Navigation – Plan du site
Articles
Temporalités et coprésences

L’espace-temps carcéral 

Vers une gestion temporelle des demandes des reclus
Temporality in Prison: Correctional Officers Management of Prisoners’ Demands
Fatima Outaghzafte-El Magrouti
p. 371-383

Résumés

À partir d’une étude qualitative, réalisée auprès de la population carcérale dans trois maisons d’arrêt de France, nous proposons une présentation centrée sur les interactions détenus/surveillants. C’est en analysant les relations basées sur la gestion de l’espace carcéral entre ces deux groupes qu’apparaît une inégale temporalité. L’ « organisation » est proposée comme un modèle de réactivité, où le personnel de surveillance s’adapte à chaque instant à la demande des reclus. Néanmoins, nous avons souvent entendu ces derniers se plaindre du lent processus qui permet de passer de la sollicitation à la concrétisation d’une requête (changement de cellule, prise de rendez-vous chez le médecin, parloir...). Quant aux surveillants, ils ont une injonction à exécuter rapidement leurs tâches. Le surveillant, homme libre dans un espace fermé et réglementé cohabite avec le détenu, homme dépourvu de liberté : les rythmes paraissent inconciliables. Comment, dans un contexte de surpopulation latente et d’inégale temporalité, les surveillants traitent-ils les demandes des détenus ? Notre article a l’ambition de décrire ce contexte temporel complexe et d’apporter des éléments de compréhension.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le surveillant est soumis à une injonction temporelle très stricte : les tâches doivent être effectuées à des moments bien définis. La journée commence et se termine à des heures qui fixent l’emploi du temps du détenu.

  • 1 Cet article s’appuie sur une étude reposant sur des entretiens et des observations effectués dans t (...)

2La spécificité de nos populations1 -détenus et surveillants- est qu’elles partagent un même espace, un même territoire : la détention. Cependant, elles ont des temporalités différentes. Nous voulons comprendre les interactions détenus/surveillants dans leur rapport aux requêtes dans un cadre temporel et spatial défini. En effet, étudier le temps revient à mettre en exergue son rapport à l’espace: « l’espace et le temps sont les repères familiers dans le cadre desquels nous interprétons ce que nous percevons du monde qui nous entoure, en particulier le mouvement. Pourtant l’espace est, par nature, temporel, et le temps, spatial, puisque tous les deux constituent les supports de notre vie sociale » [Gwiazdzinski, 2004, p.320].

3Ces deux groupes d’acteurs vivent le temps de façon différente, pour les surveillants il s’agit d’un temps prescrit et fixé par des règles formelles (règlements, circulaires, notes de service), pour les détenus c’est un temps subi.

4Ces deux populations aux temporalités différentes coexistent sur un même territoire fermé et réglementé. Cette coexistence détenus/surveillants engendre localement des discontinuités spatiales, chacun ayant sa propre territorialité. Effectivement, le surveillant n’entre pas de façon aléatoire dans la cellule du détenu, il le fait uniquement pour des injonctions professionnelles comme les fouilles de cellule ou les sondages de barreaux. Les détenus, quant à eux, s’approprient des espaces dans la cellule ou la cour de promenade, ou encore dans l’atelier de travail. Un certain laisser-faire est accordé implicitement ou explicitement par certains surveillants aux détenus dans ces conquêtes de territoires.

5Ce que nous mettrons entre autres en évidence est la lenteur à laquelle le surveillant soumet le détenu pour ce qui est de ses réclamations en matière de changement de cellule, de prise de rendez-vous chez le médecin ou pour toute autre demande ; ces requêtes étant aussi bien écrites qu’orales. Pour le surveillant, le décalage temporel entre la demande et la concrétisation est dû à la quantité de demandes à traiter et à la pression du détenu rappelant sans cesse au surveillant ses sollicitations. Comment traiter les demandes des détenus dans un contexte où le temps n’est pas vécu de la même manière ?

6Nous débuterons par une description de la spécificité des établissements étudiés : les maisons d’arrêt. Nous verrons qu’elles sont caractérisées par une surpopulation endémique, élément aggravant le délai de réponse aux requêtes de tous les détenus, puis nous confronterons les temporalités des détenus à celles des surveillants pour enfin apporter des éléments de compréhension à notre questionnement sur le traitement des demandes des détenus.

1. Les maisons d’arrêt : des établissements aux diverses variations temporelles

  • 2 Un détenu « prévenu » est un détenu en « détention provisoire » c’est-à-dire n’ayant pas fait l’obj (...)

7Les maisons d’arrêt sont les établissements pénitentiaires les plus peuplés, elles sont le lieu de passage obligé pour tous les détenus, qui ne connaîtront qu’elles pour certains. En effet, au premier janvier 2006 on compte 188 établissements pénitentiaires dont 115 maisons d’arrêt et 24 quartiers maison d’arrêt, c’est-à-dire situés dans des centres pénitentiaires. Sur 58 344 personnes écrouées (avec 3,6% de femmes et 1,25% de mineurs) 32 777 sont en maison d’arrêt et quartier maison d’arrêt. 33,8% sont prévenus2 avec une durée moyenne de détention de 3,9 mois.

Un contexte de surpopulation patente

8La maison d’arrêt est un établissement pénitentiaire dans lequel sont placées les personnes en détention provisoire, et les condamnés à des peines de moins d’un an ou dont le reliquat à effectuer n’excède pas un an. Cependant, on y trouve un certain de nombre de condamnés en attente d’affectation en établissement pour peine. Souvent surpeuplées, elles ne permettent pas l’encellulement individuel ; la cellule, lieu de vie de neuf mètres carrés, est partagée par trois voire quatre détenus. C’est la prison de l’attente : les prévenus attendent leur jugement, les condamnés à des peines de plus d’un an leur transfert en maison pour peine. La maison d’arrêt est un établissement particulier dans le sens où elle accueille une population hétérogène aux catégories pénales différentes (prévenus, condamnés), tous crimes confondus. Lieu d’incarcération définitif pour certains, lieu de passage pour d’autres, la population y est sans cesse renouvelée, contrairement aux autres établissements pour peine comme le centre de détention ou la maison centrale où le reclus condamné est incarcéré pour une période définie.

  • 3 Le 10 février 2000, le Sénat adopte une résolution créant une commission d’enquête sur les conditio (...)

9Ce problème de surpopulation a d’ailleurs été mis en avant dans le dernier rapport sur les prisons en France, rendu par le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Alvaro Gil-Robles, et publié le 15 février 2006. Il ne fait que corroborer un état déjà dénoncé il y a six ans, lequel constituerait une « humiliation pour la République3 ».

