Navigation – Plan du site
Articles
Réguler les temporalités urbaines

Temporalités urbaines et politiques publiques

Urban Times and Public Policies
Dominique Royoux
p. 449-466

Résumés

L’étalement résidentiel, la fragmentation grandissante de l’activité, des loisirs et de la vie quotidienne, le travail durable des femmes, désynchronisent, de manière plus ou moins accentuée, les temps sociaux individuels et collectifs, depuis l’avènement de la société de services. Une partie de ces dysfonctionnements, situés généralement dans la sphère privée, rejaillit sur la sphère publique qui doit alors concevoir différents dispositifs de conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale.
Ainsi, sont nées les politiques publiques temporelles, en Italie d’abord, puis en Allemagne, aux Pays-Bas, en Espagne, en Finlande et en France depuis une dizaine d’années. Elles sont généralement mises en œuvre par les collectivités territoriales par le biais de bureaux des temps, parfois avec le soutien des États.
Ces structures publiques cherchent à identifier les contraintes que connaissent certaines catégories de populations et d’usagers et proposent des solutions co-construites avec les acteurs, concernant l’accès aux services publics, l’élaboration d’une nouvelle offre de mobilité, l’organisation des lieux de travail. Cet article en présente une typologie avec des exemples concrets.
Mais les politiques temporelles vont au-delà de ces réajustements. Par leur orientation vers une réduction des inégalités, par les relations nouvelles qu’elles veulent établir entre les genres, par la meilleure adéquation entre les différents statuts endossés successivement (et parfois simultanément) par les individus et les populations, et plus récemment par la prise en compte des usages différenciés au sein des espaces publics, elles portent l’ambition d’un nouveau projet de société dans laquelle la géographie du temps à sa place.

Haut de page

Texte intégral

1Évoquer le vocable « politiques urbaines temporelles » ou « politiques territoriales temporelles » est une nouveauté. Associer les politiques publiques, locales notamment, à des formes de régulation des temporalités urbaines, au moment où celles-ci sont rythmées par l’individualisation des pratiques quotidiennes, peut même apparaître comme une ambition démesurée par rapport aux marges de manœuvre dont disposent les pouvoirs publics locaux.

  • 1 KLEIN E. (2003) - auteur de : Le Temps existe-t-il ?, éd. Le Pommier - lors du séminaire de la DATA (...)

2Car si « l’espace est le champ d’expression de la puissance humaine, le temps est celui de son impuissance » [Communauté Urbaine du Grand Lyon, 2007, p. 14] nous dit le représentant d’un grand acteur de l’immobilier en France, nous rappelant que les rythmes d’investissement, dans les opérations d’habitat, varient d’une décennie pour l’urbaniste, à quelques mois pour l’habitant, compliquant la compatibilité des délais de satisfaction dont le décideur public devrait être le garant ; de son côté Etienne Klein ne manque pas de dénoncer l’emploi abusif de l’expression « gestion du temps », préférant parler de la « gestion de notre emploi du temps », puisque le temps est précisément « ce que l’on ne gère pas ». « Ce qui passe, ce n’est pas le temps, c’est la réalité, le monde, les moments du temps »1.

3Par ailleurs, il semble aussi difficile de rassembler par le temps ce qui a été éloigné par l’espace puisque tout gain de temps, dans les déplacements quotidiens, est investi dans l’éloignement spatial, dans le cadre de budgets-temps domicile-travail stables depuis plusieurs années en France hors Île-de-France. Le pouvoir de coordination des emplois du temps par l’acteur politique local peut paraître de ce fait fragile, d’autant que la recherche de nouvelles formes de socialisation s’appuie sur la relation à établir entre « maison privée et espace public », un « espace intermédiaire dans lequel les individus puissent se rencontrer (...) et se rendre des services réciproques » [Mothe, 2001]. Il s’agit donc d’articuler les usages temporels s’appuyant à la fois sur des logiques privées et publiques, l’organisation des sphères privées ayant d’ailleurs des conséquences que la sphère publique doit prendre en compte, dans le cas par exemple de la prise en charge ou non des tâches domestiques au sein des familles.

4C’est l’ensemble de ce champ - les temporalités urbaines résultant de nouvelles articulations entre sphère publique et sphère privée - que cet article voudrait analyser en s’appuyant sur la comparaison entre pays européens. Pour ce faire, on s’intéressera successivement aux conditions d’émergence des politiques temporelles, à leurs profils en Europe, aux modalités d’exercice de cette nouvelle action publique, à l’examen d’une expérimentation concrète à Poitiers, aux nouveaux indicateurs spatio-temporels mobilisés.

5Analyser les actions conduites dans le cadre des politiques publiques temporelles, c’est d’abord s’intéresser aux changements sociaux dans l’organisation des modes de vie, de l’économie, de la vie quotidienne. Dans ce contexte de mutations intenses, la place du travail reste centrale.

1. L’émergence des politiques temporelles

1.1. L’importance des mutations socio-économiques

6Les principales données disponibles aujourd’hui montrent à la fois une recherche d’allègement du temps de travail et une recherche de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, faisant du temps de travail, le pivot des activités humaines et conditionnant souvent la disponibilité vis-à-vis du « hors travail ». Retenons-en quelques-unes particulièrement significatives pour la France (sources : DARES, CERTU, CNAF) pour leur « charge » temporelle :

  • 81 % des femmes sont en activité en 2003 (60 % en 1976) ;

  • 64 % des couples sont biactifs (2002) ;

  • les familles monoparentales ont augmenté d’un quart au cours de la dernière décennie constituant désormais 17 % des familles ;

  • 1 personne sur 3 occupe seule son logement en 1999 (7,4 millions) contre 1 sur 4 dix ans plutôt ;

  • 1 salarié sur 2 change d’horaires tous les jours, même si plus des deux tiers des couples de cadres ont encore une journée de travail standard, contre à peine plus d’un tiers des couples d’ouvriers, et moins de la moitié des couples des employés du commerce et des services à la personne.

7Globalement, on assiste bien à une remise en cause de la discipline « taylorienne » du temps de travail et des temps sociaux : horaires « 8h-18h » et processus de succession des activités moins systématiques, fragmentation des vacances, embouteillages à heures et dates fixes mais aussi à d’autres moments de la semaine, division sociale entre les femmes et les hommes en évolution.

8D’autres mutations sont à l’œuvre :

  • l’éloignement croissant des lieux de résidence avec les lieux d’emploi, d’études, de consommation, de loisirs, parfois amplifiés par les dispositifs d’Aménagement et de Réduction du Temps de Travail, aux effets induits inédits [Boulin, 1996]. À Wolfsburg, en Allemagne, la modification des grilles horaires, engagée au début des années 1980 pour accompagner le passage aux 32 heures de la grande usine automobile Volkswagen, a réduit de moitié le nombre de salariés utilisateurs des transports en commun parce que les nouveaux horaires ne correspondaient pas à l’offre de mobilité urbaine collective ;

  • la croissance rapide du marché des services aux usagers, notamment des services de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, prenant en compte la dimension du « hors-travail » dans l’organisation même du travail ;

  • la prise en compte des tensions entre les statuts multiples des citoyens, parfois contradictoires et pouvant se décliner au sein de la même journée : consommateur, salarié, parent d’élève, habitant du centre pratiquant la périphérie, résident, touriste, pendulaire, conducteur, piéton.

9Les volumes de mobilité enflent, s’individualisent, leurs motifs se diversifient, le chevauchement des activités se généralise, rendant d’autant plus nécessaire une clarification des usages de l’espace - public notamment - ; ainsi, tout aménagement de gare peut être conçu en prenant en compte les rythmes individuels et collectifs des usagers, du point de vue des « vocations » des lieux comme de la signalétique : une gare, c’est au moins trois espaces, trois moments, trois rythmes à concilier : celui du départ, nécessitant un cheminement jusqu’au train, celui de la correspondance et les services à y associer, celui de l’arrivée et de l’ouverture sur la ville d’accueil, dans un contexte psychologique pour le voyageur souvent très différent que du départ.

