Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Anne Fénot et Cécile Gintrac : Achgabat, une capitale ostentatoire : urbanisme et autocratie au Turkménistan

Paris, L’Harmattan-IFEAC, 2005, 228 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Anne Fénot et Cécile Gintrac : Achgabat, une capitale ostentatoire : urbanisme et autocratie au Turkménistan, Paris, L’Harmattan-IFEAC, 2005, 228 pages

Texte intégral

1Ce petit ouvrage de lecture plaisante est une analyse lucide des pratiques urbanistiques mégalomaniaques du dictateur turkmène Saparmurat Niazov, "Turkmenbachy".

2La ville, choisie par le tsar Alexandre III comme capitale de la province russe de Transcaspie en 1881, occupe un site de piémont irrigué par kariz depuis le 3ème siècle avant J.C., mais sa structure urbaine actuelle date principalement de l’époque soviétique, avec les principes généraux d’urbanisme en microrajon reproduits à travers l’ex-URSS.

3L’essentiel de l’ouvrage est cependant consacré aux projets grandiloquents de Turkmenbachy depuis 1991 : renaissance de l’architecture traditionnelle turkmène (qui n’a pas d’historicité avérée, mais associe des éléments antiques, iraniens, français et postmodernes), grands palais, places monumentales. "Disneyland stalinien" que l’on pourrait assimiler à un croisement entre Pyongyang et Las Vegas, la ville d’Achgabat est parsemée de monuments et statues à la gloire du dictateur, de sa famille et de son livre Ruhnama. Quoique localisée en milieu semi-désertique, elle est richement dotée en fontaines, dont l’approvisionnement en eau repose largement sur le canal Karakoum, dérivation de l’Amou Daria conçue par les Soviétiques pour l’irrigation des champs de coton. L’utilisation de l’eau, ses gaspillages et ses carences constituent le cœur de la troisième partie de l’ouvrage, illustré de photos dont la qualité de reproduction laisse malheureusement parfois à désirer.

4Il faut saluer le mérite et le courage des deux jeunes auteures, qui ont mené une enquête de terrain de trois mois dans le cadre de la préparation de mémoires de maîtrise à Paris IV, et ont néanmoins réussi un tour de force en présentant une vision très claire de l’aménagement de cette ville, et des problèmes rencontrés. Ceci en dépit de l’extrême difficulté à travailler dans un pays orwellien où les cartes sont inaccessibles, les chercheurs mal vus et les entretiens avec les habitants risqués, sans négliger l’obstacle linguistique.

5Reste à savoir désormais si la mort récente de Niazov infléchira les priorités du régime turkmène vers un aménagement urbain plus respectueux des besoins des habitants et des impératifs de développement urbain durable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Anne Fénot et Cécile Gintrac : Achgabat, une capitale ostentatoire : urbanisme et autocratie au Turkménistan  », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2325 ; DOI : 10.4000/eps.2325

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org