10Rappelant en préambule que la punition consiste à priver la personne de sa liberté et n’est « en aucun cas une vengeance », Alvaro Gil-Robles constate que de nombreux manquements viennent s’ajouter à la peine prononcée par les juges : le manque de soins, les conditions matérielles indignes de certains lieux de détention, la rupture des liens familiaux, ainsi que les décisions disciplinaires prises sous la seule autorité du chef d’établissement. Le commissaire européen pointe en priorité le problème de surpopulation. Il affirme que les détenus « n’ont pas assez de place dans les cellules. Leur accès aux activités, déjà assez limitées, risque d’être restreint. Ces personnes sont ainsi doublement punies. » [Gil-Robles, 2006]. Il ajoute qu’ « elle risque de provoquer un effet contraire à celui visé par l’emprisonnement. Cette tendance, au lieu de conduire vers la réinsertion, peut endurcir la personne et provoquer sa révolte contre les règles de la société » [Gil-Robles, 2006]. Effectivement, le nombre de détenus a augmenté de 25% entre 2001 et 2003, pour se stabiliser à un haut niveau en 2004 et 2005 (environ 60 000).

La prison : « institution totalisante »

  • 4 Partant de son terrain de recherche, l’hôpital psychiatrique Sainte-Elisabeth de Washington, Erving (...)
  • 5 Il réunit sous un même concept cinq groupes d’institutions totales, la prison étant classée dans le (...)

11Autre spécificité des maisons d’arrêt et des prisons en général est qu’elles organisent la détention de façon à surveiller le détenu en continu 24 heures sur 24. La vie du reclus est organisée, chronométrée, rien n’est laissé au hasard. Elle est, pour reprendre Erving Goffman4, une institution totale qui prend complètement en charge la vie des détenus. Pour Goffman, ces institutions5 sont chargées de garder et de contrôler le mode de vie des hommes. Les détenus sont alors soumis à une vie artificielle, leur prise en charge étant totale. Ainsi, ils sont infantilisés et déresponsabilisés : ils n’ouvrent pas de portes et ne fixent pas leur emploi du temps ; ils dorment, travaillent et se distraient dans ce même lieu. Le fonctionnement de l’institution totale décrit par Erving Goffman repose sur trois principes : le règlement intérieur qui cristallise les règles de vie, des récompenses et des faveurs afin de soutenir le détenu dans son approbation au système, et des punitions comme système de coercition en cas de refus d’obtempérer. Tous les aspects de la vie du détenu sont réglementés : tenue vestimentaire, alimentation, accessoires, courrier, visites, etc.

Variations temporelles au sein de l’espace carcéral

12Il faut d’emblée différencier le temps carcéral du temps pénal, qui est strictement encadré par le Code pénal et le Code de procédure pénale, le temps carcéral étant soumis aux règlements internes propres à chaque établissement et aux usages. Ainsi, les horaires prescrits dans la prison s’imposent aux détenus en vertu du règlement ou des injonctions du personnel pénitentiaire. Il existe des temps communs à chaque détenu : le lever, les heures d’ateliers, les heures de parloir et des temps distincts. Il est ainsi libre de participer ou non aux activités, d’aller en promenade. Le temps carcéral prime sur le temps de l’activité, il est impossible à l’enseignant de s’accaparer quelques minutes pour terminer un cours car les horaires des repas, entre autres, viennent souvent structurer le temps imposé aux détenus.

13La vie en détention obéit à des variations temporelles importantes selon le rythme jour/nuit, semaine/week-end. La nuit comme le week-end sont, en effet, marqués par l’absence d’activité qui limite le détenu à l’espace le plus réduit de la détention, sa cellule, ou plus précisément son lit puisque le reste de l’espace (toilettes, table, armoire) est partagé avec un ou deux co-détenus. La réduction de l’espace rend le détenu esclave du temps. Impatient de voir le jour se lever ou le week-end prendre fin, il n’aspire qu’à se libérer du carcan temporel qui l’empêche de se déplacer. Les activités proposées par l’établissement sont donc pour beaucoup avant tout un moyen d’accéder à des lieux qui agrandissent ou prolongent leur espace.

14Comme nous l’avons mentionné, une journée en détention est rythmée par un emploi du temps précis. Si les horaires sont fixes, le contenu de la journée peut être très différent d’un détenu à l’autre : aux mêmes heures, certains restent en cellule, alors que d’autres participent aux activités de l’établissement, et d’autres encore sont en promenade. Les heures de repas sont un repère temporel pour le personnel chargé de la garde des détenus, ils recadrent ainsi la détention en faisant regagner aux détenus leurs cellules respectives. Comme l’indique un surveillant : « aux heures de « gamelle » tous les détenus réintègrent leur cellule ».

  • 6 Sont regroupés sous cette appellation les personnes qui interviennent auprès des détenus : personne (...)

15Il n’y a pas que les détenus qui soient sujets au temps carcéral, les « intervenants6 » doivent également se plier à ce paramètre. Nous avons remarqué qu’un intervenant qui débute sa journée à neuf heures doit arriver au moins une demi-heure en avance, le temps notamment de se présenter, de passer au détecteur de métaux, de poser son téléphone portable dans une consigne, de parcourir la distance composée de nombreux sas qui le séparent de sa salle de classe ; s’ajoutent à cela quelques minutes de battement à supposer que le surveillant détenteur du temps carcéral prenne son temps. Nous avons nous-même subi ces contraintes temporelles au début de notre recherche. Une fois familiarisée avec l’organisation carcérale, nous avons vite compris qu’en prison « on sait quand on entre mais on ne sait pas quand on arrive ».

16Les surveillants ont donc autorité sur le temps des autres : ils peuvent faire arriver en retard un détenu à une activité sans avoir à se justifier.

17Cependant, dans la majorité des cas toutes les activités sont assujetties au temps, car il faut éviter les débordements temporels puisqu’une activité retardée provoque inévitablement un décalage temporel pour les autres activités, et peut aussi être une source de conflit entre détenus ou entre détenus et surveillants. De ce fait, les surveillants sont très rigoureux pour ce qui est de la ponctualité. Les douches, les activités, les remontées de promenade, les parloirs, le courrier, tout est soumis au temps :

18« En maison d’arrêt, le travail du surveillant c’est beaucoup de choses en peu de temps : sans arrêt les avocats, sans arrêt les parloirs, sans arrêt les mouvements, ça n’arrête jamais, et ces surveillants là, ça correspond peut-être aussi à leur caractère, ils se sont un petit peu forgés là-dedans » (Jacques, 51 ans, surveillant)

2. Détenus et surveillants, deux populations aux temporalités divergentes

19L’espace carcéral regroupe plusieurs acteurs : personnel de surveillance, détenus, intervenants sociaux, personnel médical, formateur, enseignant... Les acteurs qui nous intéressent sont les détenus et les surveillants. Ces derniers, affectés à la surveillance des détenus travaillent en poste sur trois tranches horaires (matin, après-midi, nuit) trois cent soixante-cinq jours par an. Après trois jours de travail, le surveillant a droit à deux jours de repos. La spécificité de cette corporation qui accueille, écoute et accompagne le reclus est qu’elle est très proche des détenus.

