Navigation – Plan du site
Articles
Temporalités et coprésences

Le plus grand regroupement annuel et itinérant d’Italie 

Dimensions sociale, spatiale et temporelle
The Most Important “Wandering Demonstration” in Italy
Isabelle Dumont
p. 333-343

Résumés

L’adunata degli Alpini est la manifestation itinérante annuelle la plus importante de toute l’Italie. Ponctuelle, elle attire à chaque édition environ 400 000 spectateurs aux origines socioculturelles variées. Pendant deux jours, le paysage urbain habituel est transformé : le centre-ville vit aux rythmes des festivités. À l’origine commémorative, cette fête est devenue un véritable regroupement populaire. Cette affluence grandissante nécessite de gros préparatifs et entraîne des retombées économiques conséquentes pour la localité concernée à chaque fois différente.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’adunata degli Alpini, le regroupement des Alpins est sans conteste la manifestation itinérante annuelle la plus importante et la plus populaire de toute l’Italie. Le défilé officiel à lui seul compte 70 000 Alpins venant de toutes les régions de la péninsule, mais aussi de pays étrangers plus ou moins éloignés comme la Suisse, le Canada ou l’Australie... Cette manifestation, très ponctuelle, attire à chaque édition environ 400 000 spectateurs.

2Pendant quelques jours, le paysage urbain habituel se trouve radicalement transformé : aussi bien dans sa morphologie que par les pratiques sociales qu’il suscite. Les rues et places du centre-ville de la localité sélectionnée offrent un tout autre visage que celui habituel et vivent aux rythmes des festivités : fanfares, défilés, chants, tablées. Ce sont tour à tour des villes grandes, moyennes et parfois petites, qui accueillent ces vagues de visiteurs éphémères arrivant en train, avion, camping-car, bus...

3À l’origine simple manifestation commémorative, cette fête est devenue un véritable regroupement populaire associant souvenir, solidarité et convivialité. Il va de soi qu’étant donné le flux de personnes aux origines socioculturelles différentes, cet événement très attendu et très prisé nécessite des préparatifs logistiques non négligeables et entraîne des retombées économiques considérables pour la localité concernée.

4Après une présentation rapide de ce que sont les Alpini, indispensable pour saisir le sens accordé à cette rencontre annuelle par les principaux acteurs, nous nous attarderons sur la fête elle-même et surtout sur les composants d’ordre spatial, temporel et social de son alchimie.

L’origine de l’adunata degli alpini : d’un fait commémoratif à une fête populaire

  • 1 Le siège social depuis la création de l’association est à Milan. Nombre de documents, y compris des (...)

5Au sortir de la Grande Guerre, un groupe de rescapés alpins décide, en 1919, de fonder une association : l’Associazione Nazionale Alpini (ANA)1 pour prolonger les liens de fraternité et de solidarité qu’ils avaient tissés. Dès le mois de septembre de l’année suivante, cette association organise un rassemblement national à Ortigara, localité septentrionale, située au sommet d’un relief où de nombreux soldats alpins ont laissé la vie pendant les hostilités. Depuis 1920, l’Adunata nazionale degli Alpini, événement incontournable, a lieu chaque année, à l’exception des années comprises entre 1941 et 1947 incluses [Bianco, 2001 ; Bonomo, Volpato, 2006].

6Le temps passant, le nombre de vétérans diminuant, le caractère militaire de l’ANA a progressivement laissé le pas à la protection civile qui a été insérée parmi les objectifs institutionnels. L’année 1976 et le terrible tremblement de terre dans le Nord-Ouest de l’Italie marquent un tournant déterminant. Les Alpins largement sollicités alors pour secourir les habitants du Frioul sont depuis cette tragédie considérés comme partie prenante de la Protection Civile de l’État italien. Ils sont également intervenus lors des inondations qui ont ravagé la Val Brembana et Valtellina en 1987, le Piémont et l’Émilie- Romagne en 1994, la Dordogne en 2000 ou encore lors du tremblement de terre en Arménie en 1989. Leurs missions humanitaires se déroulent également dans les zones agitées comme l’Albanie, la Bosnie, le Mozambique, etc. Ces opérations nationales et internationales de secours constituent sans aucun doute un facteur qui alimente leur popularité à travers tout le pays.

  • 2 “Non pochi paesi, tutti quelli che concorrono con reparti alla forza multinazionale impegnata al ma (...)

