Navigation – Plan du site
Articles
Réguler les temporalités urbaines

La ville et le temps des femmes

L’exemple de la ville de Rennes
City and Women’s Time: The Case Study of Rennes
Michelle Kergoat et Danièle Touchard
p. 411-420

Résumés

La montée en puissance de l’activité féminine a fait émerger la problématique de l’articulation des temps.
En effet, la persistance du modèle du « Gagnepain » qui suppose une femme disponible pour les activités domestiques et familiales, fait du temps des femmes un temps « encombré », qui pénalise son accès à la vie professionnelle ou aux sphères citoyennes, et plus globalement entrave encore son autonomie et sa participation aux sphères de décision.
Consciente de ces inégalités sexuées, la ville de Rennes a entrepris depuis une dizaine d’années une politique d’égalité.
Une action ciblée tout d’abord sur la formation et qualification professionnelle de ses agents ayant montré des limites liées à la sexualisation des rôles, la municipalité s’est alors engagée sur une voie plus ambitieuse visant à mieux articuler les temps des citoyens, à fournir de nouveaux services ou aménager les services existants, à réfléchir sur l’aménagement de l’espace, afin de réduire les « temps contraints » et rapprocher les temps de vie des femmes et des hommes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le temps est devenu un bien rare, nombreux sont les facteurs qui contribuent à complexifier et densifier le temps des femmes et des hommes et entraînent l’émergence de la problématique de l’articulation des temps. Tout d’abord, le monde du travail change : la concurrence exacerbée exige des entreprises de répondre de plus en plus vite à une demande elle-même de plus en plus diversifiée alors que le développement des techniques informatiques raccourcit encore les temps de réaction et accélère les rythmes. Dans ce contexte, l’appareil productif est amené à fonctionner sur des plages horaires à la fois de plus en plus longues, pour rentabiliser les équipements, et de plus en plus irrégulières selon l’intensité de la demande. Le travail doit s’adapter à ces contraintes et tous les secteurs sont touchés par ces nouveaux rythmes car ils sont interdépendants, aussi bien le secteur industriel que celui des services. Ainsi se développent non seulement des temps de travail variables, mais aussi des emplois à horaires atypiques ou décalés, des emplois précaires ou à temps incomplets. Cette incertitude du temps professionnel pèse bien sûr sur tous les autres temps du salarié qui doit s’adapter à ce temps posé comme prioritaire.

2Notre société de consommation se caractérise aussi par des besoins en progression constante qui s’entretiennent et se compensent les uns les autres. Elle incite à gagner plus d’argent pour acquérir plus de biens ce qui signifie le plus souvent accroître son temps de travail ou y assumer davantage de responsabilités. Elle se caractérise aussi par une multiplication de sollicitations en tous genres quant à l’usage de son temps, que ce soit pour des activités associatives, dans les domaines caritatifs, politiques, syndicaux, ou pour des activités de loisirs (spectacles, sports), de formation personnelle (apprentissage d’une langue, dessin, musique ...). Ces activités concernent aussi bien les enfants que les adultes. Cette diversité d’activités implique donc des choix, qui par nature sont souvent frustrants et font dénoncer le manque de temps.

3L’éloignement du domicile par rapport au centre urbain où se concentrent généralement de multiples activités aggrave encore ces difficultés à organiser « ses temps » de vie. La distinction désormais quasi inévitable entre lieu de travail et domicile implique des déplacements dans l’espace qui peuvent être particulièrement importants pour les ménages à faibles revenus, exilés loin des centres urbains où se concentrent les services. Ces temps de déplacements sont ainsi des temps nouveaux qui viennent s’ajouter à des temps déjà bien encombrés ou difficiles à articuler.

  • 1 Ce modèle suppose des hommes en charge de rapporter les ressources de l’extérieur et dégagés des oc (...)

4Cet « encombrement » des temps affecte différemment les femmes et les hommes et est source de nouvelles inégalités entre les sexes. L’organisation temporelle de notre société fonctionne encore sur le modèle qualifié par les sociologues anglo-saxons de modèle de « monsieur Gagnepain »1, soit une société fondée sur un couple où l’homme occupe la sphère professionnelle alors que la femme est en charge de la sphère domestique et familiale. Cette organisation implique pour les femmes actives un cumul de temps qui affecte l’égalité des femmes et des hommes dans les domaines professionnels, citoyens, politiques, de loisirs. Il suppose parallèlement un homme à disposition de la sphère professionnelle, mais aussi disponible pour les sphères citoyennes. Or ce modèle ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui de par la montée en puissance du souhait des femmes d’investir tous les domaines de l’existence, et notamment un domaine professionnel qui consacre leur autonomie, par le bouleversement des rôles sexués et l’augmentation du nombre de personnes vivant seules, avec ou sans enfants et aussi parce que l’économie est désormais en demande du travail des femmes.