10L’utilisation d’espaces polychrones plutôt que monochrones, l’entrée massive des femmes sur le marché du travail même avec le statut de mère de famille (le retrait du marché du travail n’est sensible qu’à partir du troisième enfant), la flexibilité du travail et de la vie quotidienne, constituent donc les trois lignes de force d’une nouvelle organisation du temps social qui intéressent tous les Européens.

11S’intéresser aux démarches temporelles d’un territoire signifie donc porter attention à la vie quotidienne des habitants, à leurs contraintes personnelles et collectives, à leurs relations avec l’offre de services publics, à leurs adaptations souhaitées en matière de transport, de modes de garde, d’organisation du travail, de formes d’emploi, de temps libéré. Cela signifie aussi prendre en compte les services publics et privés manquants, leurs nécessaires adaptations à la demande sociale pour que la maîtrise du temps soit la même pour tous. C’est d’ailleurs cet objectif politique - à la fois global et très concret - qui a entraîné un investissement grandissant de la part des collectivités territoriales et de l’État, des entreprises, des associations et des habitants concernés, vis-à-vis des politiques temporelles.

12Ces démarches sont proches de celles conduites au nom du développement durable, car empreintes de recherche d’égalité entre les hommes et les femmes, d’équité des chances, de prise en compte de l’avis du plus grand nombre sur la conduite des politiques locales.

  • Ainsi, l’observation du temps de la nuit s’inscrit bien dans ces débats urbains et illustre les tensions à l’œuvre aujourd’hui entre les acteurs qui l’animent, c’est-à-dire entre la « ville qui dort (la ville de garde), la ville qui travaille, la ville qui consomme, la ville qui s’amuse » [Gwiazdzinski, 2005]. Les comportements des étudiants la nuit mettent en relief plusieurs dimensions qui se situent au cœur des défis urbains contemporains, révélateurs des attentes des usagers et interrogateurs sur les stratégies des décideurs urbains à mettre en œuvre en matière d’adéquation des rythmes collectifs. En effet, une enquête réalisée auprès de 102 d’entre eux, en face-à-face, à Poitiers, en 2006 [Royoux & Terny, 2006], montre que :

  • les pratiques nocturnes des étudiants semblent révéler ces dix dernières années une évolution des pôles de « centralité » de cette population 

      • diminution sensible des soirées organisées par les associations étudiantes, augmentation corrélative de soirées privées en comité réduit chez un membre du groupe d’amis, considérées comme une sortie ;

      • forte demande d’un lieu public ouvert et gratuit (la nuit, tout est payant) dans la ville et permettant d’effectuer plusieurs activités de loisirs en parallèle, comme la ville de Rennes l’a déjà expérimenté avec succès le premier jeudi de chaque mois ;

  • mais « la nuit étudiante » est aussi un révélateur des nouvelles formes de précarisation qui touche cette catégorie de population puisque une partie travaille de nuit pour payer ses études ;

  • elle met en lumière de nouveaux comportements : après la fermeture tardive de la Maison des étudiants (MDE) de l’université de Poitiers, un nombre non négligeable d’étudiants restent connectés à leur ordinateur portable dans leur voiture, en bénéficiant de la Wifi dispensée par la borne de la MDE à cent mètres alentour ;

  • ces pôles de centralité influent sur les formes de déplacements : plus tardifs (car sécurisés en comités réduits), ceux-ci nécessitent une fréquence et une régularité des « noctambus » auxquelles les municipalités doivent faire face ;

  • ces usages décalés de la ville renforcent, paradoxalement, chez les étudiants le désir d’appartenance à la ville, posture nouvelle de leur part vis-à-vis d’un lieu d’accueil perçu jusqu’ici comme temporaire.

13On voit bien, à travers ce court exemple, la nécessité d’actualiser en permanence nos connaissances sur les temporalités des populations, qui font évoluer leurs comportements et investissent, selon de nouvelles modalités, leurs « moments du temps ». Mais on voit poindre également les attentes vis-à-vis de la sphère publique, impliquée dans de nouvelles formes de régulations - individuelles mais le plus souvent collectives -, allant de la conception de nouveaux services pouvant satisfaire les usagers, jusqu’à de la médiation exprimée à travers l’élaboration de chartes des droits et de devoirs de la nuit, négociées avec chacun des protagonistes concernés.

1.2. Les premières initiatives publiques de gestion collective des temps

  • 2 Titre à la une du Monde du 20 Juin 2001 : « Adapter les villes aux temps modernes ».

14Les démarches publiques temporelles ont, selon les pays, été initiées par l’État (Pays-Bas, Finlande, France), les régions (Espagne), les collectivités territoriales de proximité (Italie, Allemagne, Espagne, France), depuis le milieu des années 902.

15Cette nouvelle organisation sociale et territoriale du « temps » va s’appuyer sur deux grandes options :

  • la mise en œuvre d’initiatives publiques ou publiques/privées en faveur de :

  • la synchronisation des temps de vie : par exemple, doit-on forcément pratiquer le nettoyage des bâtiments publics et privés et de l’espace public, tôt le matin ou tard le soir, avant ou après l’activité des salariés diurnes, au risque de contraindre, en terme de mobilité, de vie familiale et d’accès aux services, des catégories de travailleurs en général modestement rémunérés ?

  • l’harmonisation des horaires privés et publics au sein d’espaces de forte intensité de flux comme les centres-villes ou les zones d’activités périphériques : l’ouverture des commerces, au moment de la pause méridienne, simultanément avec celle des administrations publiques, crée un facteur de synergie d’activités.-

  • la conciliation vie familiale-vie professionnelle constitue une dimension essentielle - quelquefois la seule - du contenu de politiques publiques temporelles : elle est liée à l’émergence des très nombreux services marchands (comme l’apparition de formes variées de restauration rapide) et publics ou para-publics (association de garde à domicile pour parents à horaires de travail atypiques par exemple).

16Ces trois dimensions –synchronisation, harmonisation, conciliation- révèlent un besoin d’articulation des activités humaines entre elles, d’adéquation entre le temps court (de la vie quotidienne) et le temps long (des décisions

  • un accompagnement sous forme d’incitations, de formation, de sensibilisation à conduire :

  • au sein des organisations de travail et des entreprises ; ainsi, pourquoi affecter à des postes aux horaires décalés, du personnel sans moyen de mobilité autonome ou avec des charges de famille ?

  • au sein des couples : agir pour que les femmes ne soient pas les seuls « amortisseurs » temporels ; habituer le genre masculin à moins s’investir quantitativement dans le travail pour mieux se consacrer aux tâches domestiques ;

  • en matière de gestion des équipements publics, souvent dédiés à l’usage exclusif de publics scolaires dans le cas d’un gymnase par exemple, alors qu’une mutualisation avec les attentes des populations du quartier environnant est possible ;

  • une vigilance sur l’extension des horaires en continu dans le domaine commercial (les maires peuvent ou non accorder une autorisation d’ouverture des commerces notamment le dimanche), tout en prenant en compte les besoins et les attentes des salariés travaillant déjà la nuit.