7Aujourd’hui, l’association compte environ 380 000 adhérents répartis dans toute l’Italie : 316 000 Alpins et 64 000 « amis des Alpins ». L’expression Amici degli Alpini est l’expression utilisée par la direction de l’ANA et plus généralement par le milieu des Alpini pour indiquer les personnes qui adhèrent à l’association, en partagent les valeurs (« leur esprit de Corps, la variété de leurs prestations, leur dévouement et leur sens du devoir »)2 et participent aux différentes activités ou manifestations, mais qui n’ont pas effectué leur service militaire en tant qu’Alpins. Les « vrais » Alpini tiennent à souligner cette distinction.

  • 3 Nombre d’adhérents dans les sections de pays étrangers : 1304 au Canada, 920 en Australie, 748 en S (...)

8Aux Alpini nationaux, dont on observe une plus grande concentration dans les régions montagneuses du Nord de la péninsule, s’ajoutent les 4300 qui, dans le contexte de mondialisation de ces dernières décennies, vivent désormais pour raisons professionnelles à l’étranger. La création d’entreprise, les délocalisations ou l’installation de filiales les ont portés sur les terres du Canada, de l’Australie, de la Suisse, de l’Argentine, ou encore de la France, de l’Afrique du Sud, etc.3 D’ailleurs, nombreux sont ceux qui fixent leurs congés annuels afin de pouvoir assister ou même participer le cas échéant au défilé.

9Cet éparpillement géographique des Alpini sur l’ensemble du territoire italien et surtout dans des pays lointains, lourd handicap pendant des années aussi bien pour la diffusion informative que pour la mobilité individuelle, s’est largement estompé dernièrement. La multiplication et l’amélioration des transports aériens et ferroviaires d’une part, et l’arrivée d’Internet d’autre part, ont complètement bouleversé les relations « intra-communautaires » mais aussi celles de la communauté Alpine avec les autres acteurs et groupe sociaux. Ces moyens, nouveaux ou non, permettent en effet d’effacer les distances, de vaincre le temps [Grataloup, 2007] et donc d’assurer une meilleure communication entre les individus, une plus large publicité de l’évènement et par conséquent une audience et une attractivité grandissantes.

10Lors de l’Adunata, le défilé officiel, qui a lieu de façon très solennelle le dimanche, à lui seul regroupe 70 000 hommes, répartis selon leur section d’appartenance. La coutume veut que ce soient les sections les plus éloignées qui commencent et la section locale qui finit. Les premières rangées sont donc celles des pays étrangers : Chili, Uruguay... C’est notamment à l’occasion du défilé que la distinction entre les Alpini et les « amici degli Alpini » se remarque le plus. Ne peuvent défiler que les Alpini ; il est facile de les remarquer puisque ce sont les seuls à endosser le fameux chapeau vert à plume noire. Chapeau devenu symbole d’appartenance à ce groupe, voire à cette communauté, qui, bien que très solidaire, semble assez fermée. La suppression du service militaire a d’ailleurs provoqué indirectement une polémique et a placé au centre du débat la question de l’identité Alpine : il faut avoir effectué obligatoirement son service militaire pour être un vrai alpino. Dans la mesure où il y en a beaucoup moins, les Alpini sont amenés à disparaître. Pour eux, le problème de fond est essentiel : devient-on Alpino par expérience ou l’est-on par les valeurs et les centres d’intérêt ?

Photographie 1 : Les grandes artères du centre-ville prises d’assaut par les Alpini

Photographie 1 : Les grandes artères du centre-ville prises d’assaut par les Alpini

11Le défilé apparaît d’autant plus impressionnant qu’il est compact et évidemment mobile, et qu’il rappelle donc l’image des flots qui engloutissent les rues. Une marée humaine bat le pavé de façon continue pendant plusieurs heures, notamment sous le regard de la tribune officielle composée des représentants des Autorités locales, départementales, régionales et militaires.

Zoom sur l’organisation de l’adunata : constance temporelle, itinérance spatiale

12La double caractéristique de l’Adunata degli Alpini est qu’elle a lieu tous les ans à la même date, mais dans une ville différente. Depuis l’Adunata de Turin les 14 et 15 mai 1977, tous les rassemblements ont lieu un week-end au mois de mai. Auparavant, le repère temporel n’est pas aussi net. La durée et le mois changent : une journée à Gênes en 1931, quatre jours à Milan en 1972, à Rome en mars 1968, à Cortina en septembre 1953, etc. (cf. Tableau dans les annexes)

13Ce faisant, l’événement nécessite une rationalisation logistique plus importante. Le choix de la date n’est donc pas anodin. Il répond à deux grandes exigences pour les organisateurs. Vu l’ampleur du phénomène et sa caractéristique, la période pour sa réalisation est fondamentale. Chaque édition attire entre 300 000 et 500 000 personnes, provenant de toute l’Italie et même de pays étrangers. Cette manifestation se passe essentiellement dans l’espace public : les rues, les places, les boulevards, les parcs... Ces deux aspects à eux seuls justifient qu’il faille choisir un mois clément, ni trop chaud, ni trop froid, et surtout que la vague de déplacements qu’il occasionne n’entre pas en compétition avec les migrations des week-end balnéaires de juin par exemple. Le mois de mai semble donc tout indiqué.