5Face à ces évolutions, quelles actions temporelles une ville peut-elle mener pour réduire les difficultés d’organisation temporelle de ses citoyennes et permettre de tendre vers une « égalité des temps » des femmes et des hommes ?

1. L’inégalité des temps masculins et féminins et ses conséquences

6En France, entre 25 et 49 ans, 79% des femmes sont actives comparativement à 95% d’hommes, mais ces taux féminin et masculin ont tendance à converger. Malgré cette forte progression de l’activité féminine, l’enquête « emploi du temps » de l’INSEE témoigne de ce que la vie en couple se coule encore dans le modèle de monsieur Gagnepain.

Tableau 1 : Influence du type de ménage sur les temps de vie des femmes et des hommes actifs (en minutes) France entière, 1998/1999

Actifs

Temps physiologique

Temps professionnel

Temps domestique

Temps libre

F

H

F/H

F

H

F/H

F

H

F/H

F

H

F/H

Personne seule

681

669

102

350

364

96

202

163

123

207

245

84

Couple 0 enf

705

688

103

317

393

81

241

142

170

177

218

81

Couple 1 enf

699

683

102

293

367

80

277

169

164

171

222

77

Couple 2 enf

693

678

102

285

386

64

292

159

184

170

216

79

Couple >3 enf

699

687

102

246

380

65

309

148

209

186

225

83

Famille monopar

695

678

103

314

361

87

250

179

140

182

222

82

INSEE Enquête emploi du temps 1998-1999

7Les résultats de l’enquête INSEE sur les temps quotidiens des individus : temps physiologique, temps professionnel, temps domestique et familial, temps libre, montrent que parmi les actifs, lorsque les femmes et les hommes vivent seuls, leurs temps de vie sont relativement comparables, même si une femme consacre déjà en moyenne 40 minutes de plus qu’un homme aux tâches domestiques. Mais dès la mise en couple et même avant l’arrivée des enfants, la femme augmente son temps domestique de 39 minutes, alors que l’homme réduit le sien de 21 minutes. Parallèlement, le temps professionnel de la femme décroît d’une demi-heure, alors que celui de l’homme augmente d’une demi-heure. Bien sûr, l’arrivée des enfants augmente encore ces écarts, avec à nouveau un accroissement du temps domestique de la femme et une diminution de son temps professionnel, de façon très accentuée avec le troisième enfant. Les temps masculins sont peu perturbés par l’arrivée des enfants, si ce n’est que le temps professionnel a tendance à augmenter avec l’arrivée du deuxième enfant, l’homme se coulant dans son rôle de gagne-pain. De plus, il faut faire la distinction entre tâches domestiques et charge domestique. Ce que les chiffres précédents ne disent pas, c’est que la responsabilité de la sphère domestique est très peu partagée. Cela s’illustre bien dans ces paroles d’un homme interviewé dans un magazine à propos des tâches domestiques : « la phrase que ma compagne ne supporte pas : en quoi puis-je t’aider ? Ce à quoi elle répondra immédiatement : déjà ce qui m’aiderait, c’est que tu ne me demandes pas... ».

8Autre évolution démographique : la vie en couple reste encore quelque part la norme sociale, mais l’évolution démographique témoigne d’une forte augmentation du nombre de personnes vivant seules, à tout âge, avec ou sans enfants. En effet, non seulement on se marie de moins en moins, mais les divorces sont de plus en plus nombreux (+10% entre 1990 et 1999). Sur ces dix dernières années, le rapport du nombre de mariages à celui des divorces est de 2,4 et un Français sur trois considère désormais le mariage comme une institution dépassée, et ce pourcentage est encore plus élevé chez les jeunes [Bréchon, Tchernia, 2000]. Les couples sont de plus en plus éphémères. De plus, la surmortalité masculine observée dès 40 ans implique des veuvages précoces des femmes. Il en résulte que la part des familles monoparentales a presque doublé en 25 ans pour représenter désormais 20% de l’ensemble des familles, et ce phénomène concerne à 90% les femmes. Bien évidemment, ici aucun partage des tâches n’est possible, d’où la nécessité de cumuler tous les temps, que ce soient les temps réguliers nécessaires à la vie quotidienne (les courses, le ménage, les soins à apporter aux enfants) ou les temps exceptionnels (les réparations, les démarches administratives).

  • 2 Source : Femmes dans les lieux de décision, rapport présenté par Michèle Cotta, Avis et rapports du (...)
  • 3 Le Monde diplomatique, juin 2003 : « Ravages cachés du sous-emploi », Margaret Maruani, pp. 4-5.
  • 4 Retraite de droit direct : 606 euros pour les femmes et 1372 euros pour les hommes (Ministère des a (...)