17Ces deux niveaux d’appréhension des politiques temporelles sont complémentaires et garantissent l’efficacité de leurs interventions. Celles-ci, évaluées après quelques années de fonctionnement, révèlent également quatre caractéristiques majeures qui sont de nature à renouveler assez profondément l’action des collectivités territoriales : l’attention au thème de la vie quotidienne, le caractère transversal des démarches temporelles, les nouvelles formes de concertation qu’elles mobilisent, la nécessité de généraliser l’analyse chronotopique des territoires. Ces politiques temporelles, mises en œuvre par les autorités publiques locales, sont le reflet inédit d’une attention à la vie quotidienne des habitants, des usagers, des décideurs, des passagers de la ville. C’est une nouveauté en France où les chercheurs notamment sont peu nombreux à avoir investi ce champ, où les géographes en tout cas sont en retard par rapport aux sociologues sur ce domaine. Ce n’est que récemment que cette orientation constitue le fondement des politiques publiques, sauf en ce qui concerne les politiques familiales. Il est pourtant plus que jamais nécessaire de prendre en compte cette dimension, car les statuts des individus et des populations, certains lieux particuliers et des moments identifiés de la journée ou de la semaine, ont une « charge temporelle » marquée : les mères salariées vivant en périphérie des villes, les cadres ou les personnes en insertion en milieu rural, sont sous tension. Mais certains espaces le sont aussi : les centres commerciaux, les gares, les places,... à des moments particuliers : le dimanche, le mercredi après-midi, le jeudi soir pour les étudiants, la nuit.

18Néanmoins, les politiques temporelles sont complexes à élaborer car elles sont fondamentalement transversales. Elles ont partie liée avec plusieurs domaines :

  • l’égalité homme-femme ;

  • - l’aménagement du territoire : la présence des services publics de proximité doit-elle « suivre » le mouvement des migrants pendulaires entre ville-centre et espace périurbain (et donc favoriser leur implantation regroupée dans les plus grands pôles urbains), ou la territorialisation des mêmes services en périphérie doit-elle s’accompagner d’une modification des horaires d’ouverture, plus tardive pour permettre aux mêmes migrants de profiter de ces services sur leur lieu de résidence ?

  • - l’emploi : dans la dynamique des services à la personne, la prise en compte de la conciliation vie personnelle-vie professionnelle est évidemment favorable à l’éclosion de nombreux services « temporels » ;

  • - les processus d’information, de concertation et de consultation démocratique, y compris au sein de l’entreprise concernant les délais de prévenance d’aménagement du temps de travail, pour profiter pleinement de la « sphère hors-travail » ;

  • - la qualité de vie qui n’est pas la même au sein d’un territoire où les décideurs s’engagent collectivement à maîtriser les effets induits de la flexibilité économique et sociale. Jusqu’où adapter l’offre (de services, d’horaires, d’accessibilité) à la demande sociale ? Telle est la question centrale (et nouvelle) posée aujourd’hui aux décideurs publics en la matière.

19Les politiques temporelles publiques ne sont donc pas des politiques « fonctionnalistes », recherchant seulement la promotion de services de confort individuel et collectif. Elles doivent inventer de nouvelles modalités d’organisation et de concertation. Les collectivités territoriales italiennes ont de ce point de vue un temps d’avance puisqu’elles utilisent les « tables de concertation quadrangulaires », mettant en scène de débat les quatre catégories de partenaires que sont les usagers, les salariés, les habitants, les employeurs, dans le cas de l’aménagement d’une place, la mise en œuvre d’un nouveau plan horaire ou de service.

20De même l’analyse chronotopique, mise en œuvre dans plusieurs villes italiennes et expérimentée récemment par la RATP dans le quartier des Halles à Paris, favorise l’analyse « des régimes horaires pour décrire et interpréter le territoire (...) Des chronotopes correspondent à des aires qualifiées par un calendrier cyclique » [Guez, 2003], portant sur un rythme journalier, hebdomadaire, saisonnier, vis-à-vis de populations résidentes ou temporaires, en mouvement ou en coprésence, sur des espaces ouverts ou fermés.

21Au-delà des réajustements nécessaires pour garantir l’équilibre des fonctions au sein d’une société locale, c’est donc bien un projet de société que sous-tendent les politiques temporelles, par leur orientation vers une réduction des inégalités d’accès, par les relations nouvelles qu’elles veulent établir entre les genres, par la meilleure adéquation entre les différents statuts endossés successivement (et parfois simultanément) par les individus et les populations, et maintenant par l’usage plus partagé de l’espace, en prenant mieux en compte l’ajustement entre temporalités individuelles et collectives.

2. Tour d’horizon des expériences temporelles en Europe

22À l’initiative de l’Italie, les politiques temporelles publiques se sont diffusées dans cinq pays européens : la Finlande, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Espagne et la France ; c’est-à-dire là, avec la Suède, où une partie des politiques sociales continentales ont été élaborées.

23À partir des acquis de l’État-providence, se sont développées progressivement depuis les années 80, une attention à la vie quotidienne en matière d’articulation vie familiale/vie professionnelle, une attention à la parité entre les femmes et les hommes, à l’égalité d’accès au marché du travail, à l’accessibilité aux services publics qui ont marqué l’essence des politiques européennes et notamment les programmes d’intérêt communautaire. Ces conceptions ont largement inspiré le contenu des politiques temporelles. Celles-ci avaient été jusqu’ici imprégnées des analyses des parcours, individuels ou globalisés, de l’analyse des « routines » des populations par l’école suédoise de géographie de Hägerstrand [Chardonnel, 2003].

  • 3 BOULIN J.-Y. (2006), Impact des nouvelles formes d’organisation du travail. Procès verbal d’auditio (...)

24La politique sociale européenne s’est en fait peu à peu orientée vers une nouvelle « organisation sociale du temps »3 et à une approche sociétale qui intègre les dimensions spatiale et citoyenne, ce que la loi Turco en Italie en 2000 a bien exprimé.

25Entre temps, la question de la régulation du temps de travail avait fait son œuvre, même si les écarts entre pays européens restent importants concernant la durée maximale, le travail de nuit, le volume des congés payés.

2.1. Temps de la ville et politiques publiques en Italie

26La genèse des politiques temporelles en Italie a fait l’objet de très nombreuses publications [Bonifiglioli et Mareggi, 2002]. Rappelons ici qu’elles ont été portées par les femmes, qui, en manque de modes de garde, ont souhaité à cette occasion poser le problème - public de leur point de vue - de la conciliation entre le temps consacré à la famille, au travail et pour elles-mêmes. C’est la loi Turco, votée le 8 mars 2000, qui a parachevé en Italie la mise en place des politiques publiques temporelles, puisqu’elle donne aux maires des villes de plus de 30 000 habitants la compétence de synchroniser les temps de la ville, notamment en matière de transport et d’horaire des services publics, avec les temps des usagers et des citoyens.

27La transcription la plus concrète de ces politiques a pris la forme de plans horaires gérés par des « bureaux du temps » créés au sein des équipes techniques municipales. Les démarches temporelles y ont donc une assise territoriale forte. On y distingue trois types d’actions situés sur des registres différents :

    • 4 Cité par BONFIGLIOLI S. et MAREGGI M., op. cit.

    des plans de régulation des horaires entre commerces, administrations, entreprises pouvant faire l’objet d’innovations socio-spatiales : ainsi, à Bolzano et à Prato, des décalages d’horaires ont été négociés entre employés et employeurs pour étaler le début des activités et fluidifier ainsi les déplacements ; ces aménagements, ces pactes de mobilité, ont été mis en place après enquêtes auprès des parents pour connaître leurs modes de garde mais aussi leurs trajets quotidiens, avant et après leur activité professionnelle ; de même, un certain nombre de services sur les lieux de travail ont été prévus par les gestionnaires des zones d’activités, dont des crèches d’entreprises. Cette orientation n’est pas seulement perçue comme un apport de nature technique, puisque « intervenir sur les horaires des services publics signifie influencer les relations entre les individus, la mobilité des personnes et, en général, les possibilités de jouir de la ville en tant que patrimoine collectif et bien commun » [Ministère de l’Environnement, 1999]4.À Milan, Gênes, Rome, Pesaro, Turin, Pérouse, Vérone, en Toscane, à Catane, Crémone, Florence, se sont mis en œuvre ces plans horaires et les analyses chronotopiques les accompagnant ;

  • l’organisation de l’espace public a été l’occasion de mobiliser les réseaux d’acteurs de la décision, les plus larges et diversifiés possible, mais de manière ciblée sur des projets d’aménagement concret de places par exemple, associant des entrepreneurs, des banques, des associations, des éducateurs, des habitants, des usagers, des consommateurs, des touristes, autour de modes de consultation innovants mais non pérennes ;

  • une modernisation de l’administration publique qui a fait des bureaux des temps, certes un support technique et de gestion, mais au-delà, a dessiné une nouvelle fonction, celle d’expert en gestion de changement organisationnel, associant souvent les ressources de l’université locale : géographes, sociologues, architectes, urbanistes.