14La localité quant à elle, change tous les ans avec toutefois une récurrence importante pour une dizaine de lieux.

Figure 1 : La distribution géographique du regroupement annuel des Alpini depuis 1920

Figure 1 : La distribution géographique du regroupement annuel des Alpini depuis 1920

I. Dumont, 01/2007

  • 4 À titre indicatif, selon les recensements de population de l’Istat, on dénombrait en 2001, 76 069 h (...)

15La distribution géographique du rassemblement annuel des Alpini depuis 1920 montre une concentration majeure dans le Nord de l’Italie. Les motifs sont liés aux origines même des Alpini. Comme leur nom l’indique, les sections alpines sont évidemment apparentées aux reliefs montagneux et à l’événement marquant de la Première Guerre mondiale : le massacre d’Ortigara. Pour les mêmes raisons, les bassins de recrutement des Alpini les plus importants se trouvent dans les zones septentrionales de la péninsule. Six des sept villes ayant les effectifs des Alpini les plus grands (supérieurs à 10 000 adhérents) ont été plusieurs fois cités d’accueil de l’Adunata nationale annuelle : Trente, Bergame, Vérone, Brescia, Turin, Udine4. Mais cette indication numérique doit être mise en relation avec la réalité sociale du territoire intéressé. En effet, si le fait de savoir qu’il y a 24 516 inscrits à l’ANA à Trente et 27 097 à Bergame importe peu en soi, il prend une toute autre dimension au regard de la population totale des agglomérations concernées. À Trente, un tiers de la population est directement concerné par les Alpini (32,2 %), tandis qu’à Bergame, un dixième seulement des habitants est touché (6,8 %). La résonance du phénomène est donc tout autre et s’accentue si l’on change d’échelle et si l’on envisage la question sur le plan national.

L’adunata degli alpini en trois dimensions : le social, le spatial, le temporel

16Parler du regroupement des Alpini implique nécessairement de considérer les dimensions sociale, spatiale et temporelle. À la lumière de ces trois dimensions, l’Adunata degli Alpini va crescendo. Pour des raisons d’explicitation, ces dimensions sont divisées, mais il est bien entendu que dans la réalité ces trois dimensions sont consubstantielles.

17Mise à part l’organisation administrative en amont qui s’étale sur le long terme, environ une année, la manifestation proprement dite s’étend elle sur une semaine, dix jours tout au plus (des préparatifs aux démontages). La fête, quant à elle, ne dure que deux jours. La disproportion temporelle entre la phase de projet, celle de la préparation logistique et celle de l’Adunata est directement liée à l’ampleur du phénomène et à son caractère itinérant qui nécessite tous les ans d’évaluer nombre de candidatures et de sélectionner parmi celles-ci l’espace urbain le plus opportun et le plus adéquat aux exigences d’un tel événement.

  • 5 Portale d’informazione Parmense, “78° adunata degli Alpini a Parma dal 9 al 15 maggio 2005”, http:/ (...)

18Dans la ville qui accueille, les premiers jours de la semaine sont dédiés au montage, par des agents de la municipalité ou des entreprises locales, de barrières de sécurité, de toilettes publiques mobiles, de centres de premiers secours (etc.) afin de gérer au mieux, de minimiser le plus possible les problèmes et les risques liés à la pression d’une foule très importante. Par exemple, à Parme en 2005, ont été installés 5 km de transennes (balustrades installées pour rehausser entre autres les murets des ponts et des passerelles), 5 petits hôpitaux de campagne, 1160 toilettes publiques mobiles. La commune de Parme a dépensé 500 000 euros pour financer l’Adunata, mais le territoire parmesan a enregistré des retombées économiques d’environ 45 000 000 euros5.