Les surveillants : vers une gestion carcérale administrée

  • 7 Il nous précise que dans certaines prisons le petit-déjeuner est donné la veille sous forme de sach (...)
  • 8 Les détenus affectés au service général travaillent pour le compte de l’administration pénitentiair (...)

20Une des caractéristiques du cadre temporel du surveillant est la rigidité. Il pointe son arrivée et son départ. Il y a l’exigence de la ponctualité. Voici comment Franck, surveillant de 31 ans, nous décrit sa journée :
« Bon, d’abord il y a l’appel, il faut voir s’ils sont physiquement présents, on leur demande de bouger, de lever le bras, on veut en fait vérifier si tout va bien, s’il est vivant quoi, ensuite c’est le petit-déjeuner7. Après bon c’est à chacun son programme y’en a qui restent en cellule, d’autres on les emmène aux activités, à l’école, aux formations, en promenade, bon quand c’est le jour de parloir on les prend. Il y en a qui ont rendez-vous à l’infirmerie, avec l’avocat, avec le greffe, certains voient des visiteurs bénévoles, bon après il faut réintégrer au fur et à mesure tout ce beau monde. Il y a aussi la distribution et le ramassage du courrier, on apporte le linge, la distribution des repas et des cantines. On règle aussi les problèmes logistiques des cellules : l’électricité, l’eau, une ampoule grillée. C’est pas nous qui faisons les réparations, c’est les détenus qui travaillent au service général8, ils travaillent pour la prison. On accompagne aussi les infirmières pour la distribution des médicaments. Bon, après il y a ...oui les fouilles de cellules parfois c’est juste préventif, mais d’autres fois, c’est qu’on a des doutes alors on fouille. On vérifie les barreaux, tout ça. C’est énorme le boulot qu’on fait, on n’a pas le temps de souffler ».

  • 9 Lors de nos observations nous avons assisté à plusieurs fouilles de cellules. Le surveillant souven (...)

21Le travail doit être fait dans les temps même si ce ne sera pas toujours avec minutie9. Toutefois, la difficulté du métier réside dans l’imprévisibilité, et cela même si la gestion est réglementée par un emploi du temps. Toujours sur le qui-vive, ils doivent être prêts à se confronter à n’importe quelle situation : « Nous travaillons dans l’urgence, aujourd’hui n’est pas comme hier. Mon travail dépend donc des événements, je peux être appelé parce qu’un détenu s’est pendu, parce qu’il y a agression sur personnel, bref tout peut arriver. Nous sommes à la disposition des événements. » (Gérard, 41 ans, chef de détention).

22En cas de litige, le temps semble être une ressource positive d’apaisement des tensions :
« Notre principal atout est le temps, il est en notre faveur, il faut donc parler sereinement et calmement. Si le courant ne passe pas avec un agent, il faut trouver un agent avec qui ça passe, c’est l’instinct, l’humain, il faut la connaissance du dialogue et de l’administration, il faut qu’il vous connaisse. Il vaut mieux perdre quinze minutes de dialogue, on le regagne automatiquement, ce n’est pas perdu ». (Gérard, 41 ans, chef de détention).

23Pour ce qui est de l’espace, des règles informelles en régissent l’organisation ; ainsi le surveillant ne s’introduit pas dans le territoire du détenu de façon aléatoire, « l’usage veut que préalablement on regarde à l’œilleton afin de s’assurer qu’en entrant on ne met pas le détenu dans une position embarrassante. Ensuite, on restera quelques instants sur le seuil avant de le franchir afin de ne pas faire irruption brutalement dans son territoire. De même, si on a à réaliser une fouille de cellule, on attendra si possible que le ou les détenus n’y soient plus pour le faire ; comme on évitera, autant que faire se peut, de trop déranger l’espace habité, de multiplier les signes de l’intrusion curieuse » [Lhuilier, Aymard, 1997, pp.146-147].

24La gestion du temps est donc un élément primordial dans la gestion de l’espace ; le surveillant veillera à ne pas prendre de retard car « les mouvements des détenus sont le principe central d’organisation qui engage tous les surveillants de détention : même si le surveillant est seul à ouvrir la porte, il n’empêche que, plus globalement, le mouvement est balisé par d’autres collègues aux différents endroits où passent les détenus. Il y a donc là une coordination nécessaire entre les surveillants. » [Lhuilier, Aymard, 1997, p.226].

25Le travail du surveillant en devient mécanique : toute activité est soumise à des injonctions temporelles. Au vu du nombre de détenus, certaines tâches nécessitent un roulement des détenus, le surveillant doit alors veiller à ce que chaque groupe commence et termine à heure fixe pour pouvoir faciliter cette rotation. Prenons l’exemple des parloirs, ceux-ci durent une demi-heure. En une après-midi il y a cinq parloirs, qui nécessitent à chaque fois l’évacuation des familles d’un côté et des détenus de l’autre. Il faut ensuite faire descendre le second groupe, et ainsi de suite. Tout retard aura des répercussions sur les familles qui devront attendre et sur les détenus qui verront leur temps de visite diminué au prorata du retard.

26En conséquence, le surveillant est toujours en activité. Mais faire énormément leur permet d’éviter de se confronter à la lourdeur émotionnelle du milieu carcéral : « Si je m’arrête je risque de voir, de les voir, de voir leur souffrance alors je fais des va-et-vient, je m’occupe et quand bien même je n’ai rien à faire je vais dans un endroit où je ne les vois pas » (Franck, 31 ans, surveillant).

Les détenus : vers une gestion du temps arrêté

27Après le choc de l’arrestation qui fige le temps, vient le second choc, celui de l’incarcération. Dépossédé de sa personne en laissant, lors de l’écrou, pièce d’identité, carte bancaire, argent liquide, clef, bijoux, le détenu se voit attribuer une nouvelle carte d’identité interne, assortie d’une photo, mentionnant ses nom, prénom et numéro d’écrou :
« Quand t’arrives direct on te met dans l’ambiance. Moi je suis arrivé le soir, après m’avoir dépouillé de tout ce que je possédais, on m’a prié de me déshabiller entièrement et on m’a donné une paire de savates et un survêtement. Tu vois on te dit d’entrée ce que tu es, un paquet de linge sale ». (André, 48 ans, condamné).