28Au total une centaine de municipalités, mais aussi neuf régions, ont donné une assise opérationnelle aux politiques temporelles. Celles-ci ne sont toutefois pas exemptes de contradictions avec l’échelle nationale qui a permis la promulgation de la loi de libéralisation des commerces en 1999, ainsi que l’autonomie des établissements scolaires dans l’organisation des horaires des enseignements.

2.2. Qualité de la vie et participation citoyenne au cœur des politiques temporelles en Allemagne

29Comme en Italie, la conduite des politiques temporelles en Allemagne est le fait des collectivités territoriales (Brême, Hanovre, Hambourg, Wolfsburg). Elle a également été le prétexte à une rénovation du dialogue social territorial. Ces politiques se sont élargies à la demande concrète des citoyens. Elles servent donc simultanément de support à la mise en place de pactes de mobilité, de guichets décentralisés de services publics dans les quartiers excentrés des villes, d’accès électronique à ces mêmes services, de négociation à des extensions d’horaires, de fonctions d’accueil des enfants, articulées avec des fonctions d’éducation, de coordination de l’offre médicale.

30L’opération la plus emblématique de ce point de vue est le fonctionnement de la « journée du citoyen » dans un grand quartier populaire de Brême (Vegesack), où le jour du marché, tous les services publics sont ouverts en continu de huit à dix-huit heures.

31La maîtrise différenciée de l’espace selon les rythmes des populations est abordée secondairement sous l’angle de la recherche de sécurité dans les espaces publics ou par l’accompagnement de l’impact de la réduction du temps de travail sur l’offre de déplacement.

32Mais les politiques temporelles en Allemagne, qui ont généré peu de structures ad hoc comme les bureaux du temps, servent surtout de cadre de réflexion à l’amélioration de la qualité de vie quotidienne et d’une implication plus grande des citoyens urbains pour que les villes ne soient pas seulement viables pour « personne adulte, masculin et motorisé » [Muckenberger, 2002].

2.3. La place des femmes dans la conception des politiques temporelles néerlandaises

33La forte progression de la place des femmes sur le marché du travail aux Pays-Bas (30 % d’entre elles sont actives rémunérées en 1975, 62 % en 2000) [Dijst, Karsten, Breedveld, 2002], sous forme de temps partiel essentiellement (aux trois quarts des femmes mais aussi un cinquième des hommes actifs), a orienté le contenu des politiques publiques temporelles vers la création de très nombreux services de garde et l’extension des horaires des commerces. Sur ce dernier point, le débat public fut vif car la législation y est très encadrée et les rythmes de la société basés sur la journée continue 9h-17h.

34Une démarche très volontariste a été menée par l’État (la Commission Dangindeling du ministère des Affaires sociales et de l’emploi) depuis 1997, pour mieux concevoir l’aménagement des temps quotidiens en direction notamment de trois types de populations : les ménages biactifs avec enfants, les familles monoparentales, les personnes isolées.

35La synchronisation des horaires scolaires à Utrecht avec celles des activités des services, en cherchant à proposer des activités périscolaires en partenariat avec d’autres structures que l’éducation, l’ouverture des bibliothèques le dimanche à Amsterdam qui accueillent ainsi des familles habituellement absentes de ce service, illustrent les solutions innovantes impulsées par ce dispositif national relayé ensuite par les collectivités de proximité.

36D’une manière générale, la synchronisation des temps sociaux est le premier thème de débat public aux Pays-Bas : elle a permis la conclusion de nombreux accords entre employeurs et salariés sur la flexibilité des heures de travail, sur le rétablissement du samedi ouvré plus d’un quart de siècle après l’avoir instauré férié, et surtout sur la réversibilité du temps partiel. Par ailleurs, c’est aux Pays-Bas qu’on a conduit le plus loin la réflexion sur l’articulation espace/temps du fait des limites physiques du territoire en mettant en avant, depuis les années 80, les principes et les bienfaits de la ville compacte, plus sous l’angle de l’organisation de l’espace que de la compatibilité des rythmes de son usage.

2.4. Une préoccupation récente dans les pays du sud de l’Europe

37Si le Portugal s’est surtout saisi des politiques temporelles pour programmer des actions de nature intergénérationnelle, promouvant par exemple la rencontre seniors-enfants au sein des écoles et des maisons de retraite, l’Espagne a orienté ses efforts sur l’égalité entre les genres (en Andalousie grâce à l’action des syndicalistes), sur les loisirs nocturnes des jeunes, sur les activités postscolaires, en relation avec les rythmes de vie globaux adoptés par ce pays. C’est aussi à Barcelone que le concept de « banques du temps », système d’échanges d’activités bénévoles entre individus comptabilisés sous forme d’unités de temps (une heure d’apprentissage de l’informatique est égale à une heure d’apprentissage du jardinage), s’est le plus développé, quelques temps après que le concept ait été expérimenté depuis 1996 à Milan.

38Madrid a choisi de se promouvoir « ville de la conciliation », la conception de cet axe intégrant autant le soutien à la création de services de proximité que l’appui au changement dans l’organisation du travail.

39En France, l’engagement conjoint de l’État et des collectivités territoriales dans les politiques publiques temporelles doit beaucoup à la loi Aubry II de janvier 2000 (article 1, alinéa 7), article selon lequel les maires peuvent, dans le cadre de la mise en place de la loi sur l’Aménagement et la Réduction du Temps de Travail (ARTT), réfléchir à la réorganisation des temps des services publics notamment, sur leur territoire. Cet intérêt démarre plus tardivement que dans les autres pays européens en raison de l’antériorité de l’accession des femmes sur le marché du travail et à la présence de modes collectifs de gardes en crèches ou avec des assistantes maternelles. L’ARTT a effectivement conduit à la prise de conscience d’une nécessaire resynchronisation des activités et des temps sociaux.

40La livraison du rapport d’Edmond Hervé, maire de Rennes, à la demande du gouvernement en juin 2001 [Le temps des villes], l’appui du premier ministre Lionel Jospin sur cette question aux « Entretiens de la ville » à Créteil en septembre 2001, le soutien de la Datar aux premières expérimentations des bureaux des temps de Poitiers, Saint- Denis, du territoire de Belfort, du département de la Gironde, de 2001 à 2004, ont crédibilisé cette démarche innovante de politique publique. Depuis, Paris, Rennes, Lyon, Montpellier, Dijon, Chambéry et Dunkerque ont rejoint les initiateurs.

41Notre hypothèse, à travers cette analyse, est que ces politiques temporelles, conçues au milieu des années 90 comme des « amortisseurs » de la désynchronisation, se sont progressivement installées dans un projet politique majeur, celui d’expérimenter de nouvelles formes de socialisation prenant en compte la coprésence, la cohabitation des usages, l’aménagement temporel de l’espace, l’usage partagé de l’espace local, et s’appuyant sur les rythmes différenciés des populations qui le fréquentent, selon l’évolution illustrée par le tableau page suivante :

42En fait, nombre de politiques temporelles publiques s’intéressent simultanément à ces quatre dimensions de la vie urbaine, mais incontestablement, l’aménagement temporel de l’espace devrait constituer une étape supplémentaire de la maîtrise, dans le cadre des décentralisations administratives, de l’espace local conçu comme une ressource, et pas seulement comme un support de la socialisation.