19Signalons au passage que la transformation du paysage se poursuit parfois sur le long terme. À l’occasion de cette fête, certaines localités décident d’effectuer de gros travaux urbanistiques (réfection des trottoirs et des rues, création ou agrandissement des parcs de stationnement, restauration des monuments, etc..). À Aoste, en 2003, pour favoriser la circulation lors de l’Adunata, un rond-point a été réalisé, au centre duquel, un an après celle-ci, a été érigée une statue pour immortaliser la venue des Alpini. Ou encore pour la circonstance, les dalles de pierre de la rue principale ont été entièrement recouvertes d’asphalte. Fait qui a d’ailleurs provoqué de nombreux mécontentements de la part des riverains vis-à-vis des autorités locales. Telle une exhortation à la remise en pavés : une association s’est constituée, « Aosta Viva », soulignant que les touristes et les résidents s’arrêtent souvent devant un panneau sur lequel a été affiché un montage de photographies panoramiques montrant la rue pavée.

20Il y a aussi toutes les modifications de la vie quotidienne urbaine et sociale. Lors de la dernière édition, à Asiago les 12 et 13 mai 2006, les salles d’exposition et les musées sont non seulement ouverts jusqu’à une heure avancée de la soirée, mais aussi leur entrée est libre de 20 h 00 à 23 h 30. Horaires exceptionnels également pour les magasins dont l’ouverture est autorisée jusqu’à minuit et jusqu’à 02 h 00 pour les bars et restaurants. Comme les établissements scolaires sont fermés, les moyens de transport habituellement dédiés au ramassage scolaire sont utilisés pour le public, assurant ainsi des services supplémentaires, gratuits en outre de 20 h 00 à 02 h 00.

21À côté de ces signes matériels, commencent à s’installer les premiers Alpini. Souvent, à la retraite, ils sont très bien équipés et choisissent le lieu qui leur semble stratégique pour vivre au mieux cette semaine spéciale. Ils voyagent fréquemment en camping-car, auquel ils ajoutent un auvent pour pouvoir abriter le mobilier nécessaire à une grande tablée pour les invités, Alpini ou non, qu’ils ne connaissent pas encore et avec qui ils partageront pendant quelques heures les chants et la musique traditionnels mais aussi le vin et la grappa (eau-de-vie). Ivano, devenu célèbre car il est le premier arrivé des Alpini dans la ville où se déroule l’Adunata, reconnaît, quand il est interrogé sur ses provisions, venir avec 70 litres de vin et 30 litres de marc... Puis c’est le tour des cars qui arrivent les uns après les autres et avec eux des groupes : c’est le temps des dernières répétitions pour les chœurs et les accords des fanfares qui ne tardent pas à se faire entendre. On aperçoit de-ci de-là quelques chapeaux à plumes dans les rues du centre-ville : ceux-là ont le privilège de la nouveauté, suscitent donc une grande curiosité et font l’objet de beaucoup d’égards de la part de la population locale.

  • 6 “Come ci accoglierà la gente di Trieste? Faccio fatica a darmi una risposta perché non riesco a cog (...)

22Lors d’une des éditions, un témoignage paru dans la presse locale tel un « petit fait curieux dont le récit peut éclairer le dessous des choses », c’est-à-dire une anecdote, interroge les lecteurs et surtout révèle en partie les interactions dans une réalité sociale particulière qui se produisent entre la population locale, les Alpini et les spectateurs venus pour l’occasion, tous acteurs à part entière de l’événement. « Comment les gens de Trieste nous accueilleront-ils ? J’ai du mal à me donner une réponse car je n’arrive pas à percevoir la présence des ‘Triestins’ [néologisme]. Je vois seulement des Alpini, des Chinois, des Maghrébins et des Africains. Mais ça me réconforte d’entendre sur le tram une dame, ‘triestine’ tout craché [sic.] d’âge moyen, un enfant dans les bras dire : Merci, Alpini, d’avoir apporté l’allégresse à Trieste. On sait que c’est difficile d’amener l’allégresse là où elle existe déjà, mais on sait aussi que Trieste est la ville la plus vieille d’Italie et que l’appauvrissement démographique est à peine atténué par la présence de l’université. Il est donc logique de penser que l’impact provoqué par l’arrivée des plumes noires [surnom des Alpini] doit être écrasant.6 »

23La majorité des gens arrive le vendredi et commencent alors deux jours hors du temps aussi bien pour la ville qui accueille, ses habitants, ses commerçants (etc.), que pour les Alpini eux-mêmes et leurs « amis ». La première soirée, celle du vendredi, est déjà un avant-goût de la fête sous toutes ses déclinaisons. La journée du samedi est certainement la plus festive et la plus solidaire avec comme summum la soirée, au cours de laquelle se manifeste globalement un mélange chaleureux et inhabituel des expériences humaines. Il y a véritablement une symbiose entre les Alpini d’une part, mais aussi entre eux et la population locale ou encore avec les visiteurs, toutes provenances confondues. On assiste sans conteste à une mixité sociale. En effet, toutes les catégories sociales comme toutes les générations sont présentes. Il s’agit là d’une fête populaire au sens plein du terme, c’est-à-dire une fête attirant l’ensemble de la population au-delà des différences catégorielles (positions et origines sociales) et des différences générationnelles (des plus petits aux plus anciens indépendamment des statuts familiaux : des groupes de jeunes aux familles élargies en passant par les couples).