28« Si certains d’entre nous n’ont pas de temps et semblent dopés par la suractivité, d’autres (chômeurs, exclus, personnes âgées isolées...) sont écrasés par les temps morts de la vie » [Gwiazdzinski., 2004, p. 318]. Il n’empêche que le temps n’est pas vécu de la même manière selon les détenus, cela dépend de plusieurs variables : la durée de peine ou l’ancienneté en détention pour les prévenus, les conditions de détention, l’âge, la catégorie socio-professionnelle, le délit...Autour des horaires réglementaires, la vie en détention se structure différemment en maison d’arrêt et en établissement pour peine. Le temps ne prend pas la même signification pour les prévenus qui attendent une décision judiciaire et les condamnés qui sont fixés sur leur sort et s’organisent en fonction de la date butoir de leur libération. De même les détenus de courte peine ne vivent pas l’incarcération de la même manière que les détenus de longue peine. Il est à noter que la durée moyenne de séjour en maison d’arrêt est d’environ cinq mois. Pour les prévenus, les convocations chez le juge d’instruction ou la comparution devant le tribunal correctionnel ou la cour d’assise constituent des temps forts de leur parcours pénitentiaire. La visite des avocats est également extrêmement importante pour eux. Toutes ces visites structurent le temps des prévenus. Les condamnés à une longue peine sont placés dans des établissements pour peine où la vie de groupe est pensée de manière plus marquée. Ils s’installent dans la durée, tout en se donnant des buts et des étapes par rapport à leur date de sortie.

29Prenons maintenant l’exemple de l’âge. Nous avons remarqué que les détenus de notre échantillon âgés de trente à quarante ans avaient une gestion tactique du temps ; ils font tout pour obtenir un travail ou une formation rémunérée. Ils élaborent des stratégies pour ne pas perdre leur temps et l’occuper au maximum :
« La première fois que je suis passé en prison c’était du n’importe quoi je faisais rien, c’était long et puis quand je suis sorti, j’avais rien, le bilan rien. Mais là j’ai mûri maintenant de suite j’ai demandé un travail, je veux m’occuper au maximum pas perdre mon temps à galérer dans ma cellule devant la télé » (Jonathan, 36 ans, condamné).

30En revanche, les plus jeunes, c’est-à-dire les mineurs et les jeunes adultes, vivent leur détention au jour le jour, ils n’ont pas de réel projet et ont une gestion saccadée du temps :
« Nous on est habitués à rester sans rien faire de la journée, ce n’est pas ça le plus dur pour nous le plus dur, c’est de ne pas pouvoir bouger, on est bloqués là dans une cellule, tac l’école de temps en temps. J’y vais quand je veux, quand je n’ai pas envie je reste dans ma cellule, voilà quoi moi c’est ça surtout pouvoir bouger aller où je veux c’est ça qui manque » (Samir, 17 ans, prévenu).

31Le plus difficile pour les jeunes incarcérés est la restriction de l’espace, et comme l’indique Sylvain Aquatias dans son étude sur les jeunes en difficulté des cités de banlieue les jeunes « ne conçoivent pas le temps dans la durée, mais dans l’instant et le plaisir immédiat » [Aquatias, 1999, p. 27].

32De ce fait, cette coexistence entre détenus aux temporalités différentes engendre des discontinuités spatiales d’autant plus aisées à repérer que les temporalités des populations coexistantes sont tranchées ou opposées et qu’elles ont construit chacune leur propre territorialité. De la sorte, les détenus ayant déjà purgé une ou plusieurs peines, ou les plus anciens d’entre eux, ont un rapport à l’espace différent de celui des néophytes qui ne connaissent pas les règles de la prison. La longévité carcérale peut être un critère de justification de l’occupation du territoire au sein de la détention. On le voit clairement en cour de promenade, c’est le plus ancien qui est sollicité pour trancher dans les affaires entre détenus. Reconnu et respecté pour sa maturité, les co-détenus acceptent son verdict.

33Nous avons vu que pour les jeunes détenus le manque d’espace prédomine sur le poids du temps. Effectivement, la prison, par sa singularité, institue d’emblée un rapport particulier au temps qui paraît alors suspendu. Il existe des frontières dans le territoire que représente la prison, elles peuvent apparaître comme de simples attributs, des bordures permettant de le distinguer ou encore des artefacts à la surface de l’espace. Or, les frontières sont des construits : grillage, barbelés, murs bordent la prison de l’extérieur, grilles, caméra, sas, sont autant d’éléments physiques qui restreignent l’espace du détenu. Tout lui rappelle la limitation de son territoire. Mais au sein de cet environnement exigu, le détenu peut élargir son territoire. Certains groupes de détenus (souvent des binômes) s’approprieront le banc de la cour de promenade, d’autres se contenteront de leur lit comme véritable endroit qui leur appartient car ils sont les seuls à l’occuper.

34Ainsi, la gestion du temps se complique par les nombreuses sources de conflit qui pullulent en cellule, lieu clos et réduit qui force à la promiscuité : Pierre se plaint de Georges qui passe son temps devant la télé alors que lui veut lire tranquillement. André reproche à Loïc son manque de propreté...

Apprivoiser le temps

35Atemporelle dans son ensemble, la prison est sujette à de multiples stratégies d’apprivoisement du temps. Certains détenus se libèrent du temps en se suicidant, le suicide leur permet ainsi d’échapper au vide temporel et à la souffrance carcérale [Bourgoin, 1994]. Pour d’autres, la consommation de neuroleptiques permet de mettre entre parenthèses le temps :
« Je veux que ça passe vite, je ne veux pas être témoin du temps qui passe. Je veux me réveiller et qu’on me dise « allez hop vous sortez ». (Julie, 31ans, condamnée).

36D’autres, enfin, tentent de dompter le temps en s’occupant. Travailler ou participer à une formation permet au détenu d’agrandir son espace de vie. Il peut de ce fait quitter sa cellule et se déplacer, passer du temps hors de sa cellule. Pour apprivoiser le temps certains détenus s’attachent à faire ce qu’ils négligeaient à l’extérieur. Farid nous raconte de quelle manière la préparation du repas lui permet d’écouler les minutes :
« Je cuisine beaucoup depuis que je suis ici, chose que je ne faisais jamais chez moi parce que j’avais pas trop le temps. Ici, je fais les sauces moi-même je cantine des tomates, des poivrons, des oignons, la totale quoi. Je fais des sauces pour accompagner les pâtes. Je coupe les poivrons finement et je fais pareil avec les autres légumes. Ça me prend du temps de préparer à manger. Le temps passe vite comme ça. Je fais mes trucs à moi » (Farid, 23 ans, prévenu).

