte-Claire, alors que la véritable cathédrale d’Assise, Saint-Rufino, demeurait en piteux état (sa restauration ne s’est achevée que cinq ans plus tard). Le tourisme religieux s’impose donc comme un critère majeur de définition des priorités pour les actions de restauration du patrimoine monumental. Le contraste est encore plus frappant à l’échelle des quartiers, entre le centre historique et les quartiers périphériques, sans continuité du bâti dans le cas d’Assise, avec continuité du bâti dans le cas de Noto. Il y a un lien direct entre le coût de la restauration monumentale et le bénéfice attendu du tourisme, et ce lien met en lumière la différenciation et la hiérarchisation spatiales induites par les dynamiques touristiques à une échelle plus fine.

26La hiérarchisation des bâtiments et des quartiers pour des raisons liées au tourisme reflète une hiérarchie dans les choix de politiques de gestion dans un sens plus large, en particulier en termes de prévention du risque sismique. En effet, dans la pratique, la présence de délais et de moyens financiers limités exige des décisions plus ou moins rapides, des études plus ou moins satisfaisantes, des réponses qui correspondent plus ou moins aux orientations théoriques. La priorité donnée au patrimoine monumental du centre historique place de fait en position secondaire le bâti urbain non monumental et non central ; marginalisation qui est amplifiée par le coût et la complexité technique bien supérieurs des restaurations et des mises aux normes parasismiques des monuments protégés. La vulnérabilité sismique, au sens de capacité de réponse à une crise, se trouve donc considérablement modifiée par le facteur touristique.

  • 23 5,7 milliards de lires.
  • 24 En réalité, le budget de « restauration » de la cathédrale s’est accru à cause d’une modification s (...)

27À Noto, selon l’assesseur communal aux Travaux Publics, la restauration du monastère Saint-Sauveur a coûté plus de 1,3 million d’euros ; la consolidation parasismique et la restauration de l’église Saint-Dominique ont coûté plus de 2,8 millions d’euros23. Mais ce sont 40 millions d’euros qui ont été dépensés pour la reconstruction de la cathédrale Saint-Nicolas de Noto. Le devis initial de 25 millions d’euros a été largement dépassé, notamment à cause de retards et du vote de travaux supplémentaires (illumination nocturne de la façade)24.

  • 25 BENHAMOU F., « L’économie du monument », in Debray R., 1999, p. 153.

28Pour certains économistes du patrimoine comme Françoise Benhamou, la justification économique de ces coûts parfois énormes est souvent hasardeuse. En effet, s’il y a bien des fondements économiques à la priorité d’intervention donnée aux monuments, les « effets externes positifs » (les coûts sont justifiés par un accroissement du bien-être collectif), ceux-ci sont le plus souvent surestimés, tandis que les effets négatifs sont sous-estimés25. De surcroît, les résultats économiques attendus du tourisme sont souvent supérieurs aux rentrées financières réelles : le discours et le mythe d’une ressource miraculeuse ne correspondent pas à la réalité. Le critère du tourisme doit être pris en compte, mais surestimer son rôle constitue un erreur lourde de conséquences en termes de vulnérabilité et aussi, plus largement, de développement urbain.

29Ainsi, la logique de hiérarchisation des bâtiments et des quartiers est source non seulement d’inégalités socio-spatiales, mais également d’une plus grande vulnérabilité au risque sismique des quartiers périphériques, cibles secondaires des politiques de prévention du risque. (Voir la carte 3)

Les politiques intégrées et leurs limites

  • 26 Cf. en particulier La Protezione Civile in emergenza, 2000.
  • 27 Dès le début du vingtième siècle, G. Giovannoni avait posé les bases théoriques d’une gestion intég (...)

30À Assise, les divers acteurs des politiques urbaines ont souligné les inégalités engendrées par la préférence donnée au patrimoine monumental26 et de nouvelles approches ont parfois été tentées pour renouveler les politiques de gestion urbaine. En particulier, le concept de « gestion intégrée » a fait son apparition27. La gestion intégrée permet de mettre en œuvre des actions moins isolées, de procéder par quartiers homogènes, et de prendre en compte l’attention croissante des populations pour le patrimoine dit mineur, non monumental. Toutefois, il semble que les inégalités socio-spatiales face au risque soient reproduites à une autre échelle.