Contenu des politiques publiques temporelles en Europe depuis les années 90

Contenu des politiques publiques temporelles en Europe depuis les années 90

Conception : D. Royoux - 2007

3. Les grandes caractéristiques de l’action publique temporelle en France : de la conciliation à l’aménagement temporel de l’espace

43Comme ailleurs en Europe, les bureaux du temps en France ont souhaité prendre la mesure des changements temporels les plus visibles intervenus dans la sphère publique comme dans la sphère privée :

    • 5 Enquête réalisée (et non publiée) auprès de 800 femmes salariées des quatre agglomérations chefs-li (...)

    les horaires parfois atypiques du temps de travail des femmes : dans les quatre agglomérations chefs-lieux de Poitou-Charentes (Poitiers, Niort, Angoulême, La Rochelle), une femme salariée sur deux déclare travailler une fois par semaine après 18 h, 43 % un samedi sur quatre et 13 % de temps en temps la nuit5 ;
    - les nouveaux rythmes de mobilité : dans une agglomération moyenne comme Poitiers (140 000 habitants), les salariés reviennent moins chez eux entre midi et deux heures (ce qu’ils faisaient il y a peu de temps encore mais que l’étalement résidentiel et l’organisation du travail ont réduit), mais peuvent sortir du travail dès 17 h sans revenir chez eux aussitôt, ce qui rend plus complexe l’adaptation de l’offre de mobilité collective.

  • Ainsi, à Poitiers, une enquête conduite en 2007 auprès des résidents de l’agglomération a montré que les trajets quotidiens relevaient de 

  • démarches diverses pour 74 000 d’entre eux (0,7 par jour et par personne) ;

  • domicile-travail-études pour 181 000 (2,5 par jour et par personne) ;

  • courses importantes pour 362 000 (3,4 par jour et par personne) ;

  • loisirs pour 387 000 (3,6 par jour et par personne) ;

  • courses quotidiennes pour 732 000 (6,8 par jour et par personne) ;

  • la nouvelle organisation des crèches, plus souple pour s’adapter au temps partiel, au temps fragmenté des parents ;

  • la demande accentuée de pouvoir effectuer des démarches simultanées entre administrations et commerces ;

  • la demande grandissante pour qu’une offre institutionnelle plus accessible rééquilibre l’offre commerciale payante de la nuit.

3.1. L’action des bureaux des temps

44Diversification des modes de gardes, accès plus large aux différents types de services, diversité de l’offre de mobilité, constituent donc le menu de l’action des bureaux des temps (appelés aussi agences des temps ou espaces des temps), c’est-à-dire de ces services municipaux et intercommunaux dédiés aux politiques publiques temporelles : observer les décalages entre l’offre et la demande de services, construire des réponses collectives à partir de nouveaux modes de concertation, expérimenter des solutions en général nouvelles et même innovantes parce que devant répondre à des problèmes complexes. Par exemple, le constat a été fait, dans l’agglomération de Poitiers comme ailleurs, d’une difficulté d’ajustement entre l’offre de transport collectif et le besoin de transport à la demande d’une population âgée de 70 à 80 ans. Celle-ci est encore valide pour se déplacer de façon autonome, mais pas en conduisant une voiture individuelle et a besoin de se rendre à des lieux mal desservis par les bus de ville (les centres-bourgs périphériques où se déroulent les activités communales de rencontres et de loisirs). Elles ont besoin d’un accompagnement spécifique (rendre visite à un proche malade ou se recueillir dans un cimetière).

45À côté de leur activité opérationnelle (tableau 1), les bureaux des temps ont aussi une fonction d’interpellation auprès des « prescripteurs » des temps (Université, Éducation nationale, entreprises utilisant les délais de prévenance dans le cadre de l’aménagement du temps de travail), pas toujours conscients des conséquences de leur choix en matière d’emploi du temps. Ils remplissent également une fonction de sensibilisation auprès du grand public (douze grands débats ont été conduits à Poitiers entre 2001 et 2006 sur le temps des pères, le temps de la nuit, le temps des sports, le temps de la culture, l’équilibre temps de travail-temps de vie,...) et auprès des employeurs (à Poitiers, un argumentaire a été réalisé en direction des petites et moyennes entreprises, montrant que la prise en compte des aspirations « hors-travail » des salariés était bénéfique à la productivité et la compétitivité de l’entreprise).

46Enfin, les bureaux des temps enquêtent sur la « nouvelle demande sociale » : ainsi, une étude auprès des enfants de 9 à 12 ans accueillis dans un centre social d’un grand quartier de logement social de Poitiers, a montré le besoin de renouvellement des activités pratiquées dans ce type d’établissement, y compris en dehors, encouragé par les parents. Elle a également souligné le souci de ces derniers envers la sécurisation des déplacements multi-modaux de leurs enfants, ce qui les invite à s’impliquer dans une réflexion spatiale. Pourtant, peu ont jusqu’ici abordé la question de l’organisation des rythmes et des usages partagés au sein d’un espace, comme certains bureaux du temps italiens l’ont amorcée.

47Mais le cadre conceptuel pour aborder cette dimension est prêt : limites constatées du zonage fonctionnel, besoins constatés de mixité des usages et des pratiques au sein des espaces publics, nécessaire articulation de rythmes différenciés sans que cela ne se traduise nécessairement par de la cohabitation ou de la coprésence spatiale, conciliation temps de travail/hors-travail et répercussion à la fois sur l’organisation des infrastructures de transport et sur le cheminement de la mobilité, aménagements évolutifs pour changer les usages dans le temps long, polyvalence des locaux. Les perspectives d’action dans ce domaine se précisent. L’expérience menée par l’Agence des temps de Poitiers peut en constituer un premier support.

3.2. Des politiques temporelles en direction de populations diversifiées : l’exemple de Poitiers

48En regroupant dans le tableau 1 les principales actions conduites récemment par l’Agence des temps de la communauté d’agglomération de Poitiers, on observe que les six premières portent sur des objectifs de conciliation et de maîtrise des inégalités d’accès aux services, soit en cherchant à élargir leurs plages horaires, à modifier leurs modalités de fonctionnement (concerts entre midi et deux heures par exemple), à créer une nouvelle offre (guichet unique de rentrée, plate-forme de mobilité, association de gardes « Temps-DEM »).

49On constate que les populations participant à ces actions de caractère temporel sont constituées de publics n’ayant pas directement à leur disposition les garanties équitables d’accès aux services culturels, de gardes, de mobilité mentionnées.

50Les deux dernières actions font plus explicitement référence à une recherche collective de maîtrise de l’espace soit pour répondre à des dysfonctionnements constatés, soit pour partager un espace stratégique, en l’occurrence ici la place principale de Poitiers. Ce dernier exemple sera analysé en deuxième point du chapitre suivant.

Tableau 1 : Principales actions conduites par l’Agence des Temps de Poitiers et populations concernées (Communauté d’Agglomération de Poitiers – 2001-2007)

Tableau 1 : Principales actions conduites par l’Agence des Temps de Poitiers et populations concernées (Communauté d’Agglomération de Poitiers – 2001-2007)

4. L’approche spatio-temporelle : réflexions et propositions méthodologiques

  • 6 SCHERRER F. (2006), « Comment pense-t-on les temps du projet aujourd’hui ? » in Communauté urbaine (...)