24Le « maître-mot » de la soirée est « trinquer » : on trinque évidemment avec ses proches, mais aussi avec ses confrères, ses voisins de table, etc. Le dimanche, l’ambiance est complètement différente : le petit matin est très silencieux. L’exubérance de la veille fait place à la sobriété et la solennité du défilé. C’est le moment le plus commémoratif et surtout le plus officiel, puisque les Alpini défilent sous la tribune des autorités locales, départementales, régionales et militaires. Le lundi, la plupart des Alpini sont déjà partis, comme tous les spectateurs d’ailleurs. Ne demeurent que quelques-uns, nostalgiques, qui errent volontiers dans toutes les rues si vides après avoir été si encombrées et si vivantes. Voudraient-ils prolonger l’événement ? Peut-être... l’alchimie humaine, assurément !

25Certes, cette fête si bien préparée soit-elle fait l’objet de problèmes aussi bien d’ordre public que d’urgence sanitaire. Les interactions sociales mettant en jeu différents acteurs ne sont pas toutes positives. La foule, abondante et rendue quelque peu insouciante par l’ambiance « bon enfant » générale, constitue une cible tentante pour les pickpockets et les commerçants ambulants non déclarés. Ces derniers suscitent le mécontentement aussi bien de leurs confrères déclarés que des commerçants fixes, c’est-à-dire locaux. Quelques restaurateurs et quelques barmen se plaignent également de la gestion de la fête assurée par les autorités, reprochant un manque d’accessibilité à leurs activités. Dans tous les cas, tous regrettent amèrement une concurrence déloyale et un manque à gagner considérable. Le personnel de soins, quant à lui, installé dans les hôpitaux de campagne a aussi beaucoup de travail. Les blessures et les malaises sont les motifs d’intervention les plus fréquents, en particulier le samedi soir.

Photographie 2 : La transformation radicale mais éphémère du paysage urbain

Photographie 2 : La transformation radicale mais éphémère du paysage urbain

26Les espaces publics ouverts de grande dimension font l’objet de toutes les attentions. Selon leur localisation par rapport au centre-ville et à l’hyper-centre, cœur de la fête, leur fonction est différente. Parcs, places et terrains vagues dans les zones péricentrales servent de campement pour les Alpini, leurs « amis » et les différents visiteurs, ou encore de parking pour accueillir tous les véhicules. Selon les éditions, il faut compter entre 2500 et 3000 cars et entre 10 000 et 15 000 automobiles !

  • 7 Suivant la construction anglaise, une pasta party est une fête pendant laquelle on ne mange que des (...)

27Dans le centre-ville, ce type d’espace sert plutôt de lieu de concentration de personnes pour des concerts spontanés et des expositions improvisées de véhicules transformés au gré de l’imagination du propriétaire. Les points de restauration ambulants sont réservés aux grands axes de circulation qui tournent autour de l’hyper-centre : ils sont larges, permettent l’installation de tables, de chaises et de bancs, sans entraver le passage de la foule. À côté des stands traditionnels, de gestion familiale, plus ou moins grands, le célèbre groupe Barilla est présent depuis deux ans et assure la « pasta party »7 à 1 euro l’assiette : tout en précisant que l’offre est libre et que l’ensemble des fruits de l’opération sera entièrement reversé à l’ANA pour aider à financer ses actions humanitaires menées par exemple au Mozambique.

28Les étals de marchandises et de produits régionaux italiens sont plutôt dans les rues secondaires, plus étroites qui incitent plus à la mobilité des piétons : les promeneurs passent, regardent, achètent et partent. On y observe une certaine dynamique socio-spatiale. Au milieu de la rue, un sens montant et un sens descendant s’installent souvent de façon inopinée pour laisser à la marge la place aux clients qui s’arrêtent devant les stands colorés aux origines géographiques variées : les piments farcis de Calabre, le fromage de brebis sarde, le jambon fumé du Trentin- Haut-Adige, les friandises aux amandes siciliennes, etc.