37Jonathan quant à lui préfère lire. Il a d’ailleurs l’ambition de lire tous les livres de la bibliothèque. Cette adaptation à la prison se fait en prenant conscience que le temps est à combler au maximum pour éviter d’être accablé par la vie carcérale. Ainsi, il est plus aisé de parler de temps carcéraux car les détenus n’ont ni les mêmes rythmes de vie ni les mêmes occupations.

  • 10 La durée maximale de la sanction de cellule de discipline est variable selon la nature de la faute  (...)

38La prison comporte également plusieurs espaces et le temps n’y est pas vécu de la même façon. Ainsi il faut distinguer le temps en cellule dite « normale » et le temps en « cellule disciplinaire », dite « mitard10 » dans le jargon pénitentiaire. À cet endroit, le temps change : « un jour, c’est quatre jours », comme l’indique un détenu. En effet, le régime y est disciplinaire : pas de télévision, pas de radio, pas de visites, pas de codétenu, et les promenades sont individuelles. Un tel régime rend la maîtrise du temps impossible et laisse le détenu face à lui-même. Dans des cas extrêmes cet enfermement total peut aliéner le détenu. C’est ainsi qu’un surveillant nous a expliqué que le détenu pouvait devenir un vrai lion enragé une fois la sanction disciplinaire terminée.

39Le face-à-face entre ceux qui n’ont pas le temps, les surveillants, qui travaillent toujours dans l’urgence, et ceux qui en ont trop, les détenus, et qui ne savent quoi en faire, entraîne un rapport de domination où le temps des surveillants gouverne celui des détenus. Comment traiter les demandes des détenus dans un contexte temporel inégal ?

3. Traiter les demandes des reclus : entre rationalisation de l’espace et décalage temporel

  • 11 Information-prison-justice n°82, septembre 1997.

40Comme nous l’avons dit, les activités sont importantes pour les détenus : « s’il est possible de décrocher une place à l’atelier ou au service général, c’est comme à l’extérieur. Cela permet de s’occuper, de ne pas voir le temps passer et d’avoir de quoi cantiner. Plus encore, c’est se donner les moyens de supporter ce présent qui n’en finit pas et le rapprocher de ce futur qui se perd à l’infini. Et, surtout, cela permet de s’améliorer, d’arriver à un équilibre et résister à l’érosion de la mort lente ». [Lesage de La Haye, 1997]11.

De quel ordre sont les requêtes des détenus ?

  • 12 Colin et Klinger précisent que cette nouvelle forme de rationalisation de la communication a pour a (...)
  • 13 Les demandes de changement de cellule sont les plus réclamées. Les détenus de notre échantillon ont (...)
  • 14 C’est-à-dire au quartier arrivant où sont placés les détenus dans l’attente d’une affectation en ce (...)

41Même si les demandes peuvent se faire oralement, le principal mode de communication12 entre les détenus et le personnel de la prison est essentiellement écrit. Ce système d’échange écrit « garantit une meilleure fonctionnalité, des communications plus claires, alors que pour les détenus en situation d’illettrisme, l’obligation d’écrire signifie la mise entre parenthèses d’une part de leur expérience, celle qui relève du secret de leur biographie » [Colin et Klinger, 2004, p.35]. Ainsi, les demandes se font selon un dispositif où l’écrit devient une modalité indispensable des relations quotidiennes. Cependant, les détenus en situation d’illettrisme s’en trouvent exclus. Par exemple, pour le détenu, changer de cellule13 c’est maîtriser son temps et son espace, pouvoir apporter du changement dans un lieu caractérisé par l’immobilisme. Par contre, pour le surveillant, il s’agit d’une perturbation de son emploi du temps qui s’ajoute aux tâches qui lui incombent et sur lesquelles il est évalué. Ainsi, nous nous entretenions avec un chef de détention, lorsqu’un détenu arriva dans son bureau :
« Je vous en prie Monsieur, je vous en supplie, changez moi de cellule, je peux pas, je peux pas tenir avec lui, on s’entend pas, pitié, mettez-moi tout seul, mettez-moi tout seul, je suis bien tout seul. Aidez-moi changez moi tout de suite, j’ai plus de santé (il montre son cou mutilé) vous avez vu j’ai plus de santé, je vous en prie Monsieur je vous promets je vous embêterai plus, c’est fini je vous laisse tranquille mais aujourd’hui changez moi ».
Le CSP (chef des services pénitentiaires) : D’accord, je vais voir ce que je peux faire.
Le détenu : Merci Monsieur, je ferai tout ce que vous voulez parce que je suis à vos ordres chef.
Le CSP s’adressant à moi : Vous avez vu c’est ça l’imprévu, ce détenu en fait il devrait plus être dans un hôpital psychiatrique, il a rien à faire ici. D’ailleurs il fait des allers-retours entre prison et hôpital.
Le CSP prend son téléphone et veut régler tout de suite la réclamation de ce détenu : Bonjour, la C, ouais il faut le changer de cellule, non non, ça ne va pas.
Apparemment le gradé lui dit qu’il n’a plus de cellule où le mettre.
Le CSP : Ben, mets le aux arrivants14 pour ce soir, après on avisera. »
(Extrait de notre journal de terrain).

  • 15 La CAP intervient dans les décisions relatives aux réductions de peine, permissions de sortir et au (...)

42Notre étude nous a permis de distinguer différents types de requêtes. Les premières concernent la peine en tant que telle : ce sont des requêtes judiciaires. Certaines sont propres à toute la population, d’autres sont spécifiques à la situation pénale ; ainsi les prévenus solliciteront les surveillants pour connaître l’avancement du procès et les condamnés la date de la commission d’application des peines (CAP)15. Ensuite, nous distinguons les requêtes de placement : changer de cellule, d’étage, voire de bâtiment, changer d’établissement, aller à l’isolement. Enfin, les requêtes courantes de la vie quotidienne : passer du sucre, écrire une lettre, boire un café chez le voisin, prendre une douche en plus, avoir une demi-heure de parloir en plus.

Vers une rationalisation de l’espace temps carcéral

  • 16 À l’aide d’un interrupteur qui s’allume à l’extérieur de la cellule.

43Si le détenu manque d’occupations, il passe son temps à attendre. Il attend une visite, il attend l’avocat, il attend son jugement, il attend sa libération… Quand il a vraiment épuisé toutes les possibilités émanant de son imagination pour s’occuper le corps ou l’esprit, il cherche un moyen pour sortir de cellule ne serait-ce qu’un instant. Pour ce faire, il appelle16 le surveillant d’étage pour des motifs apparemment futiles : un livre à échanger, une maladie « imaginaire », un renseignement judiciaire concernant sa peine. La nuit pénitentiaire n’est qu’en partie occupée par le sommeil, elle est souvent dominée par l’insomnie des détenus.