51Principalement axées sur la recherche de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, les politiques publiques temporelles n’ont que très récemment intégré la dimension spatiale dans les processus d’aménagement. La ville, le territoire, à travers la réalisation des projets de développement urbain, privilégient l’articulation de trois échelles temporelles très différenciées6 :

  • celle du temps multiscalaire, du temps long, à laquelle se réfèrent les architectes et les urbanistes, mais qui ne laisse pas de prise aux rythmes des habitants ;

  • celle du projet urbain lui-même qui dépasse non seulement l’horizon temporel des populations, mais également les dispositifs qui le supportent : c’est leur caractère intergénérationnel qui s’exprime par exemple à travers la construction des quartiers de logement social puis leur rénovation-réhabilitation, c’est-à-dire une soixantaine d’années aujourd’hui ;

  • celle de l’action collective publique, à la temporalité plus courte, mais qui peut être très perturbée dans son déroulement séquentiel à cause de problèmes financiers, de contentieux, de compétences disponibles.

52Ces logiques d’actions temporelles ont sans doute trop privilégié la question de la synchronisation des processus, au détriment de la prise en compte récente des temporalités des modes de vie. Néanmoins, la dimension socio-spatiale se situe de plus en plus au cœur des démarches temporelles, tant du point de vue de la conception des services que de la prise en compte des rythmes et des usages.

4.1. Des services aux finalités socio-politiques plus étendues

53Concevoir de nouveaux services de conciliation ne relève pas exclusivement d’une logique de confort individuel. Celle-ci reste évidemment très présente quand on met en place des services aux salariés sur le lieu de travail (réservation, mise en relation, gardiennage, aides diverses, payantes ou non), quand on programme du transport à la demande dans les espaces d’habitat peu dense, ou du transport public de nuit le plus proche du domicile (indépendamment des arrêts de bus), comme au Québec. Mais les politiques temporelles publiques s’attachent à développer en grand nombre les services de confort collectif comme les crèches d’entreprises ouvertes aux enfants du quartier dans lesquels elles sont implantées, les dessertes de bus pour évènements exceptionnels, les ouvertures simultanées de services publics et de commerces. La prise en compte récente de rythmes et les modes de vie a permis d’enrichir les politiques temporelles de services d’équité, comme la mise en place de gardes d’enfants pendant la formation au premier emploi sur le lieu de stage, ou la création d’un atelier de mobylettes louées par des personnes en recherche d’emploi et privées de moyens de locomotion individuelle.

54Elles s’enrichissent aussi de services qui peuvent être qualifiés de « nouvelle sociabilité pour mieux vivre ensemble » : l’ouverture des bibliothèques municipales le dimanche après-midi permet d’expérimenter des pratiques culturelles en famille (et non plus seulement individuellement). On peut y répertorier également la reconstitution d’emplois du temps plus complets dans le cadre de groupements d’employeurs de saisonniers, ou encore la programmation de concerts de musique sur les lieux de travail pour des salariés qui écoutent peu de musique de ce type mais le font en venant en groupe.

4.2. Une dimension socio-spatiale des politiques temporelles encore incomplète

55En prenant comme support d’analyse la dynamique des déplacements (notamment domicile-travail), ce qui apparaît doublement réducteur pour qualifier le contenu des politiques publiques temporelles - mais plus simple ici à concevoir pour la démonstration -, on pourrait dire que les politiques spatio-temporelles se sont intéressées aux points d’arrivée (les lieux de travail et l’offre de services publics), aux moyens de les rejoindre (les usages de mobilité et leurs impacts sur l’offre) mais peu aux points de départ (les conséquences de l’étalement résidentiel et des espaces d’emploi sur les conditions de déplacement et, au-delà, sur les rythmes des habitants et des salariés de l’emploi).

56En effet, les lieux de travail se transforment : les crèches interentreprises et les services de conciergerie ont déjà été cités mais il faut aussi mentionner ici les plans de déplacements d’établissements de plus en plus nombreux, même si vont se poser des problèmes de coordination entre les démarches similaires conduites sur de micro-territoires.

57Du côté des services publics, une forte dynamique est à l’œuvre : guichets administratifs uniques, cités thématiques de l’emploi et de la justice, espaces sociaux communs, pôles de services citoyens, modes de garde atypiques conçus en liaison avec les autres modes de garde traditionnels, ont vu le jour en France au sein d’une quinzaine de territoires. Elle concerne aussi la mise à disposition de locaux publics polyvalents, de locaux partagés pour les étudiants le jeudi soir. La prise en compte différenciée des rythmes est explicite dans la programmation déjà citée des concerts de midi, mais aussi dans l’organisation de l’emploi du temps des femmes de ménage de la ville de Rennes, dans la prise en compte du rythme chronobiologique des enfants et la modulation horaire des équipements publics. À côté de la demande et de l’offre de mobilité, la prise en compte des nouveaux modes de vie a été manifeste dans le cas de la programmation d’activités culturelles couplées avec un moyen de transport collectif, de desserte de boîtes de nuit, de création de numéros verts « mobilité », informant de toutes les possibilités de déplacement collectif sur un territoire, de conduites collectives d’enfants à l’école à pied.

58Mais on dispose encore peu d’expériences concrètes de partage négocié d’un espace collectif, de régulation d’accès à la voirie, d’explicitation des multiusages d’un même lieu.

59De ce point de vue, la démarche conduite à Poitiers en 2007, de conception d’une aire piétonne circulée, peut constituer un premier support de réflexion méthodologique.

4.3. Le partage d’un espace public selon les usages différenciés à Poitiers

60En 2006, les élus de la Communauté d’agglomération de Poitiers ont décidé de rendre le centre-ville plus attractif sous l’angle économique et commercial, tout en prenant en compte les besoins spécifiques des piétons, des riverains et des commerçants, en définissant le fonctionnement d’une aire piétonne circulée. Il s’agit de permettre une modulation des usages sur un espace donné (grâce à la gestion de la circulation : soit ouverte, soit piétonne), dans le temps (heures pleines, heures creuses, jours de semaine, jours fériés, événements particuliers, festivités...).

  • 7 Le pilotage de cet atelier et de cette concertation a été assuré par l’auteur de cette communicatio (...)

61Une cinquantaine d’acteurs de tous horizons (usagers, habitants, salariés, commerçants, représentants des employeurs concernés) ont, pendant six mois (fin de l’année 2006 et début 2007), participé à un atelier qui avait pour objet de définir des prescriptions en vue d’établir un cahier des charges pour un urbaniste après les élections municipales de 20087.

62Les participants, après un travail interne de concertation collective, ont analysé l’ensemble des usages, c’est-à-dire les activités que chacun, selon son statut, souhaite effectuer dans le cœur de l’agglomération en distinguant :
- quatre grandes fonctions définissant 75 usages (tableau n° 2 ci-dessous) 

  • 1. accéder en voiture individuelle 

  • 2. circuler 

  • 3. s’arrêter 

  • 4. stationner.