  • 28 Pesaro G. (2006), « Primi elementi di indagine socio-economica per la prevenzione del rischio sismi (...)

31La gestion intégrée consiste à évaluer et à prendre en considération les relations entre plusieurs ensembles d’acteurs du territoire : une communauté locale, « identifiable par ses caractéristiques démographiques, sociales et culturelles, qui exprime des besoins, développe des activités, se donne des modèles de gouvernement, de gestion et d’usage du territoire, ainsi que des objectifs de développement » ; et une « communauté externe, formée d’un système de relations de type administratif (de nature notamment hiérarchique) et économique (liées aux modèles de production et de consommation), mais aussi des usagers du patrimoine de culture, d’histoire, d’environnement et de traditions déterminé par les spécificités locales (tourisme) »28. La gestion intégrée tente de répondre aux différents besoins et attentes de ces groupes sociaux, en établissant des priorités et en mettant en œuvre des actions diverses et cohérentes dans le cadre d’une programmation, d’une planification à moyen et long termes qui évite les travers de la gestion dans l’urgence ou par à-coups.

32Alors que la conservation et la mise en valeur d’un bâtiment isolé peuvent être aisément confiées à des organismes privés ou nationaux, l’aménagement et la gestion intégrée à l’échelle de quartiers sont fortement ancrés dans un système de vie et d’administration locale, d’échelle communale.

  • 29 Équivalent de l’ancien Plan d’Occupation des Sols en France.
  • 30 Cette étude et le plan qui en résulte font date dans l’histoire de l’urbanisme italien. Cf. Dolcett (...)

33À Noto et à Assise, les politiques de gestion intégrée se limitent parfois à des vœux pieux ou à quelques tâtonnements velléitaires, mais des résultats commencent également à être plus visibles et encourageants, surtout à Assise. Dans la ville de Saint François, une gestion intégrée et programmée est envisagée dès la fin des années 1960, grâce au Plan Régulateur Général29 (PRG) de G. Astengo. Astengo avait conçu dès 1958-1959, pour Assise, un PRG extrêmement novateur et très contraignant pour le centre historique. Combinant volonté de conservation et audace, Astengo voulait débarrasser le plus possible la ville des voitures, empêcher les constructions hautes, limiter l’extension de la ville hors les murs, planifier scrupuleusement l’aménagement des espaces libres sur la colline et dans la plaine. Il proposait d’aménager de vastes places piétonnes et des espaces verts et d’édifier de nouveaux bâtiments esthétiquement intégrés dans la ville sans en copier superficiellement le style architectural. Le plan de 1959 était fondé sur une étude extrêmement fine et complète de la ville, son espace, ses circulations, sa population, son histoire, sa culture30. Mais, bien que jouissant d’un consensus parmi les experts, le plan est refusé par la commune, parce que trop contraignant, et sans doute aussi pour des raisons d’alternance politique. Ce n’est qu’à la fin des années 1960 qu’un nouveau plan est accepté, réalisé également par G. Astengo, beaucoup plus souple mais conservant tout de même l’esprit de la valeur du patrimoine d’Assise et imposant des idées et des instruments destinés à la conservation de celui-ci. Le PRG est appliqué à partir de 1969 et permet la conservation de la ville en tant que centre historique, en prenant en considération le territoire dans lequel s’inscrivent les monuments et le patrimoine urbain mineur. Dans les décennies suivantes, la monumentalité reste privilégiée dans les faits, et l’accroissement du flux touristique modifie considérablement le paysage urbain du centre historique. Ce n’est que dans les années 1980 et surtout 1990 qu’une nouvelle dynamique prend forme. Le centre historique est fermé à la circulation des voitures, des parkings sont aménagés à l’extérieur de l’enceinte de la ville, un nouveau plan régulateur est en préparation, et la ville commence à être rénovée en prévision du Jubilé de l’an 2000, lorsque le tremblement de terre de 1997 provoque une prise de conscience et une réorientation consécutive des programmes d’aménagement urbain d’Assise. Après le séisme, la commune d’Assise, fortement encadrée par la Région Ombrie, met en place une prévention du risque intégrée aux programmes d’aménagement ordinaire du territoire. Les instruments de la gestion urbaine prennent en compte le risque de manière approfondie. Une véritable gestion intégrée et programmée voit le jour, avec des résultats extrêmement prometteurs. Dans le centre historique, le patrimoine dit mineur, non monumental, fait l’objet d’autant d’attentions que les monuments.