9Les conséquences les plus visibles et les plus graves de ce modèle concernent la situation professionnelle des femmes. L’investissement des femmes dans la sphère professionnelle n’est considéré comme socialement acceptable qu’à condition qu’elles continuent d’assumer le rôle qui leur est traditionnellement dévolu dans la sphère privée et surtout au sein de la famille2. En dehors des conséquences sur leurs emplois et leurs carrières, perdure l’idée de salaire d’appoint. L’indicateur le plus synthétique de l’inégal accès à la sphère professionnelle des femmes et des hommes est le rapport de leurs salaires qui est actuellement de 75. Il grimpe cependant à 90 si on élimine l’influence du temps partiel qui est devenu la figure emblématique de la division sexuelle du marché du travail puisque 80% des salariés à temps partiel sont des femmes. La sous-considération du travail des femmes se manifeste aussi à travers leur forte présence dans les emplois précaires. En France actuellement, elles représentent 80% des 3,4 millions de personnes qui travaillent pour un salaire inférieur au SMIC mensuel. « On voit ainsi apparaître une classe féminine de salariées, ni chômeuses ni exclues, ni assistées, mais qui travaillent sans parvenir à gagner leur vie et sont à l’origine d’une nouvelle pauvreté avec la conséquence méconnue que, dans notre pays les salariés pauvres sont plus nombreux que les chômeurs3 ». Le résultat final est qu’en 2001, les retraites des femmes étaient inférieures de près de moitié aux retraites des hommes...4

Tableau 2

Emploi salarié France entière 2003

Femmes

Hommes

Part des femmes à temps partiel

44,2%

5,8%

Pourcentages de femmes en CDD

9,6%

5,6%

Pourcentages de femmes en CDD + temps partiel

3,9%

1,0%

INSEE, enquête emploi, RP99

  • 5 Commission européenne, Emploi et affaires sociales, 2004 : Une Europe pour les femmes, les femmes d (...)

10Autre série de conséquences : la sous-représentation des femmes dans les sphères de décision. Si la loi sur la parité a fait progresser la représentation des femmes dans les conseils municipaux de plus de 3500 habitants, on ne compte que 11% de femmes maires. Parallèlement, elles ne sont que 18,5% à l’Assemblée nationale, 10% au Sénat, 9% dans les Conseils généraux. Elles représentent le quart des représentants aux conseils de prud’hommes, elles ne sont que 4% à adhérer à un syndicat ou à un groupement professionnel, contre 8% des hommes, et elles y exercent peu de responsabilités. Si leur engagement associatif est comparable à celui des hommes, en revanche ici encore, elles accèdent peu à la présidence. La sous-représentation citoyenne fait écho à celle observée dans la sphère économique où les femmes franchissent encore difficilement le « plafond de verre » : elles n’occupaient en 2000 que 14% des emplois de direction et d’inspection dans la fonction publique d’État et en 2004, elles n’occupaient que 17% des postes de dirigeants de société. Un tel constat témoigne de ce que la moitié de la population ne participe pas à des prises de décisions qui engagent la collectivité donc leur propre avenir, ce qui suscite quelques interrogations quant à la réalité de la démocratie. C’est ce que rappelle l’Europe : « La démocratie européenne restera un vain mot tant que la participation des femmes dans le processus décisionnel ne sera pas équitable »5. Cette observation concerne aussi bien le monde politique que le monde économique. Ce dernier par exemple, pourra difficilement s’adapter aux changements que connaît notre société notamment dans les rapports de sexe, si le pouvoir y reste essentiellement masculin.

2. Que peut faire une ville ?

11La municipalité rennaise s’est donnée comme priorité, depuis plusieurs décennies, la lutte contre les inégalités, sous toutes leurs formes. Sous l’impulsion des femmes élues, elle a entrepris, à partir du début des années 1990, une démarche spécifique d’égalité entre les femmes et les hommes au sein de sa propre administration, mais aussi en faveur des citoyennes de la ville.

12Convaincue que les temps constituaient un révélateur des inégalités, mais aussi un levier pour lutter contre les inégalités, elle a mis en place en 2002 un Bureau des temps, placé sous la responsabilité politique d’une « adjointe au maire chargée des femmes, de l’égalité et des temps de la ville ».

13Dès lors, les politiques temporelles ont été développées avec pour objectifs de :

14lutter contre toutes les formes de discriminations (liées au sexe, au lieu d’habitation, au niveau d’étude, au temps disponible...) ;
- conduire des politiques publiques favorisant la recherche et le maintien dans l’emploi, notamment en améliorant l’articulation des temps de vie ;
- mettre en place des services de proximité tous secteurs confondus ;
- améliorer la qualité de vie dans l’agglomération.