Tableau 2 : Mise en place de l’aire piétonne circulée de Poitiers – Liste des usages référencés

1. Accéder à :
l’accès aux services administratifs et publics (Poste, Mairie, ...)
l’accès aux établissements scolaires
l’accès aux lieux de culte
l’accès à la crèche
l’accès aux services de santé
l’accès aux entreprises
l’accès aux cinémas, au théâtre, aux musées
l’accès aux commerces (bouches et autres)
l’accès aux hôtels
l’accès aux restaurants et aux cafés
l’accès aux taxis (aire d’attente)
l’accès aux domiciles des riverains
l’accès aux parkings ouverts au public
l’accès à la découverte du patrimoine (monuments, bâtiments, chemins de Notre Dame)
l’accès aux garages (riverains et locataires)
l’accès aux lieux de travail (salariés sans garages, ni parkings)
2. Circuler :
la circulation des bus Vitalis,
la circulation des camions de livraison
la circulation des petits véhicules de livraison
la circulation des camions de travaux publics
la circulation des convoyeurs de fond
la circulation des deux roues motorisées
la circulation des vélos
la circulation des piétons (dont des personnes à mobilité réduite ou en fauteuil roulant)
la circulation des services de secours et sécurité
la circulation des autocars de tourisme,
la circulation des transports scolaires
la circulation des balayeuses
la circulation des camions de déménagement
3. Stationner :
le stationnement des véhicules des personnes handicapés ou à mobilité réduite
le stationnement des vélos
le stationnement deux roues motorisées
le stationnement des taxis (en attente de clientèle)
le stationnement des riverains
le stationnement des salariés et travailleurs
le stationnement des artisans intervenants sur chantier
le stationnement des gérants des activités commerciales ou de service
le stationnement des clients des commerces et des services
le stationnement des touristes et des visiteurs
le stationnement des services à la personne
le stationnement des camions de déménagement
4. S’arrêter :
l’arrêt des bus Vitalis
l’arrêt des cars scolaires
l’arrêt des clients de la restauration rapide
l’arrêt des artisans intervenants sur chantier

l’arrêt des véhicules des personnes handicapés ou à mobilité réduite
l’arrêt des vélos
l’arrêt des deux roues motorisées
l’arrêt des riverains
l’arrêt des services à la personne
l’arrêt des camions de déménagement
l’arrêt des services de secours et sécurité
l’arrêt des usagers des distributeurs de billets
l’arrêt des clients des tabacs journaux, boulangerie, pressing, loueurs de vidéo et pharmacies
l’arrêt des parents devant les écoles, le collège, le lycée, la garderie
l’arrêt des cars de tourisme,
l’arrêt des taxis
l’arrêt des salariés et travailleurs
l’arrêt des gérants des activités commerciales ou de service
l’arrêt des clients des commerces et services
l’arrêt des touristes, des visiteurs
l’arrêt des convoyeurs de fonds,
l’arrêt des facteurs et autres opérateurs de livraison à domicile,
l’arrêt des livreurs pour les activités commerciales et les services
l’arrêt des livreurs de fioul,
l’arrêt du portage à domicile
l’arrêt des camions de service de vidange

63-les différents temps de la journée et de la semaine ;

Mise en place de l’aire piétonne circulée de Poitiers - Plages horaires et moments de la semaine

64Plages horaires :

7h30-9h30

9h30-12h00

12h00-14 h00

14h00-16h30

16h30-19h00

19h00-22h00

22h00-7h30

65Jours :

lundi matin

lundi après-midi ; mardi ; mercredi matin ; jeudi ; vendredi matin

mercredi après-midi

jeudi soir

vendredi après-midi et soirée

samedi matin

samedi après-midi et soirée

dimanche

66-Les différents espaces du cœur d’agglomération ont été découpés en neuf secteurs (numérotés de 1 à 9) :

  • 1. le secteur 1 est celui de la place centrale

  • 2. les secteurs 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9 sont des secteurs soumis à aucune contrainte actuellement

  • 3. le secteur 8 est piétonnier.

67En analysant plus finement les usages, les participants à l’atelier de concertation de l’aire piétonne circulée du centre de l’agglomération ont recommandé un fonctionnement ouvert à tous de 7h30 à 9h30, des usages restreints de 9h30 à 16h30 et encore plus fortement de 12h00 à 14h00, puis un régime plus ouvert de nouveau après 16h30 et un souhait de calme de 22h00 à 7h30. L’aire est ouverte en permanence à la circulation automobile pour les riverains, les clients des hôtels, les taxis, les usagers des parkings publics, et son accès restreint pour les établissements scolaires (les scolaires devraient finir leurs trajets à pied), les crèches, les cinémas et plus surprenant, les commerces, les services administratifs et les entreprises (usagers et employés). De même, une circulation automobile plus limitée est préconisée pour les camions de livraison, les cars de transport scolaire, les balayeuses de rue alors qu’elle est autorisée en permanence pour les bus de ville, les services de secours et de sécurité, les véhicules des personnes à mobilité réduite ou les convoyeurs de fonds. Enfin, au-delà des moyennes reprises dans le graphique 1, les secteurs géographiques 1, 2, 5, et 7 ont été l’objet de restrictions d’accès plus importants mais fortement régulés selon les usages de populations particulières.

68Ces résultats, repris en compte par les élus pour établir le cahier des charges urbanistiques, crédibilisent la démarche de conception d’aménagement temporel des espaces publics par l’identification des usagers différenciés. Mais ils ont aussi comme atout de permettre une appropriation collective inédite pour l’aménagement d’un espace stratégique, sur le plan économique comme sur celui du « vivre ensemble ».

Graphique 1 : Mise en place de l’aire piétonne de Poitiers - Accéder ( % = niveau global d’autorisation permise)

Graphique 1 : Mise en place de l’aire piétonne de Poitiers - Accéder ( % = niveau global d’autorisation permise)

Conclusion

69Les réponses apportées en Europe par les collectivités territoriales d’Italie, de France, des Pays-Bas, de Finlande, d’Espagne, d’Allemagne et plus ponctuellement par les États italiens néerlandais, finlandais et français, à la désynchronisation des temps sociaux, ont fondé l’essence de nouvelles politiques publiques appelées « politiques temporelles ». L’intérêt pour l’étude des temporalités des populations, c’est-à-dire la prise en compte des rythmes et de leurs usages, en constitue le cœur.

70Ces démarches ont pris corps autour de l’activité des bureaux du temps, dispositifs publics locaux agissant en faveur de la concordance des temps individuels et collectifs, de l’harmonisation des horaires, de la conciliation vie professionnelle/vie familiale, de l’aménagement temporel de l’espace. Ils constituent des espaces privilégiés d’observation des nouveaux rythmes des habitants, des usagers, des salariés, des décideurs, statuts parfois endossés successivement par les mêmes individus, voire les mêmes populations. Leurs actions en termes d’amélioration de l’accès aux services publics et marchands, d’offre de mobilité, de modes de garde, de liaisons plus équilibrées entre les espaces résidentiels et les espaces de travail, de consommation et de loisirs, nécessitent d’introduire des processus d’innovation notamment dans leurs modes de concertation et de médiation. De ce fait, ils ont contribué à moderniser l’action publique locale, notamment dans le cadre de la décentralisation administration française.

Carte 1 : Mise en place de l’aire piétonne circulée de Poitiers - cartographie des 9 secteurs

Carte 1 : Mise en place de l’aire piétonne circulée de Poitiers - cartographie des 9 secteurs

71Les recherches menées par les bureaux du temps ont aussi permis d’identifier les statuts, les lieux et les moments plus exposés à la maîtrise inégale des emplois du temps individuels et collectifs. Cette incursion des politiques publiques dans ce qui relève parfois de choix propres à la sphère privée s’explique par leurs effets dans la sphère publique, en termes de création de nouveaux services publics de mobilité et de garde notamment, mais aussi en termes d’utilisation du domaine public. La désynchronisation des temps sociaux a induit de nouvelles attentes vis-à-vis des espaces publics, requis pour servir de support de socialisation face au développement de pratiques sociales de plus en plus individuelles. La cohabitation des usagers, la coprésence des populations au sein des espaces locaux, doivent de ce fait être investies comme champs de connaissance des modes d’organisation sociale contemporaine. Encore peu développée comme outil de prospective et de gestion locale, cette dimension doit parachever le contenu des politiques temporelles , mais surtout les modes d’action qui les régissent.

72Malgré tout, la dimension géographique des politiques temporelles est déjà présente au sein des territoires selon les thèmes abordés : ainsi du point de vue organisationnel, l’offre de mobilité publique se conçoit bien ou devrait se gérer au niveau du couple institutionnel « région + agglomération » et son point d’impact fonctionnel, en prenant en compte les nouveaux rythmes des populations, apparaît bien être l’agglomération mais aussi ses quartiers.