  • 31 L’intégralité des allocations et utilisations des financements, à différentes échelles, est disponi (...)

34Mais tout ceci concerne essentiellement le centre historique patrimonial de la ville, et peu les quartiers et hameaux périphériques non patrimoniaux. Ces derniers sont pris en compte dans les programmes de gestion intégrée, mais de façon beaucoup moins détaillée, et ils obtiennent également beaucoup moins de financements31. On constate donc en réalité, malgré les modifications sensibles des politiques de gestion, un déplacement des inégalités socio-territoriales, de l’échelle intra-urbaine à une échelle plus petite. Le critère touristique demeure un des fondements des justifications de priorités données à certains centres urbains.

35À Noto également, les écarts urbains sont laissés de côté, comme San Corrado, à une dizaine de kilomètres de la ville. Mais même dans la ville centre, les quartiers périphériques semblent être largement oubliés par la gestion intégrée, qui devient un outil de programmation intelligent mais territorialement très inégalitaire. En effet, elle ne concerne que les quartiers centraux (centre historique et quartiers arabes), tandis que les extensions périphériques ne bénéficient pas des mêmes attentions. La municipalité n’a pas mis en place de politique de prévention du risque intégrée aux instruments ordinaires de la gestion urbaine. Dans le PRG de Noto, on ne trouve que deux mentions relatives au risque sismique, et celles-ci sont vagues et peu soulignées, voire perdues au milieu de l’abondance de normes. La première mention se trouve dans la Réglementation de la construction (Regolamento Edilizio), dans le chapitre « Prescriptions diverses », à l’article 81, et note simplement que les constructions doivent respecter les normes parasismiques en vigueur. La deuxième mention, qui n’a été inscrite dans le Plan qu’en 2001, se trouve dans la partie générale du Plan, à l’article 13 relatif à la zone A (centre historique de la ville), alinéa 6, 5e tiret : « Dans un objectif de protection sismique, les édifices situés dans la zone A devront être considérés, dans les projets d’interventions structurelles et d’amélioration de la stabilité, comme relevant de la zone sismique de première catégorie. » Ce qui est important ici est le non-dit : la formulation revient à ne pas définir, dans cet instrument de programmation urbaine, les normes parasismiques des zones autres que le centre historique. Surtout, dans l’intégralité du Plan Régulateur, il n’est fait mention de la « prévention » que pour le risque d’incendies : ainsi la municipalité ne prévoit aucun instrument spécifique dans la programmation ordinaire à long terme pour la prévention du risque sismique, autre que le respect des normes parasismiques mises en place au niveau national et régional. Dans ces conditions, les actions de conservation du patrimoine et de consolidation du bâti dans le centre de la ville peuvent tout au plus être considérées comme des réalisations ponctuelles d’une gestion intégrée embryonnaire et spatialement inégalitaire.

Conclusion

36Malgré la complexité et la variabilité de la mesure de la vulnérabilité sismique au sein des espaces intra-urbains, il est certain que les politiques mises en place par les autorités sont des facteurs clés de la vulnérabilité, qu’il faut donc comprendre dans un sens large. Or, dans des contextes de villes patrimoniales, ces politiques sont très largement déterminées par des objectifs touristiques, qui incitent à focaliser les efforts sur le centre historique. Ainsi les politiques de gestion urbaine établissent des priorités qui favorisent le plus souvent les quartiers centraux et le patrimoine monumental, au détriment des quartiers périphériques et de l’habitat de moindre valeur architecturale. Ces priorités peuvent être partiellement justifiées, au regard de l’importance identitaire d’un certain type de patrimoine, mais elles aboutissent à une amplification d’inégalités socio-spatiales déjà marquées entre des centres plus dynamiques et moins vulnérables au risque sismique, et des quartiers moins centraux plus vulnérables. Il y a donc accentuation d’une inégalité territoriale, puisque à la marginalisation géographique et au délaissement identitaire, touristique et économique des quartiers périphériques, s’ajoute une plus forte vulnérabilité par rapport au risque sismique. En outre, ce qui vaut pour les quartiers périphériques d’une ville est aussi valable à une autre échelle, interurbaine, entre une ville centre et des hameaux périphériques ou entre différentes communes d’une même province.