15Pour atteindre ces objectifs, le Bureau des temps a reçu pour missions de :

16-mener des études, des enquêtes pour connaître les modes de vie, les besoins et les contraintes en termes de temps des usagers de la ville, des employeurs, des salariés et des prestataires de services ;
-concerter en partenariat avec le Conseil de développement de l’agglomération et du pays, les acteurs de l’agglomération pour élaborer des solutions ;
-travailler avec les élus, les services, les organismes de différents secteurs pour favoriser la prise en compte des problèmes de temps ;
-préconiser des évolutions de services ou des créations ;
-sensibiliser les acteurs qui structurent les temps et la population en général.

17Pour amplifier son action, la Ville de Rennes a sollicité le Fonds social européen dans le cadre de deux projets Pic Equal, l’un porté par elle « Rennes, égalité des temps » sur l’égalité des temps des femmes et des hommes, l’autre « Concordance des temps dans les territoires » dont elle est partenaire comme d’autres territoires français et européens qui mettent en place des expériences temporelles et confrontent leurs pratiques.

18Dès lors, quelles actions peut mettre en place une ville ?

19La ville apparaît à la fois comme une actrice et un champ d’expérience privilégiés car elle est susceptible d’apporter de multiples réponses :

20- en tant qu’employeuse : elle peut mener une politique exemplaire en développant une politique d’égalité professionnelle mais aussi en organisant le temps de travail de ses salariés afin de faciliter l’organisation de leurs autres temps de vie (la ville de Rennes emploie plus de 4000 salarié(e)s) ;
- en tant que pourvoyeuse de services ;
- en tant qu’aménageuse de l’espace.

2.1. Donner l’exemple

La ville améliore l’organisation du temps de travail de ses salariés

21Le travail des agents de l’administration municipale a été totalement réorganisé, chaque service ayant dû trouver des solutions adaptées à ses contraintes de fonctionnement tout en prenant en compte les aspirations des agents. La démarche a été initiée par un groupe « égalité des chances entre les femmes et les hommes », groupe de réflexion et de proposition de l’administration municipale. Le processus de changement a été généralisé dans le cadre des contrats d’objectifs et a permis de mettre en place une organisation bien adaptée aux besoins des usagers (qui, à plus de 60% sont des usagères) et respectueuses des contraintes des salariés (le plus souvent aussi des femmes).

Autre exemple d’action d’une ville employeur

22La volonté de réduire les horaires atypiques ou éclatés a conduit à revoir le métier d’agent d’entretien, métier féminin à 90%. Cette action est exemplaire par la méthode utilisée et par le nombre de questions traitées. Elle a conduit non seulement à une révision des horaires de travail, mais aussi à une complète refonte du métier. Les conditions d’exercice de cette profession généraient de multiples difficultés liées au constat suivant :

23- les trois quarts des agents étaient à deux tiers de temps, avec pour la majorité des heures complémentaires, seulement un quart d’entre eux étaient à temps complet ;
- la moitié des agents de propreté étaient titulaires ;
- ils travaillaient avec des horaires éclatés (dans l’entretien : 7h00-9h00 et 16h00-19h30) ;
- ils travaillaient sur 47 sites municipaux dispersés sur l’ensemble de la commune.

24La conséquence de ces conditions de travail se lisait dans un turn-over et un absentéisme élevés.

25La réorganisation a impliqué une démarche qui présente deux caractéristiques fondamentales : c’est une démarche incrémentaliste et participative. L’action a été progressivement formalisée, avec une succession de tests, les résultats obtenus ont été évalués, critiqués et le travail remis sur l’ouvrage jusqu’à obtention d’une solution qui satisfasse tous les acteurs concernés.

26Ces actions et expérimentations ont abouti une année plus tard aux réformes suivantes qui concernent l’ensemble des agents de propreté de la ville :

27- quant aux horaires : horaire journalier de 7h30-15h30 (pause déjeuner de 11h à 12h) ou de 10h45-18h45 (pause déjeuner de13h45 à 14h45) ;
- quant aux conditions de travail : travail en binôme ce qui contribue au bien-être de l’agent au travail (sécurité accrue, entretien du site assuré), regroupement géographique des sites pour économiser les temps de déplacement, création de « bourses » de mobilité ;
- quant au statut et à la carrière : mise en place de postes à temps complet avec évolutions de carrières possibles (agents techniques, agents de maîtrise) ; bénéfices du statut d’agent territorial ;
- actions de formations qualifiantes et professionnalisantes pour faire du travail d’agent de propreté un vrai métier ;
- élaboration d’une charte des agents d’entretien négociée en Comité technique paritaire ;
- mise en place d’une démarche qualité.