44Toutes ces préoccupations doivent être prises en compte par le personnel de surveillance qui appréhende l’angoisse des détenus confrontés à la pénibilité de leur détention et à l’attente de leur libération ou du jugement pour les prévenus. C’est dans un contexte où tout est partiellement faussé, en particulier les rapports interpersonnels entre surveillants et détenus, qu’ont lieu les interactions.

45Tout événement, même banal, qui advient à l’intérieur de l’établissement est très souvent exagérément grossi : c’est l’effet de loupe. En détention, la liberté d’aller et venir n’existe pas. Cette réduction de l’espace engendre la passivité et l’oisiveté du détenu.

46Réunir des détenus qui proviennent des quatre coins de la prison n’est pas toujours aisé, compte tenu des interdictions judiciaires de rencontres entre les détenus et des problèmes de cohabitation au sein de la détention.

47Dans les centres de détention, les détenus sont regroupés en « unités de vie » dont les cellules sont ouvertes durant les horaires d’activité et offrent l’occasion de discuter, jouer, regarder la télévision… En maison d’arrêt et en centrale les cellules sont fermées, les surveillants sont donc principalement sollicités pour ouvrir les cellules.

48Comme le montre le tableau 1 en page suivante, les mouvements se font dans un ordre chronologique bien précis. Plusieurs activités peuvent se croiser : ainsi au même moment le détenu a parloir et promenade, ou parloir et rendez-vous chez le dentiste. Il faut donc harmoniser les temporalités.

  • 17 Tableau construit à partir de nos observations

Tableau 1 : Emploi du temps d’une journée en détention17

Horaires

Non travailleurs

Travailleurs

07h00

Réveil

Réveil

07h15

Petit-déjeuner, sortie des poubelles, ramassage du courrier

Petit déjeuner, sortie des poubelles, ramassage du courrier

07h30

Ateliers

08h00

Activités (selon emploi du temps spécifique)

08h30

Promenade ou sport

09h30

Mouvements intermédiaires

11h45

Remontée : promenade, sport

Réintégration des cellules

12h00

Réintégration des cellules

12h00

Repas

Repas

13h15

Activités (selon emploi du temps)

13h45

Promenade ou sport ou parloir

Promenade ou sport

15h30

Mouvements intermédiaires

17h15

Remontée : promenade, sport

Remontée : promenade, sport

18h00

Réintégration des cellules

18h15

Repas

Repas

19h00

Fermeture

Fermeture

49Les cadres temporels n’organisent pas suffisamment ou efficacement les activités du sujet, parce qu’ils exercent un contrôle trop pesant sur la liberté d’action (ce qui peut être ressenti comme une colonisation de la temporalité intime). Sur un plan moins rationnel, la plainte temporelle signalerait le désarroi de l’acteur qui se trouve pris au piège dans une situation à laquelle il participe sans pouvoir s’en extraire ni s’y adapter minimalement parce qu’il n’a aucune prise sur elle. Le temps en prison est ainsi mal vécu.

50L’intervention « en temps réel » est un nouvel impératif de gestion. Il faut savoir anticiper et réagir rapidement au problème. Soumis à cet impératif gestionnel, le travail des surveillants nécessite la prise en compte des paramètres d’espace et de temps. Les allers et venues doivent être effectués en peu de temps, ainsi les surveillants orientent les détenus en fonction des activités pour n’avoir à ouvrir qu’une cellule à la fois et donc gagner du temps.

51Pour Lionel, surveillant, la détention est gérée de façon à regrouper les détenus calmes, qui ne sollicitent que très rarement les surveillants et qui sont soumis aux règles de l’établissement. De la sorte, le surveillant réduit le triptyque espace-temps-mouvement :
« Les plus calmes on les rassemble, on sait qu’avec eux il y a jamais de problèmes. Donc, on rassemble les plus calmes et les plus dangereux, les deux opposés. C’est-à-dire ceux qu’on a le plus à protéger ou ceux dont on doit se protéger. Après dans les étages, il y a tout le reste, c’est-à-dire que, il y a ceux qui savent qui vont péter les plombs, et ceux dont on pense qui sont en crise, il vaut mieux les mettre au rez-de-chaussée. Quand le détenu arrive, ben par exemple, quand on voit quelqu’un qui est très, sur la tranche quoi, il vaut mieux le mettre au rez-de-chaussée parce que ça ira mieux à gérer tout de suite quoi. Parce que au rez-de-chaussée il y a toujours plus de monde, y a beaucoup plus de monde qui passe » (Lionel, 38 ans, surveillant).

52La gestion des détenus est donc rationalisée, le surveillant place les détenus en tenant compte de divers critères dont le comportement. Le traitement des demandes est également rationalisé. Les demandes « urgentes », celles qui, si elles ne sont pas prises en compte, risquent de poser problème à l’ordre en détention sont prioritaires.

53Il est vrai qu’avec un surveillant pour cent détenus il est impossible de traiter l’ensemble des demandes des détenus ; certains s’autogèrent. Pour surmonter ce problème, les surveillants opèrent un tri officieux. Les plus coopérants sont ceux qui seront les mieux servi. Nous pouvons donner l’exemple des douches, qui illustre bien les privilèges octroyés aux détenus méritants. Officiellement, les détenus ont droit à deux, voire trois douches par semaine. Les privilégiés iront donc tous les jours. C’est une récompense utilisée pour calmer le détenu, et acheter sa complicité. Se sentant ainsi favorisé, il deviendra « le bras droit » du surveillant en l’aidant à gérer la détention. Nous avons notamment évoqué ce fait avec Farida - détenue âgée de 37 ans, condamnée à huit ans de prison et en attente de transfert en maison pour peine- qui bénéficiait de conditions de détention nettement plus confortables que ses co-détenues, elle nous a expliqué qu’en échange de ces douches supplémentaires, de ces parloirs plus longs, elle était souvent sollicitée par la chef des services pénitentiaires pour accompagner et partager la cellule des détenues fragiles ou à tendance suicidaire.