  • 8 “[...] Ammassamento: zona verde con copertura di piante (auspicabile) ; sviluppo lineare di circa k (...)

29Enfin, l’artère principale dans laquelle a lieu le défilé doit s’accompagner à l’amont et à l’aval d’espaces aux caractéristiques particulières. Dans le cahier des charges de juin 2006, relatif aux critères préalables d’évaluation pour la recevabilité d’une ville à accueillir l’Adunata, l’ANA précise qu’un lieu d’« entassement » doit être prévu pour la préparation. Il est souhaitable que ce soit une zone verte avec des arbres pour se protéger éventuellement du soleil ou de la pluie et avec des cafés à proximité. À l’inverse, la dissolution du défilé doit être facilitée par de larges rues sans virage brusque et surtout dont les directions ne soient pas opposées au défilé.8

  • 9 “[...] una preziosa opportunità per verificare quella la capacità di collaborare fra Enti, Amminist (...)

30Du côté des responsables politiques et économiques du territoire qui accueille l’Adunata, l’argument économique est cité en premier pour justifier de la venue des Alpini. En effet, ils voient cet événement comme un moyen de relancer ou de consolider, selon les cas, l’économie de la ville et des zones limitrophes, d’en promouvoir l’image commerciale et touristique. Certains vont même, comme par exemple à Trieste, jusqu’à déclarer que l’organisation de l’Adunata est « [...] une précieuse opportunité pour vérifier la capacité de collaboration entre les organismes, les administrations et le privé, prémisse indispensable pour pouvoir vaincre un défi déterminant qui pourrait être la première étape d’une longue et fascinante marche d’approche à la ligne d’arrivée appelée Expo2008. ».9

31La figure 2 est une abstraction de l’événement « Adunata degli Alpini » et en offre une analyse systémique en y associant les trois dimensions : sociale, spatiale et temporelle. Tout d’abord, il met en évidence les grandes catégories d’acteurs (Alpini, spectateurs, commerçants, agents de service, représentants des autorités, membres de la section locale des Alpini et direction de l’ANA) mais aussi les grandes catégories d’espaces concernées (zones périphériques, zones péricentrales, centre-ville et hyper-centre). Le deuxième niveau de lecture permet de pointer les différentes interactions, leurs natures ainsi que les dynamiques et les pratiques mises en place au cours de la manifestation (du caractère festif à l’accueil en passant par l’exploitation économique, etc.). Enfin, cette représentation restitue l’idée fondamentale du renouvellement continuel : en somme les éléments et les interactions socio-spatiaux cités composant « l’ Adunata degli Alpini » bien que constamment de même nature changent chaque année et revêtent un nouvel aspect à chaque édition. C’est en quelque sorte de la constance dans le changement laissant parfois des traces tangibles et durables de ce bref épisode dans l’espace urbain protagoniste.

Figure 2 : L’analyse systémique de l’Adunata : les interactions du social, du spatial et du temporel

Figure 2 : L’analyse systémique de l’Adunata : les interactions du social, du spatial et du temporel

I. Dumont, 01/2007

32En conclusion, l’Adunata degli Alpini, c’est une multitude d’interactions aussi bien entre les différents acteurs de l’événement qu’entre les trois dimensions sociale, spatiale et temporelle.

  • 10 Il est bien entendu que la ville, et plus particulièrement le centre-ville, est ici conçue comme «  (...)

33Sous le signe de la gaieté et de la vitalité, la ville10 qui accueille arbore un tout autre visage pendant une cinquantaine d’heures : toutes les rencontres les plus improbables et toutes les scènes, même les plus incongrues dans le centre-ville, d’ordinaire, sont rendues possibles à l’occasion de cet événement unique, ponctuel, éphémère et itinérant. Un laps de temps hors du temps urbain et hors du temps social.