28Les résultats obtenus sont très positifs, le degré de satisfaction des agents (supérieur à 70%) et des autres salariés est élevé. Les agents de propreté apprécient leurs nouveaux horaires, les temps complets, la sécurité, l’entraide et le confort du travail en binôme. La nouvelle organisation de leur travail a contribué à la fin de leur anonymat, dont il a résulté un renforcement de la convivialité, une plus grande attention aux besoins des uns et des autres et une meilleure intégration dans les services. Quant à l’institution, elle bénéficie d’un moindre absentéisme (moins 40%), d’une plus grande motivation de la part des agents de propreté et d’une meilleure qualité de la prestation : en fidélisant les agents sur un site, ils deviennent plus sensibles à la sécurité et à la maintenance des locaux, ils s’approprient en quelque sorte les locaux. Le dernier bilan après un an de fonctionnement confirme le succès de l’action.

29Si les actions de la ville de Rennes ont pu être menées à bien, c’est grâce à une volonté politique et administrative forte et à la démarche collective utilisée : participative, transversale, expérimentale et explicative. Cette démarche peut apparaître relativement lente, mais les réformes reposent sur des bases solides.

2.2. Sensibiliser aux stéréotypes et rôles sexués et à leurs impacts sur les temps des femmes et des hommes

30Cette action est fondamentale car elle s’attaque aux causes mêmes des inégalités entre les femmes et les hommes. Nous vivons sous l’emprise d’un héritage patriarcal qui n’avait pas attribué aux femmes les qualités qui jusque-là ont assuré les premières places. Leur « nature » fragile, passive, influençable, émotive, sensible, parfois irrationnelle, et plus positivement méticuleuse, altruiste, attentionnée, patiente, leur attribue les domaines où elles peuvent développer leur goût à servir et à prendre soin des autres. En revanche, les hommes seraient dotés des qualités qui font les gagnants, les dirigeants et les protecteurs, à savoir la force, l’esprit de compétition, le courage, l’aptitude au commandement, l’esprit de décision, la créativité, la rationalité, l’esprit de synthèse, et plus négativement, ils seraient enclins au conflit et à l’usage de la violence. Ces stéréotypes et les rôles sexués qu’ils impliquent enferment les femmes et les hommes dans un destin pré-tracé, entraînant un coût individuel de renoncement et un coût social, comme l’exprime l’économiste Kenneth Boulding : « Si bizarre que cela paraisse, on peut se représenter les idées préconçues sur les rôles sociaux (des femmes et des hommes) comme un obstacle à la mise en valeur d’une vaste ressource naturelle, qui pourrait être exploitée dans l’intérêt de l’ensemble de la société » [Boulding, 1973]. Ces stéréotypes et les rôles sexués qu’ils induisent expliquent que les différents temps soient inégalement répartis entre les femmes et les hommes. D’où la nécessité de sensibiliser les citoyens et les acteurs.

31Plusieurs méthodes ont été mises en œuvre :

  • en partenariat avec la ville dans le cadre du projet Equal, le CIDF (Centre d’Information du Droit des Femmes) a organisé deux jeux concours : le Jeu « égali’temps » : jeu organisé sous forme de questions relatives au temps des femmes et des hommes, puis le jeu « dessina’temps » : concours de bandes dessinées sur le thème du partage des tâches domestiques ;
    - la ville a fait réaliser un feuilleton télévisé intitulé : « Les temps de la ville ». Ce feuilleton de 5 épisodes de 26 minutes met en scène 5 personnages aux prises avec l’organisation de leurs différents temps de vie : temps professionnel, temps familial et domestique/ temps étudiant, temps « pour les autres », temps pour soi. La diffusion de chacun des épisodes sur TV Rennes a été suivie d’un débat avec un journaliste et deux intervenants ;
    - le comité consultatif « femmes dans la ville » associant élues, associations féminines et féministes, institutions, agit pour une meilleure intégration des femmes dans la ville ;
    - enfin à Rennes la journée du 8 mars dure ...un mois : conférences, spectacles, expositions, sont dispersés dans tous les quartiers de la ville et reçoivent chaque année un public nombreux et mixte !

2.3. Économiser les temps obligés

32Les temps de vie sont généralement répartis selon la nature des occupations. Mais tendre vers une égalité des temps des femmes et des hommes ne saurait consister à rendre uniforme les temps des individus ce qui ne pourrait se concevoir que dans une société totalitaire où seraient niées leurs préférences. Il est ainsi préférable d’opter pour un concept de temps « obligé », s’opposant à un temps résiduel ou choisi. Le temps obligé est celui des activités auxquelles on ne peut échapper pour assurer son existence. Il est composé du temps physiologique, du temps professionnel incompressible (temps nécessaire pour obtenir un revenu suffisant et/ou durée « légale » du travail), du temps domestique nécessaire à l’entretien de sa vie (hygiène de soi et de son environnement, nourriture), sans doute d’un temps de sociabilité plus difficilement quantifiable, et s’il y a lieu du temps domestique nécessaire pour les soins et l’éducation des enfants. Le temps résiduel, qui dépend de l’importance du temps obligé, peut être utilisé selon les goûts de chacun, on pense de suite aux activités de loisirs ou aux activités citoyennes (culture, sports, associations, syndicats, politique...). Cependant, rien n’implique qu’il soit automatiquement investi dans ce type d’activité, il peut très bien être réinvesti dans la sphère professionnelle pour ceux qui attachent une importance particulière à leur carrière, dans la sphère domestique, pour ceux qui attachent une importance particulière à leur famille, etc. Mais il serait extrêmement réducteur d’assimiler le temps de travail ou le temps domestique en leur totalité à une contrainte, à une sorte de travail « forcé ». L’égalité des temps signifie donc de rapprocher les temps obligés des femmes et des hommes afin qu’ils disposent d’une égale liberté dans l’accès aux temps choisis.