37Au final, l’inégalité face aux séismes n’est pas tant due à des facteurs « naturels » qu’à des choix de politiques de gestion. Elle se greffe sur des inégalités socio-spatiales préexistantes. Il n’est certes pas nouveau de souligner cette juxtaposition et cette amplification des inégalités, mais l’entrée patrimoniale et touristique renouvelle cette approche. Toutefois, de réels efforts ont été accomplis, en tout cas à Assise, pour tenter d’apporter des correctifs à ces contrastes et inégalités. Malgré une mise en place fastidieuse et des limites dans son application, la gestion intégrée à l’échelle des quartiers propose des solutions programmées plus soucieuses des populations locales et de la préservation non seulement d’un patrimoine architectural de valeur, mais aussi des activités et de la vie locales.

Haut de page

Bibliographie

BAILLY A. (1996), Risques naturels. Risques de sociétés, Paris, Economica, 103 p.

BOSCHI E., BORDIERI F. (1998), Terremoti d’Italia. Il rischio sismico, l’allarme degli scienzati, l’indifferenza del potere, Milan, Baldini & Castoldi, 150 p.

CHARDON A.-C., THOURET J.-C. (1994), Cartographie de la vulnérabilité globale d’une population citadine face aux risques naturels : le cas de Manizales, Mappemonde, n° 4, pp. 37-40.

DEBRAY R. (dir.) (1999), L’abus monumental ?, Paris, Fayard, Éditions du Patrimoine, Actes des Entretiens du Patrimoine, 439 p.

D’ERCOLE R. (1994), Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologies, modes d’analyse», Revue de Géographie Alpine, vol. 82, n° 4, pp. 87-96.

DOLCETTA B. (1991), « L’esperienza di Assisi », in F. INDOVINA (dir.), La ragione del piano Giovanni Astengo e l’urbanistica italiana, Milan, F. Angeli, pp. 103-119.

DUCLOS D. (1996), Puissance et faiblesse du concept de risque, L’année sociologique, vol. 46, n° 2, pp. 309-337.

DUFOUR L., RAYMOND H. (1990), Dalle baracche al barocco. La ricostruzione di Noto. Il caso e la necessità, Palerme, Arnaldo Lombardi, 133 p.

FABIETTI W. (dir.) (1999), Vulnerabilità sismica e trasformazione dello spazio urbano, Florence, Alinea, INU – SSN, 369 p.

FEILDEN, B. M. (1987), Between Two Earthquakes : Cultural Property in Seismic Zones, Los Angeles-Rome, Getty Conservation Institute-ICCROM, 103 p.

GALDERISI A.(2004), Città e terremoti. Metodi e tecniche per la mitigazione del rischio sismico, Rome, Gangemi, 206 p.

GIOVANNONI G.(1913), Vecchie città ed edilizia nuova. Il quartiere del Rinascimento in Roma, Rome, Nuova Antologia, 50 p.

LA GRECA P., SANFILIPPO E. D. (dir.) (1995), Piano e progetto nelle aree a rischio sismico, Rome, Gangemi, 382 p.

La Protezione Civile in emergenza. Dall’esperienza del sisma umbro-marchigiano alla predisposizione dei piani di protezione civile, Actes de la Journée d’études du 21 novembre 1998 à Longarone (Centro Culturale F. Parri), Belluno, Centro Regionale di studio e formazione per la previsione e la prevenzione in materia di protezione civile, 2000, 159 p.

LARROUY-CASTERA X., OURLIAC J.-P. (2004), Risques et urbanisme : risques naturels, risques technologiques, prévention, responsabilités, Paris, Éd. Le Moniteur, 237 p.

LAYTON R., STONE P.G., THOMAS J. (dir.) (2001), Destruction and conservation of cultural property, Londres, Routledge, 329 p.

MENONI S. (2005), Costruire la prevenzione. Strategie di riduzione e mitigazione dei rischi territoriali, Bologne, Pitagora Editrice, 171 p.