La logique d’occupation comme facteur gestionnel : un découpage de l’espace de travail

54Les surveillants opèrent un découpage officieux de leur périmètre de travail. Celui-ci leur permet de réduire l’espace de travail parcouru en optimisant l’affectation des détenus. Cette répartition des détenus permet ainsi une rentabilisation du travail. Le critère de partage qui apparaît comme propice à la gestion des activités est un découpage binaire « occupés » (ceux qui ont une activité) et « non-occupés ». Au sein de ces deux catégories on trouve d’autres critères de découpage (âge, délit, ethnie, origine sociale...). Il nous faut également distinguer le cadre officiel, législatif, de la gestion de l’espace du cadre réel organisé par les CSP pour gérer la détention. Des priorités émergent selon l’urgence des demandes. Celles-ci sont traitées des plus importantes aux moins importantes, c’est-à-dire en fonction des risques potentiels d’une non prise en compte de ces dernières. Ensuite, les détenus sont répartis de façon à réduire l’espace à parcourir, de telle manière que ceux-ci soient regroupés par secteur d’activités comme le montre le tableau 2.

Tableau 2 : Répartition de quelques activités dans une maison d’arrêt étudiée

Tableau 2 : Répartition de quelques activités dans une maison d’arrêt étudiée

55« Ben, c’est ce que moi je pense, je pense qu’ils essayent d’équilibrer, ils essayent aussi de faire des ailes calmes, les travailleurs sont groupés, ça c’est un critère, c’est un critère parce qu’en fait comme ils doivent ouvrir les portes, comme ça ils ouvrent toutes les portes, admettons les quarante travailleurs dans une seule aile, cette aile là ils ont pas à la surveiller parce que toute la journée les mecs ils sont au boulot, donc ils ont plus que trois ailes à s’occuper tu vois » (André, 48 ans, condamné).

56La répartition des détenus est donc sectorisée en fonction des mobilités choisies (impulsion donnée par le détenu pour se déplacer d’un endroit à un autre), et des mobilités contraintes (décision prise par le surveillant qui choisit de déplacer le détenu d’un endroit à un autre).

  • 18 Circulaire JUSE0140057C du 20 juillet 2001 relative à la lutte contre l’indigence.

57La variété des environnements et des modes de vie dans les prisons rend difficile une expression homogène de ce qu’est la vie quotidienne des détenus. Il y a cependant un dénominateur commun, des attitudes que l’on retrouve partout. On cherche à occuper le détenu pour qu’il ne « pète pas les plombs ». Les surveillants considèrent qu’un détenu occupé est un détenu maîtrisé. Ainsi, les surveillants responsables du travail pénal se plaignent de se voir attribuer les détenus les plus difficiles à maîtriser et dont on cherche à canaliser la violence ; alors que le travail pénal est prioritairement destiné aux détenus « indigents18 ». Les activités permettent également aux détenus d’espérer que soient mentionnés sur leur dossier pénal leurs efforts d’intégration à la vie carcérale et par là même un avis favorable pour un éventuel aménagement de peine. Ayant assimilé que les activités facilitent leur évaluation, les détenus se mobilisent fortement et réclament sans cesse leur inscription au travail pénal ainsi qu’aux diverses activités proposées par l’établissement. Elles sont également un prétexte pour sortir de cellule et ont un objectif sécuritaire, notamment en empêchant le détenu de sombrer dans l’apathie. Toutefois, certains d’entre eux refusent de voir les surveillants gouverner leur temps et se démarquent du système en montrant leurs capacités à surmonter l’incarcération sans participer aux activités :

58« Moi, je n’ai pas besoin de leurs trucs, c’est de l’esclavage ils te font travailler pour quelques euros. Je n’ai pas besoin de leur boulot, de leurs activités, je m’en sortirai tout seul. Je suis tranquille dans ma cellule, je fais ma peine et après je me casse ». (Stéphane, 27 ans, condamné)

59De surcroît, le travail proposé n’est pas toujours vecteur de motivation pour le détenu : ensacher des objets, préparer des enveloppes, ne permet pas une réelle insertion post-carcérale. Ces activités sont par conséquent davantage des outils de gardiennage et de mise au calme plutôt que de réinsertion.

Décalage temporel entre les sollicitations et les exécutions

60Les réponses aux sollicitations orales comme écrites des détenus ne sont pas instantanées et les contraintes spatio-temporelles retardent la satisfaction immédiate des demandes. Prenons le cas du travail pénal ; tous les détenus ne pourront pas travailler car la demande est supérieure à l’offre. Certains détenus seront donc mis sur une liste d’attente qui peut être de plusieurs mois. Ce décalage temporel se révèle être une stratégie qui rappelle aux reclus le rapport de domination existant entre le surveillant décideur et le détenu exécuteur. Cependant, le détenu rappelant constamment sa requête, le surveillant devra satisfaire au maximum les attentes des détenus pour éviter les débordements.

61Persiste donc un conflit entre deux logiques d’organisation : celle à laquelle les détenus se réfèrent et celle à laquelle se réfère le personnel de surveillance, lequel se trouve en relation avec des normes temporelles propre à l’organisation prison.

62Pour les requêtes de placement, le surveillant est susceptible d’accorder le « déménagement » dans l’objectif de mieux gérer la détention. Nos observations ont montré qu’un détenu satisfait est un détenu qui participe et donc facilite l’ordre carcéral. La gestion de l’espace dépend donc des facilités et des privilèges accordés aux détenus, qui de ce fait participent à la gestion de la vie en détention. En conséquence, les mouvements se feront vite, le surveillant ne sera pas chahuté, le détenu facilitera la fouille de sa cellule, et se soumettra plus facilement aux ordres du surveillant, considéré comme loyal car il a rendu service. Ces privilèges offerts font gagner du temps dans un lieu où le temps est long.

Conclusion

63Pour qu’il y ait cohérence entre travail du surveillant et gestion des détenus, il faut une certaine synchronisation. La prison évolue dans le temps et dans l’espace selon des rythmes quotidiens, d’événements ou d’incidents. Les horaires d’activité donnent le tempo, règlent l’occupation de l’espace et dessinent les contours des territoires vécus, subis, ou maîtrisés par les détenus. Ainsi, les surveillants ont recours à la classification des détenus par types d’activités : seront donc regroupés les travailleurs de l’atelier A, les élèves de la formation B, les détenus participant à l’activité artistique C. Cette gestion rationnelle permet de gagner du temps. La catégorisation est avant tout motivée par le souci de restreindre l’espace à parcourir et d’opérer un contrôle optimal sur les déplacements de la population carcérale.

64En somme, la gestion des demandes est hiérarchisée et organisée en fonction des paramètres spatio-temporels. Les surveillants gèrent la détention sous l’injonction sécuritaire. Comme le souligne un surveillant, « le plus important est de finir la journée sans qu’il y ait de vagues ».

Haut de page

Bibliographie

AQUATIAS S. (1999), Un temps d’arrêt/un arrêt du temps. Temporalités des jeunes des cités de banlieue en échec social, Temporalistes, n° 40, pp. 26-34.