  • 6 INSEE : Enquête emploi du temps 1998/1999.
  • 7 INSEE Enquête emploi du temps 1998/1999.

33Le temps des femmes est particulièrement encombré du fait du quasi-monopole qu’elles détiennent dans les domaines de la cuisine, du ménage, vaisselle, lessive, soins matériels aux enfants6. Tout allègement de ces temps par fourniture de services, ne peut que produire une répartition plus égalitaire des temps de vie entre les femmes et les hommes. Le temps passé aux démarches administratives est un temps relativement exceptionnel, et en moyenne sensiblement identique pour les femmes et les hommes. Il se surimpose cependant pour les femmes à un temps déjà fort encombré. Quant aux déplacements, ceux des femmes sont en moyenne moins longs que ceux des hommes car dans un couple, la localisation du domicile est plus souvent déterminée par le lieu de travail de la femme7, mais en revanche, elles sont plus nombreuses à utiliser les transports collectifs. En conséquence, tout raccourcissement des temps d’attente et de déplacements va contribuer à réduire la concurrence des temps, plus vive pour les femmes que pour les hommes.

Des services sont regroupés dans un même lieu

34Des espaces sociaux communs sont créés dans quatre quartiers de la ville : tous les services sociaux sont regroupés : le Centre départemental d’action sociale du département d’Ille-et-Vilaine, le Centre communal d’action sociale de la ville de Rennes, la Caisse d’allocations familiales, la Protection maternelle et infantile. Lorsque l’espace le permettait les mairies de quartier ont été intégrées.

Des services Internet et la e-administration se développent et s’améliorent

35« Tic-Tac, le temps à la carte » : dans ce service spécifique du site Internet de la ville de Rennes, ont été intégrées à côté des données horaires des données spatiales. Cela permet au consultant de déterminer dans la période de temps libre dont il dispose les services ou activités disponibles les plus proches de l’endroit où il se trouve.

L’offre de transports s’est intensifiée et diversifiée

36Plus de 200 000 personnes –dans une agglomération de 350 000 habitants– utilisent chaque jour les transports en commun : train, TER, métro, bus organisés jour et nuit de manière complémentaire.

2.4. L’accueil des enfants

37L’accès à l’emploi et le déroulement de carrières sont souvent perturbés par la venue des enfants. De par la charge familiale, dans un couple, ce sont encore essentiellement les femmes qui rencontrent ce genre de difficultés et cela est encore plus vrai pour les familles monoparentales, essentiellement des femmes avec enfants. De plus, le développement du travail à horaires atypiques, celui des imprévus liés à des vies professionnelles hachées (enchaînement de CDD ou intérim) ou à des déplacements en ce qui concerne les cadres, demande de nouvelles formes et de nouveaux rythmes de garde.

38Dans le domaine de la petite enfance, la ville a aussi développé et diversifié les structures de garde pour satisfaire au maximum la demande. Elle a aussi soutenu des gardes à horaires atypiques et des gardes d’urgence :
- le service « Parendom » : assure la garde à domicile en complémentarité des accueils classiques pour résoudre les problèmes de garde liés aux horaires atypiques ou aux situations d’urgence. (c’est aussi en plus des places d’urgence chez les assistantes maternelles) ;
- la crèche intercommunale et interentreprises Calaïs, implantée sur une zone d’activités, est ouverte de 6h à 21h30 avec un accueil limité à 10 heures par jour par enfant. L’accueil est contractualisé avec un temps de 50, 80 ou 100% et une place en accueil d’urgence et quatre places en accueil occasionnel prévues le mercredi. Une seconde crèche est actuellement à l’étude sur une autre zone d’activités ;
- dans le domaine de l’enfance, dans le cadre du Plan éducatif local, tout enfant peut être accueilli entre 7h30 et 18h30 ;
- 23 centres de loisirs ouverts à tous les enfants scolarisés de 2 à 12 ans (de 7h30 à 18h45 pour les 2-6 ans et de 8h à 18h pour les 6-12 ans) fonctionnent les mercredis et petites vacances.

2.5. La ville facilite l’accès aux loisirs grâce aux horaires

  • 8 INSEE, Enquêtes permanentes sur les conditions de vie, 2002.