MENONI S. (dir.) (2006), La salvaguardia di valori storici, culturali e paesistici nelle zone sismiche italiane : proposte per un manuale, Milan.

MOREL V. et al. (2006), Regard rétrospectif sur l’étude des risques en géographie à partir des publications universitaires (1980-2004), L’Information Géographique, Dossier Risques, n° 1, mars, pp. 6-24.

NEBOIT-GUILHOT R. (1991), Sociétés et risques naturels. De la gestion du risque à la mythologie, Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. n°  68, n° 3, pp. 253-260.

PIGEON P. (2002), Réflexions sur les notions et les méthodes en géographie des risques naturels, Annales de Géographie, numéro spécial, n° 627-628, septembre-décembre pp. 452-470.

ROCCHI G. (2002), La Basilica di San Francesco ad Assisi : prima, durante e dopo il 1997, Florence, Alinea, 84 p.

SEGARRA LAGUNES M. M. (dir.) (1999), Manutenzione e recupero nella città storica. Conservazione e sicurezza, Actes du troisième colloque national de Rome des 7-8 mai 1999, Rome, Fratelli Palombi Editori, Associazione per il Recupero del Costruito, 578 p.

TRINGALI S., DE BENEDICTIS R. (2000), La Ricostruzione della Cattedrale di Noto, Noto, L.C.T. Edizioni, 95 p.

VALENTINO P. A. (2002), Le città tardo-barocche del Val di Noto. Piano di Gestione, Rome-Turin, Consorzio Civita, 284 p.

VEYRET Y., GARRY G., MESCHINET DE RICHEMOND N. (2004), Risques naturels et aménagements en Europe : répartition des compétences, niveaux territoriaux de gestion des risques et acteurs, Bulletin de l’Association de Géographes Français – Géographies, (mars), n° 1, pp. 103-113.

Haut de page

Notes

1 dans cet article, toutes les mesures d’intensité font référence à l’échelle de Mercalli. L’échelle de Mercalli, qui date de 1902, reste l’une des mesures de vulnérabilité les plus utilisées ; diverses modifications de cette échelle ont abouti à l’échelle MSK (du nom de trois scientifiques : Medvedev, Sponheuer, Karnik), elle-même modifiée plusieurs fois. Les degrés de ces échelles sont notés en chiffres romains, de I à XII, de l’intensité la plus faible à l’intensité la plus forte.

2 Soit environ cinq cent millions d’euros.

3 Boschie E., Bordieri F. (1998), p. 74 (notre traduction).

4 D’Ercole R. (1994), p. 94. Ce sont en particulier les recherches des géographes P. Pigeon et R. d’Ercole qui ont mis en avant la notion d’endommagement pour mieux cerner le concept de vulnérabilité.

5 Antoine Bailly définit le risque comme « un danger éventuel, plus ou moins prévisible, dans une aire non précisément délimitée, d’une durée indéterminée » (Bailly A. (dir) (1996), p. 2). Cette définition large a le mérite, à notre avis, d’insister sur le contraste entre l’occurrence probable d’un aléa et la très grande indétermination de sa prévisibilité, contraste qui souligne la nécessité d’une gestion du risque.

6 Cette ambivalence dans la définition de la vulnérabilité fait écho à l’ambiguïté de l’expression de « risque naturel », clairement formulée par René Neboit-Guilhot : « Un risque naturel s’analyse donc, au premier degré, comme une contrainte aléatoire pour une population qui y est exposée, ou qui s’y expose ; entre les deux formulations se glisse déjà plus qu’une nuance. Les sociétés sont l’objet de contraintes, mais elles jouent aussi un rôle actif dans l’enchaînement des causes qui aboutit aux dommages subis. » (Neboit-Guilhot R. (1991), p. 253).

7 Cf. Duclos D. (1996), ainsi que Layton R., Stone P.G., Thomas S J. (dir.), (2001).

8 Toutes deux sont classées sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

9 À Assise, comme à Noto, la ville s’est installée sur des pentes parfois supérieures à 30% (voir cartes).

10 Les raisons du transfert de la ville sur un autre site ont été largement étudiées ; des considérations de vulnérabilité sismique ont notamment été prises en compte. Cf. en particulier Dufour L., Raymond H. (1990), Dalle baracche al barocco. La ricostruzione di Noto. Il caso e la necessità.