Ortigara

5-7 septembre 1920

Rome

16-19 mars 1968

4ème

Cortina

3-11 septembre 1921

Bologne

25-27 avril 1969

2ème

Trente

3-6 septembre 1922

Brescia

1-3 mai 1970

Aoste

2-9 septembre 1923

Cuneo

1-2 mai 1971

Passo /Tonale

31 août-3 septembre 1924

Milan

11-14 mai 1972

2ème

Udine

23-29 août 1925

Naples

28-30 avril 1973

4ème

Refuge Contrin

29 aout-5septembre 1926

Udine

4-6 mai 1974

2ème

Pieve di cadore

30 aout-5 septembre 1927

Florence

15-17 mars 1975

3ème

Turin

2-9 septembre 1928

Padoue

19-21 mars 1976

Rome

6-8 avril 1929

Turin

14-15 mai 1977

4ème

Trieste

13-15 avril 1930

Modène

13-14 mai 1978

Gênes

20 avril 1931

Rome

19-20 mai 1979

5ème

Naples

16-18 avril 1932

Gênes

3-4 mai 1980

4ème

Bologne

8-9 avril 1933

Vérone

9-10 mai 1981

2ème

Rome

15-16 avril 1934

2ème

Bologne

8-9 mai 1982

3ème

Tripoli

20-21 mars 1935

Udine

7-8 mai 1983

3ème

Naples

12-14 septembre 1936

2ème

Trieste

12-13 mai 1984

5ème

Florence

10-12 avril 1937

La Spezia

18-19 mai 1985

2ème

Trente

23-24 avril 1938

2ème

Bergame

17-18 mai 1986

2ème

Trieste

15-17 avril 1939

2ème

Trente

16-17 mai 1987

4ème

Turin

1-3 juin 1940

2ème

Turin

14-15 mai 1988

5ème

Bassano /Grappa

3-4 octobre 1948

Pescara

13-14 mai 1989

Bolzano

1-3 octobre 1949

Vérone

12-13 mai 1990

3ème

Gorizia

21-23 avril 1951

Vicenza

11-12 mai 1991

Gênes

26-28 avril 1952

2ème

Milan

16-17 mai 1992

3ème

Cortina

12-13 septembre 1953

2ème

Bari

15-16 mai 1993

Rome

19-21 mars 1954

3ème

Trévise

14-15 mai 1994

2ème

Trieste

23-25 avril 1955

3ème

Asti

20-21 mai 1995

Naples

17-19 mars 1956

3ème

Udine

18-19 mai 1996

4ème

Florence

16-19 mars 1957

2ème

Reggio Emilia

10-11 mai 1997

Trente

15-17 mars 1958

3ème

Padoue

9-10 mai 1998

2ème

Milan

2-4 mai 1959

Crémone

15-16 mai 1999

Venise

19-21 mars 1960

Brescia

13-14 mai 2000

2ème

Turin

13-15 mai 1961

3ème

Gênes

19-20 mai 2001

5ème

Bergame

17-19 mars 1962

Catane

11-12 mai 2002

Gênes

16-18 mai 1963

3ème

Aoste

10-11 mai 2003

2ème

Vérone

2-4 mai 1964

Trieste

15-16 mai 2004

6ème

Trieste

22-24 mai 1965

4ème

Parme

14-15 mai 2005

La Spezia

23-25 avril 1966

Asiago

13-14 mai 2006

Trévise

29 avril-1 mai 1967

Cuneo

12-13 mai 2007

2ème

Haut de page

Bibliographie

ANA (2000), Associazione Nazionale Alpini, Milano, Document interne, non paginé.

ANA (2004), Associazione Nazionale Alpini, Milano, cd-rom de photographies mises à la disposition de la presse.

ANA (2006), Associazione Nazionale Alpini, Milano, Document interne, non paginé.

Confcommercio, Unione del Commercio, Turismo, Servizi e PMI della provincia di Trieste (25/03/2004), Confcommercio Trieste e Alpini insieme verso l’Adunata 2004.

BIANCO G. (2001), Gli Alpini e le Adunate, una razza strana... ma non tanto, http://www.gruppoalpinoprato.it/storia.htm

BONOMO M., VOLPATO P. (2006), La prima adunata degli Alpini, Ortigara 6 settembre 1920, Marano Vicentino, EuroGrafica, 96 p.

DUMONT I. (2002), La détresse sociale dans le centre-ville : analyse comparative entre Brighton (Royaume-Uni), Parme (Italie) et Caen (France), Caen, Thèse de Doctorat de l’Université de Caen, 357 p.

GRATALOUP G. (2007), Géohistoire de la mondialisation, Le temps long du Monde, Paris, Armand Colin, 256 p.

Sito ufficiale Associazione Nazionale Alpini, http://www.ana.it

Haut de page

Annexe

Annexes

Tableau : Liste des Adonate degli Alpini depuis 1920

Haut de page

Notes

1 Le siège social depuis la création de l’association est à Milan. Nombre de documents, y compris des documents internes, m’ont été donnés lors d’une visite au siège de l’association en octobre 2006. D’autres informations résultent d’entretiens prolongés qui ont eu lieu en septembre 2006 avec le Generale B.(r) degli Alpini, Avv. Silverio Vecchio et avec Giangaspare Basile, le rédacteur en chef de la revue mensuelle L’Alpino, tirée à 390 000 exemplaires.

