Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Jean-Yves Authier, Marie-Hélène Bacqué, France Guérin-Pace, Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales

Paris, La Découverte, Collection « Recherches », 2006, 293 pages
Brigitte Monfroy
Référence(s) :

Jean-Yves Authier, Marie-Hélène Bacqué, France Guérin-Pace (sous la direction de), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, Collection « Recherches », 2006, 293 pages

Texte intégral

1Ce livre est le produit d’un séminaire de recherche (atelier Quartier) et d’un regard croisé entre sociologues et géographes sur la notion de quartier. Il pose la question de la consistance de celle-ci, d’un point de vue scientifique, politique et social, à l’ère de la mondialisation. De conception très claire et très didactique, il associe analyses théoriques et études empiriques à la fois dans une grande richesse d’éclairages - depuis les géographes et sociologues jusqu’aux politistes et urbanistes - et dans une variété d’objets : contextes urbains très différents, choisis aussi bien en France qu’à l’étranger.

2L’ouvrage est composé de trois parties, chacune introduite par une problématisation. La première traite du statut ambigu qu’occupe la notion de quartier dans les sciences sociales et des rapports entre les constructions savantes et les constructions politiques. D’une façon générale, le quartier ne constitue pas en effet pour les sciences sociales un concept clairement défini ou un objet propre, il est surtout une unité d’observation, une échelle d’analyse fréquente dans de nombreux travaux empiriques. Chez les sociologues de l’urbain, par exemple, le quartier se présente comme l’unité de mesure incontournable dans l’étude des différenciations sociales au sein de la ville, comme espace de proximité inégalement signifiant selon ses habitants, comme milieu de vie, et enfin comme cadre d’action et objet d’interventions publiques. Chez les politistes, la notion de quartier est également utilisée en abondance souvent de manière acritique. Néanmoins, quelques travaux illustrent combien il est fructueux d’analyser les usages de cette notion dans les politiques publiques urbaines pour cerner et comprendre les évolutions de ces politiques. Chez les géographes, l’état des lieux montre que la construction de l’objet quartier a été erratique et qu’elle demeure aujourd’hui un enjeu épistémique fort pour la discipline.

3Le quartier a connu cependant un succès récent chez les chercheurs qui tient en grande partie à l’évolution qu’ont connue les politiques publiques en direction des « quartiers sensibles », mais aussi aux conjonctures politiques et médiatiques. L’analyse de la production savante en France (sur les banlieues) et au Brésil (sur les favelas de Rio de Janeiro) témoigne de la forte congruence entre l’agenda politique et l’agenda de la recherche. Malgré le foisonnement des modes d’approche, on peut repérer dans la littérature savante un certain nombre d’implicites rarement interrogés mais qui font l’objet d’une réappropriation et d’une mobilisation politiques ayant permis d’imposer par exemple en France une certaine définition de la politique de la ville. Enfin, l’analyse de l’utilisation par les politiques de la notion de quartier témoigne de l’existence de représentations pérennes qui renvoient exclusivement aux images d’une société urbaine en crise.

4La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les représentations et les usages du quartier par leurs habitants. Cette partie explore le rapport au quartier dans différents contextes urbains, par différentes catégories de populations. Elle constitue un plaidoyer pour le quartier qui, malgré l’accroissement de la mobilité quotidienne, semble demeurer de manière universelle un lieu d’investissements pertinents pour les habitants. Dans les mégapoles en forte croissance comme à Yaoundé (Cameroun) cet investissement peut s’accompagner d’une forte identification au quartier se traduisant par une compétition entre habitants pour l’appropriation de l’espace : de violents conflits opposent ainsi, au travers d’une guerre des appellations, les anciens et nouveaux habitants, dans l’appropriation et l’usage des quartiers de la ville. Néanmoins, le rapport au quartier varie selon les caractéristiques sociales des habitants : à travers la comparaison de deux quartiers gentrifiés de San Francisco et Bogota, se dégage l’existence d’un rapport au quartier spécifique aux « gentrifieurs » qui repose essentiellement sur un attachement à la figure du « quartier-village ». Ainsi la mobilité spatiale qui caractériserait plutôt les catégories sociales supérieures n’est pas forcément anti- nomique d’un attachement au quartier. De même, les « modes d’habiter » dans les quartiers d’habitat social montrent une grande diversité et une dynamique propre. Enfin, pour les citadins marocains, le quartier est porteur de symboles en termes d’environnement social. Il est vecteur de revendications politiques visant à la reconnaissance publique de son existence et d’un droit aux services et aux équipements urbains.

5La troisième partie s’intéresse aux effets du quartier sur les sociabilités et les destins sociaux de ses habitants. Si cette problématique a connu un vif succès en Amérique du Nord, plusieurs textes signalent ici les limites de ces recherches et de l’importation de leurs résultats en France. Cette importation n’est en effet pas sans instrumentalisation politique au travers de la notion de mixité sociale et de la construction de politiques publiques visant à lutter contre les effets négatifs de la ségrégation. Contrairement au contexte nord-américain, le traitement de cette question en France ne concerne pas uniquement les quartiers pauvres et met en évidence que le quartier peut avoir des effets pluriels et ambivalents et constituer, pour les individus, aussi bien une ressource qu’une contrainte. Il semble acquis que le quartier dispose de propriétés propres (mais non autonomes) qui se situent dans sa composition sociale, la morphologie de son habitat, sa localisation, son histoire, son image et dans ses ressources en matière de commerces et d’équipements. Ces éléments influent sur les usages du quartier et sur les sociabilités des habitants. Une approche intégrant l’analyse des réseaux sociaux et des liens forts/liens faibles permet de mieux cerner ces effets de quartier : c’est la proximité sociale créée par le tissage des liens sociaux qui fait qu’un espace géographique devient un lieu d’appartenance. L’analyse monographique de la structure sociale d’une rue à Marseille et de son évolution à long terme éclaire comment le sentiment d’appartenance à un quartier peut se transformer en un horizon d’affranchissement et de restauration de l’estime de soi pour ses habitants. Mondes sociaux marqués par une forte ambivalence, les quartiers pauvres situés à la périphérie des grandes villes ne sont pas uniquement des lieux où règnent anomie, manques et carences, ils sont également traversés par des dynamiques positives qui font que ces quartiers fonctionnent bien souvent comme lieux-ressources.

6Le grand intérêt de ce livre c’est le point de vue critique qui s’y exerce et qui n’en fait pas seulement un inventaire des acquis et analyses disponibles sur le quartier mais bien un outil de travail : il ouvre de nombreuses et stimulantes perspectives qui devraient intéresser ceux qui, dans leurs recherches, mobilisent peu ou prou cette notion. C’est dans cet esprit qu’on peut regretter l’absence d’une conclusion générale reprenant de manière synthétique les dimensions programmatiques qui traversent de manière explicite ou, parfois, en creux les analyses présentées tout au long de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Monfroy, « Jean-Yves Authier, Marie-Hélène Bacqué, France Guérin-Pace, Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/2320 ; DOI : 10.4000/eps.2320

Haut de page

Auteur

Brigitte Monfroy

IUFM Nord – Pas-de-Calais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org