ATTALI Jacques (1982), Histoires du temps, Fayard, 332 p.

BOURGOIN N. (1994), Le suicide en prison, L’Harmattan, 269 p.

CHANTRAINE G. (2004), « La mécanique du temps vide », in D. Kaminski, M. Kokoreff (dir.), Sociologie pénale : système et expérience, pp.257-271.

CHAUVENET A., ORLIC F., BENGUIGUI G. (1994), Le monde des surveillants de prison, PUF, 232 p.

COLIN P., KLINGER M. (2004), Vécu carcéral et situation d’illettrisme, Déviance et société, vol. 28, n° 1, pp. 33-55.

COMBESSIE P. (2001), Sociologie de la prison, La Découverte, 122.p.

GIFFMAN E. (1968), Asiles. Étude sur la condition des malades mentaux, Les Éditions de Minuit, 450 p.

GRAS Alain (1979), Sociologie des ruptures, PUF, 205p.

GWIAZDZINSKI L. (2004), « Panser l’espace, penser le temps », in Luc Vodoz, Barbara Pfister Giauque, Christophe Jemelin (sous direction de), Les territoires de la mobilité. L’aire du temps, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, pp.317-340.

LESAGE de la HAYE (1997), Le temps qui tue, Information, prison, justice, n° 82.

LHUILIER D., AYMARD N. (1997), L’univers pénitentiaire. Du côté des surveillants de prison, Desclée De Brouwer, 287 p.

LHUILIER D., LEMISZEWSKA A. (2001), Le choc carcéral, Bayard, 299 p.

MARCHETTI A.-M. (2001), Perpétuités. Le temps infini des longues peines, Plon, 526 p.

PRONOVOST G. (2000), Les jeunes et le temps, Lien social et politiques, n° 43, pp.33-39.

TOURNIER P. (2007), Surpopulation carcérale : un « vrai » chiffre pour un « vrai » débat ? Arpenter le champ pénal, n° 28.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur une étude reposant sur des entretiens et des observations effectués dans trois maisons d’arrêt de France entre décembre 2002 et décembre 2005, en l’occurrence 68 entretiens réalisés auprès de personnes incarcérées ou intervenantes. Notre recherche, effectuée dans le cadre d’un travail de thèse en sociologie -dirigée par Dominique Duprez, sociologue et directeur de recherche au CNRS-, s’intéresse à la gestion de l’espace carcéral en observant les relations détenus/surveillants. Notre échantillon se compose à la fois de détenus, de surveillants, de personnel administratif, d’intervenants socio-éducatifs mais également d’enseignants, de formateurs, de psychologues, de conseillers d’insertion et de probation, de bénévoles, etc.

2 Un détenu « prévenu » est un détenu en « détention provisoire » c’est-à-dire n’ayant pas fait l’objet d’une condamnation définitive. Certains ne sont pas encore passés en jugement (ils sont mis en examen et incarcérés ou sont en attente de passer devant un tribunal). D’autres ont déjà été jugés une première fois (ils ont exercé une voie de recours contre leur condamnation).

3 Le 10 février 2000, le Sénat adopte une résolution créant une commission d’enquête sur les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires en France, présidée par Jean-Jacques Hyest. Ce rapport est titré « une humiliation pour la République ».

4 Partant de son terrain de recherche, l’hôpital psychiatrique Sainte-Elisabeth de Washington, Erving Goffman définit une institution totale « comme un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. » [Goffman, 1968, p.41].

5 Il réunit sous un même concept cinq groupes d’institutions totales, la prison étant classée dans le troisième groupe avec les camps de prisonniers et les camps de concentration.

6 Sont regroupés sous cette appellation les personnes qui interviennent auprès des détenus : personnel de service social, personnel infirmier, personnel médical, personnel éducatif, etc.

7 Il nous précise que dans certaines prisons le petit-déjeuner est donné la veille sous forme de sachets solubles.

8 Les détenus affectés au service général travaillent pour le compte de l’administration pénitentiaire. Ils effectuent des tâches d’entretien des locaux nécessaires au bon fonctionnement de la prison : nettoyage, buanderie, cuisine, bibliothèque...réservés aux personnes répondant aux critères d’indigence, ces emplois sont les plus stables mais les moins bien payés.

9 Lors de nos observations nous avons assisté à plusieurs fouilles de cellules. Le surveillant souvent en retard fouillait sommairement la cellule pour ne pas entraver son emploi du temps.

10 La durée maximale de la sanction de cellule de discipline est variable selon la nature de la faute : 45 jours pour une faute du premier degré (violences physiques, trafic et détention de stupéfiants...), 30 pour une faute de deuxième degré (profération d’insultes ou menaces à l’égard d’un membre du personnel, participation à des actions collectives perturbant l’ordre, vols...) et 15 pour une faute de troisième degré (menaces, injures, outrages...).

11 Information-prison-justice n°82, septembre 1997.

12 Colin et Klinger précisent que cette nouvelle forme de rationalisation de la communication a pour ambition de permettre « aux personnes incarcérées d’avoir un contact direct avec un membre des différents services sans forcément devoir s’adresser aux surveillants. D’une part ces derniers peuvent répondre plus ou moins rapidement à la demande, avec plus ou moins de compétence, d’autre part, face à la multiplication des activités, des intervenants, et des dispositifs, ils peuvent ne plus être suffisamment informés. C’est pourquoi la communication écrite directe entre les personnes détenues et les acteurs des différents services est retenue ». » (2004, p.37).

13 Les demandes de changement de cellule sont les plus réclamées. Les détenus de notre échantillon ont au minimum changé de cellule à deux reprises.

14 C’est-à-dire au quartier arrivant où sont placés les détenus dans l’attente d’une affectation en cellule dite « normale ».

15 La CAP intervient dans les décisions relatives aux réductions de peine, permissions de sortir et autorisations de sortie sous escorte.

16 À l’aide d’un interrupteur qui s’allume à l’extérieur de la cellule.

17 Tableau construit à partir de nos observations

18 Circulaire JUSE0140057C du 20 juillet 2001 relative à la lutte contre l’indigence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Répartition de quelques activités dans une maison d’arrêt étudiée
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fatima Outaghzafte-El Magrouti, « L’espace-temps carcéral  », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 371-383.

Référence électronique

Fatima Outaghzafte-El Magrouti, « L’espace-temps carcéral  », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/2246 ; DOI : 10.4000/eps.2246

Haut de page

Auteur

Fatima Outaghzafte-El Magrouti

CLERSE-UMR CNRS 8019
IFRESI
2, rue des Canonniers
59000 Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org