11 Ou peut-être IX : les estimations des intensités varient en fonction des sources.

12 Pour des études détaillées de ces cas précis, se reporter aux ouvrages fondamentaux suivants : Rocchi G.(2002), La Basilica di San Francesco ad Assisi : prima, durante e dopo il 1997, Florence, Alinea, 84 p., et Tringali S., De Benedictis R. (2000), La Ricostruzione della Cattedrale di Noto, Noto, L.C.T. Edizioni, 95 p.

13 Cf. Fabietti W. (1999).

14 Une étude précise de la vulnérabilité exige de disposer de données très nombreuses. Notre objectif n’est pas d’atteindre à une telle précision technique, et nous laisserons donc de côté des facteurs de vulnérabilité, tels que l’état précis des réseaux électriques ou d’eau en fonction des quartiers, ou les fonctions des bâtiments

(hôpitaux, écoles…), éléments moins significatifs à l’échelle du quartier que la densité, l’homogénéité et la continuité du bâti, et l’état de dégradation des bâtiments ; en outre, quand les données sont disponibles, il est utile de revenir sur l’aléa et de préciser celui-ci en fonction des différences de site à l’intérieur de l’espace urbain.

15 Même si le centre historique est lui-même construit sur des pentes fortes (supérieures à 10%). La situation des centres anciens sur les pentes n’est pas rare : l’urbanité et la puissance sont souvent exprimées par la monumentalité et par la hiérarchie spatiale des monuments construits sur des pentes. Le site est exploité à des fins symboliques, par exemple par l’édification de la cathédrale sur un promontoire. La position des autres palais, par rapport au site et les uns par rapport aux autres, était une affaire de prestige ; ainsi, l’orientation vers le sud et la disposition des palais à mi-pente, constituent des trames récurrentes dans les deux villes, et d’ailleurs dans bien d’autres villes italiennes. La cathédrale de Noto domine directement la mairie (siège du pouvoir civil), et la cathédrale d’Assise, Saint-Rufino, jouit aussi d’une situation prestigieuse, plus élevée que la mairie et les deux basiliques majeures.

16 Dato G. (1995), « Pianificazione antisismica per i centri storici », in P La Greca, E.D. Sanfilippo (dir), p. 130.

17 Différents experts ont proposé des méthodologies de mesure de la vulnérabilité, en calculant des indices synthétiques donnant des poids variés aux différents facteurs de vulnérabilité. Par exemple, A. Galderisi [Gaderisi, 2004, pp. 91-93] considère essentiellement trois grands types d’exposition : l’exposition fonctionnelle (liée à la concentration de services dans un quartier), l’exposition stratégique (liée à la concentration d’équipements essentiels) et l’exposition historico-culturelle (qui définit l’identité urbaine). L’indice synthétique issu de ces évaluations de vulnérabilité s’applique à des unités territoriales homogènes, petits quartiers définis de façon cohérente par rapport à leur morphologie (notamment les pentes, les seuils plus ou moins naturels), les caractéristiques typologiques et fonctionnelles du bâti, ainsi que les divisions administratives (critère qui permet à cet indice de pouvoir être mis en œuvre facilement). Ces propositions restent discutées, mais la majorité des experts s’accorde désormais sur la pertinence de la réflexion à l’échelle du quartier [Chardon et Thouret, 1996 ; Larrouy- Castera et Ourliac, 2004 ; Veyret, 2004 ; Menoni, 2005] ; nous avons développé une argumentation sur ce thème dans notre thèse de doctorat (chapitres 2 et 5, disponible sur le site d’archives ouvertes du CNRS : http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/13/09/50/PDF/These_LeBlanc.pdf).

18 Le questionnaire était adressé directement aux habitants de Noto, par quartiers. Malgré le nombre restreint de réponses obtenues (93), la variété des personnes interrogées, la confrontation des réponses et certaines tendances très nettes (pour les deux questions dont est issue la carte 3, les réponses varient du simple au triple en fonction du quartier), permettent de s’appuyer sur les résultats. La méthodologie complète et la totalité des réponses peuvent être consultées dans les annexes de notre thèse de doctorat (cf. note précédente).