39Les temps bien encombrés des femmes actives leur ferment souvent la porte des loisirs. Cette inégalité est cependant plus difficile à mesurer car il s’agit ici d’un temps choisi où les comportements des femmes et des hommes sont différents. Les femmes sont plus « consommatrices »8 que les hommes dans certains domaines de la culture, très visiblement pour la lecture de livres, de façon moins accentuée pour les visites de musées, d’expositions, de monuments historiques et pour les concerts et théâtres, ce qui implique qu’elles seront plus pénalisées que les hommes si les accès aux équipements correspondants (horaires, localisation, coûts) sont difficiles.

40De nombreuses initiatives sont proposées :
- les « Happy hours » à l’opéra : avant les grandes représentations en soirée (21h) mais avec un décalage de journée, un spectacle d’une heure est organisé à 18h et à 20h au théâtre de la ville. Il bénéficie d’un tarif réduit, et d’une garderie pour les enfants. Ces séances affichent généralement complet ;
- les concerts de midi « exceptionnels » : ce sont des concerts de musique classique sur l’heure de midi dans des lieux où se concentre l’emploi, avec un tarif réduit comprenant un petit repas (sandwich et boisson). Le public est ici majoritairement féminin, ce qui laisse supposer qu’existe une demande des femmes dans le domaine culturel qui n’est pas satisfaite. Ils complètent les « concerts de midi » qui fonctionnent sur le même modèle mais plus régulièrement et au centre-ville ;
- les "midis musées" (12h30-13h15) se multiplient, fréquentés à 87 % par des femmes.

41Au-delà de l’organisation du travail, des services à adapter en permanence, c’est l’aménagement de la ville qu’il convient de revisiter sous le prisme de l’égalité, de la qualité de vie, en prenant en compte les intérêts individuels et collectifs.

Conclusion

42La montée de l’individualisme dans nos sociétés a conduit les femmes vers l’autonomie, mais n’a pas bousculé fondamentalement la répartition sexuée des activités domestiques familiales et professionnelles. La montée en puissance de l’emploi féminin a ainsi révélé le problème de l’articulation des temps. La concurrence du temps de travail avec les autres temps sociaux et le refus (volontaire ou forcé) des femmes de sacrifier ces derniers, ont mis l’accent sur la désynchronisation entre les rythmes de l’espace public et ceux de l’espace privé, sur les carences de services offerts et/ou leur localisation. Or la ville en tant qu’espace de proximité, apparaît bien en ce domaine comme un champ d’expérimentation privilégié.

43Mais la montée de l’individualisme a aussi permis de relativiser les normes sociales et de décider de ses propres fonctionnements. Sans doute faut-il y rattacher le changement de comportement qui commence à se faire jour parmi les hommes, surtout les plus jeunes comme en témoignent de nombreuses enquêtes. Participation accrue aux tâches domestiques, liée à la présence d’une compagne elle-même très engagée sur le marché du travail, désir d’être plus proche de sa famille et présent auprès de l’enfant, qui se manifeste par une diminution du temps de travail après l’arrivée d’un enfant [Méda, Cette, Dromel, 2004, p. 12] et par le grand succès du congé parental de 14 jours, pris par près des trois quarts des pères âgés de 30 à 34 ans [Bauer, Penet, 2005]. Globalement, le rapport au travail des hommes n’est plus le même : « Eux aussi ont du mal à se reconnaître dans le modèle du tout travail forgé par leurs aînés » [Bauchard, Deschamps, Lupieri, Trentesaux, 2001]. Il en résulte que la problématique jusque-là féminine de l’articulation des temps, est devenue une véritable question sociétale où la ville doit jouer un rôle central.

Haut de page

Bibliographie

BARRÈRE-MAURISSON Marie-Agnès (2003), Travail, famille, le nouveau contrat, Éditions Gallimard, collection Folio actuel, n° 103, série le Monde actuel.

BATTAGLIOLA Françoise (2000), Histoire du travail des femmes, Paris, Éditions La Découverte, collection Repères.

BAUCHARD Florence, DESCHAMPS Pascale-Marie, LUPIERI Stéphane, TRENTESAUX Jacques (2001), La fin de l’entreprise macho, Les Enjeux, (mai), pp. 57-75.

BAUER Denise, PENET Sophie (2005), Le congé de paternité, Études et résultats, n° 442, (novembre), DREES.

BOULDING Kenneth E. (1973), Combatting the prejudice and sex discrimination, American Economic Review, (December), vol. 63, n° 5, pp. 1049-1061.

BOULIN Jean-Yves, MUCKENBERGER Ulrich (2002), La ville à mille temps, Éditions de l’Aube.

BRÉCHON P., TCHERNIA J.-F. (2000), Les valeurs des Français, les grandes tendances d’évolution, Paris, Éd. A. Colin.