73Mais cette logique spatio-temporelle devra se renforcer par l’analyse chronotopique des flux de populations, qui elle-même devra intégrer des méthodes cartographiques plus élaborées que celles dont on dispose actuellement. La nécessité d’élaborer de nouveaux indicateurs spatio-temporels se justifie aussi à plusieurs niveaux : échelles géographiques différentes, rythmes différenciés, statuts multiples, pratiques individuelles et collectives, espaces partagés ou évités, populations contraintes ou sous tension, sont au cœur des analyses de nature spatio-temporelle.

74La présence sur un territoire de femmes actives, de petites sociétés de services aux horaires variables, d’établissements importants de santé, d’éducation, une forte proportion de logements sociaux, un étalement résidentiel prononcé, la programmation d’évènements réguliers, saisonniers, exceptionnels, la présence de touristes ou de personnes en contrats précaires, sont autant d’éléments « à la charge temporelle » que les politiques publiques devront mieux observer si elles prétendent s’inscrire dans des politiques qui prennent mieux en compte les rythmes et les usages des citoyens d’un territoire.

75D’autres variables sont également indispensables de ce point de vue. Celles liées au travail (contenu mais aussi réduction), celles de nature socio-culturelle (vieillissement, évolution des structures familiales des populations : foyers biactifs, familles recomposées, arbitrage entre temps choisi et temps contraint, entre travail et hors-travail, entre temps et revenu). La connaissance de la nature des activités pratiquées pendant les temps de transport devrait également s’avérer précieuse.

76En fait, l’intégration de l’espace et du temps sera plus complète quand, après avoir analysé plus précisément les profils des populations qui se déplacent et fréquentent un espace, on pourra répondre aux deux nouvelles questions de la géographie des temps : comment aménager (un quartier, une place, un morceau de la ville) en fonction des rythmes et des modes de vie des hommes et des femmes visés par les pouvoirs publics locaux pour peupler cet espace ? Comment mesurer l’influence des formes urbaines sur les temporalités des populations habitantes, salariées, touristiques, précaires, parentales, consommatrices ?

Haut de page

Bibliographie

BAILLY J.-P., HEURGON E. (2001), Nouveaux rythmes urbains : quels transports ?, Conseil national des transports, Éditions de l’Aube.

BONDUE J.-P. (dir.) (2004), Temps des courses, course des temps, Publication de l’Université de Lille 1.

BONFIGLIOLI S. (2001), « Les politiques du temps urbain en Italie », in Les temps de la ville et les modes de vie, Collection du CERTU, pp. 110-136.

BONFIGLIOLI S. et MAREGGI M. (2002), Le Plan des horaires et des temps urbains en Italie, Territoires 2020, Revue de la DATAR, n° 6, pp. 51-60.

BOULIN J.-Y. (1996), « Gouverner les temps de la ville », in Villes, Le courrier du CNRS, pp. 139-141.

BOULIN J.-Y., MUCKENBERGER U. (2002), La Ville à mille temps, Éditions de l’Aube.

CHARDONNEL S. (2003), Une géographie dans l’aire du temps... Regards sur l’école suédoise de la Time-geography, in J.-Y. Boulin, P. Dommergues, F. Godard, La nouvelle aire du temps, Éditions de l’Aube, pp. 91-100.

Communauté Urbaine du Grand Lyon (2007), Comment synchroniser les temps des projets urbains ?. Comptes rendus des journées d’études de Juin et Octobre 2006, 42 p.

DIJST M., KARSTEN L., BREEDVELD K.(2002), Modification des rythmes de vie dans les villes néerlandaises, Territoires 2020, Revue de la DATAR, (septembre), pp. 73-85.

GUEZ A. (2003), « La chronographie dans le développement d’un urbanisme des temps et de la mobilité », in J.-Y. Boulin, P. Dommergues, F. Godard, La nouvelle aire du temps, Éditions de l’Aube.

GWIAZDZINSKI L. (2005), La Nuit, dernière frontière de la ville, Éditions de l’Aube.

MOTHÉ D.(2001), À la recherche d’autres constructions identitaires hors de l’entreprise, Cultures en Mouvement, n° 32.

MUCKENBERGER U. (2002), Les temps de la ville en Allemagne, à la recherche d’un nouvel équilibre entre individu et société, Territoires 2020, Revue de la DATAR, (septembre), pp. 63-71.

NATTI J., ANTILLA J., VÄISÄNEN M. (2002), Expériences de réduction de la durée de travail dans les services publics finlandais, Territoires 2020, Revue de la DATAR, (septembre), pp. 87-96.

ROYOUX D. (2001), « À Poitiers, un carrefour des temps pour gérer la ville », in Les temps de la ville et les modes de vie, Collection du CERTU, pp. 96-109.

ROYOUX D. (2003), « L’action des collectivités locales en faveur de la « temporalisation » des territoires et des politiques publiques », in J.-Y. Boulin, P. Dommergues, F. Godard, La nouvelle aire du temps, Éditions de l’Aube, pp. 151-157.

ROYOUX D., TERNY M. (dir.) (2006), La nuit à Poitiers, Les études de l’Agence des Temps de la CA.

TSIOMIS Y. (2007), Échelles et temporalités des projets urbains, PUCA, Éd. Jean-Michel Place.

Haut de page

Notes

1 KLEIN E. (2003) - auteur de : Le Temps existe-t-il ?, éd. Le Pommier - lors du séminaire de la DATAR à Poitiers le 15 mai 2003, sur le bilan du programme de prospective « Temps et Territoires ».

2 Titre à la une du Monde du 20 Juin 2001 : « Adapter les villes aux temps modernes ».

3 BOULIN J.-Y. (2006), Impact des nouvelles formes d’organisation du travail. Procès verbal d’auditions des 29 et 30 mai 2006, CESR Aquitaine.

4 Cité par BONFIGLIOLI S. et MAREGGI M., op. cit.

5 Enquête réalisée (et non publiée) auprès de 800 femmes salariées des quatre agglomérations chefs-lieux du Poitou-Charentes et préparatoire au colloque « Temps des villes, Temps des femmes » organisé en Mai 2000 à Poitiers, à l’initiative du Secrétariat d’État aux Droits des Femmes.

6 SCHERRER F. (2006), « Comment pense-t-on les temps du projet aujourd’hui ? » in Communauté urbaine du Grand Lyon, Comment synchroniser les temps des projets urbains ?, op. cit.

7 Le pilotage de cet atelier et de cette concertation a été assuré par l’auteur de cette communication en tant que responsable de l’Agence des Temps de Poitiers, en collaboration avec le responsable des déplacements de l’agglomération.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Contenu des politiques publiques temporelles en Europe depuis les années 90
Crédits Conception : D. Royoux - 2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2305/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 1 : Principales actions conduites par l’Agence des Temps de Poitiers et populations concernées (Communauté d’Agglomération de Poitiers – 2001-2007)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2305/img-2.png
Fichier image/png, 83k
Titre Graphique 1 : Mise en place de l’aire piétonne de Poitiers - Accéder ( % = niveau global d’autorisation permise)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2305/img-3.png
Fichier image/png, 54k
Titre Carte 1 : Mise en place de l’aire piétonne circulée de Poitiers - cartographie des 9 secteurs
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Royoux, « Temporalités urbaines et politiques publiques », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 449-466.

Référence électronique

Dominique Royoux, « Temporalités urbaines et politiques publiques », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/2305 ; DOI : 10.4000/eps.2305

Haut de page

Auteur

Dominique Royoux

Université de Poitiers
Laboratoire ICOTEM
Service Recherche et DéveloppementAgence des Temps
Communauté d’Agglomération de Poitiers
49, avenue du 8 mai 1945
86000 Poitiers
dominique.royoux@agglo-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org