2 “Non pochi paesi, tutti quelli che concorrono con reparti alla forza multinazionale impegnata al mantenimento della pace, invidiano all’Italia il modello rappresentato dalle Truppe Alpine, il loro spirito di Corpo, la loro versatilità di impiego, la loro dedizione e senso del dovere.”, ANA (2000), document interne.

3 Nombre d’adhérents dans les sections de pays étrangers : 1304 au Canada, 920 en Australie, 748 en Suisse, 330 en Argentine, 279 en France, 233 en Allemagne, 119 en Belgique, 95 en Grande-Bretagne, 93 aux États-unis, 66 en Afrique du Sud, 48 au Luxembourg, 26 en Uruguay, etc.

4 À titre indicatif, selon les recensements de population de l’Istat, on dénombrait en 2001, 76 069 habitants à Trente, 397 520 à Bergame, 240 117 à Vérone, 308 873 à Brescia, 1 271 899 à Turin, 113 997 à Udine. Milan comptait 3 433 914 habitants et Rome 2 495 440.

5 Portale d’informazione Parmense, “78° adunata degli Alpini a Parma dal 9 al 15 maggio 2005”, http://www.nelparmense.it

6 “Come ci accoglierà la gente di Trieste? Faccio fatica a darmi una risposta perché non riesco a cogliere la presenza di Triestini. Vedo solo Alpini, Cinesi, Magrebini ed Africani. Ma mi conforta quanto afferma sul tram una signora di mezza età, triestina spaccata, che abbraccia un bocia: ‘Grazie Alpini di aver portato l’allegria a Trieste.’ Si sa che è difficile portare l’allegria già c’è, si sa anche che Trieste è la città più vecchia d’Italia e che l’impoverimento demografico è appena attenuato dalla presenza dell’università. Logico pensare che l’impatto provocato dall’arrivo delle penne nere deve essere dirompente.”, http://www.anaconegliano.it/adunate/2004trieste.htm

7 Suivant la construction anglaise, une pasta party est une fête pendant laquelle on ne mange que des pâtes.

8 “[...] Ammassamento: zona verde con copertura di piante (auspicabile) ; sviluppo lineare di circa km. 2 per m. 8/10 di larghezza; [...] sfilamento: circa km. 2 di strada piana o leggera discesa, di larghezza minima di m. 10-12 senza strettoie e curve strette; [...] scioglimento a termine sfilata: dal punto di deflusso, serie di 4 o 5 strade larghe senza curve strette con direzione non opposta allo sfilamento; [...]”, (ANA, 2006, non paginé).

9 “[...] una preziosa opportunità per verificare quella la capacità di collaborare fra Enti, Amministrazioni e Privati, premessa indispensabile per poter vincere una sfida determinante che potrebbe essere la prima tappa di quella lunga, affascinante, marcia di avvicinamento al traguardo chiamato Expo2008.” (Unione del Commercio, Turismo, Servizi e PMI della provincia di Trieste, 25/03/2004, Confcommercio Trieste e Alpini insieme verso l’Adunata 2004).

10 Il est bien entendu que la ville, et plus particulièrement le centre-ville, est ici conçue comme « [...] cet espace particulier [...] qui, espace aux lieux et aux fonctions variés, est attractif pour tous et fait l’objet de pratiques spatiales diversifiées. C’est en cela qu’il est un espace d’interaction sociale par excellence. [...] est [qu’il est] envisagé dans la consubstantialité du social et du spatial ».[Dumont, 2002, p. 101].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Les grandes artères du centre-ville prises d’assaut par les Alpini
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 1 : La distribution géographique du regroupement annuel des Alpini depuis 1920
Crédits I. Dumont, 01/2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photographie 2 : La transformation radicale mais éphémère du paysage urbain
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 : L’analyse systémique de l’Adunata : les interactions du social, du spatial et du temporel
Crédits I. Dumont, 01/2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/2218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Dumont, « Le plus grand regroupement annuel et itinérant d’Italie  », Espace populations sociétés, 2007/2-3 | 2007, 333-343.

Référence électronique

Isabelle Dumont, « Le plus grand regroupement annuel et itinérant d’Italie  », Espace populations sociétés [En ligne], 2007/2-3 | 2007, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/2218 ; DOI : 10.4000/eps.2218

Haut de page

Auteur

Isabelle Dumont

Università degli Studi di Parma
Dipartimento di Scienze Ambientali
V.le G.P. Usberti, 33/A
Campus Universitario
43100 Parme
Italie
isabelle.dumont@unipr.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org