19 La question était la suivante : « que pensez-vous du développement du tourisme à Noto ? ».

20 Cf. Le Città tardo-barocche del Val di Noto. Piano di gestione, 2002, p. 256.

21 Ordre de grandeur estimé par nous en fonction de deux critères : la part de Noto dans les divers taux relatifs au tourisme dans les huit communes et le produit communal par habitant à Noto (évalué dans le Plan de

Gestion entre 9 000 et 11 000 euros par an et par habitant). En chiffres simplifiés, un apport de 20 millions d’euros correspond à une augmentation de 10% du PIB communal.

22 En témoignent de nombreux indices : les périodes de l’année les plus touristiques, à part l’été, sont les périodes de fêtes religieuses (Pâques, Noël) ; la traditionnelle Marche pour la Paix réunit des milliers de pèlerins ; l’année 2000, année du Jubilé, a vu une augmentation spectaculaire du nombre de touristes : + 40%.

23 5,7 milliards de lires.

24 En réalité, le budget de « restauration » de la cathédrale s’est accru à cause d’une modification sensible de l’objectif, qui, de simple restauration, est devenu un objectif de mise en valeur. La mise en valeur va au-delà de la seule restauration d’un bâtiment ; elle comprend notamment, outre les travaux sur le bâtiment, des opérations concernant les accès, la présentation du bâtiment et l’organisation éventuelle de visites (donc la mise en place de guichets, parcours de visites, commodités, librairie et produits dérivés…). En outre la restauration des monuments, opération coûteuse, est souvent une compétence de l’État tandis que la mise en valeur, opération potentiellement bénéficiaire, peut être gérée par des entreprises privées ou des collectivités territoriales.

25 BENHAMOU F., « L’économie du monument », in Debray R., 1999, p. 153.

26 Cf. en particulier La Protezione Civile in emergenza, 2000.

27 Dès le début du vingtième siècle, G. Giovannoni avait posé les bases théoriques d’une gestion intégrée, idée reprise dans les années 1970 par G. Urbani. Ce dernier insistait sur la nécessité d’une « conservation programmée », incluant dans le patrimoine à conserver les aspects urbains non monumentaux et également non bâtis (espaces verts, structures urbaines, infrastructures, réseaux superficiels et souterrains). Du reste, les documents juridiques et administratifs internationaux recommandent depuis plus de trente ans la stricte intégration des projets de conservation du patrimoine et des programmes d’aménagement urbain. Mais, à quelques rares exceptions près, il faut attendre la fin des années 1990 pour que la pratique de la gestion intégrée commence à se généraliser.

28 Pesaro G. (2006), « Primi elementi di indagine socio-economica per la prevenzione del rischio sismico nei centri storici », in S. Menoni (dir), chapitre 7, p. 6 (notre traduction).

29 Équivalent de l’ancien Plan d’Occupation des Sols en France.

30 Cette étude et le plan qui en résulte font date dans l’histoire de l’urbanisme italien. Cf. Dolcetta B. (1991), « L’esperienza di Assisi », in F. Indovina (dir), pp. 103-119.

31 L’intégralité des allocations et utilisations des financements, à différentes échelles, est disponible sur Internet, sur le site de la région Ombrie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Monumentalité et risque sismique à Noto
Crédits Source : Maugeri, 2000, et Le Blanc, 2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carte 2 : Le centre d’Assise, topographie et urbanisme
Crédits Le Blanc, 2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Carte 3 : Information et prévention du risque sismique à Noto
Crédits Le Blanc, 2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Le Blanc, « Vulnérabilité sismique et inégalités socio-spatiales », Espace populations sociétés, 2008/1 | 2008, 55-70.

Référence électronique

Antoine Le Blanc, « Vulnérabilité sismique et inégalités socio-spatiales », Espace populations sociétés [En ligne], 2008/1 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 21 février 2017. URL : http://eps.revues.org/2362 ; DOI : 10.4000/eps.2362

Haut de page

Auteur

Antoine Le Blanc

Institut des Mers du Nord – IMN
Université du Littoral Côte d’Opale
1, place de l’Yser
BP 1022
59375 Dunkerque Cedex
Antoine.le.Blanc@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org