BROUILLET Frédérique (2004), Une dirigeante de société gagne un tiers de moins que son homologue masculin, INSEE première, (mars), n° 951.

CASTELAIN-MEUNIER Christine (2005), Les métamorphoses du masculin, Éditions PUF.

CETTE Gilbert (2000), Les renoncements des salariés, Tempos, n° 1, (janvier).

CETTE Gilbert, DROMEL Nicolas, MÉDA Dominique (2005), Conciliation entre vies professionnelle et familiale et renoncement à l’enfant, Revue de l’OFCE, n° 92, (janvier), pp. 2-10.

DEGENNE Alain, LEBEAUX Marie-Odile, MARRY Catherine (2002), Les usages du temps, cumuls d’activité et rythmes de vie, Économie et Statistique, n° 352-353, pp. 81-93.

FAGNANI Jeanne, LETABLIER Marie Thérèse (2001), Famille et travail, contraintes et arbitrages, La Documentation française.

GADREY Nicole (2001), Travail et genre, approches croisées, Éditions L’Harmattan.

GLAUDE Michel (2007), L’égalité entre les hommes et les femmes : entre avancées et résistances, Économie et statistique, (mars), n° 398-399.

HAKIM Catherine (2001), Pour expliquer l’emploi des femmes, une approche féminine, Problèmes économiques, (11 juillet), n° 2721, pp. 25-28.

HERVÉ Edmond (2001), Rapport parlementaire « Temps des villes ».

JUNTER Annie (1990), Étude « Être femme et cadre à la ville de Rennes ».

LAUFER Jacqueline, POCHIC Sophie (2004), « Carrières au féminin et au masculin », in Les cadres au travail, Éditions La découverte.

LE TABLIER Marie-Thérèse (2001), L’égalité entre les sexes, un enjeu européen, (juillet), Centre d’études de l’emploi, 4 p.

MARUANI Margaret (2003), Travail et emploi des femmes, Éditions La découverte.

MÉDA Dominique (2001), Le temps des femmes (pour un nouveau partage des rôles), Éditions Flammarion.

MÉDA Dominique, CETTE Gilbert, DROMEL Nicolas (2004), Les pères, entre travail et famille, Recherches et prévisions, (juin), n° 76.

MÉDA Dominique (2004), La place du travail dans la vie des salariés, Tempos, (janvier), pp. 10-16.

MILEWSLI Françoise et PÉRIVIER Hélène (sous la direction de) (2004), Travail des femmes et inégalités, Revue de l’OFCE, (juillet).

SILVERA Rachel, BUSEYNE Nadia, DONLEVY- GOMEZ Vicky (2004), Articuler vie professionnelle et vie personnelle. Les expériences des projets Equal français 2001-2004, Les cahiers RACINE.

TILLY Louise A., SCOTT Joan W. (2002), Les femmes, le travail et la famille, Éditions Payot et Rivages.

Tomorrow second sex, The economist, 28 septembre 1996, pp. 23-30.*

Haut de page

Notes

1 Ce modèle suppose des hommes en charge de rapporter les ressources de l’extérieur et dégagés des occupations liées à l’entretien de la famille, et des femmes en charge à plein temps des tâches domestiques qu’elles assument bénévolement. Il atteint son apogée dans les années 50, avec l’apparition d’une nouvelle catégorie sociale désormais en voie de disparition : celle de la ménagère....

2 Source : Femmes dans les lieux de décision, rapport présenté par Michèle Cotta, Avis et rapports du Conseil économique et social, décembre 2000, n°18, p.159.

3 Le Monde diplomatique, juin 2003 : « Ravages cachés du sous-emploi », Margaret Maruani, pp. 4-5.

4 Retraite de droit direct : 606 euros pour les femmes et 1372 euros pour les hommes (Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité, DRESS).

5 Commission européenne, Emploi et affaires sociales, 2004 : Une Europe pour les femmes, les femmes dans l’Europe.

6 INSEE : Enquête emploi du temps 1998/1999.

7 INSEE Enquête emploi du temps 1998/1999.

8 INSEE, Enquêtes permanentes sur les conditions de vie, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Kergoat et Danièle Touchard, « La ville et le temps des femmes », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 411-420.

Référence électronique

Michelle Kergoat et Danièle Touchard, « La ville et le temps des femmes », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/2281 ; DOI : 10.4000/eps.2281

Haut de page

Auteurs

Michelle Kergoat

Université de Rennes I
Faculté des Sciences ÉconomiquesCentre de Recherche en Économie et Management
Bât. B001, Pièce 285
7, Place Hoche
35065 Rennes Cedex
michelle.kergoat@univ-rennes1.fr

Danièle Touchard

Bureau des temps
Hôtel de Ville
10, rue des Dames
BP 3126
35031 Rennes Cedex
bdt@ville-rennes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org